La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Jeu 18 Mai - 21:52
Le 09/01/2291
Environ 21h00

Des détonations résonnent au loin de chez moi, seul sur les quais avec plus de flingues que je n'aie l'habitude d'en avoir sur moi pour ma défense personnelle, je contemple le crépuscule avec la sale impression de vivre à Beyrouth tant l'endroit me parait peu sûr, pourtant c'est un lieu que j'ai passé en long, en large, et en travers. Des bateaux, des raiders, et de la poiscaille, c'est tout ce qu'il y a pour arpenter le bitume dégueulasse et gercé par les années et le temps, à force de marcher dessus j'ai finis par en deviner les aspérités, aujourd'hui je pourrais reconnaître ou je suis les yeux bandés rien qu'à la texture du sol. J'ai bien vécu ici, je compte bien continuer de vivre ici jusqu'à ce que les choses me poussent à changer d'endroit. Pour l'instant tout se passe bien et je profite de la vie, Carpe diem comme disent certains, c'est à peu près comment j'existe pour le moment, impossible de se bâtir un avenir sûr avec les psychotiques, la nouvelle France, l'absence de mutants ou de goules civilisées. Alors je fais comme tout bon lépreux utile à la société : je profite de mes compétences pour me faire des contacts pour le jour où j'aurais des comptes à régler et à rendre, la destinée est une partenaire de danse facile à appréhender, mais imprévisible, un coup elle vous embrasse langoureusement, et le lendemain elle vous fout un coup de pied dans les couilles sans que vous ayez eu le temps de comprendre.
J'observe un bref instant le Kennedy, navire que je vais piller avec l'aide de deux autres personnes, il m'a toujours foutu les jetons : il grouille de saletés et de chiens mutants, déjà que seul au détour d'un couloir ça peut faire mal, une meute de pitbull radioactif je n'aie pas envie de tester ce que ça peut faire sur un mutant. Un énorme porte-conteneur avec son lot de coursives et dépourvu d'électricité, je le sais une fois en plein jour avec un Hans on avait essayé de rétablir le courant pour un vol ultérieur, la seule chose que ça nous a rapporté c'est une grosse frayeur quand on a vu cinq clébards à un croisement. Ce jour là, je n'aie pas regretté d'avoir embarqué mon fusil à pompe.
Un coup d'oeil à la marchandise : un PERMOL en calibre 12, chargé à la grenaille et deux optiques Narval, j'ai à peine vendu un prototype à un collègue que ça y est j'ai déjà eu des demandes, c'est plutôt sympathique. Adapté un vieux prototype nazi avec les moyens d'aujourd'hui exige moins de technologiques que les autres organes de vision nocturne, résultat ça coûte moins cher à la vente et à la production.
Au bout d'un moment d'attente le premier homme se pointe, Jason Bleight si mes souvenirs sont bons. J'agis en bon commercial et lui adresse un signe de tête.

-Monsieur Bleight, votre artillerie est avancée. Je prends le PERMOL et lui tend par le canon. Il est chargé, mais il n'y a aucune cartouche dans la chambre,
vous pouvez le prendre sans soucis, de même pour l'optique si vous voulez l'utiliser elle est chargée et prête à servir.


Inventaire :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Sam 20 Mai - 23:25
C'est une journée qui se termine plutôt bien aujourd'hui, mis-à-part le fait de n'avoir rien foutu à part entretenir ma moto, ce serais une journée aussi ennuyante que les autres si je ne recevais pas mon nouveau joujou aujourd'hui. Enfin arrivé à la ville, je marche une trentaine de minute avant d'atteindre le bâtiment en question. Je toque à la porte et l'attente en se fait pas très long.

-Monsieur Bleight, votre artillerie est avancée.

je rentre dans le bâtiment. Il prends le PERMOL et me le tend par le canon. Il est chargé, mais il n'y a aucune cartouche dans la chambre,
vous pouvez le prendre sans soucis, de même pour l'optique si vous voulez l'utiliser elle est chargée et prête à servir.


Son apparence m'avait surpris au début, mais sa façon de parler prouvé bien que ce mutant étais doué d'intelligence, je prends alors l'arme qu'il me tendait afin de l'essayer niveau ergonomie et poids, il est lourd, ce qui est bien, mais pour le combat extrêmement rapproché ce n'est pas vraiment une qualité, enfin bref, il est très bien quand même. Je tourne ensuite ma tête vers sa direction afin de prendre la parole.

"Bien... Maintenant que j'ai l'arme, est-ce que vous proposez des Balles "Spéciale" ? Et ensuite je voudrais seulement l'essayer sur une cible si vous me le permettais." Je sort mon fusil laser. "ha oui, aussi, ce sera sûr cette arme qu'il me faudra installer le viseur."

J'attends ensuite sa réponse, même si j'attendais plus au sujet des balles, je suis peut-être doué en mécanique, mais tout ce qui est sûr les projectile, j'ai encore un peu de mal avec ça, mais bon, je pense que je vais m'amuser sur ce sujet quand j'aurais du temps libre... Ce que j'ai toujours d'ailleurs.

santé et inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Dim 21 Mai - 21:40
Rien de tel qu'un petit job en à-côté pour améliorer son quotidien. Outre cette jeune demoiselle et sa méga-corporation en devenir (à l'entendre), il y avait un autre artisan local qui faisait dans la belle camelote dans les environs. Pas le même genre que cette Eleanor, mais cela restait des beaux joujoux. L'individu était un mutant, mais cela n'enlevait rien à la qualité des outils. Et puis, les Peaux Vertes pouvaient se montrer sacrément ingénieuses quand elles s'y mettaient. Il n'y avait qu'à voir les armes en tuyaux qu'ils arrivaient à sortir de leurs tanières pour faire chier le monde...

