La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Jeu 3 Nov - 15:17
- Ils sont dans l'ombre... GRRR. JE SAIS QU'ILS ME REGARDENT !
Ils sont dans l'ombre, oui, ils te regardent.
Pourquoi ils me laissent pas tranquille ? Je... Je veux que ça s'arrête ! Pourquoi ils hurlent ?! Pourquoi elles chantent ?!
Tu sais ce qu'il te reste à faire... Arrête d'être faible. T'en as pas marre d'être lâche ? Prend ton destin en main.


On peut l'entendre parler, le mutant bleu. Un nocturne, une race violente et malheureusement schizophrène. Franck était un connard, mais étrangement, il avait toujours eut beaucoup de pitié pour les mutants comme ça. Certainement parce qu'ils sont tous innocents, simples victimes de leur horrible situation.

- Je... Qu'est-ce que je peux faire ? Hmmm. RRRR !
Moi je suis avec toi. Je te protégerai, quoi qu'il arrive.


Il parlait à son arme. C'est ça que Franck avait remarqué en l'observant un peu en coin, alors qu'il contournait l'épave de chasseur Mustang de la deuxième guerre mondiale, écrasé dans la salle du musée au-dessus d'une jeep. Il parlait à son arme. Qu'est-ce qu'il foutait là ? Qu'est-ce qu'il cherchait ? Impossible à savoir. En plus Lavigne n'était pas psy. C'était pas son problème.
Dommage que Haber décida de hurler et de sitôt se mettre devant lui. Pauvre mutant. Apeuré par les gestes brusques et fous du soldat de l'Enclave, il décida de faire tourner son canon et de tirer dans la direction de celui qui était un monstre.

- ENCLAVE !
VOUS ÊTES VENUS POUR MOI HEIN ?
VOUS ARRIVEREZ PAS A ME BUTER ! VOUS ENTENDEZ ? VOUS Y ARRIVEREZ PAS !


Des tirs. Violents en plus. Ça niquait les oreilles. Heureusement que Franck eut l'idée magnifique de se cacher par terre, derrière une moto, pour ne pas se faire voir. Haber décida de se replier alors qu'on le criblait de balles. Le raider alla vite les rejoindre derrière la seule cible blindée et impénétrable de la salle : Un authentique char d'assaut, « Leclerc EMAT » gravé sur l'écriteau devant. Une fois caché derrière, les balles ne pouvaient plus rien faire face à eux.

Julius commença à parler d'un plan. Franck n'y réagit pas. Le cuirassé s'échappa immédiatement dans l'optique de tuer le nocturne qui venait de se mettre invisible et de disparaître autre part, sûrement prêt à tendre une embuscade.

- Dreyse, ne l'écoute pas,
dit le raider à voix basse. On reste cachés ici, c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Jeu 3 Nov - 15:41
Je prends conscience de la situation dans laquelle je suis. J'entends le super mutant parler, un nocturne si je comprends bien ce qui est dit, je ne sais pas trop quoi dire, j'ai envie de lui tendre la main et de faire ami ami, je reste figé, mutique, incapable de décider quoi faire. Je décide de lever le bras dans un signe de paix avant d'entendre un bruit mécanique, de ferraille qui tourne, un bruit que j'ai entendu des millions de fois que ce soit sur des avions, des hélicoptères, des véhicules terrestres ou simplement des soldats à pieds.

"ESCOUADE TOUS AU POINT... SUR DREYSE!"


