La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le dernier jour... [RP solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Le dernier jour... [RP solo] Ven 2 Déc - 15:29
27 Décembre 2290
Une nouvelle journée se levait sur Louisiane et les premiers rayons de soleil éclairaient maintenant la couchette de Xiang, recroquevillé dans son lit en position fœtale, son uniforme rayé toujours sur les épaules. A cause de cette fenêtre ouverte seulement obstruée de barreaux, le froid rentrait facilement dans la cellule du garçon et cela faisait plusieurs jours qu’il gardait son uniforme pour dormir. Un uniforme autrefois neuf mais qui était maintenant Sali par la poussière et taché de crasse par endroits en raison du manque d’hygiène des détenus comme lui.
Alors que ses yeux étaient déjà ouverts depuis quelques instants, Xiang entendit sonner le réveil de tous les détenus. Le garçon s’assis sur sa couchette et fixa sa casquette sur la tête avant de sortir lentement pour se mettre en rang. Après une ou deux minutes passées à attendre, Xiang commençait à émerger et les gardiens firent le tour des prisonniers avant de s’arrêterdevant l’un d’entre eux : son "parrain". L’un des gardiens lui expliqua alors.

- Passé une bonne dernière nuit 10267 ? C’est le grand jour ce soir, tu passes à la chaise à 21 heures. Adresse-toi au cuistot toi-même avant 16 heures si tu veux un dernier repas spécial. T’es dispensé de travail aujourd’hui… Prépare-toi bien…
Il se retourna ensuite vers les autres.
- Les autres, cassage de pierres !
Xiang obéit aux ordres comme les autres, mais il alla d’abord voir son protecteur, une grimasse désolée sur le visage.
- Je suis désolé pour toi… Si t’as besoin de parler, n’hésites pas…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Ven 2 Déc - 22:30
Le Soleil se leva timidement sur Hell's Deep, et une fine brume commença à envelopper la section du couloir de la mort comme pour annoncer une mauvaise nouvelle. Il émergea péniblement ce matin. Il savait que c'était son tour cette fois ci, et il n'avait aucun as dans sa manche pour retarder l'échéance comme pour les fois précédentes. B-Migs regardait le plafond de sa cellule d'un œil vide, l'esprit las et absent. Il n'avait pas envie de se lever. A quoi bon ? A 21h au soir, il ne le pourrait plus jamais de toute manière.
Il finit tout de même par se lever, la gueule encore enfariné de la mauvaise nuit qu'il avait passé. Encore ces foutus cauchemars et ces rêves étranges qui lui rappelait sans cesse son père... Comme s'il avait besoin de se souvenir de cet enfoiré à un moment pareil. Il se prépara et sortit tout juste lorsque les gardes passèrent entre les rangs. Ils ne lui firent d'ailleurs aucune remarque sur son retard. D'un côté ils devait sans doute un peu compatir pour leurs condamnés. L'un d'eux s'arrêta devant lui et lui rappela ce qu'il ne savait que trop bien.

- Passé une bonne dernière nuit 10267 ? C’est le grand jour ce soir, tu passes à la chaise à 21 heures. Adresse-toi au cuistot toi-même avant 16 heures si tu veux un dernier repas spécial. T’es dispensé de travail aujourd’hui… Prépare-toi bien…
- Oui monsieur, répondit il avec son flegme habituel et en grillant les règles de la prison, bien sûr monsieur. C'est super sympa de me la rappeler, monsieur... ajouta il plus bas.

Le garde ignora l'indiscipliné, sans doute une nouvelle faveur accordée au mort en devenir, et aboya en direction des autres prisonniers, pour eux l'emploi du temps restait le même à savoir pétage de cailloux dans la cour. Super. Pourtant, bien que la corvée soit pénible dégradante et épuisante, B-Migs aurait tout donné pour échanger sa place avec un autre. Ne serait-ce qu'une journée de plus, même dans cette prison pourrie. Après tout, aucun êtres vivants ne souhaitaient mourir et il ne dérogeait pas à cette règle. Surtout lui.
Xiang s'approcha lentement de lui, sans doute pour lui dire qu'il compatissait ou un truc du genre. Putain, il s'en branlait le poireau franchement. Il avait plus d'une fois sauvé les petites fesses de l'Asiatique dans la prison étant donné que celles ci attiraient pas mal de monde. Et au final qu'allait il récupérer ? Un pauvre désolé ? Génial.

- Je suis désolé pour toi… Si t’as besoin de parler, n’hésites pas…
- « Bingo » pensa le condamné avant de parler. Non, non t'inquiète pas. J'aurais dû me faire griller le cul depuis longtemps ! Et puis, p'tete que j'aurais un nouveau coup de pot qui sait ? Termina t-il sur un rire jaune.

Il essayait au moins de paraître sûr de lui et ironique, comme à son habitude. L'image, au final, c'est tout ce qui vous survit. Il regarda son protégé partir avec les autres prisonniers pour la casse en lui adressant un dernier regard. C'est qu'il était presque mignon le petit bagnard. S'il savait ce que le condamné pensait vraiment de lui il ne ferait sans doute pas tout ça. M'enfin bon. Il retourna dans sa cellule afin de glandouiller. Il n'avait envie de rien faire de toute façon.

Les matons menèrent les détenus dans le sas séparant la cour de la prison même et, après avoir bien vérifié que les boulets étaient bien accrochés à tout les pieds, commencèrent à gueuler des ordres. Les condamnés commencèrent à récupérer les pioches et autres outils en rang d'oignon pour enfin se positionner devant les roches. Ils commencèrent leurs dur labeur pendant que leurs geôliers s'installèrent tranquillement non loin de là, bien au chaud. Il faut dire qu'il faisait plutôt froid ce matin.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Sam 3 Déc - 12:57
Ignorant totalement ce que pouvait se dire B-migs à ce moment là (même s’il avait bien remarqué qu’il était préoccupé, quoi de plus normal…), Xiang affichait un sourire compatissant et se prit même à lâcher un minuscule rire mal à l’aise et forcé à la dernière remarque de ce dernier sur son habituelle chance.
- Je te le souhaites B-migs, de tout cœur.
Avant que les gardes ne remarquent le retard de Xiang, ce dernier se retourna et alla vit rejoindre la file indienne, mais non sans se retourner encore une fois vers son « parrain ».
- Si tu veux que j’achète, ou que je vole quelque chose pour toi aujourd’hui, n’hésites surtout pas à me demander ok ?
Dit-il avec un clin d’œil. Justement, il avait repéré dans la poche du détenu devant lui un paquet d’herbe séchée, de la majiruana très certainement… Le genre de truc qu’on ne pouvait pas se procurer légalement ici, mais également le genre de truc dont la cellule de 8463 débordait. En tant qu’ancien contrebandier, ce type avait gardé des contacts et même si jamais ils ne lui feraient échapper à la chaise électrique, il pouvait se la couler VRAIMENT douce en attendant… Alors un sachet de plus ou de moins, qu’en aurait-il à faire ? Xiang glissa sa main dans la poche du mec devant lui et en moins d’une seconde, le paquet avait changé de poche.
Amusé et équipé d’un grand soupir, le jeune Xiang suivit donc le rang… Ca faisait de bien de voir qu’on n’avait pas perdu la main… Une fois dans la cours, la routine recommença pour lui et il se laissa donc enchaîner le boulet à son pied gauche avant de s’emparer de sa pioche, suant à l’avance à l’idée de taper sur ces cailloux comme un demeuré pour les heures à venir. Une consolation au moins, le temps était froid et là pour les aider à se rafraîchir facilement ! Xiang leva sa pioche mais avant de commencer, le prisonnier à côté de Xiang l’appela.

- Psssst ! Gamin !
Intrigué, Xiang se pencha et tira quelque peu sur la chaîne à son pied pour l’écouter, se mettant en équilibre sur un pied dans une position ridicule.
- J’t’ai vu faire là ! Voler 8463, c’est pas gentil ça ? Tu m’offres quoi pour éviter que je me répande ?
Xiang leva ses yeux vers l’autre détenu et les fronça : 7412, un ancien raider devenu braqueur de banques, il devrait bientôt être pendu en place publique, comme Xiang avait été condamné au départ. Pas très méchant mais malicieux et amoureux de dope, un avantage pour Xiang… Il glissa sa main dans sa poche et en sortit le petit sachet dont il versa la moitié du contenu dans la main de son interlocuteur qui hocha la tête avec un grand sourire.
- C’est un plaisir de faire des affaires avec toi !
- oui ben motus hein !
Répondit Xiang un peu contrarié en commençant à taper sur les pierres avec sa pioche.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Dim 4 Déc - 21:00
Cela faisait maintenant une bonne heure que les prisonniers creusaient la roche à l'aide de leurs pioches au bois vermoulue. Aucun conflit ne semblait avoir éclaté, mais des bavardages avait démarrer. En particulier entre 7412 et le jeune Asiatique. Bien sûr, un garde les avait réprimandé presque aussitôt et les deux détenus travaillèrent en silence depuis.
Certains avaient les mains tremblantes à cause du froid matinal et semblaient plus épuisés que d'habitude. Il faut dire que la température vous prenait littéralement aux tripes et sapait toute vos forces. C'est dans cette optique que les matons décidèrent de raccourcirent le temps de travail et accordèrent le temps libre aux prisonniers après une demie heure supplémentaire de labeur. Plusieurs d'entre eux soufflèrent de soulagement en allant déposer leurs pioches.
Les gardiens les raccompagnèrent donc afin de retirer les boulets qu'ils avaient aux pieds et lorsqu'ils les conduisirent à la zone contenant les cellules, presque aucuns des condamnés ne daigna sortir. Le froid leur faisait plus mal qu'autre chose, surtout avec leurs uniformes pas trop épais.

B-Migs avait passé toute sa matinée à rêvasser et à ressasser son passé. Alors, c'était aujourd'hui que tout se terminait, hein ? C'était aujourd'hui qu'il payait pour ses crimes ? Et pourtant... Il ne comprit pas la leçon. Il ne fut pas touché par le repentir. Il ne se souvenait même plus de ces victimes ! Ou alors simplement d'une ou deux d'entre elles, les plus jolies bien évidemment... Mais tout ce que ces souvenirs lui inspirèrent ne furent en aucun cas la pitié, la tristesse ou même le regret. Non. Les seules choses qu'ils éprouvait était la nostalgie. Il était libre à cette époque, c'était le bon temps... Tout ce sur quoi il peut se défouler maintenant, ce ne sont que quelque maigres souvenirs torrides... Et encore, quand il se souvenait de la fille. C'était ça, sa punition pour être insensible? La mort? Pourquoi était il le seul dans ce cas? Pourquoi pas chaque putain d'homme dans cette prison, sur cette planète même, ne crevait pas tout de suite? Qui pouvait se targuer d'être un saint sur toute les facettes de sa personnalité? Personne, absolument personne... C'est du moins ce que pensait le condamné.
Il attendit des bruits de pas venant du hall, comme si toute une troupe arrivait. « Déjà ? » pensa t-il en sachant que Xiang et les autre revenaient. Ca n'arrivait pas souvent que les gardes, ces chiens galeux, daignaient écourter le temps de boulot. Enfin, c'était tant mieux pour eux remarque. Mais cela voulait aussi dire que c'était bientôt l'heure de la bouffe et ça tombait plutôt bien. B-Migs commençait à avoir la dalle.
Il vit son jeune protégé émerger par la porte de sa cellule en ayant l'air crevé et transit. Il avait dû se les peler à casser du caillou pendant une heure et demie.