Le rendez-vous était donné sur les vieux quais du quartier Sud de la ville, en pleine nuit. Cet artisan clamait qu'il ne faisait que dans le top de la technologie pour ses équipements, et avait sur son catalogue un projecteur à infrarouges pour lunettes. De quoi rendre les opérations nocturnes bien plus faciles pour Meryl. Bon, les quais étaient bien craignos à visiter de nuit avec toute la saloperie qui rôdait dans les ruines, mais le prix de cette lunette... Obtenir un tel engin juste en faisant office de couverture pendant une opération de récupération, c'était donné.

Arrivant au point de rencontre, Meryl vit qu'un troisième larron s'était joint à l'opération et était en pleine discussion avec le commanditaire. Colossal comme tous les mutants, au passage. Autant s'annoncer histoire de ne pas avoir une démonstration en live des produits de ce vendeur. L'empoisonnement au plomb était une cause de décès si commune de nos jours...



- Monsieur de Saint-Étienne, je présume ? C'est moi qui vais vous couvrir pour ce soir.


En quoi consisterait l'opération qu'avait en tête le mutant, c'était la grande inconnue. Volonté de ne pas révéler trop d'informations à des tierces parties des fois que les murs aient des oreilles, ou juste en cas d'embuscade. Dans tous les cas, tout le monde serait bientôt fixé.
Le troisième homme parlait de munitions spéciales. Si ce mutant mécanicien pouvait concocter des munitions en plus de ses équipements, Meryl aurait deux adresses à garder en tête pour se procurer du matos pas très courant. De mieux en mieux.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Dim 21 Mai - 22:46
Je prends note et je prends encore note des demandes de l'homme, je salue d'une petite courbette la femme en lui disant bonjour, tant de manière c'est rare chez les gens. Beaucoup de politesse, j'ai presque l'impression de voir une femme d'avant-guerre, cette retenue, ces traits fins, c'est sympathique de voir qu'il y a encore des ladys de la kalachnikov qui savent aussi prendre le thé en bonne société. Quant à mon compagnon rapproché de la soirée, il va droit au but, j'apprécie aussi, il sait ce qu'il veut, demande un peu de rab mais ça ce n'est pas vraiment problématique : je vais être riche comme Crésus s'il y a bien ce que j'imagine dans le paquebot.

-Je vends des cartouches spéciales oui : chevrotine barbelé, gomme cogne, taser, balle unique, chevrotine traditionnelle, il y a de tout, c'est l'avantage du calibre 12, c'est presque une panacée de la guerre. Passez-moi le fusil laser, je vous installe le viseur. Il me le tend, je lui emprunte.

Le temps de clipser sur le fusil laser l'optique non grossissant analysante, de mettre par dessus l'ampoule télescope infrarouge et d'allumer le tout, j'épaule juste l'arme le temps de m'assurer que tout est bon, active le cran de sécurité et lui tend en tenant le canon vers moi, de sorte à ce qu'il puisse bien me voir en surbrillance dans sa lunette de tir.

-La lunette Narval se désactive d'une pression de bouton, le viseur devient alors une bête optique point rouge, idéal si vous voulez changer vite de mode de vision.

La dame préfère s'équiper d'elle même.
Je passe au briefing.

-Le Kennedy c'est le porte conteneur de l'autre côté de la route, à moitié dans la flotte. Il y a un bon paquet de conteneurs dessus qui ne demandent qu'à être ouverts, de source sûr et d'une précédente exploration il y a un conteneur remplis à ras-bords de matériel militaire léger : des viseurs holographiques, des fusils d'assauts russes, toute sorte de connerie qui devaient êtres livrées à une entreprise militaire privée qui faisait la guerre aux pirates avant la guerre. Mais bon, maintenant ils ne sont plus de ce monde, donc c'est premier arrivé premier servi.
On va faire simple : nous deux.
Jason et moi. On va s'infiltrer sur le bateau et ouvrir ce foutu conteneur, il est au sommet de la pile, donc mademoiselle Lenoir, si vous vous mettez au sommet de l'immeuble dans lequel nous sommes vous devriez pouvoir nous couvrir facilement.
Normalement, même sans radio, tout devrait bien se passer : d'expérience il y a juste des rads-chiens sauvages, ça devrait le faire. Lenoir, s'il y a un pépin vous sifflez et on rapplique.
Des questions?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Lun 22 Mai - 17:58
Après avoir fixer mon nouveau viseur sur mon fusil laser, il me le retend par le canon après son explication, me laissant voir en surbrillance le mutant situé devant moi, je l'essaye en laissant la sécurité et pressa sur le bouton plusieurs fois avant d'être satisfais et le ranger, il donna ensuite un viseur du même type à une personne situé derrière moi... Une femme apparemment venant de la NF à ce que je pouvais voir... Légèrement customisé même, mais passons. Cela fais, le mutant qui se nommant Saint-Etienne de ce que j'avais entendu, nous fait un topo de sa fameuse requête en échange de l'équipement. De ce que j'ai compris, il suffit seulement d'aller ouvrir quelque conteneur, récupérer son contenue tous en tuant quelque bête qui y rôde avec un sniper pour nous couvrir... pour ma part, je n'avais pas d'inconvénient, mais je veux seulement régler un détail.

"Monsieur Saint-Etienne, je voudrais d'abord une affirmation avant de poser ma question... Bon, je vais vous acheter les quelque cartouche que vous me proposez après la récupération, voilà, c'était une chose que je tenais à vous dire... Maintenant" Je prends une pause et pointa avec mon pouce la concerné. "Enfaîte qu'est ce qui vous dit que Mademoiselle juste ici ne va pas nous tirer une balle dans la tête et filez quatrième vitesse avec votre trouvaille ?"