Quoi?
D'un coup je me sens agrippé et mon cerveau s'éteint, mon corps obéit stupidement aux directives que j'entends et comprends à peine alors que mes oreilles sont occupés à capter le hurlement explosif du m132 Minigun qui nous tire dessus. Le bruit me déchire les tympans alors que je me fais attraper par Haber telle une poupée de chiffon avant d'atterrir derrière une protection quelconque si je comprends bien. J'essaie de rester calme, du moins en apparence, mais dès l'instant où le type de l'enclave me lâche je me mets en boule en me couvrant la tête avec les mains dans une bête tentative de diminuer le bruit qui m'assourdit. Qu'est-ce que je suis censé faire dans ce genre de situation putain?
Haber me lâche des directives comme si j'étais un militaire en état de faire quelque chose mais je suis aveugle putain! Même si j'ai bien une bonne idée de la distance à laquelle le mutant se trouve de moi je suis censé faire comment pour imaginer les obstacles et les entraves que ma grenade peut rencontrer sur le chemin? Erika est apprentie armurière, la même chose vaut pour elle merde! De toute façon si Erika lève la tête j'en connais qui va recommencer à me rafaler.
La voix de Franck vient à mes oreilles comme une putain de libération.

- Dreyse, ne l'écoute pas, dit le raider à voix basse. On reste cachés ici, c'est très bien.

J'essaie de rassembler tout mon courage et saisit ma grenade à impact dans ma veste tactique, elle est bourrée d'explosif. Je la tends fébrilement à Franck en me bouchant une oreille de ma main restante.

-Fait en ce que tu veux, mais arrêtes ce bruit putain, j'ai l'impression que ma tête va explosé. Faut que ça cesse.

Le ton de la dernière phrase est suppliant à l'extrême, j'ai l'impression qu'on me fout des coups de marteaux sur le crâne.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Lun 7 Nov - 23:35
Je n'avais aucune réaction de la part de Frank, et je pouvais apercevoir rapidement Dreyse se bouchant les oreilles, ça devait être terrible pour lui d'avoir son sens principal et sa seule source d'information sur le monde complètement désorientée par le bruit affreux et assourdissant de la mort elle même. Je devait vite abattre ce Nocturne afin de sauver la vie de Frank, Erika et l'ouïe de Dreyse.

Je relevai un coup la tête afin d'apercevoir le Nocturne, il approchait dangereusement du blindé ou était caché l'équipe, je criait donc afin d'obtenir son attention. Le mutant accouru et pointa son minigun vers moi avant d'ouvrir le feu. Le point ou je n'avais pas été malin, c'est que je m'étais caché derrière une moto de combat trop fine pour arrêter les balles.

La suite arrivait très vite et me fit très mal. Je senti toutes les balles venir percuter mon thorax à travers la moto. L'armure tenait bon mais les chocs m'avaient complètement mis sans dessus dessous, surtout que je n'eut pas compris sur me moment d'où venait les balles, et j'en paya le prix par quelques côtes brisés par l'impact du plomb sur la cuirasse. Je glissa sur le côté sur 5 mètres avant qu'un de mes yeux assisté se brise, laissant apercevoir mon œil gauche complètement injecté de sang. Je me sentais partir avant qu'un bruit me réveille. Mon armure beuglait suffisamment fort dans mon casque pour qu'on puisse entendre le son de dehors via mon œil cassé


"Alerte danger léthal, injection d'adrénaline."

Putain non, ce truc me faisait foncer tête baisser dans le danger et face à des goules c'est utile. Mais face à un minigun ce truc allait me faire perdre la vie plus qu'autre choses. Je pensais à mes côtes brisées avant que... haaaaa... L'injection me fit totalement oublier la douleur et m'enragea. Ca faisait un bien fou, et j'allais casser du mutant. Je me relevai et repris mon fusil, l'état de mes côtes empirait mais je ne ressentais plus rien. Je pris mon élan et beugla :

"J'VAIS TE CASSER EN DEUX SALOPERIE DE MUTANT DE MES COUILLES, TU VAS BOUFFER TON MINUGUN AVEC UNE PAILLE ET TA MERE PRENDRA MÊME PLUS LA PEINE DE TE RECONNAÎTRE TELLEMENT TU LUI INSPIRERA LA PITIÉ. TU VAS PRENDRE CHAIR ENCULÉ MUTÉE AU FEV. VIENS BOUFFER TOUTE LA MERDE QUI TE SERS D'EXISTENCE!!!! WEEEEEUUUUUUUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGGGGGGGGGGGGGGG"

