La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le kit du chevalier blanc, l'armement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Lun 3 Juil - 22:46
Les yeux rivés sur la lame de Séraphin, les genoux légèrement fléchit et l'épée en garde médiane, la Luminescente attendait. Elle appréhendait le premier coup, sachant pertinemment qu'un simple coup du géant pourrait l'envoyer voler sur les tapis. Ce dernier ne se fit pas prier.
Il commença les hostilités par une simple frappe de coupe portée sur l'arme de l'orpheline, sans doute dans le but de déstabiliser sa défense. Le choc se repartit sur tout le métal et vint faire vibrer la fusée que Dawn avait en main. C'est en évaluant la douleur qu'elle éprouvait dans les paumes que la Goule se rendit compte qu'elle ne s'était pas trompée : Séraphin avait de la force à revendre. Si jamais elle prenait un coup direct, rapière émoussée ou non, elle le sentirait passer. Elle tint bon malgré tout, le Quantum et la radioactivité pulsant dans ses veines.
L'enfant raffermit sa poigne sur la fusée, plus pour oublier la douleur que pour affirmer sa prise en main. Nouveau coup de taille porté par le Super Mutant. Il visait la récupératrice, cette fois. Elle l'évita d'un pas chassé et contre-attaqua sur le poignet de ce dernier. Un estoc plus ou moins raté par ailleurs.

- Ce n'était pas une super ouverture ce que j'ai fais, je te laisse attaquer cette fois ci.
- Tu la « laisse » attaquer ? Comme c'est gentil ! Amical ou pas, un duel est sans quartier... tout est permit !

La petite Lumière sourit à cette remarque. Elle n'avait pas l'intention d'être tendre, elle non plus. Et encore moins que son adversaire le soit avec elle... il fallait peut-être le lui faire comprendre.
Profitant du léger temps que daignait lui offrir son partenaire d'épée, elle prit une garde proche de la fenestre dextre pour commencer son assaut. Une feinte d'estoc s'élança de cette pose, magnifiquement ignorée par Séraphin. Une deuxième suivit, de pointe encore une fois, en direction du visage du Méta Humain mais il ne broncha pas. Il feigna un coup lui aussi en tant que riposte, mais c'est justement ce que la gamine attendait. D'un chassé croisé habile, elle se faufila sous le fer faussement menaçant du titan qui raffermit bien vite ses appuis. Prenant la garde de la queue tendue, une garde arrière assez répandue, elle prépara la feinte d'un moulinet horizontal. Cette fois ci, le géant prit peur et exécuta un pas chassé en rompant. La Goule le cueillit d'un coup d'estoc porté directement sur le cœur. Qui manqua. Le colosse blanc était trop grand et elle n'était pas habituée à sa nouvelle lame. La fillette poursuivit par une pirouette afin de donner un nouveau coup circulaire, de taille. Mais Séraphin n'était pas dupe. Il profita du dos tourné de la Goule pour répliquer d'un coup vertical, porté en garde haute, que Dawn dévia in extremis en adoptant la garde de la dame. Les deux lames glissèrent l'une sur l'autre dans un grincement rauque de rouille et de vieux fer tout à fait désagréable. L'enfant s'apprêtait à repartir à l'assaut, profitant du manque d'équilibre du colosse dû à sa frappe haute. La distance lui manqua, et elle se ramassa un bon coup de pied dans les boyaux qui lui coupa le souffle. Elle s'envola sur un mètre ou deux, roula sur les tapis mais se remise sur pied illico. Une douleur sourde au ventre, la sueur coulant le long de son échine et le regard fou, elle écumait presque. « C'est de la triche d'être aussi grand... Avec Migi jamais ça ne ser... ». Elle se reprit. C'était du passé, tout cela. « Il faut que je raccourcisse la distance qui nous sépare, se dit elle, ne pas le laisser s'éloigner. Sinon son allonge lui donnera l'avantage. »
La Texane se massa le ventre, reprit la position de la garde de la fenestre dextre et avança prudemment vers le titan, guettant l'occasion propice. Mieux valait adopter une posture haute contre ce genre d'ennemi.


Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 10:17
Je me fais balader, mon pronostic était relativement juste : elle a un sacré bon niveau et même en exploitant au maximum mon allonge et ma taille j'ai du mal à lui tenir tête et le seul coup que j'ai réussi à caser est un coup de pied qui n'aura servi à rien, si ce n'est de mettre de la distance. Nous nous remettons en garde, elle choisit une garde haute, je fais de même sans toutefois réellement essayer d'adopter une position bien tranchée. J'ai peut-être une idée pour la désarmer, une idée de merde, mais une idée quand même : si je continue à ce rythme la de tout façon je suis mort : plus le temps passe plus elle s'habitue à sa lame, et plus je perdrais l'avantage de l'allonge, qui est déjà bien moindre à l'heure qu'il est.
La lame glisse entre mes mains, haut dessus de ma tête la garde : une frappe mordhau n'a jamais fais de mal à personne et je la vois déjà s'avancer vers moi, le changement de garde la fait attaquer avec rapidité, une estoc que j'esquive en me jetant sur le côté, un pas chassé beaucoup trop grand pour être uniquement une action contrôlée, mais aussi un mouvement guidé par l'instinct de survie. Elle continue de s'avancer dans la brèche après avoir tourné les talons, d'accord elle veut jouer à ça, je m'avance en frappant son épée d'un coup de brute épaisse en me servant de mon centre de gravité comme d'une centrifugeuse. Mon bras se laisse porter par l'élan et j'esquisse un léger mouvement de torse vers l'arrière pour éviter de me faire emporter tout comme pour éviter une frappe mortelle : si je m'avance de cinquante centimètres elle peut toucher la toucher la tête et ce qui est censé être une frappe pour incapacité deviendrait un assaut mortel. J'ai juste envie de casser la garde. Dawn esquive en faisant un pas en arrière, juste ça.

-Bouh, ne télégraphes pas autant, on dirait Samuel Morse. Je remercie Hans pour son soutien psychologique.

Mon adversaire profite de l’opportunité pour fondre sur moi, je lâche une expression dépitée en sachant que c'est l'heure de la punition pour avoir voulu faire le malin et l'orage d'acier ne se fait pas attendre, entre deux grêles de coup ou je suis purement sur la défensive (en reculant), je réussis à changer de prise en main pour ravoir la poignée entre les mains. Le résultat est tout de même assez décevant je réussis à peine à interrompre une attaque d'un coup de taille assez vulgaire avant de devoir à nouveau me transformer en tortue. Puis je me rappel que j'ai des jambes et qu'elles peuvent servir à autre chose que de fuir : lors de la demi-seconde d'accalmie que j'ai entre deux tempêtes de ferraille, je réussis à m'approcher pour essayer de négocier un balayage du pied droit, bien au niveau des chevilles. Ca me laisse cul-nu au niveau défensif et à cause de ma taille je suis obligé de regarder ses guibolles pour bien m'assurer de la ou je vais toucher et ma vision périphérique en souffre un peu. C'est quitte ou double : soit je sauve l'honneur soit je suis bon pour me prendre un coup d'aiguille à tricoter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 11:35
Malgré toutes ses virevoltes ainsi que ses mouvements rapides, elle ne se sentait pas si essoufflée que cela. C’est au moins une des bonnes choses que l’on peut admettre d’une épée moins imposante : on éprouve moins de fatigue à son maniement. Dawn n’aurait pas put en dire la même chose de Migi. Mais celle-ci avait au moins l’apanage d’être efficace contre les adversaires de grande taille, de par sa largeur et son allonge.
Le géant, après avoir adopté une garde haute classique, se reprit dans son choix et positionna son fer en vue d’un crochetage, ou frappe Mordhau. Cela énerva passablement la Luminescente. « Me prends-tu pour une imbécile ? ». Elle savait que cette technique n’était efficace qu’à l’encontre d’épaisses armures. Ici, cette pose désavantageait plus le titan qu’autre chose, en particulier étant donné la rapidité et la taille de la Goule. A moins, bien sûr, qu’il ne s’en serve pour briser sa lame.
La récupératrice ne lui céda pas le temps pour armer sa frappe et reprit l’assaut d’un estoc rapide, que le revendeur évita d’un pas chassé un peu long. Elle poursuivit son assaut en gagnant vers son adversaire, craignant que ce dernier ne décide de broyer sa lame à l’aide d’un coup lourd.
C’est effectivement pour ce choix qu’opta Séraphin. Il balança son épée contre la sienne, espérant briser le métal rouillé de celle-ci et donc d’éliminer techniquement la fillette. Cela ne prit pas, car elle s’y attendait, et se contenta d’esquiver l’attaque par un bond en rompant.*

