La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Major, oui, Major !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Major, oui, Major ! Mar 4 Avr - 0:35
Base militaire de l'enclave - Fin février 2291

Un Q.G., trois cantines, sept baraquements de métal,  Onze miradors, cinquante kilomètres de barbelé et trois cents unités d'infanterie... Voici un bref topo du camp d'entrainement de la compagnie Baker de l'armée de l'enclave. C'est ici que je vais être affectée le temps de mon examen pour passer officier. Ma mission est simple, faire de douze jeune de tout horizon des soldats efficace et redoutable. Des guerriers, fait pour obéir et tuer au nom de l'enclave. Je me présente alors avec mon costume vert olive, mes gants noirs et mon chapeau "d'instructeur" devant le baraquement 7. Dedans, se trouve vingt jeunes entre 14 et 16 ans, ils sont jeunes mais il vaut mieux être à l'armée qu'à la rue. Je pousse alors la porte du baraquement en croisant les bras derrière mon dos. Je suis suivie par deux officiers supérieur qui seront présent pour me juger.

- Bonjour tas de merde ! Je suis la Major Instructeur Kim ! Je veux que vous commencez toutes vos putains de phrase par Major et que vous les terminer par Major ! Est-ce que c'est bien claire tas de merde ? Dis-je alors en gueulant pour tout de suite mettre les recrues dans le bain. Les recrues se prête bien à l'initiation puisqu'elle réponde en coeur d'un " Major, oui, Major !". Je soupire et en observant de haut les recrues.

- "Dieu m'a doté de bonnes oreilles mais pas assez pour écouter des tas de merdes il faut croire ! Les mouches font plus de bruit que vous, alors je vous le redemande est-ce-que c'est bien claire ! " La réponse ne se fait pas attendre et les jeunes recrues cries plus fort " Major, Oui, Major !!".

Je reprend alors sans laisser de temps aux recrues. " écoutez moi, bande de raclure de chiotte ! Vous êtes la section 12 de la glorieuse armée de l'enclave des états-unis ! Sous mon commandement, vous deviendrez des champions ! Des êtres capable de tuer n'importe qui et cela au nom de notre patrie ! Des anges de la mort ayant soif de combat ! Mais à l'heure actuel vous n'êtes rien d'autre que de la merde. Pas de la bouse haut de gamme qu'on étale dans les champs ! Non, vous êtes de la fiente de mouche ! Bande d'enfoiré, vous êtes tellement insignifiant que vous êtes moins intéressant qu'un putain de grain de sable dans le désert du Texas !"  

Je prend une pause pour commencer à marcher entre les dix jeunes qui se trouve droit comme des I devant leurs lits. Je ne les regardes mêmes pas pour le moment, inspirant sans doute la crainte parmi les recrues. "Mon but ce n'est pas de me faire aimer par vous ! J'en ai rien à faire de vos gueules, je n'ai qu'un seul objectif c'est de faire de vous des vrais hommes et femmes. Vous pourrez me détester mais un jour vous me remercierez croyezle ou non ! Cependant ! Pas de racisme ou de sexisme dans ma section ! Je n'ai rien contre les chintok, négro, chicanos ou peau rouge ! Je m'en contre fou que vous sucez de la bite ou lécher du minou ! Vous n'aurez de toute façon pas le temps pour ça ! Mon rôle, c'est aussi de renvoyer chez leurs mères toute les couilles molles ou les ongles cassés ! Je vous le dis ceci n'ont rien à faire dans la section 12 de la glorieuse armée de l'enclave !Est-ce c'est claire !"

J'obtient alors une réponse un "Major, oui, Major" ce à quoi je répond : " Mon cul ! Les mouches qui voles font plus de bruit !" "Majour, oui, Major !! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 4 Avr - 11:36
Une semaine maintenant que Xiang faisait officiellement partie de l’enclave, un pays dont il ne connaissait rien et pourtant, dont il était soit disant un membre de par sa naissance. Les révélations s’étaient enchaînées au cours de la semaine et en quelques jours, la vie du garçon avait basculé… Alors comme ça il avait une famille, une vraie ! Une famille qui l’avait abandonné à la naissance come une vieille chaussette et qui, sous l’impulsion "bienveillante" de sa grande sœur (du moins celle qui disait l’être) le reprenait maintenant sous leur aile. Xiang avait du mal à y croire… C’était si bien programmé, si bien calculé pour tomber pile au moment où il était en âge de servir dans l’armée que ça semblait trop pour être une simple coïncidence. D’aucun diraient qu’il était mauvaise langue, et têtu aussi car effectivement, son soi disant père lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, surtout quand il voyait les photos de lui à l’époque… Mais ce n’est pas ça un père.

Pour Xiang, génétique ou pas, ces gens n’étaient pas sa famille, tout au plus ses géniteurs qui l’avaient laissé tomber dès le premier jour avant de revenir vers lui quand ils eurent besoin de sang frais. Il était bouleversé, tiraillé entre l’envie de se donner une chance avec eux et la rancœur de se dire qu’ils en avaient trop fait (ou plutôt pas assez) pour mériter cette seconde chance. Mais de toute manière il n’aurait pas le temps de se poser la question car déjà venait l’heure d’aller à l’armée. Ca ne changeait de toute façon pas beaucoup le programme qu’il avait en tête à la sortie de la prison : l’enclave ou la NF, quelle différence ? A part peut-être le standing… Aujourd’hui donc pour son premier jour, Xiang avait reçu un uniforme flambant neuf avec son nom de famille marqué dessus, enfin celui de son géniteur : Kim. C’était comme ça qu’il devait s’appeler maintenant : Xiang Kim. Un nom qu’il n’avait jamais porté et qu’on lui avait imposé entre autres choses en arrivant ici.

En un mot comme en cent, Xiang n’était donc pas formidablement motivé dès le premier jour et fut certainement un des moins bruyants quand il s’agît de gueuler au garde-à-vous "Major oui major !" à celle qui prétendait être sa sœur. Ca aussi ça allait avoir le don de l’agacer : déjà qu’il se la coltinait H24, maintenant, ça allait continuer même dans l’armée ! Même là elle ne le laissera pas ruminer sa rancœur tranquille et viendrait le saouler. Soldat seconde classe Kim, paré major…. Même s’il avait à cet instant autant de motivation qu’une moule anémique…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 4 Avr - 16:17
Je me dirige vers une recrue, Ce n'est pas aléatoirement que je le fais mais en fonction des résultats des testes effectués plus tôt dans la mâtiné. La première personne que je vais voir est une jeune fille du nom de Sun Long. Elle est originaire du camp de réfugié asiatique au sud de la Louisiane. Ses parents ont décidé de venir immigrer au sein de l'enclave, les capacités intellectuel de ses parents ont permis à cette famille d'avoir les papiers plus rapidement. Il faut dire que comme toute bonne nation qui se respecte, la recherche des cerveaux est un point important voir majeur pour continuer le progrès. Mais, je m'égare en palabre inutile... ce qui m'intéresse chez Sun Long c'est les réponses qu'elle m'a données aux questions. Une maîtresse des chiffres, c'est intéressant une l'attribut "mathématicienne logique" pour un soldat, en général ça en fait de très bon tireur d'élite. Il leurs suffit de calculer le poids de la balle de l'imaginer dans un tableau en rentrant comme autre information, la distance, le temps... tout plein de truc qui m'échappe au premier abord. Je regarde alors la jeune fille et je prend un air sévère. Même si elle me fait la promesse d'être en quelque sorte une bonne soldate, elle n'aura rien à faire sur le champs de bataille si c'est une mauviette.