Je suis désolé de douter d'elle, mais on n'est jamais trop sûr dans ce monde, mais bon, je pense qu'elle peut me comprendre, elle va nous pointer avec son fusil pendant toute l'opération, c'est une chance ultime de nous éliminer à tous moment, soit elle comprend ce que ça fais d'être une cible, soit elle va devoir apprendre... Ce serais marrant de jouer au professeur et d'avoir un apprentie maintenant que j'y pense.

santé et inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Lun 22 Mai - 23:30
Mutant mais poli, organisé et avec du matériel de qualité ? Cet homme était un docteur Virgil en puissance. Ce Super Mutant intelligent qu'un mystérieux commanditaire (lourdement suspecté d'être l'Institut) voulait voir mort contre assez de capsules pour pouvoir se faire une garde-robe en peau de Griffemort était sur toutes les lèvres des Gunners. Mais comme cette mission impliquait d'aller retourner la Glowing Sea, cette pile de capsules était restée sans personne pour la réclamer.

Monter le projecteur et le récepteur infrarouge sur le McMillan fut un jeu d'enfant : on pouvait dire ce qu'on voulait sur l'armée US avant la chute des bombes, mettre les rails Picatinny comme standard était une idée de génie. Même le moindre petit artisan pouvait sortir des accessoires compatibles avec les joujoux balistiques les plus avancés sans risque d'incompatibilité. Vraiment l’idéal.

Une fois tout le monde équipé, Séraphin expliqua le plan. La cible était un porte-containers à l'abandon, plein de matos militaire... Russe ? Bon. Le plan était simple : Séraphin et l'autre gars iraient sur le navire récupérer la cargaison, Meryl ferait couverture sur le toit. Temps de poser les questions.



- Une seule. Je croyais que les Russes étaient largués derrière la Chine à la fin du 21ème siècle. Une idée de pourquoi une telle cargaison d'armes de chez eux fait ici ?


Bien que les USA et la Russie étaient officiellement alliés pendant la guerre sino-américaine, Moscou était resté passif pendant toutes les hostilités à l'exception de quelques dépêches diplomatiques à l'attention de Pékin rappelant aux chinois de ne pas traverser la frontière avec leurs soldats sous peine d'impliquer l'Ours au combat entre le Dragon et Oncle Sam. Menace que le président Xin et le camarade Cheng prirent très au sérieux. Peut-être que la Douma avait décidé de se joindre à la fête et d'expédier les Spetsnaz combattre aux côtés des armures assistées ? Bah, pas si important au final.

Par contre, le mec au manteau commençait mal avec ses commentaires.



- Et me mettre à dos voire tuer quelqu'un qui fabrique des armes plus avancées que tout ce que peut cracher l'industrie de la Nouvelle-France ? En plus de me laisser sur les bras une cargaison trop importante pour un homme seul sans personne à qui la vendre ? Je suis militaire, mais pas abrutie, monsieur...?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Mar 23 Mai - 18:43
-Même si votre hypothèse se tient. Montrer patte blanche. Je vous rappel que le mercenariat est une pratique soumise à une concurrence très intense, et la réputation, donc le bouche à oreille, sont des éléments essentiels pour garder le nombre de propositions à un niveau décent. On peut partir du principe que si vous êtes tout les deux en vie et bien portants c'est parce que vous avez respecté cette règle implicite du métier et que ça va continuer ainsi. C'est donc pas très cool de faire ce genre de remarque Pour mieux frapper. Quand même, ce genre d'insinuation ça le fait mal, surtout devant l'accusée. Pour les armes Russes, comme je l'ai dis elles étaient à destination d'une compagnie militaire sous contrat qui luttait contre la piraterie. Je sais que les accords militaires et l'OMC n'apprécient pas vraiment les livraisons d'armes comme ça, mais bon... Les règles, elles sont la quand ça nous arrange, les USA ne sont pas gênés pour faire du protectionnisme quand ça les arrangeaient, alors faire passer quelques armes en douces...

Une fois ceci réglé, je les regarde eux deux : je crois qu'ils ont deux ou trois choses à se dire, aussi je les laisses régler ça entre adultes (ou gosses selon le point de vue) et me pose dans l'embrasure de la porte, à guetter le navire une main posée sur mon fusil à pompe pendant à ma ceinture. Ils me feront signe quand ils seront prêts à y aller.
Quand le moment vient, chacun prend la place qui lui a été attribuée, je fais signe à Jason de me suivre, j'ouvre la voie et on traverse la rue en trottinant au cœur de la nuit, comme des survivants qui franchissent une avenue sous le regard malveillant d'un sniper, personne pour nous aligner, juste un lointain ange gardien dont l'unique bénédiction doit être un fusil en 338 lapua. J'espère que nous n'aurons pas à finir sous son égide, mais on ne sait jamais vraiment ce qui peut se passer, tout est sujet aux incertitudes. On abouti extrêmement près du navire, nul besoin d'acrobatie pour aller à bord, depuis ma dernière visite il reste la longue planche de bois qui nous a servi de pont improvisée pour arriver dessus. D'ailleurs la structure ne manque de pas craquer sous mon poids, mais rien d'alarmant puisque nous passons sans aucuns problèmes. A voir si le retour se fera de façon aussi cool, ou bien alors si le destin va se décider à me la mettre.
Puis un premier choix s'impose à nous : le panorama est à peu près comme je l'avais laissé : d'un côté la tour de contrôle et la cabine de pilotage haut en hauteur, on peut tenter le grand saut depuis la bas pour atteindre le sommet. Un mètre quatre vingt de saut en longueur ça se fait non? Même chargé comme un bœuf. De l'autre, on a une échelle de sécurité qui permet de grimper au sommet des conteneurs, mais la on court le risque d'être à la merci de tout ce qui pourrait vouloir nous attaquer pendant qu'on est dessus, comme un serpent par exemple. Sans compter qu'elle a l'air bien rouillée l'échelle, mais vraiment beaucoup...
Sinon, plan C, on essaie d'escalader les conteneurs : à force de catastrophe naturelle, d'abandon, d'assauts répétés par les éléments et le temps, on peut légitimement tenter d'escalader par la partie des conteneurs qui s'est à moitié effondrée, ça serait long mais au moins on pourra se défendre plus facilement vu les nombreuses plateformes qui ponctuent la longue ascension qui nous attend. Gravir une pente aussi inclinée n'est pas vraiment dans mon registre d'action, mais l'ascension par échelle ruineuse et le close-combat dans l'obscurité non plus.

