La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Echange foireux en perspective.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Echange foireux en perspective. Dim 23 Juil - 0:14
04/06/2291


Roxane me fusille du regard, avec sa tenue de combat en milieu NRBC et son fusil d'assaut Honey Badber en 300BLK subsonique je sens que quelque chose ne va pas. Ca va faire des heures qu'on attend, non pas que le troisième larron soit en retard, mais qu'on guette, cachés dans un immeuble en ruine alors qu'on a peint à la bombe de peinture rouge une flèche indiquant le nouveau point de rendez-vous, puis qu'attendre en pleine rue ne me convenait pas, ni à Roxane d'ailleurs. Le mutante est toujours allongée à observer par un trou de souris avec ses jumelles la position des super-mutants qu'on va approcher avec deux sacs à échanger contre de l'engrais. Bien sûr le deal n'a jamais été prévu, la dryade avec sa peau verte, moi le lézard tout droit sorti du pandémonium et une troisième tête que j'ignore encore ont été engagé chacun par un magnat de l'industrie pour obtenir un accord avec les verts d'en bas, qui patrouillent la zone et qui semblent eux même vouloir caricaturer les clichés sur les mutants. J'en aie même vu un boire du sang de cheval dans un crâne humain, bouh, c'est dire à quel point ils ont l'air méchant, parce qu'après tout, le cannibalisme n'est pas qu'un hobby d'humain écervelé, mes frères de race eux aussi ont le droit de bouffer cru et parfois, encore hurlant. Comme quoi on rencontre des dépravés partout. Surtout sur cette place qu'on guette qui est juste à côté de central parc.

-Il voulait quoi ton patron? Que je demande à Roxane.
-De l'engrais? Il voulait de l'engrais pour fertiliser ses champs. Ah, je vois. Je crois que le troisième aussi c'était pour fertiliser ses champs, ou faire des produits chimiques avec, je ne me souviens plus.

D'un coup je me sens rassuré, je ne suis pas le seul chimiste en fleur qui a besoin d'engrais azoté pour fabriquer des explosifs brisants. Je sors ma pipe avant de commencer à fumer dans l'espoir de faire passer le temps un peu plus vite, Roxane consulte sa montre et grogne d'impatience, je regarde la mienne ; plus que cinq minutes avant l'horaire prévu. La mutante est toujours dans sa loupe binoculaire à observer la place, à faire un décompte des cibles potentielles qu'elle note scrupuleusement dans un cahier à l'aide de son crayon de papier.

-Combien?
-Vingt.

Cool, si dois me battre j'aurai l'impression de me prendre pour un héro de film d'action vu le nombre de types qu'on va devoir buter pour s'en sortir si notre sac de coke et notre sac de capsules ne leur convient pas, et si au passage l'une de nos gueules ne revient pas aux autres. Ils sont comme ça les super-mutants du coin, à être des gros cons parce que le destin le veut, sans doutes aussi qu'à force de se faire cracher à la gueule par tout les humains qu'ils croisaient ils ont finis par adopter la politique qui les emmerdaient le moins.
J'entends des bruits de pas, je me pointe dans les escaliers avant de voir une goule que j'ai déjà vu par le passé, alors c'est elle la troisième personne du commando.

-Salut Dawn, ça va bien depuis la dernière fois? Ton bras se rétabli bien? Je lui tends la main. Viens voir du côté de Roxane, on guette la zone où on va devoir aller depuis un petit bail,
négocier avec des super-mutants, même quand on est un mutant soi-même c'est difficile. Surtout quand ils sont cons comme des balais.
Parce que le maître du destin l'a ordonné? D'ailleurs je repense à quelque chose maintenant, je me tourne vers la dryade. D'ailleurs t'étais pas au service de Dreyse aux dernières nouvelles?
-C'est pour lui que je viens ; il a besoin d'engrais pour faire pousser du maïs, il veut essayer de synthétiser du biocarburant, tu sais pour relancer la vraie industrie du cocktail molotov. Les saloperies à base d'huile, c'est bien pour ceux qui ont jamais eu l'occasion d'en balancer sur des CRS, ou des soldats Européens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Sam 5 Aoû - 0:50
Barre de rad pallier 2


« Il y en à un là, aussi. Tiens tu vois celui ci ? »

A la manière du Wasteland entier, et sans doute du monde lui même, la grand place leur dévoilait un visage creusé, pitoyable. Des débris, jonché ça et là aux coins de ses rues, lui donnait l'allure d'un champ de bataille datant d'une autre ère, d'une autre époque. Les bâtiments ornés de sombres failles et leurs briques écrasées au sol donnaient le ton, rude et bourru, d'un monde sur le point de mourir. Un monde mort depuis deux cents ans, déjà. Le temps semblait avoir figé l'instant dans un marbre inaltérable. Tout était comme cela et tout allait le rester.