- Ca va ? C'était pas trop chiant, ce matin ? S'enquit le blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Lun 5 Déc - 0:34
Une fois dans la cour à casser des cailloux, le jeune bagnard fit son possible pour essayer de se maintenir ne serait-ce qu’à moitié à chaud, mais c’était très difficile. Malgré l’exercice et l’augmentation de sa température corporelle en conséquence, le garçon grelottait de froid par moment les poils se hérissaient tous seuls sur sa peau sous sa tenue rayée.
Cependant, malgré l’épreuve du froid, la fin de ses heures de travaux forcés arrivèrent assez vite et le jaune asiatique ne se fit pas prier pour déposer sa pioche et rejoindre les autres à l’intérieur dès qu’on lui aurait décroché son boulet de la cheville. En se frottant les mains et en soufflant dessus, Xiang se rapprocha de la cellule de B-Migs avec un petit sourire annonciateur de sa découverte. Face à l’homme cependant, il n’eut pas le temps de prendre la parole avant de se la voir coupée. A sa question pour savoir si le cassage de pierres s’était bien passé, Xiang sourit de manière encore plus large.

- Pas mal… Ca a été productif.
Puis il sortit le petit paquet de weed de sa poche et le posa dans les mains de B-migs.
- Tadaaa ! Pour toi !
Dit-il tout content, même s’il perdit de suite son sourire en repensant au sort funeste qui attendait l’homme le soir même.
- Si t’as besoin d’autre chose, tu me le dis. Mes doigts de voleur ont besoin d’entraînement !
Dit-il avec un léger ricanement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Ven 9 Déc - 17:44
Il regardait le petit Asiatique se mettre à sourire jusqu'aux oreilles. Quoi ? C'était si drôle que ça de gâcher sa matinée à faire un truc aussi casse couille que de péter des pierres ? B-Migs n'en avait pas ce souvenir, c'est sur. Depuis le temps qu'il était dans ce Couloir de la Mort il en avait bouffé, des cailloux. Ses mains caleuses et sales s'en souvenaient bien. Son dos meurtri aussi. C'était tous sauf marrant.

- Pas mal, répondit il, ça à été productif.

Le blond ria intérieurement. Productif ? Ha ! En quoi c'est productif de faire ça sérieusement ? Mais avant que B-Migs ne puisse lui poser la question, Xiang déposa dans ses mains un petit sachet en plastique. Il accompagna son geste par un joyeux :

- Tadaaa ! C'est pour toi !

Le condamné du jour était quelque peu surpris. Il était déjà arrivé à Xiang de lui rapporter quelque trucs, et ça pouvait avoir son avantage, mais un petit sachet en plastique ? Il en observa le contenu et esquissa un sourire en voyant la plante séchée. « Alors, comme ça on pique dans les poches de 8463, hein ? » pensa B-Migs. Pourquoi pas. Autant qu'il soit raide quand il passera sur la chaise, avec un peu de chance ça fera une bonne expérience ! Enfin, même en se rassurant de cette manière, le prisonnier ne pouvait pleinement se résoudre à ce qui allait lui arriver. Personne ne le pouvait.

- Si t'as besoin d'autre chose, tu me le dis. Mes doigts de voleur ont besoin d'entraînement !
- Merci petit, je sentirais peut-être moins la foudre avec ça, répondit sincèrement le blond.

Il s'affaira au niveau de son lit, en dessous plus précisément. Il avait planqué dans un renfoncement quelque objets que les gardiens n'auraient sûrement pas autorisés, comme quelque effets personnels douteux ou encore un surin bien aiguisé fabriqué avec un morceau de pierre lors d'une corvée quotidienne. B-Migs caressa l'arme du bout des doigts... Il n'en avait jamais eu besoin, finalement. Enfin, en tout cas sur des co détenus du moins. Sur du matériel électrique par contre... Il ramassa le petit shilum qui traînait juste à côté, et, en se relevant, interpella son protégé.

- Tu t'es pas fais grillé ?

En entendant sa réponse, B-Migs soupira. Il était maintenant bien connu de tous que le jeune Xiang était son protégé. Il lui aurait bien demandé de récupérer les clefs du gardien-chef afin qu'il puisse atteindre les générateurs électriques, comme il l'avait fait pour sa dernière « mise en chaise ». Mais bon, si il venait à se faire chopper c'est sur le violeur repentit que tout retomberait et il n'avait pas du tout envie de se retaper l'isolement. Si le jeune voleur n'était pas capable de piquer un sachet de weed sans se faire chopper... autant éviter les clefs. Mais le condamné ne s'avoua pas vaincu. Il avait échappé à la chaise plus d'une fois. Il avait encore du temps devant lui, il le sentait. Son heure n'était pas encore arrivée.

- Allez viens, on va dans la cour voir si c'est d'la bonne, commanda t-il à son protégé.

Il n'y avait pas grand monde dans la cour, justement. Le froid matinal avait chassé même les plus téméraires. Ca ne dérangea pas vraiment B-Migs, lui était resté au chaud ce matin. Une vingtaine de minute au froid lui ferait sans doute du bien. Il prépara son shilum en regardant bien à droite et à gauche, on ne sait jamais. Ce n'était pas tant les gardes qui l'inquiétait mais plutôt l'ancien détenteur du sachet. Enfonçant une tête de verte dans le fourneau après, bien sur, en avoir examiné le parfum, il commença à fumer à vide. Puis il alluma enfin sa pipe de bois en aspirant. La fumée qu'il recracha était épaisse et brumeuse et montait lentement au Ciel. Il n'y avait pas beaucoup de vent, certes, mais la température était bien basse. Il tendit le shilum à Xiang après avoir aspiré une nouvelle bouffée.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Sam 10 Déc - 11:41
Le jeune garçon tendit le paquet de Weed à son protecteur avec fierté et élargit un peu plus ce dernier quand il lui reprocha à demi mot de voler dans les poches de l’autre détenu. Xiang lui répondit rapidement.
- Bah, il en a encore des tonnes dans sa cellule, un peu de plus ou moins… Je suis même sûr qu’il ne s’en rendra même pas compte !
Contrairement à lui… Il était mal barré et son espoir secret de moins sentir le courant passer en prenant un peu de weed fit grimacer le jeune homme. Il avait de la peine pour lui… Quoi qu’il aie put faire et qu’il le mérite ou non, c’était un peu devenu son ami, ou du moins une sorte d’ami, car il est difficile d’en avoir de vrais dans un endroit tel que celui-ci…

Quand il lui demanda s’il s’était fait griller, Xiang dit que hélas, l’homme derrière lui dans la file l’avait vu, au grand déplaisir des deux hommes. Quand finalement il lui proposa d’aller dans la cour, Xiang hésita et haussa les épaules.

- Bah j’en ai jamais fumé par contre. Ca va me faire un effet bœuf !
Déclara Xiang en ricanant. Une fois l où il avait passé la matinée à écraser des cailloux, Xiang laissa B-Migs se rouler un joli petit joint avec son restant de tabac avant d’y déposer quelques feuilles de weed et de fermer le tout en une épaisse cigarette à la forme bizarre. L’odeur aussi était particulière et Xiang le regarda faire un moment, histoire d’apprendre comment faire. Oh il avait déjà fumé du tabac dans sa courte vie, mais de la weed ? Jamais… peut-être était-ce différent alors…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Dim 11 Déc - 18:30
B-Migs observa son protégé saisir le cône qu'il lui tendait. Les mains du petit commençait à trembloter à cause de la température, et de son côté le blond éprouva un frisson. Lui qui était bien au chaud (enfin, tout est relatif) dans sa cellule commençait à se les geler dans ce froid de canard. Sans même prendre de bouffée sur le joint il soufflait des nuages glacés de vapeur. Son regard se tourna sur l'Asiatique qui commença à tousser à cause de la fumée exotique.

- Ah, ça râpe hein ? Demanda t-il d'un ton moqueur. C'est que ça passe bien.

Il récupéra la clope que lui tendait Xiang et tira dessus. Elle était pas mauvaise, cette verte là. Elle commençait déjà à le calmer et à le poser. Le goût n'était pas en reste non plus, ça changeait du tabac ignoble qu'on trouvait en prison. L'odeur entêtante que dégageait le pilon ne déplut pas aux narines du condamné qui se délecta de ce parfum en prenant de grandes inspirations. Il remercia une nouvelle fois son protégé pour lui avoir rapporter ce petit présent. Il en avait bien besoin, ça l'aidait à oublier ce qui allait lui arriver le soir même... Et pourtant son esprit ne pouvait s'empêcher de divaguer vers cette sinistre pensée. Comment ça allait se passer ? Allait il vraiment mourir ? Pour de vrai ? Cela lui semblait tellement irréel et pourtant... tout était bien palpable. Ce soir, à 21h, il ne serait plus qu'un cadavre fumant qu'on jettera à la fosse commune.Il ne voulait pas y croire. C'était impossible. Il se sentait toujours bien vivant et n'avait certainement pas envie que ça change !
Ses yeux étaient perdus dans le vague, aussi ne se rendit il pas compte que Xiang lui parlait. Il ne le remarqua que lorsque ce dernier lui donna un timide coup de coude afin de le réveiller.

- Hein, de quoi ? Ah, désolé, c'est la weed, s'excusa t-il.

Il regarda un moment le petit Asiatique. Il ne s'était jamais demandé pourquoi il était là, lui. C'est vrai qu'un gosse dans le couloir de la mort n'était pas commun. Tout ce que B-Migs savait, c'est que le gamin était un genre de voleur associé à une bande en ville, mais c'était tout.

- Dis moi Xiang, t'as pas fait appel y'a pas si longtemps ? Questionna t-il en recrachant un nuage opaque. Ca en est ou ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Dim 11 Déc - 23:00
Quand la fumé passa dans sa gorge et descendit vers ses poumons, le jeune garçon fut prit d’une violente quinte de toux. Immédiatement, il restitua le joint à son mentor tout en continuant à respirer difficilement. Pour le coup, le froid ne fut plus un problème aux yeux de Xiang et seule lui importait sa survie à court terme alors qu’il avait l’impression d’être en train d’étouffer. Quand la toux se calma, il répliqua à B-Migs.
- T’es marrant toi ! J’ai pas l’impression que ça passe bien ! Keuuf keuf reuh !
Fut la ponctuation du garçon alors qu’il se racla les poumons. Le froid recommença alors à s’insinuer dans les pores de sa peau et il frotta les paumes de ses mains contre ses avant-bras avant de les frotter entre elles. Après un bref moment d’interrogation, il se tourna vers B-Migs… Xiang aussi avait du mal à s’imaginer que le soir même, l’homme allait se faire électrocuter, foudroyer pour ses crimes avant de disparaître à jamais… Etrange que ce qu’on appelait la justice de nos jours… Ne pouvant se donner bonne conscience qu’en lui donnant un peu de weed, le jeune garçon demanda.
- Mais B-Migs, t’as pas moyen de faire comme avant ? Saboter le générateur avant l’exécution ?
Mais l’homme était toujours en train de fumer son joint, ignorant totalement la demande du jeune garçon. En d’autres circonstances, il aurait laissé tombé, mais là le temps pressait et même s’il s’en voulu d’interrompre un moment de tranquillité, Xiang se résous à lui donner un petit coup de coude.
- Dis B-Migs…
Xiang reposa alors sa question mais, au lieu d’une réponse, il eut le droit à une autre question de la part de l’homme. D’abord déboussolé, Xiang sourit ensuite.
- Ca se présente bien. C’est un autre juge que Ruth qui l’a examiné et il veut se payer la tête de celui qui m’a collé ici. Alors je vais devoir témoigner contre ce juge, le faire tomber en exposant sa cruauté et son sadisme, et en échange je vais à Hell’s deep, pour 1 an. Et après c’est soit l’armée jusqu’à ma majorité, soir la prison. Mais je pense que je prendrai l’armée, tout plutôt que péter des cailloux. J’échappe à la corde, et je me paye un juge au passage, j’aurais pas pu trouver meilleur deal !
Répondit le gamin enjoué, mais perdant vite son sourire en se rappelant que ce n’était pas le cas de son infortuné compagnon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Mar 13 Déc - 23:16
- Ca se présente bien. C’est un autre juge que Ruth qui l’a examiné et il veut se payer la tête de celui qui m’a collé ici. Alors je vais devoir témoigner contre ce juge, le faire tomber en exposant sa cruauté et son sadisme, et en échange je vais à Hell’s deep, pour 1 an. Et après c’est soit l’armée jusqu’à ma majorité, soir la prison. Mais je pense que je prendrai l’armée, tout plutôt que péter des cailloux. J’échappe à la corde, et je me paye un juge au passage, j’aurais pas pu trouver meilleur deal !

