CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Hello whore world... Its me again. [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 13:54
Fondation : une semaine après l'arrivée. 17 octobre 2295

Combien de temps la vagabonde était elle restée dans son coma ?
Impossible à quantifier pour elle en tout cas... Cependant, dans le silence d'une vieille battisse poussiéreuse, la pillarde vint à entendre le lointains battement de son cœur, signe d'un réveil imminent.. Petit à petit, ses membres revinrent à réagir, comme si elle revenait à la vie.

Un grognement furtif vint alors à sortir de sa bouche alors que ses yeux s'ouvrir lentement sur un ventilateur de plafond au bout duquel une lampe en piteuse état ce balançait mollement.
Il fallut quelque minute à la femme pour commencer à totalement reprendre ses esprits, finissant par lentement ce relever de son lit d'opération, le dos nus, avec comme seule cache-poitrine un bandage mis là afin qu'elle ne sois pas totalement nue à son réveil.

Silencieusement, la pillarde ce mit alors à toiser les alentours, visualisant personne d'autre qu'elle dans la pièce, avant de ce rendre compte enfin que son dos mis à nue laisser apparaître le large tatouage qui l'ornait. Rapidement, elle arracha les tuyaux reliée à son bras mais c'est alors qu'un homme d'age mur vint à rentrer, faisant face au regard glaciale de la vagabonde qui le fixa silencieusement pendant plusieurs minutes d'un air froid.

« Ho... Hola du calme... Je ne vous veux aucun mal ok ? je... hum. » L'homme levât les mains en l'air en essayant de paraître le plus inoffensif possible avant de venir calmement s'asseoir sur une chaise, prêt de sa patiente.
« Qu'est ce que je fout ici... Et putain tes qui toi bâtard ? »
« Du-du Calme d'accord... Je vous ais trouvez dans le désert, inconsciente et... Comme je suis médecin je vous ais ramené chez moi afin de vous soigner... Je suis Doc Oggs je... Hmfff... »

L'homme attrapa alors un verre d'eau qu'il lui tendit de sa main rendue légèrement tremblante à cause de l'age.

« écoutait... Je ne suis pas un voleur ou quoi que ce soit, je ne suis pas votre ennemie... Vous étiez inconsciente et quand je vous ais récupérée des rad-vautour était déjà entrain de tourner autour de vous. »

La Hyène regarda une fois encore l'homme sans rien dire, puis avala son verre d'eau pour ensuite ce lever difficilement de sa place, geste qui fit réagir le doc' qui tenta alors de stopper la vagabonde qui cependant le repoussa d'un geste brusque avant de manquer de tomber sur une petite commode en inox, renversant au passage les ustensile s'y trouvant.

« C-calmez vous... Restait allongée, je vous en prit ! »
« Ta gueule... Si je... Haa... Hmmff... Je vais bien, donne moi mes fringues et laisse moi partir. »
« Ma- » « LA FERME ! »

Cette ultime tirade figea la pièce dans un silence assez lourd, du moins, jusqu'à ce que la pillarde ce mette a parler sur un ton un peu moins aggresif.

« Je t'ai rien demandé... Alors c'est bien, ta fait ta putain d'bonne action, maintenant tu me laisse partir... Je suis plus solide que ce que tu pense. »

L'homme, certes quelque peut embête fini toutefois par lui répondre un bref hochement de tête, ce levant alors de sa chaise afin de ramener à notre vagabonde ses affaires, affaires qu'elle commença alors a enfiler, quelque peu difficilement car pas totalement remise mais... Au bout de quelque minutes, la femme fini par retrouver la quasi-totalité de ses esprits.

« J'ai rien pour toi malheureusement... Doc. »

En entendant cela, l'homme vint à agiter ses main en signe de refus.
« Non non.. Rassurez vous, je de vous demande rien... J'ai fait ça par bonté, uniquement... Vous ne me devez rien, vraiment. »

Sur ses mots, la femme toisa de nouveau l'homme de haut en bas, lui faisant un simple hochement de tête en lui disant : « Je reviendrait payer ma dette. Question de principe. » avant de finalement ouvrir la porte, porte donnant sur une rue marchande, éblouissant la femme quelque secondes au passage.

Une fois dehors, elle avançât lentement dans la rue, visualisant alors une foule de monde qui, naturellement la regardèrent d'un air curieux.
Il est clair qu'elle avait tout d'une étrangère ici bas, plus encore quand on sais que le gros de sa vie, elle l'avait passé en dehors des villes.

Calmement et non sans un pointe de fierté, la femme ce mit alors à avancer parmi la populace, à la recherche de quoi que ce soit d'utile, bureaux des prime, épicerie, droguerie, bar ou armurie.

Seul problème, c'est qu'elle n'avait pas un rond, hors mis sa capsule de sunset sarsaparilla étoilé.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 15:14
Brook Grogna un peu.

-Mais tu vas marcher Saloperie de merde !

Elle tenta a nouveau de tourner la roulette de l'objet en métal qu'elle tenait mais celle ci bien que réussissant a tourner n'arriva pas a produire la flamme voulue. juste des étincelles. Brooke soupira et rangea le zippo argenté orné de son initiale finement ouvragé dessus dans sa poche de pantalon et lova le cigarillos éteint dans un coin de sa bouche. Elle s’avança alors dans cette rue fourmillante de monde. on se serait crue presque a New Vegas. Mais en plus grand et aussi avec moins de militaires.

Il y avait de tout, des bars, des échoppes diverses et variées vendant des meubles au flingues de compétition mais aussi des stands ou la marchandises proposées n’était pas forcément la marchandises du consommateur lambda et aussi pas mal de maisons closes ou d’hôtels. Bien qu'elle ne soit pas au Nevada elle se sentait presque a la maison. même si sa maison pour elle c’était plutôt le désert.

Elle continua a marcher dans cette rue au rythme du cliquetis de ses éperons de bottes, le soleil tapait fort, heureusement son poncho et son chapeau la protégeait souvent des intempéries. Apres plusieurs minutes de marches elle s'aretta et ressortit son zippo qui cette fois ci s'alluma sans rouspéter et embrassa le tube brun de nicotine et de tabac. Elle inspira et souffla la fumée avant de se poser contre un mur en penchant un peu son chapeau de façon a ce que l'on ne voit pas son visage mais seulement son sourire. son éternel sourire espiègle.

Et c'est a ce moment précis qu'une femme sortit d'une barque ressemblant a une sorte de clinique de rue. Elle n'avait pas la même insouciance dans le regard que les badauds et pas non plus la même dégaine.

Elle portait un vieux trench coat noir renforcé par des plaques d'acier et de protections a divers endroits en dessous duquel une vieille combinaison intégrale de la confrérie de l'acier de couleur anthracite, par-dessous un treillis gris sombre. pour finir des larges bottes cloutés et pour la tète bas ça faisait plus penser a une pillarde qu'a autre chose, cheveux long sur un coté rasé de l'autre, un regard froid et glacial et un piercing dans le nez.

En voyant ça Brook ne put réprimer un sourire. y'avait peut être des gens intéressants dans cette ville après tout. Elle la fixa sans se cacher soufflant un volute de fumée.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 15:41
Depuis qu’on l’avait laissé près de Dallas, Melvin vivait de petits boulots. Il n’avait rien avec lui sinon des vêtements crasseux, une douille pendant à un lacet autour de son cou et une suite de lettres et de chiffres à l’esprit. Une suite qu’il avait appris par cœur, qu’il se récitait matin et soir. Qu’il marmonnait, parfois.

Son état physique n’était pas reluisant. En règle générale, il n’était pas plus faiblard qu’un autre et s’était plié sans trop de problème à la coutume locale des Terres désolées qui consistait à ne pas tout à fait dormir à satiété, mais ses muscles manquaient de force. Il peinait à soulever des charges lourdes et souffrait régulièrement de fièvres, de vertiges, de tremblements. Parfois, son ouïe devenait sensible, son corps transi ou submergé par des suées soudaines. Melvin n’était pas médecin, mais il n’ignorait pas que la balle logée quelque part dans son crâne avait de fortes chances d’être corrélée à ses gênes.

S’il voulait se consacrer à l’étude de son passé, il allait devoir d’abord régler ce détail médical sans quoi il finirait tôt ou tard par entraver son enquête. D’ailleurs, à quoi bon connaître son passé si c’était pour mourir l’instant suivant parce que la balle avait fini par toucher une région critique du cerveau ? Non, guérir était une priorité.

Plus facile à dire qu’à faire, cependant. Ce genre d’opérations était délicat et très onéreux. De plus, il avait douloureusement appris ce que signifiait être une goule dans les Terres désolés : les regards torves ou amusés, les quolibets ou les insultes, les menaces, parfois les violences. Jusqu’ici il était plutôt bien tombé. Les autres du quartier des goules avaient des anecdotes toutes plus horrifiantes les unes que les autres par dizaines à raconter. Il savait que ce n’était qu’une question de temps avant qu’il n’en vive une.

