La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Lun 17 Avr - 21:54
Janvier de la nouvelle année... Aujourd'hui, dans la Louisiane d'après guerre... tout redevient pratiquement comme avant ou presque... Je m'explique, les personnes vivant à notre époque recommence à travailler dans des métiers qui ne nécessite pas le port d'une arme et à l'inverse, une économie permet aux travailleurs de pouvoir dépenser de l'argent pour des services. Ainsi, comme autrefois, les gens peuvent espérer vivre en toute tranquillité dans une bourgade protégée et voir leurs niveaux de vie augmenter. Maintenant qu'un semblant de situation commence à naître, les problèmes varient et celui qui me tracasse moi et les résistants et les habitants de Nouvelle-France c'est comment empêcher le gouvernement républicain de virer dans une dictature... A l'instar des autres factions des états-unis comme la légion de césar ou encore les tribus sauvages des grandes plaines...

J'observe le ciel décliner, passer du bleu à l'orange et passer petit à petit au noir. Le soleil disparaît à l'horizon et ne va réapparaître que le lendemain matin. L'horloge du Lounge Valentine 108 indique 17h45, il est normal que le soleil ce couche aussi tôt en période hivernal mais ça surprend toujours. Heureusement, d'ici quelques mois, les journées seront plus longue.

Je passe un coup de balais dans la salle du Lounge et j'observe Gary. C'est son bar et j'ai découvert il y'a pas longtemps pourquoi il l'a appelé ainsi, "Valentine 108...". Valentine c'est l'homme ou la femme qu'il à rencontré en premier en sortant de l'abris numéro 108. Lui et son frère, respectivement le cuisinier et le barman s'appelle Gary. Mais impossible de savoir leurs prénoms.... Je devrais enquêter dessus un de ses jours. Je termine de passer le balais dans la pièce prenant la poussière dans une balayette avant de jeter le tout dehors. Il y'a peu d'activité ce soir... Il faut dire qu'il fait un peu froid dans le bar, l'isolation n'est pas optimal ici. Je m'installe à une des tables un peu épuisée par cette journée de travail. Je fais un petit somme de quelques heures histoire d'être prête pour ce soir. Cependant, je suis perturbée par la porte du bar qui s'ouvre. Ah tiens un client !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mar 18 Avr - 17:31
« Non pitié ! Je suis désolé ! Je m’enfuirais plus jamais ! Ne me tuez pas ! Pitié ! »

Un homme en pleurs, à genou, les mains ligotées, un peu de sang coule de son front et devant, moi, une hache à la main, masque sur le visage.

« Ah bah j’aimerais bien mais si je tiens pas mes paroles je deviens qui moi ? Le président de l’enclave ? Ca va quand même je vaux mieux que ça ! Donc j’ai dit : tu fuis, tu meurs ! »

Je brandis ma hache et dans un craquement sombre, l’abat sur l’épaule de l’homme apeuré dans une giclé de sang. La  hache a perforé une artère laissant tomber quelques gouttes sur mes chaussures, même si tout le reste est tombé par terre… Heureusement d’ailleurs !

« Ah merde ! Je visais le crâne !  Je me penche vers la tête de ma cible dans une légère expression de dégout, Je voulais pas te faire souffrir… Désolé… Dès que ma proie eu finie d’agoniser, je retire mon arme avant de l’essuyer sur ses vêtements, Ah bah tien ! J’ai pas vu le temps passer avec toi ! »

En effet, le soleil commence déjà à se coucher et j’étais beaucoup trop loin de mon habitat de fortune pour y revenir à pied, de plus les terres désolées sont d’autant plus dangereuses la nuit. Fatigué d’une longue journée de « travaille » je décide de se trouver un endroit où il pourrait me reposer et me nourrir, mais pas trop chère vu le nombre de capsule que je possède… Je retourne dans la ville et y cherche un bar, d’apparence neutre, pas trop bling bling, mais pas non plus un vieux rade pourri. Et puis là, quelques minutes après être arrivé dans la ville basse, qu’est ce que je découvre ? Enfin un saloon qui peut à peu prêt rentrer dans ses honoraires sans être complètement pourri…

« Le lounge Valentine 108… Bon, essayons de ne pas juger au nom… je rentre dans le saloon et je commence à dire d’un air enjoué, Bien le bonsoir… »

Ma voix s’éteint vite quand je découvre que le bar est quasiment vide : juste une jeune femme près de la vingtaine, assez mignonne, assise à une table… Je retire son masque, un peu de politesse quand même ! Maintenant on est dans un monde « civilisé », bon, on s’est balancé des bombes sur la gueule mais on est « civilisé ».
Bref vu que les gens dans ce bar on l’air aussi heureux qu’une Brahamine morte et en putréfaction depuis deux semaines, je décide de m’approcher du comptoir. Je regarde autour de moi, au moins je constate que l’endroit est assez bien entretenu, donc ça va… J’aurais pus tomber sur pire… Bah… c’est quand même dommage, ça fait longtemps que j’ai parlé à quelqu’un… Enfin quelqu’un que j’ai pas détroussé ou tué ça, ça compte pas.
Bon bah il est où le barman ? Non parce que moi j’ai soif ! Aller connard j’ai des capsules à dépenser mais pas de la patience ! Du coup je commence à gigoter sur ma chaise de comptoir, et je toussote histoire de me faire repérer.


Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 19 Avr - 12:37
J'observe l'homme rentrer dans le Bar... Je n'ai pas bien confiance en lui, certaine personne attire la sympathie de façon naturel et d'autre comme l'individus qui vient d'entrer dégage une si mauvaise aura qu'on aurait tout de suite envie de le chasser à grand renfort de fusil chargé au gros sel. Mais bon pas le choix je dois faire mon travaille. Gary qui est au bar lui aussi ne sent pas bien cette personne, d'ailleurs il à sous le comptoir un fusil chargé et il ne va pas hésiter à son servir.

Machinalement, Gary et moi sortons un- "Bonsoir ! " C'est jovial et en général ça met bien l'ambiance. En même temps que je dis cela, je me dirige ensuite vers le client et le jauge, je ne peine pas à remarquer le sang sur lui et je regarde ensuite Gary pour lui faire un petite signe discret, un simple raclement de gorge. Gary comprend le signe et décide de d'appliquer le plan "orange" probablement un danger. En soit, je m'occupe du client et Gary fait mine de nettoyer les verres prêt du fusil et je me charge de servir l'homme et de le faire parler.