« Attend, c'est bien un crâne que je vois dans ses mains ? Mais c'est génial cet endroit ! Honnêtement je m'y sens chez moi. On déménage demain ? »

Cette fois ci, comme de nombreuse fois, c'est simplement la nature qui a reprit ses droits. La verdure envahit les toits, la mousse s'occupant des murs de pierre et le lierre des palissades de bois. Aucun grand arbre ne fit son apparition, cependant. Enfin, de grand arbre « vivant », j’entends. Simplement des végétaux d'être, rabougrit et sinistre. La seuel chose qui survivait, finalement, était ce qui restait petit. Invisible.

« […] étant donné comment il marche. Je te l'assure Igni', celui qui garde l'entrée est défoncé. A quoi, je sais pas, mais regarde sa tronche [...] »

Des Animaux, aussi, s'y trouvaient. Bien évidemment ! Que serait une fable sans Animaux ? Apportant le mouvement et le changement avec eux, bousculant le mort et l'immobile. Dérangeants. Irritants.
Une vingtaine d'entre eux, que l'on nomme Super-Mutants, se trouvaient entassés autour et dans un vieux bureau de poste bouffé par les années, qui offrait une belle vue sur toute la place. Des palissades de bois rudimentaires avaient été fabriquées -avec bien peu de soin- et disposées autour de l'avant poste, délimitant un genre de périmètre de sécurité. Bien que bourré de trous et branlant comme un vieillard, il n'en perdait pas moins son statut sécurisant pour autant.
Les deux derniers Animaux, qui se trouvaient être une Luminescente encore consciente et une Conscience parée de luminescence (oui, ce dernier n'était pas vraiment un Animal, donc), étaient terrés dans les restes d'un appartements non loin.

« Mais c'est très clair, c'est toi qui ne comprend pas. On ne vient pas s'installer mais marchander, arrête d'insister. »

La grand mère n'aimait pas particulièrement croiser des Méta Humains, et encore moins discuter avec eux. La plupart d'entre eux n'étaient ni intelligents ni courtois mais plutôt barbare. Primaux. Il était vrai que la Goule avait déjà eu l'occasion -sans doute rarissime en Louisiane- de croiser un ou deux de ces êtres qui réunissaient vivacité d'esprit et amabilité, bien que l'un n'oblige pas l'autre. Comme quoi, il existait des exceptions à la règle. C'est la loi qui confirme la généralité, paraît il.

- Qu'il est lourd, ce sac de merde ! Dernière fois que j'prend un boulot comme ça...
- Tu as tout mon soutien, cela va de soit. Allez la vioque, moi j'crois en toi.

Le seul problème résidait dans le fait que l'enfant avait accepté un contrat pensant qu'il s'agissait d'une affaire facile. Mais lorsqu'elle vit, compta et analysa toute la bande avec laquelle elle allait devoir marchander sa dope contre de l'engrais, la récupératrice réalisa. La moindre faute, la moindre erreur et c'était terminé. Heureusement, deux autres chanceux allaient l'accompagner dans cette mission suicide. Bien entendu, elle se tiendrait derrière eux tout le long de la négociation.
La petite Lumière avait déjà parcourut plus de la moitié de la distance la séparant de son spot au point de rendez vous conclut avec les mercenaires. Elle y trouva une grosse flèche rouge très mal planquée, et gloussa de rire entre deux souffles d'effort en gravissant les marches. Pénétrant dans une bâtisse qui avait tout l'air d'un ancien logement universitaire, une voix grave et posée l'accueillit d'un ton monocorde. Un son amical. Aussitôt la grand mère comprit pourquoi on n'avait pas rechigné à l'engager elle, une Goule (Luminescente, qui plus est) pour ce travail. Elle comprit aussi pourquoi ses employeurs se sont foutu de sa tronche quand elle partit avec l'énorme sac de drogue sur le dos.

- Salut Dawn, ça va bien depuis la dernière fois? Ton bras se rétabli bien? Le colosse lui tendit sa main de titan, la petite fille posa ses doigts de gamine sur l'un des siens. Viens voir du côté de Roxane, on guette la zone où on va devoir aller depuis un petit bail,
négocier avec des super-mutants, même quand on est un mutant soi-même c'est difficile. Surtout quand ils sont cons comme des balais
, dit il en arrivant au niveau de sa comparse. D'ailleurs t'étais pas au service de Dreyse aux dernières nouvelles? Ajoute t-il à son attention.
- C'est pour lui que je viens ; il a besoin d'engrais pour faire pousser du maïs, il veut essayer de synthétiser du biocarburant, tu sais pour relancer la vraie industrie du cocktail molotov. Les saloperies à base d'huile, c'est bien pour ceux qui ont jamais eu l'occasion d'en balancer sur des CRS, ou des soldats Européens.

Dreyse... C'était un nom qui revenait souvent. « Non, en fait, pas autant que ça... pourquoi ais-je cette impression ? ». Il était vrai que l'armurier s'était fait une petite réputation depuis le temps, mais cela ne justifiait pas cette impression de... déjà vus qu’éprouvait l'enfant à chaque fois qu'elle entendait ce nom. Il allait vraiment falloir qu'elle aille à la rencontre de cet ancien homme. C'était là sans doute le seul moyen de régler définitivement ce problème.
La mutante prit un temps pour examiner la Texane des pieds à la tête, son masque tribal, l'épée à sa ceinture, son tench coat noir... puis plus particulièrement son revolver et son fusil, et finit enfin par se présenter, immédiatement suivit par l'enfant.