Je fonça à portée du mutant qui ralluma son minigun, la distance entre lui et moi était suffisamment courte pour que je l'atteigne avant que son arme se mette à tirer. Je pris le minigun que je dévia avec mes deux mains pour lui mettre un coup de pied dans le bras. Il lâcha son arme d'un de ses bras, j'en profitait que j'ai mes 2 mains dessus pour lui arracher des mains. Son unique bras accroché lâcha prise et j'eus donc le minigun dans les mains à l'envers. J'était trop agressif pour réfléchir à l'utiliser, mon état d'esprit me permettait seulement comme masse pour lui taper dessus à répétition. Je pense que je lui mit une 30 aine de coups sur le moment, je ne sais même pas s'il eut la force de riposter tellement j'étais agressif dans ma tête que j'en oubliai toute douleurs et coup.

Quand le mutant fut étendu au sol et ne bougea plus, je lâcha le minigun sous l'effet de la douleur et tomba par terre de déséquilibre. L'adrénaline était tarie et toute ma douleur revenait, je m'était totalement brisé le thorax en me battant avec des côtes cassées. Encore heureux que je ne m'étais pas percé un poumon avec un bout de côte. Je tomba lourdement à terre et mit les mains sur mon flanc en réflexe tout en me roulant en boule. Je prit la peine de dire :


"C'est... Bon... La... La voie... elle est... Libre"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Mer 9 Nov - 23:04
Grenade ! Quelle arme a une plus grande utilité tactique que la grenade ? Apprécier la situation, dégoupiller, la balancer, et hop plus de problème. Franck leva sa tête pour observer et « analyser » la situation. Situation qui n'était pas vraiment efficace puisque maintenant Julius se mettait à hurler, si bien qu'on pourrait se demander si le Nocturne qu'il chassait n'était pas le plus sain d'esprit du duo.
Lavigne hésita à dégoupiller la grenade et à la balancer. Malheureusement, cela risquerait également de blesser sire Haber. Non pas que le destin ô combien tragique de sa mort ô combien prochaine dans un musée par un accident ô combien dramatique pouvait l'atteindre ou l'empêcher de dormir la nuit... Mais Dreyse irait se moquer de lui et croire qu'il avait pas fait exprès. Alors qu'il aurait totalement fait exprès ! Il méritait de mourir Julius ! Juste, peut-être, d'une manière plus théâtrale que...

...Oh. De toute façon Franck n'aura pas à décider de ça. Le mutant était mort. Incroyable. Plus de bruit excepté les râles et les gémissements d'Haber qui se retrouve allongé par terre dans son armure fumante et trouée de partout. Lavigne s'approcha et se tendit juste au-dessus de lui. Il soupira avant de se tourner vers Erika avec un air faussement triste.

- Oh... Je suis désolé, il ne s'en sortira pas. Comme c'est tragique. Ton sacrifice ne sera pas oublié Julius. Je porterai ton armure en ton honneur pour rappeler ton honorable sacrifice aux mains d'un-
- Donne-lui un stimpack.
- Un stimpack ? Je ne vois pas de quoi tu parles.
- Donne-lui un stimpack, crétin.

Un stimpack pour ce genre de chose ? Non, non ce serait du gâchis. Cela coûte cher le stimpack ! Il ne pouvait pas juste en offrir un comme ça à un immonde attardé ! Voyez-vous, Franck était un vrai darwinien, et la nature obligeait que seuls les forts survivent face aux faibles qui-

- Oh ? T'attends quoi ?
- Ouais, ouais c'est bon.

Quelle rabat-joie cette Erika. Jamais sympathique.
Franck soupira, et plein de mauvaise volonté, il fit tomber par terre un shot de stimpack, juste à portée de Julius pour qu'il puisse la récupérer dans sa main.

- Cela ne te soignera pas.
Mais ça te permettra de marcher jusqu'à la civilisation.