- Bouh, ne télégraphes pas autant, on dirait Samuel Morse, l'apostropha son compère qu'il remercia d'un hochement de tête blasé.

L’enfant ne prit même pas la peine de noter la référence –qu’elle n’aurait, de toute manière, pas comprise- et repartit de plus belle. Accablant le Super Mutant de plusieurs coups rapides sans grande précision, son but n’était autre que de le déstabiliser et de profiter de l’occasion d’une contre attaque. Celle-ci ne tarda pas à venir, et elle put déjà sentir Séraphin préparer un balayage du pied afin de la faire basculer. S’il y parvenait, ce petit tour signerait la fin de la joute. Tout allait se jouer ici.

Lancé de dé Arme blanche, for fun: 94/52. Pas si fun que ça en fait.:
 

L’orpheline s’avança et, prenant appuis sur ses deux jambes, sauta par-dessus le crochet de pied que lui faisait le géant. Elle avait mal calculé son élan, cela dit, car une de ses jambes se prit tout de même le coup. La force du colosse la fit littéralement basculer en l’air et sa tête rencontra le sol très violemment. Elle ne se rendit pas compte que l’épée de Séraphin vint se planter juste à côté de son crâne, signifiant la fin du duel. Elle ne se rendit pas compte, non plus, que celui-ci lui tendait maintenant la main, un sourire confus affiché sur le visage, afin de l’aider à se relever. La Goule ne pouvait pas le savoir. Malgré les tapis de mousse prévus pour absorber tout les chocs, cette dernière venait de tomber dans le froid de l’inconscience.

*hrp: C'est ce que j'ai compris de ce que tu as écris ^^

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 17:24
Dawn se gaufre, je pose ma lame au sol fier de ma victoire et me penche pour lui tendre la main ; mais elle ne réagit, pas j'insiste un petit instant avant de me rendre que quelque chose ne va pas. Je pose un genou à côté de la goule qui ne bouge plus. Mon sang ne fait qu'un tour : elle n'est pas... J'interromps le flux de pensées sombres ; ça ne sert à rien de se poser ce genre de question avant d'avoir fait déjà les bases : je passe main devant son visage, elle respire, je pose deux doigt au niveau de sa jugulaire que j'ai un peu de mal à trouver vu sa peau en cratère façon Verdun. Son cœur bats à allure régulière, Hans s'approche sans un mot et se penche au dessus de mon épaule comme un gosse qui n'a guère envie de s'investir dans les problèmes de son camarade.

-Elle respire?
-Oui.
-Son coeur bats toujours?
-Oui.
-Va chercher Tina, je vais mettre notre invitée sur le canapé.

Alors que mon collègue la prend dans ses bras en grognant un petit peu sous l'effort avant de l'amener dans un endroit autrement plus confortable, moi je me dirige vers la chambre de notre armurière-balisticienne qui dort toujours. J'écarte le pan de rideau et le rabat derrière moi avant de marcher jusqu'au bord du lit sur la pointe de mes rangers. Je me mets à sa hauteur et tape doucement son épaule. Je sens le contact d'un silencieux entre mes côtes, en train d'essayer de s'enfoncer dans ma chair. Tina ouvre les yeux, un peu énervée.

