La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Seraphin de Saint-Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 134
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Cogne des fangeux
MessageSujet: Seraphin de Saint-Etienne Lun 8 Mai - 17:36



Seraphin de St-Etienne


« Hans, get the Flammenwerfer, schnell schnell ! »


Nom complet : Seraphin de St-Etienne
Âge : 05/02/2050
Race : Mutant
Groupe : Mercenaire
Métier : Consultant en armement
_________________________________________________________

CARACTÉRISTIQUES (40 points)
STRENGTH :7
PERCEPTION :6
ENDURANCE :8
CHARISMA :3
INTELLIGENCE :9
AGILITY :4
LUCK :3


COMPÉTENCES (200 points + points de départ)
Armes légères :50
Armes lourdes :50
Armes blanches :11
Corps à corps :15
Discrétion :7
Intimidation :10
Mécanique :75
Médecine :22
Négociation :6
Science :50
Physique :12
Pilotage :32
Projectiles :14
Survie :6


_________________________________________________________

DESCRIPTION PHYSIQUE
Je suis un mutant alpin comme j'aime dire, c'est à dire un grand type de 2m50 tout blanc, glabre avec des muscles noueux comme de la corde et une gueule assez reptilienne ; probablement qu'avoir été exposé à des doses extrêmement élevées de FEV n'ont pas dû arrangé grand chose. Sur la balance je pèse cent kilos, assez peu pour ma taille, mais en constatant mon gabarit émacié qui me rapproche plus de la machette que du couteau de boucher, c'était prévisible. Les yeux aciers, le corps sculpté et balafré par les terres désolées. La peau similaire à du cuir, voir presque des écailles par endroit tant elle est devenue épaisse par auto adaptation à l'environnement, je suis presque un animal à sang froid tant je consomme du café chaud et reste tanner au soleil quand j'en aie l'occasion. Dieu merci je peux encore chauffer tout seul comme un grand.
Pas vraiment une de mes caractéristiques physiques mais quand même un élément de moi même : j'ai le visage qui porte des marques rouges dû aux sangles du masque à gaz que je porte régulièrement pour protéger mon identité.
Au niveau de la voix et du paraître ; cherchez un mutant qui a un fort accent français, qui mâche des feuilles de mentes, est toujours à deux doigt d'écumer et qui est légèrement voûté.
Si vous voulez me repérer à l'après-rasage...
Eh bien vous êtes un petit peu stupide, parce que j'ai dis que j'étais glabre, suivez un peu.
Un point qui me parait essentiel de préciser vu le contexte hostile au bien être que constitue la Nouvelle Orléans, c'est ma résistance à l'alcool (innée à tout mutant Français que vous croisez bien évidemment) : j'ai réussis à survivre à une centaine de shots de vodka. Le défi n'en comportait que d'en avaler cinquante mais je voulais être sûr que je pouvais le faire avant de parier sur moi-même.
Certains me demandent pourquoi je suis pas un gros con tout bleu et tout musculeux comme mes compatriotes : de un, je n'aime pas les schtroumpfs (pardonne moi Peyo), de deux la sous alimentation à laquelle j'ai dû faire face et le fait de bouffer des rads-lézards n'a pas dû aidé. Surtout avec le FEV pour jouer à la grande roulette de l'ADN.



DESCRIPTION MENTALE
Je crois en le Seigneur, plus précisément je suis un Déiste convaincu et essaie de vivre avec de bonnes valeurs morales : ne pas voler, être fidèle, honorable, raisonnable, ne point vivre par les autres. J'éprouve peu de réticences à tuer ; dans le monde d'aujourd'hui vivre est un devoir mais aussi une épreuve perpétuelle, j'ai toujours été une gâchette médiocre et savoir quand une conversation ne peut que mal finir m'a plus souvent sauvé de la mort que mes réflexes. Toujours avoir l'initiative et un plan de secours font partie de mes habitudes de vie, ne touchez par à la poignée de ma porte la nuit, je laisse toujours une bouteille en équilibre dessus et j'ai le sommeil léger. De même à la demoiselle qui partagera mon lit, quand je dis de ne pas passer la main près de l'oreiller c'est à cause de la grenade dedans, pas à cause d'un trouble obsessionnel quelconque.
Je suis un petit méfiant à cause de ma profession de mercenaire, mais en dehors de cela je suis quelqu'un qu'on caractérise comme un hôte serviable, poli et sympathique, parfois un peu hypocrite sur les bords pour ne pas choquer. Entre amis et partenaires de travail j'ai un humour qu'on caractérise souvent comme acide, voir cynique. A vous de définir, dans tout le cas posez-vous sur une chaise et prenez vos aises.
Si vous voulez je vous apporte mon oreiller, ce sera plus confortable pour vos fesses.
Si vous n'avez pas tiqué, restez loin de moi ou prenez moi en compagnie à vos risques et périls.