Le chemin vers Fondation s’était déroulé sans anicroche. Cinq jours de voyage. Beaucoup plus que nécessaire pour faire le trajet, à la vérité, mais il ne pouvait marcher et trouver de quoi se nourrir en même temps. Il travaillait donc une journée dans une ferme, dormait quelques heures dans la grange à la nuit tombée et, au chant du coq, se présentait au premier être vivant venu pour lui proposer son aide contre le couvert. Dans la bordure extérieure la nécessité faisait loi et les gens ne faisaient pas de chichi. Ils acceptaient pour la plupart volontiers l’aide même si elle venait d’une goule, mais ne payaient que ce qu’ils pouvaient, c’est-à-dire peu. S’il voulait financer son opération, Melvin allait devoir chercher là où se trouvait l’argent : en ville.

Une fois arrivé à Fondation, ce fut une autre paire de manches. Il savait qu’il ne deviendrait jamais comptable, dactylographe ou serveur. C’était des métiers réservés aux « humains », ça. Lui devrait se contenter des boulots pénibles ou dangereux, voire les deux. Il avait roulé sa bosse quelques semaines en débitage de brahmine - ce qui lui avait permis de se trouver une petite tôle dans les favelas au quartier des goules – et travaillait à présent au ravalement de façade d’un trottoir des beaux quartiers. Entièrement couvert, il maniait le bitume brûlant sans protection et enroulait un torchon par-dessus sa cagoule pour éviter de respirer les émanations toxiques. Il se levait tôt et rentrait fourbu, mais il était payé.

Après le travail, il lui arrivait souvent de se rendre dans le seul café de la rue qui l’avait accepté. A condition qu’il garde sa cagoule et qu’il s’asseye sur le siège le plus reculé du comptoir juste derrière les toilettes (il n’avait pas droit aux tables, même petites), il pouvait consommer. L’alcool était une dépense déraisonnable pour lui. Il devait mettre de côté. Aussi prenait-il de l’eau qu’il sirotait tranquillement en profitant du rembourrage du tabouret et de l’ambiance saine de l’établissement. L’eau n’était pas pure, mais au moins ne coûtait-elle qu’une capsule la carafe ; ce qui constituait son hydratation quotidienne.

Ce jour-là, le café était bondé. Une chanteuse très en vue donnait un concert non loin et le monde affluait déjà. Ça n’était qu’une question de temps avant que l’accord tacite entre Melvin et le barman ne prenne temporairement fin et qu’il ne soit jeté dehors. Les seuls sièges disponibles restant étaient voisins au sien. Dans la rue, le soleil déclinant dardait des rayons horizontaux aveuglants qui teintaient d’or les murs.

A contre-jour, une nouvelle personne entra.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 18:40
La Pillarde déambulât parmi les badauds en les toisant silencieusement de son regard neutre et vide d'humanité, tout étaient très différent, certes, mais il avait comme point communs de ce retourner au passage de la femme qui, à leurs yeux, ressemblait plus à une raider qu'a autre chose, que ce sois de par sa coupe de cheveux, son regard ou même son piercing nasal, un bijoux habituellement prisé des pillard.

Sans un mots, la femme fini par arriver à destination d'un bar visiblement animé et, sans vraiment réfléchir plus que ça, elle entra en son sein, dos au soleil. Lorsqu'elle passa les portes à bascule de l'établissement, une fois encore, plusieurs personne la toisèrent de manière assez bizarre, comme si elle venait de pisser dans leur verre.
Toujours très silencieusement, la femme vint à s'approcher du zing, faisant cliqueter ses lourde botte cloutées avant de s'asseoir là où elle trouvait de la place. La Hyène ne prit même pas en compte la goule ce trouvant à coté d'elle et au fond, la vagabonde avait au moins pour elle de ne pas dénigrer cette partie de la population... Au fond, ce que les goules on enduré, la plupart des type qui les déteste ne serait pas foutu de vivre avec ce n'est ce qu'une journée donc... D'un point de vus purement théorique, dans l'esprit de la Hyène, certaine goules valait bien plus qu'un homme normal, même ci, ça restait au fond des ancien être humain que donc, sans parler de leur condition physique, il avait eu aussi leur part d'ombre, leur faiblesse et toute la merde propre au êtres humains.

Cet alors que le Barman vint à s'approcher de la pillarde qui, pendant ce temps c'était mise à ce rouler un cigarette.

« Ce sera quoi pour... La dame ? »
« j'ai pas de quoi payer pour l'instant... Mais je suis une femme de parole, si tu m'offre un verre... Je m'arrangerais pour te ramener l'argent, ça doit pas être le boulot qui manque par ici. »

Le barman, qui était entrain de nettoyer une peinte de bière ce figea alors, toisant la femme d'un air neutre, avant de pouffer de rire en affichant un sourire amusé.

« ahaha ! Elle est bien bonne celle là. »

L'homme ce tourna alors vers sa machine à bière et remplie la chope avant d'enlever le surplus de mousse d'un coup de lame en bois pour finalement poser la chope devant la femme.

« Allez c'est cadeaux... j'ai déjà remplie mon cahier des charge pour la journée, mais... C'est exceptionnel. »

La Hyène toisa la chope de ses yeux jaune avant de ce remettre à regarder l'homme le plus sérieusement du monde.

« Je payerai. J'ai pas pour habitude de mendier. »

Sur ce le Barman haussa les épaule l'air de dire « comme tu veux » avant de ce tranquillement ce remettre à bidouiller ses verre.
La femme termina de rouler sa cigarette puis, prit une gorgée de bière dans sa choppe avant d'entendre une voix rauque s'adresser à elle.

« Dit donc toi... Tu sais que ce verre c'était censé être le mien, tu m'es passé devant là ! »

Sans même regarder l'homme, la femme s’allumât sa cigarette en regardant fixement le mur en face d'elle.

« Eyh ! T'entend quand je te parle ? »
« C'est bon blister... Laisse là, tu vois bien qu'elle t'as rien demandé... Tu sais comment ça c'est fini la dernière fois, hein ? »
« Toi... Toi tu te tais... Cette meuf je la sent pas... Elle a tout de ses putain de déglingosse qu'on vois dehors... Et en plus, elle ce permet de demander un verre alors qu'elle a pas de thune... Putain jeffrey, ta perdu tes couille moi je dit, à une époque, t'aurais jamais servie gratis une étrangère. »
«  Et toi tes complètement torché et si tu continue ton spectacle, bientôt, les seul troqué que tu pourra visité c'est ceux des favelas, alors laisse là et fini ton verre. »

L'homme visiblement ivre ce calma quelque peu avant de finalement dire d'un air légèrement supérieur. « N'empêche... J'aime pas sa gueule, hein les gars, qu'elle a une sale gueule, ahaha. »

Les deux gaillard derrière ce blister ce mirent alors à rigoler de concert, avant que la hyène ne vient enfin à tourner son regard vers l'homme saoul, le regardant fixement dans les yeux.

« Quoi ? Tu veux quoi ? Tu croit tu peut faire quoi que ce soit contre moi ? »
Calmement, la hyène ce remit à regarder le mur en contenant sa haine déjà bien présente et clairement palpable. Mais l'homme n'en démenti pas et vint à poser sa main sur l'épaule de la femme avant de lui dire le mots de trop.

« C'est ça... Baisse les yeux, femme. »
VLAM !

D'un coup sec, la femme attrapa l'homme par la nuque et colla la face de ce dernier contre le bar avant d'approcher son visage du sien.

« Ta Raison... Je suis une étrangère. Et là d'où je viens, ce que tu viens de faire et de dire t'aurais value de te faire arracher la langue et couper les couilles. Mais comme tu le dit si bien, je vais pas le faire, car je me sais dans un endroit civilisé où il y a des règles à tenir... J'ai pas plus envie que ça de retourner dehors pour l'instant... Toi par contre, ne me croise jamais dans les terres désolé, sinon.... Tes mort, c'est clair ? »

Sur ceux la femme relâcha l'homme qui en ce reculant d'un coup faillit trébucher. Ce dernier affichant à présent un regard légèrement apeuré.

« O-ok les gars... On ce tire... Putain d'sauvage déglingé des terre désolé, tous de la vermine ! » Dit alors avant de cracher au sol pour partir loin d'ici.

