RechercherAccueilS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -46%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
206 €

Partagez

Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mar 6 Aoû - 18:06
Août, 2295


Le sac était comme toujours à la place indiqué, remplit d'assez de drogue pour balancer celui qui le portait pour le mettre au trou au moins jusqu'à la prochaine guerre nucléaire, évidemment, Max s'y collait, comme presque tous les jours quand elle ne devait pas s'occuper d'affaires internes. Les instructions restaient les mêmes : "Les quartiers populaires, un coin discret, te fais pas repérer, attend", simple et efficace il faut l'admettre. Elle n'habitait pas loin à vrai dire et connaissait donc l'endroit comme sa poche, de plus les autorités ne traînaient pas vraiment dans ce coin. Little C, son employeur, qui n'était d'ailleurs qu'une tête dans l'hydre qu'était son organisation, le grand boss était "Big Joe", payait les dealers en fonction de leur placement en ville, plus il était chic, plus les poches étaient pleines. La grande promotion étant la belle ville et le quartier des affaires, là où les fils et filles de bourges se bouscule pour exploser leurs soirées à grand coup de jet. Max avait passé la matinée seule, sans trop de clientèle avant de faire une pose déjeuné dans une petite brasserie toujours en fabuleuse compagnie de la solitude.

Quinze heures passées, la plupart de sa marchandise était partie, encore deux bonnes heures et elle retrouveraient toute la bande au Comptoir Gris pour boire un coup. Elle sortit une cigarette de son paquet puis la plaça entre ses lèvres, craqua une allumette avant d'entamer la dite cigarette. Quand elle releva les yeux, elle crut tout d'abord halluciner en voyant Dave lui courir dessus une tête paniquée, mais lorsqu'il s'arrêta juste en face avant de s'appuyer sur elle pour reprendre son souffle, elle s'attendait au pire. Il se redressa, dégluti un coût et la fixa droit dans les yeux.

-Clint essaye de buter un gosse.

Les yeux de Max s'écarquillèrent, qui au nom de n'importe quel dieu tenterai de tuer un gosse.

-Attend, quoi ? Il essaye ? Il l'a déjà buter ? Pourquoi putain ?!

-Le gosse... Il lui a volé la recette de ses deals, genre, presque tout. Ensuite, quand il l'a remarqué il a pété un câble, il a sorti son couteau de poche et il a dit : "Je vais le dépecer et le donner à bouffer au Rad-Taupe". Ou peut-être qu'il avait dit Rad-Cabot... Dans tous les cas, je crois que le gosse vadrouille toujours dans le coin et qu'un malade avec un couteau le pourchasse.

-Ok... Du Clinton tout craché. Bon, toi trouve ce débile de Clint, moi je chope le gosse... Oh, et tu t'occuperas de ça après. Elle lui jeta son sac. Il ressemble à quoi le gamin ?

-A ce que j'ai compris, il est pas bien grand et blond.

Max tapa son épaule avant de se mettre à la recherche de ce satané mioche. Elle trottinait dans les rues étroites de quartiers populaires à la recherche d'une touffe de cheveux blondes, poursuivie par un voyou trapu d'un mètre soixante-cinq, les minutes s'écoulèrent et les chances de retrouver le gosse et donc l'argent se dissiper petit à petit. Elle s'arrêta à un croisement pour reprendre son souffle, les rues étaient presque vides, mais les quelques personnes qui circulaient autour d'elle troublaient sa vision. Puis, par miracle, elle entendit la voix grave de Clinton, il passa une rue plus loin. Max se mit à courir en direction des cris, elle déboucha dans un cul de sac, au fond, une frimousse blonde, devant lui, Clinton, les yeux rouges, fou de rage, un couteau à la main. Il ne fit qu'à peine attention à la femme et marcher lentement vers l'enfant.

-Clint, merde, c'est un gosse. Il ne réagit pas. Clint, bordel, écarte toi de se gosse ! Il tourna légèrement la tête, mais continua sa dangereuse approche. Max dégaina son Colt. Ne me dit pas que t'as consommé. Clint putain c'est la dernière fois ! Écarte toi de ce putain de gosse et pose ton couteau !

Elle actionna le marteau de son arme, puis plaça son index sur la détente. Il s'arrêta et regarda Max droit dans les yeux avant de lâcher son couteau la mine décomposé. Il s'approcha d'elle les mains en l'air.

-Hé Max, du calme, il a prit les tunes, je veux juste les récupérer, c'est tout.

-Avec un couteau et une tête de tueur en série ? Elle rangea son arme, s'approcha et le frappa en plein visage. L'homme tomba au sol, les mains porté à son nez. T'as pas intérêt à me refaire un coup pareil. Casse-toi. Casse-toi !

Il ramassa, son couteau et trottina par là où il était venu, Dave était juste derrière pour le réceptionner et l'accompagner loin. La rousse lui fit signe de filer, puis elle se retourna vers le gamin. Une bouille qu'elle avait déjà vu, mais pas moyen de se souvenir où. Le bras tendu à quelques mètres de lui.

-Aller, fini de rire, l'argent, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Jeu 8 Aoû - 23:09
Malgré sa bonne forme physique, Jack avait du mal à tenir la distance : il faut dire que ses petites jambes d'enfant ne lui permettaient pas de faire d'aussi grandes foulées que le poursuivant, aussi bourré soit-il. C'est donc essoufflé qu'il arriva devant la rue, totalement paniqué et la main serrée dans sa poche sur son revolver, il n'espérait pas avoir à s'en servir, mais si cela devenait nécessaire, il était résolu à ne pas hésiter un seul instant.
Lorsque l'homme en ressortit, visiblement énervé et rangeant son couteau, il paniqua. N'ayant pas vu que ce dernier était encore propre, Jack s'imagina le pire et se précipita donc dans l'impasse, prêt à découvrir le cadavre dépecé d'une de ses petites sœurs d'adoption…