B-Migs regardait le ciel alors que son acolyte lui racontait le plan de sa possible libération. C'est vrai, il avait oublié cette histoire avec Ruth... L'Asiatique le lui avait pourtant déjà dis la première fois qu'il s'était rencontré. Mais cela semblait déjà bien loin aux yeux de l'ancien criminel. Effectivement, tout avait l'air de bien se passer pour le petit gars. Enfin, si tout se déroulait comme il l'avait prévus bien sur. Le blond avait un peu entendu parler de ce juge là, et certainement pas en bien. Il paraît que c'est une véritable vipère pour ses ennemis, mordant avidement tout ceux qui lui ferait de l'ombre ou qui lui déplaisait. De plus il était également une véritable anguille vis à vis des autorités compétentes. Le gars avait un carnet d'adresse long comme le bras et n'hésitait pas à s'en servir pour se sortir de la merde.... ou encore pour foutre les gens dedans.

- Ah bah c'est cool tout ça, commenta t-il d'un ton presque neutre. Si tout se passe bien t'es tiré d'affaire ! Et c'est sur, j'te conseille l'armée. Ici c'est pas un endroit pour les mioches, j'pense que t'as du le remarquer depuis le temps, ajouta t-il sur un clin d'oeil.

Le condamné profita une dernière fois de son joint et tira dessus avant de jeter le mégot au loin d'une pichenette. Il décrivit plusieurs arcs de cercles lumineux avant de rencontrer le sol dans une multitude d'étincelles orangées. B-Migs se leva en soufflant un nuage glacé emplit de CO2 et de THC, bientôt suivit de son protégé.

- Ah, et pour répondre à ta question, non je ne peux plus bousiller le générateur. Le gardien-chef à prit une petite habitude me concernant maintenant, quand approche mon tour pour la chaise du moins.

Il désigna discrètement les deux gardes qui les regardaient du coin de l'oeil à travers la vitre du hall. Bien qu'ils faisaient mine de discuter entre eux et de vaquer à leurs occupations, on pouvait clairement voir qu'ils surveillaient les deux prisonniers. Ils détournèrent rapidement le regard quand le jeune bagnard tourna naïvement sa tête dans leur direction.

- Ils me collent au cul, maintenant. J'peux plus trop faire ce que je veux ! Dit-il en riant.

Il se commença à marcher vers le hall d'entrée afin de regagner sa cellule. Il faisait trop froid dehors, et ils n'avaient plus rien à y faire de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Mer 14 Déc - 0:54
Xiang haussa les épaules à la déclaration de B-migs et répondit avec ironie.
- Bah… Je sais pas si l’armée c’est tellement mieux pour les gosses, mais ça peut pas être pire en tout cas. J’aime pas les rayures, je préfère porter un autre uniforme.
Dit Xiang avec un sourire amusé en tirant sur ses bretelles avec ses pouces. La conversation revînt ensuite au générateur et à la fin de vie imminente de B-Migs. Xiang perdit alors son sourire et son ironie pour serrer la bouche. Rentrant à l’intérieur de l prison, Xiang fronça les sourcils devant le manque de foi et de détermination de B-Migs, il secoua la tête et répondit du tac-o-tac.
- Mais laisse pas tomber ! Il y a forcémment un moyen pour que t’échappe à la chaise électrique encore une fois ! Tu l’as fait plein de fois avant !
Dit Xiang, laissant la panique l’envahir un peu avant de se plonger dans une courte mais intense réflexion. Il donna rapidement ses conclusions à son compère.
- Mais, et si je le faisais moi ? Je peux t’aider ? Je peux faire une diversion pendant que tu sabotes le générateur, ou alors le contraire ! Je te dois au moins ça !
Dit alors le jeune garçon en souriant largement.

hrp : désolé pour la réponse courte :/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Mer 14 Déc - 15:29
Alors qu'ils déambulaient en frissonnants dans le long hall qui jouxtait la cour et la zone de détention, B-Migs ne put s'empêcher de regarder par dessus son épaule. Les deux gardes s'étaient mis en marche à une bonne distance, les suivant d'un pas calme et mesuré. Ils n'allaient sans doute pas le lâcher de toute la journée... La belle affaire.
Il se tourna vers Xiang et vit à sa tête déconfite que le petit bagnard n'avait pas dans l'esprit de laisser tomber son protecteur.

« Mais laisse pas tomber ! Il y a forcément un moyen pour que t’échappe à la chaise électrique encore une fois ! Tu l’as fait plein de fois avant ! »

Le blond se contenta de grogner en guise de réponse. Les jeunes ne savaient jamais quand abandonner... Mais d'une certaine manière, cet engouement pour sa vie toucha le violeur repentit. Comme c'était paradoxal, tout de même ! C'était un enfant qui essayait de le motiver ! B-Migs ria presque à la bonne blague que lui faisait le destin, si une telle chose existait bel et bien ici bas. Une brume passa sur ses yeux lorsque certains souvenirs émergèrent dans son esprit... Cela ne faisait aucun doute que si son protégé savait ce qu'il avait bien put faire dans sa vie, son opinion sur B-Migs changerait complètement. Il voudrait le voir griller le plus tôt possible !
Devant le manque de conviction du blond, l'Asiatique ne put s'empêcher d'ajouter :

- Mais, et si je le faisais moi ? Je peux t’aider ? Je peux faire une diversion pendant que tu sabotes le générateur, ou alors le contraire ! Je te dois au moins ça !
- Ecoute Xiang, c'est très mignon tout ça. Mais tu crois pas qu'ils ont un œil sur toi aussi ? Ils savent bien que je t'ai pris sous mon aile, rétorqua t-il, las.

Ils arrivèrent bientôt à la cellule de B-Migs, et celui ci s'écrasa littéralement sur son lit. Il était complètement fait, la beuh lui avait retourner la tronche et il se sentait presque voler dans les airs. Il écoutait d'une oreille distraite les encouragements et autres plaidoiries que son protégé balançait. Le tout se mêlait sans son crâne dans un maelström de mots et d'onomatopées. Il stoppa le flux en prenant la parole.

- Arrête. J'ai fais mon temps, moi. J'en ais marre, mentit il, j'ai plus rien à foutre ici. Si tu savais ce que j'ai fais dans ma vie t'aurais pas autant pitié de moi, ajouta t-il plus amère.

Il s'en voulut presque immédiatement d'avoir entamé le sujet. Etait-ce l'effet de la weed qui parlait pour lui ? Ou avait il besoin de se confier à quelqu'un maintenant que la Mort lui caressait l'échine et lui murmurait à l'oreille ? Il n'en savait rien...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Ven 16 Déc - 0:31
Le jeune asiatique resta interdit pendant quelques secondes face à la réaction nihiliste et défaitiste de B-Migs, puis il secoua la tête, refusant d’accepter ce qui était malgré tout une évidence, même si ça ne donnait que quelques jours ou semaines de sursis.
- Nan ! Tu vas lever ton cul de ce lit et on va essayer de trouver une solution ensemble ! Je me doute bien que t’as fait des trucs pas folichons pour atterrir ici mais je veux pas le savoir… Pour tout te dire en fait, j’ai pas envie de le savoir ! Ce que je sais à l’heure actuelle c’est que t’es le seul à m’avoir tendu la main au milieu d’une piscine remplie de requins qui voulaient me bouffer. Je sais pas à quoi ressemblerait mon trou de balle à l’heure qu’il est si t’était pas là !
Se permit même de plaisanter le petit asiatique avec un rire un peu jaune… Sans mauvais jeux de mots.
- T’es la preuve vivante qu’il y a du bon dans chacun d’entre nous, même les criminels, même les condamnés. L’image que j’ai de toi c’est celle de quelqu’un de bien et quoi qu’il arrive c’est celle que j’veux garder, pas d’un tueur ou d’un violeur ou de je ne sais pourquoi t’es là. Moi je te le dis, tu mérites de vivre, à défaut de vivre éternellement au moins encore un peu. C’est pas toi qui me disais que tout est bon à prendre ? Tu veux vraiment te résigner à te laisser emmener et ligoter sur la chaise comme un rôti avant d’être cuit ?
Xiang calma ensuite un peu ses ardeurs, il s’assit sur le rebord du lit et croisa les mains, perdu dans ses pensées quelques instants avant de se tourner vers B-Migs.
- Il y a forcément quelque chose que je peux faire pour t’aider… Et même si t’as décidé de les laisser te griller, j’peux au moins à passer une bonne journée… N’importe quoi, dis-moi ce que je peux faire pour toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Dim 18 Déc - 3:42
B-Migs observa l'Asiatique bouche bée alors que ce dernier lui ordonnait de se bouger les fesses, de ne pas lâcher prise, de ne pas subir le courant qui l'emportait. Depuis quand son protégé s'était il fait pousser des couilles ? Il était pourtant vrai que le jeune chiot avait bien mûrit depuis la première fois où il avait posé le pied dans le couloir de la Mort. Le blond se souvint de son arrivé comme si c'était hier. Un Agneau lâché dans une cage au milieu de Loup affamés, voilà ce qu'alors il était. Il se rappela de ce que son pote du moment, Karl (passé sur la potence quelque jours après, paix à son âme), lui avait murmuré à l'oreille lorsque le nouveau s'était pour la première fois pointé au réfectoire. Comme quoi il ne lui ferait aucun mal sur un ton qui suggérait complètement l'inverse. Ce type partageait le même goût que B-Migs pour le crime et c'était pour cela qu'ils s'étaient rapproché, mais ce dernier n'avait pas exactement les même cibles... Ce jour là, il avait décidé d'aborder Xiang avant que Karl ne le fasse. Question de bon sens, on veut toujours jouer un peu avant que le jouet ne finisse par se casser. Mais après avoir discuté avec le petit gars, le condamné se rendit compte de sa possible utilité et le prit sous son aile, s'attirant par la même les foudres de son ancien ami. Heureusement que deux jours plus tard il pendait au bout d'une corde !
Et maintenant c'était presque lui qui le protégeait. De lui même et de son défaitisme. Sur le coup il eut très envie de coller une torgnole retentissante sur le nez du bagnard afin de lui faire comprendre sa place, mais... Cela n'en valait pas le coup. Et ç'aurait plus été un acte afin de se déstresser qu'un acte véritablement utile. Au final le gamin avait raison. Depuis quand abandonnait il lâchement comme ça ? Pourquoi laisserait il sa Vie sur le carreau ? Comptait il enfin fuir ce calvaire qu'était la prison par la seule issue qu'il pouvait voir ?
Le gamin s'arrêta un instant pour mieux repartir, mais parla cette fois là de l'altruisme que l'ex violeur avait manifesté envers lui en le prenant comme protégé. Cela fit presque rire B-Migs, mais d'un autre côté c'est comme cela que Xiang le percevait. Enfin, le voyait il vraiment comme cela ? C'était impossible qu'un gars comme lui puisse s'être racheté de cette façon là...

« Il y a forcément quelque chose que je peux faire pour t’aider… Et même si t’as décidé de les laisser te griller, j’peux au moins à passer une bonne journée… N’importe quoi, dis-moi ce que je peux faire pour toi ? »

Eh, n'importe quoi hein ? Enfin, le blond ne se voyait pas lui demander de lui tailler une pipe, de toute façon. Mais il y avait peut-être bien quelque chose que Xiang pouvait faire pour lui, oui...

« Ok, tu m'a convaincu gamin ! Et je sais exactement ce que tu pourrais faire pour moi ! Ecoute... »

Il se stoppa net en entendant des bruits de pas s'approcher rapidement de sa cellule. Il n'avait pas envie que ce qu'il dise à son protégé ne s'ébruite dans toute la prison... On frappa aux barreaux à l'aide d'une matraque. C'était Collins, le roux qui détestait B-Migs, qui se présenta. Il beugla à l'intention des deux prisonniers afin que ceux ci l'écoute.