-" Vous désirez quelque chose monsieur ? Café ou bien ? Plus alcool peut être ? J'ai de la bière d'époque ou de la Gwynett plus fraîche ? Plus fort j'ai de la vodka et du whisky ? " Dis-je en me mettant derrière le comptoir et en attendant la réponse de l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 19 Avr - 22:37
" Vous désirez quelque chose monsieur ? Café ou bien ? Plus alcool peut être ? J'ai de la bière d'époque ou de la Gwynett plus fraîche ? Plus fort j'ai de la vodka et du whisky ? "

Elle m'a proposé un café ! Elle m'a proposé un café ! Holala combien de fois j'ai rêvé qu'une jolie fille me propose un café ! J'allais partir sur de l'eau pur ou une bière... Au pire ! Mais là, un café ça ne se refuse pas ! En plus j'en ai plus du tout.

" Je vais vous prendre un café 'svous plait. "

Malgré cette proposition fort plaisante de la par de cette jeune femme, je sens une certaine tension, d'un côté, y a la serveuse et un peu plus loin un barman qui me surveille. Et puis maintenant faut être le dernier des abrutis pour ne pas comprendre qu'il y a un flingue derrière le comptoir... Mais la question c'est pas de savoir quel type de flingue est caché, mais bien entendu pourquoi ils se méfient de moi... Je sais bien que je suis pas le plus gentil des Béni oui oui mais quand même je peux plus boire un verre tranquille ? Hé ben, les habitants de la nouvelle France son aussi accueillant que les soldats de l'enclave... Enfin les soldats de l'enclave mais quand ils sont pas en train de te tirer dessus...  Bon, faut dire que j'ai créé plusieurs bagarres dans d'autres bars mais là y personne donc ça risque pas... D'ailleurs en parlant de bag... Merde le sang !
Ah bah si j'avais visé la tête ça serrais pas arrivé ! Et puis peut être que si j'apprenais à me coiffer je pou... Mais qu'est ce que je raconte ! M'en fout ! Il sort son truc je le bute ! A moins que la fille en ait un... Bon essayons de de pas créer de problème buvons notre café et partons tranquillement, sans tuer personne... Du moins sans trop essayer de tuer de personnes...
Boarf ! C'est quand même étouffant de se sentir scruter... Il faut que je détende l'atmosphère. Bon remémorons nous les règles de détente d'atmosphère: Règle 1: Ne pas tuer, frapper, provoquer de personnes. Règle 2: Éviter de parler tout seul et de paraître bizarre. Règle 3: Lancer un sujet de conversation qui ne soit pas trop chiant long ou pas très sympas pour l'interlocuteur !
Donc je dis pas que la nouvelle France c'est de la merde...

" Pourquoi le bar s'appelle le Lounge Valentine 108 ? C'est pas banal... "

C'est pas mal ça ! Je m'améliore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Jeu 20 Avr - 15:16
Je regarde alors le vagabond et je me retourne pour prendre une tasse dans le vaisselier en chêne derrière moi. C'est une tasse assez banale, entièrement blanche et propre, c'est ce qui peut faire la différence entre un bar et un autre. Je me dirige ensuite vers la cafetière qui contient des radgraines de café moulue. Le taux de radioactivité dans se café est tellement bas qu'il n'affole pas un compteur geyser. J'appuie sur le bouton ce qui permet de faire chauffer le fameux café, une technologie d'avant guerre qu'on à faillie perdre. Je me tourne ensuite vers le client pour répondre à sa question.

- "Les patrons du bar viennent d'un de ses abris construit avant la guerre pour se protéger de la pluie de missile nucléaire. Enfin bon, ça devait pas être bien cool la vie dans un de ses abris... Il parait que dans certain de cela Vault Tech faisait des expériences toutes aussi louches les unes que les autres. En gros c'était les criminels de l'époque... Un jour pas comme un autre, ils décident d'ouvrir les portes de l'abris et de jeter un oeil dehors. Les patrons n'est pas tellement habitué à la vie sauvage et ils se retrouvèrent bien vite dans le pétrin. La seule personne qui les à aidé c'est un homme ou une femme au nom de Valentine. Ils doivent beaucoup à cet ange, car sans Valentine ils seraient sans doute mort. " Je marque un temps de pose pour arrêter le mécanisme de la cafetière et servir le café dans une tasse. Puis je place le café devant l'homme ainsi qu'une boîte à sucre et une petite cuillère. " Du coup le bar s'appelle Valentine en l'honneur de cette personne et 108 l'abris d'ou ils viennent. "   Je pose ensuite la cafetière sur le comptoir et je fixe le client en croisant les bras.

- " Et vous ? C'est quoi votre histoire ? Je vais être franche vous avez un accoutrement à faire pâlir les pillard.. Vous en êtes peut être un après tout. "Je dis ça en rigolant mais ça ne m'étonnerai pas que se type en soit un...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Dim 23 Avr - 20:58
Alors qu'elle me raconte l'histoire du bar elle me sers le saint café. Bon, même si j'aurais pus m'en frapper les burnes de ce qu'elle a dit, j'ai bu ses paroles comme un ivrogne aurait bu un shot de vodka. J'en avais déjà entendu parler de ses abris antimissile, que dis je, j'en ai déjà vu cinq ou six, la plupart étaient fermés mais pour le reste, tout était dégradé, les habitants était, vu les carcasse qui traînaient, mort ou alors c'était infesté de raiders. En plus, j'ai toujours trouvé ça bizarre, si on voulait s'entre tuer, pourquoi avoir tenté de survivre... Bref je divague... vague. Combien de mec sont sortis de leur grosse cage en métal et on finit plombé par le premier venu, de se que j'ai vu (fait) quatre, pour ma part. Mais heureusement que le patron a survécu sinon j'aurai pas eu se délicieux café ! Le soucis c'est qu'au moment ou elle me le sers, elle pose la question maudite:

" Et vous ? C'est quoi votre histoire ? Je vais être franche vous avez un accoutrement à faire pâlir les pillard.. Vous en êtes peut être un après tout. "

J'en connais une qui veut que je me tire vite fait bien fait ! Bon, il faut que je dise quelque chose de convainquant, une chose positive, je suis pas un pillard... Du moins, pas beaucoup... Bon pas le temps de réfléchir et de trouver des stratégie de merde j'y vais au talent, je prend une gorgé de café et je me lance.

" Bah... Vous savez, comme la plupart des gens des terres j'ai eu une enfance de merde, tenez je suis prêt à parier que vous non plus vous avez pas eu une enfance noyé dans les fleurs... Mais t'es con putain pourquoi tu parle de points qui peuvent faire mal ?! Après, pour ce qui est de l’accoutrement, je suis pas un raider ou un pillard... Disons que j'utilise certains talents pour survivre dans les terres désolées. "

Cerveau: Mais bordel qu'est ce qui te prend tu veux te faire virer du bar ou te faire plomber sur place ?! Tu pouvais être un peu plus flippant, genre faire un rire machiavélique avec de l'orage derrière tant qu'à faire !
Finn: T'inquiète je vais régler ça.

