La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

"No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Lun 12 Déc - 20:39
Le duel au corps à corps s'engage entre les deux masqués qui sortent les lames pour se taper sur la gueule, la force brute du tranchoir à viande de Dawn contre l'agilité du sabre du meneur taré qui voit vite son arme se faire briser. Le combat au corps à corps tourne vite à l'avantage de ma camarade goule qui domine son adversaire avant de casser elle aussi son arme. Putain d'armement en carton, dès que je parle de leur résistance ils tombent en morceaux. Puis j'entends le chien du revolver de Dawn frapper dans le vide avant que je ne me rappel de l'évidence : dans ce combat il y en a un qui a une arme de poing chargée et une autre qui ne l'a pas. Je lâche le fusilier à plasma qui reprend sa respiration en toussant avant de lui asséner mon poing assisté dans le vide, il s'effondre en se tenant le ventre avant de me jeter sur son fusil à plasma dont les sangles soulèvent légèrement le torse de ma victime avant de la laisser respirer une fois débarrassé.

-Salope! Je vais te faire carboniser la gueule! hurle le meneur.

Je soulève l’œilleton de visée du fusil à plasma, j'engage une nouvelle cellule d'énergie en faisant claquer la culasse de l'arquebuse à énergie que j'ai entre les mains alors que l'appel d'air donne largement de quoi faire pour obtenir une boule incandescente. J'épaule.
Inspire.
Expire.
Inspire.
Expire.
Mon doigt effleure la gâchette.
Le recul me surprend et je laisse la crosse s'enfoncer dans mon épaule alors que le projectile quitte la bouche du canon.
Le plasma bleu illumine la pièce un instant et trace sa trajectoire dans l'air avant de venir s'écraser contre le trench coat du leader qui l'enlève prestement en constatant que son vêtement est en train de taper une combustion spontanée. Saloperie de plasma qui n'ont aucune pénétration. Je cligne des yeux et sort mon oeil droit de l’œilleton de tir pour avoir un bref aperçu de la situation globale : ceux qui oublient de s'informer sur la situation ont tendance à crever plus vite que les autres. Les goules ça va elles sont encore assez nombreuses pour emmerder les deux branlos, par contre Dawn c'est la merde de son côté.
J'épaule.
Je vise.
Je martèle la détente du doigt.
Les volées de plasma successives s'écrasent autour du leader qui bondit à couvert derrière un vieux tas de détritus qui entament une combustion quasi-spontanée sous les décharges d'énergie brûlantes. Le type garde le silence au travers de son masque à gaz et contente de me montrer son poing, majeur dressé en constatant que c'est à mon tour de recharger. J'enfile en bandoulière le fusil avant de chopper par le cou, logeant mes doigts et mon pouce autour la trachée de ma victime avant de commencer à fouiller ses poches dans l'espoir de trouver des munitions.
Il commence à glisser l'une de ses mains dans ses poches, je l'attrape au vol avant de la sortir, il a une photo entre les doigts. Je n'aie même pas besoin de voir l'image pour comprendre qu'il doit s'agir de sa famille où d'une connerie du genre. J'attrape le chargeur de rechange dans son brelâge tactique avant de lui foutre un coup de tête.
Il s'effondre et je recharge l'arquebuse automatique à plasma (c'est pas un fusil le canon est pas rayé je parie) avant de mettre en joue le leader.

Le jet de la chance.:
 

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mer 14 Déc - 3:42
Elle regarda rapidement autour d'elle, recherchant désespérément une couverture, un endroit où se cacher, mais rien ne se trouvait à proximité. Pas un meuble, pas une colonne pour la protéger des tirs. Elle commença quand même à recharger son arme, plus par mécanisme primaire que pour assurer sa survie. L'homme en face de la Goule pointait déjà son arme sur elle, prêt à cracher le feu et la Mort. Prêt à lui ôter la Vie. Elle était là, sans défense immédiate, comme si elle était redevenue une jeune enfant. Faible et impuissante. Le récupérateur en trench coat se superposa à ses yeux à l'image d'Arzhela, à l'image du Synthétique, lorsque cette dernière la tua dans la maison familiale. Lorsque cette dernière brisa la jeune fille qu'était alors Dawn. Elle regarda la bouche noire du pistolet à plasma sans aucune réaction, presque résignée.

- Salope! Je vais te faire carboniser la gueule!
- Ne reste pas plantée là ! Bouge toi, ne crève pas comme ça !

Un éclair bleuté pourfendit l'air et frappa le vêtement du meneur, enflammant ce dernier dans une combustion instantanée et sauvant la Luminescente du tir fatidique. Elle jeta un coup d'oeil au dessus de son épaule : Dunlaith venait de tirer avec l'arme à plasma du second. Il retira rapidement l'habit en le lançant au vent. Les flammes le consumèrent rapidement alors qu'il arma de nouveau son tir. La fillette, de son côté, termina de recharger son arme et se prépara elle aussi à faire feu mais une pluie de plasma s'abattit aux alentours du leader, le forçant à se cacher derrière des ordures. Ces dernières, sous la puissance du feu de la négrière, connurent bientôt le même sort que le trench coat du chef récupérateur. Elles dégagèrent en brûlant une odeur acre, sale, et emplirent la pièce de vapeurs toxiques en plus de la fumée émise par les armes à feux. Dawn adressa un rapide signe de tête à la l'Irlandaise en guise de remerciement et se mit à couvert derrière un pilier plus loin.
Les troufions, qui venaient de perdre de vue leur chef et d'apercevoir le second à terre, immobile, perdirent le peu de confiance qu'ils leur restaient. Ils abandonnèrent le compagnon dont les Sauvages se régalaient et s'enfuirent comme un seul homme de la bibliothèque. Le meneur, en voyant les pleutres prendre leur jambes à leur cou, de put s'empêcher de crier :

« Revenez ! Bande de lâche ! »

Mais pas un seul ne se retourna pour le regarder et encore moins pour l'aider. Ce type ne devait manifestement pas être très apprécié... Sa couverture commençait littéralement à partir en fumée, aussi se releva t-il et fit feu sur la fillette. Les orbes plasmiques percutèrent le pilier de pierre et, en s'écrasant, touchèrent presque le manteau de la petite Lumière. Elle tira deux fois sans sortir de sa cachette en visant le leader qui ne leadait désormais plus rien du tout.

« Abandonne abrutis ! T'es tout seul contre une armée de Goule dont deux armées !»