Ayant dit cela, Franck retourna en avant du musée, pour aller chercher ce que Dreyse voulait. Un tournevis dans une main, un marteau dans l'autre, il alla arracher les jupes de ce qui était à une époque le fleuron de la glorieuse Werhmacht.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Jeu 10 Nov - 15:02
La fusillade s'interrompt, je me relève doucement avec les oreilles douloureuses alors que j'entends Erika et Franck s'approcher de Haber, je suppose, vu les deux masses qui sont tombées au sol j'imagine mal mon assistante poids plume et mon ami humain faire autant de bordel en s'écroulant par terre. Je marche doucement, en me fiant aux sons autour de moi pour avoir une idée d'où sont mes partenaires. J'entends la conversation entre les deux amants déçus en cherchant à tâtons du pied le cadavre du nocturne, de mon côté je prends mon temps entre chaque pas puis finis par buté quelque chose de chaud, et beaucoup trop organique à mon goût.
Je m'accroupis et commence à tâter le cadavre pour mieux en saisir les dimensions, le nocturne est pas mal grand, un peu plus petit que moi mais quand même grand. Je saisis ses bras avant de les mettre sur son estomac, dans une tentative assez puérile de lui donner un air un peu plus digne dans la mort et récite une sorte de parodie de prière. Ca va faire des siècles que je n'aie pas récité de prière, la seule chose dont je suis certains c'est que la personne qui vient de mourir est irresponsable en partie de ses actes, sans doutes que le fait que ce soit un super-mutant influence mon jugement mais je me sens obligé de faire ça. Ca aurait pu être moi dans d'autres circonstances.

-Tu penses qu'il le mérite?
-Tout comme je ne suis pas responsable de ma cécité, il n'était pas responsable de son esprit qui partait en vrille.

Ca ne veut pas dire que je le dédouane de toute responsabilité, mais il y a des circonstances extrêmement atténuantes à lui attribuer.
Je m'apprête à ouvrir la bouche que j'entends Franck sortir de ses attaches la jupe blindée du char.

-Va aider Franck à pousser la plaque métallique jusqu'à l'entrée de la pièce, je vais voir comment se porte Haber.

Après avoir offert une parodie de derniers sacrements a un mutant qui ignorait sans doutes jusque l'existence du christianisme je me dirige vers le dernier venu dans mon carnet de contacts : pas difficile de le trouver à l'ouïe vu le bordel que fait une armure assistée à cause des vérins hydrauliques et pneumatiques, tout le blindage composite qui s'entrechoque et le poids de l'animal. Un jour si je dois buter un mec en armure assistée je poserais des mines : vu toutes les vibrations dans le sol qu'un type de la confrérie de l'acier où de l'enclave génère à chaque foulée il y a moyen qu'ils puissent activer une mine antichar en passant à côté. Je me stop à un mètre où deux de mon repère auditif.

-Haber je sais pas si vous êtes debout mais essayez de marcher : si vous y arrivez pas je vais devoir vous sortir de l'armure et vous portez pendant qu'Erika devra trouver un diable pour la pousser jusqu'au paquebot. Et ce serait fortement embarrassant pour nous tous. j'essaie de dire ça sur le ton le plus léger possible, histoire de ne pas en rajouter une couche comme Franck l'a fait. Et accessoirement, beau travail avec le nocturne.

Je ne sais pas si je mens.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Ven 11 Nov - 0:29
"Haber je sais pas si vous êtes debout mais essayez de marcher : si vous y arrivez pas je vais devoir vous sortir de l'armure et vous portez pendant qu'Erika devra trouver un diable pour la pousser jusqu'au paquebot. Et ce serait fortement embarrassant pour nous tous. Et accessoirement, beau travail avec le nocturne."

La grosse voix du mutant me résonne dans les tympans comme quelqu'un qui vous saisit au col pour vous éviter de tomber. C'était réconfortant de sa présence mais sa soudaine apparition vous surprend... Peu importe je me tourne au sol vers le mutant et entame une réponse aussi peu claire que construite.

