La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Jeu 27 Oct - 0:02
[Ruine de la Nouvelle-Orléans, quartier Ouest, 02 Aout 2290, fin d'après-midi.]

«  I just want to start a flaaame in your heeeaarrrrttt... In my heart I have just oooonnneee deeessiiirrrrr... »
« And that one is youuuu, no other will doooooo ! »

C'était une bonne journée dans le Wasteland. Un peu de musique, un peu de brouillard et de Soleil, et en plus Igni' daignait chanter, pour une fois. Cette vieille bique n'était pas très chanson, et pourtant quelle voix ! Dawn se lamentait souvent du fait qu'elle fusse la seule à l'entendre. Enfin, elle devait sans doute passer pour une folle, à chanter toute seule sur cette longue route. « Pas trop grave, tu me dira. En plus, y'a pas un Chat », pensa t-elle tout haut.

- Tu me parles à moi ?
- Non, non, toute seule petite lueur. Toute seule.
- Eh bien ne parle pas alors, s'il te plais. En plus, je pensais qu'on chantait ! S'enquit Igni'.
- Oh, c'est vrai, désolé ! Enfin, la chanson est passée là.
- Et pour toi, à qui la faute ? Je te le dis ; celle de mon hôte.
- T'es chiant des fois, tu le sais ? Demanda Dawn.

C'est vrai que rater une occasion d'écouter Igniculus chanter était dommage. Ca n'allait pas recommencer avant un bon moment.
C'était bien les seuls dans le coin à se chamailler comme des enfants. Au loin la rumeur de coups de feux brisait la monotonie de la marche, et parfois les deux compagnons apercevaient les silhouettes de quelque bêtes rôdant au détour des immeubles. Bien qu'arrivée depuis peu en ces terres Louisianes, la petite Lumière connaissait déjà les quelque chemin à éviter afin de ne pas faire de mauvaises surprises. Ce qu'elle avait déjà fait, bien sur. Mais grâce à Igniculus, les quelque égratignures qu'elle s'était faite la veille s'estompaient déjà après seulement quelque dizaines d'heures.
L'objectif du jour était simple : un peu de récup' ! Dawn avait besoin de fourniture de première nécessité, comme du fil de nylon et de fer, quelque vis, un peu de métal... Un peu d'alcool n'aurait pas été de refus non plus. Un seul cocktail Molotov allait être un peu juste si jamais elle tombait sur quelque chose de gros. Mais surtout, ce qui lui manquait, c'était du Nuka. Quantum, de préférence. Elle arrivait à cour, et elle avait besoin de son petit regain de radioactivité. Il lui restait bien une bouteille, mais elle voulait la garder la plus longtemps possible. Quand elle n'y tiendrait plus.
Après une bonne demie heure de marche supplémentaire, passée à éviter les petites bestioles qui traînaient dans le coin, Dawn aperçut une silhouette imposante au loin, au détour d'un rue. Elle se cacha instinctivement derrière une carcasse de voiture.

- Tu l'a vus ? Mon c... commença Igniculus.
- Tu crois que c'est le moment de faire ce genre de blagues débiles ? Je crois que c'était une armure assistée.
- Et alors ? La belle affaire, tu parle ! Une balle dans les jointures et on remballe, chantonna t-il.

La Goule jeta un regard à travers les vitres sales ou défoncées de la voiture. C'était bien une armure assistée. Mais elle ne reconnut pas le modèle tout de suite. Ca ne ressemblait pas du tout aux boîtes de conserves utilisée par la Confrérie, et même si Igniculus semblait confiant, il était fort probable que les jointures de celles ci ne soient pas si fragile que ça. Elle pouvait toujours recourir à la méthode du réacteur à fusion mais bon... De toute façon, tout cela était proscrit.

- T'es con ou quoi ? J'vais pas démarrer un combat pour rien. Et je t'ai déjà dis qu'on ne tuait pas, sauf si on y est obligé. En plus c'est pas la Confrérie ça, ajouta la grand mère.
- Franchement t'es pas drôle, tu pourrais penser à moi. Le combat c'est ma seule distraction ici bas.
- Ouais, bah on se casse. J'ai l'impression qu'il nous a vus en plus.

Dawn sortie de sa couverture de sorte à ce que l'étranger ne remarque pas vers où elle allait. Risquer sa peau nécrosée dans un combat inutile, non merci. « Et nous voilà encore en train de nous barrer. Regarde moi ce tas de capsule partir en fumée... » dit Igniculus en soupirant. C'est vrai que cette armure aurait put rapporter gros. Mais ce n'était pas dans les manières de la petite Lumière de tuer pour rien. Surtout lorsqu'on rencontre une armure assistée; on est jamais sur de rien. Ils continuèrent donc leur chemin en se faufilant par d'étroites petites ruelles afin que l'homme en acier ne puisse les suivre.


Inventaire:
 
Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Jeu 27 Oct - 16:36
Julius écoutait de la musique dans son casque et chantait discrètement dans les ruelles du quartier Est. Le vieux quartier perdu et sans trace de vie. Les lianes de la nature avaient allégrement mutées et recommençait a conquérir les bâtiments, petit à petit. La grande route de 10m de large tapie au fond de la ruelle était parsemée de carcasses de Corvega, derniers vestiges de l'agitation antes-bombes. Le temps était frais et le ciel gris, la vie avait quitté ce lieu, imposant un silence de mort qui plaisait beaucoup à notre boîte de conserve. Mais elle avait décidé de chanter.

"So let it be written
So let it be done
I'm sent here by the chosen one
So let it be written
So let it be done
To kill the first pharaon son
I'm creeping death"

Il passa plusieurs fois entre les carcasses des véhicules, lançant un regard au table de bord pour trouver des choses utiles. Il portait son fusil par le dessus de la culasse, les bras ballants. Il chantait doucement, il avait appris à réprimer sa voix pour ne pas alerter des dangers potentiels de sa présence.

Plusieurs fois des cris et des coups de feux se firent entendre, suivis de coup de feux. Notre boîte de conserve savait comment réagir. Il retourna à main nues des carcasses de voitures sur la tranche et activa son radar a courte portée pour détecter les cibles potentielles, qui s'afficheraient dans ce cas sur son ATH. La première fois, ce fut des fermiers qui chassaient des cabots sauvages, morceaux de brahmine dans la gueule, pas de quoi s'inquiéter. La deuxième fois, ce fut plus dangereux. Julius avait affiché par dessus sa vision une forme bien distincte, une sorte d'humanoïde, mais avec des tuyaux dans le dos et deux petites oreilles. C'était un récupérateur de l'Enclave dans son armure MKII. Julius était toujours recherché partout dans ce pays par l'Enclave, pas pour ses gestes, mais pour le prototype d'X-01 qu'il portait. Il resta donc caché derrière la voiture, fusil dans la main en attendant le passage du récupérateur. Comme quoi une armure assistée ne protège pas de la peur.

Peu importes ses rencontres, il continuait son chemin. Il marchait toujours en chantonnant. Aujourd'hui son objectif était bien précis, il devait faire de la récup pour son armure et pour ses armes. Il était à recherche bien sûr de sa lentille 24x2 mais également de chrome, de dacron et de titane pour renforcer certains trous dans son autocuiseur. Il marcha quelques heures, mais dû s'arrêter à un moment pour cause étrange. Il avait aperçut une lueur verte au loin avec un son telle qu'une vielle radio d'avant guerre pouvait émettre. Il activa donc son scanner courte portée mais la source de ces anomalies était trop éloignée pour un scan de nature et position précis. En revanche, son compteur Geiger s'affola, il monta a 3.6 Rads/sec, puis a 3.8, puis a 5.2 avant de stagner a 4.8. La source se déplaçait et émettait un quantité de radiations folle. Julius calcula les déplacements de la chose avec sa carte pour déterminer le chemin emprunté par les radiations ambulantes durant les dernières secondes.

"Mmpf, la seule chose qui peut se déplacer a cette vitesse et produire autant de rayons gamma, c'est un Luminescent. Faut que j'élimine cette saloperie si elle est folle"

Lança-t-il en murmurant à lui même, il attendit patiemment les mouvements de la chose et parti vers ou la chose allait, guidé par son compteur Geiger qui officiait maintenant dans le rôle de capteur de proximité. Il attendit que le compteur descendit a 1.2 Rad/sec, arma le percuteur de son fusil et se mit en marche

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Jeu 27 Oct - 22:18
Lorsqu'elle sortit enfin du labyrinthe de béton et de ruelles, Dawn reprit son souffle et but une lampée d'eau fraîche. Même pour elle, certains de ces passages étaient très étroits. Elle était sûre que l'homme en armure assistée ne l'avait pas suivie. Malgré tout, elle se retourna nerveusement en sortant dans la rue. La petite Lumière savait qu'il l'avait vue. Peut-être pas directement, mais il l'avait vue. Re-ajustant son masque de bois sur son visage -ce dernier avait un peu basculer en frottant sur les murs- Dawn continua son chemin.
Igniculus était silencieux, d'un coup. « Il doit encore pester pour cette armure... Ce qu'il est chiant. ». La petite lueur avait parfois ses moments petits garçons, et boudait tout seul dans son coin. Enfin, c'était l'impression que la grand mère avait, en tout cas. C'était peut-être le fait qu'elle n'ait eu et n'aura jamais d'enfant qui la faisait agir comme ça. Comme une maman. « Tu est ridicule, ma pauvre Dawn... » chuchota t-elle.

- Tu va arrêter de bouder ? On en trouvera d'autre, des trucs à revendre.
- Tu cherche à me réconforter ? Retente ta chance, c'est raté, rétorqua la lueur verte.
- Rooh c'est bon, tu va pas faire l'enfant.
- Alors, d'une, je m'en fiche, de cette armure. De deux, je ne suis pas un enfant enflure.

« Ha ha, on dirait pas ! » s'amusa Dawn. Le p'tit gars se piquait toujours de trois fois rien. Même sans éprouver des sentiments, il avait un comportement assez... Humain, au final. Enfin, un Humain un peu spécial quand même. Elle se souvint d'une fois où lui et elle était entouré par plusieurs Tiques géantes. La situation avait vite dégénérée ce coup là, mais l'anecdote amusante était que si Igniculus avait un pantalon, il se serait piss...

