La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Armurerie expérimentale : des fusils et des balles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Mer 10 Mai - 21:51
Petit rappel des choses : les illustrations ne sont pas exhaustives, elles sont la juste pour donner une vague idée du produit fini sortie d'usine, ceux qui veulent une finition bois/des plumes/ce que vous voulez ont tout à fait la possibilité de custom à leur convenance.


L'armurerie expérimentale


« Wunderwaffen, armes du siècle, qu'importe le nom, ce qui compte c'est la manière de s'en servir.  »


On s'en procure comment? : IRP
Commande custom : ça dépend
En échange de quoi : service rendu IRP.
Ca vaut le coup : oui
_________________________________________________________


FERMOL


« Alias : Fusil d'Extermination Résiliant Manufacturé à Orléans, Louisiane »


Calibre : calibre 12/10/8
Portée : De 10 à 1000 mètres.
Mécanisme : à pompe/semi automatique.
Type de cible : super mutant/armure assistée.
Qualification tireur : aguerri uniquement
_________________________________________________________

Description :
Le FERMO est un fusil à pompe qui peut passer en tir semi-automatique à l'instar du SPAS-12 et a une contenance assez variée en fonction de son calibre : de 10 cartouches en calibre 12 jusque 5 en calibre 8. Contrairement à ses homologues, celui-ci est composé pour avoir un canon facile d'accès pouvant être retiré rapidement grâce à la poignée de transport et de changement de canon. Ca et le tube de rechange situé juste au dessus permet d'entamer une transition rapide entre canon rayé et canon à âme lisse et donc de pouvoir engager à toutes les distances.
Le fusil avec un port d'éjection rallongé pour permettre d'insérer des cartouches pointues de grande taille directement dans la chambre de tir et d'un bloqueur de sécurité pour éviter qu'en réarmant une cartouche ne percute celle déjà dans la chambre.
Ni vraiment un avantage ni un inconvénient : toute la mécanique du fusil fait qu'il est plus lourd que la moyenne, chose contrebalancé par la possibilité d'utiliser des cartouches sans étuis avec, plus légères, moins chères et qui ne laissent pas de douilles vides, mais aussi plus fragiles.
Côté customisation l'arme est assez libre : raccourcissement du canon et du chargeur, retrait de la crosse, ajout de viseur et d'accessoire sous le canon, tout est quasiment permis.
En configuration ultra compact on peut le cacher sous sa veste et s'en servir lorsqu'une bagarre de bar tourne mal.
En configuration longue portée et les bonnes cartouches, on peut facilement toucher une cible à un kilomètre de distance. Encore faut-il avoir les capacités de le faire.
Côté cartouche : tout est permis, chevrotine, balle unique, gomme cogne, taser, souffle du dragon, cartouche spitzer. Tout est permis.
L'arme est extrêmement résistante et résiste plutôt bien à l'encrassement si elle est entretenue régulièrement. Par contre quand elle s'enraille mieux vaut sortir le pistolet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 11 Mai - 21:19

PERMOL


« Alias : Pistolet d'Extermination Résiliant Manufacturé à Orléans, Louisiane »


Calibre :  9mm/6,5 CBJ/calibre 12
Portée : Jusque 50 mètres.
Mécanisme : simple action à réarmement automatique.
Type de cible : protégée.
Qualification tireur : aguerri uniquement
_________________________________________________________

Description :
Le PERMOL est une arme conçue pour le corps à corps : gâchette sensible, vingt balles dans le chargeur, silencieux intégré, mire fluorescente au tritium, quoi qu'un peu grand pour une arme de sa catégorie, avec un canon allongé et une crosse il pourrait faire une arme de défense personnelle. De bonne qualité et relativement résistant aux wastelands, le PERMOL souffre d'un poids plus élevé que la moyenne qui le rend facilement contrôlable, mais aussi d'une certaine rigueur d'entretient.
Une version chambrée en calibre 12 existe, et à ce moment là, le pistolet devient d'une efficacité redoutable au contact, mais aussi extrêmement capricieux au niveau du recul qui nécessite de la compétence pour le gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 11 Mai - 21:53

CERMOL


« Alias : Canon d'Extermination Résiliant Manufacturé à Orléans, Louisiane »


Calibre :  20mm minimum
Portée : 4 km
Mécanisme : verrou
Type de cible : véhicule, armure assistée
Qualification tireur : tireur d'élite/artilleur
_________________________________________________________