-On passe par où? J'ai peur qu'il y ait des clébards dans le bâtiment de pilotage mais je préfère me faire mordre que de tomber de trois étages à cause d'une échelle bancale, si tu te prends pour l'homme araignée, on peut tenter d'escalader les conteneurs partiellement effondrés, ce sera un petit mélange des deux premiers, peut-être pas le plus sûr mais au moins on sera pas dans des extrêmes merdiques.

Inventaire :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Sam 27 Mai - 2:20
- Et me mettre à dos voire tuer quelqu'un qui fabrique des armes plus avancées que tout ce que peut cracher l'industrie de la Nouvelle-France ? En plus de me laisser sur les bras une cargaison trop importante pour un homme seul sans personne à qui la vendre ? Je suis militaire, mais pas abrutie, monsieur...?

Comme je m'y attendais elle s'énerve sur ma remarque et sa réponse me surprend. Meilleur que les industries de la NF ? Je ne savais pas que la personne qui se tiens devant moi posséder une si bonne réputation.

Jason. Appeler moi simplement Jason et pour vous répondre, il y a peut-être une personne dans la nouvelle-France qui serais peut-être intérréssais... Ou pas maintenant que j'y pense. Si je suis venu c'est parce que son catalogue m'intriguait en plus de m'intéressais fortement, mais je n'ai pas vraiment pris la peine de savoir qui il est vraiment sûr lui mise-à-part le fait que ses clients ne sont pas déçu à ce que j'ai pu entendre. Du coup je suis venue sans vraiment connaître la valeur de cet homme qui plus est compte beaucoup pour la Nouvelle-France à ce que j'ai pu voir. (Je soupir un coup avant de reprendre) On dirait que je dois m'excuser de vous avoir accusés, surtout que le fais de prendre toute une cargaison à vous seul est plutôt stupide.

Voilà comment on s'excuse, reconnaitre ses erreurs, apprendre et passé à autre chose. Après avoir fait signe que pour moi la discussion s'arrêter là pour ma part, je me contente de le suivre pendant que la militaire se met en position. La nuit était plutôt sombre ce soir, il y avait quelque nuage qui ne manquait pas de cacher sa lumière de temps-à autre. Je pouvais commencer à apercevoir un bateau échoué, on monte à bord avec une planche de bois qui sert de pont improviser pour l'instant, j'espère seulement qu'il ne se cassera pas lorsqu'on repassera avec la marchandise dessus.

Dès qu'il monta à bord, Saint-Etienne prends d'observer les alentours avant de me poser une question, il me donna le choix de soit passé par Les plateformes des conteneurs, soit par la cabine ou soit par l'échelle qui comme il me le confirme, n'a vraiment pas l'air d'être en état afin de bien supporter notre poids. Ma décision est simple et je ne prends pas la peine de la justifier.

Pour moi c'est simple... Je passerais par les conteneurs et je ne pense être obligé de vous pourquoi.

Maintenant il ne me reste plus me donne sa réponse, même si je me dirige déjà devant les conteneurs me préparant à sauter quand il me donnera le feu vert.

santé et inventaire:
 

Note hrp: Vraiment désoler pour le retard, mais la fatigue à gagner le combat ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Lun 5 Juin - 15:00
L'explication du mutant tenait la route sur ce que foutait la camelote made in Siberia dans ce navire. Les rares compagnies mercenaires d'avant-guerre (capitalisme, ho !) devaient avoir du mal à s'équiper auprès de fournisseurs officiels américains, du coup passer dans le garage de Boris pour s'équiper avait du sens. Enfin, du moment que le matos marchait, le mutant ne serait sans doute pas trop dérangé par l'immense conflit moral qu'était d'utiliser des pièces du pays des tsars sur le sol américain. Quand à Jason (le mercenaire à la langue trop bien pendue), il reconnut que son accusation était infondée au final et s’excusa platement.


- Bah. Une mauvaise parole est si vite arrivée, on ne va pas s'écharper pour si peu. Juste, à l'avenir, gaffe. Tout le monde le prendra pas bien.

Accessoirement, je monte. Je vous préviens, j'aligne toutes les cibles que je vois. Comme convenu, tant que je ne siffle pas, tout va bien.



C'était bizarre de la part de quelqu'un comme lui de faire une telle erreur, cela dit. Ce Jason semblait plus âgé que Meryl, du coup... Ouvrir sa gueule à tort, c'était une cause de décès loin d'être rare de nos jours. C'est l'une des premières règles de survie des Terres Désolées, même.