- Hey, réveille toi l’hurluberlue ! Celui là tu l'as vus ?
- De quoi ? Mon lumineux petit cul ?
- Ecoute la, et après on dit que c'est moi le gosse... J'te parle du mec là haut qui se caresse la crosse, enchaîna Igni en désignant un immeuble d'un petit rayon vert.

Dawn regarda dans la direction qu'Igniculus lui montrait. Quelque nuages masquaient le Soleil crépusculaire et gênaient le regard. Mais on pouvait en effet distinguer un petit cercle orangé se dessiner dans la pénombre d'un bâtiment défoncé, ainsi qu'une légère fumée monter au ciel chaque fois que le cercle s'allumait. Un sniper était en train de fumer. Caché dans les ténèbres et derrière quelque gravats, la petite Lumière ne put que difficilement l'apercevoir. Lui par contre, l'avait bien vue. Ses jumelles était braquées sur Dawn. Mais, étrangement, il ne fit rien. « Un spotter, peut-être ?  pensa la vieille gamine. Ou alors il a une cible bien précise ? Hum, ça doit être ça, il ne se permettrait pas de fumer, sinon.».
Etant donné que l'homme décida de l'ignorer, Dawn en fit de même. De toute façon, à cette distance, même la précision légendaire de Rapace noir n'aurait servie à rien. Elle gloussa en repensant au comble que représentait ce sniper fumant une cigarette.

- Alors lui non plus on s'en occupe pas ? Une petite balle dans le nez, allez quoi.
- Tu vas arrêter cinq minutes de vouloir tuer tout ce qui bouge ?

Ils se disputèrent encore quelque minutes, sous le regard amusé de l'observateur de l'immeuble. Voir une gamine délirer devait être un spectacle pour le moins comique. Il reprit contact avec son chef d'équipe « RAS, juste un gosse qui débloque. Je reprend ma garde. ».
Alors qu'elle marchait en shootant quelque cailloux à la manière d'un enfant, la petite Lumière remarqua quelque mouvements de parts et d'autre des immeubles. D'autres snipers ? Elle remarqua des mouvements au sol également. « Ca sent pas bon, ça, part contre ». Elle se mit en position accroupie et commença à sprinter. Il fallait quitter la zone rapidement. Ca allait péter dans pas longtemps.
Elle traversa une grande avenue abritant quelque anciens magasins de vêtements, chaussure et autre produits vestimentaires. Tous, bien sur, dévalisé depuis longtemps. Elle se stoppa un moment pour reprendre son souffle à un carrefour, et se figea sur place.
En face d'elle, droit comme un I, se dressait ce qu'elle cherchait depuis quelque heures maintenant.
« Une putain d'usine de production Nuka-Cola ! J'pensais pas carrément tomber dessus ! » dit elle tout haut. Igniculus la regarda un moment, dubitatif, avant d'enchaîner :

- Alors, c'est ça qu'on cherchait ? Génial. En fait tu cherche juste à calmer ta dalle.
- C'est pas toi qui dis « Si tu meurs, moi aussi, alors crève pas connasse », un truc dans ce style ? J'ai besoin de Nuka pour vivre, argumenta la Goule.
- T'en as autant besoin que moi de combat. Je ne suis qu'une boule, mais j'suis pas aussi con que ça.

Elle s'en fichait, de toute façon elle était aux commandes. Pour l'instant du moins. Elle décida d'entrer dans l'usine. Mais, juste avant d'y pénétrer, elle entendit au loin des bruits lourd, comme si un Super-Mutant courrait. « Non, pas un Meta-Humain... C'est plus mécanique... une armure assistée ? L'autre m'aurait suivie ?! ». Sans tarder, elle entra dans le bâtiment. S'il la suivait jusque la, elle pourrait s'en débarrasser aisément. Il était clair qu'elle avait tapé dans l'oeil de cet étranger. Mais les garçons n'intéressaient pas la petite fille, et elle comptait bien le lui montrer.
« Aaah, pas trop tôt, enfin un peu de sang ! On commençait sérieusement à se faire chier sans ! »


Inventaire:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Ven 28 Oct - 2:36
Julius avait suivi son compteur Geiger en tenant une distance de discrétion respectable derrière sa cible, il avait suivi la forme étrange. Elle était couverte d'un manteau noir long et d'un masque tribal qui laissait passer derrière ses 3 trous des faisceaux lumineux semblables a ceux d'un ancien projecteur d'avant guerre. La cible était de temps en temps affichée via son radar et Julius put voir qu'elle était équipée d'un grosse épée dans son dos et d'un petit revolver bien particulier. Il se disait que c'était sûrement au vu de son attirail une mercenaire excentrique en quête de quelque chose de bien précis. Ses craintes de tomber face à une goule sauvage étaient elles aussi retombées a 0, même si l'individu restait luminescent et donc dangereux. Julius devait l'éliminer ou du moins découvrir ses agissements. Croiser un luminescent conscient ne présageait jamais rien de bon, il devait rester sur ses gardes.

Il suivit donc la forme jusqu'à ce qu'elle s'arrête, il ne pouvait pas l'accoster maintenant car elle semblait s'être s'arrêtée pour une bonne raison, il la regarda contempler étrangement un immeuble au loin, parlant toute seule. Notre autocuiseur trouvait très étrange la "saineté" présumée de cette goule de petite taille, au point qu'il resta en arrière planqué derrière une vielle boîte au lettre en attendant que sa cible se décide à bouger. Elle reprit finalement le mouvement pour traverser une avenue et s'arrêter devant l'ancienne usine Nuka-Cola de la région. Julius en profita donc pour se lancer et s'incruster dans la petite balade du projecteur.

Julius sorti du coin de mur qui lui servait de cachette et arma le percuteur de son fusil, il pointa son fusil sur le luminescent tout en le gardant a hauteur de hanche, prêt a lancer une volée de plomb en sa direction.

"Ok lampe de poche, bouge plus sinon je te fait sauter la pile"

Le luminescent se retourna en direction de la boîte de conserve, on ne pouvait pas discerner ses émotions mais on savait qu'elle était attentive.

"Je sais pas ce que tu fait ici, mais t'est armé, bizarrement habillé et tu porte des armes plutôt dangereuse pour quelqu'un de ton espèce. Qu'est-ce que tu fout ici et pourquoi tu vas faire de la récup' dans un vielle usine Nuka-Cola?"

Sur ce Julius fixait le luminescent dans les yeux de son masque, il n'avait aucune réaction.

Julius tomba à genoux, il était totalement déboussolé et manqua de se briser quelque chose tellement sa réception était brutale. Il se sentait pris au dépourvu, son arme roula à quelques mètres de là et il releva la tête péniblement, il passa une main derrière son casque et eut la chance (?) de retrouver un petit bout de plomb écrasé qui avait fait une jolie bosse dans sa taule. Il n'attendit pas qu'on lui dise pour récupérer son arme et se relever/faire demi tour d'un seul moment. Il se trouva face à un être de 2m de haut comme lui et lui aussi totalement vêtu d'une armure assisté. C'était le récupérateur de l'Enclave aperçut dernièrement. Il avait sauté de l'immeuble usant de son armure pour se réceptionner et était prêt au combat. Il tenait le justicier en joue avec son fusil de sniper et on pouvait l'entendre dans le casque de Julius passer un appel radio:

"Centrale ici Lambda 36, je suis face a un criminel portant une armure assistée N° de série 9572418, demande d'identification de la cible avant combat.

-Ici Centrale à Lambda 36, le déserteur Julius Haber porte avec lui le prototype d'armure assistée X-01, il est par conséquent très dangereux et vous avez son impératif d'exécution, autorisation de faire feu accordée.

-Bah dites donc Centrale, vous donnez toujours des noms aussi ridicules à vos éléments en fuites? En tout cas vous n'avez pas changée depuis tout ce temps.

-Monsieur Haber, je vois que vous avez gardé nos codes radio, je vous prie de vous rendre et de nous remettre le prototype maintenant"

Une balle était partie, l'avis de recherche de l'Enclave était directement associée au numéro de série du prototype, on pouvait donc à l'identification retrouver tout les éléments personnels et les données du détenteur. L'armure était le traceur de Julius, son avis de recherche était en quelque sorte attaché à sa monture.

Peut importe, une balle de sniper était déjà partie et Julius eut le réflexe de tendre le main devant lui pour que la balle soit arrêtée par sa paume de main, pièce encore peu usée de son armure. Il attendit que l'Enclavé eut besoin de remettre une balle dans la chambre pour charger son opposant. Il connaissait par cœur les modèles d'armure assistées et savait que la X-01 était équipée des meilleurs accélérateurs cinétiques et vérins de poids produit par l'Enclave avant son départ. Il pouvait donc engager le corps à corps sans danger direct de son opposant, la MKII ne faisant pas le poids en puissance moteur brute face au vieux coucou de Julius.

Il enfonça son épaule pour faire basculer son adversaire en arrière. C'était a tout évidence une recrue tout juste formée aux armure vue le manque d'aisance avec lequel le bleu tomba en arrière. Le soldat ne manqua pas de tirer une volée de balle semi-automatique dans le prototype qui fit perdre l'équilibre a l'autocuiseur également. Julius se releva plus vite que la recrue par son expérience de terrain en armure, posa un pied sur son poitrail à plat avant de retrouver l'équilibre et donna un coup de pied dans le fusil du soldat. Il vida 3 cartouche dans le poitrail de la combinaison afin de le fragiliser puis il s'assit a cheval sur l'abdomen de l'Enclavé. Le poids de la X-01 supérieur à celui de la MKII empêcha l'opposant de se défaire de l'emprise de son agresseur qui lui enleva le casque et le martela de coups de poings dans la face. Après une 20aine de beignes le crâne du soldat était totalement réduit en miette et son visage ne tenait plus figé, seul le cartilage des oreilles était encore solide. Une fois la tête réduite en poussière et le soldat décédé, Julius retourna l'armure sur le ventre et dépouilla l'armure de ses systèmes de motorisation. Il manquait de temps, le combat ayant donné de l'avance a la goule, il se contenta de prendre le cœur à fusion de l'armure et ses quelques pièces moteur interchangeable avec son prototype (c'est-à-dire les yeux, les éléments électroniques du casque découpés grossièrement et les servomoteurs coudes/genoux.) Il prit également la plaque de protection arrière du casque pour son armure.