« Et moi c'est Dawn, comme l'a dit ce cogneur de petite fille, commença t-elle en désignant d'un narquois coup de menton le géant d’albâtre. Je ne te serre pas la main, il vient déjà de me broyer la mienne, ria t-elle en se massant la mitaine. J'ai fais un petit topo de la zone, moi aussi, d'un autre point de vue, ajouta la fillette en regardant le schéma de l'employée de Dreyse. Il vous en manque un ici et un autre là, les deux en retraits. Des guetteurs je pense. »

L'enfant se baissa et désigna les points sur le bout de papier en se référant à la vue qu'elle avait de la grande place. C'est en se relevant qu'elle fit craquer ses vertèbres et qu'elle se tourna vers Séraphin. Certes, ils avaient une mission à remplir, mais ils n'étaient pas aux pièces non plus.

« Hans est pas avec toi ? »

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Dim 6 Aoû - 14:04
Je secoue la tête, non mon collègue Allemand n'est pas avec moi sur le coup, je déteste devoir le dire, mais Hans n'est pas du genre à accepter certaines tâches facilement, et il avait ses propres emmerdes à régler de son côté. Une sombre histoire d'argent, mon collègue n'a jamais eu de scrupules à tricher, et sans doutes que ça lui a posé problème quand il s'est fait avoir à son propre jeu, probablement qu'en ce moment même il est en train de récupérer son argent à coup de crosse dans la gueule. Il est comme ça Hans, toujours à vouloir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière, parce quand on peut avoir les trois en même temps, pourquoi se priver? Si je n'aie pas d'objection à ce qu'il fasse ce genre de choses, j'aimerais juste éviter qu'il ramène des emmerdes au bateau, comme par exemple une dizaine de mafieux qui viennent venger leur parrain qui s'est fait fracassé la gueule. C'est bien beau de faire des offres qu'on ne peut pas refuser, encore faudrait-il que Hans ne soit pas un maniaque de la gâchette qui aime contrarier les gens et affirmer ses talents au tir sur cible, ou avec un couteau, souvent les deux en même temps.
Je pose un genou à terre et secoue la tête.

-Hans... Doit gérer ses propres problèmes en ce moment. Il a choisi d'avoir des principes, un peu plus que moi, aussi, même si je le respecte pour ça, disons que parfois ça le force à prendre en main des problèmes qui mériteraient parfois juste qu'on oublie l'histoire. Le connaissant, il reviendra vite, et en bonne santé. Je fais un sourire à Dawn. Pourquoi? Ça te manque de ne plus avoir une goule allemande à côté de toi? Ah, au fait, je te présente Roxane. Je pointe d'un signe de tête la mutante.
-Salut, apparemment tu connais déjà Seraphin. Elle salue Dawn d'un signe de main. Si t'as un plan d'action ou une idée quelconque, je ne crache pas dessus. Se balader chez des mutants ne va pas être de tout repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Ven 25 Aoû - 22:47
Il secoua la tête pour répondre à la question de la Luminescente et, comme pour lui donner plus d'importance, décida de poser genoux à terre. La petite eu un léger mouvement de recul. Ce n'était pas que le visage reptilien et blanchâtre du Super Mutant la dérangeait, bien qu'il soit disgracieux. A vrai dire, Dawn était déjà habitué au sien et elle n'avait que très rarement trouvé pire. Elle détestait simplement qu'on la materne, bien qu'elle se plaisait parfois à jouer l'enfant, et la posture que venait de prendre Séraphin était la même que prenait son père quand il avait quelque chose de sérieux à lui dire. A travers ses yeux de grand mère, elle voyait le colosse s'adresser à une fillette. Evidemment son amour propre s'en trouva quelque peu piqué et ce bien qu'elle estimait l'armurier. La récupératrice n'en montra rien, cependant, son âge avancé l'incitant à rester mature et calme. Cela restait tout de même difficile, car l'influence de la radioactivité -et donc d'Igniculus- n'était pas au plus bas.
Il lui expliqua qu'Hans avait quelque soucie à régler de son côté, sans doute causé par son sang chaud et sa gourmandise, mais le titan lui promit qu'il reviendrait en bonne santé.

« Pourquoi ? Ca te manque de ne plus avoir une Goule Allemande à côté de toi ? » finit il par dire dans un sourire.