- Oh mon dieu, par pitié, faites qu'elle soit Saine et sauve…
Murmura-t-il entre ses dents en s'attendant au pire. Heureusement, il n'y découvrit que Jane, saine et sauve bien que visiblement choquée et en larmes. Il ignora totalement la personne à laquelle elle donnait la vie et se précipita pour l'enlacer, laissant lui aussi ses larmes sortir de ses yeux. Instantanément, la petite fille se précipita elle aussi dans ses bras et les deux enfants s'enlacèrent dans une étreinte qui dura plusieurs secondes. Pendant ce temps, Jack murmurait à l'oreille de la petite fille, de quatre ans sa cadette :
- Là, ça va aller, c'est fini… C'est terminé Jane, tu es en sécurité, je laisserai personne te faire du mal, jamais.
La jeune enfant ne parvenait plus à contrôler ses larmes et Jack de son côté avait bien du mal à s'interrompre, tellement le soulagement de la retrouver en un seul morceau était grand. Finissant par distinguer la présence de la dame qui n'avait fait rien de moins que sauvé la vie de sa petite sœur d'adoption, le garçon se tourna vers elle avec un sourire reconnaissant, sans même parvenir à la reconnaître sur le coup.
- Merci ! Merci beaucoup m'dame.
Mais les choses sérieuses se rapellèrent au bon souvenir des enfants lorsque cette dernière demanda à la cadette de restituer ce qu'elle avait volé. Jane regarda Jack dans les yeux comme pour attendre des instructions sur la suite des événements et le garçon hocha lentement la tête.
- Rends lui ce que t'as pris et fichons le camp d'ici…
Ne tardant pas à s'exécuter, la petite fille quitta les bras de Jack et se dirigea vers la dame, en tendant du bout du bras la somme d'argent et les quelques objets issus de son larcin. Pendant ce temps-là, Jack observa la scène avec les bras croisés : tuer pour ça était vraiment exagéré comme réaction alors le type était soit très bourré, soit n'avait réagi que sur le coup de la colère mais dans tous les cas, il n'était pas très pressé de savoir lequel était le bon ou si l'homme ne faisait que bluffer plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mar 20 Aoû - 19:39
Pris par le sauvetage du mioche, elle n'avait pas vu la gamine qui l'accompagnait, une petite fille encore plus jeune que lui. Il devait s'agir d'enfants des rues, abandonnés à leur sort, les deux semblaient proches, sûrement frère et sœur. Même s'il y avait des chances que ce ne soit pas réellement le cas, quand on est petit on se serre les coudes et là où la misère frappe, la fraternité n'est pas loin. Elle fronça les sourcils, ignorant les remerciements du blondinet, elle tiqua sur le fait que le voleur n'était pas ce dernier, mais la petite elle-même. La rouquine s'accroupit pour se mettre à hauteur, lorsque la fillette s'approcha, Max ce retint de lui en mettre une, elle récupéra son dû, se permettant de la tenir par l'épaule le temps de recompter les capsules. Complètement ignorante de ce qui avait été volé en tout, sa main lâcha sa prise avant d'enfourner le tout dans sa poche. Et alors qu'elle était retournée auprès du garçon, elle s'alluma une cigarette, s'approcha des enfants avant de se s'accroupir une seconde fois, un regard mauvais, Max leur cracha sa fumée au visage.

-C'est pas malin de voler les grands méchants... C'est ta sœur ? C'est comme ça que tu t'en occupes ?

Elle leva les yeux au ciel puis se redressa, maintenant que le mal avait été fait, elle ne pouvait se permettre de les laisser partir comme ça. Les mioches doivent apprendre de leurs erreurs, surtout quand l'une de leurs erreurs est de voler un dealer complètement défoncé avec un couteau. Mais avant tout, elle devait éviter les rivalités directes avec un autre gang, la possibilité d'appartenance à un autre groupe n'était sûrement pas à exclure. Un interrogatoire s'imposait, impressionner de petites frappes dans leur genre allait être un jeu d'enfant.

-Bon, on va jouer à un jeu... Le premier qui ment à perdu.

Elle dégaina une nouvelle fois son arme, sans pour autant les menacer, juste leur faire comprendre qu'il ne fallait rien tenter de stupide en plus de s'assurer qu'ils ne mentent pas. Si ces gamins travaillaient vraiment pour un autre gang et que Maxine pouvait trouver des informations facilement, la "promotion" lui tendrait les bras. Elle plissa les yeux, la voix sérieuse, la clope au bec elle commença l'interrogatoire et lança les premières questions qui lui venaient à l'esprit.

-Vos prénoms, à tous les deux. Vous travaillez pour quelqu'un ? Si oui qui ? C'est comme ça que vous vivez ? Vous êtes seuls ? À quel endroit principalement vous faites vos magouilles ? Y'a d'autres gosses comme vous ? Elle reprit son souffle un petit instant, puis une petite taf de cigarette qu'elle jeta par la suite. Croyez-moi les mioches, je veux tout savoir, vous avez merdé, je vous ai sauvé les miches alors crachez le morceau.

Elle n'avait pas l'habitude de demander à être redevable, les choses arrivent et les remerciements n'ont plus grand sens à ses yeux, être voyou au grand cœur lui permettait juste de se donner bonne conscience en plus de conserver son intégrité mentale sur ce qui était considéré comme "bon" et comme "mal", pas comme Clinton. Mais là où la rouquine pouvait sentir l'argent elle se montrait impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mer 21 Aoû - 19:28
Le petit garçon fut tiré des bras de Jane quand la bonne samaritain l’interpella, lui reprochant sa piètre exécution du rôle de grand frère. Jack fronça les sourcils et se tourna vers elle.
- C’est pas tout à fait ça mais en quelque sorte. Sauf qu’au moins je m’occupe d’elle ! C’est pas dans cette ville gouverné par la capsule-roi et la recherche du profit capitaliste que des gens vont s’occuper des enfants livrés à eux même !
Malgré son origine de fils de bourge, Jack n’avait pas mis longtemps à adopter les us et coutumes de cet espèce de parti communiste improvisé auquel il appartenait dans sa bande robin des bois… Par contre pour ce qui était du vol, il allait falloir repasser puisque aujourd’hui, ils n’allaient pas faire beaucoup de recettes. Il observa Jane redonner l’argent d’un oeil méfiant et tenta de rester stoïque quand l’adulte lui souffla la fumée de sa cigarette dans la figure… Jack resta donc droit comme un I malgré la fumée qui lui piquait les yeux et les lui fit cligner plusieurs fois ainsi qu’une envie de tousser abominable qui lui laissa échapper quelques soupirs testostéronés, de quelqu’un qui se retenait…

Les choses prirent par contre une autre tournure quand Maxine dégaina une arme. Les deux enfants firent les yeux ronds et instantanément, Jack eu le réflexe de faire rempart de son corps pour protéger Jane qui échappa un glapissement de terreur. A vrai dire, Maxine n’avait pas besoin de faire plus pour intimider les enfants : Jane était suffisamment petite pour avoir peur du moindre danger et Jack était suffisamment lâche pour avoir lui aussi, peur du moindre danger. La tirade que déblatera Maxine ne fut presque pas entendu par le jeune Jack et c’est les larmes aux yeux qu’il supplia Maxine.