Sur ces entrefaites, la mission débuta. Tandis que les deux autres partaient fouiller le navire où se trouvaient les ressources à ramener, Pinky partit sur le toit du building histoire de couvrir toute cette clique. Le toit n'était pas vraiment dégagé des débris et de la poussière ambiante, mais il était entier et surtout plat ; un cadre idéal pour poser le McMillan et couvrir toute la zone, avec une vue parfaitement dégagée. Meryl sourit à pleines dents quand le projecteur infrarouge s'alluma. Ce Séraphin ne se payait pas la tête des gens avec son matos. Mutant ou pas, les Gunners l'auraient payé son poids en capsules pour avoir un type si compétent à l'atelier. La clarté et surtout la visibilité étaient au top maintenant. Bonjour les opérations nocturnes !

Tandis que Séraphin et Jason montaient à bord, Meryl scanna le navire à la recherche de menaces potentielles. Alors que les deux décidaient de l'approche à réaliser, un chien un peu plus hardi que la moyenne montra sa frimousse hors de la cabine de pilotage. Mal lui en prit, car ladite frimousse explosa aussitôt. Ca fait mal, du .338 Lapua dans la gueule. Très mal.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Mar 6 Juin - 17:37
-Ok, on va s'approcher par les conteneurs. Plus l'orage tonne.

Malgré l'absence de lumière, je peux deviner la noirceur du ciel au dessus de nous et la pluie qui va bientôt nous saucer si on ne se dépêche pas, lorsque Jason commence à gravir la pente extrêmement raide (presque une paroi à ce stade), je ne peux m'empêcher d'esquisser une grimace. S'il on se vautre, c'est la mort assurée j'ai envie de dire, bien sûr il y a des petites corniches sur lesquels on peut prendre un peu de repos, mais même comme ça j'appréhende l'ascension qui pourrait bien nous faire la peau.
Une détonation me fait mettre un genou à terre, je regarde autour de moi avant de voir la carcasse à moitié éclatée du rad-chien qui tentait probablement un assaut contre nous, je constate que notre sniper est efficace, je me retourne vers sa position et lui fait un signe en guise de remerciement. Puis on continue notre trajet ; je gravis avec difficulté les conteneurs, si mes armes en bandoulières dans le dos ne pèsent pas trop lourdes, les plaques d'acier dans mon gilet sont volumineuses et toutes ces choses font que mes mouvements s'en retrouvent gênés.

-Merde... Je serre mes appuis, mes jointures de mains blanchissent, mon pied droit ne trouve aucun appui, si je regarde en bas je vais avoir le vertige.

Je laisse la pointe de ma rangers découvrir le relief avant de trouver un point de lancement pour prendre de la hauteur, me propulse et attrape le rebord d'une petite plateforme, je tire sur mes bras et dans un effort surhumain réussit à me hisser. Non pas que ce soit fatigant de faire quelques tractions, mais les réaliser avec tout un paquetage de combat, à plusieurs minutes d'intervalle tout en cherchant à ne pas poser la main sur de la vermine ou autre joyeuseté devient vite éprouvant pour les nerfs autant que pour l'organisme.
Puis le ciel hurle de nouveau, cette fois-ci c'est clair et net : une goutte me tombe sur le sommet du crâne, puis deux, puis trois, l'orage commence. Très vite, malgré le kevlar et les fringues on finit tremper à force de grimper sous la pluie et je manque plusieurs fois de me vautrer à cause de l'eau qui rend le métal glissant. Sans vraiment y croire, après de très longues minutes j'arrive au sommet des conteneurs avec Jason. Je lui fais signe de me suivre avant qu'on pose les pieds sur notre précieux sésame, au sens propre du terme : le conteneur est situé sur un des rebords de la pile. Deux possibilités pour nous. Mais je sens qu'elles ne plairont pas à notre hôte.

-Vous avez l'air doué Jason, je vois deux issues : soit vous êtes le fils de tarzan et dans ce cas, vous prenez la pince monseigneur, vous suspendez aux barres de verrouillages du conteneur et cassez le cadenas à la pince. Soit votre fusil laser chauffe assez fort et vous pouvez nous faire fondre une brèche dans le conteneur. J'entends des chiens aboyés. Dans tout les cas, dépêchez-vous de choisir, on a des invités.

Santé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Sam 10 Juin - 2:47
Merde, on dirait qu'il va pleuvoir, je commence à regretter ma décision d'escalader les conteneurs, mais bon, il faut assumer. Je commence à escalader la pile de conteneurs tant bien que mal avec le peu de corniche et d'appuis que je pouvais trouver dans le noir, une vraie salopr... Une détonation retente et par réflexe, je me mis accroupie dégainant par la même occasion mon fusil laser fixant la direction de la détonation en question pour me rendre compte que c'était là que... J'ai oublié de lui demander son nom maintenant que j'y pense. Bref, que ma coéquipière c'est posté afin de nous couvrir, suite à cette réflexion je dirige mon regard vers la potentielle cible qui n'est autre qu'un rad-chien avec la face explosé, sale bête.

Je me remis à escalader remarquant qu'une goutte était tombé sur ma tête, ensuite une autre et plusieurs s'en suivie, les conteneurs deviennent glissants et je manque un aller simple pour le ciel à certain moment, mais parvient tant bien que mal au sommet ainsi que Saint-Etienne.

-Vous avez l'air doué Jason, je vois deux issues : soit vous êtes le fils de tarzan et dans ce cas, vous prenez la pince monseigneur, vous suspendez aux barres de verrouillages du conteneur et cassez le cadenas à la pince. Soit votre fusil laser chauffe assez fort et vous pouvez nous faire fondre une brèche dans le conteneur. Des chiens abois au moins. Dans tout les cas, dépêchez-vous de choisir, on a des invités.

"Sincèrement, je n'ai vraiment pas envie d'essayer de voir si tarzan fais partie de ma descendance et puis." Je dégaine mon fusil laser. "Et puis c'est un fusil laser améliorer par la Confrérie De L'acier, donc je ne pense pas qu'il aura du mal à faire un troue avec cette épaisseur de plaque."