- " Toi ! Qui es-tu ? " Je demande alors que j'ai déjà la réponse. Mais, je préfère avoir les informations de la bouche du concerné.

-" Major, je suis le soldat seconde classe Sun Long, Major !" Dit-elle de façon un peu timide. S'en ai presque trop mignon... c'est tellement écœurant. Je reprend alors et en gueulant je lui répond cela.

- " Dorénavant, tu sera La mangue, compris soldat La Mangue ? " Dis-je en écoutant un " Major, oui Major" qui me fait déclencher un petit sourire avant de me diriger vers une autre personne.

La seconde recrue est un enfant bien d'ici. Lui... je ne me dirige pas forcément vers des cadors dans un domaine mais aussi vers ce qu'on appelle généralement un troufion de base ! Théodore Shelter, l'élément de la compagnie avec les résultats le plus faible... On ce demande avec les autres officiers si c'est un véritable con ou si c'est un branleur ! Je prend un regard hautain en le regardant... un petit roux au regard narquois et maigre.

- " Voici donc le fameux Théodore Shelter ! Tu es certain d'avoir ta place ici avec ta tronche d'handicapé mental ? Entre généraux nous avons surtout l'impression que tu devrais te faire interner chez les fous !   J'espère que tes parents on eu des enfants plus viable que toi, tu dois sans doute être le premier et tu te prend pour un chef d'oeuvre et bien sache que tes frères qui pensent surement que t'es le brouillon ont raisons hein ! Dorénavant tu sera le soldat " Poil de carotte". Dis-je en lui criant dessus sans lui laisser le temps de répondre, d’ailleurs, il se contente d'un "Major, oui, Major !".

Quoi qu'il en soit je me dirige vers le troisième élément, un mexicain du nom de Al De la Cruz... Cette fois, c'est sans un second élément positif dans la compagnie. Chef d'une grande équipe de football Américain. Des scores légèrement au dessus de la moyenne en math, anglais et espagnol. Des compétences plus que nécessaire de nos jours. Je suis donc devant cet élément prometteur et je croise les bras.

-" Présente toi, gamin ! " Dis-je en croisant les bras. Il ne perd pas de temps "Major, je suis Al De la Cruz, je suis né à Mexico au Mexique ! je suis venu en Louisiane avec ma famille et nous avons tout de suite rejoint l'enclave ! Je suis entrée à l'école de l'enclave et également dans l'équipe de football américain des étudiants, les crocodiles à deux tête, dont je suis devenu le capitaine. Voilà Major. "Je croise les bras et j'approuve d'un signe de tête. "Maintenant tu sera Bolivar Junior ! Le nouveau chef de section de la douzième ! Jusqu'à que je vous mourriez ou que je trouve mieux !

Je décroise les bras et je me dirige vers mon petit frère. Ses résultats sont pas excellent sauf sportivement. je soupire et je me dis qu'il ferait un excellent soldat dans les fusilier d'infanterie de l'arme de l'enclave. Ce n'est clairement pas une section d'élite mais au moins c'est un job comme un autre.

-" Donne moi ton nom soldat !" Dis-je en lui laissant le temps de répondre puis enfin, je répond du tac au tac.  " Mon cul ! maintenant tu sera le soldat "Demi-Citron" est-ce que c'est bien claire ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 4 Avr - 17:38
Xiang regarda sa "grande sœur" démonter une à une toutes les nouvelles recrues de sa section et ne put s’empêcher de soupirer intérieurement… Qu’est-ce que c’était cliché ! Mais visiblement efficace puisque la méthode n’avait semble-t-il pas changé en plus de 300 ans !
Dans le même temps cependant, il en profita pour mémoriser le nom de quelques uns de ses camarades de classe, et surtout Mr Latino, visiblement son supérieur direct désormais. A voir la manière dont il récitait son curriculum, ce gugusse ne devait certainement pas avoir son orgueil dans sa poche mais qu’importe… Xiang en avait déjà subit d’autres dans sa vie.

Deuxième soupir intérieur… Ca allait donc être ça sa vie maintenant : se faire gueuler dessus du soir au matin pour les mois, voire les années à venir… Et par sa propre sœur en plus ! Ca allait être gai… M’enfin en même temps elle avait 14 ans à martyriser son petit frère à rattraper, fallait qu’elle mette les bouchées doubles !

En tout cas, il fut surpris intérieurement de ne pas se faire "plus" engueuler que les autres. Xiang essaya donc d’encaisser les postillons de sa supérieur sans moufter et lui répondit.

- Major, Xiang Kim major. Recruté de force major.
Dit-il le plus naturellement du monde, sans la moindre once de défi dans la voix. Déjà parce que c’était une provocation bien suffisante qui allait déjà sans doute lui valoir le courroux de son supérieur (alors autant ne pas en rajouter) et ensuite parce que malgré tout, c’était un peu la réalité… Le deal de départ c’était ça ou la prison jusqu’à sa majorité et il s’était transformé en ça ou l’errance en solo dans la pampa… Donc s’il voulait voir éventuellement ses 15 ans, Xiang avait intérêt d’accepter. Pour autant, il voulu intérieurement se mettre une tarte, se disant qu’il allait malgré tout le regretter. Cependant comme pour se rattraper, il resta encore stoïque quand elle lui donna son nouveau surnom.
- Major oui major.
Répondit-il sans vraiment d’entrain mais avec une voix forte. Xiang était partit pour être taciturne : tout ce qu’on lui demanderait, il le ferait, mais il n’allait pas y mettre de la bonne volonté.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 4 Avr - 22:10
Je ne m'attendais pas à subir une telle trahison de la pars de mon propre sang. Ainsi, il préfère me renier, cracher sur son propre sang et m'attaquer sur mon propre territoire... Mon coeur manque un battement quand il dit ça, quand il sort ses mots horrible de cette bouche bâtarde. Je sers les poings, du moins discrètement. Pourtant, le jeune asiatique n'a pas de raison de se comporter comme ça, grâce à moi, il à un maison et une famille... Xiang va me le payer un jour, je lui en fais la promesse ! Je décide d'être autant plus impitoyable avec la section 12, je vais les dresser moi ses jeunes. Je décide de passer aux jeunes suivant. Je ne vais pas tous les voir. Certain ne sont pas intéressant, ils ne brillent pas et ils ne sont pas non plus fade, ils feront certainement de bon soldat, ou pas le temps nous le dira. Je me décale légèrement pour me rendre prêt de la porte.

- écoutez moi bien les loulous, vous avez cinq putain de minutes pour vous mettre en tenue de sport et de me rejoindre dans la cours. On va commencer par le positionnement de l'arme suivie de 15 kilomètres de course ! De quoi bien vous dérouillez les muscles atrophiés par toute ses années de tripotage et de valse des pouces, surtout pour certain !Sur ses mots, je me dirige donc vers la fameuse cours d'entrainement avec les officiers supérieur.Dans la cours, je commence à parler avec eux.

- "Vous en pensez quoi de ses jeunes ?" Je demande ça comme pour avoir des informations supplémentaires ou des avis sur les dites personnes. Le premier dit alors ses mots.

- Ils ont l'air sympathique... ils ont tous une personnalité bien distincte. Y'en à deux ou trois qui ne me semble pas à leurs places. Notamment Poil de carotte et demi citron.

- En parlant de ça... Demi Citron fut recruté de force ? Vous pouvez m'expliquer cette histoire Major Kim ? Surenchérit le second en croisant les bras. " Vous savez que forcer quelqu'un à s’enrôler c'est interdit et que vous pouvez passer au tribunal de guerre pour ça ?"Termine t'il... je me doutais que ça pouvait me poser des problèmes mais je ne pensais pas que ça le ferait avec une telle ampleur.