Description :
Le CERMOL est une arme conçue pour la chasse aux blindés, une réponse directe aux armures assistées qui arpentent le champ de bataille : un canon à taille humaine qui peut faire de gros dégâts. Long de 1m80, lourd d'une vingtaine de kilos, d'une quarantaine avec son trépied de tir et sa lunette télémétrique. Contrairement à d'autres armes, pour coucher les cibles qui lui sont destinées, le CERMOL utilise plusieurs systèmes hybrides : pas de cartouche, mais une chambre pour la balle, et une autre pour la charge explosive dont la taille peut-être modifiée pour éviter une éventuelle surpuissance et une épaule déboîtée. L'autre mécanisme hybride est celui de propulsion : la balle est propulsée par une charge explosive et passe dans un champ électromagnétique pour être accélérée à la vitesse de 30KM seconde. L'arme est conçue sans chargeur, un tir, un rechargement.
D'une façon plus générale, cette micro-pièce d'artillerie est extrêmement fiable avec sa structure bois et acier, et est résistante aux pires traitements, mais doit suivre une certaine rigidité dans la préparation de tir : allumer la batterie des électro-aimants, armer le fusil, faire sauter le cran de sécurité, tirer, recharger, s'assurer que la température du canon n'est pas trop forte, le refroidir si nécessaire.
En dehors de ça, Vertiptère, char d'assaut, armure X-01 n'ont qu'à se bien se tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 11 Mai - 22:19
ECU


« Alias : Equipement Chrysalide Universel »


Degré de protection :  338 lapua magnum maximum
Percé par : 338 lapua magnum
Protège des chocs : oui
AA ou normal : normal
Qualification porteur : aucune
_________________________________________________________

Description :
L'Equipement Chrysalide Universel est une panoplie de combat en milieu tout terrain, utile en tout, salvatrice en rien. Constituée de poches de kevlar pouvant recevoir des plaques métalliques défensives, elles protègent de la plupart des projectiles deux ou trois fois de face, un petit peu plus si l'angle d'attaque est assez faible et qu'il y a ricochet. Le casque est capable d'encaisser de front et à bout portant un tir de revolver, à plus de trois cents mètres un tir en 338 lapua magnum. Avec un bon rouleau de ruban adhésif et une bonbonne d'oxygène ou un masque à gaz on peut facilement la transformer en combinaison hazmat, à efficacité limitée contre les radiations mais diablement protectrice pour les menaces biologiques. Avec les plaques d'acier, "l'effet plate" permet de protéger efficacement le porteur des armes blanches, et le kevlar résiste relativement bien au feu.
Le revers de la médaille est assez lourd : si elle permet plus de mobilité pour autant de protection que l'armure métallique, voir même plus, elle reste lourde et fatigante sur les longues marches, le casque à visière empêche d'épauler correctement et même s'il peut arrêter un tir, l'énergie du choc balistique peut se transférer à la nuque et briser le cou de son porteur sur un impact anglé vicieusement. Enfin, l'armure reste ce qu'elle est : une protection tactique lourde, et ne réussira jamais vraiment à rivaliser avec une T45.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 11 Mai - 22:40
TERMOL


« Alias : Tromblon d'Extermination Resiliant de la Manufacture d'Orléans, Louisiane»


Calibre : calibre12/autre
Portée : 25 mètres
Mécanisme : monocoup à bascule
Type de cible : organique, non protégée
Qualification tireur : aucune
_________________________________________________________

Description :
Le TERMOL est un tromblon qui existe en deux versions qui ont des caractéristiques communes : un seul tir, rechargement en faisant basculer le canon à la verticale, canon large, poignée discrète.
-La première version a un canon de calibre 12 et accepte les cartouches de fusil à pompe. Basiquement l'arme du pauvre, pouvant être camouflée en parapluie pour les plus bricoleurs et inventifs.
-La seconde qui a un canon plus large en entonnoir et une chambre acceptant seulement une charge explosive conçue à cet effet. Conçu pour accepter n'importe quoi comme projectile, de la poignée de verre pilée trouvée par terre à la chevrotine en vrac dans l'armurerie, en passant par la lessive, le sable et les clous, le TERMOL est indestructible et (parfois) dévastateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 18 Mai - 21:06
DST "Narval"


« Alias : Détecteur par Sonar Thermique Narval»


Résistante : oui
Portée : 400 mètres à puissance minimum, théoriquement illimitée
Mécanisme : Infrarouge proce
Type de cible : à découvert
Qualification tireur : aucune
_________________________________________________________

