La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Dim 4 Déc - 0:47
27 Novembre

Après avoir passé une semaine dans l’hôpital de l’Enclave, John quitta les terres des Enclavés pour trouver une vie banale et de chasseur de raider et de Chevalier de la Confrérie. Une fois sortit de là, Red était totalement rétablit, prêt à tout niquer encore une fois ! Armé de ses deux revolvers, son chapeau légèrement penché en avant, cachant doucement ses yeux.  Les températures étaient correctes, c’est sûr quand la Louisiane est pas loin du Texas, il fait généralement chaud. Mais John avait vagabonder jusqu’aux ruines de la Nouvelles-Orléans, ah ! Mais vous savez pas pourquoi le cow-boy cherche à se rendre aux ruines ? Il cherche une escouade plutôt spéciale de la Confrérie, l’ex raider du cercle avait entendu parler d’une Escouade de Chevalier, dont deux en Armures assistés et de quatre autres bien armés, opérant dans les Ruines pour récupérer ce qu’ils leurs faut, avant de s’enfoncer véritablement dans les ruines, le renégat passa par un petit bar miteux, dont il connaissait l’existence,  c’était le bar avec la rencontre de Liam Marwen, On avait conter à Johnny la véritable identité de la gamine ayant battu le Cow Boy. Au final elle s’en tirait bien car, Red ne pouvait pas se permettre de la tuer. Son contrat empêcher de tuer quiconque à part des Raiders et des membres de la Confrérie. John franchisa les portes du Bar et tourna rapidement la tête vers la Bar-woman, et s’approcha du comptoir, il posa de force une vingtaine de capsule et demande un Whisky

-Un Whisky.

Puis aussi-tôt dit aussi-tôt servit, il prit le verre et alla s’installer tranquillement sur une table au fond du bar, une fois assis, l’homme d’un âge doucement avancé, sirota son whisky tout en observant ce qu’il se passait dans le bar, une fois avoir bu entièrement son whisky il posa son verre sur la table, posa ses pieds dessus et baissa un peu plus son chapeau pour faire une sieste avant d’aller traquer cette fameuse escouade..

Inventaire:
 

Etat :
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Dim 11 Déc - 21:51
J'étais en mission dans le coin, une mission de recherche et de traque du renégat Julius Haber. J'étais un peu plus tôt avec ma collègue Chloé Wesker ! Mais je me suis séparée d'elle quelques temps pour diviser nos recherches et ainsi couvrir une plus grande zone. Je décide alors d'entrer dans un des bars miteux du coin afin de questionner les gens de façon discrète et essayer d'avoir des renseignements. Dans le bar il y avait très peu de monde. La tenancière un cow boy et un vieux entrain de dégueuler dans un seau. Je m'approche alors de la tenancière et je commande un verre d'eau.

-" Bonjour, j'aimerai un verre d'eau... Hum j'ai une question pour vous. Vous avez vue des hommes en armures récemment ? Du genre une armure spécial ? " Dis je alors sans me soucier des autres membre du bar. Elle me tend un verre d'eau et s'appuie sur le comptoir prêt de moi.

-" Un non... plutôt deux, les fameux chevalier de la confrérie de l'acier. Mais si vous voulez mon avis il vaut mieux ne pas s'approcher d'eux. Une bande de raclure qui se croient tout permis. " Dit alors la femme en crachant dans un verre pour le nettoyer. Je trouve ça assez crade alors je laisse mon verre d'eau de côté et je lui répond en gardant un ton neutre.

-" La confrérie hein... Dans quelle zone se trouve-t'il histoire que je n'aille pas malencontreusement dans cette direction ?" Je demande alors dans l'idée de peut-être faire une visite sanglante, histoire de tester mes armes contre ses enfoirés de l'acier. La femme me répond alors qu'il se trouve prêt de la place Roosevelt dans le quartier des finances d'avant guerre. Une grande place circulaire entouré par des immeubles gigantesques. Je remercie alors la femme et je lui donne quelques capsules pour le renseignement. Puis je me dirige vers le Cow-Boy histoire de lui poser des questions. Je tire la chaise en face de lui pour m'installer et je l'imite en posant mes jambes sur la table.

-" Hey Woody ! C'est pas l'heure de ronfler. "Dis-je alors doucement et avec un petit sourire en coin histoire de le réveiller doucement et de lui poser des questions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Dim 11 Déc - 23:37
[27 Novembre- devant un bar miteux dans les ruines Est]

Spoiler:
 

Spoiler:
 

                       J'ai enfin une nouvelle piste, apparemment un ancien Raiders notoire serait à l'intérieur de ce ... taudis ? Des nomades m'en ont fait une description et m'ont donné sa réputation : c'est un désavoué, c'est pas un des lieutenant de cet enfoiré de Lucifer mais bon, on a pas toujours ce que l'on veut...
                        Je regarde un dernière fois le chiffon où sa description est noté et reste perplexe, sérieusement ? Ce type porte une tenue de cow-boy ? Au moins ce clown sera simple à repérer. Je suis devant la porte, sur le point d'entrer, quand je suis soudains pris d'angoisse : c'est un Raider après tout, il peut très bien se laissait faire comme il pourrait coller une balle à lui ou à moi. Pas le temps au doute, j'ai un but et je compte bien l'accomplir. J'entre dans le bar et tout les regards coulissent vers moi, rien d'étonnant, c'est un réflexe humain : on veut si la personne qui rentre et une menace ou non, ils ne savent pas à quelle points ils ont peut-être raison. Le bar est comme à l'entrée : miteux, les murs sont décrépis, les meubles bancales, l'atmosphère empeste la fumée et la sueur et ne parlons pas du barman qui cachait à peine le canon à scié qui cibler dans ma direction, un endroit charmant...
Bon, faisons profil bas le temps que je le trouve, je salue le barman qui range à moitié son arme et je m'assoie sur la première chaise qui vient et commence à observer l'assemblée.
                       -qu'est c'tu veux ? Dit le barman
Je sursaute, merde ! Je suis tellement stressé que même ce gros lard me fait peur !
                       -Euh... Une bière me suffira.
Le barman grogne et m'amène la première bouteille qu'il trouve :
                       -'fera 5 caps'
                      -ouai, ouai, plus tard tu veux ?
Le barman gronde une seconde fois, un vrai cleps celui là, en tout cas il est pas prêt de voir son fric cet abruti et ça pour la simple raison que j'ai pas un rond et que je comptais pas lui en donnait. Bien, maintenant que j'ai à boire commençons à chercher l'autre cow-boy. Alors voyons voir... Nomade... Nomade... Goule... Nomade... Ahh bingo ! Abruti en tenue de cow-boy : un gars qui dors, tout ce qui a de plus banale faisant 1m80 à tout cassé, un visage tout à fait banale avec une barbe et une tenue de cow-boy ! Franchement, je m'y ferais jamais, on dirait qu'on la plonger dans l'ironie à la naissance celui là. Bon, quand faut y aller, faut y aller.
Il est à même pas 10 pas de moi, je m'approche, je le fais parler et... eeeeeet... J'en fait quoi ? Je le laisse au risque qu'il me pourchasse ? Non, je m'en débarrasserais, c'est un Raider ! Personne ne le regrettera !
Allez,10 pas, 9 pas, 8, 7, 6... Merde, c'est qui, Elle ? Une femme athlétique vient de rejoindre ma cible et le réveille, ça risque de compliquer la tâche. Après une légère observation, je remarque que c'est une ravissante asiatique à la beauté froide faisant presque la taille de son homologue, que fait une fille comme elle avec un Raider ? Elle à tout sauf l'allure d'une Raider. Alors comment se connaissent-ils ? Peut importe, elle ne fait que me ralentir mais change quand même la donne, 2 contre 1, il faut que je trouve une idée...
Tiens et si j'utilisais la foule à mon avantage ? Oui ! Y'a deux trois gros balourds dans la salle, suffit de choisir, genre... les quatre mecs Nomades là bas, ils se baladent avec des grands sacs à la portée de tous et sont déjà bien bourrés, cette diversion me permettra d'embarquer l'autre rigolo.
Je m'approche d'eux et il m'accueille gentiment, moi et ma bière, on discute un peu de nos vies, puis je lâche de but en blanc.
                         -Vous voyez les rigolos là bas? Dis-je en pointant discrètement du doigt mes deux cibles, ils se glorifie de leur petite personne en vous insultant copieusement, franchement j’appelle ça un manque de respect, vous allez laissez faire ça ?

Spoiler:
 

Étonnamment, ils gobent mon mensonge et ils se lèvent à l'unisson puis se dirige vers les deux antagonistes. Le ton monte rapidement et je regarde les réactions de chacun avec intensité la discussion, on arrive au point de non retour, ça y est tout le monde est tourné vers l'action, l'un des Nomades vient de cracher sur le cow-boy, le combat est inévitable. Je savoure l'instant, quand la bagarre deviendra générale, je n'aurais plus qu'a emporter l'autre et prendre mes clics et mes clacs et les affaires pourront commencer.
Je ne peut m’empêcher de murmurer avant de finir ma bière :
                          -Ça, c'est pour mon village, enfoiré...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mar 13 Déc - 20:35
Après que le cow-boy ait fermé les yeux, une petite agitation dans le bar semblait avoir lieu. Mais John semblait trop déterminé à faire une petite sieste, au moins trois minutes ! Et bah non ! Une voix féminine demanda à l’ex raider de se réveiller, l’homme d’un âge avancé lâcha un ronchonnement puis il releva un peu son chapeau pour voir son interlocutrice, une jeune femme, la vingtaine, un visage asiatique, un corps jaune et très athlétique. Une belle femme en somme, elle avait posé ses jambes comme ceux de John. Ce dernier eu un léger ricanement par rapport à cela, ensuite l’ancien père de famille se gratta les yeux pour mieux voir, entre-temps un homme faisant un bon mètre quatre-vingt, vêtu d’une tenue de mercenaire lambda, ils ont pas d’originalité ma parole. L’inconnu semblait mal regarder le cow-boy des terres désolées, Red l’avait vu, mais il retourna son regard vers la femme asiatique.

-J’suis réveillé, John Red enchanté, que puis-je pour vous ?..

Puis soudainement un groupe de trois, hommes plutôt bien musclés viennent emmerder les deux humains venant de discuter entre-eux. Un d’entre-eux, un bon deux mètres, chauve, un regard fou et monstrueux, entama la discutions en insultant dès d’entrer de jeu les deux êtres humains.

-Alors bande de fiottes, vous pensez vouloir mieux que nous ? Et toi le clown qui se prend pour un Cow-Boy, tu sait quoi, quand je t’aurais casser la gueule, j’irais m’occuper de ta mère haha ! Et toi la chintok, après que je me serais occupé de ton petit copain, tu viendra avec moi héhé !