- S'il vous plaît… Nous faites pas de mal. Vous avez eu ce que vous voulez, laissez partir Jane s’il vous plaît, je ferai ce que vous voulez !
Ces paroles d’abnégation et pourtant stupides sortirent toutes seules de la bouche de Jack, trop inspiré qu’il était par les holodisques qu’il avait vu dans sa jeunesse. Il reprit le contrôle de lui même peu à peu et se rappela même qu’il possédait lui même uns de ces revolvers avec lesquels Maxine le menaçait. Il tenta de se recomposer et d’arrêter de claquer des dents pour lui répondre.
- J’m’appelle Jack. Et je n’suis la chienne de personne moi. Le travail c’est l’exploitation de l’homme par l’homme et la dégénérescence de la société… Ou un truc comme ça…
Jack avait hésité sur son discours, il faut dire que pour le petit bourgeois qu’il était, dormir à la belle étoile et militer pour l’égalité des classes était quelque chose de très nouveau ! Il tenta comme il pouvait de répondre aux autres questions.
- Et oui on est super nombreux ! Alors nous embêttez pas sinon heu… Bah ça va mal se passer !
Tentative d’intimidation assez minable de la part de Jack, mais en vrai il essayait surtout de faire diversion le temps que Jane puisse essayer de se glisser sur le côté. Quand la petite fille commença à courir, Jack se jetta sur le bras de Maxine et planta ses dents dans son avant-bras pour essayer de lui faire lâcher son arme… Mais son plan ne marchera peut-être pas de la meilleure manière qui soit : Le combat fut bref mais intense et Jack vit trente-six chandelles. Quand, il réouvrit les yeux un instant plus tard, il se retrouva nez à nez avec le canon de l’arme de Maxine. Jane s’était enfuie (ou du moins n’était plus en vue) mais lui était fait comme un rat et son courage se manifesta alors sous la forme d’une tache sombre et grandissante à son entrejambes.
- Pitié… Je vous en prie, me tuez pas… Je suis désolé !
Sanglota le garçon blanc comme un linge alors qu’il s’imaginait déjà refroidit dans une benne à ordures.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Jeu 22 Aoû - 20:12
Plus le gamin parlait, plus un sourire mesquin se dessinait sur le visage de la rouquine, elle avait donc affaire à un communiste en herbe, forgé par le peuple, pour le peuple. En voilà un gamin qui va très vite finir la tempe troué dans une ruelle parce que "trop encombrant pour les affaires". À vrai dire, Maxine n'avait pas grand chose à dire sur la propagande du petit, le capitalisme s'est toujours montré beaucoup trop impitoyable, mais elle s'y était habitué et en avait fait une force... Même si menacer des enfants avec une arme à feu ne témoignait pas d'une force et d'un courage exemplaire. Ils étaient tout deux terrifiés, rien qu'à la vue du pistolet, l'intimidation fonctionnait bien, peut-être un peu trop, le blondinet semblait penser que Maxine allait les tuer tous les deux, ce qui aurait été contre-productif, pourquoi les aurait-elle sauvée, s'il s'agissait de les tuer après ? Son cerveau remplit de rêve rouge aurait dû comprendre les intentions de profit derrière l'intimidation de la rouquine.

Le dénommé Jack nia une quelconque appartenance à un autre groupe, ce qui faisait une belle jambe pour la dealer qui se retrouvait désormais l'arme à la main face à deux mioches qui, soit mentaient, soit ne lui apporteraient rien de plus que des problèmes de communistes. Elle n'était pas loin de les laisser filer quand Jack tenta de l'intimidé avec une phrase à ne pas dire dans ce genre de cas. Il pouvait très bien mentir ou dire une idiote et maladroite vérité qui lui couterait chère. Maxine Pouffa de rire.

-Attend une minute, c'est une mena... Hé !

Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase que le blondinet lui sauta dessus pour lui mordre le bras avec lequel elle tenait l'arme, d'abord étonné, elle attendit de sentir réellement la douleur avant d'envoyer son poing libre droit dans la figure. Il s'étala au sol, folle de rage, elle planta le canon en direction de son visage. Ses yeux balayèrent la ruelle, la fillette avait disparu et l'acte héroïque de Jack allait lui retomber dessus. Son intimidation était certes ridicule, mais s'il s'agissait bien de la vérité et que la gamine ramener du renfort Max aurait des problèmes... Même si tuer un des meilleurs dealers d'un gang était loin d'être une excellente idée. Le doigt sur la gâchette, alors que l'enfant suppliait pour le laisser la vie sauve, elle n'était plus qu'à une légère pression de lui ôter la vie. Les yeux droits dans ceux de sa proie, elle releva le pistolet au dernier moment.

-Espèce de petit merdeux si tu crois que je t'ai sauvé c'est pas pour te buter après. C'était très courageux de ta part d'essayer de finir en martyr de ta cause communiste en sauvant la fillette du peuple.

Elle fit une pause pour s'humecter les lèvres et se calmer. D'un côté il était trop faible pour Fondation, de l'autre ça courageuse lâcheté avait titillé l'attention de la rouquine. Il y avait peut-être un allié caché derrière cette couardise.

-Bon... T'es faible... Et t'es une chochotte. Mais si tu veux réussir, il va falloir que tu sois plus malin que les gens comme moi. Lève-toi et essuie-moi ces larmes. Elle le prit par l'épaule et le souleva sur ses deux jambes d'une main. Écoute-moi bien Jack, t'as fait deux grosses conneries qui t'auraient coûté la vie si t'étais pas tombé sur la meilleure, alors tu m'en dois une belle. Tu fais un truc pour moi et je t'évite de finir vendu à un esclavagiste toi et ta sœur que je m'efforcerai de retrouver. T'en dis quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Ven 23 Aoû - 18:27
Même s'il pouvait se consoler en se disant que sa dernière action avait servi à sauver une gamine qu'il aimait, Jack ne pouvait s'empêcher de s'insulter intérieurement pour avoir effectué une action aussi irréfléchie. Alors qu'il voyait déjà sa vie défiler devant ses yeux, le garçon fut interdit en voyant la femme relever son pistolet.
Ecoutant son instinct qui lui disait de fuir, prendre ses jambes à son cou comme Jane, Jack se hissa donc sur ses genoux mais à sa grande surprise, il fut incapable de faire plus d'un pas avant de lamentablement se ramasser sur le sol… Ses jambes étaient encore trop tremblantes pour lui permettre de se relever et encore moins de courir pour s'en sortir.
Dans une autre grand preuve de courage, il émit un glapissement craintif quand elle le hissa sur ses pieds en le traitant de couard. Le garçon aurait voulu lui répondre en l'envoyant bouler, mais ses lèvres étaient comme ses genoux et tremblaient encore trop pour articuler une réponse cohérente… Il dû donc se contenter d'un peu convainquant :