"Lambda 36 ici Centrale, nous ne recevons plus de signaux de vie de la part de votre armure, Lambda 36? Envoi d'une équipe de renfort pour l'appréhension du criminel"

Julius coupa sa radio. Il savait qu'il était profondément dans la mer*e, une équipe de gugusse en armure allait venir le chercher. Un seul, il pouvait gérer. Il en avait déjà pris 2 simultanément, mais pas tout un vertiptère, c'était pas possible. Il courut donc vers l'usine Nuka-Cola en priant retrouver la goule à l'intérieur, ainsi qu'un abri.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Ven 28 Oct - 5:37
"Ok lampe de poche, bouge plus sinon je te fait sauter la pile"

« Ah ouais, il ne me laisse même pas le temps de rentrer... »
L'homme en armure la tenait désormais en joue, juste à l'entrée de l'usine. Dawn avait sous estimé son armure plus encore qu'elle ne le pensait. Les servomoteurs de cette version semblaient très poussés, aussi elle reconnut un peu le modèle d'armure. Elle avait déjà eu l'occasion d'en croiser une ou deux, mais celle ci semblait différentes des autres. Quoiqu'un peu usée. Le casque et les épaulettes, en particulier, étaient très différents des modèles qu'elle avait vue. Plus imposante et présentant plusieurs couches d'acier, elle semblait également être bien plus résistante. C'était sûr, même un coup frontal de Migi ou de Rapace noir ne percerait jamais ce truc là. Les jointures et articulations, par contre, semblaient plus apparentes que sur les T-60 de la Confrérie, par exemple. Peut-être était-ce là une faiblesse à exploiter. « Hmmm... Non. Si c'est autant dénudé, c'est que c'est renforcé. » se dit la Goule, amère. Il lui restait toujours la solution du réacteur à fusion, ou encore la méthode « Ares ». Ca tombait bien, Igni était friand de cette option. Ils en avaient butés, des mecs en armures, avec cette méthode là. Mais allait elle fonctionner sur ce modèle d'armure ci ? C'était une bonne question.
Mais alors que Dawn se demandait quelle approche aborder, elle vit le canon d'un fusil de calibre 12 pointer vers son nez. Ce n'était pas prévu. D'habitude, les tanks mobiles sont si confiants en leurs armures qu'il ne s'emmerdent même pas à la tenir en joue, elle, la pauvre petite fille au masque. « Hé hé, toi soit t'es un putain de froussard, soit t'es une tête d’ampoule planqué dans un caparaçon. » s'imagina la petite Lumière. Elle réfléchit rapidement. Les options qu'elle avait dans une situation comme ça était très minces. Elle se maudit de ne pas avoir remarqué un ennemi aussi bruyant plus tôt, surtout qu'il avait l'air de lui coller au train. Elle s’adoucissait avec l'âge.
« Pas bon ça. On fait quoi maintenant ? Parce que là, j'trouve plus ça marrant. J'te l'avais dis, on aurait dû le buter lui. Maintenant on ramasse les ennuis ! » s’énerva Igniculus.
La Goule ignora les plaintes de la petite lueur et se concentra sur les différents plans d'actions qui se présentait à elle.

"Je sais pas ce que tu fait ici, mais t'est armé, bizarrement habillé et tu porte des armes plutôt dangereuse pour quelqu'un de ton espèce. Qu'est-ce que tu fout ici et pourquoi tu vas faire de la récup' dans un vielle usine Nuka-Cola?"

« Ooh, il pose des questions ? »
Deux choix s'offraient donc à elle. Elle pouvait jouer la petite fille égarée, un rôle qu'elle aimait beaucoup interpréter. Ou alors elle pouvait jouer la manière forte ; parer avec Migi les premières balles -Migi recouvrait presque entièrement le corps de Dawn, mise à plat- tout en jetant de toute ses forces le Molotov. Mais c'était un plan très risqué. Si elle ne paraît pas assez vite, elle serait déchiquetée par les balles du fusil de combat et si son timing avec le Molotov était mauvais, ce dernier en touchant les balles projetteraient du liquide enflammé sur elle. De plus, si elle ratait son coup de toute autre manière, elle se retrouverait à terre, projetée par la puissance du canon et sans défense. Elle n'aurait peut-être pas la force de garder Migi en main également, qui pourrait donc voler un peu plus loin, ne lui laissant que Rapace noir pour se défendre contre ce monstre d'acier . « Tu peux pas lui tirer dessus, qu'on en finisse ? Ca me dérange, j'ai l'impression qu'il pue la pisse ». Igniculus, lui, ne semblait pas vraiment avoir peur. Il continuait à blaguer comme si rien ne se passait, et pour cause. Il avait remarqué bien plus tôt que Dawn le sniper qui visait désormais l'homme en AA. La balle fusa et se logea dans le casque de ce dernier. Le spotter, lui, sauta de sa position. Un bond impressionnant, réceptionné à la perfection. Ces armures étaient décidément impressionnantes. Le robocop au fusil de précision portait, lui, un modèle que reconnut la Goule. C'était une tenue de l'Enclave, ces sales racistes de l'ancien monde.
Suite à l'impact de balle, le « prototype » avait mit un genoux à terre. Dawn le regarda avec mépris, et hésita un instant à employer la méthode Ares tout de suite pendant qu'il était sonné avant de s'échapper. Ce type là était dangereux. Il l'avait suivit alors qu'elle s'était assurée qu'il ne puisse la retrouver, et cela ne signifiait qu'une seule chose : il était en possession d'un module de détection radar, ou quelque chose dans le même style. Il pouvait la suivre à la trace s'il le souhaitait. Mais l'autre homme se rapprochait dangereusement des trois lurons, et la petite Lumière préféra rebrousser chemin. Elle se faufila dans l'usine. Elle allait poser quelque pièges rapidement de sorte que le survivant du match soit en mauvaise posture, et ensuite elle irait faire de la récup'.
En arrivant, elle remarqua que l'usine se présentait sur plusieurs étages, ce qui était une bonne chose. Cela voulait dire qu'il y allait avoir pas mal de chose d'intéressant à l'intérieur. La gamine remarqua également autre chose de très intéressant : l'usine semblait infestée de Goules. Des Goules sauvages. Certaines étaient débout, à fixer un mur, d'autre allongée ou encore accroupies, à attendre dans le noir. On pouvait distinguer quelque cadavres rongés au fond du bâtiment. Elles se retournèrent comme un seul homme -si tant est qu'on puisse utiliser cette expression ici- lorsque Dawn et Igniculus entrèrent dans l'usine. Elles montrèrent les crocs, mais bien vite leurs expressions se calmèrent et elle reprirent leurs... « activités ».

- C'est sympa comme endroit. J'me sens presque chez moi, plaisanta ce dernier.
- Heeeeeeyyy salut les frangines ! Ca va là dedans ? Allez, tape m'en cinq, cria la petite Lumière en présentant sa main à une Goule.

Bien entendu, seul le regard vide et sans âme de celle ci lui répondit. Dawn s'en fichait, et elle prit ses mains dans les siennes et valsa avec elle jusqu'à un tas de bric à brac. Etrangement, la Goule sauvage se laissa faire sans protester. Dawn la lâcha et se jeta sur le tas de déchets qui reposait sur le sol. Elle y récupéra une corde tressée qui semblait solide, ainsi que du fil de tissu. Elle regarda autour d'elle un moment, et découvrit une porte menant à une petite pièce au fond de la salle, comme un cagibi. En observant un peu plus l'espace l'entourant, elle ne remarqua rien en rapport avec le Nuka. Pas même une bouteille vide. « C'est impossible que l'endroit ait été dévalisé, avec toutes ces sauvages qui traînent ici... Ou alors par des Goules ?... » Pensa t-elle tout haut.

- Me demande pas ça, moi j'en sais rien. Et puis arrête de jouer avec ces dégénérées, putain.
- Au moins elles sont plus aimables que certain, foi de Lapin ! Coquin, galopin ! Petit pouss...
- Tu va arrêtez de te foutre de ma gueule ? J'te préviens, tu va finir toute seule.
- Bah, théoriquement c'est déjà le cas.

Igniculus soupira et s'éloigna vers un autre coin de la salle, à la recherche de Nuka. Il découvrit une autre entrée, menant à l'autre partie du bâtiment, la zone d'embouteillage. C'était ce que Dawn cherchait, aussi il la lui signala. Mais la petite Lumière ne s'y intéressa pas. Elle avait entendu des bruits de lutte dehors. Le vainqueur n'allait par tarder à rentrer. « Bon, vus que les deux ont des armures assistés, on va la jouer comme ça. ».
Elle activa sa radio, et la régla sur la radio locale. C'était « Wanderer » de Dion qui passait cette fois, et cela plut à la Luminescente. Elle mettait la pêche, cette chanson. Elle guida toutes les autres Goules tel le joueur de flûte de Hamelin dans le petit cagibi à l'aide de la musique. Elle eurent du mal à toute y entrer, aussi Dawn dû pousser un peu. C'était drôle, elles n'avaient pas l'air de comprendre ce qui se passait. La petite fille éprouva un peu de peine pour tout ces êtres qui, autrefois, pensaient, chantaient, vivaient. Maintenant, ils allaient juste devenir de la chair à saucisse. Pourtant, même en sachant cela, la Goule ne versa aucune larme. Elle n'eut pas même une douleur au cœur. Rien.
Elle laissa ton talkie à l'intérieur. Il fallait que le nouvel arrivant soit attiré par le bruit, c'était le but, et lorsqu'il ouvrirait la porte il serait submergé par les sauvages. Avec la vue inondée par ces monstres, la panique gagnant sa conscience et le dos tourné, Dawn pourra sans mal se faufiler jusqu'à son armure et en forcer l'ouverture à l'aide de Migi. Mais elle ne souhaitait aucun mal à son détenteur, seulement le mettre en position de faiblesse. Une fois l'armure ouverte, il suffirait à Dawn de lancer le cocktail sur les Goules. Ces dernières ne remarqueraient sûrement pas l'armure se vider de son contenu, à cause des flammes. Lorsque le bulot sortira de sa coquille, le canon de Rapace noir sur la tempe le calmera le temps de l'emmener hors des zombies en feu.
Si le premier plan ne fonctionnait pas et qu'on la découvrait avant qu'elle puisse le mettre en œuvre, elle jetterais son Molotov directement sur l'armure, en visant les jointures ou les endroits où l'armure est plus fine, avant de se cacher et de maintenir un tir constant sur la cible. Elle savait que le feu ne tuerait pas un détenteur d'armure, mais ce dernier devait quand même en sortir et dissiper les flammes s'il ne voulait pas avoir des séquelles sur l'armure et des brûlures sur le corps. Elle comptait aussi sur l'effet de surprise supplémentaire de ce Molotov lancé directement pour déstabiliser au plus son adversaires. Il y aurait en tout trois effets de surprise : d'abord le nombre alarmant de Goule dans un endroit exiguë, ensuite la tentative furtive de forcer l'ouverture de l'armure et enfin, au cas où, la bombe lancée directement sur les jointures et les parties fragiles de l'armure.
Dawn partit se cacher proche du cagibi, derrière un des engins de manutention qui jonchaient cette partie de l'usine. Ces machines seraient de bonne positions de replis au cas où cela se passerait mal. Si elle prenait position à côté du débarras, c'était surtout au cas où le vainqueur serait cet homme à l'armure assistée étrange. Même avec son radar, si Dawn était placée non loin des autres Goules, elle ne devrait pas être repérée, son signal se confondant avec celui de ses consœurs. Igniculus s'était tut depuis un instant. Il comprenait l'état de concentration dans lequel entrait Dawn en ce moment. Cela faisait un moment qu'ils roulaient leurs bosses ensemble, et il connaissait la grand mère par cœur.
La Luminescente se mit en position, prit un morceau de Radcerf séché et une lampée d'eau qu'elle avala d'une traite. Son sang commençait à accélérer la cadence, sa vue s’affûtait, et  un regain d'excitation et d'adrénaline commençait à lui monter au cerveau. Son corps lui signalait qu'elle était prête. Il ne manquait plus que l'acteur principal.





