La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Echange foireux en perspective.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Echange foireux en perspective. Dim 23 Juil - 0:14
04/06/2291


Roxane me fusille du regard, avec sa tenue de combat en milieu NRBC et son fusil d'assaut Honey Badber en 300BLK subsonique je sens que quelque chose ne va pas. Ca va faire des heures qu'on attend, non pas que le troisième larron soit en retard, mais qu'on guette, cachés dans un immeuble en ruine alors qu'on a peint à la bombe de peinture rouge une flèche indiquant le nouveau point de rendez-vous, puis qu'attendre en pleine rue ne me convenait pas, ni à Roxane d'ailleurs. Le mutante est toujours allongée à observer par un trou de souris avec ses jumelles la position des super-mutants qu'on va approcher avec deux sacs à échanger contre de l'engrais. Bien sûr le deal n'a jamais été prévu, la dryade avec sa peau verte, moi le lézard tout droit sorti du pandémonium et une troisième tête que j'ignore encore ont été engagé chacun par un magnat de l'industrie pour obtenir un accord avec les verts d'en bas, qui patrouillent la zone et qui semblent eux même vouloir caricaturer les clichés sur les mutants. J'en aie même vu un boire du sang de cheval dans un crâne humain, bouh, c'est dire à quel point ils ont l'air méchant, parce qu'après tout, le cannibalisme n'est pas qu'un hobby d'humain écervelé, mes frères de race eux aussi ont le droit de bouffer cru et parfois, encore hurlant. Comme quoi on rencontre des dépravés partout. Surtout sur cette place qu'on guette qui est juste à côté de central parc.

-Il voulait quoi ton patron? Que je demande à Roxane.
-De l'engrais? Il voulait de l'engrais pour fertiliser ses champs. Ah, je vois. Je crois que le troisième aussi c'était pour fertiliser ses champs, ou faire des produits chimiques avec, je ne me souviens plus.

D'un coup je me sens rassuré, je ne suis pas le seul chimiste en fleur qui a besoin d'engrais azoté pour fabriquer des explosifs brisants. Je sors ma pipe avant de commencer à fumer dans l'espoir de faire passer le temps un peu plus vite, Roxane consulte sa montre et grogne d'impatience, je regarde la mienne ; plus que cinq minutes avant l'horaire prévu. La mutante est toujours dans sa loupe binoculaire à observer la place, à faire un décompte des cibles potentielles qu'elle note scrupuleusement dans un cahier à l'aide de son crayon de papier.

-Combien?
-Vingt.

Cool, si dois me battre j'aurai l'impression de me prendre pour un héro de film d'action vu le nombre de types qu'on va devoir buter pour s'en sortir si notre sac de coke et notre sac de capsules ne leur convient pas, et si au passage l'une de nos gueules ne revient pas aux autres. Ils sont comme ça les super-mutants du coin, à être des gros cons parce que le destin le veut, sans doutes aussi qu'à force de se faire cracher à la gueule par tout les humains qu'ils croisaient ils ont finis par adopter la politique qui les emmerdaient le moins.
J'entends des bruits de pas, je me pointe dans les escaliers avant de voir une goule que j'ai déjà vu par le passé, alors c'est elle la troisième personne du commando.

-Salut Dawn, ça va bien depuis la dernière fois? Ton bras se rétabli bien? Je lui tends la main. Viens voir du côté de Roxane, on guette la zone où on va devoir aller depuis un petit bail,
négocier avec des super-mutants, même quand on est un mutant soi-même c'est difficile. Surtout quand ils sont cons comme des balais.
Parce que le maître du destin l'a ordonné? D'ailleurs je repense à quelque chose maintenant, je me tourne vers la dryade. D'ailleurs t'étais pas au service de Dreyse aux dernières nouvelles?
-C'est pour lui que je viens ; il a besoin d'engrais pour faire pousser du maïs, il veut essayer de synthétiser du biocarburant, tu sais pour relancer la vraie industrie du cocktail molotov. Les saloperies à base d'huile, c'est bien pour ceux qui ont jamais eu l'occasion d'en balancer sur des CRS, ou des soldats Européens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 120
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Sam 5 Aoû - 0:50
Barre de rad pallier 2


« Il y en à un là, aussi. Tiens tu vois celui ci ? »

A la manière du Wasteland entier, et sans doute du monde lui même, la grand place leur dévoilait un visage creusé, pitoyable. Des débris, jonché ça et là aux coins de ses rues, lui donnait l'allure d'un champ de bataille datant d'une autre ère, d'une autre époque. Les bâtiments ornés de sombres failles et leurs briques écrasées au sol donnaient le ton, rude et bourru, d'un monde sur le point de mourir. Un monde mort depuis deux cents ans, déjà. Le temps semblait avoir figé l'instant dans un marbre inaltérable. Tout était comme cela et tout allait le rester.