- C'est...ce ce… pas vrai… Je su su suis… J'ai pas peur !
Son problème à Jack était en fait qu'il avait surtout une grande gueule… Une grande gueule doublée d'une fierté mal placée et un choix de mots parfois peu judicieux… Ce qui pouvait certainement l'amener dans des situations… électriques dans l'avenir…

Conformément à la demande de Maxine, le garçon sécha ses larmes et n'essaya pas de s'échapper une nouvelle fois… De toute façon ses efforts étaient voués à l'échec et surtout, les arguments de la demoiselle faisaient sens : si elle voulait le tuer, il serait déjà refroidit. Maintenant que son cerveau avait recommencé à fonctionner normalement et de manière logique, Jack écouta Maxine mais écarquilla grand les yeux quand elle lui annonça qu'elle serait l'alternative pour lui si il refusait de lui rendre son 'service'. Offusqué, il protesta.

- Mais vous avez pas le droit de faire ça ! C'est méchant ! C'est… C'est horrible !
Plus que de la peur, c'était de l'indignation et du dégoût qui était dans les yeux de Jack. Ayant grandit dans ses endroits plus civilisés, le garçon avait espéré que ce genre d'abominables business étaient limités aux gens sans scrupules comme son père ou son frère, en aucun cas que c'était répandu ailleurs. A vrai dire, il en oublia même la situation, tremblant de rage, il fit la morale à Maxine.
- Vous devriez avoir honte c'est pas bien de faire ça, c'est maléfique ! J'veux bien que j'ai fait une bêtise mais personne mérite un truc pareil ! C’est déjà affreux de maintenir les gens dans l’exploitation du salaire mais ça… C'EST HONTEUX !
La sensibilité du garçon avait tellement été heurtée par cette éventualité qu'il en pleurait de nouveau ! Depuis qu'il était petit, Jack avait horreur de l'injustice et c'était cela précisément qui l'avait empêché de suivre les traces de son père… D’aucun pourraient arguer qu’il était en fait trop innocent pour le monde dans lequel il était né… Et c’était certainement le cas à en voir sa naïveté et son instinct de survie tellement poussé qu’il avait oublié qu’il avait un revolver chargé dans sa poche pendant tout ce temps. Heureusement pour Maxine (ou pour Jack en fait, il n’eut pas plus l’idée de le sortir maintenant et se contenta donc de croiser les bras. La mine renfrognée, il déclara.
- Très bien… J’accepte de vous aider, mais à la condition que vous fassiez ou refassiez jamais ça alors !
Il resta planté, droit dans ses bottes, attendant une réponse et sans se souvenir que son pantalon mouillé anéantissait le peu de crédibilité qu’il pouvait avoir… Il allait vraiment falloir qu’il prenne des leçons de vie…
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Lun 26 Aoû - 14:16
Le blondinet protesta au dilemme que lui avait lancé la rouquine comme enfant protesterai face à un adulte voleur de sucettes. Elle ricana quelque peu en voyant les larmes apparaitre une nouvelle fois sur son visage, un rire mesquin à la limite du diabolique. Quand il se mit à lui faire la morale, elle se gratta la nuque, ce garçon était beaucoup trop naïf pour un frère de voleuse. Évidemment, ce qu'elle faisait était monstrueux, qui au nom d'un quelconque dieux ferait chanter un adolescent de douze ans pour le profit ? Maxine en l'occurrence, uniquement par manque de moral. Mais le monde était ainsi, chacun pour sa peau et si tu ne peux pas faire les choses par toi-même les autres le font ou il faut les forcer. Jack semblait tout de même fou de rage, sans pour autant déstabiliser Maxine, elle attendit la fin de sa petite morale jusqu'à ce qu'il croise les bras et lui demande de ne jamais refaire ça. Les yeux grands ouvert, les sourcils froncés d'incompréhension et les poings serrés, quelques secondes de silences s'écoulèrent avant qu'elle n'explose de rire, se tenant à l'épaule du garçon pour ne pas tomber. La rouquine essuya des larmes de rire puis se redressa.

-Pfiou... Tu t'es pissé dessus c'est ridicule... D'accord je te promets de ne jamais refaire ça. Dit-elle, d'un air stupide, la main droite en l'air. Je refroidirai le suivant sans prévenir la prochaine fois. Aller ramène toi.

Elle lui prit le poignet pour le tirer, choisissant les ruelles les moins peuplé pour éviter que le morveux qu'elle traînait se mette à beugler à l'aide et n'attire trop l'attention sur lui. La menace devait tout de même faire assez d'effet pour qu'il ne fasse pas de "bêtise" à l'égare de la voyou. Elle pressait un peu le pas afin d'éviter qu'il ne puisse trop réfléchir à une échappatoire. Pendant sa marche rapide entre deux souffles, elle lui dit rapidement.

-On va jouer un autre jeu, je suis la grande sœur, toi le petit frère et tu fermes ta gueule jusqu'à ce qu'on arrive. La menace tient toujours.

Elle s'arrêta au coin d'une ruelle à côté légèrement plus fréquenté que les autres, une boutique se trouvait juste à côté. Maxine prit l'enfant par les épaules et se mit à sa hauteur, une mine faussement sérieuse.

-Bon, ce petit enfoiré dans la boutique nous doit un paquet de fric, alors voilà ce que tu vas faire : tu vas passer par ce conduit d'aération, qu'elle pointa juste derrière lui, tu trouves là où il planque ses recettes, tu prends l'argent et tu te casses illico. Moi, pendant ce temps-là je le distrais. T'en fais pas, il est trop pauvre pour un quelconque coffre-fort. Elle marqua une pause. T'as pas intérêt à me chier dans la colle maintenant, ton boulot est simple alors bouge ton cul.