La gamine tourna la tête, gênée, prête à dénier cette affirmation sèchement. Un comportement certes puéril, mais Séraphin venait sans le savoir de raviver certains souvenirs douloureux. L'orbe vert remarqua à la fois la phrase lourde de sens du colosse ainsi que la réaction de sa partenaire. Il s'empressa bien rapidement de flotter ailleurs, l'air de rien, en sifflotant. Igniculus, après tout, était le mieux placé pour savoir qu'avec la petite Lumière certains sujets restaient épineux, celui ci en particulier. Elle lui avait fait savoir et comprendre pendant des années et des années, après tout.
Elle ne put cependant pas rétorquer sa dénégation car le revendeur pointa déjà en direction de l'autre Super Mutant en la présentant. La gamine l'ayant déjà fait plus tôt, elle ne prit pas la peine de le faire une seconde fois. C'est en ravalant sa supplique qu'elle écouta ce que Roxane avait à dire. C'était curieux la façon dont cette personne lui accordait de l'importance quant aux décisions tactiques. Qui demanderait à un enfant -même Goule- pour ce genre de détails ? La mercenaire devait estimer au plus haut point son compagnon blanc pour ainsi faire confiance à une de ses connaissance. Une enfant en plus. « Enfin, la confiance ou autre chose... ». La Goule décida de ne pas aller plus loin dans ses hypothèses : elle avait plus important à faire.

« Eh bien, je pensais que vous seriez plus indiqués pour gérer une situation comme ça ! Sourie t-elle à la volée. Je plaisante. Je pense, déjà, qu'on devrait éviter le garde de devant. Je connais la résistance... elle prit le temps de poser ses mots, 'naturelle' des Super Mutant quant aux poisons et aux drogues, mais je crois que celui là à été terminé à la pisse par rapport à ça. Soit cela, soit il à trouver quelque chose de vraiment fort... Quoiqu'il en soit, on pourra encore moins discuter avec lui qu'avec les autres. D'un autre côté, ajouta l'enfant en levant l'index, si on passe par derrière on sera directement perçu comme des menaces. On ne peut pas non plus se permettre de s'infiltrer, ça va à l'encontre de ce qu'on est sensé faire. »

La Goule marqua une courte pause aussi bien pour prolonger son effet de suspens que pour rassembler ses idées. Elle lécha ses lèvres sèches et retira son masque : elle étouffait la dessous. Et elle faisait confiance aux deux géants.

«La seule entrée possible est la principale, mais elle est gardée par un garde instable. Le problème est le garde, la solution est de s'en débarrasser. Mais si on le tue ou si on l'assomme nous seront prit pour des ennemis, encore une fois. La Texane jeta un coup d'oeil furtif au dehors. En fait, il faudrait une diversion pour l'éloigner de son poste de garde. Ca ne devrait pas être trop difficile vus qu'il plane. Soit cela, soit on attend qu'il parte pisser ou s'injecter un nouveau poison. Qu'en pensez vous ? »

P.S: Sorry pour le retard :/

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Mar 29 Aoû - 12:04
-On a de la coke. Roxane me regarde l'air de dire "il est con". Ce qui est assez proche de la vérité, même si son regarde aveugle ne laisse rien filtrer, disons que je la connais assez pour deviner ses intentions avec le masque à gaz. Si je lui balance un sachet de poudre au visage il devrait être raid pour un bout de temps. Voir même pour le reste de sa vie. La coke ça vaut pas bien cher ici, parce que c'est pas vraiment de la coke mais un mélange de saloperie chimique, doit y avoir quoi, dix pour cent de coke dans les paquets que j'ai, le reste c'est de la farine et d'autres produits chimiques. La vraie dope ça court plus les rues en ce moment. J'ouvre mon gros sac noir avant d'en sortir la substance blanche. Je la sens un coup avant de m'écarter brutalement, les narines en feu.

Je crois que je préférerai encore sniffer du foutre mélangé à de la javel que cette saleté qui dégage un arôme à mi chemin entre le vomi de goule alcoolique et le tabac frais. Beaucoup trop expérimental pour moi et surtout beaucoup trop dangereux à mon goût ; c'est un coût à ce que je crame tout le système respiratoire d'un coup, et même si je suis un mutant je n'aie pas envie de me prendre une semaine au lit pour récupérer de cette saloperie qui me consumera de l'intérieur pendant quelques heures. Surtout que la coke et les mutants ça ne fait pas forcément bon ménage, je sais que moi, je ne suis pas vraiment en mesure de m'éclater la gueule avec à cause de FEV, peut-être que les autres super mutants y sont susceptibles, mais moi pas vraiment. C'est dommage, je n'aurai pas du non à un rail de temps en temps, surtout que c'est pas mal pour se passer les nerfs sans cogner quelqu'un ou quelque chose, ou bien alors oublier les saloperies qu'on a vu.
Bien sûr, Hans me dirait qu'en tant qu'ubermensch, nous ne sommes plus impressionnés par rien, et c'est en grande partie vraie depuis que nous sommes devenus ce que nous sommes devenus, plus grand chose ne nous effraie. Principalement parce qu'au niveau de la matière grise des connections se sont faites et des ponts ont été coupé, étrange en un sens : je tire du plaisir à me taper des putes et à fumer, par contre impossible de me traumatiser sur le long terme, comme si la notion de peur s'était atténuée. C'est très probablement une adaptation qui a surgit à cause de mon passé de militaire, mais j'aimerai quand même connaître le fin mot de l'histoire sur tout ça.

-J'ai de la coke, on va voir s'il apprécie.
-Tu pars comme ça? En laissant deux femmes seules derrière toi si tu meurs? Me demande Roxane, un brin sarcastique.
-Les mutants ne peuvent pas mourir.