Une fois cela fait, la femme reprit son verre sous le regard amusé de plusieurs personnes, au fond, elle était dans son bon droit, elle avait pour le coup simplement remis en place un ivrogne trop con pour savoir à qui il avait à faire... Mais ci au fond, elle devait sa réussite uniquement à son charisme car elle ne possédait pour l'heure aucune arme et que même ci elle ne le montrait pas, sa santé était pas encore au beau fixe.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 20:38
Brooke suivit du regard les déplacements rapides de la....de la quoi au fait ? pillarde ? Personne avec un air méchant, La croqueuse de bébé joufflu ? Bas peu importe toujours était t'il que cette dernière traversa la foule un moment suivie de Brooke avec plusieurs mètres d’écart avant de rentrer dans un bar. Brook ne put s’empêcher de sourire ça tombait bien elle avait soif. Elle s'approcha a son rythme de l’établissement et le temps qu’elle arrive dans l'encadrement elle vit la femme montré qu'elle avait pas envie qu'on l'emmerde a un client disons qui devait avoir assez bu.

En effet elle lui avait collé violemment le visage sur le comptoir avant de l’engueuler et de le laisser partir avec deux de ses compagnons avant de reprendre sa boisson. Brooke laissa les hommes sortir en se tenant appuyé sur le mur juste a coté des portes a bascule du bar puis entra a son tour. elle entra en poussant lentement les portes puis aspira une bouffée de son cigare et souffla la fumée avant de se diriger vers le comptoir d'un pas lent. A chacun de ceux ci ses éperons claquaient contre le sol dans un bruit métallique qu'elle aimait tout particulièrement.

Elle s'installa sur un tabouret du comptoir non loin de celui de la femme mais plus éloigné de celui d'une goule présente qu'elle n'avait genre...pas du tut calculé au début. Elle grimaça une seconde. elle n’avait rien contre les goules mais ne les aimait pas particulièrement non plus. Mais elle se reprit.

-Barman un double whysky glace s'il vous plait.
-Et un double glace c'est partit.


Brook s'tait installé de façon a ce qu'on voit bien son corps en entier mais pas ses flingues recouverts par son poncho ni ses yeux et la plupart de son visage dissimulé sous son chapeau. Elle continuait d'ailleurs a zieuter furtivement la femme avant de prendre le verre que le Barman venait de lui glisser sous le nez. Elle reprit de son cigare en posant les capsules nécessaires pour la consommation et commença a siroter le liquide ambré.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mer 24 Oct - 22:43
Melvin en était à la moitié de son pichet d’eau. Cette dernière avait un arrière-goût qu’il ne valait mieux pas trop analyser. Mais après tout, c’était suffisant pour lui. Pour une capsule, son ambition était de ne pas mourir déshydraté. Pour le reste… Il se resservit un verre et souleva sa cagoule ; juste assez pour dégager sa bouche grisâtre et édentée.

La nouvelle cliente s’assit non loin de lui. Elle détonnait avec le ton du café qui était plutôt cosy. Melvin aimait bien son trench-coat. Il aurait bien aimé s’en payer un comme ça. Tout ce qu’il portait, c’était son bleu de travail, que son patron lui louait. Quel genre de personnes fallait-il être pour ne fournir aucune protection à ses employés et qui plus est exiger qu’ils payent pour leur bleu ?

Il but une gorgée. Le problème quand on boit une carafe d’eau d’un coup, c’est que l’envie d’uriner arrive beaucoup plus rapidement. Melvin n’avait pas le droit d’aller aux toilettes. Un engin de goule était susceptible de faire fuir les voisins d’urinoir, et le taulier ne voulait pas de ça. Il ne lui en voulait pas. Derrière ses a priori et son air buté, Jeffrey n’était pas un mauvais bougre. Un peu rétrograde, le genre à l’ancienne, mais pas à s’en prendre aux autres gratuitement. Tiens, il avait même offert une bière à cette femme, là. Dans un autre établissement de cette rue, on lui aurait gentiment demandé de partir. En parlant de partir Melvin buvait plus vite, anticipant le barman qui n'aurait peut-être pas tant de compassion alors que la salle se remplissait et qu'un humain pouvait avoir besoin de s'asseoir.

Mais une diversion spectaculaire se produisit : un soûlard bagarreur était venu importuner sa voisine de comptoir. Melvin était quant à lui tellement insignifiant que l’homme ne l’avait pas remarqué. Sur le coup il fut indigné qu’on s’en prenne à une femme, mais il n’osa intervenir. Il appréhendait certes la violence, mais s’était déterminé à lui faire face lorsqu’elle s’avérerait inévitable. En revanche, il aimait ce café et s’immiscer dans l’altercation n’aurait d’autre effet que de s’en voir définitivement banni. Le barman sembla exprimer sa désapprobation mais, occupé, s’en alla vit prendre d’autres commandes. La femme avait un style étrange, qui ne passait pas inaperçu ; rien n’indiquait qu’on prendrait sa défense si les choses devaient dégénérer. Au fond de lui il sentait qu’il devait le faire, mais le ferait-il ? Qu’il s’interpose et les deux types derrière le belligérant s’empresseraient de le tirer dans une ruelle pour le rosser et le dépouiller. L’idée de se faire voler sa paie de la journée lui était profondément désagréable.

Lorsque la femme se retourna avec un air peu commode, il se dit que la situation était sur le point d’exploser et il crut devoir passer à l’action. Un pied descendit du tabouret tandis qu’il remettait sa cagoule sur son visage ; s’il devait calmer le jeu, autant ne pas donner de raison au type ivre de s’emballer et la simple vue de son visage en serait clairement une. Il eut tout juste le temps de maintenir sa carafe lorsque le comptoir trembla sous le choc du visage humain. Un peu d’eau s’était renversée.

A moitié debout, son cœur se mit à battre plus fort comme s’il participait à la bagarre… Qui fut heureusement avortée dans l’œuf et la violence. Le type partit visiblement lésé mais tentant de n’en rien paraître et ses amis marchaient gaillardement en le réconfortant d’une claque dans le dos et en riant ouvertement de la femme comme si elle n’avait pas mis une raclée à leur camarade.

Dehors, on pouvait voir l’homme ivre s’allumer une cigarette de ses mains tremblantes et parler avec vivacité en écartant les bras et en faisant de grands gestes. Melvin avait déjà vu ça : certaines personnes avaient tendance à raconter les bagarres passées en ponctuant leur narration de cette gestuelle. Il comprit ce soir-là que ces personnes le faisaient pour se rassurer. Elles reconstituaient la chronologie en l’arrangeant un peu et les spectateurs souvent bienveillants approuvaient sans pour autant s’y laisser prendre. Comme un contrat implicite que passaient les camarades de comptoir : j’approuverai tes mensonges si tu approuves les miens.

Une autre personne vint s’asseoir. Il n’eut trop le temps de la voir, la première femme étant assise entre eux en sirotant sa bière. Il hésita un instant, finit son verre puis s’adressa à la femme après avoir une fois de plus rabattu sa cagoule :

« Pas d’argent ? Connais un type. Pas du sexe, pas dang’reux. Bon pour toi. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Jeu 25 Oct - 12:13
Une fois l'homme partie, la Hyène se remit à boire sa bière silencieusement, une autre femme venant s'asseoir à coté d'elle, femme que la Hyène toisa du coin du regard sans rien dire, clope au bord des lèvres. Ladite femme avait tout d'une desperados, le genre que l'on rencontre souvent dans l'ouest, la plupart du temps des mercenaires ou des chasseur/euses de primes. La Hyène n'aimait pas spécialement être ainsi entourée d'autres personnes mais c'était ainsi, elle aller devoir s'y faire.
Cet alors qu'elle entendit une voix rocailleuse et sèche lui adresser la parole, lui disant qu'il savait où elle pourrait gagner quelque capsule et ce sûrement en échange d'un travaille soi disant non sexuel et non dangereux.

La pillarde ne répondit pas tout de suite à la proposition de la goule, ce contentant de réfléchir quelques minutes audites paroles.
La femme avala d'une traite plusieurs gorgée d'alcool avant d'aspirer une bonne quantité de fumée, fumée qu'elle recracha ensuite par le nez.

« le danger ne me fait pas peur... Tous ce que je demande c'est une paye convenable pour le travaille accomplie.Par ailleurs... Si tu sais où ce trouve le bureau des primes... ça m’intéresse. »


Autant tout ce qui était protection de civile, c'était pas ça tasse de thé, autant quand il s'agissait de traquer et de tuer des personne en particulier, la Hyène n'était pas la dernière, malgré son manque d'arme

«J'ai besoin d'arme aussi... Il y a un marché parallèle en ville je suppose, un endroit où on serait prêt à me refourguer tous ce que je désir... Quitte à devoir me séparer de ça... »

Cet alors que la Hyène vint à sortir de sa poche une capsule étoile de sunset sarsaparilla de sa poche et de la montrer rapidement à la goule en gardant les yeux rivés sur sa choppe.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Ven 26 Oct - 15:21
Brook son verre a la main et son cigarillos entre les dents écoutait les bruits et les conversations autour d'elles mais zieutait aussi continuellement la Pillarde. enfin ce n'en était peut être pas une mais pour elle ca y ressemblait drôlement. Cette dernière avec un verre Egalement venait d’engager la conversation avec la goule assis au comptoir qui venait de lui proposer un job.

