CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Séraphin de Saint-Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Séraphin de Saint-Etienne Dim 28 Oct - 0:49

Séraphin "Daguet" de Saint-Etienne



L'américanistan, ce pays pue.



Pseudo Discord : Lys
Multi-comptes : non
Sexe : homme
Âge : né en 2042
Lieu de naissance : Paris
Race : Super-mutant
Métier : armurier
Objectif de vie : Devenir l'armurier le plus important des USA.


DESCRIPTION



Physique (150 mots) :

Daguet

C'est le nom du camouflage désertique qui orne mon treillis et ma chemise militaire. Comme pour camoufler mon identité, ne pas sentir l'odeur des homo sapiens sapiens qui m'entourent et me prémunir du sable autour de moi, je porte un keffieh autour du cou. Ça fait arabe, j'aime dire que ça fait Lawrence d'Arabie même, mais les cons autour de moi diront que ça fait bizarre. Souvent j'ai sur le front une paire de lunettes tactiques pour me prémunir de la poussière lorsque vient la saison des tempêtes de sable.
Quant à ma gueule, avec mes traits de reptile et ma dentition de bébé requin, vous vous douterez que je suis un super mutant. La peau blanche comme la neige, les yeux ambrés par le soleil, deux mètres vingt au garrot pour cent kilos sur la balance, je suis assez imposant pour envoyer quelqu'un voler contre un mur. Dommage pour celui qui prendra dans sa gueule.
Je fume, je bois, je baise sans me protéger, je soude sans me protéger les yeux, qu'est-ce que j'en ai à foutre de la sécurité vu que de toute façon je suis un mutant et que je me régénère comme pas possible? Les humains profitent de leur chimio au rad-away pendant que je suis avec mes kheys.
J'ai au bras droit un brassard bleu sombre, avec une fleur de lys doré brodé dessus. Même si pour certaines goules férues d'histoire, j'inspire les heures les plus sombres de notre histoire, c'est pour me rappeler d'où je viens et où je retournerai après ce petit entracte dans l'existence qu'est le texas.
Sinon je fume du tabac, parfois de l'opium et je mâche des feuilles de menthe.

Caractère (150 mots) :

Je suis un nationaliste-royaliste-fasciste-théologiste-colonialiste de tendance droite des valeurs gauche du travail.
Qu'est-ce que cela veut dire? Cela veut dire, dans un anglais plus compréhensible, que je suis français catholique, fervent militant du roi et accessoirement ardent défenseur de la colonisation francophone au texas. Parce que l'Europe n'a pas commencé la troisième guerre mondiale (tel père tel fils non?), de ce fait j'ai tout les droits de traiter les ricains de sale païens barbares.

Je chie sur les texans, voilà c'est dit!
...

Bref.
Je suis armurier par passion. Je suis eugéniste, j'aime le vin et les femmes, profiter de ma vie, profiter des autres, répandre mes idées.
Je suis un homme de valeurs, même si j'aime bien foutre le bordel. Et foutre au bordel.
Mais qu'importe, j'ai grandi dans un foyer avec des valeurs de l'ancien monde, beaucoup de gens diraient que je suis une relique parce que j'attache beaucoup d'importance à des choses qui aujourd'hui n'en n'ont plus aucune mais ce n'est pas grave. Je suis un chevalier qui cherche un futur à un pays qui a perdu son passé, quoi de mieux pour rebâtir le Texas que lui rappeler qu'il est né de l'esclavage.
Je conclurais bien en citant un philosophe, mais ce serait idiot et hors contexte, alors je vais raconter une petite anecdote.

Je me tapais la sœur d'un pote, sans aucun respect pour notre amitié au point de faire hurler mon nom à la gourgandine alors que je le dévergondais dans sa chambre, tandis que mon ami qui n'en n'était plus un était juste à côté dans ses quartiers en train de réviser son concours pour aller à l'ENS.
J'étais un connard pour lui, mais j'ai envie de dire, j'étais aussi un gros connard du point de vue ma petite sœur, parce que j'ai menacé son copain de l'époque, qui révisait avec elle dans sa chambre à l'époque, de brûler sa maison s'il la touchait.
Il l'a pas touché. On touche pas à ma sœur.
Pour citer un artiste que mon grand père écoutait beaucoup, un célèbre parolier de Seine Saint-Denis qui arpentait sur sa mobylette la banlieue de Paris : Mon petit doigt m'a dit de lever celui du milieu.
C'est ce que je fais avec l'existence. Faites ce que je dis, ce que je fais c'est un calibre au dessus de vous les plébéiens, vous n'arriveriez pas à le faire même en vous donnant à fond.

Centres d'intérêts : les armes, la philosophie, la politique, tout en fait.
Du moment que c'est abordé avec intelligence.