Inventaire:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Ven 28 Oct - 19:30
28 Octobre 2290

Julius courait à présent, il savait qu'un vertiptère de l'Enclave pouvait aller très vite, mais si en plus il était chargé de MkII, il ne lui restait pas beaucoup de temps.

Il courut vers cette usine Nuka-Cola, rentra à l'intérieur et verrouilla la porte de l'intérieur, il la barricada même avec des vielles caisses plombées étiquetées Nuka-Cola Quantum. (Réussite du lancé : http://fallouttowrpg.forumactif.org/t103p25-les-lances-de-des#bottom). En renversant une caisse du fond de la pile, il trouva une 10 aine de bouteilles de Nuka-Cola Quantum, encore brillante et empaquetées à l'avant guerre. Julius les prit et accrocha le pack à l'arrière de son armure. On oublie souvent que le Quantum est très recherché et certaines personnes sont prêtes à tuer pour.

Après avoir barricadé l'usine, il s'avança vers le centre du hangar. la salle était très grande et totalement occupée par des caisses Nuka-Cola érodées et des vielles machines d'embouteillage en perdition. L'endroit était sombre car des planches étaient apposées devant la plupart des fenêtre. En écoutant bien, on pouvait encore les tuyaux de Nuka-Cola asséchés claquer, fruit de la dilatation du métal par la chaleur radioactive propre au Wasteland. Un autre bruit cependant troubla notre bonhomme en armure, on pouvait entendre une radio dans l'usine, au niveau de ce qui semblait être un petit cagibi, une petite sale de stockage. Julius activa la radio de son casque et régla sur la fréquence de la source, il pouvait voir que plus il s'approchait de la porte de la petite pièce, plus le signal augmentait. Ses recherches acoustiques furent brusquement interrompues par une énorme

"BWEUUUUUARGFGGGFGFGFGRGGGRGRBRGBRGBRGR"

Une goule sauvage, plusieurs même. Comme elle attaquaient au corps à corps Julius activa son sonar, il voulait les voir venir. Il découvrit en cherchant bien et en allumant ses yeux lampes que toutes les goules étaient barricadées derrière cette porte. Elles ne pouvaient pas être toutes rassemblées ainsi, quelqu'un les avait planquées la... le Luminescent. Il avait tendu un piège à l'autocuiseur. Julius n'était pas dupe. Il attendait que la boîte de conserve ouvre la porte pour le submerger de goules. Malheureusement il n'avait pas calculer que Julius avait trouvé du Quantum, boisson très... Explosive.

Notre boîte de conserve savait qu'il n'avait pas moyen de toutes les détruire en les aspergeant de Quantum comme ça, il fallait d'autres ingrédients pour pouvoir transformer cette boisson en arme de destruction massive. Notre Julius se précipita vers les vielles machines, surtout celle ou une boîte a outil était posée parterre et se mit a chercher dedans. Il avait des vielles pièces de rechange en forme de bol, tout juste ce qui lui fallait, il en pris 3 et les ramena sur un établi ou était stockés anciennement les caisse a étiqueter et expédier.

Il se dirigea ensuite vers le stockage a entretien des machines, ouvrit la portes et déblaya la masse de balais pour enfin trouver, entre les serpillères et les éponges, des boites de nettoyant Abraxo Premium industriels, rien de tel que ce produit déjà réputé instable avant guerre pour faire virer les mélange en quelque chose de moche. Il prit 5 boîtes qu'il ramena sur son établi puis se dirigea vers la machine d'étiquetage…

Une fois arrivé devant le monstre d'acier imposant, il entreprit de démonter ce qui semblait être ses systèmes internes et de fouilles vers ses bobines. Après dissection de la machine, il tomba devant des jolis réservoirs de Turpentine en verre utilisés auparavant pour mettre en texture les étiquettes Nuka-Cola. Il prit également des rouleaux de scotch à imprimer et ramena ton son matériel à l'établi.

La, il entreprit la fabrications de ses bijoux. Il prit les pièces creusées et versa le Quantum dedans. Il ajouta ensuite l'Abraxo qui fit virer le mélange en un bleu encore plus étincelant, la magie était en train de s'opérer. Il attacha dans les bols un petit flacon de Turpentine qu'il avait fragilisé avec un burin trouvé sur place. Ca y est, Il avait fait des mines Nuka.

Il disposa les 3 mines fabriquées avec 6 bouteilles en arc de cercle devant la porte et tira sur la serrure après s'être couvert le regard avec sa main libre et avoir reculé d'une 30aine de mètres. Il entendit la porte claquer puis s'ouvrir s'ouvrir, beaucoup de goules crier comme quand elle se jettent sur un vieux bout de viande, puis crier une nouvelle fois comme des râles d'agonie. Il vit derrière sa main un grand halo bleu se dessiner et éclairer intensément. Pour ensuite se calmer. Alors il enleva sa main et contempla le spectacle de petits bouts de goules marinant dans du Quantum noirâtre. Ses mines avaient fonctionnées à merveille et son chemin était dégagé. En revanche il ne lui restait que 4 bouteilles de Quantum accrochées à sa ceinture.

Il reprit son fusil a deux mains et s'avança vers le chemin nouvellement ouvert. Il allait enfin découvrir ce que le Luminescent manigançait


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Sam 29 Oct - 1:18
La Goule prit son épée en main lorsque le vainqueur du combat entra finalement dans l'usine après quelque minutes. C'était celui avec l'armure spéciale qui se présenta. « Oh, t'as réussis à t'en sortir, p'tit gars ? » pensa Dawn. C'était pourtant bien lui qui avait le désavantage lors du début de la baston. Comme quoi, on ne savait jamais ce qu'il pouvait se passer. Cela fit redoubler la méfiance et l'appréhension de Dawn vis à vis de ce combattant. Etait-ce son armure qui lui avait permit de prendre l'avantage, ou alors ses facultés en combat ? Quoiqu'il en soit, la petite Lumière allait rester attentive avant de passer à l'action.
L'étranger observa son environnement un moment avant de ramasser quelque caisses vides de Quantum qui traînaient par là. Il les empila devant la porte d'entrée de l'usine afin de la barricader. « Qu'est-ce qu'il branle ce con ? Il peut pas aller dans notre piège, non ? » s'exclama Igniculus. Le p'tit gars avait raison, qu'est-ce qu'il foutait, ce type ? Il avait l'air pressé, aussi ses mouvements et gestes devenaient maladroits au fur et à mesure qu'il barricadait la porte. Par mégarde, il fit tomber une caisse de Nuka. Lorsqu'il la ramassa, Dawn réprima un cri de frustration. Ce sale chanceux était tombé sur du Nuka Quantum ! Et pas qu'un peu, une bonne dizaine de bouteille. La petite fille écumait.

- Putain ! J'vais le buter tout de suite ! Chuchota t-elle en se levant de sa cachette.
- Attend ! Attend qu'il se fasse avoir, et on boira tout ce Nuka ce soir !

C'était bien la première fois que la lueur verte la retenait de commettre un homicide. Tout ce Quantum lui avait sans doute remit les idées en place, ce petit malin. Comme si Dawn allait tout siffler en une fois ! Elle savait très bien ce qui arriverait si jamais elle faisait cela. Et plus jamais elle ne le ferait.
Après avoir terminé sa petite construction l'homme se retourna vers le reste de la salle, pack de Quantum accroché au dos. Il s'approcha doucement de la porte du cagibi en émettant quelque bips presque inaudibles. Dawn le regardait attentivement. « Allez, putain, ouvre moi cette porte enflure ! ». Elle savait que ce dernier avait son détecteur de signes vitaux d'activé, et donc qu'il voyait les Goules à travers la porte. Mais, de toute façon, il était bien obligé d'y aller pour vérifier si Dawn n'y était pas, non ? Et aussi pour dézinguer toute ces Goules sauvages possiblement dangereuses à grand coup de fusil à pompe. Ca ne lui aurait pourtant pas prit beaucoup d'effort et il ne s'en serait sortit qu'avec quelque égratignures, étant donné que toute les sauvages étaient concentrées sur un point. Il n'aurait eu qu'à asperger la zone de plombs, quitte a vider un chargeur entier, et le tour était jouer. Dawn trépignait sur place, et Igniculus frétillait. Elle ne savait pas trop si il angoissait ou si c'était simplement pour passer le temps.
L'homme se retourna de nouveau, et se dirigea vers un atelier. Il se saisit du pack de Quantum accroché à son dos et disposa quelque bouteilles sur un établit. « Mais qu'est-ce qu'il fout... encore ? » se demanda la fillette. La boîte de conserve fureta ensuite à droite et à gauche et récupéra un peu de bric à brac qui traînait dans un placard. En particulier certains solvants, des pièces métalliques et du fils de cuivre, en tout cas c'est ce que Dawn crut apercevoir. Qu'allait t-il faire de ces bouteilles de Quantum ? Cela aiguisait tellement la curiosité de la grand mère qu'elle oublia la nouvelle option qui se présentait désormais à elle : attaquer l'individu pendant sa petite fabrication. Concentré comme il l'était, il ne la verrait pas arriver et serait à sa merci. Igniculus semblait, lui, l'avoir bien comprit.