La petite épicerie semblait assez pauvre, ce qui pouvait confirmer le fait qu'il n'y ait pas de coffre-fort. Maxine le fixa de ses gros yeux attendant qu'il se lance avant d'y aller.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Jeu 29 Aoû - 23:20
Jack resta bras croisés et mine renfrognée tandis que Maxine rigolait, appréciant de moi s en moins cette personne et regrettant de lui avoir proposé son aide. Cependant, sa remarque sur le fait qu'il avait mouillé son pantalon ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd : il blêmit et baissa son regard pour constater avec horreur la souillure de son honneur. Passant en un éclair du blanc crème au rouge tomate, il câla ses deux mains pour tenter de cacher le désastre, l'air le plus gêné et honteux sur le visage qu'il n'avait jamais eu !
Tandis qu'elle se foutait allègrement de sa gueule, il grimaça et voulu répliqué avec colère :

.- Ouais bah j'ai cru que vous alliez me tuer ! J'aurais voulu vous y voir aussi !
Le reste de l'explication l'horrifia cependant un peu plus qu'il ne l'était déjà, quand elle lui promit de tuer les gens sans avertissement dorénavant.
- Mais non ! C'est pas ce que je voulais d… Hé !
S'exclama-t-il lorsqu'elle le tira par le bras. Il se laissa ensuite entraîner sans imposer plus de résistance que quelques jurons marmonnés dans sa barbe inexistante jusqu'à arriver devant une petite boutique… Jack resta silencieux et interdit quand elle lui expliqua le but de sa mission et Maxine pouvait remarquer qu'il avait presque envie de pleurer de colère en entendant ce briefing.
- Mais… C'est pas juste… Ce monsieur il paye pas peut-être parce qu'il a pas les moyens de le faire, il a peut être une famille à nourrir, ça se voit bien qu'il roule pas sur l'or… Et puis la dette, c'est jamais qu'un outil du grand capital pour réduire les gens...
Finissant par comprendre qu'il n'allait certainement pas attendrir Maxine avec des discours politiques ou sensibles sur la condition de ce pauvre commerçant, Jack se frotta les yeux et tenta un autre argumentaire.
- De toute façon, vous avez vu la tronche du magasin ? Ça m'étonnerait qu'il aie des tonnes de capsules dans l'arrière boutique… Si vous êtes partie pour voler un magasin, pourquoi pas choisir une cible plus juteuse ? C'est pas ça qui manque ! Au moins des gens qui risquent pas d'être mis sur la paille par le vol !
Jack déclara ça avec un sourire plein d'espoir qui se lia rapidement en grimace presque machiavélique.
- Et puis… Ça vous sera utile de voir des pros à l'œuvre. Ptet que ça vous donnera des idées pour arrêter d'exploiter des enfants. Venez avec moi rencontrer notre chef, je suis sûr qu'il sera plus que ravi de trouver un autre plan pour effacer la dette de ce pauvre épicier et vous filer une jolie prime en plus.
Son sourire malicieux en revanche, ce n'était pas par prévoyance de lui faire un quelconque coup tordu, mais bien parce qu'il profitait de l'occasion pour la traiter d'amatrice et tenait là sa petite revanche pour l'avoir fait mouiller son pantalon. Jack n'avait même pas pensé que ça pouvait sembler être un guet-apens et à vrai dire, il était en fait trop innocent (ou idiot) pour que l'idée ne fasse que lui effleurer l'occipital.
- Ou bien vous me laissez me changer et aller faire de l'argent comme je sais le faire. Je suis sûr que je peux vous apporter une bonne petite somme avant la fin de la journée. D'ailleurs il vous doit combien ce monsieur ?
Demanda lors le jeune garçon, dans un dernier espoir de pouvoir s'éviter le crime impardonnable (à ses yeux) de devoir voler un pauvre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Dim 1 Sep - 11:22
Évidemment, l'enfant protesta, encore. À deux doigts de lui en mettre une et au dodo, elle se força à l'écouter. Il était marrant de voir une certainement maturité qui frappait sa conscience au moment de faire quelque chose de "mal" ou "d'illégal". Maxine l'avait perdu depuis longtemps, la jeune femme passait avant tout et tout le monde, car la vie est une pute et il faut savoir en abuser... Enfin voilà quoi. Pour la énième fois, Maxine devait montrer qui était la personne qui avait l'avantage dans l'histoire. Et alors qu'elle dirigeait sa main vers le manche de son arme, le petit ne s'arrêta pas de la surprendre un peu plus toutes les minutes, en fait, il devenait de plus en plus flippant. Le faux sourire de la rouquine s'effaça lorsqu'elle entendit la suite, presque insulté par ce qu'il disait, elle le laissa tout de même terminer.

Le problème n'était pas sa naïveté, il s'agissait d'un problème bien plus profond, il n'avait pas du tout compris ce que voulait Maxine, pas voler, pas faire du mal aux gens, elle voulait de l'argent. Et là où il voyait le simple fait de récupérer son dû, elle ne connaissait même pas le nom du magasin ni du gérant pour la simple et bonne raison qu'il n'avait rien à voir dans les histoires de drogues. La seconde proposition était encore plus stupide, comme si elle le laisserait une journée "se faire de l'argent comme il sait le faire", elle voulait "son" argent dans l'immédiat. Elle le prit par le col pour le plaquer contre le mur.

-Écoute-moi bien petit merdeux, je sais pas à quoi tu joues, mais faut soit être très con, soit me prendre une débutante. T'as de la chance je parie sur la première hypothèse. M'amener à ton chef ? Pour me faire buter ? Je veux pas de bons plans, de magasin juteux, en fait j'en ai rien à foutre de tes idées à la con, je veux mon fric.

Elle le jeta au sol, les yeux injecté de sang, elle le fixait les poings serrés, prête à en finir une bonne fois pour toute avec cette histoire. Puis, soudain, elle soupira avant de reprendre un ton plus calme en haussant les épaules.

-Tu sais quoi ? Je vais jouer le jeu, amène moi à ton chef, mais sache deux choses, si c'est un piège, je t'emmène avec moi en enfer et vu que la dernière fois que j'ai été vue par mes amis, c'était avec toi, tu seras considéré toi et ton gang comme responsables de ma disparition.

L'enfant avait beaucoup de chance, pour n'importe quelle autre personne, elle aurait perdu patience pour mettre fin à cette petite mascarade, MAIS... Il y avait bien un gang derrière cette petite frimousse blonde qui rapporterai gros s'il est aussi important que la dealeuse le pense. Dans tous les cas, si ce dit gang n'est pas à la hauteur de ce qu'espérait Maxine, elle se servirait des visages découverts là-bas pour faire du chantage. Elle dégaina une dernière fois son flingue avec clairement rien de bon dans la peau pour pointer Jack.