« Toi là, commença t-il en désignant le blond d'un geste dédaigneux, et n°10325. Le gardien chef veut vous voir dans son bureau. Maintenant ! »

Le condamné échangea un regard avec son partenaire. Cette faveur allait devoir attendre quelque temps...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Dim 18 Déc - 14:51
Bien sûr que la réaction de Xiang avait surpris B-Migs, à vrai dire, Xiang s’était surpris lui-même à lui parler comme ça. De temps en temps ça lui arrivait donc, il avait des poussées de testostérone aussi soudaines et aléatoires que ses poussées d’acné. Espérant un résultat après sa petite sortie, le jeune garçon resta immobile quelques instants, son espoir de voir B-Migs remuer s’amoindrir à chaque seconde qui passait.

Finalement cependant, et à son grand bonheur, le criminel finit par se redresser et admettre ses torts. Xiang sourit d’allégresse face à cette réaction et s rapprocha, posa sa main sur son poignet.

- Vas-y dis-moi, comment je peux t’aider champ’…
Mais ce moment d’intense complicité fut interrompu par l’arrivée d’un garde dans leur dos dont l’interjection fit sursauter le jeune Xiang. Retrouvant instantanément sa posture de détenu juvénile soumis à l’autorité. Xiang ôta sa casquette et écouta le discours du garde avant de hocher la tête et de le suivre, en vissant de nouveau sa casquette de gavroche sur le haut de son crâne.

En route pour le bureau du patron et escortés par ce garde, Xiang se pencha vers B-Migs.

- T’as une idée de pourquoi il voudrait nous voir tous les deux ?
Demanda le garçon car même s’il se doutait qu’il avait probablement des choses à dire à B-Migs, il voyait mal en quoi ces choses pouvaient le concerner.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Lun 19 Déc - 21:54
Les deux prisonniers suivaient le garde d'un pas nonchalant alors que celui ci jetait quelque regard concernés aux deux intéresses. Enfin, surtout envers le blond en vérité. Collins ne lui faisait pas confiance et à juste titre. Mais bon, que pourrait il bien faire de toute façon ? Ce n'était pas comme si il allait tenter quelque chose maintenant...
B-Migs traînait dans les marches d'escaliers. Il savait bien ce que le gardien chef lui voulait pour l'avoir déjà entendu à plusieurs reprises. Peut-être allait il encore lui conseiller de se tenir à carreau cette fois ci ? Peut-être le ferait il de manière plus brutale qu'auparavant cela dit... Quelle plaie que ces entrevus avec le vieux sergent ! Le condamné ne l'appréciait pas du tout, et c'était sans aucun doute réciproque vus le traitement que l'ex soldat lui administrait parfois. Quoique... C'était un vieux con avec tout le monde au final. Xiang se pencha discrètement vers B-Migs, comme pour lui confier un secret.

- T'as une idée de pourquoi il voudrait nous voir tout les deux ?
- Ah, ça je n'en sais fichtre rien, répondit il sans aucune manière. Il va sûrement me faire chier concernant l’exécution comme d'habitude. Peut-être qu'il veut te voir en même temps parce qu'il connait bien nos relations, qui sait ?

Mais le jeune rayé soulevait un point intéressant. Pourquoi lui ? Il avait tout d'un prisonnier modèle (hormis les rares fois où il commettait des larcins, mais vus qu'il ne s'était jamais fait prendre...) et le vieux garde semblait l'apprécier qui plus est. Enfin, soit il l'appréciait soit il avait pitié de lui. Pourquoi donc voulait il le voir ? Il avait peut-être remarqué la propension qu'avait l'Asiatique vis à vis du vol à la tir ?
Ils arrivèrent finalement en face de la porte du grand manitou sur laquelle Collins frappa nerveusement. C'était drôle la façon dont même les autre gardes se pissaient dessus quand ils s'agissait de ce type ! Après un « Entrez » de glace digne du bonhomme gérant le bloc E, Collins les invita à entrer en leur conseillant de se tenir à carreau.
La condamné entra le premier d'un pas mesuré et vit le vieil homme observer la cour par la fenêtre les poings dans le dos, comme à son habitude. Il était baigné du Soleil de midi, aussi les détenus ne purent que distinguer une vague silhouette sombre. Un long silence se fit après qu'ils aient refermé la porte, attendant patiemment que l'homme commence à leur parler.

Ce qu'ils pouvaient être casse burne ces hommes de lois. En particulier ce sale type... Comme s'il avait que ça à faire de changer de telles conditions à la dernière minute ! De la paperasse en plus, encore et toujours. Mais ce n'était pas ce qui dérangeait le plus Marcus dans cette histoire. Comment leur annoncer cela ? C'est clair que 10267 allait sauter de joie, cet enfant de salaud. Ce type était le cancer et le choléra réunit en une seule personne. Il allait encore échapper à son juste destin... Quelle plaie. L'ancien militaire prit enfin la parole après plusieurs minutes.

- Asseyez vous, tout les deux.

Il s’exécutèrent alors que Marcus se retournait afin de voir ses deux interlocuteurs. Si l'un allait bondir de joie, l'autre allait sans aucun doute possible se mettre à pleurer toute les larmes de son petit corps. Il réfléchit un moment avant de commencer, le vieil homme n'étant pas très doué pour ce genre d'annonce. Il manquait toujours de tact et de rigueur, peut-être même d'humanisme. Mais il allait essayer de faire exception cette fois ci, la situation l'exigeait.

- On va faire court, je n'ai pas envie de passer par quatre chemins. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous deux. La bonne te concerne, 10267, dit il après un léger temps.

Il vit un sourcil se lever sur le visage de B-Migs alors que celui ci l'écoutait. Pour une fois, il restait sage et peu enclin à l'insubordination. Peut-être sa Mort imminente l'avait calmer un peu.

- La Faucheuse à décidé qu'aujourd'hui ne serait pas ton grand jour, une nouvelle fois. Ton exécution est reportée.

L'expression de joie intense qui illuminait le visage du blond en cet instant lui donna envie de lui en coller une. Pourquoi ce type avait il autant de chance après tout ce qu'il avait fait ? Existait il véritablement une justice dans ce putain de monde ? Le garde fut surpris de voir que 10325 partageait son expression. N'avait il pas une relation de protecteur/protégé, ces deux là ? Sachant le passé criminel de B-Migs, ça ne devrait pourtant pas le rendre si joyeux...

- Xiang, ajouta t-il en prenant son temps. La mauvaise te concerne.

C'était bien la première fois en 20 ans de service que le balafré nommait un détenu par son prénom. Le jeune garçon calma presque illico sa bonne humeur et prit un expression concernée. Il ne se doutait pas de ce qui allait lui tomber dessus... Comment annoncer quelque chose de si pointilleux à un enfant de 14 ans ? Non, Marcus n'était vraiment pas doué pour ce genre de chose.

- 10325, je suis sincèrement désolé de t'annoncer cela, commença t-il alors que le visage de l'Asiatique perdait des couleurs. C'est toi qui va prendre la place de 10267, aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Mar 20 Déc - 11:57
Discipliné et obéissant comme à son habitude, le jeune Xiang suivit le garde et chuchota avec B-Migs à voix très basse pour ne pas se faire reprendre par ce dernier. Xiang ne fit aucun commentaire suite à la réponse de ce dernier et suivit la procession en silence jusqu’au bureau du directeur. Une fois à l’intérieur, il retira sa casquette et laissa la porte se fermer derrière lui, prenant place sur une des chaises quand on le lui demanda.
Xiang baissa un peu les yeux pour éviter de croiser le regard du directeur et le laissa parler, sans l’interrompre. Cependant, il eut un mauvais pressentiment quand ce dernier annonça une bonne et une mauvaise nouvelle. Dans sa tête, à ce stade, il n’avait pas envisagé que la mauvaise nouvelle puisse concerner qui que ce soit d’autre que 10267, espérant que la bonne nouvelle pour lui soit celle de son transfert vers Hell’s deep… Mais une exécution ravancée pour B-Migs était ce qui l’inquiétait, signifiant qu’ils n’auraient pas le temps de trouver une solution pour lui éviter son funeste destin.
Cependant, à sa grande, à son immense surprise, il apprit que la bonne nouvelle le concernait lui, 10267… Même si dans un premier temps Xiang se réjouit d’entendre les mots du directeur et laissa même un léger sourire s’afficher tandis qu’il donnait un clin d’œil à B-Migs, son petit cerveau réfléchit rapidement à ce que pouvait dire une mauvaise nouvelle pour lui dans ces circonstances.
Rapidement, Xiang perdit son sourire et avant même que le gardien-chef n’ait fini de tout expliquer, il avait compris que ça sentait très TRES mauvais pour son matricule. Le coup de grâce arriva quand l’homme l’appela "Xiang", c’était la première fois qu’il l’entendait appeler un détenu par son prénom… A cet instant, Xiang compris de quoi il s’agissait, il perdit ses couleurs en l’espace de quelques secondes et ses mains se crispèrent sur sa casquette, tordant cette dernière dans tous les sens.
La sentence finit alors par tomber, sèche, comme le claquement du levier qui mettrait fin à sa vie dans quelques heures… A en juger par la couleur de sa peau, Xiang était déjà mort à cet instant et il resta immobile quelques instants, bouche bée. Ses lèvres commencèrent à trembler et deux discrètes larmes coulèrent de ses yeux. Xiang ramena ses mains devant sa bouche et là, contre toute attente, une réaction qui le surpris lui-même, il ria…
C’était un rire nerveux, sans joie, mais plutôt emprunt d’une petite dose de folie. La nouvelle était si soudaine, l’exécution si imminente qu’ils avaient totalement lâchés. Xiang rit alors pendant quelques secondes tandis que des larmes coulèrent de ses yeux. Il se tourna alors vers B-Migs.

- J’avoue que j’avais pas ça en tête quand même !
Xiang explosa alors de rire, défiant ainsi un silence lourd qui s’était établit dans le bureau.
- Je l’ai pas vu venir celle-là !
Et il ria encore de plus belle, quelques instants avant que, lentement, ses rires ne commencent à se retransformer en pleurs alors qu’il réalisait la gravité de sa situation. Xiang se leva alors et il eu l’impression d’être à bord de montagnes russes, les décors se déformant autours de lui. Il s’accrocha au dossier de la chaise et s’appuya dessus quelques instants.
- Je me sens pas bien là… Je crois que je me sens pas bien…
Dit-il en serrant ses phalanges autours du dossier. Il leva ensuite sa tête livide vers le gardien-chef.
- Vous voulez dire donc… C’est ce soir ? A 21 heures ? A sa place quoi ? Et je ne vais pas être pendu, je vais aller à la chaise électrique ?
Ce retournement de situation là était lui aussi très inattendu pour le jeune Xiang. Finalement après des semaines passées dans le couloir de la mort, il avait finit par s’auto-convaincre qu’il était chanceux de passer à la corde, une mort qui serait assurément douloureuse mais au moins il savait à quoi s’attendre… Alors que la chaise… Il ne savait pas… Ça pouvait être instantané comme ça pouvait être le pire des châtiments, la seule chose qu’on savait c’était que ça tuait et que ceux qui s’y asseyaient en ressortaient en cadavres fumants et mutilés.
Alors que l’image de son corps brûlé et mutilé dans son uniforme rayé commençait à envahir l’esprit de Xiang, ce dernier secoua la tête… Non… Hors de question de se laisser aller comme B-Migs, il y avait une solution, et pour lui encore plus évidente.