Ça devenait intéressant, apparemment la pillarde était sur la paille sans arme ni rien. La goule lui proposait un travail bien payé. Mais Cet argent brook savait qu'il valait mieux qu'il soit utilisée par quelqu’un de loyal et responsable comme elle. Elle réfléchit aux options disponible. Soit doubler en suivant les deux et faire tout capoter et leur prendre leur argent et leurs vies ou bien participer au boulote et sans doute tenter plus tard de négocier une plus grosse part.

Elle fit tourner le liquide ambré dans son verre avant de le boire d'une traite et de recoller son cigarillos entre ses lèvres. Elle ne savait quoi choisir car les deux propositions se valait et dans les deux cas les gens risquaient une fois de plus de devenir son ennemie mais ça elle s'en foutait royalement. C'est ce qu'elle se dit avant que la pillarde ne sorte une capsule frappé d'une étoile.

Brook manqua de s'ettoufer en reconnaissant l'objet. elle se calma et plaça une de ses mains en dessous de son poncho et attrapa ou plutôt voulut attraper la crosse de son Remington de droite .Mais elle se rappela alors qu'a peine arrivé en ville un petit salaud lui avait piqué dans un hôtel alors qu'elle dormait a poing fermés. Mais elle les retrouverait ça elle en avait fait le serment et le petit malin qui lui avait pris aurait droit a du plomb comme cadeau de sympathie. Heureusement le poncho cachait tout elle ne paraîtrait donc pas ridicule a vouloir attraper un objet invisible. elle souffla des volutes de fumée avant de prendre la parole.

-Range ca....Tu veux te faire descendre ou quoi ? tu connais la valeur de ces trucs ?
Heureusement c'est moins grave ici qu'au Nevada mais range le conseil.


Elle regardait la Pillarde dans les yeux toujours avec le sourire Espiègle et les yeux cachées par son chapeau mais sa voix était des plus sérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Ven 26 Oct - 16:38
La femme sans le sou ne lui répondit pas. Melvin se garda d'insister. Le séant vissé sur son tabouret, il entreprit d’essuyer l’eau du comptoir avec la manche propre de son bleu (celle qui tenait le bout de la pelle le plus éloigné du bitume fumant). L’atmosphère devenait de plus en plus opaque de nuages bleus de tabac que les clients soufflaient du nez. C’était comme si la vie des être humains se mélangeait. Se servant son dernier verre, il en était là de sa contemplation lorsque la femme s’adressa de nouveau à lui.

Elle semblait avoir considéré positivement la question. A sa réponse, il se dit qu’elle avait tout d’une mercenaire. Lorsqu’elle évoqua le bureau des primes, il eut un rire qui se voulait taquin mais eut l'air sinistre – il ne s’était pas encore tout à fait habitué à sa propre voix. Si la dame voulait se faire chasseuse de prime sans arme, elle allait devoir se lever tôt.

« Pas ici. Belle ville, ici. Les flics, qui font la loi. Dans les faubourg, le bureau. »

Son interlocutrice avait cependant déjà pensé à la question des armes puisqu’elle dit vouloir se fournir. Pour cela, il ne pouvait l'aider. Lui-même n’était à Fondation que depuis peu de temps, et il ne connaissait pas grand monde. Personne susceptible de lui fournir des armes exceptées en location et pour un travail précis, tout comme lui devait payer son bleu. Une idée commençait cependant à germer dans son esprit.

Lorsqu’elle lui montra la capsule de Sunset Sarsaparilla, il y jeta un coup d’œil mais n’eut aucune réaction particulière.

« Une caps’ ? Vas pas aller loin, ‘vec ça. Pour les armes…
- Range ça... Tu veux te faire descendre ou quoi ? Tu connais la valeur de ces trucs ? Heureusement c'est moins grave ici qu'au Nevada mais range le conseil.
»

Melvin se pencha quelque peu sur le comptoir pour observer la femme qui venait de parler. Elle aussi détonnait pas mal avec l’ambiance du café. On l’aurait dit droit sortie d’un western. Il ne parvint pas à voir son visage mais son regard n’osa trop s’attarder sur elle. Reluquer une dame, ça ne se faisait pas.

La capsule étoilée valait donc très cher. Dans ce cas, la femme n’était peut-être pas si pauvre que ça. Au contraire, si ce que la desperado disait était vrai elle était même bien plus riche que lui. Aussi son conseil était-il avisé.

« ‘A raison. Si c’est cher, montre pas. Vends pas non plus. ‘Ferais arnaquer. Cache que’qu’part. Correctement. Et des p’tits jobs, dans les faubourgs. Pour des contacts. Fais connaissance, parle. Tends l’oreille. Après seul’ment tu vends. Maximum caps. Peux pas aider pour ça. Mais peux téléphoner que’qu’un. Connaît des gens. Pourra t’aider cont’ service. ‘T-êt’ même plus. »

Connaissant la personne à laquelle il pensait, il y avait de bonnes chances pour que la femme soit engagée. Mais peut-être y avait-il moyen de s’associer avec elle pour qu’ils tirent tous deux plus de profit de la situation. Tout dépendrait de sa réponse, de ce qu’elle voulait vraiment. Les petits boulots ingrats étaient désagréables et sous-payés. S’il ne voulait pas trimer la moitié de sa vie pour se faire réparer le crâne c’était une équipe qu’il lui faudrait ; autant saisir l’opportunité au vol.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Ven 26 Oct - 20:16
La Goule avoua à la Hyène qu'ici, dans la belle ville, il n'y avait pas de bureau des prime, mais la pillarde n'était pas dupe, elle savait pertinemment que là où il y avait de la vie, il y avait forcément des cible à abattre mais cet alors qu'une jeune femme à l'allure de desperados vint à dire à notre vagabonde de cacher sa capsule, ce à quoi cette dernière répondit par un bref grognement suivit d'un regard désapprobateur. S’immiscer ainsi dans une conversation était risquée avec la Hyène, cependant, elle ne protesta pas plus que cela et ce remit à silencieusement écouter la goule qui continua sa  tirade affirmant qu'il connaissait quelqu'un capable de l'aider, ce sur quoi la vagabonde avala d'une traite le reste de ça bière avant de ce lever tout en écrasant sa cigarette dans un cendrier posé là.

«emmène moi là où je pourrait trouver du travail, cette ville est grande, elle doit regorger de personne désireuse d'anéantir la vie de leur prochain... C'est tout ce que je propose. »

L'espace d'un instant, la vagabonde regarda la desperados, la jugeant au passage et comprenant qu'elle était sûrement elle aussi du genre opportuniste, la goule en revanche ne semblait pas être du style à trop ce salir les mains... Pas qu'il serait incapable de tuer... Mais peut être n'oserait t-il pas franchir des limite que la Hyène avait quant à elle déjà franchit depuis longtemps.

Cet alors que la pillarde vint à voir une affiche de propagande affichant le visage d'un légat de la Légion, épinglé au mur et servant de cible de fléchettes improvisé. La femme toisa ladite affiche avant de ce tourner de nouveau vers son interlocuteur goule.

« La Légions est dans le coin... Je me trompe ? »

Un détail qui faisait toute la différence mine de rien... Et qui poussa la,pillarde à rapidement trouver de quoi s'équiper... Au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Ven 26 Oct - 21:13
Brook regarda la Pillarde, ne pas l’écouter et pensa simplement "après tout si elle veut mourir c'est son problème moi je m'en fous." elle continua a siroter son verre avant de le finir et de continuer a écouter la conversation de la pillarde et de la goule. Celle ci lui demandait de la présenter a quelqu'un pour du boulot "d'extermination" apparemment. Brook n’était pas une tueuse. Enfin si ele pouvait tuer sans problème mais n'y prenait aucun plaisir sauf dans certains cas.

Toujours était t'il que les deux a coté d'elle se levèrent et commencèrent a partir avant que Brook n'entende une question qui n'en était pas vraiment une. Une question sur une faction de connards qu'elle connaissait relativement bien pour les avoirs assez emmerdés dans le Nevada. La légion.

Elle pivota sur le tabouret et se retrouva les deux coudes sur les extrémités du comptoir face a l'affiche et a la pillarde qui se tenaient plus loin.

-Yep...En fait ils sont présent dans pas mal d’état notamment dans celui si et celui qui le borde et aussi Nevada et Arizona mais la je t'apprend rien. Mais ici c'est la puissance militaire la plus conséquente. Enfin c'est ce que j'ai entendu. Depuis le Barrage Hoover c'est un peu plus bordélique que d'habitude mais ils restent puissant et organisés.