-Aller mon grand, on va voir papa et maman. Pas de bêtises et j'essairai peut-être de pas te faire sauter la cervelle.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Lun 2 Sep - 19:11
La réaction de Maxine surpris Jack et il laissa échapper un glapissement craintif quand elle le colla au mur. Son petit numéro d'intimidation fonctionna bien, tellement bien même que le petit blondinet laissa couler les quelques gouttes encore présentes dans sa vessie directement dans son slip. Quand elle le relâcha enfin, le gamin était pas mal secoué en fait et les tremblements de peur dont il était secoué se mariaient bien avec sa mine blanche comme un linge.
Titubant presque tant ses genoux tremblaient alors qu'il se rappelait les yeux sanglants de psychopathe qu'elle venait d'utiliser pour l'intimider. Les deux compagnons d'infortune voyagèrent donc en direction de la place du marché et pendant tout ce temps, Jack laissait sa main non loin de son revolver, n'étant plus vraiment sûr de quoi que ce soit à propos de Maxine.
Un soulagement traversa son coeur quand il aperçut de loin un visage familier, il en oublia totalement Maxine et couru en direction de sa connaissance en levant le bras.

- Benjamin, par ici !
L'homme attablé à un petit stand de vendeur d'armes était en train d'examiner un Remington 870 en piteux état qu'il reposa. Répondant à l'appel de Jack, il se dirigea vers eux : il s'agissait d'un afro-américain de grande taille, habillé en cow-boy avec un élégant stetson beige, loin de l'image qu'on pouvait se faire de pillards. Une fois au niveau du couple, il adressa un signe de tête à Maxine.
- Bonjour madame. Qui y a-t-il Jack.
Le garçon s'avança et pendant un instant, il hésita de dire qu'elle l'avait violenté mais se ravisa en se souvenant du pistolet braqué sur ses reins. Il expliqua donc la situation du mieux qu'il pouvait.
- Le… le travail de Jane s'est mal passé et 'client' a essayé de l'attaquer. Cette dame l'en a empêché le temps que j'arrive, mais elle veut une récompense et je lui ai dit qu'on pouvait lui faire gagner de l'argent avec un… job…
L'homme regarda Jack incrédule, un regard qui se transforma en désapprobation puis il sortit une bourse pleine de capsules et la colla dans la main de Maxine.
- Il y a pas de jobs. On se débrouille comme on peut. Je sais pas ce que le gamin vous a raconté mais c'est de la flûte, on est des nomades sans histoires. Voilà tout ce que je voue remerci beaucoup de votre aide. Et Jack, on va en reparler de tout ça...
Le petit garçon déglutit, il n'allait certainement pas avoir fini de si tôt de se prendre des baffes aujourd'hui…
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mar 10 Sep - 22:42
Le fait de maltraiter un enfant de la sorte procurait un plaisir sadique pour la rouquine qui se traduisit par un petit sourire mesquin quand elle le vit blanc comme un linge après sa petite comédie de mauvaise fille. Jack se mit en route vers ce qui devait être le gain potentiel de Max. Les chemins empreintés semblaient se diriger vers le marché, ce qui pouvait se montrer embarrassant : une jeune femme armé à côté d'un enfant ne faisait jamais très bonne impression. A la vu des premières personnes, elle cacha son colt dans la poche de son blouson de cuir. Arrivé au marché, l'enfant se mit a courir, criant de façon légèrement trop enjoué, par rapport à la situation, le prénom d'un des marchants. L'homme semblait entretenir des armes pour vivre et semblait s'occuper du garçon, il s'agissait surement d'un père de substitution, du moins une sorte de tuteur. Elle régit pas à la salutation de ce dernier, Jack lui expliqua ensuite la situation sans réellement convaincre son interlocuteur.

Ce "Benjamin" donna une bourse de à la jeune femme en la remerciant tout en l'envoyant bouler. Maxine était une idiote, elle le savait, mais son boulot elle le connaissait et les excuses deux elle n'y croyait une seconde... Elle ne croyait pas grand monde à vrai dire, seulement si cela l'arrangeait. Toujours fixé sur son idée d'organisation derrière le gamin, elle plissa les yeux. Son arme dans la poche, elle lâcha le manche, engouffra la bourse dans une poche intérieure pour poser ses mains sur l'étale.

-Vous savez, si je crois bien à un truc, c'est que la vérité sort toujours de la bouche des enfants...Elle posa une de ses mains sur la frimousse de l'enfant. Par chance ce petit Jacky-Jack à la langue bien pendu. Elle retira brusquement sa main, un air dégoutté. Et une petite vessie... Dans tous les cas, les aveux avec les flingues sur la tempe ne mentent jamais. Dis-moi tout cow-boy.

Les yeux plissés, un rictus sur le visage, elle donnait l'impression d'être beaucoup trop sûr d'elle pour une personne qui n'avait plus d'arme dans la main face a quelqu'un qui réparait des armes et un garçon qu'elle ne surveillait plus.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mer 11 Sep - 15:33
L'évocation à nouveau de son accident de tantôt fit bouillir Jack : c'était déjà une humiliation suffisamment dégradante sans pour autant qu'elle n'en rajoute à chaque fois et là, le comique de répétition commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs !
De son côté, l'homme était consterné et lui aussi semblait bouillir de se retenir d'en coller une à chacun de ses interlocuteurs : une à Jack pour sa lâcheté, une à Brooks pour son insolente audace. Cependant le coup de grâce ne vint que lorsqu'elle admis avoir collé un flingue sur la tempe de Jack. Saisissant cette occasion inespérée de se justifier, le petit blondinet protesta avec vigueur pour appuyer les propos de Brooks et ainsi se défendre quelque peu de la manifestation de sa couardise.

- Elle m'a fait peur attends, j'ai cru qu'elle allait me tuer.
Ces mots n'eurent cependant pas vraiment l'effet escompté : le marchand, tout d'abord les yeux écarquillés, afficha un sourire qui s'élargissait de plus en plus avant même de se fendre d'un rire. Il récapitula ensuite la situation tout en riant, sous les yeux confus de Jack.
- Je sais que je devrais être en colère, mais c'est trop débile là ! Alors attendez, si je résume bien… Vous venez de menacer de mort le gamin et vous venez ensuite vous en pavaner, dans l'espoir d'obtenir une récompense auprès des gens qui le protègent ?
L'homme laissa passer un temps de silence avant d'exploser de rire et de rajouter.
- Vous m'avez l'air d'une sacrée flèche vous ! Le jour où vous négociez l'armistice dites le moi, que je quitte le pays avant.
De son côté, Jack commençait à afficher un sourire banane en comprenant très bien ce qui allait se passer maintenant : il allait siffler et plusieurs des membres du groupe allaient rappliquer pour filer une leçon à cette dinde… Comme quoi, l'union faisait toujours la force !
Cependant et à son grand étonnement, Benjamin ne siffla pas et se contenta plutôt de perdre son sourire et son rire avant d'adopter un ton plus sérieux.