J'attrape mon sac et descend les escaliers en sortant un pain de dope ; c'est vraiment de la merde typique des films de mafieux, avec l’emballage plastique blanc fermé au gros scotch et la poudre compactée à l'intérieur avec de la simili coke à l'intérieur, dure que durant la seconde guerre mondiale les allemands avaient de la meth gratuite et parfois même des bonbons à la coke pour s'en sortir. Et maintenant moi je vais corrompre un garde en agitant un sac de farine devant lui en priant pour que ça passe. Putain de monde. Putain de destin.
Je marche tranquillement vers lui ; au pire j'ai toujours mon fusil à pompe pour en faire du hachis, d'accord ce n'est pas vraiment ce qui était prévu dans le plan, mais quand même. Je ne compte pas non plus me laisser pourfendre sans rien dire parce que la mission disait que je devais négocier. Je me pose devant lui, à une distance respectable de cinq mètres environs, certains diraient que c'est carrément autiste que de préciser ainsi ce détail, mais il relève d'un calcul que j'ai faits. Cinq mètres, c'est la distance de sécurité pour moi ; en comptant mes réflexes et la vitesse de course d'un assaillant, avec l'aide gracieuse d'Hans qui a pris nombre de cartouches d'entraînement dans les jambes, j'ai finis par déduire que c'était la distance dont j'avais besoin pour dégainer mon fusil à pompe en bandoulière dans le dos et caser un tir réflexe devant moi.
La où Hans et Roxane tapent respectivement quatre et trois mètres. Quoique, peut-on réellement dire que Roxane détient le record puisqu'à partir de trois mètre elle balance un coup de pied retourné qui m'a pété une dent qui a mis une semaine à repousser?


-Salut. Est-ce que j'aurais du prendre un mètre supplémentaire de distance de sécurité en comptant le fait que je entravé par un sac? Oui probablement. Je fais donc un pas en arrière quand je constate que le mutant camé sanguinaire en face de moi a pris conscience de mon existence. J'ai un cadeau pour toi. je lui lance la came.

J'espère que ça va passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Mer 30 Aoû - 0:23
« On a de la coke. », se contenta de répondre l'armurier.
L'orbe vert, qui jusque là était occupé à faire semblant de se curer le nez, se tourna subitement vers le titan.

« Il est con ? »

La grand mère ainsi que Roxane, elles aussi, regardèrent pendant un moment Séraphin d'un drôle d'air, ce qu'il avait dû noté car il s'empressa bien rapidement de s'expliquer et d'émettre des arguments. Mais, même malgré ceux ci, l'enfant n'en démordait pas : cette idée n'était pas la plus brillante, loin de là. Elle ne connaissait que peu cette drogue, mais assez pour savoir qu'elle pouvait aussi être utilisée pour le combat. Augmentation de l'agressivité. Réactivité amplifié. Ce n'était sans doute pas très indiqué comme méthode de distraction, surtout si on s'adressait au garde directement. Il pouvait tout aussi bien décider de leur tirer dessus sans réfléchir et de s'emparer de tout ce qu'il voulait. Sur leur cadavre bien entendu.
La récupératrice estimait beaucoup l'armurier, oui. Celui ci n'en baissa que plus dans son estime. Ce dernier se saisit d'un des paquets enveloppants ladite matière blanche, respira un bon coup pour finalement retirer vigoureusement sa tête.

- J'ai de la coke, on va voir s'il apprécie, répéta t-il.
- Tu pars comme ça ? En laissant deux femmes seules derrière toi si tu meurs?

Bien qu'elle n'ait put entendre correctement ce que la Super Mutante venait de chuchoter, Dawn sut tout de même de quoi il en retournait. La mercenaire aussi trouvait ça idiot comme idée. Et pour cause, c'était du suicide. La sphère fluorescente, elle, n'avait pas quitté des yeux les deux Méta Humains, et les avait attentivement épiés pendant le bref échange qu'ils avaient eu. Sans doute lui avait comprit ce qu'avait dit la mercenaire.
La Luminescente allait renchérir quand Séraphin décida de psalmodier, tel un sage frappé par la foudre :

« Les mutants ne peuvent pas mourir. »

Sur quoi, il attrapa son sac et partit en direction de l'escalier, laissant les deux femmes derrière lui à se regarder, perplexe. Dawn pouvait clairement lire la confusion dans les yeux de Roxane, au travers de son masque à gaz. La confuson, la colère aussi. Il était plus qu'évident que son propre regard, tel un miroir, reflétait les même sentiments. La gamine se souvenait d'une vieille BD qu'elle lisait autrefois. Elle se nommait « Heroes never dies ! », ou quelque chose dans ce goût là. Typiquement le genre de phrase qu'on pourrait retrouver dans un film ou un jeu vidéo. Elle n'avait jamais eu la chance de posséder toute la collection mais elle en avait tout de même un bon nombre, en particulier celles qui relataient des événements cruciaux de l'histoire. Ironiquement, il se trouvait que le dernier volume faisait partit de sa collection. C'était le chapitre où le grand méchant portait le coup fatal au héros principal, le tuant lui et le reste de la fable.
Elles finirent pourtant par se lever, la mercenaire la première. La grand mère quant à elle, replaça son masque sur son visage, vérifia la présence de Rapace noir à sa cuisse et souffla un bon coup. Elle n'allait pas faire la même erreur que Séraphin : emmener son sac. Ce serait trop risqué, et ça pourrait aussi devenir une porte de sortie au cas où ça tournerait mal. Et puis, il était bien trop lourd de toute manière.
C'est lorsqu'elle pesta de rage en se demandant pourquoi le colosse était subitement devenu stupide que le Foyer radiant décida de rire.