" Mais vous en faites pas je suis pas là pour amener des problèmes. "

Cerveau: c'était de la merde.
Finn: Moi j'aime bien... Bref, du coup je me remet à boire un peu de café, espérant que la serveuse soit compréhensible et qu'elle me défonce pas à coup de latte, mais vu sa tronche ça a pas l'air du genre à être sévère... Plus du genre béni oui oui prêt à aider son prochain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Jeu 27 Avr - 21:03
Beni Oui oui, si un mot est loin de caractériser Colleen c'est bien BeniOuiOui... Pour faire simple, si une femme venait dans son bar en demandant de l'aide ce n'est pas colleen qui la proposerait. Elle serait même tentée d'envoyer la malheureuse en direction d'un des mercenaires qui fréquente la taverne. D'habitude, ils sont très nombreux à fréquenter le Lounge Valentine 108, pour plein de raison différente d'ailleurs. Certain car c'est le bar le plus sûr, d'autre car il est très bien placé en Nouvelle-France et d'autre pour les beaux yeux de la serveuse. Avec colleen, il y a se je ne sais quoi de feminin touch' qui plait beaucoup et qui brise l'austérité habituel du lieu.

_ " D'accord... Vous n'êtes pas pillard, pas criminel... mais qu'êtes vous exactement ? Mercenaire ? soldat ? J'en doute vue l’accoutrement... Tueur à gage peut être ? Quoi qu'il en soit vous êtes plus du genre à avoir du sang sur les mains. Alors je vais être plus limpide dans mes pensées et celà en dépit du faite que vous disiez être de bonne foi. Ici c'est une zone sereine, si vous ne posez pas de soucie à nous et à nos clients vous passerez le meilleurs des séjours autrement...." colleen s'arrête et tourne la tête en direction de Gary qui montre son fusil à pompe prêt à faire feu. Bienvenue en Amérique comme on dit. " autrement... je me dois de vous dire que vous pouvez nous vendre des munitions ou en acheter, de la viande d'animaux également ou louer une chambre. sur le pilier derrière vous se trouve l'annone de mercenaire prêt pour de l'emplois et si vous avez une annonce à poster vous pouvez le faire aussi. Contre trois capsules je veux bien écrire l'annonce si vous ne savez pas le faire. " Conclut-elle en croisant les bras sous sa petite poitrine.

Gary range son arme et termine de ranger les verres dans le vaisselier derrière lui. Evidemment, l'avertissement de Colleen peut avoir tendance à refroidir l'ambiance mais au moins c'est fait. Il vaux mieux que tout le monde soit au courant des règles dans le Lounge Valentine 108 ça évite les pépin et si le gugusse entrain de siroter son café suis les règles il est la bienvenue dans le bar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mar 2 Mai - 2:35
Une autre journée de travail, une autre capsule. Enfin, si on peut qualifier de "journée de travail" le fait de rester 8 heures par jour debout dans un mirador à occasionnellement regarder dans les jumelles pour observer si un truc pas normal se baladait et lui coller un pruneau. Pas eu besoin d'abattre quoi que ce soit, aujourd'hui, cela dit. Un jour chiant.

Toujours mieux que d'aller se balader près de Salem ou près de l'abri 87, cela dit. Dans tous les cas, tour de garde fini pour Meryl. Temps d'aller se rincer le gosier. Retirant le fusil de son reposoir avant de le repasser sur son dos, Meryl descendit de son perchoir et salua celui qui se taperait à son tour 8 heures d'admiration de vide absolu. Quelle vie passionnante.

Ah, il y avait le problème de régler. Meryl n'avait toujours pas reçu son premier salaire. Il avait fallu moins d'une heure pour remplir toutes les formalités administratives et passer le "test" d'entrée (à savoir, sniper une mouche bouffie du haut des remparts), recevoir un uniforme à sa taille et une piaule à son nom, mais le bonus d'entrée, bernique. Restait à espérer que les tenanciers locaux étaient tolérants... Ou acceptaient le troc en dernier recours.

Le premier troquet ferait l'affaire ; pas besoin de siroter un alcool à mille capsules le verre, ni même un alcool quelconque. Et coup de bol, il y en avait un sur la route. "Valentine 108". Hm... Si Meryl ne se savait pas à des centaines de kilomètres de Diamond City, elle aurait pensé que quelque part, Nick Valentine avait des fanboys. Qu'est-ce que devenait ce cher détective synth maintenant, tiens ? Allez savoir... Sans doute toujours à faire chier les Triggermen.

Pas foule dans le bouiboui quand Meryl poussa la porte. Juste une nénette en train de discuter avec un type portant une hache et une dégaine qui ne dépareillerait pas sur un Raider. C'était ce genre de bar ? Tant pis. Au pire, Meryl avait un pistolet. Mais autant annoncer la couleur à la nénette (qui, sauf erreur, ressemblait le plus à une serveuse) de suite.



- Yo, je vais pas vous mentir, j'ai pas une capsule à mon nom le temps que ma solde tombe. C'est possible de me faire une note ou autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 3 Mai - 15:58
Je suis en train d'entamer une nouvelle gorgé de café quand la serveuse commence à me sermoner sur qui je suis je m'arrête net dans ma course et je l'écoute, étonné de la tournure que ça vient de prendre.

_ " D'accord... Vous n'êtes pas pillard, pas criminel... mais qu'êtes vous exactement ? Mercenaire ? soldat ? J'en doute vue l’accoutrement... Tueur à gage peut être ? Quoi qu'il en soit vous êtes plus du genre à avoir du sang sur les mains. Alors je vais être plus limpide dans mes pensées et celà en dépit du faite que vous disiez être de bonne foi. Ici c'est une zone sereine, si vous ne posez pas de soucie à nous et à nos clients vous passerez le meilleurs des séjours autrement...." Elle se tourne vers son patron qui vient tout juste de me mettre en joue avec son fusil à pompe. Une main tient la tasse et la deuxième est sur le H&K. " autrement... je me dois de vous dire que vous pouvez nous vendre des munitions ou en acheter, de la viande d'animaux également ou louer une chambre. sur le pilier derrière vous se trouve l'annone de mercenaire prêt pour de l'emplois et si vous avez une annonce à poster vous pouvez le faire aussi. Contre trois capsules je veux bien écrire l'annonce si vous ne savez pas le faire. "

Le patron finit par ranger son arme... Ouff.. C'est pas aujourd'hui que je me fais descendre. On peut dire qu'elle sait se défendre la serveuse, je me suis peut-être laissé emballé quand je l'ai qualifié de Béni oui oui. Disons qu'elle est... Juste ? Je finis par terminer de boire mon café, en déglutissant difficilement et je lui réponds après un petit silence qui commençait à être pesant... En tout cas pour ma part...

