La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir] Lun 15 Mai - 20:01
30/04/2291


-Je peux jeter un œil à la carte grise?
-Non.
-D'accord...

Je ne moufte pas quand Talbot de Concretecurtain me met une claque derrière la nuque pour ma question un peu déplacée : à vrai dire quand je rendais service à cette bande d'allumés, je savais un petit peu dans quoi je me fourrais. Un gros gang de raiders bien excités, mené par un ancien pote de régiment lors de mon passage chez le maître, énorme armoire à glace de trois mètres de haut, tout vert comme les orks avec des canines et une mâchoire de hyène. Pour avoir partagé quelques rations avec lui, je sais que ses ratiches servent plus à tuer qu'à réellement mâcher, pour ça il a un tube digestif et un estomac en béton, qu'il gobait des rats que je peinais à avaler un cafard. Ça et le fait que son punching-ball soit un pilier en béton armé, ça taille déjà bien assez le personnage, en tout cas, je suis presque heureux qu'il ait réussi à se reconvertir dans le pillage. Presque, parce qu'il me fait un petit peur quand même, c'est l'un des rares individus que j'ai vu capable d'épauler un canon anti-aérien de 20mm, moi je peine à tenir une mitrailleuse doushka de 14,5mm entre les mains.

-Merci d'avoir retapé notre matos. Les clefs sont sur le contact.

J'allais pas lui dire, je l'aie fait bénévolement parce que même s'il est carrément brute de décoffrage, même avec les amis, le pauvre pépé il est encore plus vieux que moi, on doit avoir dix ans d'écart, ses flingues ils étaient rincés, un peu plus et je lui demandais s'ils avaient servi à tirer sur des Prussiens. Talbot reste un homme d'honneur quand il s'agit de commercer, aussi je suis ravi qu'il m'ait offert une moto, encore faudrait-il qu'elle soit en état de marche. Parce que celle-la pour l'avoir un peu inspecté, avec un moteur à mettre en branle un messerschmit et la ruine totale des freins, je réussirais à rester dessus jusqu'au premier tournant, ou plus probablement jusqu'au premier nid de poule, et les routes de Louisiane ne sont pas connus pour leur grande qualité.

-Peut-être faire le plein d'énergie non?
-Ah oui je suis con, je t'apporte des cellules à énergie je reviens.

Concretecurtain se casse par une porte dérobée agrandie à la masse pour sa carrure, j'en profite pour détailler les lieux du regard.
Je suis dans un vieux hall de galerie commerciale, avec de grandes baies vitrées pour appâter le pékin moyen et des meubles ruineux qui côtoient des tentes et aménagements de sa bande de raiders. Le lieu est carrément délabré, mais ça passe encore pour une bande de psychotiques hirsutes et organisés un peu aléatoirement : j'ai dénoté quelques mutants ainsi qu'un nocturne dans son coin qui parle avec son nounours en peluche, mais aussi des goules et des humains, dont une salope qui me fait de l’œil. Avec sa winchester, son chapeau de cowboy et le bandana qui couvre son visage, je me demande ce que ça fait de se taper une vaquera, ça peut pas être pire que Tina niveau masculinité et testostérone, donc expérience à tenter.
On se regarde, elle me toise avec indifférence.

-Je te trouvais plutôt pas mal, ça te dirait pas qu'on aille prendre un verre?
-Seraphin, la moto c'est mon cadeau, mais crois pas que parce que t'as retapé une quinzaine de flingues pour mes yeux de fauves elle va se mettre à écarter les jambes pour toi.
-Faut... Eh! je me fais embarquer.
-Tu viens avec moi.