- T'attend quoi pour lui sauter dessus là ? Tu crois que j'vais tout faire pour toi ?!
- Non, je ne ferais pas ça, susurra la Goule. Je pense avoir compris le bonhomme, je vais la jouer autrement et pas faire la folle.
- Taffiole.
- Gamin.
- Catin.

Ils continuèrent de se chamailler ainsi pendant que l'étranger s'affairait à sa besogne. Bien sur, Dawn prenait garde a ne pas trop élever la voix, malgré le fait qu'Igniculus lui gueulait dans les tympans afin qu'elle en fasse de même. C'était un fin trolleur, ce petit Igni. Lorsque l'homme termina sa construction, il se retourna munit de 3 mines au Quantum. Trois petits monstres de puissances brute. Il ne comptait tout de même pas faire exploser ça dans l'usine ? Et pourtant, il les disposa en demi cercle devant la porte, et du coup assez proche de Dawn. « Non... Tu vas pas faire ça, mon pote ? Si... ? ». Elle se prépara à sauter en dehors de la déflagration. Bien qu'elle fusse protégée par un engin de manutention, le rayon de l'explosion allait forcément la souffler, ou alors pousser la machine contre le mur et elle avec, l’aplatissant comme une crêpe. Elle avait déjà prévue de se montrer à l'étranger pendant qu'il fabriquait ses petites bombes, tout ce qu'il lui importait maintenant c'était de soigner son entrée.
L'homme en armure assisté tira sur la poignée du cagibi, libérant ainsi le groupe d'une dizaine de Goules. Elle se précipitèrent toute gaiement sur les mines nucléaires en hurlant. Dawn salua les derniers instants de ces personnes d'un geste de la main, avant de sauter en dehors de sa position.
L'explosion bleutée fut si puissante qu'elle la souffla tout de même contre le mur opposé. Elle n'entendait plus qu'un grésillement horrible, pourtant elle ne reçut aucun dommage miraculeusement. Elle se releva péniblement et vit l'homme se cachant les yeux en regardant l'explosion se terminer. D'un bref regard sur sa droite, elle vit la machine manutentionnaire s'écraser effectivement contre le mur. « Ouaip. Je me serait donc bien fait broyée, du coup. ». La boîte de conserve assura la prise en main sur son arme et s'avança vers les cadavres de Goules, afin sans doute de vérifier leurs états. C'était pas trop dur à deviner étant donné la bouillie qu'elles étaient devenues. Dawn épousseta ses vêtements salit par ses cabrioles, ignora les plaintes d'Igniculus et se dirigea vers l'inconnu. Passant nonchalamment juste à côté de lui, elle pouffa de satisfaction en le devinant sursauter dans son armure. Continuant son chemin, elle marcha dans le sang et le feu bleu en direction du cagibi, que le souffle atomique avait rendu s'en dessus dessous. Elle se doutait que l'homme la tenait en joue, derrière elle, mais elle s'en fichait. Elle savait pertinemment qu'il ne tirerait pas. La petite lueur verte pétait littéralement un câble, et Dawn s'en amusait grandement. Il n'arrivait presque plus à rimer, c'est dire ! Il lui gueulait tellement dans les oreilles qu'elle n'entendait même plus l'homme la menacer et lui donner des ordres. De toute façon, avec ce grésillement dans les tympans, elle n'entendait pas grand chose.
Arrivant finalement au cagibi, elle récupéra son talkie en fouillant un peu. Il était en piteux état, et la musique « Wanderer », si enjouée en temps normal, prit d'un coup une teinte bien plus inquiétante. Le signal radio ne se recevait plus correctement. Elle regarda son talkie en se retournant, et se dirigea vers l'homme qui la tenait toujours en joue. Par son regard baissé vers l'appareil et sa démarche lente, elle insinuait son pacifisme envers la boîte de conserve. Arrivée à un mètre de ce dernier, elle leva la tête vers lui. Leurs lumineux regards se croisèrent dans une bataille de projecteurs jaunâtre, factices, et lueurs vertes, radioactives. Igniculus, lui, gueulait toujours autant.

- J'espère que t'as les capsules pour me réparer ça, commença Dawn en désignant le talkie. Ou tu peux carrément me laisser ces bouteilles de Quantum en dédommagement, ça serait même mieux. Dis moi, pourquoi tu me suivais, en fait ? Termina t-elle, la confiance irradiant sa voix.

Inventaire:
 
Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Dim 30 Oct - 21:58
Octobre 2290

Julius avança vers le cagibi mais recula immédiatement à la vue du Luminescent. Il tenait maintenant sa cible en joue et pointait tout ses plombs vers son crâne. La goule avait été soufflée par l'explosion et se ramassai par terre. Elle se releva et Julius put enfin contempler le personnage en toute sa profondeur.

Le mécréant était vêtu d'un long manteau noir et d'un masque tribal rouge, ce qui pouvait troubler en premier abord. Il portait aussi des gants et des bottes montantes. Le luminescent passa directement à sa droite sans même regarder son détracteur qui put contempler son armement quelque peu... exotique. Son pistolet était sobrement orné d'une dent au bout de la crosse et était de ton noir. "Encore une fétichiste de quelque chose" pensa notre boîte de conserve. Quand il aperçut la lame dans son dos, il sut par contre que ce n'était plus du fétichisme. L'épée était ultra large et relativement bien entretenue. C'était plus un attirail de tueur hors pair que le Luminescent avait là, surement un stuff de mercenaire. N'empêche que Julius se rendit compte un peu trop tard que le truc venait de lui passer devant et qu'il l'avait regardé sans bouger.

"WOW doucement mec, tu veux pas que je grille non plus? Et puis bordel tu fait quoi?"

Le Luminescent s'avançait vers le cagibi et fit mine de fouiller dedans

"Bon écoute, tu vas gentiment t'arrêter là parce que j'ai aucune idée de ce que t'est en train de branler et j'veux pas prendre de risques. Alors maintenant tu vas te stopper."

"J'espère que t'as les capsules pour me réparer ça, ou tu peux carrément me laisser ces bouteilles de Quantum en dédommagement, ça serait même mieux. Dis moi, pourquoi tu me suivait en fait ?"

Julius tendit la main à plat et la petite, car oui c'était une petite, lui placa le talkie Walkie dans sa main. Julius entreprit alors de prendre les outils de la caisse mentionnée plus haut et s'affaira à faire un travail de soudure tout en tenant une conversation.

"Écoute petite, moi, je cherchais juste à savoir si tu étais sauvage comme tes consoeurs ou pas. Si tu avais été sauvage, j'aurais du mettre fin à tes jours pour éviter les dommages inutiles aux conscients. La goulification vers luminescent se passe très rarement bien... Content de voir que ça va mieux..."

En deux temps trois mouvement le talkie walkie fonctionnait et "The End Of The World" pouvait se faire entendre. Julius se retourna de son atelier et se leva. Il vint se poser un genoux à terre devant la petite et lui posa une main sur l'épaule. L'autre main tenait la source sonore. Son compteur Geiger s'affolait en vain.

"Voilà petite, ta radio est réparée"

On pu entendre un énorme bruit de tonnerre dehors. Un énorme souffle d'air fit sauter toutes les fenêtres restantes. Julius enleva son casque qu'il posa contre le sol. Son nez saignait abondamment a cause des radiations et ses lèvres se craquelaient. On put entendre par dessus le souffle qu'une transmission radio était en réception. Il regarda la gamine dans les yeux.

"J'aime regarder quelqu'un dans les yeux quand je lui fait une promesse. Écoute gamine, ces gars là ils viennent pour moi et cette cuirasse, mais si ils te voient ils vont te descendre en priorité. Alors je te promet de les retenir si tu me promet de courir et de réussir à te sortir de là"

Il se releva ensuite, dégaina son fusil qu'il arma et plaça dos du canon sur son épaule. De son bras libre il remit son casque.

"Ici Julius Haber à Centrale, c'est parti"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Lun 31 Oct - 15:39
« Why...bzzt.. irds go... ging ? »

A sa grande surprise, l'homme se saisit de l'appareil qu'elle lui tendait avec une délicatesse inattendue. Malgré sa grosse main de métal, il prit le talkie avec le plus grand soin et se dirigea vers le même atelier qu’auparavant. Il entreprit de réparer le bien de la Goule avec ce qu'il avait sous la main. Dawn ne s'y attendait pas. Elle pensait, au mieux, qu'il l'enverrai paître, mais non. Il était en train de lui réparer le talkie ! De plus, le type semblait vraiment doué. Tout en s'affairant à sa tache, il parla à la petite Lumière dans le plus grand des calmes.

"Écoute petite, moi, je cherchais juste à savoir si tu étais sauvage comme tes consoeurs ou pas. Si tu avais été sauvage, j'aurais du mettre fin à tes jours pour éviter les dommages inutiles aux conscients. La goulification vers luminescent se passe très rarement bien... Content de voir que ça va mieux..."

« Non mais de quoi il se mêle, le monsieur ? Gnagnagna content de voir que ça va mieux... » dit Igniculus, pestant. Il s'était assagit depuis tout à l'heure. L'attitude pacifique du grand bonhomme métallique l'avait fait arrêter de gueuler, pour le plus grand bien des oreilles de Dawn. Elle le regarda réparer sa machine avec la plus grande des attentions, la même qu'on les enfants lorsqu'ils découvrent quelque chose. Elle était vraiment intriguée par cet homme en armure assistée au grand cœur, et habile de ses doigts. Dans un certain sens, il lui rappelait quelqu'un. Mais la vieille Goule ne put dire qui avec exactitude. C'était flou dans sa mémoire. Sûrement une connaissance perdue de vue depuis bien longtemps. Finalement, on entendit distinctement la musique déversée par le talkie. Ce fut relativement rapide, l'homme savait ce qu'il faisait.