- Je suppose que c’est un cadeau de John Ruth monsieur ? Et bien c’est pas possible.
Soudainement habité d’une nouvelle ardeurs, Xiang se rapprocha du bureau en secouant la tête.
- C’est pas possible monsieur, je suis en plein procès d’appel. Ni vous ni Ruth n’avez pas le droit de m’exécuter tant que le verdict définitif n’a pas été rendu. Et en plus de ça, on m’a promis de commuer ma peine, juste quelques années de prison si je témoigne contre Ruth.
Xiang secoua alors sa tête et se donna une gifle à lui-même alors qu’il sentait sa tête tourner.
- J’ai été condamné à mort pour vol à la tire, vous le savez ça ? Et vous savez aussi qu’il n’y a que John Ruth qui est capable de condamner à mort un voleur de 14 ans ? Bon eh bien ce qu’il a fait est illégal, et il va y avoir un procès contre lui. Un procès où je suis témoin pour abus de pouvoir. Je peux pas être exécuté avant le procès, sinon c’est un meurtre de témoin ! Et de toute façon, s’il est mis en examen, John Ruth n’est pas sensé pouvoir signer un ordre d’exécution, non ? Non ?
Redemanda alors le jeune Xiang n appuyant ses deux mains sur le bureau du gardien. Dans un dernier effort, Xiang secoua la tête.
-C’est pas juste monsieur, c’est pas juste et c’est pas légal, il faut que je téléphone ! Que je prévienne le juge qui s’occupe de mon dossier, il fera les choses nécessaires monsieur !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Jeu 22 Déc - 1:40
B-Migs n'y tenait plus. Il échappait encore une fois à la terrible sentence ? Mais comment était-ce possible ? Pourquoi ? Il y avait il vraiment une sorte d'ange gardien qui veillait sur lui, de là haut ? Ou l'inverse, était-ce un démon qui le renvoyait directement dans l'Enfer de la prison ? Son visage se déforma naturellement dans une expression de joie et de bonheur, mais pourtant... Il n'en ressentait rien. Pourquoi s'en foutait il complètement alors que le matin même il ne faisait que d'y penser ? Pourquoi ne sautait il pas au plafond comme pour toute les autres fois où, victorieux, il avait échappé aux serres de la Mort et à la faux de Thanatos ? Il jeta un regard complice à son protégé qui partagea l'expression de son visage. Il semblait heureux pour lui. Sincèrement.
Puis, le gardien chef enchaîna sur la suite... Et le visage de l'Asiatique devint aussi blanc qu'un linge propre. Le blond n'en revenait pas. A quoi cela rimait de le foutre lui à sa place sur la chaise ? Pourquoi cette précipitation ? Xiang éclata bientôt d'un rire dément. Comme s'il n'était plus habité par cet adolescent chapardeur mais par un détraqué sortit d'asile. La blague avait mauvais goût. B-Migs, quant à lui, resta de marbre durant l'interlude psychédélique de son protégé. Il ne comprenait pas. Il ne saisissait pas cette logique. Et puis, soudainement, tout en pleurant, le nouveau condamné retrouva les couilles qu'il s'était fait pousser quelque minutes plus tôt. Le fou osait tenir tête à Marcus ! Pire, il contestait !

- Je suppose que c’est un cadeau de John Ruth monsieur ? Et bien c’est pas possible, commença t-il en haussant la voix et en s'approchant du bureau du directeur. C’est pas possible monsieur, je suis en plein procès d’appel. Ni vous ni Ruth n’avez pas le droit de m’exécuter tant que le verdict définitif n’a pas été rendu. Et en plus de ça, on m’a promis de commuer ma peine, juste quelques années de prison si je témoigne contre Ruth.
- Monsieur, entama le protecteur sans même le vouloir. J'avoue que je ne comprend pas ce changement subit de programme. Pourquoi 10325 prendrait ma place au juste ? Ajouta t-il en se montrant pour la toute première fois respectueux du code de la prison.

« Mais... qu'est-ce que je fous ? Pourquoi je conteste ? C'est bon pour moi non ? » pensa immédiatement le blond. Une nouvelle chose qu'il ne comprenait pas. Pourquoi était il altruiste, d'un seul coup ? Mais il n'eut pas le temps de continuer sa supplique que l'Asiatique partait déjà dans un discours révolté après s'être administré une bonne paire de claque. Les larmes commencèrent à pleuvoir de ses joues jusqu'au sol.

- J’ai été condamné à mort pour vol à la tire, vous le savez ça ? Et vous savez aussi qu’il n’y a que John Ruth qui est capable de condamner à mort un voleur de 14 ans ? Bon eh bien ce qu’il a fait est illégal, et il va y avoir un procès contre lui. Un procès où je suis témoin pour abus de pouvoir. Je peux pas être exécuté avant le procès, sinon c’est un meurtre de témoin ! Et de toute façon, s’il est mis en examen, John Ruth n’est pas sensé pouvoir signer un ordre d’exécution, non ? Non ?
- Monsieur, ce n'est qu'un enfant. Vous pouvez sans aucun doute faire quelque chose de votre côté, non ?

« Quoi ? Encore ? Mais... ». Xiang plaça ses deux mains sur le bureau du directeur afin de se donner de la prestance sans aucun doute. Où l'empêcher de tomber sous le choc. Il secoua la tête en invoquant un ultime joker, celui d'appeler un juge à la rescousse afin qu'il soit sauvé et que le jugement de Ruth soit remit en cause. Mais cela n'eut aucun effet sur l'homme de glace qui se trouvait en face de lui.

Marcus avait sagement écouté les suppliques de l'Asiatique. Il savait bien que pour un gamin ç'aurait été dur à encaisser comme nouvelle. Il avait l'habitude des détenus qui pétaient un câble. En règle générale, il les matraquait un bon coup et on en parlait plus. Mais il resta magnanime cette fois ci. Magnanime et compréhensif. Après tout, le condamné à qui il parlait n'avait que 14 ans...
Ce qui le surprenait par contre, c'est que 10267 prenait également sa défense. Pourquoi cet assassin, ce violeur et meurtrier risquait sa vie fraîchement gagné à défendre ce gosse ? Bien sûr, les places n'étaient plus interchangeables donc il ne risquait rien au final, mais tout de même. D'accord, c'était son protégé. Mais il n'était pas sensé le protéger de la sentence délivrée par le couloir de la Mort. Quelles étaient leurs relations, au juste ?
Après que l'adolescent ait terminé son discours ainsi que sa supplique, le gardien chef frappa du poing sur la table si fort que le bureau lui même se souleva, intimant immédiatement le silence dans la pièce. Il se leva dans le même mouvement, et Collins entra dans le bureau attiré par le bruit sourd qu'il venait d'entendre.

- Assez !! On est pas à la crèche ici. 10235, reprit il avec sa voix de glace, il n'y a rien que je puisse faire pour changer cela. Je n'en ais ni l'autorité, ni l'envie. Tu es condamné à mort, et que ce soit aujourd'hui ou demain revient au même. Collins ! Hurla t-il sur un ton coléreux. Raccompagne ces messieurs à leur logis. J'ai terminé, fini t-il en désignant l'Asiatique en particulier.

Le petit continuait de pleurer à chaude larme et à s'insurger contre les gardes, mais il ne pouvait rien faire contre la poigne d'acier du rouquin qui le maintenait et commençait à le tirer en dehors du bureau. Avant que B-Migs ne put sortir de la pièce, la mine presque déconfite malgré la bonne nouvelle le concernant, Marcus le retint par l'épaule. Il l'attrapa avec tant de force que le blond en eut mal aux trapèzes.

-Et toi, B-Migs, j'espère que tu es bien au courant de la chance que tu as là, dit il en regardant le détenu dans les yeux. Ne la rate pas.

Le vieux sergent soutint le regard de l'ancien criminel avec fermeté et ce dernier lui rendit. Ils restèrent bien trente secondes ainsi, à se regarder dans le fond des yeux, à sonder l'âme de l'autre. Comme si un dialogue secret s'opérait ici. Finalement, le gardien relâcha l'épaule du prisonnier. Se dernier porta sa main à ses trapèzes afin de les masser. Il commença à partir, mais pourtant son regard ne quitta pas celui du sergent. Ils ne se lâchèrent pas, jusqu'à ce que la porte coupe la communication.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Jeu 22 Déc - 14:25
Le jeune Xiang sursauta lorsque le gardien-chef tapa du poing sur la table et retomba assis sur sa chaise ; Il écouta attentivement ce qu’il avait à lui dire et n’en cru pas ses oreilles, laissant un peu plus de larmes couler de ses yeux alors qu’il réalisait seulement ce que ça voulait dire… Alors il allait le laisser mourir ? Comme ça ? Alors que sa libération était si proche il y avait encore cinq minutes, Xiang allait se retrouvé condamner à cause de la fainéantise d’un homme ? Qui refusait de passer un coup de fil ?

Xiang resta d’abord interdit, anéantit par la perspective de sa mort imminente, avant qu’enfin le contact d’une paume de main sur son épaule ne le ramène à la réalité. Totalement déboussolé, le garçon se leva lentement, se retournant alors vers la porte, perdu dans une absence de pensées qui ressemblait à un vide abyssal, mais bien vite la réalité du moment le rattrapa. Dans un geste fulgurant, il échappa à la poigne du garde, prit par surprise avant de se jeter sur le bureau du gardien-chef.

- C’est injuste ! Ca vous coûte quoi un coup de téléphone ?!!! J’vous dis que je vais être gracié par le juge Carmak ! Vous avez quoi de plus important à faire que de sauver une vie ?!!!
Mais le garde réussit bien vite à remettre la main sur Xiang pour l’emmener de force hors du bureau. Xiang se débattit encore mais sa force n’était pas à la hauteur face à celle des gardiens. Il monta alors d’un ton dans les octaves en se rappelant de la phrase du gardien-chef : on est pas à la garderie.
- C’est pas un caprice de gosse ! C’est ma vie que vous prenez ! C’EST MA VIE ! JE VEUX VIVRE ! LAISSEZ-MOI APPELER CARMAK ! LAISSEZ-MOI ! LÂCHEZ-MOI ! BANDES DE SALAUDS ! FUMIERS ! LÂCHEZ-MOI !
Hurla Xiang à tue-tête en se débattant comme un beau diable. Il sentit à un moment de violents coups sur ses côtes et des soliloques sortant de la bouche des gardiens, l’invitant au calme tout en l’insultant. Mais aux coups sur ses côtes, Xiang répondit par des griffures, et même parfois des morsures qui arrachèrent un hurlement de douleur à un des gardiens.
Malgré sa petite taille et sa faible force, la rage de Xiang était telle qu’il ne sentait presque pas des coups pourtant violents qui lui étaient donnés et plusieurs autres gardiens durent se joindre à la mêlée.

Après quelques instants et notamment des coups sur le crâne qui le sonnèrent, Xiang finit par se calmer, faible et exténué. Le garçon avait envie de dormir alors qu’il se sentait porté par les quatre membres par les gardes, mais il lutta pour rester éveillé. Des vois caverneuses parlèrent autours de lui, des mots tels que "camisole" ou "isolement" parvinrent à ses oreilles.
Quelques instants plus tard, ils prirent la direction des cellules, puis le bout du couloir, Xiang reconnaissait les cellules d’isolement. Il sentit qu’on lui passait un vêtement étrange, ses bras se retrouvèrent croisés sur sa poitrine, dans l’incapacité de bouger. Puis il fut jeté dans une pièce sombre, aux murs et au sol tous en mousse… Etrange… mais au moins c’était confortable….
La porte claqua derrière lui et plus aucune lumière ne venait. Alors c’était ça ? La mort ? Il y était ? Non ce n’était pas possible, ils ne l’avaient pas attaché à la chaise encore. C’était l’isolement, là où ils envoyaient les détenus agités pour les calmer… Ses dernières heures sur cette terre, il allait les passer ici ? C’était ça sa punition ? Cette perspective désespéra un peu plus le jeune garçon qui se laissa tomber par terre, en position fœtale. Les larmes vinrent naturellement, sans forcer tandis qu’il restait allongé par terre. Et son dernier repas, Il y avait peut-être droit non ? Il aurait bien pris des bonbons de monsieur Louisin, rien que quelques uns, pour lui rappeler le on vieux temps… ou alors juste dormir, qui dort dîne non ? Xiang avait sommeil, il allait faire un somme, juste un tout petit somme là tout de suite… Fermer les yeux, juste quelques instants.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Ven 23 Déc - 15:48
Les deux gardes se pressèrent suite à l'injonction de Marcus. Il ne fallait pas que le fraîchement condamné reste enfermé là dedans jusqu'à son exécution... Imaginez le réveil ! Et puis, il avait le droit à un repas, celui de son choix, en tant que dernier en cas sur cette Terre. Et il ne l'avait toujours pas choisit, après tout ! Il n'en avait pas eu le temps, car dès qu'il avait apprit l'heure de son exécution on l'avait direct collé en isolement. Le petit avait juste pété un câble devant l'ancien sergent, et ça ça ne pardonnait pas. Enfin, il pouvait encore s'estimer heureux que ce dernier ne lui colle pas une raclée... Quelle journée de merde pour ce pauvre petit gars.
Mike bailla. Il commençait à avoir faim. Surveiller les détenu n'était pas de tout repos, contrairement à ce qu'on pouvait penser, et ça creusait rapidement l'appétit.