Il n'en prit pas compte et continua de tirer sur la position de Dawn et sur celle de Dunlaith, qui se préparait à le terminer à coup de plasma brûlant. La Luminescente réfléchit un instant. Ce type était résigné. Il ne s'attendait sûrement pas à ce qu'elles lui laisse la vie sauve. Pourtant... La fillette ne voulait pas de son sang sur les mains si elle pouvait l'éviter. Elle jeta un regard à sa partenaire qui se trouvait encore dans les escaliers. Elle voulait tenter quelque chose, mais pour ça elle allait devoir faire confiance à Dunlaith.
Elle sortit de sa position, les mains en l'air. Calmement, elle posa son arme sur le sol et le fit glisser d'un coup de pied vers l'homme.
[Jet de dés Charisme réussit]

« Lâche ton arme. Tu as perdu. Dépêche toi, nos amies Sauvages ont bientôt terminé ton pote.»

Il la regarda en bégayant et en tremblotant. Visiblement il hésitait. Devait il profiter de cette ouverture pour abattre cette ennemie ? Devait il lui faire confiance ? Finalement il posa son arme à terre et bafouilla quelque mots.

« Ok, ok, on fait comme ça... Mais laissez nous partir. Mon ami à une famille... » implora t-il.

Il avait d'un seul coup perdu toute la prestance qui faisait de lui le meneur du groupe. Enfin, de toute manière le groupe n'existait plus, désormais. Il n'avait plus besoin de se voiler la face.

Inventaire et santé:
 

Barre radioatcive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mer 14 Déc - 22:45
La scène est assez pathétique et à la fois tragique selon l'angle par lequel on la regarde : nos ennemis se sont rendus où enfuis, ceux qui se rendent n'espèrent qu'une chose, qu'on accepte leur réddition alors que dans des circonstances différentes ils n'auraient pas hésité à nous ouvrir la panse. Mais est-ce que je peux vraiment leur en vouloir de vouloir faire ça? Après tout ce n'est pas vraiment comme si nous avions chercher la diplomatie, peut-être qu'il y avait un autre moyen de régler ça sans que ça coûte la vie d'une personne et un affrontement ultra-violente. Le type à côté de moi se relève avec beaucoup de difficulté, je l'aide à se relever avant de vérifier son cou en lui écartant la tête de mon bras assisté : je n'ai rien endommagé au niveau de la gorge, il devrait se remettre de la raclée que je lui aie mise. Je le lâche, je regarde son arme à plasma avant de l'éteindre, de retirer la pile engagée dedans et enlève le chargeur de son réceptacle avant de lui rendre les munitions et l'arquebuse automatique.

Probablement pas ce que Marc ferait, mais c'est sans doutes pour le mieux ainsi.

Eviter un cycle de vengeance absurde, j'en aie déjà une à effectuer, alors me savoir poursuivi par autre chose que le fantôme de mon frère qui réclame vengeance, non merci. J'ai un petit pincement au coeur que je réprime vite en constatant que les deux humains face à nous semblent relativement heureux de savoir qu'ils ont la vie sauve. Je prends mon éternel instrument de communication.

Vous êtes chanceux aujourd'hui.

Je claque des doigts avant de pointer la sortie du doigt : c'est par la qu'ils quittent l'aventure s'ils ne veulent pas que ce soit les pieds devant où avec un collier d'étranglement autour du cou. Le leader ramasse son pistolet à plasma, l'éteint et le remet dans son holster avant d'aider son collègue à marcher puis je siffle un coup en songeant à celui qui n'a pas eu la chance de rentrer à la maison. Je fous un coup de pied a la gueule qui boulottait l'intestin grêle du défunt et écarte sans ménagement les autres goules qui pensent que je veux me tailler la part du lien. Je commence à faire les poches du macchabés qui est encore chaud, je déteste cette putain de sensation de manipuler un type dont le sang n'est même pas encore froid. Rigidité cadavérique où pas, avoir un vieux cadavre face à soi ça permet d'avoir une certaine distances, la je ne suis même pas sûr qu'il soit en état de mort cérébral tant tout s'est passé très vite.
Je trouve un portefeuille et des conneries diverses et variées qui attestent d'une ancienne vie normale : un trousseau de clefs, une alliance crasseuse, je lance le bordel au chef qui a réussi à se redonner une prestance et qui rattrape le tout au vol.
Le blessé léger me remercie d'un hochement de tête avant que la paire ne s'éclipse, armes éteintes et à la bretelle.

-On reviendra enterrer Carter plus tard. Paix à son âme en attendant. annonce le chef en regardant le cadavre.

Au moins ça fait un problème de moins à régler. Je me tourne vers Dawn et écrit sur ma tablette.

On fouille le bas?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Jeu 15 Déc - 19:20
La Luminescente approuva la décision du meneur d'un hochement de tête. Tandis qu'il ramassait son arme d'un geste lent et assuré, montrant ainsi qu'il n'avait plus d'intentions meurtrières, la fillette jeta un coup d'oeil du côté de son acolyte. La négrière s'était penchée sur le second et lui avait tendu la main, le redressant sur ses pieds d'un seul mouvement. Soudainement elle lui choppa la tête et Dawn crut un instant qu'elle allait lui rompre la nuque. Elle n'en fit rien, et à la place elle examina le blessé avant de le lâcher. Elle vida le chargeur de l'arquebuse et lui redonna son bien ainsi que ses munitions pour ensuite se saisir de son ardoise. Comme quoi, même muette Dunlaith avait bien le droit à la parole.

Vous êtes chanceux aujourd'hui.

La grand mère réprima un rire qui aurait été malvenu en pareilles circonstances. Chanceux ? Ces types s'étaient quand même prit une bonne raclée, repartaient bredouille et avait perdu l'un des leur... Elle ramassa son revolver et en le rangeant dans son holster pensa un instant à la situation. Elles avaient attaqués sans ménagement ni avertissement de pauvres mecs qui, au final, ne leur avaient rien fait. Peut-être aurait ils été pacifique si elles avaient usés de diplomatie dès le départ ? Peut-être qu'elles auraient pus éviter un mort... La fillette savait que, bien qu'ils fussent ennemis l'espace de quelque minutes, ses adversaires restaient des Humains. Des êtres doués de pensées, d'émotions. Pas de simple bête sauvage ou des Goules complètements tarées. Et le pire dans cette histoire, c'est que c'était elle qui avait démarré tout cela. Qui avait mit le feu aux poudres. Devenait elle de plus en plus insensible avec le temps ? Perdait elle le peu d'humanité qu'il lui restait ? Elle repensa à l'interlude avec Sanguine et les Chiens galeux... Se transformait elle véritablement en Sauvage ? En... monstre ?
Dunlaith claqua des doigts et réveilla par la même occasion Dawn de ses songes. Désignant la porte à l'intention des récupérateur, son geste ne supposait aucune contestation et les deux hommes s’exécutèrent en boitant. Lorsque le meneur passa à côté de la petite Lumière, cette dernière ne put réprimer un « Désolée » si bas que l'homme ne l'entendit pas. Elle se dirigea vers sa partenaire alors que celle ci dégageait les Sauvages appréciant le repas que les deux conscientes venaient de leur offrir. Les semblables, trop occupées par le cadavre, ne firent même pas attention aux deux hommes qui s'apprêtaient à partir.
La négrière fouilla le corps du défunt et en ressortit divers objets à valeur sentimentale que la gamine ne put discerner correctement. Elle les envoya en direction du chef qui avait déjà ouvert la porte, et celui ci les attrapa au vol. Ce dernier jeta un ultime regard sur le cadavre avant de lancer :