Vie relationnelle et affective : Johanna, mon apprentie/amante/confidente/meilleure amie/petite soeur affective. Souvent un à la fois, parfois tout en même temps.
Hans Drachenwald, mon plus vieil ami, et un Allemand. Lui il voulait porter un brassard rouge mais je l'en empêche tout le temps parce que ça va déplaire. C'est une goule.
Famille : Julius Haber : car comme l'eut dit le roi Henri V à la bataille d'Azincourt, aujourd'hui celui qui versera son sang avec le mien sera mon frère.
Il me casse souvent les couilles, à vouloir que je foute tout et rien sur son armure assistée mais c'est un bon. Un jour par pure rage j'ai dessiné une bite sur sa X-01 au chalumeau, j'ai dû la gardé deux semaines à l'atelier pour styliser la gravure et faire passer ça pour une rose stylisée et en relief. Le pire? C'est que c'est probablement le meilleur être humain que j'ai croisé jusque maintenant. A l'exception de moi évidemment, je suis odieusement génial.
Johanna : quand on se sent seul on baise, c'est plus simple de coucher avec une amie et lui faire des confidences sur l'oreiller que de faire des confidences à une pute. De temps en temps quand on est vautré sur le canapé elle pose ses pieds sur mes cuisses et me pose des questions qu'aucune personne ne devrait avoir à poser. Qui est le père Noël par exemple, de quoi s'inspire la légion de Caesar.

Santé : Je suis un mutant, je suis un problème de santé. J'ai pas eu le droit à un avortement post natal.
Je fume du tabac et je bois de l'alcool, mais je pense que mes super globules blancs de super mutant ont tabassé ma cirrhose et mon cancer du poumon à mort vu que ça fait deux siècles que je suis la.

Histoire (300 mots) :

-Le lycée technique de Saint-Etienne c'est fait.
-Bravo Mikhail Kalachnikov, tu vas faire quoi maintenant? Devenir armurier? m'a demandé mon colocataire de chambre que j'avais réveillé au saut du lit à l'internat.

Mon père était cadre, ma mère infirmière, mes soeurs et moi on avait un avenir devant nous ; moi j'allais donner encore plus de travail à maman et sans doutes beaucoup de client à papa qui était avocat, tant la profession d'armurier est une profession appréciée de tout les malfaisants du monde. J'avais réussi mes études et était devenu un type capable de démonter un fusil d'assaut et de le remonter en trente secondes montre en main. Le geste tenait plus de l'automatisme que de la réelle expertise cependant, tant les principes physiques qui régissaient le truc étaient peu maîtrisés. Alors j'ai choisi d'approfondir dans l'art de tuer son prochain en allant dans une école prestigieuse.

-Direction Polytechnique?
-Connard, ça valait le coup de me réveiller.

Direction Polytechnique, j'ai bûché dur pendant des années et ait failli foirer le concours au deuxième essai, c'est de justesse que j'entrais, le reste c'était du gâteau : la prépa c'était le pire, l'école ça allait bien, j'étais payé pour étudier.
Je vous épargne le détail, sauf si vous voulez que je vous explique comment fonctionne une arme à emprunt de gaz actionnée par piston. Ça et la chimie.

-Polytechnique c'est fait.
-Bravo Paul Mauser, tu vas faire quoi maintenant? Fabriquer des missiles? M'a redit mon colocataire d’appartement, le même que St-Etienne, lui aussi à Polytechnique.
-L'armée.
-Connard, ça valait le coup de me réveiller pour ça...

Ça m'emmerdait de rester dans un bureau à vomir des calculs avec autant d'assiduité qu'un boulimique vomit son repas précédent avant d'en reprendre un autre : donc je suis parti m'engagé dans le centre de recrutement le plus proche, à cette époque la situation était déjà bien tendue, j'ai faits mon lot d'opérations avant de me tailler aux USA grâce à mes économies en désertant avec quelques amis.
Les US ont été une excellente étape dans ma vie ; riche à souhait grâce à mes économies (quand vous vivez en caserne et que vous gardez tout de côté ça va vite de se faire du pognon).
Puis un beau jour la ville dans laquelle je créchais s'est considérablement aplanie, la faute à la bombe nucléaire qui passait par là et a diminué les reliefs. Ma chère et tendre de l'époque ayant choisie de ne pas vouloir exister dans un monde sans la télé, je me retrouva seul avec mes collègues du bataillon, et mon colocataire de toujours qui en avait lui aussi eu marre des sciences dures.

-L'apocalypse c'est fait. On peut se servir chez les voisins non?
-Connard, t'auras été un enculé jusqu'au bout toi. Ca valait bien le coup qu'une bombe atomique me réveille tient.