- Hey, lança t-il à son partenaire, tu sais ce que le cuistot à préparé pour ce soir ?
- J'sais pas, j'crois qu'il veut encore nous servir des trucs Chinois... Des beignets de crevette ou un truc comme ça.
- Oh non, pas encore, soupira Mike de dégoût. Il ne sait jamais les cuire comme il faut ! C'est pourtant pas bien compliqué...

Ils arrivèrent bientôt en face de ladite cellule, celle qui contenait Xiang. C'était marrant comme cette partie de la prison semblait presque propre comparée aux autres. Sûrement parce qu'il y avait très peu de passage ici. Ils ouvrirent la porte capitonnée où reposait le détenu. D'ailleurs, ce dernier semblait dormir d'un sommeil lourd. Il ouvrit timidement des yeux encore humides lorsque la lumière extérieur parvint jusqu'à lui.

« On se réveille, 10325. Il est 18h, tu sors d'isolement. »

Ils vinrent l'aider à se relever et l'accompagnèrent en dehors de la salle. Là, ils lui retirèrent sa camisole de force avant de la ranger pour enfin conduire le jeune Asiatique jusqu'à la salle commune. Ils l'emmenaient directement voir le cuistot afin qu'il puisse choisir son repas du soir. Il fallait que ce dernier sache à l'avance ce qu'il voulait afin d'être sûr de pouvoir le lui fournir dans les délais.
En passant devant les autres cellules les gardes ne purent s'empêcher de sentir une certaine pression sur leurs épaules. Tout les détenus les regardaient. Et pas d'un bon œil. L'un d'entre eux, un blond, les observait plus méchamment encore. Il se tenait à l'étage du dessus, penché sur la rambarde et les bras croisés, en train de fumer une clope. La prison était étrangement calme...
Les gardes arrivèrent enfin en cuisine et saluèrent le chef. Ce dernier vint directement à eux ; il savait bien pourquoi ils venaient. Ils s'apprêtait à demander à Xiang ce qu'il voulait manger, mais les gardes le coupèrent.

- C'est beignet de crevette ce soir, chef ?
- Non, c'est des nems ce soir, répondit il en leur lançant un regard mauvais.
- Putain, il sait pas les faire non plus, murmura le garde à son comparse.
- Bonjour Xiang, commença le cuistot avec une voix de miel. Tu veux manger quoi ce soir, dis moi ? T'as le droit à tout ce que tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Sam 24 Déc - 1:47
Seul, dans le noir, réfléchissant à son avenir, qu’allait-il bien pouvoir faire de sa vie ? C'est-à-dire des quelques heures qui lui restaient avant qu’on ne le fasse frire ? Les images défilaient devant les yeux embués de larmes du jeune garçon, recroquevillé en position fœtale sur le sol de la cellule capitonnée. Comment ça allait se passer ? Est-ce que ça serait instantané comme ils le prétendaient dans la presse ou allait-il bouillir de l’intérieur en se convulsant contre les attaches ? Est-ce qu’il allait fondre en larmes et implorer une dernière fois la pitié ou serait-il brave dans ses derniers moments ? Aussi, rien que ça, serait-il ne serait-ce qu’assez grand pour être attaché à la chaise ? Et tout ceux qu’il ne reverraient pas : Hugo, Franck, ou bien Judy avec sa petite bouille adorable et son chien Fenrir… Ils ne reverraient plus jamais leurs visages. Et ceux partis avant lui ? Jack, Farah, Tracy, Franklin et Oliver ? Les pendus de John Ruth, ou bien encore Gunther, allait-il les revoir dans l’au-delà ? Et aussi Sacha… Sacha, un autre condamné de Ruth, un autre de ses frères tués par cet homme, il avait le même âge que Xiang quand il s’était assis sur la chaise électrique, pour les mêmes raisons… Allait-il le revoir et est-ce qu’il allait s’asseoir dans la même chaise ?
Toutes ses questions obsédèrent Xiang tout l’après-midi, et pourtant quand la porte s’ouvrit et qu’une raie de lumière l’illumina, qu’il crû son heure arrivée, il aurait voulu donner tout ce qu’il avait pour rester dans cette cellule capitonnée ne serait-ce qu’une minute de plus… Mais ce n’était pas encore son heure : 18 heures… Encore trois heures à attendre avant de recevoir son châtiment… Mais désormais plus docile et un peu mieux préparé psychologiquement à ce qui l’attendait (et donc anéantit) le garçon se laissa déficeler et suivit les gardes avec une docilité qui forçait l’admiration.
Xiang ne savait pas où ils l’emmenaient, il reconnu vaguement le chemin de la cantine, mais ils passèrent par des portes réservées au personnel qu’il n’avait jamais franchies auparavant. Xiang se retrouva alors face à un grand monsieur en tablier blanc, l’air bon vivant et fort sympathique en vérité. Dommage qu’il ne l’ai pas rencontré dans d’autres circonstances. Xiang resta soumis et silencieux pendant toute la discussion des gardes avec le chef cuistot, mais il écarquilla les yeux en entendant ce qui était au menu des gardiens ce soir là. Il leva les yeux vers le chef cuistot avec un regard amusé et un peu dément.

- Vous l’avez fait exprès ? Vous faites des nems frits juste le jour ou on va faire frire un petit chinois ? Hihihi…
Xiang se fendit alors d’un rire qui traduisait tout l’état de stabilité mentale dans lequel il se trouvait à cet instant et il donna un coup de coude aux gardes, toujours mort de rire.
- Hé, quand vous les mangerez, que je serais plus qu’un petit cadavre calciné dans la fosse commune, vous penserez à moi ! Hihihihahahahaaa !
A ce stade, Xiang n’arrivait même plus à être triste, et en fait, cette situation lui plaisait. Il voulait marquer leurs esprits. Aussi quand le cuistot lui demanda ce qu’il voulait manger, il prit un instant pour réfléchir et répondit avec un sourire sadique et faussement candide.
- Une tarte au chocolat ! Avec de la vrai viande ! C’est vrai, j’ai toujours vécu dans la rue, je sais même pas quel goût ça a, mieux vaut tard que jamais ! Et puis hé, rajoutez quinze bougies dessus, c’est l’anniversaire que je célèbrerai jamais.
Xiang laissa passer un moment de silence pour se délecter du malaise avant d’en rajouter une couche.
- Ou mieux, dix bougies plutôt, c’est le nombre de minutes qu’il a fallu au juge Ruth pour me condamner à mort pour pickpocket. C’est aussi le nombre de petits frères et de petites sœurs que je laisse derrière moi, le hasard fait bien les choses non ?
Une nouvelle pause et il reprit sur le même ton faussement enjoué.
- Ou alors si vous avez pas assez, vous en mettez que huit, soit le nombre d’heures d’avance avec lesquelles j’ai appris que j’allais mourir aujourd’hui. Ou mieux encore, six, le nombre de mes frères et sœurs que Ruth a fait exécuter pour pickpocketing avant moi. Quatre également, tous mes passages devant le juge auparavant, jamais pour des choses plus graves que vol à la tire.
A ce stade, Xiang serrait des poings et pleurait de colère tandis que les gardes restaient impassibles et les yeux écarquillés tandis que le chef n’avait pas spécialement l’air de prendre bien ces révélations aussi. Xiang explosa de nouveau, même si c’était à un niveau beaucoup moins important que tout à l’heure.
- Ou juste une bougie, la seule putain de minute qu’il suffirait à l’incompétent qui sert de gardien-chef pour appeler le Juge Carmack qui pourrait confirmer qu’il a fait annuler ma condamnation à mort il y a déjà plusieurs jours. Ou une seule pour symboliser le seul neurone nécessaire à calculer que si Ruth me fait tuer aujourd’hui, c’est parce qu’il a fait de mon cas d’une affaire personnelle et qu’il ne veut surtout pas que la décision de Carmak m’empêche de crever dans d’atroces souffrances ! J’suis même sûr qu’il sera là tout à l’heure, au premier rang pour renifler les effluves de ma chair calcinée !
Les gardes allaient saisir le jeune Xiang à cet instant, mais leurs mains ne parvinrent à s’emparer de ses bras car ce fut ce moment précis que les jambes de Xiang choisirent pour le lâcher. Le garçon tomba à genoux, puis à terre, la tête enfouie dans ses bras. Il pleura à chaudes larmes pendant quelques instants, dans des sanglots incontrôlés avant de finalement reprendre le contrôle de sa respiration.
- Pardon…
Chuchota alors le garçon avant de remonter ses yeux rougis de pleurs vers le cuisiner.
- Pardon…. Je… Je suis désolé… Vous essayez d’être gentil, de me faire plaisir et je trouve que vous envoyer ça à la gueule…
Xiang essaya de se reprendre mais les sanglots l’agitèrent encore un peu plus. Les gardes le saisirent alors par les bras pour le relever et Xiang put se tenir debout, dans un frêle équilibre sur ses petites jambes.
- C’est juste que c’est tellement… Irréel… On m’a dit que j’étais gracié et là, maintenant que je vais mourir, on me demande ce que je veux manger pour la dernière fois… C’est glauque… Je vais même pas avoir le temps de digérer ce que vous allez me préparer…
Dit Xiang la voix tremblotante, et son corps lui-même agité de quelques frissons. Il baissa ensuite les yeux et ramassa sa casquette tombée au sol avant de répondre…
- Je sais pas si je veux quelque chose en vérité… Je… Des bonbons…
Xiang sourit légèrement et remonta son visage.
- Je sais que vous aurez pas le temps pour moi mais ça fait rien, pas pour moi. Il y a un monsieur, un confiseur, Mr Louison dans la ville basse. J’allais acheter des bonbons pour mes petits frères et sœurs chez lui.
Xiang se tourna également vers les gardiens.
- Je veux que vous preniez l’argent dans mes affaires, et celui que j’ai gagné aux travaux forcés. Et je voudrais que vous achetiez des bonbons pour tout le monde avec, pour les détenus, comme pour vous. J’voudrais que vous donniez des bonbons à tout le monde.
Xiang retrouva en cet instant un peu de sourire et essuya sa casquette avant de la revisser sur son crâne. La perspective de ce donc avait un peu réchauffé son cœur mais il s’assombrit de nouveau en pensant au fait qu’il ne verrait jamais le lendemain.
- Et un meilleur repas demain, à la place de pour moi, si c’est possible. Moi ce soir… J’ai pas envie de manger, vous inquiétez pas pour moi je vais pas mourir de faim, merci…
Dit alors Xiang résigné avec une nouvelle pointe d’ironie et un sourire triste avant de se préparer à suivre ses gardes jusque vers sa cellule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Lun 26 Déc - 4:22
Au moment où le chef posa sa question l'Asiatique commença à sourire puis à rigoler. D'abord faible et bas, ce rire se changea petit à petit en véritable ode à la folie, en sonate de la démence. Il monta de plus en plus dans les aiguë, tant et si bien que les gardes et le cuisinier se regardèrent, hagards face à ce spectacle surprenant. Le petit était en train de littéralement péter un câble.