John se leva très rapidement après les insultes du balourd, et il cogna son front avec le front du balourd. Ils se regardaient droit dans les yeux puis John insulta le grand chauve.

-Tu sais quoi ? Ta mère c’est déjà fait.. Puis soudainement il fut bousculé par le grand de deux mètres et l’ex raider reçu un crachat dans le visage, cela l’énerva très rapidement, il sortit son flingue très rapidement pour le frapper avec et directement après le tueur de chevalier pointa son revolver sur le front du gros.

-Hé gros tas de merde, je ne t’ai jamais parler auparavant, et je n’ai jamais parler sur toi, ni moi ni elle, alors tu va me dire qui est le connard qui à raconté des mensonges, sinon j’te colle une balle entre les deux yeux ? C’est clair ? Vers la fin de phrase une haine assez grande semblait s’entendre, le chauve et ses compères semblaient avoir prit peur d’un coup, l’homme chauve pointa du doigt, un homme avec un veston de mercenaire, celui que John avait vu un peu avant l’embrouille, le géant affirma que c’était lui qui avait raconter ses bobards

Réussite du jet de dès avec 4/34

-Je te jure que c’est ce type là ! Ils nous a dis que vous nous insultez ! Me tuer pas ! S-il vous plaît !

John passa entre les trois hommes pour avancer dangereusement vers l’homme à la tenue de mercenaire, d’un mouvement violent, le Cow Boy le prit par le col et le colla contre un mur brusquement qui était juste derrière lui.

-Pourquoi tu veux que je m’embrouille ?! Tu veux qu’on ce la donne ?!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mer 14 Déc - 0:00
Je viens juste de m'installer et de demander au cow boy de se réveiller qu'un autre homme entre dans le bar. Je ne fais pas trop attention à cette personne trop occupée à observer le réveil de l'ours et à attendre une réaction de sa part. La réaction ne se fait pas trop attendre et l'homme relève son chapeau pour m'observer. Il dit alors s'appeler John Red et me demande ce que je désire, cependant, je n'ai pas le temps de lui répondre que les problèmes arrivent. Un groupe de malabar s'approche et commence à nous chercher des noises. D'instinct je porte ma main prêt de mon pistolet, si ça vient à s'envenimer, je ne vais pas hésiter à faire feu. John tient tête rapidement au plus gros des hommes tendis qu'un plus fin s'approche de moi avec un couteau.

- " Alors comme ça tu nous prend pour des faibles, viens là petite chintok je vais te faire voir la puissance d'un vrai homme." Dit-il en s'approchant de moi doucement. Je l'observe de haut en bas et je rigole avant de m'approche de bloquer son coup de couteau grâce à une manœuvre militaire. Dans l'élan, je lui tord le poignet si brusquement qu'il se casse. Cette situation me mets en colère et je prend le mec par les cheveux avant de lui faire manger brutalement la table. Il tombe alors sur le dos visiblement K.O. John lui s'en sort pas mal avec le gros et au final les autres se calme très vite. L'effort de nos deux actions ont dû effrayer le reste du groupe.

-Hé gros tas de merde, je ne t’ai jamais parler auparavant, et je n’ai jamais parler sur toi, ni moi ni elle, alors tu va me dire qui est le connard qui à raconté des mensonges, sinon j’te colle une balle entre les deux yeux ? C’est clair ? Dit - alors John Red et il obtient une réponse de la part d'une des personne du groupe.

-Je te jure que c’est ce type là ! Ils nous a dis que vous nous insultez ! Me tuer pas ! S-il vous plaît ! Dit-il en se pissant littéralement dessus. John passa entre les trois hommes pour avancer dangereusement vers l’homme à la tenue de mercenaire, d’un mouvement violent, le Cow Boy le prit par le col et le colla contre un mur brusquement.

-"Pourquoi tu veux que je m’embrouille ?! Tu veux qu’on ce la donne ?!" Dit alors John, je m'approche visiblement en colère et je m'injecte un buffout "Houaaaarrg" car je commence à être en manque... ou c'est les nerfs qui me font trembler. Je n'aime pas risquer ma peau d'âne comme ça. J'écarte John et je choppe l'homme par le col avant de le projeter derrière le comptoir provoquant des dégâts aux bouteilles du tenancier. Ni une ni deux je passe par dessus se fameux comptoir. Je prend l'homme par le col et je commence à marteler son visage de nombreux coup de poing. Je ne m'arrête que quand le barman me menace avec un fusil. Je me lève alors et je recule vers John.

- " Sortez de mon bar ! Je ne veux pas de bagarre ici ! Sortez ou je tire !" Demande alors le barman en armant bien le chien de son fusil. Je regarde John et je prend alors mes affaires pour sortir du bar en même temps que le cow boy.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mer 14 Déc - 23:03
Le gars me saisi et commence à me poser un tas de questions. J'y crois pas ! Ils se sont débarrasser des quatre gars par une simple menace, une phrase et quatre types se mettent à supplier comme des petits enfants pour que l'autre me saisissent comme si j’étais fait de paille.
J'essaie de bredouiller une réponse malgré le fait qu'il n’arrête pas de me secouer dans tout les sens:
-Je...
C'est alors que je vis l'asiatique se planter une seringue, respirer un grand coup et se jeter sur moi.
Elle me saisi avec une poigne à faire pâlir un super mutant et elle me balança par dessus le comptoir et je retombe lourdement dans un grand fracas de bouteille cassé. La douleur qui s'élance de mon dos plus l'odeur d'alcool me font tourner la tête,j'essaie de me relever, étourdi par le vol effectué peut avant quand elle passe par dessus le comptoir et se jette sur moi.
Le premier coup de poing fusa, suivit d'un second et d'un troisième : les coups s’enchaînent et mon esprit se détache de la réalité, pendant que mon corps encaisse des coups destructeurs, mon esprit se crée une bulle loin de toute la douleur physique. Je revis certains de mes moments heureux de ma vie : une soirée en famille, mes premières explorations hors du village, l'arrivé du chien, mon premier baisé, les soirées entre amis... Tout ces souvenirs sont arrête par mon corps réagissant à un danger qu'il connaît bien, le cliquetis caractéristique d'un chien de fusil qu'on arme.
La fille a disparu mais j'entends le barman menacé quelqu'un :
-Sortez ou je tire !
Ses interjections sont coupées par le claquement d'une porte, je me relève tant bien que mal, j'ai l’œil gauche gonflés au point que je ne voie plus grand chose, du sang s'écoule de mes tempes et de mon sourcil gauche, mes lèvre sont coupées à de multiples endroits et j'ai des bleus qui se forment un peu partout. Je me traîne jusqu'au coin du comptoir quand le barman vient à la charge :
-T'as intérêt à me rembourser tout ce bordel toi !
-Tu crois que j'avais envie de finir encastrer dans tes bouteilles ?
Par un effort surhumain je claudique vers la sortie sous le regard interloqué du publique, à peine sortit que je vomis contre le mur, du sang bien sur.
Je lève la tête et je voit mes deux « agresseurs » à une cinquantaine de mètre en train de discuter joyeusement et comme si le karma ne trouvait pas déjà drôle mon état, la porte derrière moi claque encore, c'est cet abruti de barman qui doit revenir à la charge.
-J'vous dit que c'est pas à moi que vous devez réparation, retourne écouler tes bouteilles !
-On a pas besoin d'argent nous.
-On veut juste restaurer notre amour propre.
Voilà que les quatre nomades reviennent à la charge, j'ai pas que ça à faire mes cibles prennent le large, une fois débarrasser d'eux je les suivrait de loin en attendant une faille, alors j'aurais mes réponses et je pourrais reprendre ma route. Je me relève et sort mon Colt :
-Bon j'ai pas tout mon temps, qui passe en premier ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Jeu 15 Déc - 21:10
Pendant que John avait empoigné par le col l’étranger, la femme d’ethnie asiatique semblait s’être infligée quelque chose, le Cow-Boy resta concentrer sur son agresseur, puis brusquement, Red fut poussé par la femme, qui après envoya voler dans le décor l’inconnu, l’ex raider ne put s’empêcher d’émettre un léger ricanement en ayant vu le mercenaire être envoyé dans les bouteilles d’alcool de la barman.

-Putain de merde ! T’y va pas mollo toi !

Puis après cette phrase du mercenaire recruté fraîchement par l’Enclave,a le jeune chintok sauta par dessus le comptoir, puis soudainement, on ne voyait plus rien, l’homme était à terre, L’asiatique semblait s’être assise sur lui pour le marteler de coup de poing, des gouttelettes de sang gicla sur le mur, le bruit du contact entre la mâchoire de l’étranger et les poings durs comme l’acier de la fille, John avait les yeux écarquillés et la bouche grande ouverte, mon dieu, ont aurait dit une raider prendre du plaisir à tabasser ses victimes. Le spectable perdura pendant quelques minutes, jusqu’à ce que la Bar-woman en ait marre de voir les giclées de sang de l’homme, La jeune asiat’ sortit du comptoir, le fusil braqué sur elle, puis elle alla chercher ses affaires et ensuite, la même femme quitta le bar avant Red, ce dernier regarda encore le comptoir.

-Si je te vois encore une seule fois, je te promet, que je te laisserais pas encore cette chance.

Puis après ses dires, l’ex taulard sortit du bar avec la jeune femme.

Ils marchèrent ensemble puis John tenta de recommencer la conversation de base qu’il y avait

-Donc, que me voulez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Sam 17 Déc - 21:23
J'avance dans les ruines du quartier Est de la Nouvelle-Orléans. Je regarde un instant le chemin devant moi et les bâtiment en ruine qui nous surplombe et de l'autre se fameux John red. Un soit disant pillard des terres désolées vêtue comme un cow boy des premières expéditions américaine en territoire indien. Quand il me demande ce que je voulais je lui fais un sourire et je répond enfin d'un voix calme bien qu'un peu surexcitée à cause des pilules de buffout.

-" Je m'appelle... K.. Sarah, oui Sarah Lewis ! Je veux te demander si tu as vue un homme en armure un peu spécial ? Il doit se nommer Julius Haber. " Je m'arrête de parler et j'observe le chemin qui passe par les usines abandonnées. Je regarde alors les ruines de l'usine de Nuka-Cola. L'endroit ou je me suis battue avec mes frères d'armes contre le traître de Julius et son sbire étrange pour la première fois. J'ai un petit sourire narquois quand je me rappel la bagarre final que j'ai gagnée. Je me tourne vers le Cow Boy et je reconnais la route que nous empruntons. Nous nous dirigeons vers la place ou se trouve théoriquement les sbires de la CdA.