-" Non, monsieur, c'est un mal entendu... Le soldat demi citron m'a clairement stipulé son envie de s'engager. La pique qu'il m'a adressé m'était personnellement destinée... Une histoire bien étrange." Dis-je en déclinant la tête sur le côté. Nous arrêtons de parler dès que les recrues arrive dans la cours pour parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mer 5 Avr - 0:47
Malgré toute sa retenue, Xiang ne put empêcher de laisser naître un léger sourire narquois sur son visage en voyant qu’il échappait un châtiment… Du moins pour le moment, car s’il avait bien appris une chose à propos de Kim au cours de la courte semaine qu’il avait passée en sa compagnie, c’était quelle n’oubliait pas une offense et qu’elle rendait au centuple… D’ailleurs l’annonce du marathon de quinze bornes sonna un peu comme une vengeance à ses oreilles et cela fit grimacer Xiang.
Faire le con et être puni étaient une chose, mais faire punir sa section en était une autre. Ici, elle n’avait pas annoncé clairement que c’était une punition mais il y avait des chances pour que c’en soit une, un genre de mise en garde en somme…
Mais peut-être sans le savoir (peut-être ! Elle était tellement vicieuse…) elle avait trouvé le bon moyen de mettre Xiang au pas. Qu’il se fasse punir de manière individuelle ne le gênait pas plus que ça, mais faire punir ses camarades dans le même temps était une chose que sa seule empathie l’empêchait d’accepter… Sans parler du fait qu’il n’avait pas besoin d’être très futé pour comprendre qu’il allait vite se retrouver au banc s’il continuait à moufter. Sans donc faire plus de vagues, le bien nommé demi-citron commença à se dessaper pour se préparer à leur petit footing matinal.
Avec la rigueur toute militaire qui était attendue de lui, le jeune garçon alla se mettre en rang, bien aligné avec ses compères dans al cours, attendant les instructions de son major…


De son côté, le major en question réussit à répondre de manière satisfaisante à ses deux supérieurs, mais celui plus inquisiteur poussa tout de même son investigation.
- Oui, nous savons que vous l’avez prit sous vôtre aile ce gamin, ce qu’on, comprend moins c’est pourquoi vous lui avez donné votre nom. D’une manière ou d’une autre si vous avez un problème avec lui, il y a deux écoles : soit vous essayez de le résoudre en tant que Kim Soo-Youn, soit vous le résolvez en tant que Major Kim. A vous de voir mais il faudra s’en occuper au plus vite. Un différent personnel, même petit, peut pourrir l’ambiance d’une section.
A l’autre ensuite d’enchaîner en relisant des notes.
- Quand à Poil de carotte, on vous le dit quand même pour que vous soyez au courant, mais c’est l’arrière petit fils du président Garfield, d’où son air hautain et assuré. Ce qu’il sait pas en revanche c’est que son père nous a demandé explicitement de ne lui réserver aucun traitement de faveur. Va falloir le mater et lui faire comprendre que son origine n’a aucune importance dans l’armée. Que vous soyez sévère ou pas, tant que vous êtes juste, vous n’aurez aucun ennui ne vous inquiétez pas. Et même si ça venait à en arriver là, vous savez comme nous que le président n’est pas du genre à autoriser les membres de sa famille à abuser de leur statut. Traitez le donc comme n’importe qui d’autre, mais aillez tout de même ça en tête, pour ne pas être prise au dépourvu.
Ils se regardèrent donc ensuite et échangèrent un sourire avant de passer à l’évaluation proprement dite de Kim.
- Bon, sinon pour cette première rencontre… C’est très cliché je dois dire ! Et rude, surtout avec des jeunes. Je lèverai un peu le pied si j’étais vous mais pas trop, maintenant que vous avez commencé avec ce rôle, il faut le tenir, même si c’était peut-être pas l’idéal.
- Je serais moins catégorique que le capitaine Silver même si je partage son ressentit. Ce genre d’introduction n’est peut-être pas la meilleure avec les jeunes, d’autant que c’est pas des adultes que vous avez là ! 15 kilomètres d’entrée vous allez leur faire rendre gorge, attendez-vous y. Mais au moins vous leur avez fait comprendre qu’ils sont dans l’armée, plus à l’école. Comme dit Machiavel : un souverain efficace doit être aimé et craint à la fois, mais à défaut, il vaut mieux être seulement craint que seulement aimé. Malgré tout, avec des gosses de cet âge, gardez en tête, vous allez devoir vous comporter un peu comme un professeur également, pas une nounou attention, mais un prof… Prendre les enfants, ce n’était pas le plus facile pour commencer, vos avez le goût du challenge. Mais en dehors de ces quelques points, vous avez notre soutien. Le reste est positif, vous avez instauré une relation d’autorité et c’est bien, il faut la tenir et essayer d’instaurer aussi une relation de confiance petit à petit.
Les deux s’interrompirent alors qu’ils arrivaient vers la cour, attendant visiblement de voir si Kim avait des questions avant d’aller s’occuper de ses mioches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mer 5 Avr - 9:51
Dans la chambre, toute les recrues s'habit de leur équipement sportif. Il ne diffère pas beaucoup de l'équipement standard. En vérité, c'est plus une histoire de tissue qu'autre chose et quoi qu'il en soit, tout les candidats, qu'ils soit riche ou pauvre porte le même équipement. C'est sans doute, la seule armée de toute la Louisiane qui ne fait aucune différence sur l'échelle social. On ne peu pas non graisser la patte d'un officier pour monter en grade et encore moins payer pour des traitements de faveur. Incorruptible est le fer de l'enclave. Très peu de personne parle pendant qu'ils se changent. Les plus pudique le font rapidement et ils sont loin de se douter que la douche, tout comme les chambres sont collectifs et mixtes. Ainsi, ils doivent oublier l'unité de leur personne pour le groupe.

Poil de carotte, le haut combien sous estimé par les testes de l'armée ne manque pas d'ouvrir en grand sa gueule ! D'ailleurs, c'est le seul qui brise le silence dans les chambres. Il parle si fort qu'il et possible à l'autre bout du camp on écoute le son de sa voix.

- " Je suis fort ! Je suis beau ! Je suis riche ! Qu'es que je peu faire si la vie est douce pour moi ? Figurez vous que c'est ce pourquoi je me suis inscrit à l'armée. Je me suis dis que j'aurai plus de chance de tuer du monstre et des pillards et que vue d'où je viens j'aurai quelque passe droit ! " Clame alors Poil de carotte en bombant son torse nue, Une vision pas très agréable pour les autres puisqu'il ne montre qu'une paire d'os pas bien plus impressionnant qu'un rad marmotte.

Alors que Poil de carotte met alors le débardeur requis et qu'il sort en même temps que Xiang et d'autre recrue, ils ne sont pas les premiers mais loin d'être les derniers, une des recrues lui répond. Une jeune femme d'un blond presque polaire que le Major Kim à nommée " "Iceberg"... Enfin son nom complet c'est Tronche d'iceberg.

- "Tu ferai un très bon soldat Poil de carotte ! Tu es tellement maigre que tu peu slalomer entre les balles et si jamais ça chauffe trop tu peu te glisser sous une plaque d’égout ! " La boutade ne manque pas de faire rire La Mangue, Bolivar Junior et sa créatrice Iceberg. Cependant, le fameux poil de carotte ne fait que rouspéter dans sa barbe.