« Vous l’avez fait exprès ? Demanda t-il entre deux hoquet. Vous faites des nems frits juste le jour ou on va faire frire un petit chinois ? Hihihi… »

Le cuisto reporta son regard sur les deux gardes qui avaient accompagnés le prisonnier. C'était ces deux imbéciles qui l'avait lancé en se montrant tout sauf respectueux envers le détenu. On pouvait lire dans leurs yeux le regret amère quant au souvenir de leurs fautes, mais il était déjà trop tard.
Cette fois Xiang explosa littéralement, son rire de fou emplissant la pièce et touchant les autres cuisiniers en retrait dans les cuisines. On eu dit que même les condamnés des cellules de la prison pouvait l'entendre. Pourtant le bagnard ne se contenta pas d'un simple rire dément. Il accompagnait sa cacophonie par de sombres remarques et d'odieuses plaisanterie cynique. Il répondit enfin à la question que lui avait posé le chef plus tôt, mais en se moquant ouvertement de lui.

« Une tarte au chocolat ! Avec de la vrai viande ! C’est vrai, j’ai toujours vécu dans la rue, je sais même pas quel goût ça a, mieux vaut tard que jamais ! Et puis hé, rajoutez quinze bougies dessus, c’est l’anniversaire que je célèbrerai jamais. »

Un silence malsain et absolument déplaisant s'installa rapidement entre les quatre personnages, bientôt rompu par le prisonnier. Il se reprit par rapport aux bougies et demanda plutôt à n'en mettre que dix, qui était selon lui le nombre de minutes que John Ruth avait mise à le condamner ainsi que le nombre de ses frères et sœurs. Sentant le garçon sur le point de basculer, les gardes s'apprêtèrent à lui donner un coup afin de le calmer. Il furent tout de suite stopper par le chef d'un signe de la main, les incitant à comprendre le pauvre enfant. Ce dernier continua d'ailleurs sa supplique, enlevant à chaque fois le nombre potentiel de bougie sur son morbide dessert. Huit, le nombre d'heure d'avance avec lesquelles il avait apprit sa sinistre heure. Six, le nombre de ses frères et sœurs condamnés par Ruth avant lui et pour l'exacte même raison. Quatre, tous ses passages devant un juge auparavant.
Il était, tout du long de son monologue, resté faussement candide et avait revêtit un masque de joie et d'allégresse, comme si tout cela lui passait au dessus de la tête. Bien sûr, ce n'était qu'un genre que l'Asiatique se donnait et le chef l'avait bien comprit. Il regardait le jeune bagnard avec toute la désolation du monde dans les yeux. Il éprouvait véritablement de la peine pour le garçon. Il avait l'âge de son fils, putain !

« Ou juste une bougie, reprit il, la voix emplie de colère et de ressentiment cette fois ci, la seule putain de minute qu’il suffirait à l’incompétent qui sert de gardien-chef pour appeler le Juge Carmack qui pourrait confirmer qu’il a fait annuler ma condamnation à mort il y a déjà plusieurs jours. Ou une seule pour symboliser le seul neurone nécessaire à calculer que si Ruth me fait tuer aujourd’hui, c’est parce qu’il a fait de mon cas d’une affaire personnelle et qu’il ne veut surtout pas que la décision de Carmak m’empêche de crever dans d’atroces souffrances ! J’suis même sûr qu’il sera là tout à l’heure, au premier rang pour renifler les effluves de ma chair calcinée ! »

Les gardes, encore une fois, avaient tiqués lorsque Xiang insulta et le gardien-chef et le juge John Ruth. Autant d'irrespect n'était en aucun cas tolérable, mais le cuisto les empêcha une nouvelle fois de porter la main sur l'enfant. Bien qu'un peu vieux, il avait encore la carrure nécessaire pour tenir en respect les plus jeunes et vigoureux que lui. Ils voulurent tout de même le saisir, de peur que l'enfant ne devienne subitement violent -après tout, son ton avait monté d'un seul coup-, mais ils n'attrapèrent que le vent car Xiang tomba à genoux. Ses frêle jambes ne supportaient plus son poids augmenté par celui de sa peine.
Il s'excusa d'une voix aussi basse qu'il était faible, mais le chef la perçut aussi nettement que s'il l'avait crié. Il le regarda presque prêt à verser sa larme lui aussi, touché par l'enfant ainsi que sa supplique.
Le condamné ne souhaitait rien manger. Il ne voulait pas. Cela arrivait souvent ce genre de cas, surtout avec les détenus qui ne tenaient pas le choc de la prison et de savoir que leur sentence arrive bientôt. Cela arrivait régulièrement avec les plus jeunes, en fait... Xiang émit par contre un souhait des plus étrange. Il voulait qu'on achète avec son argent des bonbons de mr Louison dans la cité basse et qu'on en distribue à toute la prison. C'était un geste de générosité assez incroyable venant de quelqu'un qui allait bientôt y passer. Un enfant qui plus est ! Ce garçon n'avait décidément rien à fiche ici... Il ajouta qu'il souhaitait qu'on profite à la prison d'un meilleur repas demain à la place d'avoir un repas pour lui maintenant. Le chef se demanda s'il pouvait faire passer cela, même s'il était l'ami de Marcus et que c'était le dernier souhait d'un condamné. L'Asiatique s'était retourné vers ses gardiens, un sourire amère collé au visage, près à faire demi tour et à rejoindre sa cellule. Pourtant, le chef le saisit par l'épaule et le retourna vers lui. Il n'allait pas laisser partir ce garçon comme cela.

« Tu es bien sûr que tu ne veux rien manger ? Demanda t-il à l'adolescent. Tiens, prend au moins ceci, ajouta t-il après le refus du rayé et en lui tendant un petit paquet ouvert. Mon fils à un peu près ton âge et lui aussi raffole de ces bonbons. Je t'en prie, prend les et mange les. »

Il lui dit cela alors qu'une larme coula de son œil, qu'il essuya très rapidement. Alors que Xiang se retournait encadré par ses gardiens en balançant un petit « merci », le chef avait une mauvaise sensation. Une sale impression. Comme s'il envoyait son propre fils à l’abattoir.

Ils avaient enfin daigné réveiller le petit bagnard. C'était pas trop tôt. Il fallait bien qu'il choisisse son repas de soir et profite un peu de la dernière journée qu'il lui restait... B-Migs ne savait pas trop quoi penser de cette situation. Bien sur, il était content pour lui. Au final son tour n'était pas venu. Encore une fois. Mais à la place on jetait son protégé sur la chaise. A sa place. C'était très étrange et très désagréable comme sensation. Mélange de plaisir, de joie, de délivrance, et de culpabilité, de doute et de regret. Peut-être même de peine. Il avait remarqué depuis sa sortie du bureau du vieux garde qu'on ne le suivait plus. Etait-ce parce que ce n'était plus son tour de passer sur le billot ? C'était quand même bizarre qu'on lui enlève tout ses suivants d'un seul coup...
L'Asiatique sortit finalement des cuisines accompagné de ses deux gorilles. Le silence était royal dans la prison, comme à chaque jour d’exécution. Il y avait une sorte de respect qui s'installait parmi les détenus dès lors que la vie d'un de leur compagnon allait sauter. Pourtant, ce jour là était un peu particulier. Il y avait le respect, oui bien sur, le calme également. Mais il y avait aussi une sorte de tension, d’électricité dans l'air (sans vouloir faire de mauvais jeu de mot). Après tout, on exécutait aujourd'hui un enfant et de manière rapide et précipitée...
Les matons lâchèrent finalement Xiang lorsqu'ils arrivèrent à sa cellule puis repartirent à leurs occupations. Le blond, lui, alla directement retrouver son protégé. Il savait qu'il aurait besoin de lui dans ce moment. Mais que faire ? Comment faire ? Que dire ? Il n'en savait foutre rien et ça le rendait mal à l'aise. Ca le rendait nerveux.
Il arriva finalement à la cellule du jeune bagnard et voulu dire un mot. Mais rien ne sortit de sa bouche. Il ne savait pas quoi dire. Il ne savait plus quoi faire. Après un petit silence qui lui sembla durer une éternité, il se posa finalement aux côtés de l'Asiatique. Dépliant une feuille à rouler, il commença à faire un petit joint. Il ne savait pas quoi dire, non. Mais peut-être que ça allait les aider, lui et Xiang, à communiquer et à essayé de passer outre. Enfin, il faisait surtout cela car il ne voyait absolument pas quoi faire d'autre. Il était perdu. Complètement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Lun 26 Déc - 20:55
Le jeune garçon était au bout du rouleau, sa vie s’était transformée en un cauchemar sans échappatoire et à penser en permanence à ce qui allait bientôt lui arriver, Xiang en venait presque à penser que le moment où ils commenceraient à le faire frire serait une délivrance de cette souffrance mentale véritablement insurmontable.
Alors que le garçon avait déjà fait une croix sur le dernier repas de sa vie, le chef l’interpella et lui saisit le bras d’une manière qui le surprit. Xiang se retourna lentement et vit que ce dernier sortiat un paquet de bonbons. Il ouvrit sa main et s’en empara sans grande conviction… Néanmoins, il leva les yeux vers le cuistot et lui adressa un sourire, sans doute le dernier de son existence.

- Merci…
Sans épiloguer cependant, il s’en retourna à sa cellule, seul… Sur le chemin cependant, le garçàon afficha un petit sourire triste… Un peu de considération et de chaleur humaine, voilà ce qu’il aurait voulu comme dernier repas, et au final le cuisinier l’avait régalé d’un peu de ce sentiment. Xiang regarda l’heure rapidement… Qu’est-ce que ça passait vite dans les derniers instants ! Plus que deux heures et demie à vivre… Même pas le temps de regarder un gros film… Parce qu’il se doutait bien qu’ils allaient venir le chercher avant, pour rencontrer un prête ou des conneries dans ce genre.

Mais finalement, alors qu’il était seul dans sa cellule et résigner à ne plus jamais parler à personne d’autre, une bonne connaissance décida de venir lui rendre visite… Sans le saluer, Xiang l’invita cependant à s’installer en décalant sa fesse d’un cran sur sa couchette. Le garçon resta sans rien dire, les mains croisées entre ses genoux et ne dit rien quand il se roula un pétard. Par contre il tira dessus une bonne bouffée quand il le lui proposa, crachant ainsi ses poumons de manière violente. Après un nouveau moment de silence, Xiang prit la parole avec une vois cassée par l’émotion.