Talbot me choppe par la nuque et avec les cinquante centimètres de plus que moi, commence à me traîner littéralement à l'extérieur où m'attend mon cadeau allégé d'une quelconque paire de freins, je regarde la moto, elle est cool, encore faudrait-il que je ne me bourre pas en sa présence, ça le vexerait. La couleur rouge flashy et les petits crânes dessinés en noir dessus donnent une esthétique certaine à ce que j'identifie comme une vieille bête de course européenne, une Yamaha si mes souvenirs sont bons, mais honnêtement je n'aie jamais eu le permis deux roues. J'aurais préféré une buggy.

-Super cadeau, tu l'as trouvé où si c'est pas indiscret?
-Sur un raider du cercle. Il a un rire gras. Je voulais lui échanger contre un collier de perle, mais il a pas voulu, donc je lui aie dit s'il te plaît avec mon poing.

Je ne cache pas mon sourire, je n'aime pas les types du cercle, des gros cons qui attaquent les armuriers sans raison valable. Le dernier qui avait tenté le coup s'appelait Albert, heureusement que les gens de ma profession savent se défendre.
J'observe les alentours : on est à côté d'une grande place, cernée d'immeubles, un foutu nid à tireurs d'élite, et en plus on est à l'angle d'un carrefour, c'est pas mal pour avoir pignon sur rue, mais pour se planquer c'est raté. La végétation un peu en ruines partout trahit un certain abandon des lieux, même par les récupérateurs, sans doutes ici que Talbot c'est posé avec sa bande pour ne pas se faire emmerder par des charognards un peu trop courageux.

Inventaire :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir] Mer 17 Mai - 1:36
Foutues restrictions de personnel. Depuis que les Raiders étaient venus faire les guignols dans la ville basse, toute l'armée était au pas gymnastique et devait être sur tous les fronts en même temps. Recruter massivement des conscrits n'avait fait qu'ajouter au boxon ambiant par manque de matériel. Leur trouver des uniformes était facile, mais des armes... Ces pauvres gars avaient pour certains des carabines à plomb et des fusils à vermine comme armement, nom de Dieu ! On pouvait dire ce qu'on voulait des Raiders, mais même le plus bleu d'entre eux avait au moins un pistolet en ferraille de récupération pour se défendre. Et pendant ce temps-là, le président coulait sa pêche du matin sur un WC en or massif. La Nouvelle-France n'avait pas une réputation d'être très portée sur l'égalité y compris au sein de son armée, mais même le tas de graisse qui servait de maire à Diamond City et le pantin de la Confrérie de l'Acier qui dirigeait Rivet City étaient moins préoccupés à vivre comme ces milliardaires d'avant-guerre qui pouvaient s'acheter une équipe de baseball entre deux dégustations de cigares canadiens ou de vins asiatiques. Et ne parlons pas des Gunners : certes, le fusil d'assaut et l'armure de combat étaient loués aux soldats, mais au moins ils avaient du matos !

Ruminant sa grogne, Meryl repensait à pourquoi on l'avait expédiée ici. Depuis l'attaque repoussée, le général Cruz avait décidé de passer un coup de balai dans la ville pour en repérer, voire éliminer la racaille. Et parmi la racaille, il y avait apparemment dans le quartier Est un beau petit lot de pourritures qui avaient établi leur camp dans une vieille galerie marchande. L'ordre était donné : aller faire un repérage des forces en présence et, selon le nombre et l'équipement des habitants du coin, soit faire un carton, soit se replier à la tombée de la nuit pour aller faire un rapport et revenir avec quelques escouades pour faire le ménage.
Les joies de ramper sur un kilomètre dans l'obscurité dans les gravats, d'atteindre le point idéal de tir à la force des genoux et des coudes, puis l'attente pendant des heures avant que les cibles ne se montrent, Meryl connaissait bien. Combien de Raiders, de Super Mutants ou même de Synths avaient passé leurs derniers instants à batifoler dans les plaines du Commonwealth avant de se prendre une lobotomie forcée au .338, sans se douter que le tireur les attendait depuis une demi-journée sans bouger sous une plaque de tôle ou dans un buisson à un kilomètre ? Trop pour les compter, surtout que Meryl n'était pas le genre à tailler une encoche dans sa crosse à chaque cible abattue. Ca abîme le matériel.