" Hé ben... Ça a le mérite d'être claire... Je me tiendrais à carreau. Je suis ce que les gens qualifient de vagabond, et comme le dit très bien le nom, je me balade dans les terres désolées sans réelle but..." Je marque une pose, " En passant je louerais bien une chambre si c'est pas trop chère... "

A peine ai je terminé ma phrase que la porte s'ouvre, je me retourne et BAM ! Explosion de couleur ! Mes yeux fondent ! J'en rajoute un peu ok... Donc, une autre minette entre avec ses cheveux teint en rose flachy. Vu ses fringues elle fit partie de la nouvelle France en tant que soldat... Mais sa tenue est pas comme les autres... Une haut gradée peut être, dans tous les cas, je vais pas attirer l'attention, déjà que le patron m'a à l'oeil alors un soldat...

" Yo, je vais pas vous mentir, j'ai pas une capsule à mon nom le temps que ma solde tombe. C'est possible de me faire une note ou autre ? "

Une haut gradée fauchée ? Je regarde vite fais la serveuse, un petit air interrogateur, comme pour soutenir la question de gum hair tout en faisant comprendre que de toute façon c'est pas mes oignons... Et pis au pire... Vire la ! Vire la ! Vire la ! Ca peut être marrant ! Ou un petit coup de stresse avec le fusil à pompe ? Halala... Je suis un sacré connard... je pense qu'elle va quand même l'accepter... Ou pas... Je pourrais peut être lui payer la note s'il le faut... Ou pas. En plus avec le café et la chambre je vais prendre tarif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Jeu 4 Mai - 12:54
Je regarde Finn dans les yeux cherchant à connaître ses aspirations quand Gary lui montre le fusil à pompe. L'inquiétude c'est en premier ce qui sort chez se dernier selon moi. Néanmoins avec l'avertissement que je viens de faire, il me demande une chambre. C'est soit une marque de courage et le signe qu'il à bien comprit l'avertissement soit... Quoi qu'il en soit je me dois de lui louer la chambre c'est mon devoir d’hôtelière. Je me retourne pour prendre une clé en main avec une petite pancarte noté "5" dessus.

-" Pour le café c'est 3 capsules ! pour la chambre vue que c'est la première fois que vous venez je vous fais un prix. 8 capsules payable tout de suite. " Elle prend une pause avant de tendre la clé numéro "5". " Chambre numéro "5" vous montez l'escalier c'est à droite, en face vous avez la salle de bain avec de l'eau non irradiée. "
alors que je termine de présenter la chambre, je suis surprise par la porte d'entrée du bar qui s'ouvre de nouveau.

J'ai tout juste le temps de voir une femme de l'armée de Nouvelle-France entrer avant que celle-ci ne parle.

-" Yo, je vais pas vous mentir, j'ai pas une capsule à mon nom le temps que ma solde tombe. C'est possible de me faire une note ou autre ?" demande t-elle... Heureusement qu'on peu payer en munition aussi... J'espère qu'elle va pouvoir payer en munition sinon bon... Bah je lui ferai une ardoise. C'est pas le moment de s'embrouiller avec les soldats de la Nouvelle-France.

- " Bonjour, bienvenue au Lounge Valentine 108 ! Vous n'avez pas de capsules... vous pouvez payez en munition si vous voulez ! " Dis-je en croisant les bras. Je n'allais pas tout de suite lui dire qu'elle à le droit à une ardoise... Si je peu être payer tout de suite ça m'arrange. J'ai plus qu'à attendre de connaître sa demande... Sans doute de l'alcool, c'est tous des alcooliques dans l'armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Jeu 4 Mai - 18:59
Le pseudo-Raider sirotait calmement son café comme si de rien n'était tandis que la serveuse indiquait qu'au lieu de la note, on pouvait payer en balles ici. Voilà une bonne chose ; c'était pas la meilleure facon de se faire bien voir de commencer à avoir des ardoises à droite et à gauche. Surtout que, même si les Gunners n'étaient pas la meilleure référence, les armées en bonne et due forme n'avaient pas que des fans. Excepté les Minutemen, mais eux étaient un cas particulier.


- Va pour payer en 10mm, si ça vous convient. Un Nuka-Cherry bien frais, siouplait. Nuka-Cola normal si vous avez pas.


Le Nuka-Cherry. Adoré dans le Commonwealth, presque inconnu ailleurs. Et ce n'était même pas la peine de parler des autres sortes... Le Quantum était rare mais connu partout, même s'il était plus utilisé en cuisine ou pour faire des grenades. Les boissons rares qu'on ne trouvait qu'à Nuka-World, même pas en rêve, surtout depuis que les Raiders et les Minutemen avaient commencé à se foutre sur la tronche pour reprendre le contrôle du parc. Une fois, un type qui était parti en mission loin dans l'Ouest avait ramené une caisse de soda local à la salsepareille. La caisse avait tenu 3 heures avant que tout ne soit bu...

Meryl préférait boire des sodas au lieu d'alcool hors des permissions ou loin de la ligne de front. Les excitants dedans étaient suffisamment dosés pour donner un coup de fouet sans provoquer de tremblements ou autres. Et puis c'était moins addictif que le Jet pour se donner un boost. Marchant vers le comptoir avant de s'asseoir sur un des tabourets tout en se tournant vers le pseudo-Raider (le plus dangereux du lot, potentiellement), Meryl sortit un de ses chargeurs de N99 en réserve histoire d'en extraire le nombre de balles requis. Hors de question de payer en .338 Lapua ; ce genre de munition était bien trop rare et cher pour se permettre de le gâcher en faisant du troc, sauf en cas de dernier recours. Et puis, un sniper à sec de munitions, il allait faire comment pour toucher ses cibles ? Leur jeter ses pompes dans la figure ou leur faire les gros yeux dans sa lunette ?