Puis une fois sa petite tirade fini elle reporta son attention sur la goule.

-Dis moi mon gars moi aussi je commence a être un peu courte question budget y'as moyen que je vous suive pour trouver de quoi remplir mes poches ? Je peut faire a peu prés tout mais c'est vous qui voyez. Je ne veut surtout pas m'imposer...C'est pas mon style.

Elle se leva alors et se dirigea vers les deux et s'aretta pas loin deux dans une pose avec un main sur la hanche et l'autre main tenant son cigarillos dans l'attente d'une réponse mais cette fois ci on pouvait distinguer ses yeux bleutés lui d'un intelligence certaine.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Sam 27 Oct - 2:11
La dame en trench-coat semblait pressée. Melvin, lui, ne se leva pas tout de suite. Une serveuse passant par là pour servir quelqu’un, il lui tendit une capsule et mima un téléphone avec ses doigts. Elle acquiesça et partit à l’autre bout du bar. Il finit son verre qu’il déposa avec la carafe dans le lavabo en les passant par-dessus le comptoir.

« La Légions est dans le coin... Je me trompe ?
- Connais pas assez pour dire. Si oui, font profil bas ; cité indépendante, ici. ‘Vais passer un coup d’fil. S’y on peut voir le type. Mais j’fais rien gratuit. Prends cinq pourcent d’com’, pas négociab’. Reste assez pour une arme, pour toi. Mais peux faire plus si…
- Yep...
»

La desperado se mis à débiter un petit exposé sur la Légion. Une puissance militaire ? Melvin avait déjà entendu parlé de ces illuminés qui se prenaient pour des romains d’antan et qui faisaient des esclaves, mais il s’était toujours imaginé qu’il s’agissait de raiders originaux, tout au plus d’une tribu de survivants qui s’était réfugiée dans des grottes pour avaler des champignons pas très nets. S’il s’agissait d’une grosse faction armée comme l’Enclave, ça n’était pas une va-nu-pieds qui allait faire la différence.

Cela dit, la seconde femme s’adressa ensuite directement à lui. Voilà qu’il se transformait en entremetteur. Plus que le début d’un business, il espérait aboutir à une association fructueuse. Mais la méfiance le dominait et il n’était pas prêt à s’embarquer dans une combine sans être sûr qu’elle soit bien ficelée. Lui non plus n’avait pas d’arme et, de toute façon, il ne savait pas s’en servir. Enfin, pas à sa connaissance. Prit de court par l’arrivée de la serveuse il tâcha tout de même de répondre avant de s’éclipser vers la cabine téléphonique du bar.

« Voyez entre vous. Peut aider pour les primes. »

La serveuse lui tendit un petit jeton de poker qu’il prit en la remerciant d’un hochement du chef. Il laissa les deux femmes s’arranger entre elles pour déterminer si elles voulaient ou non faire équipe. Après tout, il n’allait ni les contraindre ni les dissuader. Mettez ensemble deux personnes qui refusaient de collaborer et le travail était sûr d’être bâclé. Mais si le courant passait entre elles, ils seraient plus efficaces. Il paya son jeton en tribu et tomba sur le standard téléphonique. Il regarda par-dessus son épaule pour s’assurer que ces dames ne tendaient pas l’oreille et, une fois satisfait, demanda :

« Rob et frère, sixième district.
- Un instant, je vous prie ; je vous mets en ligne.
»

Melvin patienta une minute et le cliquetis caractéristique lui indiqua qu’il était sur la ligne désirée. Il entendit le combiné qu’on soulève de son socle et une voix écorchée lui répondit :

« Rob et frère, prêteurs, j’écoute ?
- Melvin Clyde. Une proposition. Occupé ?
- Le p’tit gars, comment y va ? On est en train d’fermer, mais j’ai bien un peu d’temps à t’accorder si t’as quelque chose d’intéressant pour moi, bien sûr ! Qu’est-ce que tu fais d’beau, en c’moment ?
- Chantier, sur la cinquième. Trottoir.
- P’tit chanceux, les beaux quartiers ? Continues comme ça et tu vas finir cordiste sur la tour en construction. Mais, hey, t’es dispos, dans deux s’maines ?
- Non. Trois.
- Ah, c'est con. Parce que l’cousin il a besoin d’monde à la boucherie. Ça s’rait pour trois mois, cette fois.
- Dépend.
- Dépend, dépend… Dépend d’ta proposition, c’est ça ?
- Hum…
- Okay, alors raconte tout à tonton Rob ; de quoi c’est-y qu’ça cause ?
- Cherche toujours des gros-bras ?
- Bon écoute, j’vais t’dire c’que j’dis à tous ceux qui m’demandent : j’ai déjà des ours qui s’bousculent au portillon et j’sais plus quoi en foutre alors j…
- Humain, l’gros bras.
- Là, tu m’intéresses…
- Femme, genre raider. A écrasé un type, t’à l’heure.
- Et comment qu’ça m’intéresse ! Elle demande combien ?
- Te cuisinera sans doute. Veux qu’on passe ?
- (rire enroué) Bah traînez pas, alors. J’ai pas envie d’m’attarder ici, j’ai pas encore mangé et j'commence à avoir les crocs.
- Veux êt’ là. Pendant négociations.
- Eh eh ! Bah tiens, tu m’étonnes. Tu veux t’assurer qu’on t’encule pas sur ta part, c’est ça ? Et pour l’cousin, alors ? Un p’tit geste ?
- Vais voir pour deux s’maines. Promets rien. Si j’peux, je viens.
- J’compte sur toi. Essayez d’venir d’ici une heure max’, quand même.
- Une heure max’.
- A tout d’suite, Mel’.
»

Rob raccrocha et Melvin fit de même. Il s’en retourna vers les deux femmes et attendit qu’elles aient fini de parler pour leur annoncer qu’il avait arrangé un rendez-vous et qu’ils pouvaient se mettre en chemin sur l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Sam 27 Oct - 11:07
Suite à sa question, ce fut d'abord la desperados qui vint à répondre, affirmât que la Légion était présente un peut partout dans le sud et l'ouest des état unis . Une fois cela dit, la cowgirl vint à demander à la goule s'il était possible qu'elle trouve elle aussi du travail car elle semblait elle aussi en manque de capsule, cet alors que la goule vint à dire qu'il prendrait 5 % de comm' sur l'affaire avant de partir donner un coup de fil, laissant les deux femmes seule.

La pillarde se tourna alors vers la desperados, la regardant de haut en bas, visualisant au passage très brièvement ses revolver.

« Si on fait équipe pour le boulot, je prend la plus grosse part... Disons... 60/40 en enlevant la part de la goule. Et c'est pas négociable. »

la vagabonde s'alluma ensuite une autre cigarette en attendant  le retour de la goule, observant pendant ce temps les autres clients du bar silencieusement. Après quelques minutes, la goule revint auprès des deux femmes et, une ultime fois la pillarde ce remit à regarder la mercenaire au chapeau, ajoutant un autre détail à l'équuation.

« Dernière chose... Ne me trahis pas, je sais que trop bien ce que ce genre de boulot peut amener à faire... Je suis une femme de parole, alors si tu te tient tranquille, tu n'auras rien à craindre de moi... Si tu cherche à me doubler, je te traquerais, je te trouverais... Et je te tuerais, c'est clair ? Avec ou sans arme. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Sam 27 Oct - 19:46
Brook souffla la fumée de son cigarillo en écoutant les propos plutôt optimiste, enfin optimiste pour elle de la goule. apparemment lui il s'en foutait fallait surtout voir avec la pillarde. cette dernière ne semblait pas très partageuse ou pas du tout avoir mais Brook fut tout de même surpris de l'offre du 60/40 bon ok ce n’était pas l'offre du siècle surtout si la goule prenait un pourcentage sur le tout mais bon ça faisait assez. Du moins pour le moment. Elle fixa la pillarde en souriant.

-Ca me va après tout t'as l'air encore plus en rade que je ne le suis et puis qui sait y'aura sans doute moyen de trouver des petits bonus sur la route non ?

La goule revint enfin car oui elle était partit s’éclipser pour informer son contact. mais au moment ou Brook allait lui dire qu'elle s’était mis d’accord la pillarde la mit en garde sur la trahison et des conséquences si cela arrivait. Brook sourit de plus belle. une pillarde femme de parole, alors celle la elle était bonne. elle n'en croyait pas un traître mot , tous les pillards était des menteurs et des cinglés ou bien de junkies ou pire assoiffés de sang.Elle se contenta de rester telle qu'elle était et de simplement regarde la pillarde sans dire un mot. avant de demander a la goule.

-Alors ? c'est ok ? de notre coté on est bon. du moins il me semble.