Description :
Le Narval est un ajout de lunette plus qu'une optique de tir en soi : composée d'un projecteur infrarouge avec un embout adaptable sur les lunettes optiques pour visualiser les infrarouges projetés par l'ampoule qui se fixe sur le dessus de la lunette. Avec une cellule d'énergie la durée de vie de la lampe et de l'analyseur d'image se fixe à plusieurs années de vie. La portée du matériel se règle assez facilement : on règle à l'aide d'une molette le champ d'émanation du projecteur pour l'adapter au grossissement de la lunette et on met l’œil dans le viseur. Tout ce qui est en mesure de renvoyer les infrarouges sera illuminé en blanc dans une optique qui voit tout en gris.
Pour pallier au manque de conscience de l'environnement que procure le Narval, un embout permet de fixer un viseur auxiliaire normal sur le côté de la lampe.
En soit le DST n'est pas spécialement lourd ni fragile, mais surtout assez encombrant.
Contrairement à des optiques militaires thermiques et colorisées, le Narval est peu cher, s'il est produit en faible quantité c'est surtout à cause de la rareté des éléments de fabrication. L'avantage du Narval contrairement à des lunettes à amplification de lumière, est-qu'il sert dans les environnements les plus sombres, que ce soit dans une cave ou dans un sous-bois éclairé par la lune, tout ce qui respire sera illuminé par le viseur.
Un must-have pour chasser les amateurs de stealth-boy et les malfrats qui se croient cacher grâce à leur armure furtive chinoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Ven 19 Mai - 23:09
CERMOL-C10


« Alias : CERMOL-Carabine de 10 kg. »


Calibre : 14,5mm Kord, autre calibre de fusil antichar
Portée : 1km (95% de réussite)
Mécanisme : Emprunt de gaz
Type de cible : blindée
Qualification tireur : tireur d'élite
_________________________________________________________

Description :
La CERMOL-C10 est une version allégée, raccourcie et affaiblie de son modèle d'origine, conçue pour la chasse aux blindés légers et aux armures assistées traditionnelles, ainsi que la destruction de cibles peu protégées comme les radars, les relais de communications, les citernes de carburant et plus encore.
Pour diminuer le poids d'importante coupes ont étés faites : le rail accélérateur a été amputé d'une partie de son alimentation, la crosse, le garde main et toutes les parties peu exposées à la chaleur ont été remplacée par des équivalents en polymères ultralégers et ultrarésistants. Le mécanisme d'emprunt de gaz direct rend l'arme légèrement moins fiable que son grand-frère a verrou, mais rien qui ne puisse être compensé par un bon entretient.
Le magazine de cinq balles est détachable, ce qui permet de maintenir une bonne cadence de tir.
Attention pour les maniaques de la gâchette : le canon est vulnérable à une surchauffe qui même si elle n'influe guère sur les capacités du tir, est susceptible de faire fondre le garde main, par vraiment gênant pour ceux qui tirent en position allongée, mais c'est toujours désagréable d'avoir du plastique fondu sur son flingue.
En prime l'arme est fournie avec un bipied stabilisateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Ven 19 Mai - 23:20
PERMOL-A


« Alias : le PERMOL-Alpha»


Calibre : 6,5mm CBJ/9mm/10mm S&W/calibre 12
Portée : 300m (95% de précision)
Mécanisme : Emprunt de gaz
Type de cible : multiple
Qualification tireur : aguerri
_________________________________________________________

Description :
La PERMOL-A est une version hypertrophiée de son châssis de base : un canon plus long, un porte chargeur, une crosse rétractable, une poignée repliable et un rail d'accessoire. Pas vraiment imaginatif, l'arme jouit d'une grande précision grâce à la longueur inhabituelle du canon pour des armes de ce calibre, le poids de trois kilos permet un bon contrôle et un recul grandement absorbé par la masse du cracheur de plomb. Avec un chargeur de 30 balles en moyenne, jusque 75 pour les chargeurs tambours, c'est un must have pour ceux qui privilégient maniabilité, rapidité et puissance de feu.
La version en calibre 12 existe, mais n'est pas vraiment adaptée à un usage offensif : la puissance du calibre 12 en rafale automatique rend le recul presque incontrôlable, et les petits chargeurs empêchent un assaut prolongé. Plus utile à briser des portes que des gens, rien ne dit qu'il ne peut pas faire un carnage entre des mains expertes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Ven 19 Mai - 23:38
MERMOL


« Alias : Mitrailleuse d'Extermination Resistante de la Manufacture d'Orléans, Louisiane»


Calibre : 5,56mm/300 BLK/5,45mm
Portée : 400m (95% de précision)
Mécanisme : Emprunt de gaz
Type de cible : multiple
Qualification tireur : aguerri
_________________________________________________________