Hans, mon sympathique colocataire a connu un destin assez enviable par rapport au mien : goulifié à cause de nos pérégrinations dans les terres désolées et enneigées du Dakota, à force de maraudes et d'errances vers le Sud, j'ai finis par me faire embarquer par une clique de super-mutants pour devenir l'un des leurs.
Dit comme ça, ça semble tout sympathique et pour moi ça l'a été en un sens : parce que si je suis devenu unique en mon genre, ça m'aura permis de taper un service dans l'armée du maître à Mariposa et surtout d'avoir accès à la vie éternelle. Hans lui personne ne lui a rien demandé puisque c'était une goule armée jusqu'aux dents. J'étais presque incompatible, le virus ne m'a pas augmenté autant que ce qui aurait été voulu, j'ai été un sous-fifre pendant toute mon existence auprès du maître et c'est surtout en bouffant ce qui me tombait sous la main que j'ai tenu le coup. Ca et mon cerveau qui n'avait rien perdu de sa superbe, en bref le FEV m'avait rendu moche, offert un an de muscu à la salle et m'avait rendu un peu plus agressif, mais j'étais en mesure d'utiliser un mortier correctement, ça m'a sauvé la mise.

-Le maître c'est fait, d'ailleurs ça faisait un bail Hans. Merci au sympathique ubermensch qui aura massacré Richard Moreau, le service militaire chez lui m'avait agacé. Libre de faire ce que je voulais, je suis retourné voir le type qui m'avait suivi toute mon existence (ou alors l'inverse?).
-Connard, tu me réveilles au saut de mon hamac pour me dire ça? Je suppose que c'est l'heure de vadrouiller.

Caractériser d'errance notre voyage aurait été un euphémisme : nous avons un peu errer en cercle dans le centre des USA avant de nous égarer à New-York avant de passer par New-Vegas de l'autre côté du monde, s'en est suivie un petit passage chez des types en jupes qui se prenaient pour des romains puis séjour touristique sous haute tension à Boston à photographier des tas de gens et le Zeppelin de la confrérie de l'acier.
Tout cela en suivant le schéma : profit, alcool, femme, problème, fuite. Un coup je fricotais avec une marchande d'art carrément mafieuse sur les bords qui refourguais des reproductions d'oeuvre d'arts en disant que c'était les vraies. C'est la que j'ai appris quelques techniques de faussaires (par exemple avec le bon traitement à l'acide on peut donner un effet vieux au bois). Un coup c'était Hans qui devenait dingue et défiait en duel tout le bar pour les beaux yeux d'une dame.

-Toute l'Amérique, c'est fait. On se pose à la Nouvelle-Orléans?
-Connard, ça valait bien le coup de se poser dans un endroit par lequel on est passé des centaines de fois lors de nos péripéties. D'ailleurs à chaque fois que tu dis que "C'est fait.", il nous arrive des emmerdes monstres : d'abord le concours Polytechnique, ensuite l'Armée, ensuite l'Apocalypse, l'armée du maître pour toi, Nécrotopia pour moi, une errance digne du peuple juif à sa sortie d'Egypte. C'est quoi la suite?

Affronter des clients stupides.

-Si on montait une boîte?
-Co... Ah, une boîte, oui pourquoi pas.

On a monté une armurerie : ça ne manquait pas les portes flingues à l'époque à la Nouvelle-Orléans, j'ai profité de notre nouveau mode de vie sédentaire pour agrandir un peu plus mon champ de compétence. Je me suis posé sur les docks dans un vieux paquebot et le commerce est devenu vite florissant : la qualité ça paie plus que la quantité, surtout que les clients ont moins tendance à revenir avec l'intention de vous flinguer parce que vous leur avez vendu des balles foireuses.
Ensuite?
Seuls des événements que Julius Haber peut narrer, et encore.
Les affaires n'étaient plus si florissantes vers la fin, la faute au conflit qui s'étendait partout dans les terres dévastées entre les psychotiques et la RNC, la confrérie de l'Acier qui lorgnait sur mes connaissances, l'Enclave qui attendait le bon moment pour m'éliminer... J'ai préféré partir de Louisiane, pour finalement aboutir au Texas après de longues pérégrinations.

-Nous devons aller au Texas Hans!
-Connard! Pile au moment où j'avais trouvé la paix intérieure!

Direction le Texas, pour subir la RNC, la légion et tout le reste.

SPECIAL :

Strenght : 6
Perception : 3
Endurance : 7
Charisma : 1
Intelligence : 7
Agility : 3
Luck : 1


DERRIÈRE LE PERSONNAGE




Pseudo : non
Âge : non
Disponibilités : non
Quelque chose à ajouter ? : non
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
1

1

1

1

1

1

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Séraphin de Saint-Etienne Dim 28 Oct - 10:26
Bon retour chez toi, tout d'abord !
Un personnage fort, bien caractérisé. C'est très plaisant à lire, et fluide. J'ai hâte de voir comment Séraphin va s'adapter à la vie dans une communauté.
J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es :

Revenir en haut Aller en bas

Séraphin de Saint-Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» BOUILLE x caniche 9 ans SPA ST Etienne Loire (42) ADOPTE
» un amour de Féfé
» Bienvenue à Joël Servy
» L'Etrat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Registre des Survivants :: Présentations Validées-