Je prend alors mon arme, mon fusil d'assaut chinois et je me cache derrière un rocher en prenant le Cow boy par le bras pour l'attirer à couvert. Je reprend mon souffle et je l'observe droit dans les yeux. -" Ecoute Woody, tu dois savoir qu'en te dirigeant par ici tu vas croiser une escouade de la confrérie de l'acier. Ils sont nombreux et ils ont tendances à tirer à vue. Nous ne devons pas nous présenter face à cette rue sauf si nous avons l'intention de mourir bêtement. Ai confiance en moi car je tiens cette information du barman du bar de tout à l'heure. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Sam 17 Déc - 23:26
Finalement ça n'avait pas été compliquer de ce débarrasser de ces quatre guignols, une fois mon arme sorti, ils ont levé leur mains en l'air dans un concert de protestations et sont rentrés dans le bar finir leurs verres. Bon, j'en était où déjà ?ah oui ! Poursuivre le clown et la Dame-de-fer... sympas comme surnom. Il continue leur petit chemin vers l'Est comme si de rien n'était, l'avantage c'est qu'autour d'eux les ruines sont nombreuses, je pourrait me cacher facilement. Le désavantage c'est qu'il pouvait se cacher aussi.

Je rentre discrètement dans un bâtiment, monte au première étage et les cherche du regard, ils sont à une centaine de pas et marche assez lentement. Sur ma droite les mur détruits et les plafonds affaissés me permettent de me déplacer discrètement sans me faire repérer. A première vu, ils se dirige vers cette usines de Nuka-Cola, cette place devant est problématique, de un ce lieu est connu pour être fréquenter par les Chevaliers de l'acier et de deux je vais devoir faire un long détour pour les suivre. En bas la Rouge et son compagnon continuent d'avancer tranquillement, ils vont au suicide ! Je vais pas laisser ma cible mourir parce qu'elle est tombé sur des boîtes de conserves avec des mini-guns. Je pique un sprint vers l'intersection et mes craintes se retrouvent fonder : six chevaliers font une patrouille plus loin, deux était en armure assisté et quatre les suivaient, eux n'était pas en armure mais il n'était pas en reste avec leur gilets par balles quasi-intégrale. L'éclat du soleil réfléchissant sur leurs inquiétante armes m’empêche d'identifié ces dernières. En tout cas c'est du lourd ! D'ailleurs j'ai comme une impression de déjà vu, un souvenir me reviens, un crépuscule de août, six ombres m'était passé à côté alors que je protéger une caravane. Pas de doute, c'est bien eux et ils sont encore plus terrifiants de jour.

Je me retourne,il ne faut pas que les deux autres tombent nez à nez avec ces gars ou je peut dire adieu à mes informations, mais c'est trop tard. Ils sont à couvert et Dame-de-fer sort son fusil d'assaut et commence à le recharger. Pas de doute,ils sont fous. En tout cas pas question qu'ils crèvent, si ils les attaques alors je vais devoir faire de même. Je sort mon vieux Rossi et regarde le nombre de balles qu'il reste dans le chargeur, d'une mine dépité : quatre balle plus un chargeur, comme quoi être un homme bon ne rempli pas la bourse. Je le réenclenche et me poste en sniper. Il me suffit juste d'attendre le bon moment ...

Spoiler:
 

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Lun 19 Déc - 0:27
En attendant la réponse de la jeune femme, Woody, surnom qu’il aimait bien, regardait les ruines de la Nouvelle Orléans, un vrai champ de bataille, un miracle de s’enfoncer dedans et de s’en sortir vivant. Ça fut le cas avec John contre la mercenaire dans la bibliothèque, et le hasard voulu que l’ex -raider passa devant cette même bibliothèque, les Goules mortes étaient toujours présente sur l’entrée à moitié bouché. Le temps s’arrêtait autour de Red, il revit la scène du combat.. Encore cette humiliation présente dans le cœur de l’ancien raider, l’humiliation d’avoir laissé une chance à une gosse pour au final s’en prendre plein la gueule, mais malgré son contrat de l’Enclave l’empêchant de tuer, avec Liam, John fera une petite exception pour elle, juste une toute petite.. Puis il tourna la tête de gauche à droite brusquement ! C’était pas le moment de penser aux mauvaises idées l’empêchant d’y voir clair correctement ! Mais John c’était creuser la tête, s’y l’Enclave veux restaurer Les Etats-Unis, un pays avec des règles des lois, des états et tout le bordel qui va avec, les mercenaires ne seront pas autorisés ? Mais l’Asiatique sortit Red de ses pensés, en donnant son nom. Elle semblait hésitante sur son nom, par contre pour mentir elle était pas très forte, puis elle demanda si le Cow-Boy avait vu un homme en armure nommé Julius Haber.

-Sarah Lewis ? Voyons. Ça sent le mensonge à des kilomètres à l’heure. Donc soyez honnête avec moi, vous voulez un secret ? Je suis mercenaire pour une organisation, souhaitant ré-instaurer les états-unis. J’en dirais pas plus parce que je peux avoir des ennuis, et maintenant c’est quoi votre vrai nom, ça commence à m’énerver les pseudonymes à la con. Bon pour le Julius Haber.. ? Je ne vois pas qui c’est, enfin j’ai entendus des rumeurs dans le bar tout à l’heure d’un bouffon en Armure Assisté croyant faire le bien, ces pseudos-justiciers d’mes deux aussi commence à me faire chier, j’vais leur faire bouffer mes poings dans sa gueule de métal ! Vivement qu’on le bute lui !


Après avoir passé son petit coup de gueule, l’ancien Raider aperçu une usine de Nuka-Cola,un petit pillage ferait pas de mal puis Red fut attraper brusquement le bras par Sarah, du moins son faux nom, puis elle re-discuta avec John, mais cette fois pour le prévenir que une escouade de la Confrérie de l’Acier était pas loin de là, John ricana à en avoir mal au ventre, quel coïncidence ! Après avoir bien rit, il repris son sérieux et répondit à la jeune femme.

-Quel hasard putain ! C’est cette même escouade que je cherche ! Je vais me les faire !

John regarda au loin et vit les sbires ! Il sortit son revolvers et redonna un regard à l’asiatique.

-Pas de pitié pour la Confrérie de l’Acier..

Puis John s’approcha de l’usine en y allant de cachette en cachette jusqu’à apercevoir un chevalier en A.A de dos. Red sortit doucement de sa planque et visa le Réacteur Nucléaire, ce dernier était bien caché, de base et en plus l’homme en armure bougeait un peu qui rendait la chose difficile. John serra fort son arme et tira un balle en espérant que cette dernière touche sa cible..

JET DE DES RÉUSSIS 55/75

La balle toucha le réacteur nucléaire et au même moment que la balle perfora le réacteur, une explosion surgit !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Lun 19 Déc - 19:03
- "Sarah Lewis ? Voyons. Ça sent le mensonge à des kilomètres à l’heure. Donc soyez honnête avec moi, vous voulez un secret ? Je suis mercenaire pour une organisation, souhaitant ré-instaurer les états-unis. J’en dirais pas plus parce que je peux avoir des ennuis, et maintenant c’est quoi votre vrai nom, ça commence à m’énerver les pseudonymes à la con. Bon pour le Julius Haber.. ? Je ne vois pas qui c’est, enfin j’ai entendus des rumeurs dans le bar tout à l’heure d’un bouffon en Armure Assisté croyant faire le bien, ces pseudos-justiciers d’mes deux aussi commence à me faire chier, j’vais leur faire bouffer mes poings dans sa gueule de métal ! Vivement qu’on le bute lui ! "

Je n'en reviens pas... Je suis une menteuse pitoyable. Cette idée de nom secret pour couvrir notre véritable identité dans l'enclave est une belle connerie. Nous ne sommes personnes en dehors de l'enclave. De plus une organisation de restauration des états-unis il y'a une chance que ça soit chez moi... Je ne répond pas tout de suite au cow boy car je l'informe du danger de la route. Mais il s'en fiche et pire il fonce avec un vieux sourire de prédateur. Le même qu'on trouve dans les illustrations d'avant-guerre avec des dents pointues et tranchante.

-Quel hasard putain ! C’est cette même escouade que je cherche ! Je vais me les faire ! Pas de pitié pour la Confrérie de l’Acier..

Continue t-il... Le cow boy est un fou dangereux et je me mets à couvert pour ne pas essuyer les tires des gugusses de la confrérie. Je tourne mon regard sur Woody et je remarque qu'il fait un tir parfait dans le réacteur d'un de ses opposants. L'explosion fait un bruit énorme et le souffle me fait tomber par terre. Je rampe alors contre la carcasse d'une voiture. Je n'ai plus le choix je dois participer et au fond.. je crois que ça me plait... Anéantir une escouade de la confrérie me fait le plus grand plaisir. Je charge alors les munitions perforantes dans l'espoir d'abattre le dernier soldat de la confrérie en armure assistée. Je regarde le champ de bataille et je remarque que ma cible se trouve derrière une carcasse de voiture, il tient un minigun laser... Deux autres se trouve dans la carcasse d'un bus et deux autres restes encore caché. Ils commencent alors à tirer dans notre direction et je me cache à couvert, je décide de jeter une grenade à l'aveugle pour pouvoir répondre aux tires de la confrérie. Je tir une rafale une première fois et je loupe de peu le type en armure Assistée. Celui-ci me vise et commence à répondre à mon attaque, je me mets à couvert mais ce que je ne m'attend pas c'est que les tires traverse la portière et vienne me toucher à la jambe. Je crie de douleur et je me place sur le côté pour essayer de répondre à l'attaque. Je tire une seconde salve et je rate à nouveau ma cible... Il s'apprête à me tirer de nouveau dessus et j'esquive son tir de justesse... Je me décale alors et je tente d'aller vers un pilonne en béton pour me mettre à couvert. Je suis plus lente à cause de la blessure à la jambe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Lun 19 Déc - 23:47
Je cligne à plusieurs reprises des yeux pour calmer ma vue trouble, un sifflement aigu résonne dans mes oreilles. Je reste groggy, allongé sur le sol à laisser mon cerveau se souvenir de comment on en était arrivé là : l'escouade des Chevaliers qui approche, moi qui me prépare, le cow-boy qui tire et … Boum ? Je me relève avec quelques difficultés, je ne suis pas complètement remis du tabassage en règle d'il y a quelques minutes, franchement j'aurais dû rester dormir ce matin !
Je me met à genoux et me traîne jusqu'à ma couverture, je respire un grand coup et trouve enfin le courage de relever la tête : première « bonne » nouvelle, les deux autres sont vivants, deuxième bonne nouvelle, les Chevaliers ont perdu de l'effectif, des six guignols de base, il manquait un des hommes de l'escouade, un des soldats en armure assisté avait disparu, enfin pas vraiment disparu. En effet, de lui il ne reste que des morceaux de métal fumants répandu un peu partout et un cercle de suie la où il se situait en ces derniers instants. En tout cas en bas la guerre est totale : les fusil laser chauffe et les balles sifflent à travers la rue. Je saisi ma carabine et vide le reste de mon chargeur sur le chevaliers.