Elle termina sa phrase en écrasant dans un cendrier non loin la fin de son cigarillo avant de se retourner prête a y aller.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Dim 28 Oct - 2:51
Lorsqu’il revint au comptoir, la pillarde était en train de menacer la desperado de lui faire la peau si elle tentait de la doubler. Voilà qui filait un mauvais coton. Il allait devoir s’arranger pour se retirer aisément de l’accord si jamais les choses devaient se gâter entre elles. La ville regorgeait d’assez de violence pour qu’il l’approche d’aussi près. Il n’aimait pas travailler avec des gens instables, c’était malsain. Mais il préféra ne faire aucun commentaire sur ce qu’elles avaient à se dire. Cela restait entre elles, après tout. Il ne faisait que leur donner un petit coup de pouce contre une petite part.

« Melvin. Mon nom. »

Ils se mirent en route. L’itinéraire suivait le cours du tramway mais, une fois encore, les goules n’étaient pas autorisées. Heureusement pour lui, le sixième district n’était pas très loin. Sur le chemin, il crut bon de les mettre au parfum, s’adressant d’abord à la pillarde :

« Rob, le type. Usurier, prêteur, tout ça. Des ennemis ; clients, concurrents, des comme moi : goules. Aucun droit, nous autres, ici. Plein de gros bras pour Rob. Mais Rob veut humain. Goules qu’osent pas, cont’ les humains. Sinon les flics. Les flics, pas bons pour les goules. Alors porte flingue humain, très bon pour Rob. Négocie l’gras ‘vec lui. Pas d’armes, pas grave : y prête. Mais prendra munitions sur ta paie ; attention, t'fais pas arnaquer, sur munitions. Sans doute pas grosse paie à la s’maine. Mais vrai plan pas là. »

Il tourna la tête pour ensuite s’adresser à la desperado, mais il parlait en réalité aux deux femmes :

« Rob bouge beaucoup. Chez clients, et aut’ types. Vais bosser chez l’cousin. Tient une bouch’rie. Main d’œuvre bon marché, là-bas : plein d’voyoux. Types louches. Des balances. J’leur glisse où Rob y passe. Y caftent aux vrais bad guys ; ceux qu'on des primes. J’rabat l’gibier. Toi défends Rob, toi prends cibles en tenaille. Peux arranger des bons endroits, pour traquenard. Si tout bon, dans deux s’maines.

Moi, cinq pourcent sur chaque. Dix pourcents du total, quoi. Pas beaucoup, mais normal. Toi (il désigne la pillarde) salaire de Rob plus part de prime. Et toi (il désigne la desperado) part de prime seul’ment. Mais pas mal si plusieurs primes. Pas plus d’deux. Sinon Rob comprend. Met vot’ tête à prix, si Rob comprend. Remarque, si faites parler ses agresseurs, vous diront qui paye. Pourrez les voir et donner Rob. M’en fous. Sale race, Rob. Mais attendez Rob y paye ; mieux.
»

Sur ces entrefaites, ils arrivèrent juste à temps à la boutique de prêt pour rencontrer Rob dont l’un des employés était parti pour lui ramener des brochettes d’iguane. Rob était une drôle de goule, habillée comme un maquereau : jeans blancs et brogues en cuir, chemise en soie rose à manches brodées et gros boutons dorés. Moustaches stylisées. Paire de lunettes à verres fumés, même le soir. Le raffinement du mauvais goût à l’état pur.

« Hey ! Voilà not’ p’tit gars avec sa… Ses deux guerrières, mais dites donc ! Tu m’avait pas dit qu’il y en aurait deux ! (plus inquiet) Nan, sérieux, tu m’l’avais pas dit. J’peux pas m’permettre d’embaucher deux gardes du corps, tu l’sais bien.
- Doux. Voulait juste êt’ sûre foutait pas les pieds dans que’qu’embûche. Appelé une amie.
»

Rassuré, Rob devint soudain beaucoup plus léger, presque indifférent, glissant entre ses dents un morceau d’iguane au miel hors de son pal. L’estomac de Melvin se resserra un peu. Tout cela lui rappela qu’il avait faim et qu’il devrait déjà être chez lui. Il espérait juste que les négociations ne dureraient pas trop longtemps. Plus elles s’éterniseraient, plus le réveil serait difficile le lendemain.

Rob engouffra le dernier morceau, posa la broche sur le comptoir de la boutique et claqua ses mains sur ses cuisses pour s’exclamer, la bouche pleine :

« Bon, bah ch’est pas tout, mais ch’rait p’t-êt’ temps d’ch’y mett’ ! ‘Nez dans mon bureau, on ch’taillera l’bout d’gras ‘tour d’un verre. » Et il tourna les talons pour se diriger vers une porte, au fond.

Melvin, lui, attendit que les deux femmes se mettent en route pour leur chuchoter, une fois arrivées à son niveau : « Touchez pas son alcool. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
7

2

2

4

9

2

2

http://fallouttowrpg.forumactif.org/f106-presentations-validees
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t577-julius-haber
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Dim 28 Oct - 19:28
Deux femmes, une goule.

Parfait.

Ça fera pas trop de portes à enfoncer avant d’atteindre le gros lot.

Les optiques de mon armure dézomment pour revenir à 100 % de grossissement. Mes genoux se mettent en route dans des craquements métalliques étouffés par un vulgaire poncho trop grand pour n’importe qui, même un mutant, mais de suffisamment bonne taille pour me planquer entre les roches et les débris du vieux building dans lequel je me planque depuis trois quarts d’heure. Bordel, j’ai la dalle.

À l’intérieur de la masse d’acier, il fait chaud, il sue. J’ai le moteur en repos à 27 % de puissance depuis tout ce temps, mais il suffit à me donner l’impression que les poils de mon dos vont tomber au dessus de l’aiguille plantée dans mes lombaires. Mes articulations naviguent à mon bon vouloir comme si je nageais dans l’eau grâce aux merveilles de la technologie.

Le ciel est bleu, il me manque de voir des vertiptères y voler, ça me divertissait d’insulter et d’essayer de descendre mes anciens enculés de camarades du rang. On peut dire que j’ai aucun scrupule à tuer des connards de l’Enclave, bien que j’arbore leurs drapeaux et armoiries au même titre qu’une bite au chalumeau sur ma cuirasse, mais je préfère reformuler en disant que je traque du mécréant. Avant l’Europe, je faisais ça pour rétablir la balance, comme si je pouvais encore influer sur les choses… pathétique, maintenant je fais la même chose pour tromper l’ennui. Tout les chemins mènent à Rome n’empêche.

Je me laisse tomber de quelques mètres à la fois, descendant du douzième auquel j’étais grimpé pour suivre l’ordure qui donne un sens à mes deux dernières semaines. Je ferai jamais tomber un gouvernement à la force de mes couilles, mais au moins je peux aider les rues à trouver un peu de calme et les faire gagner en civilisation non ? Pourquoi faut-il que le feu nucléaire apporte une baisse drastique des facultés intellectuelles d’une population étudiées ? Trop de questions dont on connaît les réponses.

Petit indice, la deuxième c’est « les rayons gammas ». La première, c’est « Je pèse une tonne cinq de démocratie et j’ai un flingue qui va te perforer des rectums additionnels huit par huit »

Une fois au rez de chaussés j’enjambe des canapés éventrés et des cadavres mouchonnants, le vent dans le poncho et le flingue accroché sous se dernier. Je me fais rapide, où du moins le plus rapide possible, pendant que personne n’est dans la rue. Limiter le barouf… toussa…

Je regarde le post-it accroché dans mon casque, au dessus de mon ATH.

«Rob / Goule / Mal fringué / Cherche gros-bras / Activités de pègre »

Aucune prime à ce que je sache. Bah, tant pis. Je ferai un peu de boulot de levage quand j’en aurai le temps après tout ça. Je passe par dessus la ligne de tramway et ses rails qui longent le sol, puis contourne quelques voitures endommagées par le feu atomique d’il y a deux cent ans. Et dire que ces trucs roulaient un jour… Je parie de Dayton aurait trouvé un moyen de les conduire.

Pas de goy devant la porte, juste deux personnes qui… Oh merde. Quelqu’un.

Je saute comme je peux dans une benne à ordures, elle encore curieusement bien pleine, et pose un sac poubelle sur mon visage pour cacher la seule partie identifiable de ma cuirasse.

Je déteste ça, putain. C’est crade à souhait et juste immonde. J’ai déjà vu des gens chier dans ce genre de sacs. Vous imaginez ce que ça fait d’avoir potentiellement un sac à merde, un vrai sac à merde au sens littéral, perché sur la tronche ? Si les usines de plastique sont aussi délicates que les bombes, il y a de quoi paniquer. Je sais que j’ai une tête de cul avec ma narine manquante, mais pas besoin de ça pour me le rappeler. Mon reflet ensanglanté dans un miroir brisé me suffit. Je deviens poète une fois dans la merde ma parole.