HISTOIRE
-Le lycée technique de Saint-Etienne c'est fait.
-Bravo Mikhail Kalachnikov, tu vas faire quoi maintenant? Devenir armurier? m'a demandé mon colocataire de chambre que j'avais réveillé au saut du lit à l'internat.

Mon père était cadre, ma mère infirmière, mes soeurs et moi on avait un avenir devant nous ; moi j'allais donner encore plus de travail à maman et sans doutes beaucoup de client à papa qui était avocat, tant la profession d'armurier est une profession appréciée de tout les malfaisants du monde. J'avais réussi mes études et était devenu un type capable de démonter un fusil d'assaut et de le remonter en trente secondes montre en main. Le geste tenait plus de l'automatisme que de la réelle expertise cependant, tant les principes physiques qui régissaient le truc étaient peu maîtrisés. Alors j'ai choisi d'approfondir dans l'art de tuer son prochain en allant dans une école prestigieuse.

-Direction Polytechnique?
-Connard, ça valait le coup de me réveiller.

Direction Polytechnique, j'ai bûché dur pendant des années et ait failli foirer le concours au deuxième essai, c'est de justesse que j'entrais, le reste c'était du gâteau : la prépa c'était le pire, l'école ça allait bien, j'étais payé pour étudier.
Je vous épargne le détail, sauf si vous voulez que je vous explique comment fonctionne une arme à emprunt de gaz actionnée par piston. Ça et la chimie.

-Polytechnique c'est fait.
-Bravo Paul Mauser, tu vas faire quoi maintenant? Fabriquer des missiles? M'a redit mon colocataire d’appartement, le même que St-Etienne, lui aussi à Polytechnique.
-L'armée.
-Connard, ça valait le coup de me réveiller pour ça...

Ça m'emmerdait de rester dans un bureau à vomir des calculs avec autant d'assiduité qu'un boulimique vomit son repas précédent avant d'en reprendre un autre : donc je suis parti m'engagé dans le centre de recrutement le plus proche, à cette époque la situation était déjà bien tendue, j'ai faits mon lot d'opérations avant de me tailler aux USA grâce à mes économies en désertant avec quelques amis.
Les US ont été une excellente étape dans ma vie ; riche à souhait grâce à mes économies (quand vous vivez en caserne et que vous gardez tout de côté ça va vite de se faire du pognon).
Puis un beau jour la ville dans laquelle je créchais s'est considérablement aplanie, la faute à la bombe nucléaire qui passait par là et a diminué les reliefs. Ma chère et tendre de l'époque ayant choisie de ne pas vouloir exister dans un monde sans la télé, je me retrouva seul avec mes collègues du bataillon, et mon colocataire de toujours qui en avait lui aussi eu marre des sciences dures.

-L'apocalypse c'est fait. On peut se servir chez les voisins non?
-Connard, t'auras été un enculé jusqu'au bout toi. Ca valait bien le coup qu'une bombe atomique me réveille tient.

Hans, mon sympathique colocataire a connu un destin assez enviable par rapport au mien : goulifié à cause de nos pérégrinations dans les terres désolées et enneigées du Dakota, à force de maraudes et d'errances vers le Sud, j'ai finis par me faire embarquer par une clique de super-mutants pour devenir l'un des leurs.
Dit comme ça, ça semble tout sympathique et pour moi ça l'a été en un sens : parce que si je suis devenu unique en mon genre, ça m'aura permis de taper un service dans l'armée du maître à Mariposa et surtout d'avoir accès à la vie éternelle. Hans lui personne ne lui a rien demandé puisque c'était une goule armée jusqu'aux dents. J'étais presque incompatible, le virus ne m'a pas augmenté autant que ce qui aurait été voulu, j'ai été un sous-fifre pendant toute mon existence auprès du maître et c'est surtout en bouffant ce qui me tombait sous la main que j'ai tenu le coup. Ca et mon cerveau qui n'avait rien perdu de sa superbe, en bref le FEV m'avait rendu moche, offert un an de muscu à la salle et m'avait rendu un peu plus agressif, mais j'étais en mesure d'utiliser un mortier correctement, ça m'a sauvé la mise.