« Why do the Sun go on shiny ? »

L'homme se retourna vers Dawn et avança tranquillement. Il semblait imperturbable. Il posa un genoux au sol afin d'être à la hauteur de la fillette -bien qu'il la dépassait toujours de plusieurs têtes- et la prise par l'épaule dans un geste réconfortant et affectif. La main d'acier froid sur l'épaule de Dawn lui arracha un frisson. L'étranger commença à parler avec une voix aussi froide que son métal « Voila petite, ta radio est réparée. ». La Goule put entendre distinctement le compteur Geiger de l'armure s'affoler, mais l'homme semblait ne pas s'en soucier.
Soudain, un bruit incroyable recouvrit le son de la radio, et les vitres qui n'avaient pas été soufflées par l'explosion plus tôt pétèrent en même temps.

« Why do these eyes of mine cry? »

La petite Lumière et la lueur verte tournèrent dans un seul mouvement le regard vers l'origine du bruit : les fenêtres, en dehors du bâtiment. Quelque chose de gros approchait. Petit à petit, on entendait le battement des hélices d'un vertiptère. Dawn et Igniculus le devinèrent. Ils savaient d'expérience que dans ce genre de situation, le plus sensé était de fuir. Leur dernier combat contre une de ces machines volante leur avaient laissés un goût amer. « On récupère le Quantum avec finesse et on se casse d'ici en vitesse » émit l'orbe vert à l'oreille de sa compagne.
La Goule s'apprêtait à faire demi tour et à passer par l'autre côté de l'usine avant qu'ils ne se fassent encercler, mais l'étranger affirma son emprise sur l'épaule de Dawn. Le bruit de son casque se posant au sol attira l'attention de la petite fille. Il commençait à souffrir des radiations émises par la petite, car son nez versa quelque gouttes de sang et son teint virait au blanc. A moins que ce ne soit sa vraie couleur ? Ces signes attestaient bien que ce dernier n'était pas un habitué du climat Watselandien.

« Don't they know; it's the end of the world? »

L'homme planta son regard d'acier et de jade dans celui de Dawn, et elle sut immédiatement qui cet homme lui rappelait. Ces cheveux bruns ébouriffés par le casque, cette gentillesse surdimensionnée de preux chevalier, cette détermination et ce sens de l'honneur, ces yeux cerclés de vert... Ca lui sauta au visage comme une mauvaise blague. Son cœur se serra. Aucune larme ne se versa.
Son père.

"J'aime regarder quelqu'un dans les yeux quand je lui fait une promesse. Écoute gamine, ces gars là ils viennent pour moi et cette cuirasse, mais si ils te voient ils vont te descendre en priorité. Alors je te promet de les retenir si tu me promet de courir et de réussir à te sortir de là"

« It ended when you said good bye. »

La petite Lumière serra des poings. Son cœur lui faisait mal. Elle savait ce qui arrivait pour lui. L'homme était un déserteur de l'Enclave, à n'en pas douter. Ou en tout cas quelqu'un qu'ils cherchaient. Et le vertiptère, ainsi que les hommes à l'intérieur, venait pour le descendre. Elle regarda l'étranger se lever tranquillement, comme si ce n'était rien, comme s'il allait juste affronter quelque Radcafards. Dawn savait qu'il mourrait. Lui aussi devait le savoir.

- Euh, bon tu fais quoi là ? On s'en va ou pas ?
- Non. Je ne laisserais pas mon père mourir une seconde fois, rétorqua la petite fille, en serrant des dents. Pas cette fois.
- De quoi ? J'comprend pas.
- Ici Julius Haber à Central, c'est partit, dit il en remettant son casque.

Dawn cogna sur la jambière d'acier de Julius. Un « pong » métallique retentit et capta l'attention de ce dernier. Il se retourna vers Dawn, et elle put deviner aisément son expression de surprise. Elle même était choquée par ce qu'elle allait faire. Igniculus se remit à gueuler, lui. La petite fille enleva son masque avant de s'adresser à l'homme. Une marque de respect entre deux guerriers, en quelque sorte.

« Dawn Salicyl, commença t-elle en serrant la main de Haber. Alors, comme ça mon gros on veut jouer aux héros ? Tu sais que tu va juste crever comme une merde ? Je vais te faire une fleur, j'vais t'aider à te débarrasser de ces fumiers. En échange, 50% sur ce qu'on ramasse dessus et le Quantum que t'as sur toi en prime. Après ça, on se sépare et on ne se croise plus jamais. »
Haber commença à répondre quelque chose, mais la vieille femme n'en faisait qu'à sa tête. Il parlait à un mur.
Ils n'avaient pas beaucoup de temps. La petite barricade qu'avait installé la boîte de conserve ne tiendrait pas longtemps face à 3-4 types en armures assistées. Dawn remit son masque en place et fit signe à Julius de la suivre, ce qu'il fit en grognant, et ils s’engouffrèrent dans la deuxième partie de l'usine.
Ici se présentait toute la chaîne de mise en bouteille du Nuka Cola. Y'avait sans doute pas mal de récup' à faire ici, mais la petite Lumière passa. On pouvait y trouver plusieurs escaliers menant aux aménagement de l'étage. La Goule avait remarqué que certains échafaudages traversaient les deux parties de l'usine par le dessus, donnant une vision sur l'ensemble de celle ci, c'est à dire de l'entrée principale de l’entrepôt d'où ils venaient jusqu'à l'entrée des employée de la zone de mise en bouteille. Dawn comptait bien se servir de tout cela.
Rapidement, à l'aide du fil et de la corde qu'elle avait récupéré plus tôt, ainsi que du bric à brac qu'elle trouva, elle fabriqua un piège qu'elle plaça juste devant la porte menant à l’entrepôt. Le piège était très simple, un petit cordage au sol, tendu devant l'entrée, relié à un petit mécanisme de poulie et de catapulte à 5 mètres de la porte. Dès qu'une pression sera suffisante pour rompre le fil, la catapulte enverrait le Molotov de Dawn droit sur la porte, ou plutôt droit sur ceux qui auront rompu le fil.
Elle expliqua son plan à Julius, et lui demanda de se positionner à côté de la catapulte, ce qu'il fit après avoir barré la porte des employé, au cas où on les contournerait. Tout trois allaient attendre que les gus de l'Enclave passe la porte et déclenchent le piège. Au moment ou le premier se prendra le Molotov, Haber ouvrira le feu. Dawn, elle, placée au dessus, jettera un seau rempli d'essence sur les malheureux, et ouvrira le feu à son tour.
« Igniculus, je peux te faire confiance ? ». La lueur verte s'était calmé et avait arrêté de crier. Ce dernier savait pertinemment que lorsque la Goule avait un truc en tête, crier ne servait à rien. Et puis, l'état de stress et de concentration de Dawn lui intimait le silence.
«  Jamais je ne te trahirais alors bien sur que tu peux, petite Lumière. Entre tous ces êtres imparfaits, tu est ma voie, ma source, ma partenaire. » émit l'orbe vert sereinement. Ces parole surprirent un peu Dawn. Elles la perturbèrent aussi. Igni ne disait pas ça d'habitude. « Parfait. » conclut la fillette en ramassa quelque bidon d'essence qui traînaient ici et là. Elle grimpa les escaliers à toute vitesse : on commençait à entendre des coups sur les portes de l'entrepôt.

- Julius Haber ! On sait que vous êtes ici ! Ouvrez nous et remettez nous le prototype ! Tout se passera bien, Julius ! Hurla un soldat de l'Enclave à travers la porte.

Dawn attrapa un seau en le remplissant du liquide inflammable. Elle alla se positionner sur l'échafaudage juste au dessus de la porte menant à la section de mise en bouteille et se prépara mentalement.
Elle avala d'une traite son seul Nuka Quantum. Elle sentit l’énergie affluer en elle, ainsi que l'emprise d'Igniculus. Ce dernier exultait des bienfaits de la boisson.

« It ended when I lost your love... »


Inventaire:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Jeu 3 Nov - 22:53
Il est six heures du matin et le clairon sonne depuis la cours du camp militaire. Je me  lève difficilement, mais, je sais que je dois le faire.  Je suis dans le dortoir huit, ce qui signifie qu'on ne devrai pas m'affecter à des opérations extérieurs et c'est une bonne chose puisque je dois me reposer le plus possible pour récupérer de la mission Mansfield's. J'ai mis presque deux mois à me remettre de mes blessures, j'avais de nombreuses contusions  et des os brisés. De plus, je ne l'ai pas dis au corps médical de l'enclave mais j'ai attrapée une addiction au Buffout. Je ne regrette pas d'avoir pris une surdose de cette drogue car je sais que c'est probablement un des facteurs de ma survie, cependant, je n'aime pas la sensation de manque que ça me provoque. J'ai des sueurs froide, j'ai l'impression de me sentir apathique... Parfois, j'ai des excès de nervosité. Je fais avec, je trouverai une solution à cette addiction sans tâcher mon journal médical.

Je termine de faire mon lit et je prend mes affaires pour aller dans les douches du camps. Elle ne sont pas loin du dortoir du coup le trajet est assez rapide. Je me pose dans cette douche bien chaude et je respire un bon coup. La journée ne fait que de commencer et j'ai déjà une impression de fatigue. J'observe l'eau qui ruisselle sur mon corps et je me tourne brièvement vers les autres. Ils prennent tous leurs douches en silence. Je commence à croire que la journée est morose pour tout le monde. Je sors ensuite de la douche, je m'habille et je file à la cantine du camp. Pour le matin nous avons le droit à du café et des tartines de miels. Enfin, j'ai un sourire qui se dessine sur mon visage. Comme disait mon père : Tout grand guerrier doit avoir bon appétit.  