- "Au moins, Avec Demi Citron on à un avantage par rapport à vous, je suis le petit fils du président et lui le petite frère de la Major ! Vous sentez pas venir le truc les pigeons ! Hein que c'est vrai mon pote demi citron ! "
Dit-il en tapotant l'épaule de Xiang de façon insistante. Xiang aura le temps de répondre à Poil de carotte, cependant, il est temps de faire un peu de silence puis que je vais parler.

- " Bon, vous pouvez remercier Bouboule, notre champion de la lenteur ! Avec une minute de retard quand même. Pour le féliciter vous allez me faire une série de dix pompes ! Allez mettez bien le nez dans la poussière ! " Dis-je en regardant de façon sévère le fameux bouboule, un jeune garçon qui est un peu gras du bide. Pendant que les recrues font des pompes, je regarde les deux officiers supérieur.

- "N'oubliez pas que j'ai reçu mon instruction de la part du sergent Lee, Qui n'a guère de différence avec ma façon de faire. La fameuse sergent Lee qu'on n'a décorée pas plus tard qu'avant hier ! Ne vous en faite pas, je m'occupe personnellement du soldat demi citron !" Concluais-je en ouvrant une grande malle. Dedans, vingt M16 standard sans munitions.- "Que chacun vienne récupérer son arme, nous allons commencer à apprendre le positionnement ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Jeu 6 Avr - 0:31
Xiang fut d’abord surpris en entendant poil de carotte commencer à se mater dans le miroir en se vantant d’une manière caricaturale de ses attributs prétendus. Xiang leva alors les yeux au ciel avec un sourire avant de s’intéresser de nouveau à ses lacets de chaussure. D’ailleurs, la vantardise de ce garçon était tellement ridicule que Xiang aussi se joint aux ricanements moqueurs des autres quand iceberg lui envoya une pique. Les groupes allaient se former dès le premier jour et Xiang ne comptait pas passer à l’as… D’autant qu’en plus c’était vraiment amusant !

En revanche, là où Xiang perdit son sourire, ce fut quand il parla de lui par rapport à son lien de parenté avec leur major. Quand il lui tapota l’épaule, la réaction de Xiang ne se fit pas attendre. Il attrapa sa main d’un coup sec et s’adressa à lui d’un ton froid comme la glace.

- Premièrement, je ne sais pas où t’as vu que j’étais ton pote, deuxio si tu mentionne encore une seule fois mon lien de parenté avec le major ou un quelconque piston imaginaire pour ma part, je te casse le nez. C’est clair ça ?
Asséna-t-il avant de lui relâcher la main et de franchir la porte de sortie. En chemin pour aller se mettre en rang, il asséna de nouveau une réplique cinglante.
- En plus, si tu crois vraiment qu’être pistonné va faire une différence ici, surtout avec elle, c’est que t’es encore plus con que t’en as l’air. Tu vas en chier, autant que nous tous.
Conclût Xiang avant de se mettre en rang, au garde à vous comme les autres. Xiang grimaça face à la punition collective de Kim mais il ne broncha pas. Il posa ses mains à terre et effectua les dix pompes sans beaucoup d’efforts… Au moins un avantage d’avoir cassé des cailloux pendant 5 mois : il s’était musclé. 5 mois d’ailleurs… Ca paraissait si long sur le coup, comme si chaque jour durait une année, et maintenant c’était déjà si loin… Au moins une chose pour laquelle il n’avait jamais remercié Kim se dit-il dans un coin de la tête.

De leur côté, les officiers se regardèrent entre eux et froncèrent les sourcils avant de revenir vers Kim.

- Ne le prenez pas trop sur ce ton là Major Kim, nous avons chacun 20 ans d’entraînement de recrues derrière nous, je pense qu’on peut estimer s’y connaitre un peu.
- De plus, même si le sergent Lee est une personne formidable dont nous n’allons pas remettre les méthodes en cause, gardez à l’esprit qu’elle n’a pas affaire au même public. Il y a une raison au fait que Lee n’a jamais prit de gosses, à quelques rares exceptions de gamins très prometteurs… Faites juste attention à ne pas les dégoûter, c’est tout.
Une fois ces choses dites, il laissa Kim s’en retourner à l’instruction au tir pour laquelle tous les gosses (y compris Xiang) se mirent en rang.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Dim 9 Avr - 14:09
Je regarde les recrues une à une, j'apprécie leurs applications dans la tâche, cependant, ils ne sont qu'au début de leurs calvaires. Je passe entre les rangs pour donner à chacun des jeunes un M16 vide. Puis je me place devant eux avec cette même arme.

- " écoutez moi bien ! Vous avez entre les mains un fusil d'assaut de type m16 ! Un bébé purement américain de 3.42kg pour 986 mm. Je veux que vous donnez un nom à cette arme, que vous l'a nettoyé comme si c'était votre propre marmot ! Que vous apprenez à connaître votre enfant. Nous allons maintenant apprendre comment bien porter votre bébé."

Je positionne alors l'arme sur mon épaule droite, j'observe alors les recrues et je reprend ceux qui ne positionne pas bien leurs armes. Je fais pareille pour chaque mouvement que doit apprendre tout bon soldat. L’exercice ne dure pas plus de trente minutes. Chaque mouvement permet aussi aux recrues de s'échauffer pour la seconde épreuves.

" Vous avez 2 minutes pour ranger votre bébé dans vos affaires. Ensuite Vous revenez et on passe à la course. Sachez qu'on va faire le tour du camp et que si au moment ou on repasse devant le baraquement il manque une personne on refait un tour. je compte sur vous pour ne laisser personne derrière. " Tendis que les recrues se dirige pour poser leurs armes "Bolivar Junior" prend la parole.

- " Vous allez appeler comment votre petit ? Je pense lui donner le nom de Betty " Dit-il en faisant mine de câliner son arme. Poil de carotte rigole doucement et répond à son tour. " Je ne pense pas lui donner un nom" tout en poussant la porte de la chambre et La mangue répond également tout en essayant d'avoir l'avis de Xiang " Pareille et toi Demi citron ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Dim 9 Avr - 21:02
Xiang baissa ses yeux sur l'arme que présenta Kim aux recrues et fit une grimasse en voyant que c'était le fusil avec lequel son expérience au tir avait commencé de manière désastreuse. Sans broncher, il prit le fusil comme les autres et suivit l'exemple aussi bien que possible,.
Après une bonne demi-heure d'exercice, les gamins commençaient déjà à manier le fusil d'une manière convenable, mais si c'était juste l'amuse bouche... Xiang savait que ça allait se corser au moment de tirer pour de vrai, mais au moins il avait l'avantage de savoir à quoi s'attendre contrairement aux autres. Retenant bien ces manœuvres, le garçon se promit de bien s'en rappeler quand il s'agirait d'aller au stand.

Puis vînt le temps d'aller déposer les armes. Xiang suivit les autres et posa le fusil tout en souriant aux discussions des autres. Un peu surpris (mais agréablement) quand on lui demanda comme il allait nommer son arme, Xiang se retourna et haussa les épaules avec un sourire.

- Franchement,je trouve ça débile. Bout de métal peut-être... D'autant que d'après ce que j'ai entendu dire, d'ici un an on se sera tous débarrassés de ça pour un fusil perso qui nous convient mieux. Moi ce sera un plus court, celui là est presque aussi haut que moi !
Dit Xiang en ricanant. C'était effectivement unes des choses qu'il se souvenait avoir entendu de la part de certains autres militaires. Visiblement un beau fusil perso était l'équivalent d'un beau bijou dans l'armée. Xiang ignorait s'il allait en arriver là mais par anticipation, il n'allait pas s'emmerder à nommer son fusil... Déjà qu'il n'était pas là pour 100% de son plein gré...