- Merci pour accepter le paiement en balles, au fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Sam 6 Mai - 15:29
Pour trois caps le café et huit caps la chambre il faut que j'en profite, même s'ils viennent de pointer un fusil sur la tronche, ça ressemblait plus à de l'intimidation qu'à autre chose... En plus j'ai pas trop le choix, j'habite loin de la ville j'ai presque pas de tune et il commence à se faire tard... J'ai surtout pas le courage de marcher aussi longtemps.
On peut payer en munition tiens... Pas étonnant même si certain tente d'ignorer les cicatrice de la guerre, elles restent bien présentes et c'est pas demain la veille que tout va rentrer dans l'ordre. On reste des survivant et notre file d'Ariane c'est les armes, je donne pas chère de la peau d'un guignolo qui ce tire dans le no man's land sans armes ni munitions...
Bref café et chambre pas chère, profitons en ! Je retire mon fusil de mon épaule et le pose contre le comptoir, en faisant bien gaffe à mes mouvements j'ai pas envie de me refaire pointer... Je retire mon sac et fouille à l'intérieur avant dans ressortir un vieux porte monnaie usé par le temps, dedans, une bonne cinquantaine de caps. J'en sors onze pour la chambre et le premier café et j'en ressors trois pour un second tout en pointant ma tasse vide un petit sourire en coin.

Je sais qu'il faut plus que j'attire l'attention dans le bar mais mademoiselle pinky m'intrigue, en plus elle est de la NF, vous savez "les protecteurs" de la ville... Ils font le piqué à longueur de journée, c'est plutôt marrant à regarder... Quand on a du temps à perdre.  Je me tourne vers elle, la scrute quelques instant et lui dis :

" Au vu de votre accoutrement vous êtes un soldat de la nouvelle France pas vrai ? Je suis pas du coin elle fait quoi la "NF" en faite ?"

Purement et simplement de la provoque comme je l'aime ! J'en suis fière... En plus je la regarde avec un autre sourire qu'à la serveuse, ce genre de sourire haïssable, pas très honnête et plein de mauvaise fois. Je jette quand même un petit coup d’œil vers le patron et la serveuse histoire de surveiller mes arrières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Dim 7 Mai - 11:42
Je regarde la soldate qui demande un Nuka- Cherry sans grande conviction qu'il soit dans nos stock. Ce n'est pas complètement faux.. On à très peu de nuka-cherry et à forte raison la demande est de toute manière très basse. Je sors une bouteille de dessous le comptoir... je regarde brièvement la date de péremption dessus. "Cette bouteille se périme en 10/2070"... Juste deux siècles de péremption je fronce les sourcils... perso ça me dégoûte mais bon chacun son choix. Je secoue quand même la bouteille pour mélanger le dépôt avec le liquide et remettre le colorant correctement. Évidemment, je ne fais pas ça directement en face de la soldate de Nouvelle-France, je fais ça, légèrement tournée. J'ouvre ensuite doucement la bouteille pour faire sortir le gaz sans faire sortir le liquide. Finalement et en dépit de mon appréhension initiale concernant le Nuka Cherry, le liquide une fois dans le verre semble plus "buvable".

-" Hop et un Nuka Cherry pour 5 munitions de 10 mm. Vous savez, on est un peu obligé d'accepter les munitions. Déjà car c'est plus pratique que les capsules, on range les munitions dans des boîtes soit tu t'en sert pour descendre ton voisin soit pour acheter ton pain. Ensuite car nous on propose aussi de la vente de munition contre capsules ou contre d'autre munition. Il paraît que l'enclave est entrain d'éditer de l'argent de Louisiane inspiré des billets de la république de Nouvelle Californie ou encore des billets d'ancienne Amérique. En tant que serveuse je dois vous avouez que pour le commerce ça sera mieux que les capsules.... Déjà car c'est plus facile d'avoir deux billets de clinquantes que cent putain de capsules dans la poche. " Dis-je en donnant le verre de Nuka-Cherry à la soldate et en récupérant les munitions de 10 mm. Je m'écarte ensuite tout en observant les deux clients.

Finn qui se trouve être relativement calme depuis l'arrivée de la soldate rompt le silence qui le tenais par une pique à l'intention de la soldate. Il faut croire que se dernier n'aime pas tellement l'ordre que représente la femme.

" Au vu de votre accoutrement vous êtes un soldat de la nouvelle France pas vrai ? Je suis pas du coin elle fait quoi la "NF" en faite ?" Dit-il et je ne peu m'empêcher de regarder la femme pour voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mar 9 Mai - 4:01
Ting, ting, ting ,ting, ting. Le bruit des balles tombant sur le comptoir dans un tintement métallique rompit en partie le silence du bar. Car à 4 clampins, il n'y aurait pas de grosses discussions philosophiques. Surtout entre de tels individus.
Coup de chance quand même que ce bar aie du Nuka-Cherry. C'était une rareté, comme dit précédemment. Bon, Meryl préférait boire et décapsuler elle même vu que ça faisait une capsule gratos (et surtout de s'assurer qu'un petit malin n'avait rien glissé dans la boutanche avant), mais à Rome...

Tout en sirotant une gorgée de ce délicieux mix de Cola et de cerise (et les radiations qui vont avec !), Meryl écoutait la barmaid raconter les derniers potins. Visiblement, les capsules ne faisaient pas que des heureux dans le coin et une certaine "Enclave" pensait ré-éditer de l'argent sur papier comme avant la guerre. Inspiré d'où, elle avait dit ???



- La Nouvelle Californie ? J'avais pas entendu parler d'eux depuis l'école. Toujours à essayer de conquérir Las Vegas ?

Et, c'est quoi exactement l'Enclave ? Je viens du Commonwealth, on a pas ça par chez nous.



Ah bah v'la autre chose. La RNC existait encore ? Dire qu'on les disait sur le point de casser en deux face à leur ennemi du moment qui leur pourrissait la vie dans leur conquête du Nevada. La légion de Machin ou un truc du genre... Bref, revenir à l'argent sur papier risquait de faire grincer quelques dents. Trop fragile, trop ceci, trop cela... Meryl s'en foutait de sa forme à l'argent ; tant qu'il permettait de se payer des trucs, ça allait.

Pseudoraider, par contre, posait une question qui n'avait pas vraiment de sens. Ce que faisait la Nouvelle-France ? Ca voulait tout dire et rien dire. Il avait pris un café irlandais ou quoi ?



- Euh, pardon ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 17 Mai - 15:06
Alors que pinky... Ouais pinky c'est cool ! Bref alors que pinky venez de poser ses quelques munitions, la serveuse nous explique que l'enclave est en train de produire ou a idée de produire des billets comme la nouvelle Californie, une autre bande de guguce avec peut-être un petit peu plus d'importance que la nouvelle France. Pour une fois que l'enclave fait quelque chose de bien, comme dit la serveuse, c'est quand même plus pratique que d'avoir des capsules dans la poche.