« On reviendra enterrer Carter plus tard. Paix à son âme en attendant. »

Il s'éclipsèrent enfin dans la lumière du jour et refermèrent la lourde porte aux battants d'acier derrière eux, scellant les deux Goules dans les Ténèbres de la bibliothèque.
Dawn se pencha à son tour sur l'homme au ventre ouvert et récupéra son arme ainsi que ses munitions.

- Ils ont oublié ça... J'imagine que c'est pour nous, ponctua t-elle monocorde.

En voyant le fruit de l'assaut qu'elle avait commander elle repensa une nouvelle fois à la situation, à sa condition. De toute manière, c'était soit elles ou eux ! Autant tirer le premier coup de feu que de se le manger, non ? Mais même en se rassurant ainsi, elle ne put décrocher de sa tête cette sensation d'insensibilité. Elle ne se sentait même pas coupable de cette mort ! Dunlaith vint chercher son regard.

On fouille le bas?
- Ouais, allons y. J'espère que ça sera plus calme qu'en haut, soupira la Luminescente.

Elle prit une nouvelle fois la tête de la marche et descendit lentement les escaliers. En arrivant devant la porte du rez de chaussée et en se saisissant des poignées métalliques, elle repensa un instant au combat qui avait eu lui il y a quelque minute. Mais cette fois, elle se concentra sur l'attitude de la négrière lors de l'escarmouche. Elle lui avait sauvé les fesses une fois de plus, au final. La lueur verte, toujours attentive aux moindres changements d'états mentaux de son hôtesse, s'approcha de son oreille.

- Tu...
- Non, Igni', se fourvoya la grand mère. Je ne vais pas goûter la chair Humaine aujourd'hui non p...
- C'est pas ça que j'voulais dire. Laisse moi d'abord finir. Tu crois qu'on peut lui faire confiance ?

La petite Lumière ouvrit les deux battants sur une nouvelle pièce remplie de tomes et d'ouvrage, mais semblant plus décrépite cette fois. L'endroit semblait, pour une obscure raison, avoir été moins visitée que le premier étage. Certains murs étaient craquelés et Dawn doutait de la solidité des piliers porteurs ainsi que des fondations générales de l'édifice. Peut-être le choc qui avait foutu la merde à l'étage du dessus y était pour quelque chose ?

- J'en sais rien, murmura la fillette. Tu sais bien que ça prend plus de temps. Mais j'imagine qu'on peut lui faire confiance pour l'instant. Elle nous a sauver le cul à plusieurs reprises quand même.
- Plutôt d'accord avec toi. Mais prudence, on ne la connaît toujours pas...

Comme si elle ne le savait pas ! Elle se retourna après être entrée dans la pièce. Dunlaith commençait déjà à vagabonder à droite à gauche, toujours en quête d'ouvrages pharmacologique. La Luminescente doutait qu'elle puisse trouver quelque chose ici, mais qu'importe.

« Si t'as un problème, tu siffle ok ? »

Sur ces mots, elle se dirigea dans une direction opposée à celle de sa partenaire. On prend les même et on recommence, elles allaient couvrir plus de terrain plus rapidement de cette manière là.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Sam 17 Déc - 15:32
La boucherie et la torpeur du combat terminer, je repense un instant à ce que je viens de faire : je n'ai pas vraiment pensé, mon corps s'est calé sur un automatisme ancré en moi et a commencé à l'exécuter mécaniquement, j'aurais très bien pu buter le type en trench-coat si je n'avais pas perdu à ce point de mes compétences avec un fusil, pareil pour l'autre, j'ai manqué des tas d'occasions de faire un carton. Même pas par volonté de ne pas tuer, juste par incompétence, enfin, peut-on appeler ça de l'incompétence de ne pas avoir eu les réflexes assez aiguisé pour tuer des hommes qui ne nous avaient rien fait? Je ne sais pas, j'ai du mal à pencher le pour et le contre, l'humanisme j'ai abandonné ça il y a bien longtemps et ce n'est pas aujourd'hui que je vais le regagner je pense. Je fais craquer quelques une de mes articulations, je n'aime pas ce qui vient de passer, je pense qu'il y aurait pu avoir une autre issue à cette situation si j'avais fais preuve d'un peu plus de bon sens et que j'avais formulé mes intentions dès le début, au lieu de laisser parler la poudre.
Nous pénétrons au rez-de-chaussée, la zone est en ruine, il y a quelques étagères qui se sont cassées sous le poids des années, la lumière est tamisée et même si je peux lire sans trop de difficultés, j'ai la sensation que la lumière a du mal à parvenir jusqu'ici. Sans doutes que les épaisses couches de poussière contre les carreaux n'aident pas à procurer une vrai lumière, j'hoche la tête à la remarque de Dawn qui me dit de siffler si j'ai un problème. Je pense que s'il y a un problème je vais surtout le faire entendre en lui brisant les os mais soit, siffler c'est aussi bien.
Je parcours la bibliothèque, les rayonnages et les livres en cherchant le précieux sésame qui vient après de longues recherches, je trouve enfin ce que je voulais : des bouquins de pharmacologie à ne plus savoir quoi en foutre. Je n'aurais jamais cru un jour le dire ni même le penser, mais la tout de suite, le lointain cours sur comment chercher des livres que j'ai eu il y a des siècles de cela au collège m'aurait épargné bien des pérégrinations et des recherches.
Pourquoi le savoir inutile le devient après qu'on l'ait oublié hein?
Je fourre les livres dont j'ai besoin dans mon sac avant de faire une macabre découverte près d'une fenêtre, un type, totalement massacré qui serre encore son appareil photo polaroid entre les mains, et à ses pieds une photo que je ramasse.