-Je suis réveillée.
-Je constate ça oui. Elle arme le chien de son pistolet.
-J'espère que tu as une bonne raison de me réveiller.
-Notre cliente a fait une chute sur la tête.
-J'ai compris, je m'habille et j'arrive.

Je pose mes fesses par terre, dos contre sa table de nuit alors qu'elle émerge de sous les couvertures sans vraiment faire preuve de pudeur ; je comprends aussi ou avait disparu mon t-shirt de l'armée allemande, celui avec un camouflage automne numérique. Je suppose qu'elle peut se permettre d'emprunter certaines de mes fringues vu que j'emprunte souvent les résultats de son travail. Elle enfile prestement son treillis couleur neige et un débardeur noir avant de me faire signe de la suivre : jusqu'à la salle de bain. Elle remplis une bassine d'eau, verse un peu de javel dedans avant de foutre deux serviettes dedans.

-Ta dernière douche remonte à quand?
-Hier. Mauvaise réponse je crois.
-Mauvaise réponse. Elle me lance une serviette à la gueule. Soit un peu plus présentable que ça. Et lave toi avant d'empuantir la baraque, tu bosses depuis quelle heure?
-Depuis le lever du soleil? Je me reçois une savonnette dans le ventre.

J'ai compris le message, j'enlève le haut, me débarbouille et me lave à coup de serviette savonneuse tel un maniaque de l'hygiène dans la plus grande poubelle du monde. Tina fait pareil et me vide dessus une partie de la bassine, je serre les dents et lâche juste un murmure de surprise, l'eau à quatre degrés partout sur le corps, même quand on est mutant c'est le genre de chose qu'on n'apprécie pas forcément. Tina se montre un petit plus expressive en lâchant un soupir d'agacement quand elle se vide le reste sur le visage. Je vais me changer et enfile un autre uniforme avant de me pointer au chevet de Dawn, notre toubib en chef l'examine un peu plus en détail : la lampe de poche braqué vers l'oeil pour vérifier la contraction des pupilles, la palpation de la nuque et du crâne pour constater une éventuelle fracture, la prise de tension. Faudrait qu'elle m'apprenne tiens : c'est toujours amusant de savoir se rafistoler soit-même.

-Elle a une commotion cérébrale qui n'a pas nuit au système vasculo-respiratoire. J'imagine Dawn handicapé un instant, putain de merde je l'aie jamais entendu parler comme ça notre soigneuse experte. Elle voit ma mine décomposée et ricane. Ça veut juste dire qu'elle s'est cognée la tête et qu'elle aura une bosse, mais sinon tout va bien. Elle devrait se réveiller très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 19:53
Sa tête se fracasse sur le sol dans un bruit qui ne me plais que moyennement. Je me complais à me moquer de ses souffrances et de ses douleurs, habituellement. Mais là, les seules choses que j’ose lui murmurer sont des questions sur sa santé.
Je m’enquis de son état. Elle ne me répond pas. J’hurle dans ses oreilles à la manière d’une vieille corneille. C’est une chose qui la fait réagir, d’habitude. Pas de réponse, pas même le prélude.
J’enrage, me tourne vers le responsable, lui crache au visage. Il ne réagit pas, mais je vois à sa mine déconfite que le sort de mon hôtesse l’accable. Il se penche au dessus d’elle et tâte la petite nuque de ses doigts. Sa main est plus grande que son minois. Séraphin se met à sourire, satisfait. La vie de la petite n’est pas en danger, il semblerait. Tant mieux. Pour lui. Où il m’aurait connu furieux, ça ne fait pas un pli.