Xiang rejoint ensuite le rang pour démarrer la course avec les autres. Il allait se positionner en queue de peloton, une chose qu'il n'allait pas laisser faire était justement que d'autres laissent tomber.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Lun 10 Avr - 22:44
- " Bout de métal ? Voyons les mecs ne parlez pas si fort devant Betty vous allez la brusquer !" Dit alors Bolivar Junior alors que tout le monde se mets à rire. Le groupe va alors ranger leurs fusils respectif et ils se rendent sur le pas de course ensemble. Je décide de me mettre à courir et de maintenir une bonne allure. Certains décide de se la jouer et de me dépasser. Je souri en les voyants faire et je sais très bien que ça va leurs jouer des tours très rapidement.

- " Je tiens à rappeler a tout le groupe qu'il nous reste encore de nombreux kilomètre à parcourir. " Je reprend donc la course. Nous passons sur un petit chemin qui s'engouffre en forêt. A part des radcerfs il y'a rien d'autre dans cette forêt. C'est justement pour cela qu'on l'utilise pour l'entrainement des recrues. Le chemin passe ensuite par une petite rivière qu'il faut traverser, l'eau arrive jusqu'au niveau de la taille des plus petits. Ensuite, le groupe se dirige vers une colline, la pente fait souffrir pas mal de recrue.

- "J'en peu plus !" Crie La mangue qui n'est pas tellement une sportive. Elle traîne de la patte et manque plusieurs fois de trébucher. Poil de carotte aide déjà Iceberg qui c'est supposément foulée la cheville sur une pierre glissante. Bolivar Junior vient me voir pour essayer de ménager le groupe. Cependant, ils doivent prendre l'habitude du parcours car ils vont le faire souvent. Après une dizaine de minutes je m'arrête devant donc leurs habitations..

" Allez prendre une douche dans trois quart d'heure on entame le nettoyage du fusil. " Concluais-je avant de me rendre dans mon bureau pour prendre également une douche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 11 Avr - 23:18
Après avoir déposé sans ménagement ni attention particulière ce bout de métal qui devait lui servir de fusil, Xiang se dirigea vers la piste de course en faisant déjà quelques petits échauffements… Malgré son jeune âge, Xiang savait bien que personne n’était à l’abri d’un claquage.
Puis le calvaire commença… Un sacré long marathon qui mit les muscles de Xiang à rude épreuve et malgré qu’il soit habitué à l’exercice physique, l’épreuve fut éprouvante pour lui. Mais ce ne fut rien comparé aux autres qui semblaient véritablement au bout de leur vie, notamment la Mangue qui semblait aux bords de l’épuisement. Fidèle à son credo, Xiang ne la laissa pas tomber te ralentit un peu le rythme pour se mettre à sa hauteur et l’aider à avancer.

- Allez, accroche-toi ! On y est presque là !
Lui dit-il d’un air rassurant. En vrai, il n’en savait strictement rien, mais elle avait besoin de l’entendre. Il l’aida aussi à avancer si c’était nécessaire. Comme tous les autres, ils ne put retenir un soupir de soulagement en voyant les baraquements se profiler et l’annonce d’une douche fut le coup de grâce pour lui.
Lessivé, Xiang suivit tous les autres et balança sa tenue de sport dans un bac à linge sale avant de se précipiter sous la douche en attrapant un savon au passage.

- Ah la salope… On commence fort !
Dit Xiang en commençant à se rincer tout en haussant les sourcils en voyant qu’apparemment, la douche était mixte… Même en taule ce n’était pas le cas ! Bizarre…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Jeu 13 Avr - 22:40
Toute les recrues se dirigent dans la chambre puis dans les douches attenante. Plusieurs personnes s'étonne que ses derniers soit mixte cependant, personne n'a le courage de s'en plaindre. Bolivar Junior à l'habitude de voir les personnes du sexe opposé en tenue d’Ève et il file sous la douche à gauche de Xiang et commence à se laver sans se préoccuper des autres. Ce n'est pas le cas tout les autres candidats. La Mangue qui se trouve à droite de Xiang est plus gênée. Elle fait d'ailleurs dos à Xiang qui peut au pire des cas observer ses petites fesses humides. Carotte lui se trouve en face de La Mangue et commence à allumer l'eau de sa douche tout en observant les autres et enfin, Iceberg, à gauche de Carotte et en face de Xiang, bien que gênée elle ne fait dos à personne et se frotte la poitrine avec le savon.

Carotte dit alors " Arrêtez putain ! C'est qu'une douche ! " Il n'obtient pas de réponse immédiatement, cependant La Mangue après au moins une vingtaine de seconde se décide à envoyer son gant sur se dernier. " ça se voie que ce n'est pas toi qu'on regarde avec un air lubrique." En disant cela elle se tourne un instant vers Xiang. Iceberg rigole légèrement et tout en continuant de se nettoyer prend la parole. " Je suis d'accord avec Carotte ! On devrait s'habituer après tout on est une équipe maintenant..." Elle n'est pas très confiante en disant cela cependant elle rejoint la position de Carotte. La Mangue pose sa main sur l'épaule de Xiang. " Demi citron et moi nous ne somme pas à l'aise ! Hein demi citron?"

Bolivar lui n'intervient pas dans la conversation, il sort de la douche et prend une serviette pour se sécher. Il passe la serviette autour de sa taille et observe une autre équipe avant de se concentrer sur la sienne. " Après on fait un petit démontage nettoyage et remontage de notre enfant. Je vous attend dans la chambre, pas de truc cochon !" Conclut-il en s'en allant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Ven 14 Avr - 10:58
Positionné juste à côté de la Mangue, Xiang dut avouer que c'était difficile de ne pas tourner les yeux mais de manière générale, il réussit à s'y tenir et c'est précisément pour cette raison qu'il s'offusqua et devînt très vite tout rouge quand cette dernière l'accusa de la mater.
- Quoi ? Mais heu pas du tout ! Je regardes ailleurs ! Enfin pas tout de suite mais...
Mais sa pitoyable défense ne fit que provoquer l'hilarité générale avant que Xiang ne s'en retourne à sa douche en maugréant. Quand la mangue mit sa main sur on épaule et parla d'être à l'aise Xiang rougit de plus belle et répondit.
- Ouais... Pas très à l'aise, c'est ça ouais...
Dit-il tout en se bougeant vers le mur pour cacher une partie intime de son anatomie qui avait elle aussi envie de se mettre au garde à vous. Xiang essaya de finir la douche comme si de rien n'était et s'empressa de se rhabiller pour aller ver son lit et son fusil. Il regarda Bolivar junior et sourit alors en prenant l'arme sur ses genoux.
- J'ai aucune idée de comment fonctionne ce truc !
Dit-il en riant quelque peu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Sam 15 Avr - 21:36
Petit à petit, les recrues sortent des douches pour aller dans la cour du camp. Le soleil est encore haut dans le ciel et de manière générale, c'est une bonne journée de printemps. Bolivar Junior s'installe sur une caisse en bois avec son arme en main. L'instructeur, un sous-officier se présente devant les recrues pour les aider dans cet exercice. - " Ne t'en fais pas demi citron ! Nous allons nous faire aider. " .

Le rouquin s'installe en tailleur sur une bâche vert kakis au sol. Il prend son fusil en main et commence à suivre les instructions et explication du sous-officier pour démonter intelligemment le m16. Carotte observe Xiang et une question lui taraude les lèvres. -"J'ai une question à te poser..." . Il s'arrête pour observer les deux filles s'approcher et s'installer avec leurs armes. Après ses quelques seconde d’interruption il reprend.