A force de reptations et d'observations des environs, Meryl s'était trouvé un chouette petit nid devant le repaire des "monstres". Un immeuble d'appartements éventré faisant face à la galerie marchande vitrée où cette joyeuse clique avait élu domicile, avec un chouette petit espace situé à un étage, obturé en partie par des gravats et des meubles. Juste assez grand pour laisser dépasser une tête et admirer ce qu'il se passait en bas...
Et il y avait du peuple dans le réticule : des Super Mutants, des goules, des humains... Trop de monde pour le moment. Mieux valait chercher à observer pour faire un compte précis et revenir avec la cavalerie.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 15/09/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir] Mer 24 Mai - 11:01
Cela faisait maintenant plus de deux mois que l’assaut des raideurs sur la ville basse de Louisiane a pris fin. Jo s’en voulait de ne pas avoir pu faire plus que ça pour aider l’Enclave à évacuer les habitants et d’en plus il s’était bien blessé lors des combats, mais qu'heureusement qu’il avait eu les soins prodiguer par l’enclave qui lui a permis de guérir rapidement. Puis une fois qu’il fut guérir, il en profita pour s’équiper efficacement contre les raideurs, car il compte bien faire de la chasse aux pillards à partir de maintenant. Il avait acheté un fusil d’assaut FN FAL et une armure furtive intégrale à l’enclave. Puis, il aida à mettre en place New Espérance et surtout à ramener de la viande pour aider à nourrir toute cette populace. Quand il n’aida pas à mettre en place le camp, il était resté avec la famille du boucher qui était avec lui lors de l’attaque et s’amusa un peu avec la petite fille qu’il avait sauvée et qui s’appelait Julia. La mère de la petite l’avait de nouveau remercié avant de se reposer et quand il ne faisait rien de tout ça, il s’entraina durement avec les troupes de l’enclave. Il s’était tellement bien entrainé, qu’il rivalise sans aucun souci avec les meilleurs tireurs de l’enclave. Puis quand il sut qu’il était enfin prêt à massacrer des raideurs à la pelle, il dit en revoir à tous ceux qu’il connaissait, puis alla dans sa petite baraque pour s’en servie comme quartier général.

Il avait entendu parler d’une planque pour un gang de raideur qui n’était pas affilier au cercle dans un ancien hall commercial situé dans le quartier Est de la ville. Il s’était rendu là-bas avec des provisions et son équipement. Il avait planqué ses fusils de chasse chez lui et avait pris son fusil d’assaut, son fidèle revolver et son armure furtive. Il arriva sur les lieux et l’observa avec prudence tout en recherchant un coin, où il pourrait se planquer sans attirer l’attention. Puis une fois qu’il l’a trouvé qui était situé dans un immeuble en face du Hall, au dernier étage. Il pouvait tout voir, mais il resta plusieurs jours au même endroit pour observer les aller venue des pillards. Il avait noté à l’aide de son couteau de chasse en gravant sur le mur le nombre de personnes qu’il avait dans le gang. Il en avait vu …, il avait une poignée de mutant et le reste était des goules et des humains. Il avait aussi remarqué que le chef était un immense mutant qui était équipé lourdement, mais qu’il n’avait absolument rien pour protéger sa tête. Puis, il vit qu’il avait quelques choses de nouveau dans la planque. Tout commença par l’arrivée d’un autre mutant qui ressemblait plus à un lézard qu’à un mutant classique. Puis celui-ci entra et durant quelques jours pour apparemment réparer et entretenir les armes de cette bande de pillards.