Description :
Le MERMOL est un fusil d'assaut très agréable à manier et extrêmement polyvalent, mais aussi punitif envers son porteur en cas d'erreur de manipulation à cause de son entretien fréquent et son utilisation qui est peu intuitive.
L'absence de chargeur perpendiculaire au canon s'explique par sa ma méthode d'approvisionnement : on insère sur le côté un magasin à munitions et tourne la molette de réarmement : la première balle effectuera une rotation de quatre vingt-dix degrés en entrant dans le canon. Ce format de stockage permet d'obtenir des chargeurs faisant toute la longueur du canon, et donc ayant une capacité de cinquante balles et des rails permettant de fixer des chargeurs d'avance sur les côtés de l'arme. Amenant à une contenance en munitions de 150 balles rien que sur l'arme en elle-même. Equipée de base avec une lunette à faible grossissement et un rail permettant de caser un viseur point de rouge juste au dessus. En prime la cadence de tir extrêmement élevé (3300 coups à la minute) assure des tirs en rafale de 3 extrêmement précis.
Puissance de feu, capacité en munitions, adaptable, haute cadence de tir et résistant à l'environnement. Le revers de la médaille?
Tout est dans la logistique : graissage fréquent, changement régulier des pièces qui sont soumises à de très fortes pressions, changement de la cellule à énergie qui assure électriquement la mise à feu des cartouches, nettoyage régulier des parties mobiles pour éviter un encrassement qui pourrait avoir des résultats catastrophiques. Inutile d'essayer de remédier à un incident de tir sur le terrain, c'est peine perdue avec l'arme.
Un must-have pour ceux qui chouchoutent leur arsenal, un cauchemar pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Ven 19 Mai - 23:52
GFCT


« Alias : la Grenade à Fusil Casse Tank»


Calibre : variable
Portée : 200m (95% de précision)
Mécanisme : obus assisté par roquette
Type de cible : multiple
Qualification tireur : artilleur si possible
_________________________________________________________

Description :
La GFCT est une lointaine descendante des grenades à fusils anti-armures assistées mises au point lors de la troisième guerre mondiale : conçue pour percer des armures mécanisées et des véhicules légers sans pour autant encombrer son porteur d'un lance roquette, la GFCT utilise une tige de fer à diamètre variable qui se loge dans le canon qui aura reçu au préalable une cartouche à blanc (de préférence chargée à bloc en poudre détonante).
Lorsqu'on la tire, la tige de fer actionne une fusée propulsive qui aidera à envoyer la grenade sur la cible.
Même si elle n'égale pas un lance roquette en terme de charge utile, en fonction du modèle tirée, on peut aboutir à des résultats relativement similaires.
-Charges creuses pour les armures assistées (malgré une certaine imprécision).
-Flèches en uranium hyper-pénétrantes.
-Fumigène.
-Grenade d'illumination.
Une grande variété de choix est possible.
La grosse tâche sur le tableau, c'est le rapport qualité prix qui fâche : plus les enchères montent et plus la charge propulsive est sophistiquée, les plus pauvres et les plus téméraires auront les joies d'avoir une roquette qui laisse un énorme sillage de fumée derrière eux et de devoir porter un masque à gaz (voir un poncho de sécurité) pour tirer, les plus riches et les plus discrets auront le luxe d'avoir des fusées V1 de poches à balancer sur l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Dim 21 Mai - 18:02
DRAC-M4


« Alias : le DRagon d'Assaut et de Crémation-Modèle 4»


Calibre : variable
Portée : 45m
Mécanisme : lanceur chimique
Type de cible : organiques, blindées ou non.
Qualification tireur : soldat du génie/de démolition
_________________________________________________________

Description :
A la base, le DRAC-M4 est un lanceur chimique : avec dans la crosse une bonbonne de CO2 liquéfié pour servir de propulseur au liquide d'attaque, le DRAC est techniquement une arme d'épaule, qui peut se manier avec une petite bonbonne sur le côté pour l'approvisionnement en charge d'assaut. Mais la meilleure solution reste encore d'embarquer une vrai bonbonne dissimulable dans un sac à dos, la morphologie de l'arme étant conçue pour faire plus penser à un gros fusil qu'à un lance flamme. Avec un brûleur qui s'allume et s'éteint sur commande, il est idéal pour engager des cibles de toute sorte.
Une autre version existe, à plasma qui tient cette fois-ci entièrement dans l'arme avec un petit compresseur ultra-bruyant pour aspirer de l'air et permettre à la chambre d'ionisation d'être approvisionné en continue. Contrairement à un lance-flamme classique, son utilisation est plus délicate : une bougie d'allumage se charge d'ioniser le gaz avant qu'il ne soit propulsé hors du flingue, la tuyère étant assez chaude l'air arrivant s'ionise aussi grâce à la température du plasma qui vient de quitter la chambre et la réaction s'entretient d'elle même tant que le tir est continue.
Autrement dit, le lance flamme à plasma permet une cadence de tir quasi infinie tant qu'il y a de l'énergie pour faire fonctionner le bardas (et donc des cellules à énergie qu'on introduit par six dans l'arme), mais met aussi environ deux secondes pour commencer à tirer après qu'on ait pressé la gâchette.