-" Dis moi, quel genre de relation tu as avec ta soeurette ! Ouais on est un peu en droit de se poser la question. On doit savoir si tu t'entend bien le major pour savoir si on va galérer ou non. Pour savoir si elle est du genre à nous soutenir ou à nous abandonner en plein champ de bataille. " Il s'arrête et les deux filles du groupes semblent surprit par la question et en même temps intéressé par la réponse de Xiang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Lun 17 Avr - 1:08
A la réponse de Bolivar Junior, la réaction de Demi-citron fut immédiate :
- J’espère bien ! Sinon on est pas dans la merde vu mes dernières performances avec ce truc !
Dit-il en rigolant en repensant à la fois où Kim lui avait demandé de s’entraîner au tir sur cibles sur le chemin du retour du pénitencier.

En revanche, la question de poil de carotte lui fit tout d’abord froncer les sourcils et s’il fut tenté de lui dire d’aller se faire voir et que c’était-pas-ses-oignions, il se ravisa en voyant que sa réponse intéressait deux des trois membres restants de son escouade… Il soupira donc et leur répondit tout en prenant en main son M6 et en l’inspectant.

- J’en sais foutrement rien… Je la connais que depuis une semaine.
Devant l’incompréhension des autres, il précisa le fond de sa pensée.
- J’ai jamais eu de famille, j’ai grandit dans la rue en vivant de menus larcins jusqu’à me faire choper et condamner à 3 mois de travaux forcés. Elle est venue me recruter au bagne de Louisiane il y une semaine, en disant qu’elle était ma sœur. Je sais même pas si c’est vrai et honnêtement, même si c’est le cas, qu’est-ce que ça change ? J’ai pas rattrapé 14 ans de vie en une semaine, à peine on était à l’enclave qu’elle m’a fait signer des papiers d’engagement, j’ai du passer en tout et pour tout 24 heures en sa compagnie dans toute ma vie. Donc désolé de te décevoir mais je vais pas pouvoir te renseigner sur ce coup-là.
Xiang épaula son arme et commença à se diriger vers la cour avec les autres tout en complétant.
- Moi je pense même qu’on a aucun lien de parenté, qu’elle m’a juste dit ça pour m’intriguer et me faire m’engager dans l’armée de l’enclave. Ça me dérange pas hein, ça ou la NF, j’allais dans l’armée après ma peine de toute façon… Mais je ne sais tien d’elle, elle sait rien de moi et franchement, j’ai rien envie de savoir d’elle. J’ai pas envie de connaître une famille qui m’a abandonné dans une poubelle le jour même de ma naissance, quand bien même elle en soit.
Répondit Xiang catégorique avant de rejoindre le rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mer 19 Avr - 0:16
Les recrues désassemblent chacune des pièces du M16 afin de passer un chiffon et de nettoyer chaque morceau d'engrenage, chaque visse, chaque tube... Un exercice qui prend du temps mais que chaque recrue doit savoir faire impérativement. Avant et après chaque séance de tir pour être efficace à tout moment. Connaître son arme à la perfection c'est pouvoir travailler de façon optimum surtout en période de conflit. Carotte écoute attentivement Xiang et il semble rigoler tout bas. Iceberg remarque cela en n'appréciant pas trop le comportement de se dernier.

-"Qu'es qui t'arrive Carotte ?" Demande t'elle d'un ton froid ce qui ne plait pas vraiment au jeune homme qui se sont clairement agressé. Il pose alors son fusil et se tourne vers Xiang pour clarifier sa penser.

-"Je pense que tu es un crétin Demi citron ! Tu en veux à tes parents ton abandon ok... mais à ta soeur... elle devait avoir quoi ? 5 putain d'années quand ils t'ont mis dans la poubelle ? Et je me rend compte que tu vas la mettre dans la merde en plombant sa vie à l'armée ici avec des réflexions du genre "On m'a engagé de force" devant ses supérieurs direct ! Alors que d'après ce que tu me dis là dès qu'elle t'a vue elle t'a direct considéré comme son petit frère !" Dit-il les poings serré et gueulant suffisamment fort pour que deux sections autour puisse entendre. Cela sidère pas mal de monde et la team de Xiang reste bouche bée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Jeu 20 Avr - 0:37
Xiang garda ses lèvres serrées et écouta ce que voulait lui dire poil de carotte sans l’interrompre. Un sourire narquois naquît sur son visage quand il vit à quel point il était en train de gueuler… Tout à fait le genre de la maison d’essayer d’attirer l’attention sur lui. Xiang n’allait pas se laisser faire mais contrairement à lui, il n’avait pas l’intention de prendre un porte-voix et de gueuler sa réponse.
- Bien sûr… Car je suppose que tu sais exactement tout de moi, ou de ma vie, ou de la manière dont ça s’est passé quand elle m’a emmené ? On va laisser le grand poil de carotte, bon à rien mais descendant de hauts gradés, donner des leçons à tout le monde.
Xiang sourit un peu et se redressa.
- Je me fous d’elle de la même manière qu’ils se sont foutus de moi, c’est pas ma famille. Je lui dois rien, ni à elle ni à son père. Mais je comprends que ça te froisse… D’après ce que je comprends, toit t’es rien sans ta famille n’est-ce pas ? Juste un petit trou-de-balle prétentieux qui n’a jamais rien fait de ses dix doigts. Dès que j’ai eu 8 ans, j’ai du bosser comme un con pour nourrir les plus petits que moi, toi pendant ce temps là tu glandais dans les jupes de ta mère je suppose ?
Mais malgré ses efforts, Xiang s’était énervé… Il s’était énervé pour une raison simple : c’était qu’il y avait du vrai dans ce qu’il disait… Beaucoup de vrai, même si Xiang refusait de l’admettre et se composait une posture de résistance. A aucun moment Xiang n’avait envisagé les choses telles qu’expliquées par ce petit con. C’est donc énervé mais plein de questions que Xiang se prépara à l’inspection, n’en revenant toujours pas de se faire mind-fuck par ce petit enfoiré !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Ven 21 Avr - 17:29
Les impressions de Carotte étaient bonnes, puisque criante de véracité. Cependant, Xiang lui en plus de ne pas mettre le doigt sur le passé de Carotte, il devient un tantinet vexant voir pire insultant. C'est donc en toute légitimité que se dernier se jette sur l'asiatique pour lui offrir une petite série de coup de poing au niveau du visage. Le premier à intervenir pour séparer les deux recrues c'est Bolivar Junior, cependant il est vite assisté de l'officier supérieur.

-" ça ne va pas ! Vous battre comme des chiffonnier devant tout le monde ? " Dit alors l'officier supérieur avant d'appeler du regard de garde du camp. " Le mitard jusqu'à demain matin sans manger ça va vous faire du bien croyez moi. " Les deux recrues n'eurent pas le temps de préparer une défense ou même d'accuser l'autre. De toute façon, à l'armée il y'a pas d'innocent que des coupables.

Ils se retrouve rapidement dans le mitard, un mot barbare pour signifier une cellule non conforme au standard habituel. C'est simple, il s'agit d'une pièce en béton situé dans le sous sol de la base. Une pièce constamment dans la pénombre, sans toilette, sans lit et froide comme la mort. L'inconfort de la cellule et mêlé aux odeurs de merde et de sang est horrible et généralement quand on y goûte une fois on n'a pas envie d'y retourner.