Puis un jour, il entendit du bruit dans l’immeuble, il se demanda quel était ce bruit tout en se demanda si on l’avait repéré. Il attendit en braquant l’ouverture de la pièce, puis il n'eut aucun bruit. Il souffla de soulagement avant de regarder à nouveau le repère ou il vit que les pillards avaient garé une belle moto devant le hall. Le chasseur se demanda pourquoi mettre un tel engin à la vue de tout, puis il comprit rapidement en voyant le chef et le mutant lézard en train de parler par très loin. Il soupira et se demanda comment il pourra tous les éliminer. Il ne pouvait pas agir seul, il lui faudrait un autre sniper avec lui et ça serait aussi simple de les tuer que pour boire un verre. Il s’écarta de la fenêtre en reculant avec prudence avant de mettre son fusil dans le dos et de prendre son fidèle Matheba Wisper tout en descend tranquillement les marches des différents escaliers d’étages de l’immeuble tout en explorant les différentes pièces, car il voulait être sûr qu’il n’y avait personne. Il avança avec prudence. Il vit dans une pièce la raison de ce bruit. C’était un soldat de la Nouvelle-France. Il braqua son arme sur le soldat pour pouvoir faire feu, si celui-ci avait la mauvaise idée de lui tirer dessus et dit:

Si tu fais un mouvement hostile envers moi, je fais feu. Répond à mes questions. Que fout un soldat de la NF dans les parages ? tu es là pour buter du raideurs ? Si c’est le cas, alors on peut s’associer.

Le chasseur resta sur la défensive et rentra dans la pièce pour plus de sécurité.

santé et inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir] Lun 5 Juin - 15:39
Rha putain. Visiblement, quelqu'un d'autre que Meryl avait eu l'idée de venir faire un carton dans le coin, et il ne s'attendait pas à avoir de la concurrence. Même si le fusil était resté posé au sol, Meryl avait eu le temps de sortir son N99 histoire de ne pas être prise le froc sur les chevilles par cet inconnu, mais cela restait une situation assez inconfortable pour toutes les parties impliquées. Cela dit, il demandait vraiment ce qu'un soldat de la NF faisait ici dans un bâtiment en ruines à mater des Raiders avec des jumelles ? Sérieusement ?


- J'ai une commande pour une grande Calzone au jambon avec supplément champignons - œuf, un pot de glace rhum-raisins et un grand Nuka-Cola, c'est pour vous ?


Question conne, réponse conne. Il s'attendait à quoi au juste vu la tronche de Meryl, le ninja ? Bon, lui par contre ne ressemblait pas à un Raider ou un criminel. Se pourrait-il que des clampins moyens de la région, malgré la guerre, aient pu réunir assez de fonds pour se payer un tireur afin de trucider du Raider ? On avait vu des choses plus étranges. Et puis vu la situation actuelle, toute l'aide que pouvait recevoir l'armée pour endiguer la progression des Raiders au sein du territoire était la bienvenue. Les exterminer serait impossible, mais si la Nouvelle-France pouvait déjà récupérer son territoire perdu, les progrès seraient énormes. Bon, par contre, ils n'allaient pas rester toute l'année à se braquer mutuellement les deux oiseaux, si ?


- Plus sérieusement, on dirait effectivement qu'on à le même objectif sur ce coup. On tire sur eux au lieu de se tirer dessus ? A deux, on devrait faire le ménage assez vite


Il y avait bien assez de cibles pour deux tireurs. A eux deux et si le ninja avait les compétences qui allaient avec son look, ces Raiders allaient se prendre un nettoyage façon Sarajevo dans la tronche avant même qu'ils comprennent ce qui se passait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir]
Revenir en haut Aller en bas

Sniper Alley [PV Jo Smith et Meryl Lenoir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Willow Smith {OK}
» [Gryfffondor] Hayden Smith
» John Smith, ça ne vous dit rien? {OK}
» Ryan Smith, le séducteur (Devrait être pas pire)
» Benjamin Smith • Humain [ LIBRE ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Ruines de la Nouvelle-Orléans :: Quartier Est-