"Merci Dreyse mais... Je vais... marcher... respiration juste... compliquée... Vraiment désolé... pas voulu... tuer... juste... protéger... Vous... Frank... Erika... contre mutant... pas aimer tuer.... désagréable... mais vie plus précieuse... 3 contre 1... adrénaline... pas réfléchir... injection auto... pas essayé de réfléchir... seulement protéger... j'espère que... vous... voulez pas... pour tuer... et protéger... Vous... Frank... Erika..."

"Nocturne... pas choisi... folie... Vous... pas choisi... cécité... moi... pas choisi obsession... Mais bon... faire avec... juste... empêcher dégâts... même si dur... moralement... voulais pas... tuer mutant... réflexe survie... vous... pas blessé?"

Je bute dans le stimpack d'un coup du dos de la main de façon à qu'il arrive devant Dreyse. Je vise à côté du mutant de par ma vue brouillée par le sang et mes mouvements limités par mes blessures. Je me tourne sur le dos et attrape mon fusil de la main droite, je commence à faire appui dessus pour me relever avant de retomber lourdement. Je rejette un œil au mutant qu'il ne semble pas faire attention a la seringue à ses pieds.

"Prenez... stimpack... devant... pieds... Pour soigner... tympans... abîmés... moi pas vouloir... vous perdre audition... sens important... Mes jambes... aller bien... laissez... temps"

Je retente de me lever avec succès et je me tiens debout penché sur le côté blessé de mon flanc, tenant ma poitrine avec mes 2 mains pour éviter que les os brisés bougent pendant que je me déplace... Je me remet à marcher lentement, le souffle toujours coupé par les os brisés lorsque je gonfle ma cage thoracique. Je parviens tout de même à m'avancer vers Frank et Erika qui semblent affairés derrière tank. Je me place derrière Frank et commence à lui parler suffisamment fort pour qu'il entende malgré le bruit de ses outils.

"Merci... Frank... pour Dreyse... protéger mutant... derrière tank... grande aide... facilité combat... merci... Erika... eu chance... d'être... avec toi...

J'mexcuse... pour... dispute... été mauvais... chiant... pas rassuré... jamais aimé... étrangers... mais toi... efficace... utile... plus que moi... chance... de te connaître..."


Je me déplaçai ensuite vers Erika et lui pose ma main libre sur l'épaule gauche de la jeune femme. Elle tournait la tête vers moi et me regarda. Je posai mon seul œil à peu près efficace sur son visage puis esquissa un sourire de soulagement derrière mon casque. En voyant qu'elle s'attendait à ce que je lui dise quelque chose je lui dit:

"Content... voir... pas blessée... merci pour... stimpack... mais Dreyse... plus besoin... merci... Vas bien?... rien eu?... Heureux de voir... joli visage... sans plaie... et sans... trous..."

Je me tourne ensuite vers le bout de métal qu'ils décrochaient et je lança suffisamment fort pour me faire entendre des deux :

"Besoin aide?... Peux encore... porter... enfin... j'pense..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber] Dim 13 Nov - 1:47
Je me sens légèrement effaré quand Julius m'annonce qu'il n'a pas besoin du stimpack alors qu'il est en train de crever, ce n'est même pas une question de le voir, juste à l'entendre on sent qu'il risque de nous claquer entre les doigts d'une minute à l'autre. Toutefois il semble n'en n'avoir que faire et je l'écoute se traîner jusque Erika et Franck qui sont en train de dépouiller un char comme des charognards festoieraient autour du corps d'un lion. Puis j'assiste à la scène de confession la plus délirante de l'histoire de l'humanité : est-ce qu'il y a vraiment un mec cassé de partout dans une armure assistée ruineuse qui se confie à un mec qui était à deux doigt de lui exploser à la gueule puis ensuite parler à sa fausse copine dans une tentative de... Je ne sais pas en fait, j'ignore même si je tiens à savoir ce qu'il se passe dans la tête de Franck et Haber à l'heure qu'il est. Je ramasse le stimpack et m'approche de lui pour le lui tendre.