Tir léger : 51/41

Mes balles fusent sur la carlingue d'une voiture contre lequel ce sont cachés 2 soldats, qui réplique aussitôt dans ma direction.
-Ennemis à huit heures !
Ils tirent avec insistance sur ma planque, elle ne va pas tarder a être détruite.

Jet d'agilité : 6/6

J'arrive avec une roulade, à quitter ma position sans me prendre de balle, juste avant qu'il ne soit détruit. Je rampe vers un trou et me laisse tomber au rez de chaussé, je progresse en rampant vers une fenêtre et lève légèrement la tête pour apercevoir les deux soldats de tout à l'heure à dix mètres de moi à peine et ne m'ont toujours pas vu, une belle opportunité.

Jet de tir léger : 40/41

La première balle va se loger dans la partie sans protection au niveau du cou,le laissant mort, et la deuxième finit dans la protection à l'épaule du second type, il réplique en vidant son chargeur  de fusil laser sur la façade qui grincent sous l'assaut. Le crépis et la poussière me tombe dessus et je tousse en essayant de me débarrasser de la poussière dans les yeux, j'espère qu'ils progressent de leur côté parce que je sais pas combien de temps je vais tenir...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mar 20 Déc - 2:04
Un sourire moqueur apparut sur le visage du Cow-Boy, un sourire vantard, une balle, une explosion ! Laissant une fumée épaisse s’installer à l’endroit de l’explosion, les cris des Chevaliers de l’Acier commençaient à se faire entendre, quelques secondes après les balles fusa, John analysa un peu la zone, trois hommes de la Confrérie était devant John, un en Armure assisté derrière une carcasse de voiture, deux autres derrière un bus, par contre les deux dernier n’étaient pas à l’appelle, et Red ne pouvait point faire le fou au risque de se prendre une balle. Le tueur était caché derrière un pilier en béton, de quoi résister aux tirs de laser des Chevaliers, Red voyait la jeune femme lançait une grenade et tirer des rafles, mais ces mêmes rafales ainsi que la grenade semblait avoir eu personne, comment ne pas toucher quelqu’un avec une grenade ? Sérieusement ! Elle peut être forte physiquement mais pour viser, c’est une autre affaire hein ? John détourna le regard vers le champ de bataille, les tirs adverses continuaient harceler les deux humains, puis soudainement l’asiatique lâcha un cri de douleur, Johnny détourna aussi-tôt le regard, elle semblait être touchée au niveau de la jambe droite. La gatling du gars en Armure causait beaucoup de soucis, pas moyen de quitter la planque, Woody était couvert sous les lasers ennemis, puis soudainement, d’autres tirs semblaient s’entendre dans un immeuble un peu plus loi, après quelques minutes, un des deux mecs caché derrière le bus, prit une balle dans le cou et l’autre dans l’épaule.. John souffla et effectua un sprint pour se rapprocher de l’usine. Priant pour éviter la rafale de tirs qui allaient lui venir dessus..

Lancé de dès : échec des deux avec 10/5 (agilité) et 4/5 (perception)

Pendant son rush, John reçu plusieurs lasers et balles, une bien logée dans l’épaule, des lasers dans le torse, ainsi qu’une balle dans la côte, mais malgré ça, son sprint resta aussi rapide qu’il l’était et Red réussi à se planquer derrière un demi-mur juste en face de la voiture cachant l’ennemi avec la gatling. Plusieurs filets de sang coulait de la bouche du mercenaire, sa respiration n’était plus synchronisé, la balle logé dans l’épaule gauche était très douloureuse ainsi que celle dans la côte sans parler des lasers. Le Cow-boy était vraiment très mal en point. Un simple gringalet n’aurait sûrement pas survécu à cela, mais John si, est même plutôt bien. Cependant les tirs ne semblait plus tenter de viser Woody, lui laissant un peu de répit. Dans un mouvement très dur, il passa sa tête pour regardé la situation, le bus était dans sa transversale, l’ancien bagnard sortit son revolvers, avec le chargeur plein, inspira lentement pour limiter le tressaillement visa et tira..

Réussite du lancé : Arme légères 39/75

La balle toucha la tête du chevalier derrière le bus , il tomba raid, mort.

Inventaire:
 

Etat :
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mar 20 Déc - 22:08
Je recharge mon arme et je me positionne à nouveau pour tirer. Je remarque que Woody est en mauvaise posture. Il s'amuse à jouer le héros pour éliminer une des cibles du bus. Je prend mon inspiration et je vise alors l'homme en Armure Assistée, celui avec la gatling laser... Je prend mon inspiration et je vise. Une fois que je sais que ça va toucher je tire. La première salve touche dans le torse et la deuxième dans la tête. Le type en AA s’effondre alors au sol très probablement mort. Je me tourne alors en direction des deux autres personnes qui tirent en direction de John et de quelqu'un d'autre. Je me déplace alors en boitant pour avoir une meilleurs position de tir. Je me cache derrière une boîte bleu de L'US Mail et je tire en direction d'un autre membre de la confrérie mon tir le touche et il tombe à terre en sans doute agonisant. Le dernier membre semble arrêter le combat. Il se tourne alors et commence à courir dans les ruines, il passe derrière un pan de mur ce qui m'empêche de lui tirer dessus. Je hurle alors a Woody les mots suivants :

- "Woody tu dois le tuer sinon il va appeler des renforts "

Pendant qu'il s'occupe du dernier membre de la confrérie de l'acier, je m'occupe de me soigner. Je n'ai presque rien pour me soigner... En faite je n'ai rien.. Je décide de déchirer un peu mon débardeur pour me faire un bandage improvisé. Ce n'est pas très efficace et ça à juste le mérite de retenir le sang et de ne pas salir d'avantage mon treillis. Je m'appuie contre la boîte de l'US mail et je compte alors les munitions... ça doit m'en rester suffisamment pour cueillir Julius. Je constate qu'il me reste 65 munitions perforante et 4 grenades... ça doit suffire... je l'espère en tout cas. Je me dirige vers les corps des malheureux afin de les fouiller et je veux dans un premier temps trouver un steampak. J'enrage quand je trouve un steampak déjà utilisé sur le premier. Je me dirige alors vers le second corps pour le fouiller également. Je m'installe prêt du corps et j'entend "Tchark", une vive douleur s'ensuit sur ma main gauche et retire ma main rapidement. Je me suis embrochée sur un morceau de fer appartenant à l'épave du car... un morceau vieux de deux siècles... Je remarque le sang qui coule et je me dirige vers Woody en boitant et en me tenant le bras et la blessure ouverte.

- "Woody ! Woody ! Donne moi un steampak ! Vite ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mer 21 Déc - 0:03
Les tirs du soldat cessent, je l'entend se battre avec son chargeur, c'est le moment ! Je me lève prés à tirer, pour le voir se prendre une balle qui lui déchiquette une bonne partie du cou. Les armes semblent s'être tues, je baisse mon arme, une jolie bagarre bien propre au finale et si je fais attention je pourrais peut-être partir avec une de leurs armes... C'est alors que je vois un soldat de la confrérie passé juste devant moi, il court aussi vite qu'il le peut avec ses lourdes protections, à tout les coups il part chercher du renfort, et bien ça n'arrivera pas. Je passe par dessus le muret de la fenêtre, et taille un chemin à travers les ruines à quelques mètres l'un de l'autre.

Jet d'agilité : 4/6

Je fais un bond prodigieux et plaque le soldat, nous roulons à terre et avant qu'il ne comprenne ce qui lui arrive, me met à cheval au dessus de lui et sort mon tomahawk. Le soldat tousse et fait de gros yeux en voyant son sort :
-Non, non, non ! Me supplie-t-il.

Jet de force : 9/7

Il se débat et réussi à se dégager légèrement, le soldat commence à reculer et s'escrime à sortir son couteau, car son fusil d'assaut et trop loin pour qu'il le saisissent. Je me jette sur lui avec mon tomahawk mais je vise trop haut et il essaie de me désarmer, après une lutte brève, le tomahawk finit hors de notre portée. Il rampe avec toute l'énergie qui lui reste pour le saisir mais je ne lui en laisse pas le temps, je m'accroupis, sors mon colt et appuie deux fois sur la détente.

Jet d'arme légère : 30/41

La première balle finit entre ses omoplates, il retient un cri de douleur avec un gargouillis gutturale. La seconde touche la nuque et l'achève. Je respire un coup et me lève. J'avance et reprends mon tomahawk des mains du mort.
-Désolée, mais aujourd'hui je suis pas d'humeur.
Je part chercher son fusil le trouve à une dizaine de mètres du combat et je lâche un sifflement : un Louisiana armory Laser musket Mk.1, ou le Mk.1 c'est plus court et plus agréable à l'oreille. Un bon fusil de ce que j'entends. En l'examinant de plus prés je remarque qu'une cellule et engagée, est-elle pleine ? Je trottine vers le cadavre et le fouille à la recherche de munitions. Malheureusement je ne trouve qu'une autre cellule dans les affaires de l'autre.
-Bien assez perdu de temps, je chuchote, il faut que je les retrouve.
Il faut espérer qu'il laisse aussi des cellules énergétiques pour le Mk, sinon ça ne serait qu'un poids mort. Je me relève et m'étire un coup, j'aurais pas perdu a journée peut-être, tout ça pour apercevoir le cow-boy face à moi à une quinzaine de mètres. Face à la situation je n'arrive qu'un simple :
-Ah...
Le cow-boy me fixe avec intensité mais impossible de décrire son expression...
-Euh... joli tir tout à l'heure sur l'armure assisté...
Je suis dans la merde jusqu'au coup, je baisse légèrement mon fusil mais je reste prés à tirer en cas de problème.
Un joli baptême du feu pour ma nouvelle arme dans le pire des cas...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mer 21 Déc - 2:06
Après avoir eu le dernier chevalier derrière le bus, John commença sincèrement à souffrir le martyr, sa vue se troubla légèrement, le torse en feu, l’épaule explosé, la côté pénétré, la fatigue aussi qui s’accumulait doucement. Le sang coulait, pour ensuite se répandre sur le sol et sécher sur ce dernier , Red posa sa main sur son épaule, toujours sous le harcèlement de la gatling laser puis soudainement, les tirs cessèrent, le mercenaire passa la tête au dessus du demi-mur pour voir ce qu’il était advenu du gars en Armure Assistée, ce dernier était mort, le Cow-Boy avait bien vu que c’était les balles de la femme qui avait tué le Chevalier, mais des simples balles auraient pu le tuer ? Non impossible. Mais le plus important était de savoir qu’il en restait plus qu’un.. Mais Woody était
HS pour continuer, puis soudainement Sarah Lewis demanda à l’ancien détenu de tuer le dernier membre de la Confrérie pour l’empêcher de fuir, John s’empressa de prendre son arme et de tirer d’une vitesse affolante sur le fuyard