D'un point de vue purement destructeur, si la version à flamme manque de punch, avec de bonnes modifications, la version à plasma peut faire fondre du béton. Contre les AA elles ne sont pas en reste puisque à défaut de les détruire, elles peuvent amocher sévèrement l'électronique de bord sensible à la chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Dim 21 Mai - 20:31
L8000K


« Alias : la Lance 8000 Kelvin»


Calibre : inexistant
Portée : 2m
Mécanisme : lance à ionisation de plasma
Type de cible : tout
Qualification combattant : non
_________________________________________________________

Description :
La L8000K est une lance énergie qui comprend dans la hampe une cellule à énergie et une réserve de gaz à ioniser. L'arme se présente sous la forme d'un côté creux, avec un micro générateur de champ magnétique et une réserve d'oxygène liquide pour bien entamer la combustion. Lorsqu'on l'active les charges de gaz s'ouvrent et une flamme de plasma à moitié contenue brûlant aux alentours des huit milles degrés Celsius apparaît.
Même si théoriquement le champ magnétique est censé contenir tout le gaz, son énorme manque de puissance donne à la pointe brûlante de la lance un air sauvage et incontrôlable, laissant un temps relativement bref d'utilisation d'environ une heure d’affilée. Ensuite il faut changer la cellule à énergie et les réserves de gaz.
En retour on peut découper tout ce qui existe avec une facilité déconcertante, et les duels qui se font avec sont extrêmement punitifs : si le coup est esquivé de justesse on encaisse quand même des brûlures à cause de la chaleur qui se dégage du plasma incandescent. Une arme extrêmement puissante mais coûteuse à l'entretient et qui n'a qu'une très faible portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Mar 23 Mai - 23:01
ECI


« Alias : Equipement Chrysalide Intemporel/Invisibilité »


Degré de protection : protège des shrapnels
Percé par : 5,56mm et plus
Protège des chocs : oui
AA ou normal : AA
Qualification porteur : oui
_________________________________________________________

Description :
L'ECI est le top du trop en matière de survie : combinaison hazmat à l'épreuve des radiations, des attaques chimiques et renforcée en Kevlar, l'ECI est une version plus moderne de sa grande soeur, faite pour les spécialistes plus que pour les combattants de première ligne.
La grande différence avec son homologue full-kevlar c'est l'exosquelette renforcé d'armure assisté qui le compose, qui permet des efforts physiques d'une intensité bien supérieure à la moyenne humaine, d'amplifier grandement sa force ainsi que de posséder certaine une furtivité face aux instruments de détection standards : réduction de la signature thermique, diminution de la signature radar due à l'exosquelette.
La version grand luxe offre même un camouflage optique à l'instar de l'armure chinoise furtive, pas vraiment dans la même gamme d'ailleurs : à condition de bouger calmement il est en mesure de tenir indéfiniment tout en offrant un degré de réfraction de la lumière acceptable. Si on se met à bouger de façon erratique l'armure ne suivra plus vraiment le mouvement et le camouflage des chances de sauter, en plus de réfracter n'importe comment la lumière.
Une bonne armure pour ceux qui ont du sang froid, un sapin de noël pour les nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Mer 24 Mai - 15:12
M81/M120


« Alias : le mortier léger et le mortier lourd»


Calibre : 81mm/120mm
Portée : 2,5 km/5,9 km
Mécanisme : percussion d'obus par gravité
Type de cible : Infanterie/blindés
Qualification combattant : non
_________________________________________________________

Description :
Le M81 est un mortier d'infanterie classique, qui est en fait surtout une vaste gamme de mortiers charognés ici et la puis qui ont été recalibrés de façon homogène pour éviter des problèmes de logistique. La principale différence avec ses homologues artisanaux d'aujourd'hui, c'est son champ de portée qui ne souffre pas d'un portée minimum : les obus sont conçus pour recevoir des augmentations de charge propulsive (des plaquettes de cordite superposables) pour allonger la portée de tir, avec on tire de 50 à 2500 mètres avec une précision théorique de 100%. Pour 56 kg d'acier, on a déjà vu pire niveau rapport poids-puissance.
Le M120 lui joue dans une autre catégorie : monté sur un diable pour être facile à transporter malgré son poids de 300 kg, tire des bombes de 16kg, effleure les 6 kilomètres de portée, il peut facilement emboutir des blindés, mettre à mal des positions enterrées, décimer les groupes compact d'infanterie et éclater des casemates en bois.
Cerise sur le gâteau, la diversité des obus : fumigène, explosif, à fragmentation aérienne, incendiaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Mer 24 Mai - 19:30
ADAOL