-Haber faites marcher le quantum de matière grise dans votre caboche et restez raisonnable : rien qu'à l'audio je vous devine en train de crever, alors vous allez me faire le plaisir de vous enfoncer ce stimpack. Sinon je vous l'administre par suppositoire.
-J'crois pas qu'il ait envie.

Mais c'est pas possible d'être aussi têtu putain : il doit pisser le sang par tout les orifices et il dit non sous prétexte que j'ai peut-être mal à mes petites n'oreilles. J'entends la confirmation de son refus, mais pourquoi? Pourquoi refuser un traitement qui pourrait lui sauver la vie alors qu'il est clairement en train de dépérir? Ce n'est même pas par conviction religieuse qu'il le fait, c'est juste par entêtement le plus stupide!
C'est que Franck qui enrage pour Erika, les deux corniauds qui se tapent dessus pour une femme, Haber qui refuse les soins médicaux alors qu'on a largement de quoi tenir et surtout qui est le seul à en avoir besoin, ça commence à me taper sur le système. Bien plus que tout à l'heure.

-Obersoldaten Haber, au nom de votre Oberfeldwebel vous allez prendre cette scheisse de seringue. tout mon accent Allemand ressort, y compris les façons d'accentuer certaines syllabes. Sinon la jupe blindée de panzerIV qu'on vient de récupérer c'est pas sur votre armure que je la fous mais sur vous tout court que je la fous, sans ménagement.
-Relax Dreyse.
-J'essaie de le sauver de lui-même et il refuse putain! Je suis censé dire quoi?

Des bruits de pas dans ma direction, trop lourds pour que ce soit Franck où Haber, c'est Erika qui s'approche et me prend la main avant de saisir délicatement le stimpack, je lâche prise, déçu par la tournure des événements. Je me prince l'arrête du nez, où en tout ce qu'il devait y avoir avant ma mutation, je déteste ça, quand les gens sont cons au point de ne pas voir une vérité qui leur pend aux nez.
Un petit moment s'écoule alors qu'Erika meuble un peu le silence en ponctuant son intervention de petits commentaires mi sarcastiques mi amusés. Je reprends une partie de mon calme et tâche de ne pas m'emporter une nouvelle fois dans des commentaires acerbes alors que les autres traînent la plaque d'acier. Malgré ma cécité je fais le gros tu travailles quand il s'agit de la déplacer et nous repartons par un coin un peu plus sec et surtout plus sûr que nous n'avions pas vu auparavant. Je ricane, pour le coup je n'y peux absolument rien.

Puis le temps semble se dilater alors que nous marchons lentement, les bras chargés de trésors jusqu'au paquebot qui semble loin sur le retour. Je reste silencieux alors qu'Erika garde ma main sur son épaule en me posant des questions sur son projet, sur sa MG42 du futur. Nous revenons assez facilement au bateau en étant salué au passage par Théodore qui veille au grain sur son territoire depuis l'un de ses nombreux perchoirs. Le reste n'est que protocoles : la descente dans la cale avec le désarmement de la claymore et le stockage des matériaux quelque part dans la salle.
Et ensuite?
Ensuite chacun vaque à ses occupations.

-On fait quoi maintenant? me demande Erika.
-Tu veux que je te racontes une anecdote amusante sur mon pays natal, l'Allemagne?
-Dis-nous donc.
-Y a pas de fun en Allemagne, maintenant on retourne bosser! C'est comme ça qu'on devient riche, en bossant, et nous on a une armure à retaper et un fusil expérimental à fabriquer.

Si quelqu'un veut rajouter quelque chose allez-y.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber]
Revenir en haut Aller en bas

Armer le futur avec l'aide du passé. [Avec Julius Haber]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang [PV]
» Avec qui veut bien danser avec moi!!!
» Le monde de Nemo, ou l'histoire d'un homme qui perd sa femme, tuée par un sérial-killer, et qui part à la recherche de son enfant blessé et kidnappé avec l'aide d'une femme folle. (u.c)
» Aide tactique FM16 avec Paris
» Liste d'une armée du Mordor à "moduler" avec votre aide !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Archives :: Sujets terminés-