Lancé de dès : Réussite du lancé arme légère 71/15 et fail du lancé Luck 4/3

La balle semblait effleurer à peine le bras du fuyard, c’était foutu, il allait appeler les renforts. L’ex raider posa son arme au sol, et inspira lentement pour reprendre ses esprits et se concentrer, une deuxième vagues de gugusses allait arriver. Puis des gémissements de lutte semblaient s’entendre, le trentenaire s’appuya sur le mur effondré pour se relever et voir la lutte. Red plissa les yeux et vit le fuyard avec l’autre gars que la chinoise avait tabassée auparavant, un petit sourire s’afficha sur le visage du cow-boy. Malgré la lutte encharné entre les deux hommes, l’inconnu triompha dans ce duel, et s’en sortit correctement, plutôt bien même. Ensuite le même étranger semblait pilier les cadavres pour récupérer une arme et ensuite, les deux hommes tomba face à face, seulement dix mètres les séparèrent. L’inconnu complimenta l’ancien raider de son tir dans le réacteur nucléaire de l’armure assistée, le Cow Boy releva son chapeau

-Merci d’avoir tuer le fuyard

Après ses mots, l’ancien père de famille lança un stimpack aux deux partenaires provisoires de Woody, et ce dernier partit s’adosser contre l’avant d’une voiture détruite. Il prit un cigare dans sa poche et un briquet dans l’autre et fuma tranquillement son cigare, malgré la douleur accumulée..

Inventaire :
 

état :
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Ven 23 Déc - 0:01
Je m'approche alors de Woody et se dernier m'offre un steampak. Je le remercie et je m'injecte la dose dans le bras. La douleur commence à s'estomper et le sang s'arrête de couler pour commencer une longue cicatrisation. Je ne suis pas pour autant en pleine forme et mes blessures mérites des soins plus poussées qu'une simple seringue. Il faut recoudre la blessure au bras et mettre un pansement gras sur ma blessure à la jambe. Je soupire et je boîte alors pour fouiller les cadavres et réunir les biens de façon assez proche. Je fais le tour de chaque individus mort et je récupère ainsi munition arme et capsules. J'ai donc un stock de cinquante-trois munitions de laser, cinq réacteurs à fusions dont trois à moitié utilisé, quatre arme laser en parfaite état ainsi qu'un minigun laser dans un état relativement abîmé et pour finir cent-deux capsules. Je regarde alors le cow-boys et je lui fais un sourire puis je regarde Lorn et je lui fais signe d'approcher. Je tend alors trente-quatre capsules au cow-boy, trente-quatre à Lorn et j'en prend également trente-quatre. Par chance c'est un nombre divisible par trois ce qui offre une part équitable pour chacun des malandrins de cette joyeuses compagnie. Je regarde maintenant les munitions et les armes et je dis cela à Woody.

- "Woody, tu m'aides à tout transporter ? tu pourrais prendre le minigun laser par exemple ? Je pourrai tenter de te l'accrocher dans le dos avec mon débardeur noir, il est de toute manière déchiré et je vais le changer. Pour les munitions je m'en charge j'ai des poches assez grandes et nombreuses dans mon treillis. De même que je pourrais porter deux fusils lasers accrochés sur mon dos avec les sangles. Tendis que toi dont je ne sais pas ton nom... tu vas porter également deux fusils lasers accrochés également sur ton dos... mais, attention ! Si tu te barre avec notre butin, je te traque et je t'explose les genoux. Oh et ça marche aussi pour toi Woody" Je dis la dernière phrase en rigolant mais au fond je suis plus ou moins sérieuse. Je me redresse et je fais dos à l'équipe avant d'enlever ma veste et de changer mon débardeur noir déchiré par le blanc puis je remet ma veste en cuir. Je tend alors le débardeur au cow-boy pour qu'il s'en serve pour bien maintenir le minigun laser. Je prend personnellement les munitions que je range de façon intelligente dans mes différentes poches et je place comme prévue les deux fusils sur mon dos accroché avec les sangles. Je reprend alors ma phrase une fois que j'observe tout le monde se préparer pour trimbaler le matériel si durement acquis.

- "Woody, tu as raison je ne m'appelle Sarah Lewis. Mon vrai nom c'est Soo-Yong, Kim Soo-Yong de l'enclave. Si vous pouviez éviter de l'ébruiter ça m'arrangerai... J'éviterai ainsi des coups de fouets, ça fait mal les coups de fouet. Bon si tout le monde est prêt nous pouvons partir, il ne faut pas rester près d'une zone de combat ça porte malheur...."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Ven 23 Déc - 11:50
-Merci d’avoir tuer le fuyard
Il me jette un stimpack, se retourne et part fumer prés d'une voiture. Je me palpe le torse à la recherche de la moindre balle et je soupir, non je ne rêve pas: il ne m'a pas tout simplement tué. Je saisi le stimpack, ce genre de truc ne soignerons pas mon visage, c'est un vrai médecin qu'il me faudrait, alors que le cow-boy ne semble pas en si bon état. Je vois des tâches de sang un peu partout sur sa vest, je me dirige vers ce dernier et pose le stimpack sur le capot:
-T'en as plus besoin que moi le Vieux...
Il ne réagi pas et continue à fumer, il fera moins son fière quand il n'arrivera pas à faire deux mètres une fois éloigner de la voiture, mais chacun à sa fierté. Plus loin, la femme finit de fouiller les cadavres et se dirige vers nous, chargé d'armes et de munitions. Elle les lâche à nos pieds et nous offre à chacun une bourse avec des capsules, une trentaine je dirais... Elle commence à nous donner des ordres et je grince des dents, en particulier quand elle annonce.
-Tandis que toi dont je ne sais pas ton nom... tu vas porter également deux fusils lasers accrochés également sur ton dos... mais, attention ! Si tu te barre avec notre butin, je te traque et je t'explose les genoux. Oh et ça marche aussi pour toi Woody.
Et elle se met à rire. Génial! maintenant je fais le brahmine de service. Nan mais elle se prend pour qui elle? Je me tourne vers "Woody" pendant qu'elle se change et lui demande:
-Tu lui obéis, le Raider?
Il semble ne toujours pas vouloir répondre, je soupir, avec ces deux là, les discutions risque d'être d'un ennui... Je sangle les fusils sur mon sac, je pense que je vais me tirer dés que se sera possible, avec ou sans ses fusils. Il n'est pas question que je traîne avec ceux-là. La Rouge finit de se changer et décide de se confesser.
-Woody, tu as raison je ne m'appelle Sarah Lewis. Mon vrai nom c'est Soo-Yong, Kim Soo-Yong de l'enclave. Si vous pouviez éviter de l'ébruiter ça m'arrangerai... J'éviterai ainsi des coups de fouets, ça fait mal les coups de fouet. Bon si tout le monde est prêt nous pouvons partir, il ne faut pas rester près d'une zone de combat ça porte malheur....
Et maintenant Sarah, non Kim... Annonce qu'elle fait parti de l'Enclave. Franchement aprés qu'elle m'ai lancé par dessus un comptoir ça m'étonne qu'a moitié, je m'étais attendu à plus grosse révélation. Je viens de participer à une attaque entre l'Enclave et la Confrérie, deux des factions les plus détestables de la région, j'ai maintenant presque de la pitié pour l'homme que j'ai exécuté...Presque. Il commence à avancer je les suit quelques pas puis je m'arrête, il y a beaucoup trop d'inconnues dans ces déclarations et de ce que je sais, et je n'irais pas plus loin sans voir de quoi il en retourne.
-C'est sympas tout ça, mais il va falloir que vous me disiez ce qui se passe. Vous tuez de manière totalement gratuite une escouade de Chevalier sans aucun motif si ce n'est qu'ils passaient à côté de vous et maintenant on part vers une destination qui m'est inconnue. Je ne suis pas un brahmine qu'on balade selon son envie, je laisse tomber mon sac et lève légèrement mon arme, vous avez intérêt d'avoir de bonnes explications.
C'est un coup risqué, mais j'ai l'impression que c'est le seul moyen pour que l'on m'explique quelque chose.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 635
Date d'inscription : 26/06/2015
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Sam 24 Déc - 1:24
- Rappelle-moi pourquoi on est dans cette merde au fait ?
Demanda Troy d’un air déconfit à son partenaire, les pieds nonchalamment posés sur une table basse défonçée. Ce dernier fumant une cigarette à quelques pas de là lui répondit d’un air agacé.
- Tu le sais aussi bien que moi, support aérien et évacuation d’urgence…
- Ouais… En Iroquois quoi… Pfff la confrérie est vraiment plus ce qu’elle était.
- Plains-toi ! On avait même pas de véhicules tout court à DC ! Encore moins d’hélicos !
- Un coucou vieux de presque quatre siècles, t’appelle ça un hélico toi ? Putain son dernier vol doit remonter au moins à la guerre du Vieux-nom.
Son partenaire se retourna alors vers lui, l’air surpris avant de froncer les sourcils.
- La guerre du Vieux-nom ? what the… La guerre du VIETNAM imbécile !
- Qu’est-ce qu’on s’en fous ! tu sais où c’était toi le Vietnam ?
Le collègue haussa les épaules et s’en retourna à sa cigarette.
- Nan…
- Bah voilà… Pas la peine de te la péter si…
Interrompu au milieu de sa phrase, Troy vit son bipeur s’alarmer sur la table basse. Les deux collègues échangèrent un regard paniqué et se précipitèrent à l’hélico dont les rotors commençaient déjà à tourner.

Quelques instants plus tard, Gerald, le conducteur, arrivait en vue de l’usine Nuka-Cola où l’expédition était sensée se dérouler. Le signal de détresse venait du sol, il émettait à une fréquence rapide, urgence absolue… Usant de la caméra thermique, le co-pilote put distinguer quelques points chauds au sol. En désactivant sa caméra, une vision d’horreur s’imposa à lui : les paladins étaient à quelques mètres , froids, morts… Désarmés et leurs fusils maintenant dans les mains de leurs pillards. Sa réaction ne se fit pas attendre et il transmis aux gunners.