Toute la mâtiné se passe relativement bien. Avec la compagnie nous avons fais des exercices sportifs. De la marche principalement, ainsi que du tirs. Je maîtrise assez bien ses exercices d'ailleurs, un haut gradés s'approche de moi et me prend à part du reste du groupe. -" Soldat première classe Kim, je n'ai de cesse de remarquer votre assiduité. Vous méritez une promotion. Passer à mon bureau demain qu'on puisse rendre ça officiel. Rompez maintenant Caporal Kim. Dit-il, je lui fais un salut militaire suivie d'un traditionnelle : "Oui chef ! Merci Chef !" . Je suis assez satisfaite de cette augmentation. Je me dirige vers mon groupe, les autres ont évidemment écouté la nouvelle et me félicite.

Nous nous retrouvons à la cantine du camp pour le service de midi. C'est alors qu'un garde m'avertit de la capture de Travis George. Cette enfoiré nous à abandonné à une mort certaine et je le tiens personnellement responsable de la mort de Jessica. Je termine rapidement mon repas et je commence à me diriger vers la salle des prisonniers. J'apprend par le gardien qu'il va être pendu demain à l'aube. Je jubile intérieurement car je ne veux absolument pas rater ça. Je l'observe au travers des barreaux froids de sa celle et je lui offre mon regard le plus froid. Il me regarde à son tour et s'approche, il commence à s'excuser mais je lui coupe la parole. -" Demain, je me réjouirais de te voir balancer au bout de la corde. Que ton âme aille en enfer et que ton corps pourrisse dans le déshonneur et surtout dans la fange". Je n'attend pas de réponse de sa part et je commence à me retourner pour quitter le bâtiment.

Quand je sors du bâtiment, je me dirige vers le jardin et je profite du temps relativement clément pour me détendre un peu. Les heures passe et finalement nous arrivons à la fin de l'après-midi. Le QG m'appelle à la radio et me dit de me précipiter au centre des opérations pour préparer une mission un peu spécial. Je soupire et je me mets à courir dans cette direction. Je sais que normalement je suis censée être au repos, mais si le QG m'appelle c'est que ça doit être important. Je me présente alors devant mon chef et il m'indique d'aller me préparer, de prendre mon matériel mon armure et de le rejoindre sur le Tarmac de décollage.

Je ne perd pas une minute, Je me mets à courir en direction de ma chambre. Je me dévêt complètement pour m'équiper de ma Jumpsuit spécial Armure assistée. Je prend mes armes, mes munitions, mes grenades. Je saute dans mon armure et je me précipite sur le Tarmac de décollage. Un vertiptère est prêt à décoller et trois autres soldat sont en armure Assistée prêt à assister à cette mission dont nous ignorons tout pour le moment. Nous nous positionnons dans le Vertiptère, je pose mon fusil à pompe Baïkal dans le repose bagage de l'appareil et je prend la place de l'artilleuse. J'aime avoir en main le minigun de l'appareil. Une sensation de puissance et de supériorité qui me fait sourire en coin. L'appareil décolle et nous recevons les informations de la mission lors du vol.

-" Bonjour les enfants, nous avons très peu de temps devons nous. Nous avons intercepté Julius Haber et il est avec sa X01. Votre objectif principal est de récupérer le prototype à tout prit et de neutraliser Julius. Vous avez la permission d'utiliser la force létale. Nous allons vous amener sur le site qui est une ancienne usine désaffecté. Bonne chance !. Je soupire et observe le paysage défilé sous mes yeux. Notre chef de groupe prend la parole.

- "Désactivé les messages sortant de votre radio.. Cet enfoiré nous écoute depuis le début. " Dit-il visiblement en colère. Je désactive donc les messages sortants de ma radio. Ce qui fait que je pourrai écouter les membres de mon escouade si il sont à porté de voix et le Qg... Bien que je ne pourrai plus répondre à ses derniers. Nous arrivons enfin dans la zone d'opération, Le vertiptère reste en vol stationnaire au dessus du parking de l'usine. Je récupère alors mon fusil à pompe, j'accroche ma mitraillette solidement sur mon dos avec le ceinturon. Puis le chef dit alors ses quelques mots : " On se retrouve en bas ! Pour l'enclave !". Il saute alors dans le vide, nous faisons de même en criant un "Pour l'enclave ! " de façon commune.

La chute est rapide et l’atterrissage est impressionnant. La terre tremble et la poussière se lève. Finalement on se dirige vers la porte de l'entrepôt. Elle était solidement fermée donc on à commencer à essayer de l'enfoncer avec notre armure assistée. Le chef de notre petite unité se mit à parler

- "Julius Haber ! On sait que vous êtes ici ! Ouvrez nous et remettez nous le prototype ! Tout se passera bien, Julius !   Dit-il alors que mon collègue enfonce cette fameuse porte. Avant de pénétrer le bâtiment je lance deux de mes grenades histoire de proposer une petite entrée avant qu'on passe au plat principal. Une fois l'explosion des grenades on pénètre tous dans le bâtiment. Je suis la première à entrer car j'utilise un fusil à pompe. La première chose que je remarque c'est le nombre de goule étalée en purée sur le sol et fumant bleu... Caractéristique d'une explosion au Nuka ainsi qu'une belle trace noir au niveau de l'explosion. Le chef prend alors la parole et ordonne au soldat de venir défoncer la porte sur le côté et il m'ordonne de faire pareille pour celle en face menant à la zone de mise en bouteille. Celle de gauche menant à un cagibi, le chef et l'autre soldat revienne vers nous. J'enfonce la porte et je jette à nouveau deux grenades. J'attend qu'elle explose avant de pénétrer dans cette salle. Comme tout à l'heure je passe en première sauf que cette fois on à droit à un comité d'accueil. Un cocktail molotov nous tombes dessus ainsi qu'une douche d'essence. Je transpire d'un coup et je me décale de côté pour sortir de cette chaleur infernal. Je remarque néanmoins la petite forme au dessus de nous et je commence à lui tirer au fusil à pompe dessus, mais ma vue se brouille rapidement à cause de la chaleur. Je me décale d'avantage sur le côté et me mets à couvert derrière une machine. les deux autres psychopathe ouvre le feu sans interruption sur notre équipe. Je reprend mon souffle et j'observe le reste de mon équipe faire instinctivement la même chose que moi.

Je décide de recharger mon arme et de commencer à ouvrir le feu soit sur Julius soit sur l'espèce de pyromane. Tout va dépendre de qui je vais croiser en premier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Lun 7 Nov - 0:54
Les soldats s'étaient mis à couvert de l'autre côté de la porte, ils rechargeaient leurs armes et se préparaient à faire irruption dans la pièce. Je devais préparer de quoi exploser 4 gusses en Armure Assistée MKII, et je devais le faire vite. L'idée que ces gars là croient encore en l'Enclave me fit rire 30sec, puis me donna un bon moyen de gagner quelques précieuses secondes. A quoi bon gagner sans réussir à créer un remou dans les convictions ennemies? Ca m'as toujours plu, briser des rêves

"Julius Haber à Escouade, je sais que vous pouvez m'entendre, alors je me disait qu'avoir une petite discussion avant de crever pourrait toujours être agréable? Vous en pensez quoi?"

Je commençai la préparation d'une petite grenade Nuka, J'avais toujours de l'Abraxo à portée et je m'attelait à trouver un dosage suffisamment puissant pour mettre H.S. mes bourreaux. Je pris une petite fiole de verre qui se tenait là, surement pour prélever des échantillons et vérifier l'état du Nuka à l'époque ou cette usine fonctionnait encore. Je la rempli d'Abraxo et je décapsulai la bouteille de Quantum.

"Je vais vous poser une simple question, vous pensez encore sincèrement que la violence bête et méchante est la meilleure solution pour assimiler les vertus de ses voisins? Je suis né dans l'Enclave, j'ai été à votre place dans ma vie, j'ai même aider à développer les cuirasses que vous portez en ce moment. Certaines pièces dans vos armure portent peut-être même encore mon nom, qui sait. Même si l'Enclave n'est pas trop du genre à garder en sa mémoire ses victoire... qui donnèrent un échec."

La fiole était parfaitement dosée et le Nuka pétillait dans son goulot, je n'avais qu'à mélanger les 2 puis lancer pour créer une explosion suffisante et bien abîmer les joujoux de mes bourreaux. Les armes se rechargeaient toujours dehors. On pouvait entendre les flammes crépiter et les verins d'armure s'agiter au son des chargeurs s'insérant dans les fusils d'assaut.

"J'ai quitté cette nation quand je suis tombé sur la base de donnée des massacres commis "Au nom de la justice et la pureté". C'est complètement cons, et vous y adhérez, quitte à mourir pour cet idéal. Je ne suis pas comme vous, je suis moi aussi en quête de justice, mais de manière, quelque peu... différente."

Les 4 gugusses s'engouffrèrent dans la porte à ce moment là, en formation d'escouade telle que je la connaissait. Des souvenir de la "belle époque" ressurgissaient en moi, j'avais moi aussi prit cette formation dans mon histoire.  C'était une simple formation "losange tournant". C'est plutôt simple à comprendre et appliquer tout en restant efficace. Dans la pratique le premier se place sur la gauche en entrant, le second en avant à la droite du premier, le troisème se place au même niveau que le premier à la droite du second et le dernier à l'arrière de celui-ci afin de former un losange parfait. Cette manoeuvre était plutôt utile pour une cible unique car le second et le dernier peuvent occuper la cible tandis que les côtés du losange contournent pour prendre à revers le point à abattre. L'amertume monta ensuite jusqu'à mes lèvres, l'amertume du jour ou j'ai découvert le réel but des toutes ces belles actions passées. Je fit glisser l'Abraxo dans le Nuka pendant que le goût de la vengeance montait à ma tête, ces gens étaient mes bourreaux, mon passé qui revenait sur moi pour me suater à la gorge et me ramener dans le mensonge au j'aurais dû être toute ma vie. Le liquida s'agita et la bouteille tremblait dans mes mains que je m’empressai de lancer sur mes cibles. Je me planqua à couvert et je vit Dawn faire de même là ou elle était. Un grand halo bleu passa dans mon dos, suivi de cris stridents. Je ne laisserait pas mes erreurs revenir sur moi, pas sans me battre. Je sorti de ma cachette une fois l’effervescence de l'explosion passée, je vis 2 soldats armure réduite en miette suite au choc contre le mur que l'explosion avait engendré, puis 2 autres soldats qui s'étaient écartés. Ceux là n'avaient même pas étés touché par la grenade tellement ma précision au lancé était mauvaise. Quand ils me virent relever ma tête, il ouvrire le feu et je pris quelques balles dans le casque qui tint bon. Je dégaina mon fusil et répondit avec des volées de plombs, 5 pour être précis. Pendant que je tirai je continuait à essayer de miner le moral de ces pauvres gens enrôlés dans quelques chose qui les dépassent.