« Attend, c'est bien un crâne que je vois dans ses mains ? Mais c'est génial cet endroit ! Honnêtement je m'y sens chez moi. On déménage demain ? »

Cette fois ci, comme de nombreuse fois, c'est simplement la nature qui a reprit ses droits. La verdure envahit les toits, la mousse s'occupant des murs de pierre et le lierre des palissades de bois. Aucun grand arbre ne fit son apparition, cependant. Enfin, de grand arbre « vivant », j’entends. Simplement des végétaux d'être, rabougrit et sinistre. La seuel chose qui survivait, finalement, était ce qui restait petit. Invisible.

« […] étant donné comment il marche. Je te l'assure Igni', celui qui garde l'entrée est défoncé. A quoi, je sais pas, mais regarde sa tronche [...] »

Des Animaux, aussi, s'y trouvaient. Bien évidemment ! Que serait une fable sans Animaux ? Apportant le mouvement et le changement avec eux, bousculant le mort et l'immobile. Dérangeants. Irritants.
Une vingtaine d'entre eux, que l'on nomme Super-Mutants, se trouvaient entassés autour et dans un vieux bureau de poste bouffé par les années, qui offrait une belle vue sur toute la place. Des palissades de bois rudimentaires avaient été fabriquées -avec bien peu de soin- et disposées autour de l'avant poste, délimitant un genre de périmètre de sécurité. Bien que bourré de trous et branlant comme un vieillard, il n'en perdait pas moins son statut sécurisant pour autant.
Les deux derniers Animaux, qui se trouvaient être une Luminescente encore consciente et une Conscience parée de luminescence (oui, ce dernier n'était pas vraiment un Animal, donc), étaient terrés dans les restes d'un appartements non loin.

« Mais c'est très clair, c'est toi qui ne comprend pas. On ne vient pas s'installer mais marchander, arrête d'insister. »

La grand mère n'aimait pas particulièrement croiser des Méta Humains, et encore moins discuter avec eux. La plupart d'entre eux n'étaient ni intelligents ni courtois mais plutôt barbare. Primaux. Il était vrai que la Goule avait déjà eu l'occasion -sans doute rarissime en Louisiane- de croiser un ou deux de ces êtres qui réunissaient vivacité d'esprit et amabilité, bien que l'un n'oblige pas l'autre. Comme quoi, il existait des exceptions à la règle. C'est la loi qui confirme la généralité, paraît il.

- Qu'il est lourd, ce sac de merde ! Dernière fois que j'prend un boulot comme ça...
- Tu as tout mon soutien, cela va de soit. Allez la vioque, moi j'crois en toi.

Le seul problème résidait dans le fait que l'enfant avait accepté un contrat pensant qu'il s'agissait d'une affaire facile. Mais lorsqu'elle vit, compta et analysa toute la bande avec laquelle elle allait devoir marchander sa dope contre de l'engrais, la récupératrice réalisa. La moindre faute, la moindre erreur et c'était terminé. Heureusement, deux autres chanceux allaient l'accompagner dans cette mission suicide. Bien entendu, elle se tiendrait derrière eux tout le long de la négociation.
La petite Lumière avait déjà parcourut plus de la moitié de la distance la séparant de son spot au point de rendez vous conclut avec les mercenaires. Elle y trouva une grosse flèche rouge très mal planquée, et gloussa de rire entre deux souffles d'effort en gravissant les marches. Pénétrant dans une bâtisse qui avait tout l'air d'un ancien logement universitaire, une voix grave et posée l'accueillit d'un ton monocorde. Un son amical. Aussitôt la grand mère comprit pourquoi on n'avait pas rechigné à l'engager elle, une Goule (Luminescente, qui plus est) pour ce travail. Elle comprit aussi pourquoi ses employeurs se sont foutu de sa tronche quand elle partit avec l'énorme sac de drogue sur le dos.