- Dead on arrival, tous… On a trois cibles, armés avec leur matos, tir à vue, over.
A l’arrière, Troy reta interdit quelques secondes avant d’accuser la bonne réception de l’ordre. Il tira sur le levier d’armement de sa M60 et visa les points au sol.
- CREVEZZZZ !!!!!!!

Si le petit groupe avait put voir l’hélico leur arriver dessus, rien n’avait put les préparer à ce qu’il ouvre le feu. Les balles vinrent alors claquer autours d’eux et avant même qu’ils ne puissent réagir, chacun des compères de l’expédition put ressentir des balles traverser certaines parties molles de leur corps. Le rythme de la mitrailleuse était assez lent mais cela n’enlevait rien au fait qu’il fallait contre-attaquer ou se mettre à couvert très vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallouttowrpg.forumactif.org
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Dim 25 Déc - 23:19
John prit soin de terminer de fumer son cigare, un cigare avec un Cow-Boy sur leur paquet, quel coïncidence, Red regarda la boite de cigare, édition limité, ils étaient pas mal ces cigares, plutôt bons même ! L’inconnu ne semblait pas vouloir du stimpack et le rendit au cow boy, ça lui servirait peut-être mieux, mais en attendant l’ancien raider mit son stimpack dans sa poche et se releva péniblement. La balle dans l’épaule s’avérait pas si ignoble que ça, mais la balle qui avait touché la côté était un réel problème.C’était le moment de pilier les cadavres, on perd pas les vieilles habitudes de raider n’est-ce pas ?  Mais la femme sous le pseudonyme de Sarah Lewis était déjà entrain de piller les défunts corps des membres de la Confrérie. Putain, si John aurait su que le premier péon venu aurait pensé a avoir le réflexe de piller avant John, ce dernier ne l’aurait pas cru, enfin bref, il fuma un dernier coup de son cigare. Avant de regarder ses armes et prendre soin de recharger ses dernières, même si le Cow Boy est une grande gâchette, le rechargement de deux armes prend assez de temps, et recharger ses armes durant un duel peut causer à sa perte. Puis la jeune femme tendit une poignée de capsule, à tout cassé, ils devaient y en avoir une trentaine, Red se saisit de la poignée et range ça dans sa poche, puis la même femme demanda à ce que les deux hommes portent les armes, l’ex raider devait prendre la gatling, il exécuta l’ordre, mieux vaut faire vite pour se casser de là, un silence horrifique venait de s’imposer dans les ruines, comme si que les trois humains étaient observés, le mercenaire était légèrement nerveux, une fois la gatling en main, il retourna voir les deux autres interlocuteurs et au même moment Sarah donna un ordre à l’inconnu , et ensuite à Woody. Puis l’inconnu demanda à l’ancien taulard si il allait lui obéir, John soupira et reprit.

-Avec tous ça on peux se faire beaucoup de capsules, ça vaux le coup je pense. (Puis il se tourna vers la femme) Donc tu veux qu’on revende ces armes d’après ton raisonnement, et puis je suis pas en état de pouvoir fuir comme ça, mais j’en ais encore pour pouvoir vous démontez si vous tentez de me la mettre à l’envers, je commence à être habitué aux petits coups de pute.

Red regarda la gatling laser, elle était lourde, mais pas de quoi s’affoler, un indicateur était présent sur le minigun laser, il montrait le pourcentage restant du réacteur nucléaire, il afficha 50 %,. ces réacteurs ont une bonne durabilité, ça pourrais être un plus, lors de la vente, puis la chinoise, japonaise, coréenne (merci du cliché) de toute façon c’est la même chose, effectua une confession devant Woody et.. L’inconnu.

-Woody, tu as raison je ne m'appelle Sarah Lewis. Mon vrai nom c'est Soo-Yong, Kim Soo-Yong de l'enclave. Si vous pouviez éviter de l'ébruiter ça m'arrangerai... J'éviterai ainsi des coups de fouets, ça fait mal les coups de fouet. Bon si tout le monde est prêt nous pouvons partir, il ne faut pas rester près d'une zone de combat ça porte malheur...

-Oh, une enclavée, j’aime pas qu’on fasse des confessions, à côté d’une personne dont on ignore tous.

Puis une fois que nous commençons à avancer, un tout petit peu, l’inconnu commença a gueuler en réclamant des explications.

-C'est sympas tout ça, mais il va falloir que vous me disiez ce qui se passe. Vous tuez de manière totalement gratuite une escouade de Chevalier sans aucun motif si ce n'est qu'ils passaient à côté de vous et maintenant on part vers une destination qui m'est inconnue. Je ne suis pas un brahmine qu'on balade selon son envie, vous avez intérêt d'avoir de bonnes explications.  Puis en prime, il leva son arme…

Le Cow-Boy lâcha un grand soupire et se retourna regarder droit dans les yeux l’étranger.. Putain, toujours le bon moment pour faire chier, le mercenaire se grinça les dents et regarda d’un oeil sévère son interlocuteur.

-T’a pas besoin d’explication, à moins d’être vraiment, très très con, tu dois savoir pourquoi ont fait ça, et avant de poser cette question, pourquoi tu t’es engagé dans ce combat, tu aurait pu tracer ta route et..

Soudainement un hélicoptère sortit de nulle part, et commença à mitrailler la zone, en son de fond, un gars criait « CREVEZZZZ »  avant de fuir les balles, le trentenaire en profita pour crier

-RENDEZ VOUS AU BAR !!

Puis sur cette phrase, John effectua un énorme rush avec la gatling qui le ralentissait un peu pour se cacher dans l’usine de Nuka-Cola qui était en bonne état. Mais bien sûr que Red avait prit quelques balles de la mitraillette de l’hélico.. Une fois à l’intérieure, John jeta la gatling et tomba à terre de douleur.. Quelques gémissements étouffés sortit de la bouche de l’ex bagnard, du sang coulait, sa vue se troubla d’avantage, Red se sentit partir, mais malgré la douleur atroce, le mercenaire prit le stimpak que l’inconnu lui avait rendu auparavant pour se le planter dans le torse, là ou il avait subit les balles de la mitraillette.

-Putain de merde .. C’est quoi ce délire.. ? C’est impossible.. ! Oh.. ? Un nuka cola..


John assembla toute ses dernière forces pour allez chercher le nuka-cola qui était à terre, pas loin de lui, pour le décapsuler et boire un bon coup avant de le jeter à terre.  

Inventaire:
 

état :
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Lun 26 Déc - 0:46
Je regarde Lorn s'arrêter et demander des explications. Je suis un peu surprise car, je pensais être logique dans mes intentions. Ce qui me rassure c'est que John comprend pourquoi j'agis de cette manière. Je le laisse alors lui expliquer pour ne pas risquer de se faire trahir par Lorn je pose ma main sur son épaule et je lui fais un petit sourire. Je m'apprête à lui dire de ne pas s'inquiéter qu'il aura une part comme nous tous et qu'après on va reprendre notre vie comme d'avant.

Cependant, je n'ai le temps de rien dire car un Vertiptère nous surprend. Le bourdonnement caractéristique de l'engin est étouffé par le chaos ambiant de la zone de guerre. Mon regard se tourne alors rapidement en direction de Woody, de l'inconnu et enfin sur l'appareil de la CdA qui ouvre un feu nourri sur notre position. Je prend une première balle dans la fesse droite, l'autre dans le mollet gauche. Je crie de douleur et je tombe à terre. Je remarque Woody gueuler de nous barrer au bar où on c'est rencontré. Il se mets alors à courir en direction de l'usine de Nuka Cola.. Je me souviens de cette usine...

Ce jour là, nous avons presque mis la main sur le traître de Julius Haber. Si il n'y avait pas son acolyte le nain au masque bizarre... Je ne serais pas entrain de cavaler dans le commonwealth... Ni entrain de me faire tirer dessus par un vertiptère de la Confrérie de L'acier.
Je serre les dents et j'avance en boitant vers une ancienne habitation en ruine. Je passe dans l'épave du bus pour rejoindre un bâtiment en ruine, sans doute une ancienne habitation. Lors de mon passage dans l'épave je remarque que l'appareil me tire dessus. Les balles perfores le toit du bus et une d'elle traverse mon bras gauche. Je souffre une nouvelle fois et je sors alors de la carcasse pour me diriger en direction de l'habitation. J'ouvre alors la porte vermoulue de la bâtisse, je me pose contre un des murs et je respire rapidement. Mon coeur bât la chamade et je décide de couvrir un maximum la fuite de mes comparses. Je pointe mon nez au niveau d'une des fenêtres du rez de chaussé, je recharge mon arme et j'ouvre le feu en direction du vertiptère. Il semble que je parviens à vider mon chargeur sur l'appareil et avant de me prendre une rafale dans les dents je me recule et pénètre dans le coeur de l'habitation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 22
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Mar 27 Déc - 12:15
J'entends les bruits du vertiptère trop tard, le voila qu'il fonce droit sur nous en ouvrant le feu sur tout ce qui bouge. Je reste sans bouger, interloqué par cette attaque surprise et je ressent une brusque douleur dans la poitrine. Je baisse la tête pour voir de ce qu'il en retourne : oui, aucun doute, je me suis pris une balle au dessous de l'épaule droite.
-RENDEZ VOUS AU BAR !!
Et voilà que le cow-boy file sans demander son reste, en se trompant de direction par dessus le marché ! Il fonce droit vers l'usine, il va se retrouver bloqué dedans une fois que le vertiptère l'aura remarquer. Je met toute l'énergie qui me restait à courir vers les, même avec un détecteur de chaleur, ils leur seraient compliqués de nous canarder, voir impossible. Une fois à l'intérieur, je m'arrête et j'examine ma blessure, je grimace en voyant l'état de mon épaule, il faudra nettoyer plus tard, dehors j'entends une réplique au tir du coucou : sûrement cette Kim. Je progresse dans les immeubles, devant me tenir contre un mur pour éviter que mes jambes me fasse défaut, courir toute la journée après deux personnes, se faire tabasser puis prendre une balle n'est pas vraiment dans mes habitudes. Au détour d'un couloir je tombe sur Kim, qui pour m'accueillir, me braque, je lève légèrement les mains :
-Du calme ! Écoute, le cow-boy, est parti se retrancher dans l'usine mais le rejoindre c'est du suicide,surtout avec un vertiptère au cul, je connais le chemin pour aller au bar s'en trop devoir se mettre à découvert : je l'ai pris à l'aller. Je ne te dois rien, surtout après le vol plané de tout à l'heure mais tu es plus doué que moi pour ce genre de problème, alors peut importe ton choix, je me met, de mauvaise grâce crois moi, sous ton commandement. A toi de voir ce que l'on fait.
Moi même je ne sais pas trop pourquoi je fais ça, c'est en contradiction totale avec mais projets du début. Mais quitte à avoir quelqu'un voulant ma mort, il est moins risqué d'avoir la cda à dos, au long terme, qu'elle je pense.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 635
Date d'inscription : 26/06/2015
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Jeu 29 Déc - 11:46
L’hélicoptère (et non le vertiptère) fit du surplace pendant quelques secondes afin de permettre à son gunner de faire de tels cartons. Même si la cadence de tir de ses M60 était faible, le fait d’en avoir une montée de chaque côté aidait beaucoup ! Contraints de fuir, les pillards durent essuyer les tirs de la confrérie jusqu’au moment où ils se mirent à l’abri.
La tentative de tir de la part de Kim ne fut plus tard qu’un succès mitigé : elle vit plusieurs de ses tirs atterrir dans la vitre côté pilote mais de ce qu’elle voyait, l’hélico était toujours en vol malgré une embardée violente quand une de ses balles percuta la vitre de sol de l’habitacle. De son côté Gerald avait effectivement dut compter sur son copilote pour conduire l’hélico pendant quelques secondes alors qu’il se remettait d’une balle prise dans la jambe.