« Bah alors, abruti ? Je l’insulte, il le mérite. Reste pas là comme un ahuri ! »

Son pote rapplique et ils se causent. Hans se saisit alors de la petite chose. Je le suis, je ne peux pas faire autrement. Il n’y a plus qu’à attendre, maintenant.  
Le revendeur la dépose sur un vieux canapé tout pourri.  Il reste à côté et veille sur elle, assit. Me viens alors une idée. J’avais déjà, auparavant, tenté d’intégrer son corps quand elle dormait. Ca n’avait pas marché. Mais si ma Lumière est inconsciente peut-être que je le pourrais. Je tente de m’engouffrer dans son crâne, sous ses épais cheveux luminescents. Je n’y arrive pas et finit par renoncer à mon engagement. Peut-être qu’avec un Quantum cela se passerait autrement.

[…]

Le géant, après un temps, fini par revenir, suivit par une femme qui devait sans doute dormir. Je le vois à ses yeux. Malgré le fait qu’elle se soit lavée, des cernes restent distinctes en dessous d’eux. Elle s’approche de Dawn sans doute pour la soigner. Du coin de l’œil, je la scrute nonchalamment, si elle se rate je le lui ferais comprendre par le fondement. La femme finit par déclarer que ma Lumière va bien. Elle l’annonce au Mutant avec un air hautain. Déjà, j’apprécie un peu plus cette dame. Je me poste devant le visage de Dawn et attend le réveil de ma flamme.

[…]

L’orpheline papillonna des paupières, ouvrit un temps les yeux, puis les referma de nouveau comme si elle s’était replongée dans le sommeil. Tout n’était que floue et pénombre. Après quelque minute, elle les ouvrit de nouveau. Elle poussa un cri.

- Putain Igni’ ! Tu m’as foutu les boules !
- Ouais ben toi aussi, grand-mère, répondit il en soupirant. Tu as perdu, quelle misère…

La Luminescente s’apprêtait à répondre de plus belle, mais c’est à ce moment qu’elle remarqua les trois paires d’yeux braqués sur les siens. C’était des regards interrogateurs qui la scrutaient. Elle sourit, un peu gênée d’avoir été surprise à « parler toute seule ».

« Eh bien, je suppose que tu as gagné, commença t-elle en regardant le colosse blanc, qu’est-ce qui s’est passé, au juste ? »

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 20:06
Elle vient de parler toute seule? L'idée de lui poser la question à ce sujet m'effleure un instant l'esprit puis je me ravise : ce n'est pas comme si parfois j'avais un concerto de voix dans ma tête qui me disaient de faire des choses, ça semble débile mais ça réveille au milieu de la nuit quand vous faites le rêve récurrent d'un être immatériel qui vous dit d'aller chercher une goule Irlandaise à travers les terres désolées. Aussi, puisque je dois avoir aussi ma cervelle en colocation, je décide de ne rien dire. La goule scrute un peu tout le monde gênée avant de m'adresser la parole alors qu'après un petit temps d'attente j'ai trouvé plus confortable de veiller sur ma victime en ayant le cul sur un tabouret. Non pas que je sois un pervers en puissance mais le terme adapté : c'est en partie de ma faute si elle est tombée dans les pommes, autant que je reste à rattraper mes conneries non?

-Eh bien... Comment formuler ça sans passer pour un être narcissique? J'ai gagné faisant un fauchage des jambes : tu as tenté d'esquiver en sautant mais j'étais un peu trop grand donc tu m'as percuté malgré tout et tu es retombé sur la tête. Je ne sais pas si ça semble assez clair, mais on est passé à deux doigt d'une chute qui aurait pu être beaucoup plus grave : nous avons eu de la chance sur ce coup la.

Hans s'éclipse sans rien dire, je choisis de rester alors que Tina a l'air de vouloir reprendre du service, posée sur son fauteuil d'éminence grise. Elle se redresse un petit peu et choisit d'assumer la suite de la conversation.

-Juste pour être certaine que tout va bien : une envie de vomir quelconque ? Un vertige ? Quelque chose d'anormal par rapport à d'habitude?