- Bon aller, j'ai perdu assez de temps avec vos conneries, la seule raison qui fait que vous êtes pas en train de vous faire ravaler le portrait dans une ruelle c'est parce que vous avez sauvé Jane. Vous avez eu une récompense déjà, alors où vous finissez par me dire clairement ce que vous voulez, ou vous foutez le camp avant que je change d'avis… Et si vous optez pour l'option 1, méfiez-vous de ce que vous aller dire, vous marchez sur de la glace très, très fine...
En guise de vengeance un peu mesquine (au moins autant qu'elle l'était), Jack adressa un large sourire en requin à la demoiselle : rien que de devoir la voir changer de ton était pour lui une douce humiliation dont elle avait bien plus grand besoin que lui.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Ven 20 Sep - 21:32
Jack chouina juste après la petite menace de Maxine envers le vendeur, elle ne réagit qu'en lâchant un souffle sec et agacé. Quand a la réaction de Benjamin, elle fut des plus incompréhensibles à ses yeux, il riait à plein poumon. Résumant la situation de façon succincte, il est vrai que Maxine n'avait pas bien l'air maligne. Elle resta silencieuse, son petit air hautain avait disparu, elle perdait le contrôle au fur et à mesure que l'homme parlait, elle l'avait mentalement sous-estimé, il ne s'agissait plus d'un enfant facilement influençable à l'aide d'une arme, lui avait une certaine expérience sur les voyou comme elle. Mais voilà la différence, Maxine avait perdu le contrôle, malgré tout, elle gardait tout de même un avantage conséquent sur son opposant. Ce terrain était celui de Benjamin, pourtant Maxine avait une organisation derrière elle dont elle pouvait se servir pour faire pression sur lui.

Puis vinrent les quelques menaces proférées par le vendeur, loin d'être impressionnée, Maxine resta tout d'abord bouche bai face à l'homme. Elle savait comment réagir, mais la rouquine avait pris un sacré coup sur son égo de petite frappe. Se faire tabassé n'était sûrement pas quelque chose dont elle avait peur, ses débuts avaient commencé par des bagarres de bars ou un mauvais deal dans une ruelle, elle tiqua tout de même dessus, pensait-il réellement pouvoir la battre en un combat singulier ? Ou faisait-il référence à une quelconque aide ? Le mystère qu'elle aurait pu résoudre par une simple question dès leur rencontre finissait par s'éclaircir. Du coin de l’œil elle aperçut Jack faire le beau, le visage illuminé d'un sourire moqueur. Soudain elle ricana, un petit rire de fou, discret mais inquiétant. Elle se pencha un peu plus vers Benjamin.

-Écoute-moi bien face de cul, on va parler avec un langage simple : si j'étais venue ici uniquement pour ton argent, j'aurais torturé le gosse pour savoir où tu te trouvais, puis je l'aurais buté et enfin, je serais venue ici uniquement pour embellir ta sale gueule d'un trou avant de prendre ton argent... Mais je l'ais pas fait. Parce que ta gamine c'est permis de voler quelqu'un qu'il ne fallait surtout pas voler. Et le nom qui se trouve au-dessus de moi n'aime pas beaucoup ce genre de chose compris ?

Elle était à deux doigts de sortir son arme, la situation bien assez tendu à son goût, elle s'abstenue, juste le temps de voir comment le tout allait se profiler. Elle s'humecta les lèvres balayant l'étale du regard, lui aussi devait être armé, sans compter Jack qui lui aussi pouvait au moins détourner l'attention. Droit dans les yeux, un ton plus calme, elle reprit.

-Alors mon vieux, combien d'enfants tu gardes dans ton petit orphelinat de vaux-rien ? Mais surtout, qui est donc ce "on" ?

Elle était restée penchée, légèrement trop proche de son interlocuteur pour que la suite de la discussion se déroule bien.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Lun 23 Sep - 19:11
Satisfait de son effet, le dénommé Benjamin afficha un petit sourire de contentement avant que ce dernier ne se transforme en grimace désespérée quand la demoiselle face à lui décida de surenchérir encore. Il écouta patiemment son petit speech et retrouva de son sourire sur la fin, droit et fier et répondit d'un ton de voix posée.
- Mon tour. Vous n'êtes pas la première personne à nous menacer de la sorte à notre arrivée dans une ville comme celle-ci.
Il s'assit dans sa chaise et croisa ses deux pieds sur son étalage, descendant visiblement une main pour se gratter la jambe.
- Et vous ne serez pas là première à être enterrée dans le désert pour avoir essayé de nous secouer… Et au vue de vos méthodes, vous n'appartenez certainement pas à un syndicat organisé comme il nous ai arrivé de rencontrer mais plutôt à une bande de petite frappes que "nous" avons l'habitude de croquer au petit déj'
Pendant ce discours, Jack s'était tu et serrait les poings. Il se souvenait encore des tueurs qui avaient été envoyés à ses trousses en Californie et surtout, de l'état dans lequel ils étaient répartis après avoir tenté de s'attaquer à sa famille… C'était un sort qu'il ne souhaitait pas à ses pires ennemis et clairement, Maxine était en train de se diriger vers cela et pour autant que Jack rêvait de la voir se faire botter le cul, il ne lui souhaitait en aucun cas qu'elle ne connaisse une fin aussi abominable (ou même une fin tout court). Inquiet, le petit jeune homme tira la manche de Maxine et sussura.
- S'il vous plaît… Partez ça va mal finir, j'veux pas que…
- TA GUEULE JACK ! Tu laisses parler les grands entre eux.
La soudaineté et la violence de l'injonction fit sursauter le blondinet et même plusieurs exposants autours. Pour sa part, Benjamin n'en avait que faire et continua comme si de rien n'était.
- Mais effectivement, arrêtons de tourner autour du pot… On c'est notre grande famille. Nous sommes principalement des commerçants mais comme vous, il arrive que nous sortions du cadre de la loi. En particulier quand il s'agit d'aider nos amis et de combattre nos ennemis. Maintenant, vu la manière dont vous vous êtes introduite, je ne vous cache pas que pour l'amitié c'est mal barré, vous devriez plus vous inquiéter de ne pas être notre ennemie.
L'homme afficha un franc sourire, amusé visiblement et il continua.
- Cela dit, votre introduction était assez cocace et votre apparente détermination à vous faire des capsules n'est pas sans me rappeler une certaine détresse sociale que nous exécrons particulièrement. Je vous propose donc de reprendre cette conversation depuis le début de manière plus posée et civile. Je m'appelle Benjamin, commerçant en armes et munitions ainsi qu'en explosifs. Et voici Jack, le petit dernier de notre groupe, petites mains à tout faire et disons, expert en gestion et organisation des commerces moins officiels. Et donc vous êtes ?
Jack était interloqué par le côté direct de Benjamin : une réponse aussi franche n'était pas dans les habitudes du 'protocole' de leur bande… Mais maintenant, les dés étaient jetés et il n'y avait pas de marche arrière. Quoi que veuille Maxine, il allait falloir dealer avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Maxine McCafferty
1