Pinky finit par demander ou en sont les soldats de la RNC et ce qu'est l'enclave. Nan mais quand même t'as beau venir du Commonwealth, faut connaitre l'enclave un minimum avant de venir ici ! En plus ils sont marrant à se prendre pour la paix alors que même la NF pourrait être plus compétente qu'eux à ce poste...

"Je crois que la nouvelle Californie cherche pas trop à conquérir Las Vegas mais pour l'instant ils essaient de repousser une sorte de grosse bande de raider... C'est pas des raiders, ils sont plus organisés et plus nombreux. Ils ont un point commun entre eux : Ils font pas dans la dentelle..." Je reprends une petite gorgé de café "Quant à l'enclave... En gros c'est une bande de guignol surarmer qui se prennent pour le nouveau gouvernement des" je commence à faire de gros guillemets avec mes doigts "Etats Unies d'Amérique"

Ouais des guillemets... On peut plus vraiment parler "d'états" et encore moins "Unies" après tout ça... En tout cas pas pour l'instant on commence à peine à panser les blessures causées par la guerre. Je pose final LA question.

" Au vu de votre accoutrement vous êtes un soldat de la nouvelle France pas vrai ? Je suis pas du coin elle fait quoi la "NF" en faite ?"

"Euh, pardon ?"

"Euh, pardon ?" Bah oui tu sais, ton boulot, le truc que tu fais tous les jours... Bon, on dirait que je suis pas tombé sur le plus intelligent des soldats mais bon imaginons qu'elle n'ait pas compris la question parce qu'elle était distraite. On va lui expliquer... Après je dis "on" mais je suis tout seul...

"Baah... Je sais bien que vous êtes la police de cette ville mais genre... Je sais pas moi, vous êtes comme la nouvelle Californie ? Vous êtes en guerre contre une insurrection ? Des illuminés ?"
N'OUVREZ SURTOUT PAS CE MESSAGE CACHÉ QUI TUE !!!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 17 Mai - 23:30
Je regarde avec intérêt le dialogue entre Finn le contrebandier et Meryl Lenoir la tireuse d'élite de la Nouvelle-France. Diable soit présent, la conversation semble des plus tendu... entre ses deux personnes. Quoi qu'il en soit, je vais largement rester neutre et si je dois m'impliquer d'une manière ou d'une autre ça sera favorablement à Méryl. C'est vrai ? Je ne vais pas risquer de me mettre une tireuse d'élite... ouais car il y a le logo sur son haut, à dos ! Je suis bonne tireuse et elle aussi, si elle le veux, elle pourrait me mettre une balle dans la tête pendant mon service ou me passer à tabac avec sa compagnie. Tendis que Finn, lui en théorie ne pourrait me faire du tord car justement Méryl est là pour me protéger.

Bon, je souhaite la protection de l'armée et d'un autre côté je pose des bombes contre les installations de l'état. Vue sous cet angle... oui c'est un peu bâtard mais ! et je dis bien MAIS, je n'ai rien contre l'armée. Je porte toute ma haine et mes convictions contre le gouvernement de cette faction. Si le gouvernement changeait de tête et bien... je pense que je rentrerai dans le rang. J'arrêterai de causer du tord à la république et je m’acquitterai de mon humble rôle de serveuse.

-" Humm... Si je peu me permettre monsieur. Si jamais Madame ici présente décide de te péter le nez... Je la laisserai faire. Elle représente la justice et donc l'autorité en Nouvelle France. Donc en gros je préfère te prévenir que si je dois avoir à rejoindre un camp ça ne sera pas le tiens. " C'est dit... j'espère que cette petite phrase va calmer les ardeurs du dernier me faire gagner des points envers Méryl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Jeu 18 Mai - 18:49
Il persistait dans le nawak, le pseudoraider. Bien que sa réponse sur la RNC reflétait les derniers potins que Meryl avait entendu à leur sujet près de Washington avant de mettre le cap vers la Louisiane (ainsi qu'une succincte explication sur l'Enclave), Meryl pouvait venir sentir la question piège sur le rôle de la Nouvelle France à trois bornes. En temps normal, ce type n'aurait pas fait trois pas hors du bar qu'une demi-douzaines de Gunners lui serait tombé dessus avant de le tabasser et de le laisser pour mort dans la benne à ordures la plus proche avec sa hache dans le cul et s'être fait dire poliment mais sûrement qu'en cas de récidive, il obtiendrait un CDI en tant que leurre à Yao Guai ou cible d'entrainement pour les nouvelles recrues. Mais nous n'étions pas en temps normal.

Dans cette nouvelle ville, qui tenait plus de la capitale de république bananière que du pinacle de la démocratie, l'armée donnait l'impression de pouvoir faire les J.O. si elle en avait envie. Mais l'histoire l'avait prouvé à plusieurs reprises, le peuple pas content (aidé par de "petits" coups de pouce de la CIA ou du Guoanbu selon quelle superpuissance avait intérêt à voir le régime tomber) était le meilleur moyen pour un dictateur et ses soldats de finir au bout d'une corde. Et mettre sa mère à un mec au milieu d'un bar qui semblait avoir une conversation relativement pacifique, c'était selon toute apparence de quoi faire passer l'armée pour des caïds de collège. Et si les rumeurs d'une résistance un peu adepte du posage de bombes et de l’assassinat politique étaient avérées... Mieux valait la jouer fine (Meryl utilise Jeu de mots ! C'est super efficace !).



- Boh, laissez, on va pas se battre pour si peu. Si Monsieur à des soucis, on peut pas lui reprocher.


Soft mais juste comme il faut pour indiquer que Meryl pensait avoir affaire à quelqu'un qui avait malheureusement du avoir une maman qui avait abusé du Jet ou pris trop de radiations et pas assez de Radaway. Triste mais commun de nos jours. Mais autant en profiter pour redémarrer la conversation.