Si c'est un polaroid, ça veut dire que c'est un appareil qui prend les photos et les imprime juste après, si elle est à ses pieds ça veut dire qu'il venait d'utiliser l'appareil, donc qu'il a pris en photo la saloperie qui l'a buté? Putain putain putain.
Je choppe le polaroid avant de trottiner le plus silence possible dans les rayons dans la direction où Dawn disait qu'elle allait. Il faut que je retrouve Dawn et qu'on se tire d'ici putain si c'est vrais, j'ai pas envie de me coltiner une saloperie comme ça, que ce soit mon imagination qui extrapole où pas je ne veux plus rester ici.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Lun 19 Déc - 3:12
Elle s'enfonçait entre les rayonnages d'un pas rapide et prudent. Elle n'était plus vraiment ici pour les livres, maintenant. Elle comptait plutôt tenter de récupérer tout ce qui pouvait l'être et tout ce qui pouvait être utile, sans doute pas grand chose en sommes. Elle sortit les quelque morceau d'acier qu'elle avait récupéré de son sac. Voila tout ce qui restait du cadeau de son père... Après maints combats et plus de 60 années de bons et loyaux services, la lame s'était fendue tout comme les ennemis qu'elle fendait autrefois. Dawn eut un pincement au cœur en regardant les gravures encore présentes sur les morceaux de métal tranchants. Des engrenages, des ailes et une couronne. Elle se souvint encore du jour où son père lui transmit ce présent, du jour de ses dix ans. Le temps avait passé comme en attestait la pauvre épée. Mais une pensée brûlait toujours aussi ardemment dans le cœur de la Luminescente...

- Quelque chose ne va pas ?
- Non, non, c'est rien. T'inquiète, mentit la Goule.
- Je n'aime pas quand tu me mens comme ça.
- De toute façon tu ne comprendrait pas.

Elle rangea les morceaux dans son sac tout en ignorant les complaintes de son compagnon. Peut-être existait il un forgeron capable de reforger cette lame ? De lui redonner peau neuve ? De la faire vivre à nouveau ? La fillette avait bien entendu parler d'un couple d'armurier vivant dans les quartiers sud, dans la zone portuaire plus précisément. On lui avait assuré qu'il n'y avait pas meilleur marchand de pétoire dans toute la région. Leurs prix étaient, apparemment, au delà de la moyenne mais la qualité suivait toujours les produits. Par contre, l'armurier en question pouvait parfois se montrer retors, en particulier quand vous lui demandiez du sur mesure ou encore que vous n'aviez pas la sommes requise pour payer ce que vous vouliez. C'était le genre de type à vous envoyer chercher un truc à droite à gauche afin de faire ses courses. La société se nommait « Mauser and Bess » ou un truc comme ça, Dawn n'avait pas la mémoire des noms, mais elle se souvenait par contre d'une chose plutôt étrange concernant le proprio' : le gars serait un Super Mutant aveugle. La grand mère se demandait comment ce genre de personne pouvait gérer une affaire comme celle ci et s'en sortir correctement étant donné l'état mental de la plupart de ces êtres là, mais bon... Elle estimait pour la majeur partie que ces informations étaient grossies par les quelque verres que les caravaniers daignaient prendre lorsqu'ils ne déambulaient pas sur les routes.
Elle passa sous une étagère écroulée sur celle d'en face et enjamba le monticule de livres qui s'était entassé en dessous. Pour sûr, l'endroit avait l'air d'avoir plus subit le temps que l'étage.  Après avoir vagabondé plusieurs minutes entre les étagères et sondé à la va vite les différents tomes qui y trônaient la Goule trouva finalement ce qu'elle cherchait. Pourtant elle se stoppa nette devant la porte au lieu de l'ouvrir directement. Quelque chose n'allait clairement pas avec cette entrée. Les différentes empreintes de griffes qui la marquaient ne rassurèrent déjà pas Dawn, mais c'est le sang frais qui en peignait les commissures et qui se présentait en longue traîné devant celle ci qui la firent reculer.

« Qu'est-ce que... » commença t'elle en dirigeant sa main vers la poignée.

Elle fut coupé par un étrange grondement venant de derrière la porte, comme si une bête énorme se trouvait de l'autre côté. Cette fois ci elle recula définitivement et tourna les talons. Ce son lui rappelait ce qu'elle avait put entendre lors de son escapade au Bayou, et étant donné la grosse bestiole qu'elle y avait rencontré... Elle n'allait certainement pas réitéré l'expérience une seconde fois. T'en pis pour la récup'.
En prenant le chemin inverse elle repassa par l'étagère qui avait vomit tout son contenu sur le sol. Elle se cambra une nouvelle fois et se faufila en dessous afin de passer, mais cette fois ci son regard fut attiré par les bouquins qui gisaient au sol. L'un d'entre eux était ouvert sur une page au hasard représentant une multitude de points en relief. Cela surprit Dawn, elle ne connaissait pas cette forme de littérature là. Qu'était-ce que ces chose ? Une sorte de code secret ? Une vieille incantation d'ancienne civilisation ? Elle saisit le livre le sourire aux lèvres ; si ce truc pouvait lui apprendre à invoquer la pluie ! Elle regarda la couverture, elle aussi remplie de point en relief, et put constater que le bouquin avait tout de même quelque inscriptions intelligibles : « Romeo et Juliette, William Shakespeare ».
Tiens, n'était-ce pas ce même auteur qu'elle avait trouvé dans un rayonnage au premier étage ? Elle jeta un coup d'oeil sur le côté de l'étagère, plus précisément sur l'écriteau qui s'y trouvait. Elle put y lire par la biais d'une annotation spéciale que l'étagère en question contenait toute les pièces de Shakespeare en braille. « En braille ? ». Elle continua de parcourir l'écriteau et se rendit compte de toute la chose : l'étagère contenait en fait des bouquins pour malvoyants, voir aveugles. Avait elle bien lus ? Des livres pour aveugles ? Quelle était encore que cette sorcellerie là ? Elle regarda de nouveau la couverture du livre qu'elle tenait en main en réprimant un petit rire sec. Et dire  que leur ancêtres avaient réussit à tromper la Nature à ce point ! C'était ahurissant. Elle se souvint de cette histoire d'armurier aveugle... Si c'était vrai alors ces livres pourraient sûrement lui servir de monnaie d'échange. Ils devaient sans doute être rare, en tout cas c'était la première fois que la Goule en voyait. Elle en saisit plusieurs et les enfourna dans son sac déjà bien rempli avant de se rendre compte que quelqu'un approchait d'elle à grand pas.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Lun 19 Déc - 12:35
Où est-elle grand dieu de merde?
Je bifurque au détour d'un rayonnage avant de me précipiter dans une direction que je suppose être la bonne, je n'aime pas ça, j'ai pas envie qu'elle se fasse boulotter et j'ai encore moins envie de croiser la bestiole qui était sur le polaroid. Je me stoppe en voyant la grosse coulée de sang contre une porte et quand j'entends le bruit effroyable derrière je trébuche. Toute cette hémoglobine bon dieu, ces marques de griffes digne du monstre du Loch Ness, c'est frais en plus! Le sang coagule en cinq foutus minutes ! Ca veut dire qu'il y a un type qui vient de se faire ouvrir en deux il y a même pas trois cents secondes! Je me relève, prend une inspiration, c'est pas le sang de Dawn, le sang de Luminescente il est vert pomme et brille, ça ne peut pas être celui de ma camarade. Est-ce que j'ouvre?
Non, mauvaise idée, très mauvaises idée.
Je tourne les talons et trottine dans les couloirs, le macchabée à l'entré fait sens pour moi maintenant, il a dû se faire déchiqueter par l'immense saloperie qui se trouve derrière la porte. J'aurais presque envie de me ramener avec un lance flamme si j'avais encore mes talents au tir, mais pour l'essentiel est de fuir. Je commence à parcourir en vitesse le rez de chaussée à la recherche ma partenaire avant de me stopper en train de la voir parcourir des bouquins en braille. Putain celle-la elle a pas vu ce que j'ai vu, je reprends mon souffle avant de taper du pied nerveusement par terre pour lui signaler que j'ai un truc à dire. Une fois que j'ai son attention je lui montre la photo prise par le polaroid et pointe du doigt la direction de tout le sang que j'ai vu avec les marques de griffe en tapant du pied encore plus fort. Je me tape nerveuse le torse avant de la pointer du doigt à son tour et de pointer la sortie : faut qu'on se taille très vite sinon on va finir comme des huîtres à noël. J'ai pas envie de de finir gober tout cru par une immense saloperie qui a du sortir d'un étang rempli de FEV et de radiations et Dawn non plus j'espère.
Je choppe l'un des livres par terre et me le fout sous le bras avant de commencer à tirer la Luminescente vers notre point d'entrée un petit instant. Il faut qu'on sorte si on ne veut pas finir massacrer.