Suite à ces paroles, je me mis à tirer plusieurs salves de laser faisant un troue aisément dans le conteneur et assez grand pour que l'on puisse tous les deux passés pour ensuite sauter à l'intérieur.

"Ha... Par contre il va falloir trouver quelque chose pour boucher le troue si on ne veut pas avoir de mauvaise surprise, ha moins que l'un d'entre nous s'amuse à faire le vigile." dit-je en ricanant

santé et inventaire:
 

note hrp: bon, comme vous pouvez le remarquer, j'ai une baisse d'activité et une augmentation de fatigue qui est causé par l'inévitable révision du brevet, mais je devrais prendre un rythme normal à présent ne vous en faite pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Dim 11 Juin - 3:08
Le "clac-clac" du verrou était le seul bruit du côté de Meryl qui contrastait avec le bruit de la pluie battante. Au moins, c'était calme sous la flotte. Des tirs laser fusèrent d'un des containers, signe que Séraphin et Jason rencontraient de la résistance, mais ils se calmèrent vite quand les deux explorateurs urbains entrèrent dans un container. D'autres chiens se firent entendre au loin, cependant... Meryl se préparait à en aligner un quand le bruit d'une cannette shootée au loin se fit entendre juste au pied du bâtiment. Retenant son souffle, Meryl écouta.


- T'es sûr que c'est celui-là ?
- Certain. Vilebrequin tu crois qu'il l'a trouvée où, sa Kal-lache ? C'est ce bateau-ci !
- Vos gueules, vous allez attirer tout le monde ! J'entends des chiens dans le coin !
- T'inquiètes. Vampire, toi et Chalumeau vous me couvrez. Moi, je vais fouiller le bateau. Si je gueule, rappliquez. Et pas de prisonniers : vous voyez le moindre truc, vous le flinguez d'abord et vous posez les questions ensuite, OK ?
- Comme tu sens, Fémur.


Sa race la pute. Des gêneurs. Raiders, à en croire les noms pris au pifomètre dans un dictionnaire. Visiblement, il n'y avait pas que Séraphin qui était au courant de cette pile de loot format XXL dans les cales de ce navire. Et une telle quantité de matos entre les mains de ces sauvages... Mieux valait ne pas y penser. Bon, que faire... A 4 contre 1 avec seulement une arme de poing comme défense et un fusil pas adapté pour le combat à courte portée, Meryl était en position très délicate. Fallait-il tenter de les stopper elle-même quitte à se faire remplir de plomb (ou pire) ou prévenir les gars dans le container, quitte à alerter les Raiders mais se donner un peu plus de puissance de feu pendant la baston ? Bon... Perdu pour perdu. Meryl siffla.


- Vous avez entendu ?!?


Sa race la puuuuuuuuuuuuuuuuuuuute.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Dim 11 Juin - 14:45
-Je vous laisse faire le vigile, je vous passerais du matos. Je saute dans le trou.

Je m'écrase par terre avec la finesse caractéristique des types en armure, j'essaie de négocier une roulade pour amortir ma chute qui se transforme en gamelle à même le sol, je diminue l'impact de la chute sur mes articulations mais ça se fait au prix d'une certaine perte de dignité qui, si elle est très secondaire, est toujours agaçante sur le moment présent. Je me relève et commence à ouvrir les caisses dont les verrous n'ont guère supporté le passage du temps : du matériel Russe de premier choix, pour ma consommation personnelle je mets un fusil AK107 autour de mon dos et embarque quelques chargeurs, puis je commence à passer du matériel à Jason par le trou.
On siffle?
Je me hisse hors de mon trou avant de regarder au loin sans vraiment pouvoir me vanter d'un résultat : la nuit et la pluie ruinent toute visibilité, je n'aie aucun organe de visée infrarouge ou à amplification lumineuse et la cerise sur le gâteau, impossible de savoir clairement ce que le sifflement voulait dire, elle est attaquée? Elle a vu des raiders? Dans le doute, j'adresse un regard à l'autre.

-Choppe du matos, on va tout de suite la rejoindre, je passe devant, regarde dans ta lunette pour voir si il y a quelque chose de visible. On se rejoint à l'échelle.

Je n'attends pas son approbation pour trottiner vers l'échelle. Je manque de me gaufrer plusieurs fois sur le chemin à cause de toutes les saloperies qui se sont accumulées sur les conteneurs, et à côté de l'échelle de sécurité, j'attends l'arrivée de Jason et ses infos alors que je vérifie une dernière que mon arme soit bien chargée à ras-bord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Ven 16 Juin - 0:02
-Je vous laisse faire le vigile, je vous passerais du matos. Il saute dans le trou.

O.K, pas de problème, il faudra seulement faire vite si on ne veut pas en ressortir avec des morsure au cul.

À ce moment là, je commençais ce que tous vigile ferai quand ils sont face à un danger, il supprime la menace. Je commence à tirer sur ces saloperies afin de leur faire un nouveau troue-du-c*l ou de carrément les liquéfier pour certain en même temps de mettre à mon dos le matériel que me passer mon employeur par le troue que j'avais fait jusqu'à ce qu'un sifflement retentit depuis la position de notre sniper, que ce passe t'il ?.

-Choppe du matos, on va tout de suite la rejoindre, je passe devant, regarde dans ta lunette pour voir si il y a quelque chose de visible. On se rejoint à l'échelle.

pas la peine de me le demander. retorquais-je

Suite à ces paroles, je me dépêche de regarder en direction du bâtiment de Meryl, après un moment de recherche, je pouvais bien voir trois points apparaître sur mon viseur en étant surpris et soulagé de ne pas vraiment être tombé sur de la mauvaise qualité, je ne pensais vraiment pas que ce viseur pouvait repérer d'aussi loin, preuve qu'elle est de bonne qualité.