Demi Citron et Carotte se trouve dans la même pièce, ce qui les empêches de se taper dessus de nouveau c'est une chaîne qui les relient du mur à une de leurs jambes. Ils peuvent faire des mouvements mais il ne peuvent pas s'approcher à moins de deux mètres de l'autre. Une façon simple e dire "Parlez vous, de toute façon vous ne pouvez faire que ça jusqu'à demain".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Sam 22 Avr - 2:03
Xiang fut prit par surprise par l’attaque de poil de carotte. Il essaya de se défendre en fermant les poings sur son propre visage, mais il n’eut pas le temps de rendre les coups avant que le chef de section et Bolivar Junior ne les séparent. En revanche, Xiang s’insurgea quand on parla de mitard.
- Mais c’est dégueulasse ! C’est lui qui me saute dessus !
Mais leur officier supérieur ne voulant rien entendre, Xiang et Carotte furent emmenés à l’écart… Au mitard. Cette décision surpris Xiang qui s’attendait plutôt à se prendre de grands coups de bâton sur le cul… Surtout quand il vit la qualité du mitard en question en fait ! Pas sûr que même au bagne, ils en avaient des d’aussi mauvaise qualité… Et si on ajoutait à ça les chaînes le reliant au mur qu’on attacha à sa cheville, on avait le combo parfiat !
Clairement, cette pièce n’était pas là pour réformer mais pour punir et même Xiang qui avait pourtant des standards d’hygiène très réduits depuis son passage au bagne estimait déjà qu’il aurait besoin d’une nouvelle douche après avoir passé ne serait-ce qu’une heure dans cet endroit.

Condamné donc à passer le reste de la journée, et certainement aussi la nuit, avec cet individu qu’il n’appréciait pas spécialement, Xiang ne put s’empêcher de le narguer un peu.

- Alors ? Ca fait quoi de porter des chaînes pour la première fois ?
Malgré la faible luminosité, il n’eut pas de mal à discerner le regard noir qu’il devait probablement lui lancer. Xiang soupira puis croisa ses mains derrière sa tête.
- Bon, vu qu’on a un moment à passer tous les deux en tête à tête, et encore plus à passer ensemble après dans l’armée, pourquoi on profiterait pas de cet instant tranquillité pour régler nos comptes une bonne fois pour toutes et passer à autre chose après. Qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Sam 22 Avr - 19:27
Le rouquin semble tenter en vain de briser la chaîne. Il n'a pas vraiment envie d'écouter Demi citron, il aimerait plutôt lui casser la gueule et sortir d'ici. En voyant qu'il gaspille c'est force il s'assoie dépité sur le sol froid et gluant de la pièce et finalement, il observe en soupirant. Il répond à ta phrase avec dédain et colère.

- "Ce n'est pas une fierté de les porter.. toi tu as l'habitude, tu n'a pas d'honneur et visiblement pas de famille à qui faire honte. " Il soupire et te regarde exprimer la suite de tes pensés. Ce n'est pas bête de profiter du temps d'enfermement pour faire la paix.. ou du moins enterrer la hache de guerre. Carotte soupire une nouvelle fois et reprend la parole.

- "Je crois que tu ne m'a pas cerné. Je suis dans l'armée pour devenir un homme un vrai ! Je veux mettre un terme à l'enfance et connaître la vie autrement que comme je l'ai connu. Je veux en chier mais pour des bonnes raisons. Je me suis embrouillée avec ma famille volontairement pour qu'ils m'envoient à l'armée. Résultat je suis là... dans une quête pour devenir un autre et il y'a toi... toi qui ne cesse de fuir depuis toujours. Tu sais au fond pourquoi je ne t'aime pas ? Car vue comment tu es désinvolte j'ai peur de ne pas pouvoir compter sur toi si on est en pleine fusillade. De me prendre une balle dans le dos car tu n'auras pas fais ton travail. " Il s'arrête et te regarde en espérant voir une réaction de ta part ou une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Dim 23 Avr - 11:35
Le temps où poil de carotte tira comme un con sur sa chaîne pour essayer de continuer à le taper, Xiang ricana.
- Tu tes fatigues pour rien mec. Arrêtes ça t’es ridicule !
Dit-il avec un rire avant que poil de carotte ne finisse enfin par lui expliquer les raisons de sa présence dans l’armée. Xiang l’écouta très sérieusement, sans l’interrompre, et quand il eu fini il sourit, commençant à comprendre ce qui coinçait.
- Je crois dans ce cas que c’était forcé de clasher entre nous deux, on vient de deux univers tellement différents qu’on était destinés à se mépriser et se juger l’un l’autre. Toi tu représente tout ce que j’exècre : les riches qui n’ont jamais eu à travailler une seule fois de leur vie et leur arrogance, tandis que moi je suis un voleur, un ex-taulard, genre à tes yeux un parasite sans foi ni loi tout juste bon à rester dans la prison où j’étais.
Xiang laisserait alors à son interlocuteur le temps de répondre et d’exprimer sa pensée si jamais il se trouvait que Xiang avait mal interprété sa façon de voir les choses. Après cela il continuait.
- Mais on a tous les deux fait la même erreur débile : piégé dans ton arrogance, t’as estimé que ma désinvolture, mon attitude insoumise et rebelle serait ta perte et celle des autres éventuellement, que je me fous de tout et de tout le monde… Sauf que depuis que j’ai 8 ans, je m’occupe d’enfants plus petits que moi, je leur apporte de quoi se nourrir, se loger et s’habiller tous les jours. Je suis comme ça parce que pour moi ça commence pas à l’armée, j’ai toujours du lutter pour être en vie. T’as raison sur le fait que j’ai pas d’honneur, j’te le cacherais pas, l’honneur ne m’as jamais servit à quoi que ce soit, je viens d’un monde ou personne ne reste en vie très longtemps grâce à l’honneur… Mais j’ai quand même des principes : j’ai jamais tué qui que ce soit et quand j’ai été violent, c’était uniquement pour me défendre. De plus, je sais ce que c’est la survie, et ne serait-ce que par intérêt, je trahirais jamais personne, l’union fait la force et ça j’en suis conscient.
Xiang marqua un temps de pause, hésitant à mettre sa fierté de côté avant de finalement s’auto-convaincre de le faire.
- Quand à ma sœur, je crois que t’as raison. Je sais toujours pas si elle l’est, mais elle a l’air de vraiment me considérer comme son petit frère, mon attitude est ingrate. Mais si tu savais ce que j’ai vécu, ce que j’ai du traverser à cause du fait de n’avoir aucune famille, tu comprendrais qu’avoir du jour au lendemain quelqu’un qui arrive en me disant "coucou ! Je suis ta sœur en fait, bon mes parents t’ont abandonné à la naissance et pendant 14 ans mais hé, sans rancune hein !", c’est pas facile à avaler. D’autant que c’est peut-être que des conneries pour m’enrôler dans l’armée, ce serait pas la première fois qu’on me mentirait pour me manipuler.
Xiang s’arrêta, il pensait avoir dit tout ce qu’il avait à dire, aussi la ferma-t-il avant de désigner poil de carotte d’un signe de tête.
- A toi, qu’est-ce que tu penses que je te reproche ? Et qu’est-ce que t’as à dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 25 Avr - 0:26
Carotte observe Xiang et continue de faire la moue tant et si bien qu'il n'ouvre pas la bouche tout le long du monologue de se dernier. Finalement, quand il termine un long silence s'installe et Carotte le brise après cinq minutes pour chantonner. Un ensemble de "Mmm" qui forme une mélodie plutôt incohérente. Carotte ferme les yeux et repense à ses dernières années dans sa famille. Ce n'étais pas si simple de vivre dans la haute sphère de l'enclave. C'est sûr, c'est un autre jeu que celui des rues. Il ne faut pas s’attacher aux soit disant amis qui vienne à la maison... Non ils sont là pour l'a pour l'argent familiale ? Prendre la place politique de la famille de Carotte ? En bref... être le "fils de" c'est être seule parmi plein de monde.