Vite vite vite!

Que j'intime à la goule en tapant dans mes mains pour la réveiller.
C'est pas le moment de lambiner.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Lun 19 Déc - 22:47
C'était la Goule au scaphandre qui se présenta à elle. La Luminescente souffla, avec ce qu'elle venait de voir cette apparition soudaine lui avait filer la frousse ! Enfin, elle ne s'était pas inquiétée tant que ça étant donné qu'une porte la séparait de la chose. Les gros monstres ça fait du boucan quand ça passe une porte, en général. Dunlaith de son côté ne semblait pas du tout rassurée. Elle frappe du pied nerveusement et Igniculus ne put s'empêcher de commenter l'action.

- Ce qu'elle a l'air conne quand même cette chaga- Oh la vache c'est quoi ce truc dégueulasse ?!

La chose que Dunlaith montrait via un polaroid en noir et blanc tout en pointant du doigt la direction d'où elle venait déclencha un frisson dans le dos de la gamine. Même la lueur radioactive en rata sa rime ! C'était une espèce de monstre difforme et tentaculaire... qui avait bien l'air de faire deux fois la taille de l'Irlandaise, sinon plus ! Dawn comprenait la sensation de nervosité qui semblait parcourir sa partenaire. Cette dernière se frappa le torse afin de se désigner puis pointa la sortie. Manifestement, elle voulait que les deux Goules se barrent le plus vite possible de cette bibliothèque. Et en un seul morceau, si possible.

« Alors c'est ça qui se trouve derr-» commença la gamine avant de se faire couper.

Sa partenaire, après s'être saisit d'un livre qui traînait au sol, l'avait attrapée par le poignet et commençait à la tirer vers la sortie. La petite Lumière ainsi que son Foyer de compagnon retinrent un hoquet de surprise. Depuis quand elle pouvait se permettre de telle familiarité, celle là ? Dawn détestait qu'on la traite comme une enfant, surtout lorsqu'elle n'agissait pas comme tel. Elle explosa en retirant vigoureusement sa main de l'étreinte d'acier de la Goule.

« Hey qu'est-ce tu fout là ? Lâche moi, j'peux mar... »

Elle se fit encore interrompre, mais pas par sa partenaire cette fois ci. Non, c'était un hurlement strident provenant de la porte ensanglanté. Elle se stoppa dans sa course et lança un regard timide en direction de la provenance du son pour ensuite attraper le regard de l'orbe vert. Il semblait aussi perplexe qu'elle concernant cette situation. La gamine entendit distinctement du bois se fendre et une chose beugler de colère, comme si elle se réveillait d'une longue sieste. La porte venait sans aucun doute de céder sous une force incroyable, et on pouvait apercevoir des morceaux de bois voler au dessus des étagères. Elle se retourna aussi rapide que le vent, et cette fois ci c'est la récupératrice qui vint chercher la main de la négrière tout en courant comme une dératée vers la sortie.

« Ok c'est bon, on s'casse d'ici ! » cria t-elle au dessus des rugissement bestiaux.

Elle n'osait plus se retourner, mais elle put entendre distinctement la bête taper un sprint entre les rayonnages et fracasser quelque chose sur son passage. Heureusement pour les Goules qu'une étagère lui bloquait le chemin, même si cela n'allait sans doute pas durer très longtemps. Dunlaith reprit la tête de la course et enfonça la première porte de chêne d'un puissant coup de pied avant de recommencer à courir. Lorsqu'elles se trouvèrent en face de la dernière porte, celle qui menait vers l'extérieur et que les hommes empruntèrent plus tôt, elle réitéra l'opération. Son coup de pied brisa presque l'entrée tellement elle avait mit de puissance dedans, mais les deux partenaires purent sortir et enfin goûter au Soleil de midi et à l'air libre. Elles ne se reposèrent pas immédiatement pour autant et continuèrent de tracer comme si leur vie en dépendait, ce qui n'était pourtant plus le cas désormais. Elle s'arrêtèrent plus loin, à bout de souffle et exténuées. Dawn lança un regard complice à la négrière et prit un ton enfantin et juvénile.