Après avoir eu les informations que me demander Sera, je descendais à mon tour le rejoindre et lui communiquer qu'il y a en effet un problème et que Meryl est en danger. Contrairement au reptile en bipède (et par chance surtout) j'arrive à ne pas glisser lors de la descente, en même temps avec des gants, la vie est plus facile dans tous les cas de mon point de vue. Enfin arrivé en bas, je lui communique les info qu'il m'avait demandé plutôt.

Alors, il y a bien des personnes, il sont en train de monté dans le bâtiment où est positionner Meryl, certainement à cause du sifflement qu'on a entendu, s'il vient d'elle bien sûr.

J'attends qu'il me donne une réponse avant de commencer à agir tous en rechargeant mon arme, prêt à me battre et à tuer.

santé et inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Sam 17 Juin - 5:03
Putain de Raiders de merde. Juste protéger le groupe des chiens, c'était cadeau ; mais des Raiders, ça compliquait singulièrement l'opération. Impossible de savoir si les deux explorateurs de conteneur avaient entendu Meryl les siffler, mais dans tous les cas, ça allait être chaud bouillant pour la suite.
Les Raiders ne bougeaient plus en-dessous, ou alors Meryl ne les entendait plus. Ils se faisaient discrets de peur de tomber dans une embuscade, visiblement. Pas trop cons, ou du moins pas trop camés. Par contre, ce silence était pesant. Les tirs venant du bateau (sans doute Séraphin et son copain qui se débarrassaient de chiens) s'étaient interrompus. Tout le monde semblait attendre une action quelconque... Les Raiders brisèrent le silence le premier. La pluie masquait un peu leurs voix, mais en tirant l'oreille, c'était audible.



- Y a quelqu'un là-haut !
- Il fout quoi là lui ?!
- C'est un de la Nouvelle-France ?
- J'aime pas ça. Vampire, Pitbull, montez voir. Chalumeau, tu restes avec moi.


Et merde. Pile ce qu'elle craignait. En temps normal et avec du temps pour aménager le nid, Meryl aurait mis quelques pièges pour les retarder, mais là, ils avaient une voie royale pour venir casser les couilles. Tant pis.
Le son de quelqu'un grimpant les escaliers se firent vite entendre, suivis de quelqu'un tirant le cou par l'ouverture par laquelle Meryl avait accédé au toit. Sans aucune couverture ni protection, la sniper se voyait gros comme une maison en dépit des trombes d'eau.



- Ramenez-v-


Ce punk à chien sans chien ne put jamais finir sa phrase. Plus rapide à la détente que lui, Meryl le remplit de plomb avec son pistolet. On dira ce qu'on voudra, le 10mm, ça restait de la bonne camelote. 2 balles dans la tête étaient même potentiellement un peu overkill, mais au moins Vampire (ou Pitbull ?) ne poserait plus de problème à qui que ce soit. Mais ses potos étaient alertés désormais. Meryl allait avoir de la visite dans pas longtemps, à moins que les deux hommes dans le bateau ne puissent miraculeusement venir l'aider.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Mar 20 Juin - 12:03
Des mecs à l'intérieur? Si mademoiselle Lenoir a sifflé, c'est que c'est un peu plus qu'une bande de témoins de Jehovah, je vérifie la sécurité de mon fusil à pompe avant de donner des directives à Jason ; ça va être chaud la.

-Tire par les fenêtres, empêche les de l'attraper, fait-en du hachis.

Je glisse le long de l'échelle une fois ses paroles données, jurant intérieurement à cause du frottement du fer rouillé contre mes mains, je me suis éclaté les paumes en voulant aller vite et en bas je déguste mes ancêtres quand j'ai de nouveau les pieds contre la coque du bateau, je choppe douloureusement mon AK et commence à bouger en direction du bâtiment. Franchissant les quais avec le doute de me perdre dans la nuit noire, au hasard d'une foulée malchanceuse je shoot dans un sceau vide qui roule au sol en faisant un bordel monstre, je m'accroupis, regarde autour de moi et détale vers le bâtiment où avait lieu le deal.

-Chalumeau, c'est toi? demande une voix.

J'épaule ma kalach et fait sauter le cran de sécurité, d'un geste peu assurée du pouce, je glisse le sélecteur de tir sur le mode automatique et écrase la détente, l'arme hurle et luttant contre le recul faiblard j'arrose la zone devant moi des 30 cartouches contenues dans le chargeur. Je glisse le chargeur dans une poche de mon armure et sort un magasin de rechange que j'insère dans l'arme avant de laisser la culasse repartir en avant. J'avance avant de butter contre le cadavre d'un raider, je donne un coup de pied dedans pour m'assurer qu'il soit bien mort avant de m'interrompre devant la porte d'entrée de l'immeuble, j'écoute attentivement ce qui se passe derrière, mon arme braquée devant l'ouverture potentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/11/2016
Localisation : chez moi
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Jeu 22 Juin - 23:54
-Tire par les fenêtres, empêche les de l'attraper, fait-en du hachis.

OK

Suite à mes paroles, je commence à regarder par le viseur avant d'aligner une cible, celui qui menait la danse, je rate malheureusement mes deux premiers coups, mais la troisième a dû faire un beau trou dans sa cage thoracique, certain qu'il ne se relèvera pas. Pris d'un doute, je me retourne afin d'observer si j'étais bien toujours seul et j'aurais vraiment aimé que ce soit le cas, une de c'est saloperie de rad-chien a faillie me mordre au niveau du cou, ce qui m'aurait été fatal sur le coup si je n'avais pas été assez réactif pour sortir mon PERMOL. Le recul est immense, mais sa puissance en vaux la peine, la tête du molosse a littéralement explosé, heureux d'être en vie à défaut d'avoir un peu mal à l'épaule en tirant dans une mauvaise position, mais pas le temps de penser, il en arrive d'autre encore, je l'ai entend aboyait de loin, ne voulant pas continuer de lutter, je décide de faire une retraite et d'aller porter mon aide à Sera plutôt que de lui servir de sniper puisque je n'excelle pas le plus dans cette matière.