L'allemand revient, avec de la bière, vraiment? Je ne crois pas que ce soit conseiller après un accident de ce calibre. Il lui tend la bouteille.

-A mettre sur la tête, pour la bosse. Pas pour boire. Toute droit sortie du frigo je suppose, du moins, à en juger par la buée sur le verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mar 4 Juil - 23:59
Il était maintenant 19h passée, et pourtant le Soleil ne daignait toujours pas s'éteindre derrière l'horizon. Comme à son habitude, en sommes, lors du mois de Mai.
La Goule hocha de la tête en écoutant Séraphin. Au final, c'était son élan de bestialité qui l'avait fait perdre le match. Elle se souvint vaguement d'avoir voulu attaquer pour tuer... elle mit cela sur le compte de la radioactivité présente dans son organisme. Pourtant, au fond d'elle, quelque chose lui disait que ce n'était pas tout à fait cela. Ainsi elle avait perdu à cause d'un banal coup de pied. Une attaque qu'elle avait vue arriver, de surcroît. Comment avait elle put se faire avoir ?
L'Allemand disparaît soudain alors que la femme, que Dawn n'avait pas la chance de connaître, commença à s’inquiéter.

« Juste pour être certaine que tout va bien : une envie de vomir quelconque ? Un vertige ? Quelque chose d'anormal par rapport à d'habitude? »

C'est à cause de ces questions que la Luminescente estima que ce devait être elle la médecin du groupe. Elle lui répondit en faisant non de la tête, puis attrapa la bière que lui tendait Hans du bout des doigts. Celle ci était glacée et devait provenir d'un frigo. Ca n'allait pas être évident de la garder en place sur sa tête sans avoir en permanence la main dessus, mais bon, l'enfant ferait avec. Elle remercia la Goule tout en répondant au médecin.

« Non, merci, je n'ai rien je crois. J'ai juste un peu mal à la tête. Beaucoup, en fait. Je ne pense pas que ce soit très grave. »

L'orpheline se mit à regarder un peu autour d'elle et fit mine de se lever. Sans succès. Si, en fait elle avait bien quelque légers vertiges.

« Je pense, en fait, qu'un peu de repos me ferait le plus grand bien... Si ça ne vous ennuie pas. De même, Séraphin, on reprendra nos petites affaires demains matin si tu veux bien. » dit elle sur un ton bienveillant, mais qui ne sous entendait aucun refus. Après tout, c'était lui qui l'avait mise dans cet état. Autant profiter un peu de sa possible culpabilité...
« Ah, en fait, moi c'est Dawn Salicyl. », fini t-elle par dire en tendant la main vers le médic'.


HRP: Ca doit bien être le plus petit post que j'ai fais x)
Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement. Mer 5 Juil - 15:24
-Tina Stling

La toubib m'assassine du regard en constatant qu'on va devoir héberger Dawn pour la nuit, je suppose que ça m'apprendra à ne pas savoir doser ma force. Je lève les mains en signe de reddition ; mademoiselle va me briser en deux si j'essaie de protester, j'ai déjà vu Hans essayer de résister et ça n'avait pas donné quelque chose de vraiment concluant. Tina est médecin, de ce fait même si elle n'a qu'une expérience très réduite en boxe, le fait qu'elle sache ou frapper pour faire mal ou incapacité compense largement.
Je regarde Dawn, qui a l'air bien déterminé à profiter de la situation (enfin profiter, je serais aussi un sacré connard si je la foutais dehors), j'hausse les épaules : elle reste pour la nuit si elle veut, de toute façon je suis assez confortable d'un point de vue monétaire pour ne pas devoir suer à grosses goûtes pour un hébergement d'une nuit. Le regard des deux femmes de la pièce me fait comprendre que même une armure assistée et quelques mètres de bétons ne me protégeraient pas de leur colère si je venais à protester d'une quelconque façon. Aussi je me contente de hausser les épaules, l'air un peu blasé.