« C'était énorme ! On recommence, dis ? » plaisanta t-elle entre deux respirations tout en essayant de se garder une certaine prestance.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Lun 19 Déc - 23:40
Courir, courir à en claquer la gueule ouverte s'il le faut mais courir. S'éloigner du truc qui est derrière nous, ne pas regarder derrière soit, prier très fort pour ne pas mourir. Je tape un sprint à en perdre haleine de balancer un coup de pied avec la force du soleil dans la première porte sur notre chemin avant de charger tel un toureau sous cocaïne vers la suivante qui s'ébranle dans ses gonds devant la violence de l'impact. Je galope à l'extérieur en distançant un peu ma camarade goule avant de commencer à ralentir la cadence, le soleil est dans notre dos, je ne vois plus aucune ombre hostile derrière nous, je risque un coup d'oeil avant de constater qu'il n'y a plus rien.
Je pose mes fesses à même le sol avant de reprendre ma respiration et d'essayer de trouver une suite logique aux évènements qui viennent de se produire : on a échappé à une saloperie monumentale, on a dévalisé une bibliothèque, on a défoncé des récupérateurs. Le tout sans aucune perte quelconque de notre côté et moi en prime j'ai gagné un polaroid, en fait nous avons tout gagné à ce stade. Manque plus que de passer par la caisse pour empocher notre récompense à ce point la de nos péripétie.

-C'était énorme ! On recommence, dis ?

Elle a du cran la gamine de me sortir ça comme ça, alors qu'on a failli crever, je rigole, même si ça ressemble plus à un sifflement erratique qu'à autre chose. Ca fait du bien de se détendre après avoir failli crever, même si le risque n'en valait pas vraiment la chandelle tout compte fait : on était assis sur une poudrière organique sans s'en rendre compte, et savoir que cette merde est à même pas dix minutes de marche de chez moi me fout les jetons. Je me lève fébrilement, fait craquer mes articulations et vérifie n'avoir rien oublié : tout est la, tout est attaché au reste, rien de perdu, rien de cassé.
Je lève le bras et le pouce poing fermé, c'était cool, je recommencerais toutefois plus tard pour ma part, se faire courser par une saloperie géante, très peu pour moi, le mois prochain peut-être.
Je reprends ma craie et mon ardoise avant d'écrire.

Je suis comblée, et toi? j'efface une fois qu'elle a lu avant de réécrire. On devrait rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mar 20 Déc - 4:44
La Goule émit un sifflement perçant que la Luminescente traduisit par un rire. La fillette souriait sous son masque en découvrant que la négrière était quand même capable de rire à des blagues de mauvais goûts. Elle n'avait sans doute pas si mauvais fond... Mais déjà elle pensa à la suite des opérations. Elle se redressa et adressa un regard vers le Ciel comme pour se remémorer la promesse qu'elle avait faite il y avait déjà quelque heures. Pouvait elle vraiment tout balancer sur Julius, comme ça, de but en blanc ? Elle devait se décider rapidement.

« Oh ? Elle est capable de rire ? Est-ce qu'elle peut aussi sourire ? » Se demanda la sphère verte en s'approchant du hublot de l'Irlandaise.

La petite Lumière observa un temps son Foyer de compagnon. Il avait l'air d'apprécier un peu plus sa congénère. Peut-être même lui faisait il un peu confiance désormais. Après tout, la vieille Goule avait fait ses preuves dans la bibliothèque en les sauvant plus d'une fois. Enfin, Dawn en avait fait de même mais bon... Ces actes restaient plus puissants que n'importe quelle paroles. Après avoir vérifié qu'il ne lui manquait pas une jambe ou autre, sa partenaire lui fit signe que tout allait bien en levant le pouce. La grand mère s'examina rapidement de son côté, elle était capable d'avoir oublié un truc dans le bâtiment !
La fillette commençait à avoir mal au dos. Tout le barda qu'elle transportait désormais lui pesait lourdement sur les épaules. Elle trimbalait bien 4 armes à feu en tout sans compter les reste de Migi et tout le contenu de son sac ! Il allait vraiment falloir qu'elle refourgue tout cela... surtout que sa bourse était vide. Dunlaith prit la « parole » en lui montrant sa tablette noire.

Je suis comblée, et toi?
- Ouais ça va, j'ai juste super mal au dos mais ça va.
On devrait rentrer
- Bonne idée !

« On » ? C'était drôle, la manière dont elle avait sortit cela. Comme si sa maison était maintenant celle de la gamine. Comme si elle l'avait acceptée à ses côtés. En étaient elles vraiment là ? La récupératrice balaya cette idée d'un geste de main. Elle s'amusait trop à extrapoler les choses et les dires, parfois ! Dunlaith voulait seulement dire ce qu'elle avait écrit et rien de plus... n'est-ce pas ?
Elle partirent donc en direction de l'appartement de l'Irlandaise en prenant le chemin inverse, beaucoup plus détendues qu'elles ne l'étaient à l'aller. La pression du combat était retombée et les deux congénère se faisait déjà bien plus confiance que lorsqu'elles entamèrent leur excursion érudite, même si quelque graines de méfiance reposaient toujours dans la terre de leurs esprits.

- Alors ? Tu va tout balancer ? Ou tu vas te casser ? S'enquit la sphère verte.
- Je pense qu'on peut lui faire confiance, murmura la grand mère. Je vais lui dire certaines chose et en garder un peu de côté en garantie...