- Qu'est-ce qui te fais rire, abrutit ? Asséna t-elle en prenant les escaliers.
- Eh bien ta tronche pour commencer mais aussi ce qu'il vient de se passer !
- Ouais. J'comprend pas pourquoi il vient de décider ça. Tout seul. D'un coup. Ca lui ressemble pas, ajouta t-elle, consciente qu'elle ne le connaissait pas assez pour être vraiment en mesure de dire ça.
- Quoi, ça se voit pas pourquoi? C'est assez évident pour moi.

La fillette leva un sourcil, perplexe. Qu'avait il bien put noter cet imbécile là ? Elle arriva en bas de l'escalier et alla bientôt rejoindre les deux Super-Mutants. Elle retint son souffle, la main caressant la crosse de son revolver.

« Salut. J'ai un cadeau pour toi. »

Le paquet percuta le sol dans un bruit mou, éjectant un peu de poudre blanchâtre dans les airs lors de l'impact. A ce stade, la Goule était beaucoup trop concentrée sur la réaction du garde pour se permettre de faire un facepalm. Igniculus, lui, ne se gêna pas et explosa simplement de rire.

« Attention, elle pourrait toucher le sol si elle grandit trop ! Tu pourrais même plus pouvoir la rentrer dans ça, mon gros ! » Cria t-il à l'intention de Séraphin tout en désignant Roxane d'un rayon lumineux.

La seule personne étant en mesure de l'entendre décida de complètement l'ignorer. Elle n'avait pas le temps d'essayer de comprendre les absurdités de son partenaire. Après tout, c'est elle que se les tapaient h24.
Le Super-Mutant posa un regard gourmand sur le paquet au sol. Sans doute était ce cela qu'il avait absorbé, car son œil devint vif et brillant d'un seul coup. Celui ci se posa sur le géant d’albâtre, ainsi que le canon de son arme.

« Un cadeau ? C'est très aimable, ça ! Débita t-il. Je suppose que toute la hotte noire derrière toi est pour moi aussi ? »

La petite Lumière jura sous son masque. Avec un peu de recul la méthode de Séraphin, même si très primaire, aurait put fonctionner. Dawn avait rapidement estimer les chances à 20%, quelque chose dans ce genre là. Mais ça, c'était uniquement si ils tombaient sur un demeuré.
Le garde venait sans doute de Mariposa, car bien que son discours était très rapide il n'en restait pas moins impeccable et réfléchit. Et le fait qu'il venait de deviner le reste du contenu du sac prouvait qu'il n'était pas un idiot finit.
La Goule décida de prendre la parole.

- Ecoutez, on veut juste parler à votre boss. Considérez ce paquet comme le premier de beaucoup d'autre, ainsi que le symbole d'une longue ente...
- Ou alors, la coupa le garde, ou alors vous me donnez cette gamine à la langue bien pendue et au langage fournit. T'es une Goule toi nan ? Aucun gamin ne parle comme ça. Encore moins avec cette voix là.Il se retourna vers l'armurier. Alors?

La grand mère se crispa et sortit son arme de son holster. Elle faillit mettre en joue et tirer sous l'impulsion d'Igniculus mais se retint de justesse. L'effort lui fit presque mal, pourtant tout ce qu'elle venait de faire c'était de laisser pendre son arme le long de son corps, en attente.
La demande du garde n'était pas innocente et encore moins hasardeuse : les enfants Goules étaient très prisé par les négriers. Ils appréciaient leur longévités, le faible coût économique qu'ils demandaient ainsi que leur origines peu certaines, voir généralement inexistantes : la plupart étant orphelins. Il est impossible de naître Goule, après tout. Et un enfant Goule ça vaut cher. Surtout pour peu que vous tombiez sur un acheteur avec de très drôle de goût.
Elle tourna la tête vers Séraphin. Il était clair que le garde ne s'adressait et ne s'adresserait pas à elle. Dawn n'était qu'un objet de transaction pour lui, actuellement. Et puis, c'était le titan blanc qui les avait mit dans cette situation, c'était à lui de les en sortir. Son estime de l'armurier venait de baisser, oui. C'était le bon moment pour l'augmenter de nouveau. Elle espéra seulement que le colosse blanc aussi avait remarqué que les guetteurs perchés en haut des fortifications hasardeuse de bois commençaient à jeter des coups d’œils dans leur direction.