Le M.A.S.S. s’active et bientôt les contours d’un homme s’approche. Ses cheveux et sa peau irrégulièrement dessinés en fluo sur ma visière indiquent que c’est une goule.


«-Rob à faim… Rob à faim… Il bouffe de l’iguane pendant que je dois me nourrir au jet périmé… Putain... »

Le speech et le rire sarcastique du zombie confirme ce que je pensais. C’est l’heure du repas en revanche. Bonne nouvelle. J’attends qu’il soit parti pour sortir de… AH PUTAIN J’EN AI SUR LE FRONT.

Je fais le tour du building, le scanner activé, jusqu’à apercevoir une figure assise le pied sur le genoux, devant deux autres personnes, et une brochette à la main. Je me recule.

Ouais, c’est bien ce que je pensais. Le mur est en briques d’argile vieillies, le mortier sûrement poreux par les radiations. La hauteur du bâtiment m’effraie un peu alors que je lève la tête. J’ai beau faire deux mètres trente là dedans, il n’en reste pas moins que j’ai pas envie de voir ce truc tomber sur ma gueule.

Une fenêtre… On va chercher une fenêtre. Je continue mon tour avant d’arriver à une de ces si chères ouvertures donnant sur un jour terne et un soleil gris morne. Je suis à peu près à trois ou quatre pièces standards de la position de la cible. Je m’incruste alors par l’ouverture d’un simple mètre carré, me servant d’un bout de parpaing comme marche pied et m’encastrant silencieusement les larges épaules dans l’ouverture.

J’ai mal au dos, les acrobaties c’est jamais mon truc… Un bras, puis l’autre qu’il disait le Nazi sur le bateau… Peut-être qu’il a pas dit ça dans les même circonstances, d’accord. N’empêche que ça fonctionne, un peu. Me voilà dans un pièce, apparemment un bureau autrefois en construction, comme le montre la moquette même pas collée qui manque de me faire glisser et les murs gris Placo, avec les visses apparentes.

Du placo… J’ai une idée.


BOOM

J’ai du plâtre plein la visière et les plaques de tungstène vibrent encore au niveau de mes épaulières. M’en fout, je suis plus ici en mode furtif, autant en profiter.

BOOM

Encore une. Plus qu’une dernière. Passer au travers c’est si facile quand on se balade dans un tank mobile. Hahaha, si seulement Séraphin pouvait voir ça… Haut les coeurs !

La culasse claque en prévision de ce qui va suivre.


BAOOOOOOMMMM

«-Coucou les putes. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
3

2

5

7

7

3

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Lun 29 Oct - 9:35
Le Hyène suivit donc la goule accompagnée de la desperados, le petit groupe rejoignant ainsi les bas quartier de la ville, un endroit misérable et miteux, blindé de clodo et de rébus de la société. Une fois chez ce rob, la pillarde écouta attentivement les dire de l'homme décharné, acquiesçant les conditions sans broncher plus que ça.

Cet endroit de la ville semblait dangereux et comme la Hyène le pensait, c'est pas le travaille qui semblait manquer ici bas. Mais alors que les trois protagonistes étaient sur le point de s'entendre, la pillarde (et les autres) vinrent à sentir les mur trembler suivit de plusieurs bruit sourd.

Puis...

BAOOOOOOMMMM

Une énorme nuée de poussière de platre vint à s'éparpiller dans la pièce, faisant légèrement tousser la pillarde qui vint ensuite à légèrement secouer la tête en levant ses yeux jaune vers la cause de tous ce bordel... Cause qui n'était autre qu'un trou du cul en armure assistée. La Pillarde lui lança un regard mauvais avant de commencer à réfléchir à une solution. Sans arme et surtout sans les force nécessaire pour ce battre efficacement contre un colosse d'acier et de tungstene, la femme n'avait pas 365 solutions pour se sortir de ce merdier. Cet alors qu'elle ce mit à regarder la desperados l'espace d'un instant suivit de la goule.

« A mon signal... Coures vers la belle ville. »

Aussi paradoxale que cela puis-ce paraître, seule les autorités pouvait offrir une chance à notre pillarde de s'en sortir car visiblement, ce mec ne cherchait pas à discuter au vus de son entrez en scène.

La femme figea son regard sur le colosse d'acier, avant de lâcher un «maintenant ! » qui précédât alors une fuite rapide en dehors de ce taudis. Ce type avait peut être l'avantage d'avoir une armure assistée, mais cette dernière le ralentissait et bloquait ses mouvement à la manière d'un scaphandre post-nucléaire. La Pillarde et les autres avait quand à eu pas la résistance ni la force de destruction d'une AA, mais pouvait au moins fuir rapidement au travers des ruelles de cette gigantesque ville.

Cet ainsi qu'a toute allure, sans chercher plus à parlementer, la pillarde prit la fuite au travers des bas-fond de Fondation, prenant ensuite le chemin d'une ruelle dans laquelle il serait très difficile pour un mec en AA de s'engouffrer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

5

3

7

4

6

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Mar 30 Oct - 20:25

Brook Suivit nonchalamment le groupe nouvellement formé et temporaire a travers les ruelles étroites de cette ville pour arriver dans les bas quartiers. Cet endroit rappelait pas mal de souvenirs de petites villes laissés a l’abandon dans le Nevada ou un peu de Freeside mais bon. Les trois c'est a dire elle , la goule et la pillarde penetrenet dans une pièce d'un bâtiment.

La dedans une autre goule en costume blanc (hyper moche au passage) elle s’entretenait avec son guide et celui de la pillarde tendit que brook elle pensait a la connerie' que la goule lui avait dite. pas de salaire seulement la prime, on verrait ça, si elle mettait la main sur un revolver ou quelconque autres armes de poing ça allait mal finir pour cette goule ou du moins pas sans douleur. Et c'est alors qu'elle ruminait ses pensées caché derrière son chapeau et que les deux saloperies a la peau détruite parlaient que de violentes secousses se firent entendre, une , deux, trois puis la le mur vola en éclats pour laissé entrer dans un grand fracas un homme en armure assisté qui n'eut rien d'autre a dire que.

«-Coucou les putes. »

Non mai sérieusement y'avait mille autres répliques meilleurs mais..Brook se concentra après tout la situation était mauvaise et elle n'avait rien pour se défendre que ses petits poings ou les éperons de ses bottines. Elle regarda la pillard en même temps que cette dernière la regarda et s'entendirent pour courir au signal de la pillarde.

Elle patienta....Elle patienta jusqu’au signal et s’élança hors de la pièce et sauta par une fenêtre en atterrissant sur le sol dans une roulade avant de tourner sur plusieurs rues étroites et de se diriger a toutes jambes vers la belle ville. coup de chance pour elle qu'elle soit vive. elle gratifia quand même cette course par un commentaire.

-Mais quelle journée de Merde.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Dim 4 Nov - 18:44
Jusque-là, les négociations se passaient correctement. Melvin restait en retrait adossé au mur à côté de la porte. Les bras croisés sur la poitrine, il intervenait le moins possible. Lorsque Rob essayait de les entourlouper, il intervenait pour poser une question innocente lourde de sous-entendus pour rétablir la balance. La pillarde n’avait pas toutes les informations et semblait être là depuis peu. Il était facile de tomber sur des requins dans ces circonstances et ce Rob en était indéniablement un. Mais la femme ne se laissait pas faire, elle en voulait. Les négociations se passaient bien, à son humble avis. Jusque-là.

Comme prévu la question des munitions avait été abordée et la goule avait tenté de tirer autant que possible la couverture vers elle. Mais un accord que Melvin trouvait honnête avait fini par être trouvé, presque arraché de force. La première partie du plan était en voie de s’achever : la pillarde allait avoir son arme et aurait pour tâche de protéger Rob durant ses tournées du voisinage, au cours desquelles il tentait de refourguer la camelote qu’on lui avait laissé. Le prêt sur gages n’était pas un milieu facile et d’aucuns se sentaient floués qui voulaient reprendre leur dû sans pour autant rembourser. La boutique était bien défendue mais Rob était vulnérable en déplacement. C’est pourquoi il avait besoin d’un garde-du-corps. Et puis, il y avait les criminels, la vraie menace.

En travaillant chez le cousin de Rob - Bob - Melvin aurait l’occasion de tendre l’oreille et d’en apprendre long. Les employés de la boucherie de Bob étaient souvent des repris de justice et des gens désespérés ; les accointances avec les criminels recherchés étaient fréquentes. Il n’avait qu’à rester attentif et il en apprendrait long sur les primes intéressantes. Cela dit, l’intérêt était surtout de laisser fuiter des informations pour enclencher l’appât. Il lui suffisait de laisser entendre que Rob avait tel objet de valeur et qu’il se trouverait à tel lieu à telle heure pour que le gibier soit alléché. Ensuite il lui suffisait de mettre en place un plan d’interception avec les deux femmes pour qu’elles cueillent au bon moment ledit criminel.