- Par contre, cette "Enclave"... Je suis passée par Washington avant d'arriver ici et, maintenant qu'on en parle, un groupe avec le même nom s'était déjà fait connaître dans la région avant que la Confrérie de l'Acier ne les massacre il y a 10 ans. Ils sont combien comme ça à se prétendre "le nouveau gouvernement des États-Unis" ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Lun 22 Mai - 21:22
Y a des gens qu'on deux flingues... En soit les gens se disent : " c'est cool deux flingues ! deux fois plus d'efficacité !" Mais, quand on y pense, qui utile un flingue de manière offensif... Les armes de poings c'est le dernier recours, quand t'as plus de munitions ou que ton arme principal est enraillé. Ouais un flingue, c'est le dernier recours, la preuve, moi j'ai presque jamais utilisé mon H&K, de temps en temps quand je suis dans une mauvaise passe je l'utilise mais rien de bien fou... Pourquoi je parle de ça moi déjà ? Ah oui... Parce que j'aimerais bien avoir deux flingues maintenant. Une pour tirer dans le genou du soldat et un dans le ventre de la serveuse...
Bon ! Laissons derrière nous les pulsions meurtrières et voyons un peu ce qu'il se passe ! La serveuse fait la lèche botte envers le soldat en m'expliquant que si Pinky commençait à me défoncer.... Oui je sais c'est marrant, un soldat qui me défonce, on aura tout entendu... Bref si elle commençait à me défoncer elle n'interviendrait pas et nanani et nanana, je vais pas non plus trop lui reprocher d'être pour les gens qui la "protège". Ca aurait pus s'arrêter là, mais il a fallu que pinky ramène sa poire du genre : "Nan mais arrêtez peut être qu'il a des soucis dans sa vie..." J'ai une gueule à avoir des sou.... J'ai rien dis. En plus elle décide de me snober... Ma question est si compliqué que ça ou au gouvernement ils ont décidé de vous rendre un peu teubé ?

Par contre elle a beau en avoir rien à carré de ma question, l'enclave ça l'intéresse. Souvent curiausité et enclave de colle pas si tu veux pas finir une balle dans la tête, mais là, après tout on est dans un petit bar qu'est ce qui pourrait nous arriver de grave à par moi ?
Combien de gogole reste t-il en ces terres ? Ah ! Elle est naïve ! Il se sont fait massacrer et maintenant ils vont dire combien ils sont ? Si ils le font c'est qu'il sont au moins aussi bête que pinky... Je suis méchant...

"Leur nombre est assez incertain... J'en ai rencontré quelques un sur ma route" je les ai tué " et il en arrive de plus en plus à ce que je sache."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mar 23 Mai - 14:23
Je décide de passer derrière le comptoir, je m'avance dans la salle là ou se trouve les deux autres personnes et je récupère un balais dans un placard se situant contre le mur du fond et je commence à nettoyer le sol de la taverne. Amenant le peu de poussière et de terre en direction de la porte, le tout en écoutant la conversation entre la tireuse d'élite de l'armée de Nouvelle-France et l'étrangé provenant des terres désolées. Le sujet du jour ? L'enclave... ça faisait longtemps que le sujet n'avais pas alimenté les conversation de la taverne.

Je termine d'éliminer la poussière de mon lieu de travail et je m'appuie sur le balais pour regarder les deux protagoniste devant moi. -" Je ne pense pas que l'enclave soit des mauvais bougre. Au fond ils ont juste une vision des choses différente de la majorité des nations de Louisiane. Après je ne parle que de l'enclave au nord d'ici, je n'ai pas fais de voyage en dehors du coin donc je ne vais rien dire sur l'enclave d'ailleurs. Vous voulez savoir ? La nation que j'évite le plus c'est la Confrérie de l'Acier ! Parait que cela il tire sur tout ce qui bouge... " Je termine en posant le balais contre le mur et je tend le journal de Décembre au deux personnes sur le comptoirs.

Je viens ensuite m'installer à côté de Méryl sur un des tabourets. " Regardez ! c'est écrit noir sur blanc ! Fusillade au coeur de la Nouvelle France ! Ils viennent jusque dans nos murs pour nous tirer dessus. Heureusement quand les a viré pronto de la ville... mais pour être franche on devrait les virer aussi de Louisiane. " Concluais-je en demandant a Gary un café qu'il me sert en plus de s'en prendre un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 24 Mai - 2:34
Pseudoraider persistait dans son idée. Meryl était maintenant persuadée qu'il prenait simplement la confiance et cherchait la bagarre de bar. Il pourrait attendre longtemps ; Meryl n'était pas assez stupide pour tomber dans un tel panneau. La serveuse pouvait craindre un duel si elle voulait ou même supporter Meryl, mais la violence ne serait pas une option aujourd'hui.
La serveuse opta finalement pour se désengager partiellement de la conversation en allant chercher un balai et en faisant mine de se contenter de dépoussiérer le sol, mais elle écoutait encore. Oh oui.

Pseudoraider continua à parler de l'Enclave et de son développement croissant de façon assez pessimiste, mais la serveuse avait une autre vision des choses. Selon elle, l'Enclave était presque plus incomprise qu'autre chose et voyait "juste" les choses différemment. Mouais... Les Raiders, l'Institut et tout le monde voyait les choses différemment et on voyait le résultat par endroits. Bon, la Confrérie avait visiblement aussi son mauvais rap dans le coin, mais pas pour les mêmes raisons. C'était carrément dans le journal, cela dit : même Piper Wright n'avait pas poussé le vice jusque là. En même temps, la PDG/rédacteur en chef/journaliste vedette/éditrice de Publick Occurences avait de quoi écrire des bottins entiers sur la gestion calamiteuse de Diamond City et l'Institut... Cette histoire de canapé qui était pendant longtemps la seule chose qui bouchait un trou dans le mur de la ville avait fait couler de l'encre à l'époque.



- Je suis pas convaincue. La Confrérie est pas prise de tête tant qu'on ne leur prendre pas le chou et qu'on a rien qui les intéresse. A savoir tout ce qui est plus technologique qu'un grille-pain. Ceux du Commonwealth sont plus agressifs vu que leur Ancien à une gaule pour le génocide de tout ce qui est pas humain, mais ils ont toujours été réglo avec la population lambda. On est sûrs qu'ils ont pas été provoqués ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Ven 26 Mai - 16:28
L'enclave, pas des mauvais bougres ? Ha ! C'est drôle la naïveté des gens de la NF ils sont prêts à tout pour avoir le moindre truc qu'ils connaissent pas ! Il vaut mieux pas te balader dans les terres désolées avec une arme nouvelle génération que l'enclave n'a pas encore sinon tu vas finir avec leur espèce d'hélico aux trousses. Bon certes, l'enclave fait pas que des mauvais trucs, niveau technologie ils s'améliore de jour en jour, je pense quand même que s'autoproclamer "nouveau gouvernement des USA" c'est un peu prétentieux de leur part...
La serveuse finit par arriver au cas de la confrérie de l'acier, une sacré bande d'enfoiré ! Putain d'enfoiré en armure assisté qui tire sur le moindre clampin qui se balade seul et croyez moi, c'est dur de buter se genre de mec... Leur armure et résistante comme de l'obsidienne. Je l'ai juste eu parce qu'il avait plus de balles... bref eux t'en qu'a faire mérite de disparaitre de ses terres. Je savais pas qu'ils étaient venus jusque dans la ville pour essayer de nous buter... 'fin de les buter. Pourquoi ils essayent à tout pris de nous tuer ? Ils se prennent pour les purificateurs des terres ou quoi ?