- J’ai l’impression que c’est un cauchemar… Un cauchemar… C’est surréaliste.
Il se tourna ensuite et leva son index son doigt.
- Un coup de fil tu te rends compte ? Un coup de fil, c’est tout ce qui me raccroche à la vie, tout ce qui ferait la différence. Cet enfoiré refuse de le passer malgré tout ce que je lui ai dit… Et je vais crever, comme ça, bêtement alors que ça se trouve ce connard de gardien-chef aura ma lettre de grâce demain matin sur son bureau…
Xiang marqua un nouveau temps de silence et secoua sa tête de droite à gauche, comme s’il essayait une fois de plus de chasser ces pensées de sa tête, en vain… Il se tourna alors vers son ami.
- Je comprends ce que t’éprouvais ce matin… Mais… Je veux pas paraître insultant, je crois que ce serait beaucoup plus facile à accepter pour moi si je pouvais rien y faire… là c’est… C’est tellement injuste, injuste et dégueulasse. Même sans parler du gardien-chef, tu sais les gardes, ou même le chef cuistot là, il m'a dit qu'il avait un gamin de mon âge... Il m'a juste filé des bonbons, mais même lui pourrait prendre un téléphone pour appeler le juge. Mais non pas un va se bouger le cul ! Putain si j’avais su que j’allais finir comme ça… Toute ma vie j’ai essayé de jamais être violent t’sais, justement pour éviter ce genre de situation, si j’avais su je serais allé rejoindre ma grande sœur dans la mafia direct ! Plus rien à foutre du bien et du mal, là au moins j’l’aurais mérité ma place sur la chaise, et j'me serais autrement éclaté en attendant !
Balança Xiang avec un rire nerveux.
- Nan, je suis méchant, il y a eu des bons moments, avec ma famille... Je peux pas les renier comme ça... Mais j'aurais du vivre pour moi aussi un peu...
Déclara alors le jeune garçon en soupirant, soupirant en repensant au nombre de fois où il s'était privé de bonbons, alors qu'il en voulait en plus... Ca ou autre chose d'ailleurs... Il s'était toujours sacrifié pour les autres et il n'avait jamais envisagé une seconde qu'il viendrait  le regretter ne serait-ce qu'une seconde... Les temps changent. Mais la colère le regagna bien vite.
- J’espère juste une chose, c’est que ce connard de gardien-chef va se faire défoncer. J’en ai marre d’être gentil, pour ce que a m’a servit, plus rien à foutre. J’espère que Carmack va le défoncer quand il va apprendre ce qu’il a laissé faire par simple fainéantise… Qu’est-ce que j’aimerais être là pour le voir traîné dans la boue, obligé de trimer comme un con à l'usine ou de voler lui aussi pour survivre. Putain que j’aimerais être encore en vie pour voir ça après !
Dit-il tandis que de nouvelles larmes de colère coulaient de ses yeux. Xiang posa ensuite sa main sur celle de B-Migs et le regarda dans les yeux.
- Evade-toi B-Migs, ou essaye. Même si c'est leurs balles qui te fauchent, ça vaudra mieux que te laisser griller. Si t'y arrives, recommence une vie ailleurs, essaye de racheter tes erreurs ou reprends ta vie passée, ce que tu veux, juste un conseil, faut pas vivre que pour soi quand même, même si c’est bien de profiter. Toi et moi ou est deux extrêmes, le juste milieu est certainement ce qui permet d’être le plus heureux.
Xiang se leva ensuite et essaya de faire un tour de cellule en marchant et sortit un bonbon de sa poche avant d’en proposer un à B-Migs, puis il en prit un pour lui. Il se tourna ensuite vers B-migs avec un sourire, moins triste que les autres.
- Si j’avais le temps tu vois, c’est ce que je ferais, foutu pour foutu... Sur un malentendu, ça peut marcher... Et puis j'préfèrerais crever d'une balle plusôt que me faire electrocuter devant un parterre de gens qui auront payé leur entrée pour voir le spectacle, comme si ta mort atroce n'était qu'une pièce de théâtre pour leur divertissement. Les laisse pas gagner, te prendre ta vie comme ça, personne ne mérite une telle mort, ni toi, ni moi, ni les autres.
Xiang prit alors le joint et s’appuya sur le mur tout en aspirant et expirant une longue traînée de fumée. Une fois la fumée expulsée, il conclût.
- Do not go quietly into that long night… Rage… Rage, against the dying of the light…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Jeu 29 Déc - 0:43
« Do not go quietly into that long night… Rage… Rage, against the dying of the light… »

B-Migs avait écouté le jeune garçon sans dire un mot, acquiesçant parfois à certaines de ses intonations et balançant même un petit rire sarcastique ou deux lorsque Xiang invoqua le sort qu'il espérait pour le gardien-chef. C'est vrai que ce vieux croûton le méritait plus que tous. Suite au discours de son protégé, il se remit plusieurs fois en question. Pour lui c'était une aubaine qu'il soit « sauvé » de la sorte. Combien de fois avait il échappé à son destin ? Même lui ne s'en souvenait plus et avait arrêté de le compter. Pourtant... il avait comme un sentiment amère dans la bouche. Comme une sorte de nœud au cœur et aux tripes. Et, bien qu'il se réjouissait de cette libération que le petit lui donnait malgré lui, il ne put retirer ce goût de cendre qui lui restait sur le palais. Que lui arrivait il ? S'était il prit d'amitié pour le bagnard? Non... c'était au dessus de cela. Il en avait eu, des amis. Beaucoup même et aucun n'avaient la même importance à ses yeux. Mais jamais il n'avait ressentit l'envie d'échanger sa place avec la leur. Cette sensation de sacrifice. Pourquoi ressentait il cela pour le gamin ?
Il tira une dernière latte sur le joint. La dernière, en réalité. Il le balança en dehors de la cellule et ce dernier alla rencontrer le sol dans une gerbe d'étincelle et de braise. Il se tourna vers Xiang et repensa à sa citation. Elle lui plaisait, bien qu'il ne connaisse pas Thomas.
Il éclata soudain d'un rire gras. Un rire moqueur, presque insultant. Il se retenait de cogner celui qui plus tôt lui avait marteler de ne pas abandonner sa vie, de ne rien lâcher. Son poing se serra si fort que ses doigts devinrent blancs. Mais au lieu de frapper, il souffla à son jeune ami:

« Alors comme ça on fait la morale aux autres mais dès que c'est pour sa gueule on se plaint et on chiale comme une pisseuse ? Tu me déçois, petit. »

Il intima le silence à l'Asiatique d'un geste de la main et se décida enfin. Il allait faire quelque chose qu'il n'avait que très peu fait dans sa vie. En fait, peu l'avait déjà entendu comme cela. Il devint sérieux.

« Ecoute gamin, commença t-il l'air grave. Tu as raison. Tout ça c'est complètement injuste. Pourquoi me remplacerait tu sur la chaise ? Et même au delà de ça, pourquoi te condamnerait-on à mort alors que tu n'a rien fais pour le mériter ? Pourquoi la Faucheuse m'épargne moi, le criminel, le meurtrier, le violeur, et décide de te prendre à ma place, toi le voleur, l'enfant, l'innocence même ? Pourquoi tout ces trous du culs ne lèvent pas le petit doigt alors qu'il suffit d'un rien pour que grâce te sois faite ? »

Il prit un temps sur toutes ses questions et regarda par la fenêtre barrée de la cellule. Le froid y passait facilement et on sentait le vent à travers les barreaux de métal gelés. Dehors la brume régnait en maîtresse absolut et obstruait même le plus téméraire des rayons du Soleil. B-Migs put même discerner ici et là quelque gouttelettes d'eau, annonciatrice de pluie et sans doute d'orage. Mais malgré cela, il distingua un son familier et doux à travers la bruine, la brume et la brise.
Un chant. Celui d'une Aigrette bleue de Louisiane.

« La réponse est simple. Ce monde est injuste et pourri. Cette vie sent la daube et le purin. Notre existence n'est qu'un amas de merde et de pourriture, termina t-il avec un dégoût qui pouvait se lire sur son visage. Tu es jeune, tu devrais avoir toute la vie devant toi, mais non. On t'en prive sauvagement pour la jeter aux cochons. Et le pire ? C'est que certains d'entre eux vont même y prendre plaisir. Il vont adorer te voir mourir, toi, un gosse. Ils vont jubiler de te soustraire à tous ce que tu aurais pus vivre. »

Il savait que ce qu'il disait était dur, pourtant il prit une nouvelle pause. Il était certain que le garçon le laisserait poursuivre. C'était dans sa nature et puis l'intonation qu'avait prit le blond le suggérait fortement. Il chercha l'oiseau des yeux tout en cherchant ses mots. Il les choisit avec attention. Il savait très bien que ces choses là étaient puissantes, dangereuses.
Il trouva finalement l'Aigrette perchée sur un arbre mort. Elle lui lança un regard tout en poursuivant son chant.

« Pourquoi, alors ? Pourquoi vit on ? Pourquoi s'accroche t-on à la vie ? Pourquoi à t-on peur de la mort, ou peu importe ce qui suit ? Qu'est-ce qui nous donne une raison ? Questionna t-il en prenant une légère pause. Je vais te le dire. Ce qui nous donne la force et l'espoir se planque sous tout le purin, sous toute la merde. Elle se cache dans les petites choses. Dans le Soleil qui te chauffe le dos quand il caille, dans la musique que tu écoute les soirs de nostalgie, dans les bonbons qu'un ami peu t'offrir. » termina t-il en gobant la sucrerie que son protégé lui avait remise plus tôt.

Tant de mot, tant de parole... Pourtant il tournait autour du pot depuis le début, il le savait. Même Xiang devait s'en douter à présent. Pourquoi avait il autant de mal à dire des choses aussi simples ? Pourquoi le simple fait d'être généreux et bon lui coupait la parole et le privait de ses moyens ? Peut-être parce que ça allait contre sa nature profonde de criminel... Peut-être parce que son sang rejetait toute ces choses.
Il n'avait jamais goûté les bonbons de mr Louison. Ils étaient délicieux.Se penchant une dernière fois sur l'arbre en contrebas, l'Aigrette bleu s'envola après avoir terminé son beau discours. C'est le moment qu'il choisit pour se tourner vers l'Asiatique.

« Ce que je veux dire, c'est que parfois tout n'est pas noir Xiang. Tout n'est pas aussi clair ou aussi sombre qu'on le pense... Encore une fois, il prit une pause avant de conclure. Je pense que le vieux sergent t'as laissé une porte de sortie, tu sais. »

Le garçon écarquilla les yeux de surprise et de doute et quoi de plus normal ! Même B-Migs ne croyait pas à ce qu'il disait. Il ne croyait pas non plus à ce qu'il voulait faire. Cherchait t-il à se laver de ses fautes ? C'était sans doute une bien piètre tentative, mais...

« Depuis son annonce dans le bureau, je ne suis plus suivis par les gardes. Je suis libre de mes mouvements, ajouta t-il avec un sourire sur les lèvres dont il ne comprit pas l'origine. Tu comprend ce que ça veut dire ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo] Jeu 29 Déc - 17:17
Restant silencieux le temps que B-Migs prenne la parole, Xiang en profita pour remuer un peu plus le noir qui lui trottait dans la tête avant que son partenaire ne décide de lui parler… Et pas pour le réconforter. Ce qu’il dit alors à Xiang était dur, très dure, mais malgré quelques petites pointes d’énervement de la part d’un jeune Xiang qui se retenait de le taper ou bien encore de fondre en larmes, mais il avait raison… Sur toute la ligne… Le monde était tout simplement injuste, dégueulasse, et il avait été bête de ne pas s’en rendre compte plus tôt, et aussi il n’avait pas l’air fin de pleurnicher comme ça sur son sort alors même qu’il avait essayé de remonter le moral de B-Migs plus tôt dans la journée…

Xiang resta silencieux jusqu’à ce que le criminel lui donne sa définition du sens de la vie et il secoua alors la tête, un petit sourire au coin des lèvres.

- T’as raison… T’as complètement raison, je sais pas quoi te dire si ce n’est que t’es dans le vrai du début à la fin.
Puis il se laissa porter par l’oratoire de son interlocuteur, comme un peu bercé, comme s’il l’aidait pendant quelques instants à oublier ce qui allait lui arriver dans quelques heures…
Et puis l’impensable se produisit : quelques chose que Xiang avait perdu de vue depuis longtemps déjà : une lumière d’espoir ! Le garçon écarquilla les yeux à la déclaration de B-Migs, ne comprenant pas ce qu’il voulait dire par cette porte de sortie.

Curieux cependant, il le laissa poursuivre jusqu’à ce que ses sous-entendus deviennent limpides malgré leur formulation implicite. D’abord sonné par la nouvelle, le garçon se mit à sourire et croisa ses mains devant son nez. Il retînt un petit cri de joie et une larme commença à couler de son œil gauche, une larme de joie, une larme symbolisant l’espoir revenu.

- Oh mon dieu… Tu as…
Quelle que soit la réponse de B-migs, le garçon fondit ensuite en larmes et se jeta sur lui pour l’enlacer de ses deux bras.
- Oh merci B-Migs ! Merci merci merci !
Xiang n’avait plus de mots, il se contentait de regarder son sauveur avec une reconnaissance évidente et une joie si forte qu’elle l’imprégnait tout entier.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le dernier jour... [RP solo]
Revenir en haut Aller en bas

Le dernier jour... [RP solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Journal du Dernier jour d'un Condamné ?
» Louis Delatour (M) feat Gaspard Ulliel
» Céladopole : Premier et dernier jour ?
» Le Dernier Jour [Fanfic Fanta/Bob]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Archives :: Sujets terminés-