- Ah la salope putain !
En réponse à cette embardée lyrique, Troy à l’arrière se fendit d’un rire généreux et se décrocha de sa mitrailleuse pour aller chercher un fusil… Un fusil qui avait la forme d’un revolver mais dont chaque balle dans le barillet était plus grosse qu’un mollet humain. Il pointa l’arme en direction de l’immeuble où s’étaient planqué les fuyards et hurla.
- DITES BONJOUR A MON POTE !
L’instant d’après, Kim et Lorn virent un mur situé à quelques mètres d’eux se volatiliser dans une violente explosion, les obligeant à s’enfoncer un peu plus dans l’usine s’ils voulaient rester à couvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallouttowrpg.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Ven 30 Déc - 5:07
Et voilà. Maintenant, elle était dans la merde.
Putain, pourquoi ces abrutis avaient foutu un coup de savate dans la fourmilière ? Elle qui voulait simplement récupérer des trucs qu'elle n'avait pas eu le temps de prendre la dernière fois, elle était encore dans la mouise. Au même endroit. Sauf qu'en lieu et place de l'Enclave, l'organisation se trouvait être la Confrérie de l'Acier. Rien que cela !

Elle était revenue sur les lieux de sa bataille aux côtés de Julius en quête de Nuka radioactifs, bien entendu, mais également de quelque ressources utiles ou d'objets à vendre. Les quelque emplettes qu'elle avait fait chez mr Mauser s'étaient révélée fructueuses et très utiles, aussi bien sur le plans défensif qu'offensif. Mais elles l'avaient aussi mise sur la paille financièrement parlant. Encore. Comme si elle roulait sur les capsules !
Prenant alors congé de son amie négrière Dunlaith une nouvelle fois, elle était revenu sur le lieu de l'affrontement. Les traces du combat étaient encore bien visible : les vitres explosées, les quelque cratères laissés par les grenades ainsi que les mines que le Chevalier avait préparé à l'aide de Nuka Quantum et les machines d'embouteillage renversées par le souffle des différentes explosions. C'est bien simple, l'usine ressemblait encore plus à une ruine que la première fois où Dawn y mit les pieds ! La Goule n'espérait plus rien trouver d'intéressant, tout ayant été balayé ou incendié par les feux de la bataille. Enfin, peut-être qu'en fouillant bien elle trouverait son bonheur...
Elle avait directement commencé par la deuxième salle, la zone même d'embouteillage. C'était ici qu'elle risquait le plus de trouver des bouteilles encore pleine. La Luminescente grimpa aux escaliers de métal afin d'accèder aux étages supérieurs ainsi qu'au différent bureau qui s'y trouvait. Mais même en retournant chaque coin et recoin elle ne réussit à mettre la main sur aucune bouteille. Elle continua néanmoins ses recherches à travers l'usine qui n'était pas si grand que cela au final. Cela devait simplement être une sorte d'avant poste commercial durant l'avant guerre, et une autre usine d'une ampleur supérieur se trouvait sans doute en ville. Mais malheureusement pour la grand mère, c'était la seule qu'elle connaissait pour l'instant.
Igniculus ne semblait pas vraiment pour la seconde visite de l'endroit. Bien que l'attrait du Quantum les guidaient, lui et son hôtesse, il se souvenait très bien de ce qu'il s'était passé ici. Et surtout de comment la petite Lumière faillit plusieurs fois y laisser la vie. Cet endroit ne lui inspirait plus confiance. Il se mit même à le craindre comme si ça allait leur porter malheur. Dans un certain sens, il avait raison.
Elle avait plusieurs fois jeté un coup d'oeil par les fenêtres en déambulant dans les différents bureaux et couloirs de l'usine et avait finit par repérer l'escouade de la Confrérie de l'Acier en contrebas. Sa décision fut prise en un instant. Elle allait faire profil bas et se cloîtrer dans l'usine en croisant les doigts pour que les soldats n'y entrent pas. Tout se passait comme sur des roulettes, les membres de l'escouade ne semblant pas intéressés par l'usine, aussi continua t-elle sa prospection.
Elle entendit pourtant une puissante explosion, suivit de coups de feux venant du dehors de l'édifice. Un combat s'était engagé. La récupératrice couru aux fenêtres afin de se rendre compte de la situation et vit avec effrois qu'un des chevaliers en armure assistée avait littéralement explosé dans un petit champignon atomique. Ses collègues s'étaient retranché et maintenaient un feu nourrit sur une position que Dawn ne put voir de là où elle se trouvait. Il y eu plusieurs échange de tirs et certains membres de l'escouade tombèrent l'un après l'autre. Qu'est-ce qui pouvait bien mettre en déroute tout un peloton en armure assistée de la Confrérie ? Ca n'avait pas de sens ! Etaient-ils attaqués par l'Enclave ? Pourtant, la fillette ne distingua aucuns lasers venant de la position adverse. Seulement des balles. Des armes balistique. Des raiders ?
La réponse à cette question vint bien vite lorsque les frères d'arme de l'Acier tombèrent finalement en déroute. Elle put apercevoir trois silhouettes poursuivant les survivants. Un genre de cow boy, une femme et enfin un dernier homme habillé en mercenaire. Sérieusement ? C'était ça qui venait de mettre en déroute 5-6 gars de la Confrérie ? La gamine ravala sa salive. Même si ces derniers étaient blessés, ils restaient de dangereux adversaires. Elle les vit se servir sur les cadavres des soldats, récupérant les armes laser et les réacteurs à fusion. C'était un très beau butin qu'ils avaient amassé là.
La lueur verte lui intima de ne pas bouger de sa position. L'embuscade ayant réussit et les chevaliers étant morts, il n'y avait aucune raison que les mercenaires ne s'attardent ici. Ils allaient sans aucun doute s'enfuir avec leur butin et la Goule pourrait sortir sans aucun soucie. Enfin, c'est ce qu'elle croyait.
Elle reconnut un son dans la nuit. Un bruit qu'elle avait déjà entendu, un bruit vibrant et sonnant qui ficherait la frousse à n'importe quel mercenaire. A n'importe quel homme à vrai dire. Une machine de Mort et de flamme. Et volante avec ça. Un hélicoptère.

- Putain ! S'exclama l'orbe radioactif. Ces abrutis ont rameuté un hélico ! On s'casse grand mère, illico !
- 'Faut pas me le dire deux fois. On lève les voiles avant qu'il ne soit sur eux.

La Luminescente se précipita dans les couloirs de l'étage de l'usine en quatrième vitesse et se protégea la tête lorsqu'elle entendit les première rafales de l'hélicoptères. Certaines d'entre elles touchèrent l'usine, la détruisant encore un peu plus. Elle descendit les marche métallique deux par deux, aussi vite que ses petites jambes pouvaient l'emmener. Arrivant au rez de chaussée, elle sauta par dessus les différents débris qui encombraient son chemin et s'échappa vers l'entrée menant à la salle principale, où reposait toute les machines de manufacture.
Mais alors qu'elle courait vers la sortie principale afin de s'enfuir de cet Enfer en devenir, cette dernière s'ouvrit. La Goule sauta à couvert hors de la vue du nouvel arrivant, juste derrière une machine détruite. Le mec respirait avec difficulté et jurait comme un vieux grand père ayant trop forcé sur la gnôle. Dawn se risqua à jeter un œil et s'aperçut que le gars était en fait le cow boy qu'elle avait aperçut plus tôt. Il semblait particulièrement touché, saignait abondamment et il portait la barbe ainsi qu'une gatling laser qui avait l'air en bon état. L'homme se planta presque immédiatement un stimpack et récupéra un Nuka Cola qui traînait au sol pour le boire d'une traîte.
Igniculus vint murmurer à l'oreille de la Goule.

« Il est mal en point ce type là. Et bien équipé aussi. On lui pique son fratra ? On se tire après fissa. »

Heureusement pour la grand mère, l'enfant atomique n'avait aucune espèce d'emprise sur elle étant donné qu'elle n'avait pas but de Quantum récemment, aussi décida t-elle de tout simplement l'ignorer.
Bien que meurtri, l'homme restait dangereux. Il fallait le faire dégager d'ici sans se faire voir, mais comment ? En lui faisant peur peut-être ? Mais la Luminescente n'avait pas le même « don » que sa partenaire Irlandaise. Elle ne pouvait pas siffler de manière lugubre. Peut-être y avait il un moyen plus simple ? Sur le coup aucune idée ne lui venait. Elle entendit de nouvelles rafales de l'extérieur, ainsi que plusieurs tirs d'arme automatique en réponse. L'engin de Mort poursuivait sans doute les deux autres mercenaires.
Elle décida alors de recourir à une méthode qui ne lui plaisait guère, mais qu'elle savait efficace dans une situation comme celle ci. En particulier étant donné l'état physique et mental du cow boy. L'intimidation.

« Vous êtes actuellement dans le viseur de mon fusil de précision, hurla t-elle. Une simple détente et la balle transpercera votre cœur. Partez immédiatement d'ici ! »

Etant donné la topographie du lieu et sa grandeur, sa voix se répercuta sur les murs en échos, la rendant difficile à localiser. De plus, la pénombre ambiante rendait la visibilité ardue et laborieuse. L'homme n'allait sans doute pas la voir et peut-être prendre peur...
Avant que ce dernier ne réponde, une nouvelle explosion se fit entendre. L'hélico venait de tirer au lance roquette sur ses deux autres cibles, sans doute. Dawn soupira de soulagement, au moins il n'allait pas venir la faire chier... Pour l'instant.


Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 29/09/2016
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE Ven 30 Déc - 19:14
Elle m’a amené à un moment de ma vie auquel j’aurais jamais pensé que j’arriverais un jour. Elle est là... quelque part... une prophète de la destruction bien réelle et vivante et je ne veux pas avoir à l’affronter. Je sais qu’elle existe. J’ai vu son œuvre. Je me suis trouvé une fois en face de ces yeux-là. Et je ne recommencerai pas... Je ne souhaite à personne de croiser sa route... Même à mon pire ennemi."

Il y a des maux sur cette terre... Des êtres, que l'histoire retiens non pas parce-qu’ils le mérite... Mais parce-qu'ils sont là, depuis bien avant les première guerres... Ils ne sont pas juste fous... Ils ne le sont pas d'ailleurs... Nan, ils sont tout bonnement le reflet de ce que l'humanité est, depuis sa naissance... Mauvais. Ils nous renvoient à nous même, comme un miroir brisé... On aimerait pouvoir les éradiquer... Mais... C'est comme la fatalité... On passe toute notre vie à la fuir sans vraiment le savoir, ou y penser... Mais quand elle est là... Il est déjà trop tard."


Paroles d'un vieux Scribe de la CDA autrefois en poste dans le chapitre des terres désolées de DC

Quartier Est :

Ah... Ah... Anh putain d'merde... aaaah putain putain d'putain !!!

Un homme courrait à brides perdue dans les ruines de la ville, cherchant désespérément à semer la bête qui à présent le traquait depuis plusieurs jours. Ce type, c'était un gars qui ce faisait appelait la fouine dans la ville basse de la cité de Louisiane... Voilà qui était assez ironique... Une fouine poursuivi par... Une Hyène. Ce con avait cru bon de la livrer à des trou du cul de mercenaire mais... Quand on s'attaque à quelqu'un, il est plus que raisonnable de savoir à qui on n'a affaire et... Il est rarement bon signe d'avoir affaire à la Hyène. L'homme ce tenait le flanc et il avait une fracture ouverte à l'avant bras gauche... Elle l'avait déjà bien amochée, il ne lui restait plus qu'a l'attraper mais pour ça... Elle ne ce faisait pas trop de soucis.

Elle était derrière lui... la sinistre silhouette de La Hyène le suivait d'un pas calme, elle était comme l'increvable fatalité qui poursuit chaque être vivant, un mal que rien ne pouvait stopper.
De plus, la Hyène avait entre temps réussi à refaire son armement au Cercle, en échangeant son ancien fusil à canon basculant contre un fusil à pompe tout aussi classieux et chambré sur du super-magnum. Pour le reste, elle c'était acheté un LAR grizzly Mk.II crachant du 44.magnum.
Elle n'avait peut être plus une thune, mais à présent, elle était bien mieux préparée car, si le Mojave était dur à vivre, la Louisiane était tout aussi dangereuse... En étant différente.

Mais pour l'heure, « L'Ombre de L'Est » (comme on l'appelle dans le Colorado et l'Arkansas) continuait de froidement suivre sa proie avec dans les yeux la même sempiternelle lueur de haine et de rancœur, cet éclat de mépris et de dégoût qu'elle avait vis-à-vis de chaque être humain.
L'homme commençait à pleurer... En hurlant de sa voix déchirée par la peur... Une bien piètre facon de finir ça vie que d'implorer l'aide d'une quelconque personne... Pour Deborah, ça n'était qu'une preuve de plus que ce type ne méritait tout simplement pas de vivre... Il était écoeurant, méprisable, insignifiant... c'était un cafard pour elle... Un misérable atome de merde qui avait eu le malheur de croiser sa route, tout simplement.

« A L'AAAAIDE !!!! Pitié... Putain j'vous en priiiiie... Ah... ELLE VA M'BUTER !!!! »

L'homme fini par difficilement rejoindre un bar miteux, enfonçant la porte d'un coup, avant de s’effondrer sur le sol, sa main droite raclant alors le parquet moisie et gondolé de la battisse.

« Ahh... AAAh.. Elle... Pitié... Elle vas venir !!! »
« Qu'est ce tu raconte trou d'balle ? Qui vas venir ?  Putain mais ils ont quoi les gens aujourd'hui ? Casse toi... Je suis pas toubib.»
« J... Bordel... Aidez moi... Ah... Elle vas m'buter ! »

L'homme essaya de se relever sous les regard moqueur et étonnés des autres invités qui commencèrent à chuchoter entre eux... Cet alors que les pas lourds de la Hyène vinrent retentir derrière la porte... Faisant frémir La Fouine sur place, avant que ce dernier, maladroitement, ne vienne a foncer vers le bar en attrapant le col de barman.

« Putain... tu comprend pas... E- »

A peine eu t'il le temps de finir ça phrase que la porte du bar vint alors à s'ouvrir dans un sinistre couinement... Dévoilant alors la silhouette de la pillarde, pillarde dont l'entrée à elle seule suffit à installer un silence de mort dans le bar.
La Fouine lui ce retourna alors, tremblant comme une feuille, ses yeux injecté de peur et d’effrois face à la femme qu'il avait osée rouler. Le Barman se libéra sans mal de l'emprise de l'homme apeuré avant de lever les yeux vers la Hyène.

« Eyh ! Toi... Je veux pas d'emmerde, j'en ais déjà eu assez comme ça aujourd'hui, alors maintenant, tu m'embarque ce connard ailleurs et que je revoie plus ta gueule de tarée ni celle de ce trou du cul, c'est clair ? »

La Hyène fusilla le barman de son regard acéré... Avant de lui dire de sa voix monocorde et légèrement roque.

« Tu veux plus voir ma gueule ? »

Et là, d'un geste rapide, la Hyène vint à sortir son LAR grizzly, avant de tirer dans la tête du Barman, éclatant son crane qui éclaboussa le mur juste derrière lui.

« Voilà. » dit elle avant de se remettre à regarder sa proie, cette dernière ce collant comme il pouvait contre le comptoir aspergé de sang et de matière grise et ce, tout en ce pissant dessus. L'homme tremblait comme une feuille tendis que les autres spectateur, choqués pour la plupart regardaient la scène, ne voulant pas intervenir, de peur de finir comme le barman. Toutefois, dans un soucis de compréhension et de clarté, la Hyène vint à dire ces mots :

« Le premier qui bouge, je l'ouvre en deux et je lui sort les boyaux à mains nues... C'est clair ? »

Sur ce, la Raider vint alors a s'avancer vers la fouine qui, sûrement à cause de l'épuisement et de ses blessures, ne put rien faire d'autre que supplier la Hyène de l'épargner... Malheureusement pour lui... Il n'était pas en présence d'une femme très compréhensive... Ni très magnanime. Cette dernière l'attrapa alors violemment par le col avant de l'envoyer voler contre une table. Une fois cela fait, elle vint à s'approcher de lui calmement en sortant une cigarette au passage, afin de laisser le temps à ce petit fumier de reprendre son souffle... Avant de morfler sévère.

« Tu te souviens de ce que je t’ai dit lors de notre première rencontre, sale fils de pute ? »
« P-pitié... J-je savais pas... »
« Nan... Bien sur...Vous ne savez jamais... Vous ne savez rien, vous n'êtes rien à mes yeux... Vous êtes juste bon  ramper dans la merde que vous vous êtes vous même faite tomber sur la tronche... Vous me foutez la gerbe... Tous autant que vous êtes.... Pathétique, méprisables, insignifiant... Votre existence m'est insupportable... Alors voir un insecte comme toi essayer de me rouler... Nan... Si tu veux de la pitié ou le pardon... tourne toi plutôt vers ton dieu... Si tant est qu'il en reste un qui puis ce encore vous écouter. »

Et là... Ce fut le début du festival. La Hyène vint a violemment attraper la tête de l'homme de chaque coté, avant d'enfoncer ses pouce dans les orbites de ce dernier. Les ongle de la raiders vinrent alors a s’enfouir dans les yeux du pauvre homme dans un bruit dégueulasse, bruit ce mariant a merveilles avec les hurlements de l'homme, homme dont les orbites pissait à présent un mélange de sang et de liquide gluant, tendis que la Hyène, par fureur, fit cogner la tête de sa victime à plusieurs reprise contre la table, avant de lui hurler ces quelques mots :

« JE TE L'AVEZ DIT ! HEIN !? JE TE L'AVAIS DIT DE PAS TE FOUTRE DE MA GUEULE ! »


Dans un Ultime sursaut de colère la Hyène lâchât enfin la tête de l'homme avant d'attraper une bouteille d'eau de vie qui traînait là, saisissant ensuite la gorge de La Fouine d'une main tout en éclatant le goulot de la bouteille contre le rebords de la table puis... De verser tout le contenue de la bouteille sur le visage de l'homme, le faisant à nouveau hurler à s'en exploser les poumons.
Une fois la bouteille vide, La hyène la reposa violemment sur la table, avant de tirer une grosse tache sur sa cigarette et de la retirer de sa bouche.

« Vas y... Prie... Prie pour que les Enfers te soit plus doux... Immonde pourriture que tu es... »

Et sur ce... la hyène vint à légèrement ce reculer en balançant son mégot sur la gueule du pauvre homme, enflammant alors l'alcool sur son visage... Et pour clôturer le tout, elle reprit la bouteille en mains, avant de lui enfoncer le goulot péter dans les burnes. Puis... Elle se reculât, tendis que le bougre hurlait... Il hurlât oui... jusqu'à en mourir quelque seconde plus tard. Le souffle de la pillarde était fort et... Dans sa tête un léger sifflement vint à retentir... Signe que la haut... ça commençait à ce barrer en couilles, mais très légèrement, rien d'alarmant.

« Vous tous... Que cela vous serve d'exemple... Maintenant cassez vous... Ou je vous jure que vous allez le rejoindre. »

Sur ce, tout les badeaus ce levèrent sans demander leur reste, vidant le bar aussi vite qu'ils le purent, laissant alors la Hyène seule... Hyène qui allât s'asseoir sur un tabouret, avant d'attraper une bouteille de bourbon et de s'en jeter une grande rasade, essuyant ensuite ses lèvres d'un revert de la main en soupirant profondément.

inventaire:
 

état:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE
Revenir en haut Aller en bas

No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» No mercy for the Brotherhood of Steel 27 novembre 2290 LIBRE
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
» 18 novembre 1803, les idéaux de Vertières
» Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Archives :: Sujets terminés-