« Alias : Armure Défibrillateur A Objectif Létal »


Degré de protection : dépend de l'armure d'origine
Percé par : dépend de l'armure d'origine
Protège des chocs : oui
AA ou normal : AA
Qualification porteur : oui
_________________________________________________________

Description :
Faite pour économiser les balles et le carburant, l'ADAOL ne fait pas la distinction entre réserve d'énergie et de munitions : avec de puissantes électrodes à chaque extrémité des bras et un canon à eau riche en électrolyses, l'ADAOL délivre des décharges électriques haute puissance à un ampérage extrêmement haut pour annihiler toutes les menaces organiques et peut même perturber (voir surcharger) les systèmes électriques des autres armures mécanisées. Le canon à eau est là pour assurer une augmentation de la portée en permettant à l'électricité d'avoir un conducteur fiable pour atteindre la cible.
Le noyau de fusion étant secondé par une batterie surpuissante, quand l'on est pas en train de faire cuire ses compatriotes par des moyens exotiques, l'armure se distingue par une force bien supérieure à ses équivalant derniers cris. Une T45 reconvertie amochera sans mal un modèle X-01 sans aucun respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Jeu 25 Mai - 16:25
LGW "Agrafeur"


« Alias : le Laser Giga Watt»


Calibre : 100mm
Portée : théoriquement aussi loin que la lunette le permet
Mécanisme : laser de démolition
Type de cible : anti-tout
Qualification combattant : non, mais du bon sens est requis
_________________________________________________________

Description :
Le LGW est une arme d'épaule de dix kilos qui fonctionne à l'aide de plusieurs cellules à énergies mises en séries et assemblées pour former un pack d'alimentation qui se fixe dans la crosse de l'arme. Munie de plusieurs lentilles et d'un canon pouvant s'allonger ou au contraire se rétracter pour permettre de corriger et d'avoir une dispersion lumineuse minimum, le canon trempe dans une chambre remplie d'eau qui permet de dissiper la chaleur du tir après chaque utilisation. Généralement un litre d'eau suffit à remplir le réservoir refroidissant et il est à renouveler tout les deux ou trois tirs, vu que l'eau a tendance à s'évaporer très vite.
Le mécanisme de tir est très simple : le pack d'énergie envoie des impulsions électrique haut voltage et fort ampérage pour créer un laser surpuissant dans le spectre ultra violet, environ 10 impulsions par seconde pour une séquence de tir d'une seconde quand on presse la gâchette. Ce qui occasionne un bruit similaire à celui d'une agrafeuse mécanique à chaque fois qu'on tir.
La puissance de l'engin est suffisant pour faire fondre du métal et à peu près tout ce qui a une température de fusion en dessous des 5000 degrés Celsius.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Ven 26 Mai - 15:55
FERMOL-Lourd


« Une arme de choix pour les brutes ?»


Calibre : calibre 12/10/8 / 7,62mm / 50 BMG
Portée : de 10 à 1000 m
Mécanisme : simple/double action
Type de cible : AA/Super mutant
Qualification combattant : non
_________________________________________________________

Description :
Le FERMOL-Lourd est censé être beaucoup plus polyvalent sur le terrain que son grand frère, avec la possibilité de changer de calibre sur le champ de bataille juste en changeant le canon et le barillet. Plus robuste et plus fiable, mais aussi beaucoup plus lourd, le mécanisme à barillet hypertrophié garantit une grande résistance et aussi une plus grande capacité en munitions qu'un fusil à pompe où verrou traditionnel : jusque vingt cartouches. Avec ses rail d'accessoire et les canons qui acceptent différents accessoires de bouche c'est un must have quand on est pas un taré de la gâchette.
La grosse tâche sur le tableau c'est la gâchette carrément dure à presser en mécanisme double action même si pour palier à ce défaut un bouton permet de passer du double au simple action. Le chien surdimensionné (comme le reste de l'arme) a une petite poignée pour être plus simple à réarmer.
Une arme utile pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir des ampoules aux doigts.
La cerise sur le gâteau, c'est que les cartouches chambrées peuvent être plus longues et plus puissantes qu'à l'accoutumée, vu que les barillets sont tous prévus pour chambrer les grandes cartouches de 50 BMG, seul le diamètre des chambres changeant en fonction de la munition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles Sam 1 Juil - 0:29
On va faire un petit disclaimer avant de commencer : ce post est plus un rappel élémentaire de certaines choses et une aide à se choisir une arme adapté à la fonction qu'un perso va en faire.
Vous êtes grands, donc ce guide ne vous dispense pas d'utilisez votre bon sens.


Cartouches, armes, mode d'emploi.