Au début, le grand père de Carotte voulait que se dernier emprunte la voie des études. Afin d'être un futur bon président de remplacement. Cependant, la politique est une tâche ardu surtout quand le pouvoir en place n'étouffe pas les autres candidat au poste. En faite, la seule raison pour laquelle Carotte n'a pas poursuivie dans la branche politique c'est car son grand père est trop bon.

Il avait cependant plusieurs autres choix qui s'offrait à lui. Mais on lui fait souvent le même reproche. "Tu n'es qu'un fils de riche !" "Tu ne peu pas connaître, ce n'est pas ton monde. " " Les gens comme toi sont faignant et con..." En bref.. tout les stéréotype qu'on peut faire coller à un riche et finalement le Xiang devant lui est le parfait contraire de Carotte. Quel ironie, un pauvre ayant des préjugé sur un riche et un riche sur un pauvre. La vie est étrange des fois.

Carotte ne va pas dire un mot... Plus un mots pendants des heures et des heures. Il réfléchit, il fait que ça. Il n'en veux plus à Xiang. Après tout il est comme les autres, il est humain. Le lendemain matin, après une nuit fraîche les gardes les libères. Il pleut averse et ils doivent rejoindre les autres sur le champ autour du camp.

La Major Kim est présente et elle donne justement les informations de l’exercice d'aujourd'hui. Elle ne jette même pas un regard à son petit frère. Elle connaît la cause de son retard et ne préfère pas en rajouter plus que nécessaire.

- " Aujourd'hui, un exercice spécial. Vous allez vous camoufler dans la forêt, le champ ou le village de l'enclave. Nous avec l'équipe on va vous chercher avec des pistolets à bille en poche. Votre équipement sera constitué d'un talkie-walkie et d'un pistolet à bille également. Maintenant le but de cet exercise est très simple. Vous devez survivre deux jours. Si on vous touche vous êtes éliminé et vous nous touchez vous gagnez des points. c'est comprit ? Bon c'est partie !" Conclut Kim avant d'obtenir un Major, oui Major de la part des autres recrues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 205
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mar 25 Avr - 23:03
Encore coincé avec poil de carotte, Xiang attendit une réponse à sa question... En vain... Malgré qu'il ai semblé assez réceptif aux propos du jeune asiatique, il n'ouvrait plus du tout sa bouche maintenant. Xiang trouva ça dommage car il pensait avoir établit n contact intéressant avec ce dernier, mais il n'insista pas par peur de mettre de l'huile sur le feu.
Profitant donc du moment de paix qu'ils avaient, Xiang s'allongea par terre et essaya de dormir un peu. Passé les odeurs ignobles qui imbibaient cette cellule et la dureté du matériau, il réussit à fermer les yeux et à se reposer quelques heures, au moins jusqu'à ce qu'on vienne les chercher.

Pas mécontent de pouvoir être détaché de cette lourde chaîne, Xiang se laissa faire sans broncher et se rendit directement vers le terrain d'exercice où on lui avait dit d'aller, impatient à l'idée de se dégourdir un peu les jambes. En arrivant, il remarquant l’air volontairement détaché de sa sœur et ne voulu pas faire le malin… Sans aucun commentaire et en évitant soigneusement de croiser son regard, Xiang alla se mettre en rang avec les autres et écouta le briefing, somme toute assez simple pour une tâche qui s’annonçait pourtant des plus ardues… Eux seuls ? Contre toute une clique de militaires entraînés ? Difficile de s’imaginer en vainqueur face à une telle mission, mais peut-être était-ce pour tester leur sang-froid dans une situation extrême ? En tout cas Xiang avait une nouvelle motivation : faire en sorte de prouver à poil de carotte, aux autres et à Kim qu’ils avaient tort de le juger de manière aussi sommaire.
Sans avoir à poser aucune question, Xiang récupéra donc son pistolet à billes et rejoint son escouade comme si de rien n’était.

- Salut… Du coup… C’est quoi le plan Bolivar ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 101
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Major, oui, Major ! Mer 26 Avr - 23:13
Bolivar croise les bras et réfléchit quelques secondes tout en manipulant sa réplique de colt M1911. Puis après qu'il ai chargé l'arme il regarde sont escouade et les invites du regard à marcher en direction de la sortie du camp pour commencer l'exercice.

-" Les bois.. le champ ou la ville... trois choix et pourtant j'ai l'impression qu'il y'a un piège... Humm effectivement, l'objectif principal et de nous cacher. Hors, le bois n'est pas tellement naturelle, tout les arbres sont alignés sur une même ligne. Avant, le bois servait aux bûcherons de Louisiane et aux entreprises de meubles. Ce n'est donc pas facile de se cacher dans ce genre d'endroit. le champ... C'est drôle mais c'est presque une bonne idée si on oublis qu'à cette période la terre est nue et gelée... Dans ses deux endroits, on se ferait vite retrouver. La ville maintenant, un bon endroit pour jouer à cache cache... cependant tout les habitants sont des témoins potentiel. Nous devrions nous cacher en ville durant la nuit. Nous devons donc rester cacher toute la journée dans un endroit avant de rejoindre la ville et se tourner les pouces. " Conclut-il en regardant l'horizon cherchant une cachette le temps d'une journée. Cependant aucune zone ne lui vient en tête.

_ " Si je peu me permettre.. On devrait se séparer. Nous sommes un bloc compact de cinq personnes, c'est super dur de cacher un groupe alors qu'une personne... je propose qu'on se sépare et qu'on se retrouve à deux heures du matin rue Obama en ville. Euh Demi Citron ? Tu pourrais faire une micro équipe avec La Mangue ? Elle ne connaît pas bien le centre-ville. Si tu es perdu dis toi que c'est juste en face de la demeure des Kims" Dit-alors Iceberg en commençant à partir puisque chacun se sépare.

- " J'allais le dire... Citron, si ça ne te gêne pas qu'on reste ensemble. En plus, j'ai une idée de bonne petite cachette si tu ne crains pas les odeurs. Remarque vue la nuit que tu as passé ça doit être le cadet de tes soucies. Bon si moi. En plus, on pourra mieux apprendre à nous connaître. " Dit la mangue en marchant plutôt rapidement en direction de sa cachette. Au bout d'une dizaine de mètre Carotte dit alors aux groupes.

-" Bonne chance mes amis, si vous vous faite choper vous aurez droit à la douche froide ! " Conclut-il avant de disparaître derrière un bosquet. La Mangue lui sourit et après quelque mètre de marche prêt de la grande route, elle s'arrête et se dirige en contrebas de cette dernière pour s'enfoncer dans un passage très petit qui sert de passage aux animaux comme lièvre, renard etc... ça empêche qu'ils traversent la route. Elle s'approche d'une porte de compteur électrique fermé par un cadenas et commence à essayer de l'ouvrir avec une épingle à cheveux.

- " tu as souvent était à la rue ? Enfin je connais la réponse, tu serais crocheter le cadenas ? Dedans il y a un compteur électrique.. a l'abris des regards. Il sert normalement à la gestion des lampadaires qui éclairai avant la route; " Demande t'elle tout en regardant citron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Major, oui, Major !
Revenir en haut Aller en bas

Major, oui, Major !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Premier arrivé dans la Major !
» Major Revolver Ocelot - 03 OCE 80 06
» mon état-major gondorien(fabrication maison)
» [Echange] Etat major d'Arnor et Maggot contre???
» Marche de Dol Amroth vers la capitale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - Les terres désolées :: The Enclave :: Base militaire-