Il est vrai qu'au final, l'enfant n'avait pas la certitude que les informations que lui donnerait la Goule lui serait vraiment utile, et donc que le marché lui serait vraiment profitable. Elle préférait garder un joker sous la manche, au cas où...
Elle grimpèrent finalement les longues marches de bétons qui constituait l'escalier menant au logis de la femme au scaphandre. Avec tout le barda qu'elle avait sur le dos ainsi que la fatigue de l'expédition, Dawn s’écroulât presque de fatigue en arrivant au bout. La première chose qu'elle fit lorsqu'elles pénétrèrent la pièce de vie fut de balancer toute ses armes sur la table et son sac au sol. Elle se précipita dessus en entendant le bruit métallique des morceaux d'épée. Elle vérifia le contenu de sac et s'aperçut avec bonheur que ses bouteilles de Quantum étaient restées intactes. Il allait vraiment falloir qu'elle se trouve un contenant plus solide que juste des bouteilles en verre... Ou qu'elle se les accroche à la ceinture, au choix. Enfin, la deuxième option n'était pas très discrète non plus. Elle attrapa son bocal de viande de Radcerf séché, y saisit un morceau et plaça enfin l'objet sur la table, invitant Dunlaith à se servir. Elle posa ses fesses sur une chaise peu confortable en soupira de soulagement. Ca faisait du bien de poser son cul après une matinée comme celle là ! Elle croqua dans la viande avec avidité et fit passer le morceau par une lampée d'eau qu'elle but à sa gourde. Enfin, elle se débarrassa de son masque et le posa sur la table, à côté des armes à feu. Enfin elle respirait ! La négrière pouvait désormais la voir telle qu'elle était, et aussi croiser son regard d'un vert luminescent. Elle retira également son manteau et le balança sur le dos d'une chaise au loin. Elle arborait un vieux T-shirt orange qu'elle avait trouvé dans un magasin la veille. Tout autant de couleur flashy sur une fille qui l'était tout autant, en sommes.
Le silence se fit petit à petit. Dawn ne voulait pas entamer la conversation : elle savait exactement où elle mènerait et voulait retarder l'échéance le plus possible. Au final, elle ne savait toujours pas quoi dire, et surtout comment le dire, à sa partenaire.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mar 20 Déc - 18:29
Je souffle un peu, prend une pause, le trajet jusqu'à la maison est reposant de par sa simplicité et de l'absence de menace sur le chemin, si quelqu'un nous a vu il n'a pas osé engager le dialogue où la bataille, tant mieux pour nous. Nous rentrons prestement et j'écarte la porte du chemin : porte que je devrais remplacer par quelque chose d'un peu pus solide si une gamine a réussi à l'éclater, enfin, gamine, si on peut classer dans la catégorie gamine un individu qui est capable de tuer sans état d'âme, de concocter un plan pour en tuer plus et fracturer une serrure par force brute.
Elle s'installe et commence à se sustenter, après les événements qui sont survenus plus tôt je suis moi même tenté de prendre un morceau de viande quand elle pose le bocal sur la table et qu'elle fait ses petites affaires. Toutefois je perçois presque ça comme une tentative de corruption même si ce n'est pas le cas : j'ai des choses à lui demander, elle le sait très bien, elle le sait parfaitement. Toutefois j'enlève les sangles qui relient ma combinaison au casque scaphandrier, rompant l'hermétisme de ma tenue et pioche un petit bout de viande que j'avale avec difficulté. J'ai toutes mes ratiches mais faire passer le morceau sous la cloche d'acier trempé est relativement pénible, je préfère ne pas enlever ma protection faciale, autant par soucis de préservé mon anonymat (un raisonnement totalement con étant donné qu'on me connait bien plus avec la tenue intégrale que sous mon vrai visage). Autant que par flemme : il faudrait que je dé-clipse et enlève des sangles de maintient qui relient le casque scaphandrier à l’endosquelette de l'armure.
Je prends une feuille de papier, un stylo, m'installe devant la goule et commence à écrire.

-Herman Junker (goule) : légiste/ballisticien à Louisiane
-Diane Mustang (humain) : médecin à Louisiane
-Donald Catalina (super mutant) : négrier, au cercle/quartier Ouest.
-Arisaka Zero (Synthétique/robot) : ingénieure en robotique, nomade.
-Yuri Ilyusha (humain) : raider/artificer, le cercle.
C'est les gens que je vais voir à propos de ton Azrael. Je te laisse la liste si tu veux faire ta petite enquête toi même.
Maintenant, dit moi ce que tu sais sur Haber. J'ai des explications à lui demander, c'pas une expression avant que tu demandes : j'ai vraiment l'intention de lui demander des explications pour savoir si oui où non je vais lui matraquer la gueule.


J'ai du mal à y croire moi même, pourtant je ressens le besoin de savoir pourquoi il a fait ça : le fait de lui arracher la tête ne me rendra pas Marc, alors autant que je sois au courant de ses motivations, histoire d'avoir toutes les cartes en main quand je serais juge, jurée, et bourreau.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mar 20 Déc - 20:02
La négrière se servit dans la bocal de viande séchée. Après de longues et laborieuses préparation, elle enfourna le morceau de Radcerf sous son casque et commença à manger. Elle ne voulait pas se dévoiler ou quoi ? Peut-être ne faisait elle pas encore totalement confiance à la Luminescente... Enfin, de toute manière c'était réciproque.
Alors que Dawn jouait avec une mèche de cheveux fluorescent en l'entortillant atour de son index, Dunlaith se saisit d'un stylo et d'une feuille de papier. Elle avait semble t-il beaucoup de chose à dire cette fois ci. Igniculus regarda par dessus son épaule, curieux enfant qu'il était. Après avoir prit connaissance de ce qu'avait commencé à écrire la Goule, il revint vers son hôtesse et lui chuchota à l'oreille, comme lorsqu'on se dit un secret. La fillette fit rouler ses yeux dans leurs orbites.
« Elle ne te voit pas et ne t'entend pas, de toute façon ducon ! » pensa t-elle alors que l'orbe lumineux lui susurrait à l'oreille.

- Je crois qu'elle fait une liste de nom. Son carnet d'adresse je pense, ou alors j'suis con.
- Ca veut dire qu'on passe enfin aux choses sérieuse, chuchota t-elle sur le même ton secret que son acolyte.

Elle patienta un instant qui semblait durer une éternité. Ce n'était pas que l'Irlandaise écrivait lentement, c'était même le contraire, mais plutôt que les deux compères retenaient leur souffle. Ce que la Goule rédigeait pouvait bien les mener jusqu'à leurs buts. Jusqu'à Azrael. Elle glissa finalement la feuille de papier jusqu'à la grand mère, qui s'en saisit et la lut avec avidité.

-Herman Junker (goule) : légiste/ballisticien à Louisiane
-Diane Mustang (humain) : médecin à Louisiane
-Donald Catalina (super mutant) : négrier, au cercle/quartier Ouest.
-Arisaka Zero (Synthétique/robot) : ingénieure en robotique, nomade.
-Yuri Ilyusha (humain) : raider/artificer, le cercle.
C'est les gens que je vais voir à propos de ton Azrael. Je te laisse la liste si tu veux faire ta petite enquête toi même.
Maintenant, dit moi ce que tu sais sur Haber. J'ai des explications à lui demander, c'pas une expression avant que tu demandes : j'ai vraiment l'intention de lui demander des explications pour savoir si oui où non je vais lui matraquer la gueule.


Elle tiqua lorsqu'elle lus l'annotation sur Arisaka Zero. Un Synthétique. Une machine. Comment pouvait on faire confiance à un truc pareil ? Mais d'un autre côté, c'était peut-être là que se trouverais les réponses à ses questions.
Elle lus une nouvelle fois le dernier paragraphe, celui concernant le Chevalier. Elle veut lui parler avant ? Oui, c'était sans doute vrai. La petite Lumière aussi avait discuté avec Arzhela la première fois qu'elles se rencontrèrent, avant qu'elles ne finissent par s'entre déchirer. C'est sans doute aussi ce qu'elle ferait lors de leur prochaine rencontre... Sauf que cette fois ci l'une d'entre elle n'y survivrait pas. La grand mère réfléchit un instant. Peut-être était il possible de sauver le cul de Julius même en révélant tout de lui ? Peut-être qu'elle pouvait changer cette donne de par sa présence auprès de Dunlaith... C'était un véritable coup de poker où elle risquait elle aussi, mais d'un autre côté elle avait besoin de garder contact avec la négrière, ne serait-ce que pour obtenir les informations que celle ci pouvait lui fournir.