« Dégommer ses compatriotes nécessite un minimum de culture. »


Fusil à pompe : encadré 1
Arme de poing/pistolet : encadré 2
Arme d'épaule : encadré 3
Les protections : encadré 4
Lexique/déterminer deux trois trucs : encadré 5
_________________________________________________________

Les cartouches de fusil à pompe.
Les cartouches à dispersions tendent à être des munitions de courte portée qui ont la réputation d'être ravageuse sur tout type de cible tant que l'on est proche, de par leur structure assez grande, il est très facile de faire des munitions "maisons" en retirant le/les projectile(s) dedans et en mettant une fabrication personnelle dedans.
La munition la plus commune est le calibre 12 (qui mesure 18,5 mm de large). Pour la petite histoire le chiffre/nombre après calibre désigne le nombre de billes en plomb identiques qu'on peut faire avec un demi kilos de plomb. Aussi, plus le chiffre diminue, plus la bastos est grosse.
On compte trois grandes cartouches de calibre 12 en circulation :
-La grenaille qui projette un mur de petites billes de plomb, une centaine en général, qui sert à tuer les canards mais aussi les humains à bout portant.
-La chevrotine qui sert à tuer des cerfs et du gibier de taille moyenne, et a la réputation de réduire les humains en charpie lors qu’utilisée de près. Il s'agit de huit à 12 billes en métal projetées en même temps.
-La balle unique/slug, qui est un projectile unique et de fort diamètre qui couche les ours sans problème.
Des munitions bien plus exotiques existent aussi (cartouches explosives, incendiaires, taser, etc). En règle général un fusil à pompe est fiable, et ses cartouches même si elles sont plus larges que la moyenne des munitions, sont presque toujours adaptés pour les affrontements à moins de cinquante mètre.


Munition de pistolet/révolver
Les cartouches de pistolet tendent à être des munitions de courte portée, petites, et même si elles manquent de punch, ont la réputation de pouvoir éliminer n'importe quel assaillant un peu trop téméraire à condition de savoir s'y prendre.
-Le 9mm convient à la chasse au petit gibier et à la défense personnelle. Même si on lui reproche souvent de manquer de puissance, face à une cible non protégée elle est capable de faire du dégât et souvent, le recul faible permet d'aligner les tirs à la suite plus facilement et une les chargeurs sont bien fournis puisque la munition est petite.
-Le 10mm est une version plus grosse et plus puissante, qui fournit plus de puissance de feu mais aussi un recul plus fort et donc des chargeurs plus petits.
-Le 45 ACP est le calibre en circulation le plus fréquent avec les deux précédents, plus puissant que le 10mm mais aussi plus gros, il est naturellement subsonique, ce qui fait qu'avec un silencieux, une arme en 45 acp devient l'outil de prédilection d'un assassin.
-Le 5,7mm, le 4,6mm et le 6,5mm CBJ sont trois munitions qui partagent la capacité de fournir des tirs capable de transpercer des vestes en kevlar et les plaques d'acier inhérentes aux gilets pare-balle lourds. Même si elles ne fournissent pas forcément un pouvoir d'arrêt plus grand que les munitions classiques, elles ont l'avantage indéniable de rester précises sur de plus longues distances et de percer les armures. Elles restent toutefois rares.
Il est important de noter que les munitions de pistolets, tirées depuis une arme d'épaule gagnent en force et en précision. Elles sont aussi plus rares.

Chez les revolvers (et par extension les fusils à levier de cow-boy), on retrouve deux grandes cartouches.
-Le 357 magnum, cartouche de forte puissance qui a gagné ses lettres de noblesse en étant utilisées par certaines forces de police et pour la chasse au gibier de taille moyenne comme les daims et les cerfs.
-Le 44 magnum est une munition de gros calibre, utilisée dans les plus gros revolvers pour la chasse aux ours principalement, extrêmement puissante et avec un fort recul. En général les armes en 44 magnum ont un barillet de 5 cartouches et la tendance à vite fatiguer les bras.