- Salut Dawn, ça va bien depuis la dernière fois? Ton bras se rétabli bien? Le colosse lui tendit sa main de titan, la petite fille posa ses doigts de gamine sur l'un des siens. Viens voir du côté de Roxane, on guette la zone où on va devoir aller depuis un petit bail,
négocier avec des super-mutants, même quand on est un mutant soi-même c'est difficile. Surtout quand ils sont cons comme des balais
, dit il en arrivant au niveau de sa comparse. D'ailleurs t'étais pas au service de Dreyse aux dernières nouvelles? Ajoute t-il à son attention.
- C'est pour lui que je viens ; il a besoin d'engrais pour faire pousser du maïs, il veut essayer de synthétiser du biocarburant, tu sais pour relancer la vraie industrie du cocktail molotov. Les saloperies à base d'huile, c'est bien pour ceux qui ont jamais eu l'occasion d'en balancer sur des CRS, ou des soldats Européens.

Dreyse... C'était un nom qui revenait souvent. « Non, en fait, pas autant que ça... pourquoi ais-je cette impression ? ». Il était vrai que l'armurier s'était fait une petite réputation depuis le temps, mais cela ne justifiait pas cette impression de... déjà vus qu’éprouvait l'enfant à chaque fois qu'elle entendait ce nom. Il allait vraiment falloir qu'elle aille à la rencontre de cet ancien homme. C'était là sans doute le seul moyen de régler définitivement ce problème.
La mutante prit un temps pour examiner la Texane des pieds à la tête, son masque tribal, l'épée à sa ceinture, son tench coat noir... puis plus particulièrement son revolver et son fusil, et finit enfin par se présenter, immédiatement suivit par l'enfant.

« Et moi c'est Dawn, comme l'a dit ce cogneur de petite fille, commença t-elle en désignant d'un narquois coup de menton le géant d’albâtre. Je ne te serre pas la main, il vient déjà de me broyer la mienne, ria t-elle en se massant la mitaine. J'ai fais un petit topo de la zone, moi aussi, d'un autre point de vue, ajouta la fillette en regardant le schéma de l'employée de Dreyse. Il vous en manque un ici et un autre là, les deux en retraits. Des guetteurs je pense. »

L'enfant se baissa et désigna les points sur le bout de papier en se référant à la vue qu'elle avait de la grande place. C'est en se relevant qu'elle fit craquer ses vertèbres et qu'elle se tourna vers Séraphin. Certes, ils avaient une mission à remplir, mais ils n'étaient pas aux pièces non plus.

« Hans est pas avec toi ? »

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective. Dim 6 Aoû - 14:04
Je secoue la tête, non mon collègue Allemand n'est pas avec moi sur le coup, je déteste devoir le dire, mais Hans n'est pas du genre à accepter certaines tâches facilement, et il avait ses propres emmerdes à régler de son côté. Une sombre histoire d'argent, mon collègue n'a jamais eu de scrupules à tricher, et sans doutes que ça lui a posé problème quand il s'est fait avoir à son propre jeu, probablement qu'en ce moment même il est en train de récupérer son argent à coup de crosse dans la gueule. Il est comme ça Hans, toujours à vouloir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière, parce quand on peut avoir les trois en même temps, pourquoi se priver? Si je n'aie pas d'objection à ce qu'il fasse ce genre de choses, j'aimerais juste éviter qu'il ramène des emmerdes au bateau, comme par exemple une dizaine de mafieux qui viennent venger leur parrain qui s'est fait fracassé la gueule. C'est bien beau de faire des offres qu'on ne peut pas refuser, encore faudrait-il que Hans ne soit pas un maniaque de la gâchette qui aime contrarier les gens et affirmer ses talents au tir sur cible, ou avec un couteau, souvent les deux en même temps.
Je pose un genou à terre et secoue la tête.

-Hans... Doit gérer ses propres problèmes en ce moment. Il a choisi d'avoir des principes, un peu plus que moi, aussi, même si je le respecte pour ça, disons que parfois ça le force à prendre en main des problèmes qui mériteraient parfois juste qu'on oublie l'histoire. Le connaissant, il reviendra vite, et en bonne santé. Je fais un sourire à Dawn. Pourquoi? Ça te manque de ne plus avoir une goule allemande à côté de toi? Ah, au fait, je te présente Roxane. Je pointe d'un signe de tête la mutante.
-Salut, apparemment tu connais déjà Seraphin. Elle salue Dawn d'un signe de main. Si t'as un plan d'action ou une idée quelconque, je ne crache pas dessus. Se balader chez des mutants ne va pas être de tout repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Echange foireux en perspective.
Revenir en haut Aller en bas

Echange foireux en perspective.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti-perspective:Gérard est revenu pour de bon
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» [vente echange] lot fig Warhammer
» Haiti-Dominikani libre-echange? Atansyon pa kapon.
» [Vente/Echange] Lot d'Orks 40k VS TAU/Skavens!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Ruines de la Nouvelle-Orléans :: Quartier Est-