- Non, je vais te laisser enquêter. Je te fais confiance là dessus, avoua la Luminescente. Et puis, ça se passe mal quand je discute avec des Synthétiques, généralement. Concernant Julius...

La récupératrice prit un temps avant de répondre. Elle réunissait mentalement les connaissances qu'elle avait de l'homme en question et triait ce qui lui semblait bon à dire et ce qu'il valait mieux garder. Elle le fit tout de même rapidement, il ne fallait pas que la négrière se doute de ce qu'elle faisait.

- Bon ça vient dis moi ? Elle s'impatiente l'autre là, la pressa l'ami fluorescent.
- Julius comme tu le sais possède un modèle d'armure assistée. Un modèle récent que je n'avais encore jamais vus. Tu ne pourra pas en venir à bout seulement avec ton poing mécanique. Il est armé d'un fusil à pompe automatique, là encore je te déconseille l'approche corps à corps, détailla t-elle. Je l'ai rencontré dans la vieille usine de Nuka Cola au Nord d'ici, environs deux kilomètres. Le type est recherché par l'Enclave, je pense que ces gens pourraient t'informer comme il le faut sur le gus si tu te présente comme étant une mercenaire. Je ne sais pas par où il est partit par contre, c'était il y a quelque mois et mes souvenirs sont plus ou moins flou... Mais si je peux me permettre, il n'avait pas l'air d'avoir mauvais fond, tenta timidement la gamine.

Elle ne révéla pas l'adresse que lui avait donné Julius, l'auberge de la cité basse. Elle ne pouvait pas envoyer une négrière dans le coin alors que cette dernière pouvait se montrer aussi brutale que son apparence suggérait. Elle décida de garder cette information pour plus tard, lorsque ça lui serait utile de la révéler.

- Je vais faire mon enquête de mon côté, si tu veux. J'ai de bonne compétence en pistage, peut-être que je pourrais retrouver sa trace, proposa t-elle.

Elle voulait surtout vérifier l'adresse du Chevalier avant de la révéler à la négrière. Autant ne pas inclure des innocents dans l'équation déjà compliquée que devenait sa relation avec l'Irlandaise.


Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mar 20 Déc - 21:07
Elle commence à parler, je prends une autre feuille et note consciencieusement toutes les informations automatiques : son armure de merde et son fusil de chasse automatique ne poseront pas de problèmes, c'est juste une question de technique et de renseignement. Je peux le faire, ils se sont rencontrés dans la vieille usine de nuka cola à un quart d'heure d'ici, ce ne sera pas un problème de le traquer, je consigne tout ce qui peut-être dit et entendu. Puis vient une part intéressante de la chose : il est recherché par l'Enclave et je peux m'accaparer leur aide pour le massacrer, ce serait une bonne chose, d'avoir du renfort pour lui, même si eux semblent plus intéresser par l'aspect symbolique de la chose et de le buter pour la paperasse. Ils n'ont pas cette touche personnelle de vengeance que j'ai, ni cette envie de comprendre ses motivations, je sais ce que j'ai à faire en tout cas maintenant. J'ai une piste, j'ai son équipement, ça va être facile à partir de la. Elle veut que je mène l'enquête sur celle qu'elle cherche et inversement, une sorte de trip étrange, c'est assez bizarre je trouve, mais d'un côté ça donnera l'avantage de ne pas être aveugler par les sentiments. Toutefois j'ai l'impression que la détermination finira par manquer à un moment où un autre. Je prends la feuille sur laquelle j'avais noter les noms avant de reprendre la conversation là où elle a été laissé.

-J'enquêterais sur Haber de mon côté, mais je n'oublierais pas d'aller questionner ceux sur la liste pour toi. De toute façon je serais aller les voir pour l'autre. j'hésite un instant. Mauvais fond pas mauvais fond je constaterais ça par moi même. Bon, sinon, nous avons un deal.

Je lui tends la main en attendant qu'elle me la serre : deal or not deal?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 115
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 70
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas] Mer 21 Déc - 2:26
La négrière écouta attentivement la récupératrice pendant son discours tout en prenant quelque note au passage. Elle savait se montrer très érudite, au final. Ce qu'elle pouvait écrire cette femme là ! Dawn resta patiente le temps que sa congénère termine de rédiger tout ce qu'elle avait à noter ainsi que tout ce qu'elle avait à dire. Cela prit un certain temps, aussi la Luminescente en profita pour se saisir d'un nouveau morceau de viande et de le mâchonner discrètement. Elle se leva et allait profiter du Soleil. L'appartement de Dunlaith se trouvait justement munit d'un petit balcon surplombant tout le quartier. La gamine sentit le vent s'engouffrer dans ses cheveux sales et lui caresser l'échine. Le Soleil s'en trouvait légèrement plus doux que sur le plancher des vaches. L'Irlandaise manifesta soudain sa présence en toquant sur le bois de la table basse.


J'enquêterais sur Haber de mon côté, mais je n'oublierais pas d'aller questionner ceux sur la liste pour toi. De toute façon je serais aller les voir pour l'autre. Mauvais fond pas mauvais fond je constaterais ça par moi même. Bon, sinon, nous avons un deal.

Dawn regardait son interlocutrice avec un soupçon de malice dans le regard. Au final, elle s'était trouvé une nouvelle alliée et non un nouvel ennemi. Ca changeait pour une fois, et ce n'était pas pour déplaire à la Luminescente. Elle sourie en balançant sa main vers Dunlaith, le Soleil dans son dos projetant son ombre sur la négrière.

- Très bien, marché conclut. On garde le contact. Par contre, ça ne te dérange pas si je pique un somme ici ? Je suis crevée...

Sa congénère hocha la tête affirmativement, l'autorisant à se reposer quelque heures sous son toit. Comme quoi on peut bousiller la porte de quelqu'un et tout de même être invité à dormir la journée même. Elle se tourna vers Igniculus afin de lui dire les balivernes d'usage : si y'a une merde tu me réveille etc. Il acquiesça, il avait l'habitude de toute façon.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]
Revenir en haut Aller en bas

"No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» "No Mutants or Humans, only Ghouls" [Dunlaith Mcdouglas]
» La Classification des mutants
» i see humans, but no humanity (aleksandr)
» James Howlett, Alias Wolverine
» Saison 2 - Images

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Archives :: Sujets terminés-