Munition de fusil.
Les cartouches de fusil brillent par leur capacité à se défendre de loin et à éliminer un grand nombre de menaces en peu de balles. De ce fait, elles ont aussi la réputation de pouvoir faire beaucoup de dégâts aux abris potentiels.
-Le 5,56 OTAN et le 5,45 Russe forment les munitions les plus fréquentes, très capables jusque 400 mètres environ, elles manquent toutefois de punch passée cette distance et même si elles infligent des blessures mortelles, restent peu puissantes comparées à d'autre.
-Le 300 Blackout, censée avoir autant de pouvoir d'arrêt qu'une munition de calibre 7,62 tout en ayant la taille d'une cartouche de 5,56, le 300 BLK gagne bien son pari. Mais devant le manque de pénétration, la munition n'est pas encore prête à détrôner sa rivale de naissance. Une cartouche rare, mais utile.
-Le 7,62 est une munition pensée pour la guerre urbaine : très puissante, capable de tuer un humain d'un tir dans le torse parfois, assez grosse et lourde, elle reste une reine du combat à longue distance. Capable de sévèrement endommager des murs de bétons et de passer au travers d'obstacles en bois et plâtres. On peut aussi s'en servir pour la chasse au buffle, bison et autre gros animaux. La version russe de la munition a tendance à perdre plus vite son énergie et sa vitesse que la version OTAN.
-La 7,62x54 R est une munition Russe inventée dans les années 1891, conçue pour les tirs à longue distance, c'est surtout la version longue portée du 7,62 Russe, et chambre surtout les fusils à lunette et les mitrailleuses lourdes.
-Le 30-06 Springfield est l'une des plus grosses cartouches à usage anti personnel qui existe, et est surtout connu pour avoir chambré le M1 Garand lors de la seconde guerre mondiale, munition extrêmement puissante, elle met au tapis sans problème les élans, caribous et autre ruminants arpenteurs de toundra. Les humains font partie du lot.
-La 338 lapua magnum. Munition haute puissance, capable de dégommer des humains d'une seule balle, de percer des protections, de coucher des animaux comme des éléphants d'une balle bien placée, voir même d'endommager du matériel militaire fragile comme des radars ou un aéronef. La 338 est une munition qui coûte cher, mais est encore transportable, extrêmement violente.
-La 50 BMG/12,7mm est une munition autant antimatériel qu'antichar, l'onde de choc provoquée par l'impact d'une balle suffit à arracher une jambe et tuer sur le coup, elles peuvent facilement amocher un véhicule tout terrain renforcé par la même occasion. Mais elles sont évidemment grosses et encombrantes.


Se protéger.
Tirer sur des gens c'est drôle, se faire tirer dessus beaucoup moins, mourir est à chier. D'une manière générale survivre à une balle n'est pas chose aisée, aussi voilà quelques indications pour rester vivant.
-Les protections en kevlar constituent généralement le plus léger du lot : elles protègent des munitions de pistolet et n'entament guère la capacité de déplacement ou la souplesse de son porteur. Mais ne servent que très rarement face à des cartouches de fusil.
-Les "flak jacket" sont des grosses vestes épaisses en kevlar avec d'autres fibres militaires dedans, qui protègent surtout du shrapnel et de la chevrotine ainsi que de la grenaille. Assez légères, elles restent encombrantes.
-Les plaques d'aciers sont en général la seule protection contre les tirs de fusils, la plupart des gilets en kevlar ont un étui pour y mettre une plaque d'acier protectrice.
A noter que les protections ne dévient pas les balles mais répartissent le choc et l'absorbent sur une grande surface. Aussi il est fréquent de finir avec un bleu sous l'endroit de l'impact et d'être projeté en arrière quand on prend une balle, voir même d'avoir une côte fêlée.


En vrac
Courte distance : inférieure à 75 mètres.
Moyenne distance : entre 75 et 400 mètres.
Longue distance : plus de 400 mètres.
Pouvoir d'arrêt : capacité à tuer/mettre hors de combat un adversaire en un seul tir. Plus une arme de pouvoir d'arrêt plus elle est dangereuse.
Pouvoir pénétrant : capacité à pénétrer les armures. Les armes à forts pouvoir pénétrant ne sont pas forcément les plus mortelles quand des protections rentrent en jeu, l'inverse est aussi vrai tant que l'on n'a pas atteint un certain niveau de puissance.
Comment définir la puissance d'une balle ? Plus elle est lourde et plus elle est rapide, plus elle fera mal. Plus le canon duquel elle est tirée est long, plus elle aura de vitesse. La charge explosive contenu dans la cartouche joue aussi un rôle clef. Une 5,56 remplie à ras-bord de poudre détonante ira plus loin qu'une balle standard.
Des facteurs supplémentaires à prendre en compte quand on achète une arme ? Oui.
Le vent et l'attraction terrestre ont une certaine influence si la distance par rapport à la cible est grande. Les gros calibres sont plus sensibles à la gravité, les petits au vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Armurerie expérimentale : des fusils et des balles
Revenir en haut Aller en bas

Armurerie expérimentale : des fusils et des balles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'expérimentation archéologique
» Convention Otaku Expérimentale à Vannes 20 et 21 septembre
» Salle d'expérimentation n°42, test à balles réelles. [Feat Notsuu]
» Armurerie.
» Expédition vers le Harad.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Registre des survivants :: Espace de gestion :: Seraphin de Saint-Etienne-