C’était plus long et un poil plus compliqué à mettre en place que la stratégie habituelle des chasseur de primes et autres mercenaires – à savoir bouriner stupidement – mais ça avait le mérite de minimiser les risques et de laisser ceux qui le voulaient dans l’ombre. Dans cette ville, plus vous étiez un chasseur de prime renommé plus des criminels voulaient votre peau. Plonger dans la gloire c’était plonger dans un cercueil. Dans ce métier on ne faisait pas de vieux os si l’on n’était pas malin. Melvin ne toucherait qu’une petite part sur le tout, dix pourcent ; mais il préférait se contenter de petits gains sans risquer gros.

La fatidique poignée de main était sur le point d’avoir lieu lorsque le monde se figea soudain. Un son inquiétant venait de retentir. Sourd, mais lourd de menaces. Dans ces quartiers il pouvait s’agir de tout et n’importe quoi. Un deuxième grondement retentit. Melvin n’avait pas de bonnes oreilles aussi était-il incapable de dire de quoi il s’agissait ou si cela se rapprochait, mais cela ne fit qu’accroître sa méfiance et déjà lorgnait-il sur la porte qui était à côté de lui. Quelqu’un pouvait débarquer à tout moment. Des agents de sécurité de Fondation qui, pour aucune raison, viendraient 'casser du zombie'. Il s’engonça, prêt à fuir, où que ce soit.

C’est alors que le mur derrière Rob fut pulvérisé dans une clameur de poussière et de débris ! Melvin ne réfléchit pas et ouvrit la porte. Il passa de l’autre côté du mur porteur pour se protéger d’un éventuel danger mais tendit l’oreille. Il entendit une voix qu’il ne connaissait pas mais, la peur n’aidant pas, ne put discerner ce qu’elle dit. Il jeta alors un bref coup d’œil dans l’entrebâillement et ses yeux s’écarquillèrent de stupeur. Puis la pillarde annonça un signal de fuite que la goule n’attendit pas. Il prit immédiatement ses jambes à son cou en tâchant d’émettre le moins de bruits possible. Quelques marches craquèrent, mais il fut rapidement en bas.

Arrivé dans la rue, il continua à courir en hurlant à l’aide. Une centaine de mètres plus loin, il croisa la route d’agents de l’ordre qui lui lancèrent un regard torve. Lui se contenta d’alerter :

« l’Enclave ! Type de l’Enclave chez Rob et frère. ‘Bout d’la rue, là ! En armure ! ‘L a des flingues ! »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
1

1

1

1

1

1

1

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t545-modele-de-fiche-de-presentation
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Ven 23 Nov - 21:10




“L’Enclave ! Type de l’Enclave chez Rob et frère. ‘Bout d’la rue, là ! En armure ! ‘L a des flingues !”

“L’Enclave, ici ?” rétorqua d’abord le responsable. “Qu’est-ce que tu racontes, la goule ?”

Le sourire moqueur du milicien s’effaça lorsqu’il s’aperçut de l’épais nuage de fumée blanche qui s’échappait du commerce.

“Très bien, Thomas, Pickle, accompagnez la goule et faites moi un rapport.” ordonna t-il.

Lorsque les deux hommes se détachèrent du groupe, on pu se rendre compte que personne au monde ne semblaient plus différents que ces deux là. Le premier, Thomas, était fin et élancé, et avançait à grandes enjambées déterminées, suivi de loin par Pickle, un gros bonhomme moustachu qui passait son temps, en vain, à remonter sa ceinture sur sa bedaine. Ce dernier tentait de rattraper son retard à petits pas rapides, ce qui rendait sa démarche d’autant plus ridicule.

Arrivés devant la boutique, Thomas commença à inspecter d’un oeil expert la façade de l’établissement, en partie fragilisée par le choc. Pickle siffla entre ses lèvres, d’un air impressionné. Il s’approcha de Melvin en hochant la tête.

“Et ben mon vieux ! Ça c’est pas du boulot de p’tit ciboulot !”

Il éclata d’un rire semblable au couinement du cochon. Puis il se tourna vers son collègue plongé en pleine réflexion, remontant du même temps sa ceinture.

“Alors Thomas, tu vois quelque chose ?” Il se tourna vers la goule. “Il est fort pour ça Thomas, c’est un intelligent, lui, pas comme nous !”

Thomas semblait complètement ignorer son comparse. Il ramassa un peu de poudre d’argile au sol qu’il renifla comme un chasseur, puis, dans ses réflexions, tira une cigarette de son ceinturon, l’alluma et la consuma en trois grandes bouffées. Enfin, il se saisit du revolver à sa hanche et pénétra dans le commerce.

“Et ben mon vieux ! Il a peur de rien, Thomas !” continuait Pickle. “Dites, vous auriez pas quelque chose à manger ?”

Au bout d’un instant, la voix de Thomas surgit.

“Venez voir, il y a un cadavre ici.”

En effet, dans le choc, une partie du plafond s’était effondrée sur le crâne du pauvre usurier et l’avait tuée sur le coup. Le cadavre de l’homme gisait pitoyablement au sol. Thomas se mit à observer attentivement la scène, à la recherche du moindre indice. Pickle siffla de nouveau.

“Et ben mon vieux ! J’aurais pas aimé être à sa place."

Il mordit sauvagement dans la brioche qui venait, semblait-il, d’apparaître dans sa main.

“‘Y avait une armure assistée, ici. Pas un boulot de l’Enclave, c’est sûr.” dit Thomas, en analysant des empreintes, avant de se tourner vers la goule. “Vous dites que vous étiez seul avec lui, goule ?”

“Ça fait de lui le suspect principal, hein Thomas ?” rigola Pickle en remontant sa ceinture. ”Ça arrive souvent, ça, que celui qui dénonce soit le meurtrier, j’ai lu ça dans le journal.”
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
2

2

5

1

5

3

10

http://fallouttowrpg.forumactif.org/t562-melvin-clyde#4209
http://fallouttowrpg.forumactif.org/t550-john-doe-exemple
MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre] Jeu 6 Déc - 18:17
« Dites, vous auriez pas quelque chose à manger ?
Euh, j…
- Venez voir, il y a un cadavre ici.
»

Melvin n’avait pas exactement envie de venir voir. D’autant qu’il pensait à peu près savoir à quoi s’attendre. Ça n’était toutefois pas comme s’il avait vraiment le choix. Les ordres de la milice de Fondation n’étaient pas discutables par des gens comme lui. Enfin, la mention d’un seul cadavre l’intriguait quelque peu. Il s’attendait à tomber face à Rob, mais les deux humaines avaient donné l’impression d’avoir leur passé, elles aussi… Il suivit donc, se demandant quelles pouvaient être les motivations de l’Enclave et qui pouvait bien avoir été la victime. Quoiqu’au vu de sa connaissance des armures assistées, ça aurait tout aussi bien pu être la Confrérie de l’Acier qu’il n’en aurait pas pour autant fait la différence.

L’étage était un chaos de plâtre et de brique. La victime ne faisait aucun doute : il s’agissait sans conteste de Rob. Il n’y avait personne d’autre, même si les traces dévoilaient clairement la fuite d’autres personnes. Tout à coup, une énorme frustration et une touche de désespoir envahirent Melvin. Tout son petit plan tombait à l’eau pour… Une raison qui lui était parfaitement obscure. Quelqu’un était venu, avait saccagé son futur et était parti. Il ne reverrait probablement plus les deux humaines et perdait ainsi des contacts potentiels. Qui que soit le type en armure, c’était probablement un gros trou du cul.

« Vous dites que vous étiez seul avec lui, goule ?
- Ça fait de lui le suspect principal, hein Thomas ? Ça arrive souvent, ça, que celui qui dénonce soit le meurtrier, j’ai lu ça dans le journal.
»

Melvin parut choqué.
« Mais… Pas drôle ! Quelqu’un qu’est mort, just’ là ! »

Il se tourna vers l’agent Thomas. « Nan, pas seul. Deux humains. Pour job garde du corps. Le connaissaient pas. Aurais touché ‘tite commission, pour rencontre. Foutu, maint’nant. » Fit-il, en tapotant le cadavre du bout de sa botte d’ouvrier.

Soudain, il sembla sortir de sa rêverie.
« Minute… L’assistant : l’est où ? » Marmonna t-il pour lui-même regardant autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hello whore world... Its me again. [RP Libre]
Revenir en haut Aller en bas

Hello whore world... Its me again. [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» CNN: Food prices rising across the world
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Le Roleplay :: Fondation :: La Vieille Ville :: Belle Ville-