-J'ai compris, je vais chercher des couvertures et des oreillers.

J'ouvre l'une des nombreuses armoires de rangement dans lesquels on entrepose le matériel et les fournitures du quotidien, je me goure et ouvre le placard contenant les remplisseurs de chargeurs avant d'essayer celui de la gauche : cette fois-ci je tombe sur un empilement de couettes, draps, oreillers, la plupart en bon état parce que fait après l'apocalypse. J'attrape une paire d'oreillers et un couverture avant de me ramener avec, je les tends à Tina en prenant l'air d'un crétin fini.

-Wallah vos étoffes maitwesse. dis-je en prenant l'accent d'un habitant des caraïbes, en forçant le trait au maximum.

Le toubib m'arrache presque des mains la couverture et les coussins, je ne dis rien en constatant qu'elle est toujours dans sa mauvaise période mais retiens difficilement un sourire alors que je la voix fulminer intérieurement, elle dépose les oreillers à portée de main sur la table basse, juste à côté du canapé dans lequel végète Dawn et déplie la couverture sur ses jambes.

-Bon, moi j'ai encore quelques balles à vérifier pour demain. Donc je vais retourner à mes établis et m'assurer que tout est en ordre de ce côté la, que je ne fournisse pas du calibre 50 dysfonctionnel. J'hoche la tête.
-Herr connard. me sort Hans, l'air amusé. Puisque tu es le meilleur armurier ici, j'ai une caisse de munitions de surplus tout droit sortie d'une manufacture miteuse de Louisiane, rien que ça. Il lâche un carton rempli de 7,62x39mm sur la table basse, ça fait un bruit infect aux oreilles. Je suis censé mettre une lunette à deux milles capsules sur un fusil qui en vaut deux cents, donc je n'aie pas trop le temps de savoir si oui ou non ce fournisseur est fiable.
-Ok je m'en charge.

J'attrape le carton, et juste avant de me casser dans mes quartiers histoire de vérifier ça en ayant une musique en fond sonore, mon regard se pose sur Dawn.

-Mhh, vu que j'ai oublié de le faire tout à l'heure, je te présente toutes mes excuses pour le fauchage super-agressif que j'ai faits tout à l'heure. Et si tu as besoin de quoi que ce soit appel moi.

Étrangement, tout le monde fut très silencieux cette nuit, sans doutes que les événements récents n'ont pas aidé à réellement inciter aux festivités, toutefois, c'est avec une relative appréhension du lendemain que je me pose dans mon pieu ; les blessures à la tête c'est toujours fourbe et retrouver notre hôte transformée en légume à cause d'une hémorragie cérébrale très discrète serait un événement extrêmement dur à justifier et surtout morbide à l'extrême. Je sais que Dreyse n'a guère cure d'avoir des macchabées dans sa boutique puisque lorsqu'on a attaqué son échoppe il n'a rien trouvé de mieux à faire que de marteler la tête de quelqu'un contre un angle de table jusqu'à ce qu'il n'en reste rien.
Toutefois, lorsque le soleil se lève et que tout le monde émerge doucement du soleil, tout va pour le mieux, tout le monde peut marcher et tout le monde tourne à pleine capacité cérébrale. Après le café matinale et les politesses d'usage, je remets à Dawn toute sa commande : les protections, le lee-enfield, son épée.

-Juste un conseil pour le fusil : essaie de l'entretenir de temps en temps, quand ce genre d'arme pète en général c'est le retour direct à l'armurier, voir à la fonte. Sinon eh bien... Il ne me reste plus qu'à te souhaiter un bon voyage.

On se serre la main. La formule de politesse était sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le kit du chevalier blanc, l'armement.
Revenir en haut Aller en bas

Le kit du chevalier blanc, l'armement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Un honorable chevalier
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon
» l armure du Chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Ruines de la Nouvelle-Orléans :: Quartier sud-