« Les Super-Mutants ne peuvent pas mourir, sans doute. Mais moi je peux... » se lamenta Goule intérieurement.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Mer 30 Aoû - 10:59
Il est de Mariposa.
Ah!
Ca me complique un peu la tâche, non pas que j'espérais recroiser un ancien collègue ici, mais disons que ça corse les choses à cause de son quotient intellectuel qui doit être un peu plus proche de la moyenne haute que les autres super mutants. J'essaie de me remémorer son visage, parce qu'après tout, j'ai déjà du le voir quelque part dans la base, peut-être à un poste de commandement vu que lui n'a pas l'air trop abruti par les radiations. Où alors peut-être juste un simple troufion, je ne sais pas, je ne me souviens plus, ça ne va pas m'empêcher de tenter un bluff alors que je commence sérieusement à considérer l'option brutale. Bien sûr, il y aura toujours des gens pour dire que la brutalité c'est mal, mais la vérité c'est que la violence résout bien des problèmes, même si elle en génère presque autant dans le processus, toutefois chaque chose en son temps, il faut bien penser au court terme pour survivre à l'instant immédiat avant de se préoccuper de son destin sur la durée. En l'occurrence, madame chevrotine semble être une excellente solution à ce qui me fait face, un peu bruyant et salissant, mais néanmoins toujours possible, et carrément viable à supposer que nous courions tous très vites. Mais puisque je ne suis pas certain de pouvoir me revendiquer sprinteur olympique, contrairement à Roxane qui semble adorer taper des marathons et me voir m'esquinter à la course à pied, j'imagine sans peine que Dawn risque d'avoir un peu de mal à nous suivre, question de foulée.

-Mhhh. Je prends cet air dédaigneux de ceux qui font semblant de réfléchir avant de sortir une réplique cinglante. Sauf que je réfléchis vraiment à une solution intelligente. Vu que toi aussi t'es de Mariposa, je suppose que je peux bien te laisser le sac, entre ancien collègues. Je devais garder son cul en maniant des pièces d'artillerie pendant qu'il faisait le fou avec ses potes. Probablement. Et puis c'est là d'un coup que j'entends "mais c'est toi qui baisait ma soeur!". Par contre si tu sniffes tout, je te laisse assumer avec ton chef pourquoi un tier du paiement qu'il devait recevoir est parti dans ton pif. Roxane débarque à côté de moi, malgré le masque je la sens un peu agacé par la tournure des événements.

En même temps je ne peux pas lui en vouloir, c'était pas très malin de ma part que de faire ça, mais bon, fallait bien tenter le coup. Ca aurait marché on serait en train de me servir un verre pour mes exploits. J'hoche silencieusement la tête à l'attention de la dryade ; j'ai la situation parfaitement en main, pour l'instant. Pour l'instant elle n'a pas à s'en faire, Dawn non plus d'ailleurs. Je maîtrise absolument tout de A à Z, c'est juste que rien ne s'est passé comme je ne le voulais, mais c'est secondaire. Je suis certain que les choses vont bien se goupiller.

-Je suis là pour négocier, laisse nous passer et voir ton chef ; la gamine est une casseuse de couilles olympique, un peu comme moi quand j'étais artilleur chez Richard. Si tu veux vraiment une gosse je t'en trouverai une plus tard et on pourra trinquer à la bonne vieille époque, mais en attendant j'ai des devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Dim 3 Sep - 22:58
Le regard du Super-Mutant devint rapidement plus concerné lorsque Séraphin invoqua le mot magique. Mariposa.
Le titan faisait sans doute référence à l'ancienne base gouvernementale, celle là même qui serait tombée sous le joug d'un homme ou d'un monstre (les versions se contredisaient sur ce point). L'entité en question, autoproclamée 'Le Maître', y aurait façonnée ce qui allait devenir le point d’émergence premier des Meta-Humains. De ce que la gamine en savait, la base avait été détruite et avec elle une bonne partie de ses occupants. L'ami Français venait-il donc de cet endroit ? C'est en tout cas ce qu'il semblait certifier alors qu'il proposait le sac entier à son homologue gris, ce qui eut pour effet d'agrandir de nouveau l'étincelle dans les yeux de ce dernier. Elle s'éteignit bien vite, cependant, quand l'armurier mentionna la possible réaction de son boss.
Jusque là, Séraphin se montra parfait diplomate : utilisant l'appartenance mutuelle à un groupe vieux de plusieurs siècle et le partage d'un même passé afin d'ancrer sa position d'ami, il appuya le tout par une menace indirecte mais bien présente. Ce n'est que lors de sa deuxième tirade que le garde reprit ses esprits drogués et se mit à montrer ses dents jaunes d'un air dédaigneux.

« Richard ? J'en connais pas, moi, de Richard. 'Je suppose que', 'Si tu veux', dit il en tentant tant bien que mal d'imiter son collègue blanc, j'suis p'tete un Super-Mutant mais j'suis pas stupide : j'vois bien que t'essaie de m'enfler mon salaud. Pour la peine, le prix vient d'augmenter. Je prendrais la fille ET le sac. Oh, et ça aussi. » Termina t-il en montrant du doigt la Dryade.