-Le maître c'est fait, d'ailleurs ça faisait un bail Hans. Merci au sympathique ubermensch qui aura massacré Richard Moreau, le service militaire chez lui m'avait agacé. Libre de faire ce que je voulais, je suis retourné voir le type qui m'avait suivi toute mon existence (ou alors l'inverse?).
-Connard, tu me réveilles au saut de mon hamac pour me dire ça? Je suppose que c'est l'heure de vadrouiller.

Caractériser d'errance notre voyage aurait été un euphémisme : nous avons un peu errer en cercle dans le centre des USA avant de nous égarer à New-York avant de passer par New-Vegas de l'autre côté du monde, s'en est suivie un petit passage chez des types en jupes qui se prenaient pour des romains puis séjour touristique sous haute tension à Boston à photographier des tas de gens et le Zeppelin de la confrérie de l'acier.
Tout cela en suivant le schéma : profit, alcool, femme, problème, fuite. Un coup je fricotais avec une marchande d'art carrément mafieuse sur les bords qui refourguais des reproductions d'oeuvre d'arts en disant que c'était les vraies. C'est la que j'ai appris quelques techniques de faussaires (par exemple avec le bon traitement à l'acide on peut donner un effet vieux au bois). Un coup c'était Hans qui devenait dingue et défiait en duel tout le bar pour les beaux yeux d'une dame.

-Toute l'Amérique, c'est fait. On se pose à la Nouvelle-Orléans?
-Connard, ça valait bien le coup de se poser dans un endroit par lequel on est passé des centaines de fois lors de nos péripéties. D'ailleurs à chaque fois que tu dis que "C'est fait.", il nous arrive des emmerdes monstres : d'abord le concours Polytechnique, ensuite l'Armée, ensuite l'Apocalypse, l'armée du maître pour toi, Nécrotopia pour moi, une errance digne du peuple juif à sa sortie d'Egypte. C'est quoi la suite?

Affronter des clients stupides.

-Si on montait une boîte?
-Co... Ah, une boîte, oui pourquoi pas.

On a monté une armurerie : ça ne manquait pas les portes flingues à l'époque à la Nouvelle-Orléans, j'ai profité de notre nouveau mode de vie sédentaire pour agrandir un peu plus mon champ de compétence. Je me suis posé sur les docks dans un vieux paquebot et le commerce est devenu vite florissant : la qualité ça paie plus que la quantité, surtout que les clients ont moins tendance à revenir avec l'intention de vous flinguer parce que vous leur avez vendu des balles foireuses.
Maintenant je n'aie plus qu'à espérer que les événements me soient favorables, et qu'une guerre éclate, histoire que je me remplisse les poches.



_________________________________________________________

INVENTAIRE DE DÉPART
L'administratif, inutile mais indispensable :
-Un paquebot abandonné sur la Nouvelle Orléans, reconverti en armurerie, et en piaule. Avec un vieil atelier relativement insalubre mais qui sert pas mal.

Le pratique
-Fusil à pompe SPAS-12
-Pince Monseigneur
-Masque à oxygène.
-Gilet en kevlar, avec plaque d'acier.
-Vieil uniforme de l'armée française, rafistolé et renforcé au kevlar un peu partout.


_________________________________________________________

Pseudo : DREYSE MAUSER
Âge IRL : pig
Comment as-tu trouvé le forum ? : Recherche Internet
Des suggestions ? : Nope

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 595
Date d'inscription : 26/06/2015
MessageSujet: Re: Seraphin de Saint-Etienne Mer 10 Mai - 14:22
Bonjour toi !
Bonne fiche, peu de fautes, les compétences sont bonnes, bref RAS. Bon retour parmi nous tu es VALIDE !
Sois modeste avec ton atelier au début par contre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallouttowrpg.forumactif.org

Seraphin de Saint-Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» BOUILLE x caniche 9 ans SPA ST Etienne Loire (42) ADOPTE
» hommage à michel Corringe.
» un amour de Féfé
» Bienvenue à Joël Servy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Registre des survivants :: Survivants validés :: Les survivants-