Hé merde. J'ai vraiment eu chaud sur ce cou- là, me laisser seul dans un endroit pareil en même temps, qu'est ce qui ma pris de ne pas protester, au moins je pense que j'ai semé ces saloperies de cabot. Il faut que je les rejoignes au plus vite pour leurs apportaient mon aide, sinon c'est sûr que Meryl va y passer si je ne me dépêche pas et si je fais le sniper, les chiens risque de me rattraper s'ils n'ont pas abandonné.


santé et inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 97
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Mer 28 Juin - 20:42
Les docks étaient devenus un vrai concert de coups de feu en ce moment. Entre Jason et Séraphin qui avaient bien reçu le signal et se mettaient à arroser tous azimuts, les chiens qui profitaient de la distraction pour aller chercher leur diner potentiel et les Raiders qui avaient perdu leur effet de surprise et en payaient le prix fort, il n'y avait que Meryl qui restait plus ou moins calme. Pas le choix en même temps ; sans la puissance de feu que pouvaient déployer les hommes ou l'avantage du nombre des dogues ou des pillards, ce serait la cible la plus facile à avoir du lot.

Et si le reste de la troupe se faisait bien allumer, les deux gars dans l'escalier n'étaient pas en reste. Bon, un seul des deux vu que l'autre allait devoir ramasser sa cervelle pour pouvoir continuer à se battre. Et visiblement, le survivant avait l'air de bien aimer son copain, car quand il réalisa qu'il avait désormais deux narines supplémentaires, le Raider survivant déboula sur le toit en hurlant à pleins poumons tout en arrosant partout avec sa mitraillette en tuyaux. Il devait être un peu dopé aussi sans doute, mais là n'était pas la question ; en faisant un tel spectacle, le voir sous la pluie était facile. Lui aussi eut droit à ses deux balles dans le citron, mais il eut plus de chance que son copain, car il eut la satisfaction d'entendre Meryl glapir de douleur après s'être pris elle aussi une balle. Ca faisait un mal de chien, mais au moins il n'y avait pas de sang qui coulait...

Pas de sang ? Meryl s'était déjà pris quelques balles, lasers et autres shrapnels ; aussi, la sensation chaude et poisseuse de l'hémoglobine qui dégouline dans l'uniforme, elle connait. Il semblerait que la cuirasse de cuir de brahmine renforcée à l'acier de récupération avait fait son travail sur ce coup. A en juger par la détonation, c'était un petit calibre ; du .32 ou du .380 ACP, du .38 au pire du pire. Mais même une si petite balle peut s'avérer mortelle si elle touchait bien. Se massant le torse, Meryl se fit une petite idée du point d'impact ; sans être docteur, à en juger par l'emplacement de l'impact, Meryl aurait le poumon gauche en mode décapotable en ce moment. Comme quoi, la NF engageait des artisans qui n'étaient pas à jeter, au moins pour la fabrication d'armures.



*- Pouh putain... Je vais négocier une prime de risque, moi.*


Un gros bleu au pire. Rien qui n'empêcherait Meryl de continuer à couvrir les deux explorateurs urbains dans leur bateau. Le McMillan était resté bien sagement posé là où il se trouvait, aussi Meryl n'eut qu'à se rallonger pour reprendre le combat. Il y avait une vraie masse de chiens attirés par tout le barouf. Et cette masse venait de se faire réduire d'un clébard.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 154
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl] Sam 1 Juil - 23:21
Je n'entends rien, je donne un coup de pied dans la porte avant de débouler à l'intérieur kalach à l'épaule ; je vérifie devant moi avant de m'attarder dans les angles, toujours vérifier les angles, surtout si on est seul. C'est un coup à se prendre une balle sur le côté sans pouvoir y faire grand chose si on est pas attentif, je regarde l'escalier : j'espère que notre sniper va bien, sinon on est pas dans la merde. Je baisse le canon du fusil et commence à grimper en tendant l'oreille, j'entends plusieurs rafales avant que le son distinct d'un pistolet me parvienne, puis plus rien. Gravissant les marches avec un certain stress, tant je n'aie pas envie de tomber dans les escaliers à un moment aussi critique, je mets un certains temps à atteindre le toit, surtout que mon sang se glace lorsque je constate le cadavre en bas de l'échelle.

-Tire pas, c'est moi. Ca semble con mais c'est la meilleure phrase à dire pour optimiser mes chances de survie.

Au moins le temps que je me rende compte qui est sur le toit, même si normalement c'est Meryl, si c'est un raider je gagnerai une fraction de seconde pour viser et lui exploser le torse avec mon fusil fraîchement acquis. J'arrive sur le toit : c'est toujours Meryl, j'enlève le fusil d'assaut et l'attrape par le canon d'une main, je remets dans une position de combat mon Fermol.

-Hey, Meryl. Ça va? J'ai un fusil d'assaut en rab si t'en as besoin, tu descends avec nous ou tu restes en couverture sniper? J'ai peur qu'il y ait une tripotée d'autres connards qui se pointent si on traîne trop : les raiders la nuit ça grouille comme la peste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl]
Revenir en haut Aller en bas

Ferraillage nocturne [PV Jason et Meryl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Créations de Jason
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Ruines de la Nouvelle-Orléans :: Quartier sud-