L'enclave est plus agressive au nord à ce que nous dit pinky, mais c'est vrai ça ? Pourquoi ils sont ultraviolent ? Alors qu'ils ont  un président soit disant sympa alors que la nouvelle france, elle, à un dictateur pas capable de s'occuper de sa propre ville convenablement et ne pensant qu'à sa poire ? Bon après je sais pas la réponse donc je préfère m'abstenir et laisser la serveuse le faire... Si elle sait. En attendant, moi, je vais siroter mon café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Ven 26 Mai - 20:46
Je regarde tout à tour Finn et Méryl, je ne souhaite pas d'avantage continuer à parlementer sur le sujet. Quand à savoir si la confrérie fut ou non emmerdée pour passer à l'attaque dans la basse-ville, la question est ardu. Je n'étais pas personnellement présente lors de l'assaut et je n'ai comme renseignement que ce que le journal me donne. Néanmoins, la jeune franc-tireuse doit avoir plus de renseignement qu'une pauvre serveuse comme moi. Même si elle est de l'armée non de la police, ils doivent bien communiquer entre eux.

-"Hum... je ne sais pas. Bon, je vous sers quelques chose ? Un café, une bière, ou plus fort, n'hésitez pas je vous rappelle que vous êtes dans un bar et que j'en suis la serveuse. " Dis-je en lançant un sourire à chacun des deux clients du moment. Il y a peu de client pour un soir de semaine, il faut croire que les gens sont occupé.

Je tousse histoire de marquer une coupure puis je reprend en regardant Meryl. " Par contre, je fais aussi du tir de précision. Du moins pour la chasse principalement, si vous avez des conseils à me donner pour effectuer un meilleurs tirs je suis toute ouïe. "Dis-je en baillant un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 01/05/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Lun 5 Juin - 4:54
Pseudoraider semblait avoir compris que cette fois-ci, il ne provoquerait pas le combat tant espéré au sein du bar. Battu par le fait que personne ne voulait se mettre sur la tronche cette fois-ci, il opta pour calmement bouder devant son kawa sans rien dire de plus.
La serveuse, de son côté, admit brièvement que sans avoir toute l'histoire, il était dur de portrayer la Confrérie comme le grand méchant absolu dans cette histoire. Dans tous les cas, Meryl avait désormais la preuve que cet endroit n'était pas épargné par toutes les frictions et autres peccadilles qui accompagnaient les différentes cohabitations entre factions rivales.

La serveuse opta pour laisser la conversation là où elle était et continuer à faire son job.



- Le Nuka-Cherry fera l'affaire pour le moment, merci bien.


Reprenant une gorgée de soda, Meryl tiqua sur la suite de la conversation. La serveuse voulait aussi s'initier au tir de précision ? A l'entendre, elle chassait plus qu'autre chose, mais elle voulait améliorer ses compétences. Étrange qu'une simple serveuses joue les Vassili Zaitsev à ses moments perdus... Bon, s'initier n'était pas forcément le bon terme, mais elle voulait s'améliorer. Intéressant. Cela dit, Meryl allait la former à l'école des Gunners si elle acceptait son entraînement. Pas de grands discours ou de blabla théorique. Les faits, purs et durs. Sans les coups de matraque électrique sur le cul à chaque tir raté, cela dit. Mais si cette demoiselle voulait apprendre à devenir un vrai sniper comme on en fait plus, elle avait trouvé un mentor tout à fait acceptable.


- Y a une différence majeure entre juste tenir un flingue et faire du tir de précision. N'importe qui peut mettre un chargeur dans des bouteilles de soda dans sa cour, mais juste des conseils ne changeront rien pour mettre une balle dans une cible qui gigote à 1500 mètres. Si vous voulez vraiment progresser de ce côté-ci, il n'y a que de la pratique sur le terrain et sur des vraies cibles qui pourra améliorer les choses. Cela dit, on peut se caler une "session" d'entraînement quand vous voulez.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn Mer 5 Juil - 23:19
Après le refus des deux personnes de reprendre de la consommation, je décide de tout simplement nettoyer les verres et les placer dans le vaisselier derrière moi. Je prend ensuite un torchon imbibé de savon et je commencer à nettoyer le bar en sifflotant. Gary lui s'étire et commence à bailler, il se dirige vers le fond de la pièce pour mettre les chaises sur les tables.

- " Bon messieurs dame... On va fermer dans dix petites minutes." Dit-il en regardant l'horloge, il se dirige vers la porte ensuite pour mettre la pancarte "fermé" et ainsi être certain de ne pas avoir de nouveau client. Personnellement, je remplis un seau d'eau chaude pour passer une serpillière pour tout à l'heure. Tendis que je choppe le balais je regarde Meryl pour lui répondre vis-à-vis de son invitation.

- "Pour être franche... je n'ai que très peu de temps libre. Comme vous pouvez le constater le travail au bar me prend pas mal de temps et d'énergie. " Je prend une pause pour plonger le balais dans le seau et commencer à nettoyer le sol se trouvant derrière le comptoir. Du regard, je suis Finn, il est entrain de quitter le bar sans un mot pas même un au revoir. Quelques secondes après avoir passé la porte d'entré j'entend un grand fracas suivie d'un "Aie". Je ne vais pas voir de quoi il s'agit... ça doit être l'homme qui c'est vautré.

-" Putain... particulier le type quand même. " Je soupire avant de reprendre avec Meryl. " on peu se revoir courant avril, je pense que j'aurai plus de temps libre. Si vous voulez me revoir vous savez ou me trouver. "Concluais-je en commencer à passer la serpillière dans la salle tendis Gary fais les comptes de la journée. Je regarde ensuite Meryl quitter le bar, je lui fais un signe de main avant de lui dire au revoir.

Une bonne journée de travail qui se termine... j'espère vraiment ne pas me tuer à la tâche pour rien. Véritablement.. je préfère mes escapades de la résistance au travail au bar... Même si se dernier est dangereux il est plus plus palpitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn
Revenir en haut Aller en bas

Petites histoires du Lounge Valentine108 [Privée]Colleen et Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petites histoires de... Brocéliande
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» Les petites histoires d'Altair
» Petites histoires de métamorphes
» Il faut pleins de petites histoires pour former la grande.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - La Nouvelle Orléans :: Zone contestée :: Cité de Louisiane-