Sans doute venait il de remarquer son genre, difficilement distinguable de part sa nature mutante, car il accompagna ses mots par un léger coup de langue sur sa lèvre inférieure.

« C'EST QUOI ?! » Hurla une voix derrière lui alors que Séraphin s'apprêtait à répondre.

Un nouveau géant, jaunâtre celui ci, fit son apparition aux côtés du garde. La grand mère le reconnut, c'était l'un des guetteurs qui leur avaient jeté quelque coup d'oeil plus tôt.
Il devait bien faire une tête de plus que lui et était au moins deux fois plus costaud. Le nouvel arrivant dépassait même Séraphin et Roxane de part sa taille. Ses lèvres, quasi inexistantes, ne cachait absolument pas ses dents, laissant sur son visage un sourire macabre et hargneux qui s'ouvrait et se fermait à mesure qu'il gueulait.
Pour le coup, celui ci devait sans aucun doute être un imbécile. Sa corpulence ainsi que sa couleur de peau le laissait fortement suggérer. Celui là avait bel et bien été terminé à la pisse, et c'est son dialecte et sa façon de s'exprimer qui le confirma.

- Dégage, abrutit, lui rétorqua le garde, c'est des affaires de grands.
- M'APPELLE PAS COMME CA, DERICK !
- On s'en fiche, de toute manière, ce monsieur va partir, continua t-il avec ce débit affolant propre aux cocaïnomanes. Après m'avoir laissé tout ce que je veux, bien sûr.

Dawn, qui jusque là était restée en retrait, le rapace pendant au bout de son bras, releva la tête. Elle jeta un coup d'oeil furtif à ses deux compagnons. L'orbe vert, quant à lui, était d'humeur rieuse aujourd'hui car il se perdit dans un fou-rire incontrôlable lorsqu'il vit débarquer le guetteur ainsi que sa tronche de cadavre. La récupératrice n'y fit pas trop attention, la tête du mutant lui évoquant plutôt le dégoût que le rire.

- C'EST DES MUTANTS. LE CHEF A DIT ON LAISSE PASSER LES MUTANTS.
- Et moi je te dis de retourner à ton poste crétin.
- M'APPELLE PAS COMME CA !
- Retourne à ton poste, Denis, ou tu va le regretter, menaça le portier.

Nouveau coup d'oeil. Le couple semblait avoir compris cette fois ci. Ce n'était pas très étonnant, cela dit, la tournure des événements devenant de plus en plus évidente. Même Igniculus s'était arrêté de rire et observait maintenant les gardes dans un silence religieux. L'appel du sang avait toujours été plus fort chez lui que l'appel du rire.

- C'EST TOI QUI VA REGRETTER QUAND JE VAIS LE DIRE ! Annonça le guetteur à la manière d'un enfant.
- Ne t'avise même pas d'y songer, répliqua Derick en pointant son doigt tremblant, parce que je te promet que je m'en souviendrais. Pauvre abrut...

Le coup était si cinglant et puissant que la grand mère en eut un sursaut. Son pied avait de lui même fait un pas en arrière. Igniculus, lui, en avait fait trois en avant.
Le garde trébucha sur plusieurs mètres en se tenant la joue, crachant quelque dents accompagnées de filets de sang.

« TROIS FOIS C'EST TROP, se justifia le guetteur, J'AI PREVENU, DERICK ! »

C'est en se retournant vers son collègue que le portier hurla et se jeta dessus, aussi vif, agile et frénétique qu'une anguille. La drogue avait ses bons côtés, parfois.
Le combat s'annonçait titanesque et pour rien au monde la sphère verte s'en serait privé. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il piqua une crise comme un gosse au Supermarché lorsque la Goule passa sans bruit à côté de la mêlée et pénétra dans l'enceinte de la 'forteresse', suivit de ses colosses d'acolytes.
Elle se dirigea directement vers la porte menant à l'ancienne poste car, sans aucun doute, le chef devait s'y trouver. Et puis, l'attention que provoquait les hurlements et les bruits de lutte n'allaient pas tarder à ramener tout un paquet de tas de muscle dans le coin, ce qui n'était pas pour lui plaire.
Lorsqu'elle entra dans le bâtiment et après avoir entendu la porte se fermer derrière la mercenaire, elle ne put s'empêcher de pousser un soupire. De soulagement, certes, mais aussi d'agacement : son Foyer de compagnon devenait de plus en plus insupportable.

« On à eu de la chance sur ce coup, commença la Goule. Bon. Je propose que l'un de vous mène la marche, ça réduira sûrement les chances qu'on se fasse interpeller par un troufion avant de trouver le boss. Ah, et surtout faites comme chez vous, ajouta t-elle en souriant, on aura l'air moins suspects de cette manière. »

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective.
Revenir en haut Aller en bas

Echange foireux en perspective.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti-perspective:Gérard est revenu pour de bon
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» [vente echange] lot fig Warhammer
» Haiti-Dominikani libre-echange? Atansyon pa kapon.
» [Vente/Echange] Lot d'Orks 40k VS TAU/Skavens!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Ruines de la Nouvelle-Orléans :: Quartier Est-