1

1

1

1

1

1

Maxine McCafferty

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Dim 6 Oct - 17:24
Les doutes de la jeune femme s'étaient confirmés, elle n'était pas la première à leur chercher des noises et ses petites menaces avaient beau légèrement le déstabiliser, il prit tout de même ses aises avant de reprendre la parole. La confrontation orale devenait intéressante, les deux camps posaient leur base pour impressionner l'autre. Jack n'était plus vraiment de la partie, il n'était qu'une simple mise en bouche pour Maxine, Benjamin, quant à lui, se montrait d'une plus grande maturité qu'elle ne pouvait atteindre. Malgré cela, le tout se jouait sur la menace, il ne pensait pas que la jeune femme pouvait faire partie d'un groupe qui les dépassait tous les deux dû au fait qu'elle préférait faire cavalier seul sur la plupart des petites missions qu'elle se donnait. "Petite frappe" restait le mot juste, elle n'était rien, pourtant sûr d'avoir l'avantage, son visage son visage gardait son impassibilité accompagnée d'un sourcil arqué. Elle s'écarta de l'étable, prenant la pose les mains dans les poches. Le blondinet vînt à elle, lui tirant la manche, il s'inquiétait sur la suite des événements. Durement stoppé par l'homme, Maxine tourna rapidement sa tête vers l'enfant, les yeux écarquillé, elle ressentait pour une fois, une once de pitié envers lui. Le pauvre s'était fait mal mené par l'ennemi comme par son propre camp, elle esquissa par la suite un sourire moqueur forcé à son égare. On est une ordure ou on ne l'ait pas après tout en plus de ne pas supporter que quelqu'un s'inquiète pour sa personne.

Elle fut très vite déçue des explications qu'avait pu lui fournir Benjamin : Une grande famille, des commerçants et des vaux-rien qui se permettaient de jouer les pickpockets amateurs pour subvenir à leur besoin, loin d'une organisation concurrente prête à leur mettre des bâtons dans les roues. Elle aurait dû s'en douter après tout, engager des enfants restait monnaie courante, mais Jack n'avait sûrement pas la carrure pour ce genre de choses. Elle s'était mise en danger pour des broutilles. Il s'était montré direct et franc, trop franc, il n'avait pas l'air de vouloir se faire d'ennemies, dû moins, il avait présenté ça comme étant la meilleure décision que pouvait prendre Maxine. Frappant en plein cœur les problèmes qui liaient la femme à l'argent, elle ne les cachait absolument pas, il fallait se faire connaitre d'une manière ou une autre pour que ton nom résonne dans la ville, elle avait choisi l'argent et l'intimidation. Il se présenta de façon direct comme étant un marchand d'arme avant de renvoyer la question à la jeune femme.

Elle enjoliva son joli visage de rouquine d'un large sourire, engouffrant sa main dans son blouson de cuir pour en sortir son paquet de cigarettes, elle en coinça une entre ses lèvres, l'alluma avant de prendre la parole.

-Max, j'm'appelle Max. Il faut dire que je me suis trompée sur ce que vous étiez réellement, mais tu devrais faire attention à où t'envoie tes mioches pour leurs magouilles, crois moi je suis un ange parmi les brutes. Elle hocha légèrement la tête tout en passant sa langue sur ses dents. Tu sais quoi, je dois t'avouer que je me suis bien éclatée alors je vais te faire une faveur : Si jamais votre petite entreprise à des emmerdes et que t'as besoin d'une tête supplémentaire, fais un tour au Comptoir Gris dans les quartiers chauds et demande à voir Max, je serais toujours là... Avec compensation financière. Oh, ou si t'as besoin de came.

Elle lui tendit la main pour inciter à la serrer.

-T'en ais ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Jack O'Connor
2

3

4

5

4

7

3

Jack O'Connor

https://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
https://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1Mar 8 Oct - 9:43
Vexé de n'être encore et toujours qu'un pnj dont on se moquait allègrement, Jack finit par décider à un moment donné d'aller voir ailleurs s'il y était…Cependant, avant de se mettre en mouvement, il décida de répondre à l'ultime provocation de Maxine d'une manière peut-être disproportionnée mais efficace : il visa sa cheville et balança de toutes ses forces son pied droit dans le pied de cette dernière. Il sentit un contact avec des os et des muscles ce faisant et, espérant qu'il avait au moins fait mal à la jeune voleuse, Jack se volatilisa en prenant ses jambes à son coup, espérant qu'elle ne parviendrait pas à le rattraper.
Amusé par la scène, Benjamin sourit et répondit en ricanant.

- Vous avez vraiment dû l'énerver ! C'est la première fois que je vois Jack perdre son calme avec qui que ce soit ! C'est un bon gamin, intelligent et sensible… Mais il réfléchis pas toujours assez à ce qu'il fait et c'est loin d'être le plus téméraire des gosses de son âge, comme vous avez pu le voir…
L'homme sembla donc adopter une attitude plus détendue et ouverte envers Maxine. Il la laissa faire son speech et la remercia d'un signe de tête.
- Très bien… Merci pour cette proposition, in le gardera en tête si on a besoin d'un coup de main, ou inversement…
Benjamin tendit sa main à Maxine et attendit qu'elle lui la serre. Il semblait impatient de s'en débarrasser et ne s'étendrait pas davantage… Finalement, il allait falloir retrouver Jack si elle voulait de l'argent là tout de suite… Hélas…
Et quand à lui, Jack avait décidé de changer de pantalon et tentait désormais d’oublier ses mésaventures avec une bonne barbe à papa !

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor] Icon_minitime1
Revenir en haut Aller en bas

Les affaires, sont les affaires. [Jack O'Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Le Roleplay :: Fondation :: Bordure Intérieure :: Quartier Populaire-