"Massacrer des gens pour les faire bouger ou les intégrer à un système n'est pas la solution, vous voulez un exemple? On viens de réduire vos effectifs de moitié, et êtes-vous pour autant de notre côté? Je peux aussi vous dire que..."

"Je ne vous crois pas! Vous ne faites que mentir!"

Cette voix, c'était un de mes deux assaillant qui me tirait dessus, je relevai la tête et vit que l'une des deux silhouettes qui auparavant voulait me truffer de plombs s'était arrêtée et avait son arme ballante.

"Identifiez-vous soldat, et j'accepterais de vous expliquer pourquoi j'ai raison et pourquoi j'essaie de vous sauver de ces rouages infernaux."

"Jamais! Contentez vous de mourir! Et je refuse de croire un traître mot de ce que vous dites"

Je contiuais à tirer avec mon arme sur le soldat qui me résistait encore, l'homme s'était quant-à lui arrêté et accroupi derrière sa barricade tandis son son camarade continuait à essayer de me refroidir. J'étais cépendant content, j'avais réussi à piquer une de mes cibles malgré la situation de combat. La Centrale devait être en train de pester ce moment là. Je réfléchis plusieurs secondes à cet intervention de la part de ce soldat, quelqu'un de correctement formé aurait tout simplement fermé sa gueule, mais lui m'avait sauté à la gorge. Ca signifiat sûrement que mes mots l'avaient attaqué personnellement et qu'il avait une bonne raison d'intervenir. Peut être que lui aussi avait été traqué ou recherché et qu'il doutait du fait de traquer quelqu'un comme lui. Je tenais le bon bout et je devait enfoncer cette brèche.

"Soldat, vous allez m'arrêter, c'est sûr. Mais pensez vous sérieusement que l'Enclave va vous attribuer tout le mérite? Et quand vous échouerez? Pensez vous sincèrement qu'on vous exemptera de sentence pour avoir ramener une cible au bercail? Non. L'Enclave se doit d'être intransigeante et rigide, elle se doit d'être inhumaine pour gérer des humains. Humains comme vous, soldat, qui croient sur comme fer à la prérennité de leurs exploits, en vain."

"C'est faux, quand j'aurais ramené votre carcasse et votre armure au QG, je serais traité comme un héros et tout le monde m'acclamera! L'Enclave est la nation ultime et parfaite! Elle sait récompenser ses héros!"

"Soldat, j'ai personnellement développé votre armure et mit au point la mienne, j'ai également aidé à l'élaboration d'un antidouleur longue durée, suis-je pour autant traité comme un héros? Par quoi suis-je récompensé? Par un peloton d'exécution venu mettre fin à mes jours? Vous avez raison soldat, l'Enclave récompense ses éléments, voyez la preuve par vous même, vous tirez sur un héros de guerre"

Je continuais mes phases d'alternance tir/cachette/dialogue. Cet homme, il y avait dans sa voix une once de déception et beaucoup de tristesse. J'avais réussi depuis l'arrière de ma barricade à pénétrer les lignes de l'ennemi, les lignes mentale et de la réputation. Notre plus grand ennemi derrière nos lignes de béton et d'acier sont nos sentiments et l'image que l'ont renvoie. Et quand on le comprend, on peut causer les dégâts de plusieurs milliers de bombes atomiques. Ce 23 Octobre 2077 avait été à l'origine de la nation la plus pourrie de l'univers, et les bombes psychologiques allaient être sa fin. L'homme en était perdu, et il se posa la tête dans les genoux au beau milieu du champ de tir.

Je me rappelai ensuite que j'avais un petite avec moi, et qu'elle était prise pour cible par les Enclavés aussi. L'idée qu'elle se blesse ou pire pendant cette fusillade réveilla en moi la peur, l'inquiétude et un gout d'adrénaline en bouche. Mon instinc, comme paternel envers cette petite goule, se réveilla brusquement et je perdis le contrôle de moi-même comme quand mon armure m'injectai de l'adrénaline. Je rengea alors mon fusil et prit la plus bête décision de ma vie, je couru engager le corps à corps avec le dernier bastion de la nation en ce lieu. Je savais que j'allas perdre, mais je voulais avant toute sauver la petite des griffes de ces gens qui allaient la buter à tout les coups.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Lun 7 Nov - 5:16
La barricade sauta sous la force des armures assistés de l'Enclave. La détermination de ces types à récupérer Julius était palpable. A peine la porte d'entré fut enfoncée, un de ces fou furieux balança directement deux grenades à frags à l'aveugle dans la pièce. La Goule se protégea instinctivement le corps derrière une barrière de métal. On ne sait jamais, ces truc là peuvent vous envoyer du shrapnel sans même que vous le voyiez... Après l'explosion des grenades, l'escouade entra en force dans le bâtiment. Dawn resta à couvert derrière sa barrière afin qu'on ne la voit pas. Si ils la trouvaient maintenant, non seulement le plan était fichu mais en plus elle se ferait canarder. Les soldats inspectèrent la première salle avec rapidité et minutie, comme on pouvait s'y attendre de la part de l'Enclave. Checkant le cagibi s'en dessus dessous, ils passèrent vite à l'autre porte de la salle, celle menant à Julius et au piège Molotov. Enfonçant une nouvelle fois la porte à l'aide de leurs jambières assistés, la tête de pont avança et répéta l'opération précédente : elle balança deux grenade afin de couvrir leurs arrivés. Dawn prit peur un instant et jeta un coup d'oeil du côté d'Haber, mais heureusement ce dernier s'était mit à couvert derrière un engin de manufacture.
La Luminescente attendait patiemment. Les soldats semblaient hésitant à entrer. Ils devaient sans aucun doute savoir que c'était la dernière salle et que les ennemis s'y trouvaient forcément. Néanmoins, la tête de pont pénétra d'un pas sûr et déterminé la zone de mise en bouteille. Pendant un instant, Dawn admira la témérité et la bravoure de cette unité. Elle remarqua deux kukris accrochés à sa ceinture avant qu'elle ne marche sur le fil qu'avait posé la fillette plus tôt. Le Molotov partit comme une fusée en plein dans le torse du soldat, qui recula sous l'effet de surprise du piège. C'était justement ce qu'attendait la gamine. Elle jeta le seau remplit d'essence sur les soldats, démultipliant les flammes et les partageant entre tous. Le plan avait fonctionné, et désormais Julius commença à faire feu à l'aide de son calibre .12. Dawn ne put suivre tout de suite son exemple, car la tête de pont répondit aussitôt à ce jet d'essence en lui tirant plusieurs cartouche de fusil à pompe. Heureusement pour la Goule, la barrière ainsi que la distance la protégea de la plupart des balles, bien que certaines l'égratignèrent légèrement. Elle se mise à couvert presque aussitôt, et les gars de l'Enclave suivirent son exemple. Le Chevalier -parce que désormais Dawn avait décidé qu'elle nommerait Julius ainsi- continuait de prodiguer un feu nourri sur les ennemis afin qu'ils n'avancent pas. La Goule, de son côté, changea de position afin de se rapprocher de son compagnon, se trouva une couverture convenable et ouvrit le feu à son tour. L'échange dura bien une minute entre l'Enclave et le duo sans que personne ne se fasse toucher. La Luminescente était la moins téméraire de tous, n'étant pas équipée d'armure assisté elle ne pouvait se permettre de se faire toucher. Mais de leurs côtés, ceux qui en avaient faisait également tout leur possible pour éviter les balles. La coordination et le placement de l'Enclave était impeccable. Seul Julius, au final, prenait des risques à s'exposer un peu trop, mais ne prit pas une seule fois de dégâts important.
Finalement, ce dernier fit un signe à la fillette : « Gagne du temps, mais fait gaffe ! » retranscrit il avec ses mains. Il partit se mettre plus à couvert encore et commença à préparer quelque chose.
Dawn pesta, déjà parce qu'elle allait devoir subir le feu ennemi pendant un petit moment, mais aussi et surtout parce qu'elle savait ce que l'Allemand complotait. « Il va encore me niquer du Quantum cet abrutis ! ». Pendant sa préparation, Julius avait commencé un monologue idéologique à l'intention de ses anciens camarades. C'était bien vus. Les tirs avaient quelque peu cessé depuis qu'il avait commencé à parler. Cela devait remuer quelque soldats dans le groupes.
Ce dernier fit son affaire remarquablement vite, car même pas 2 minutes plus tard il revint. La Goule était impressionnée par la capacité qu'avait cet homme de bricoler à la vitesse de l'éclair.
Il fit un rapide signe à Dawn avant de lancer sa décoction, ainsi la gamine put se mettre d'avantage à couvert. A vrai dire, elle en profita même pour descendre carrément de son perchoir. On ne savait jamais, avec ces explosifs Nuka...
L'explosion détruisit une nouvelle fois l'usine dans des flammes et des éclairs bleutés. Un puissant larsen fit de nouveau son apparition dans les oreilles de la grand mère, chose qu'elle ne devait certainement pas partager avec tout les mecs en armures du coin. Elle jeta un rapide coup d'oeil à la zone d'explosion : deux armure étaient à terre, inertes. Certaines parties et pièces étaient détruites et gisaient à côté de leur utilisateur. Cependant, la Goule ne pensait pas que ces derniers fussent morts dans l'explosion. Une AA, ça protège bien quand même.
Julius maintenait désormais son feu sur les deux soldats encore debout tout en continuant son monologue. A la surprise de Dawn, elle crut entendre l'un d'entre eux lui répondre, mais elle n'était pas sûre. Elle ne pouvait toujours pas distinguer clairement les sons. Même les balles perdues, qui parfois lui passaient sous le museau, n’émettaient presque pas de bruit. Elle attendit quelque instant à couvert que son ouïe lui revienne petit à petit et profita de cette attente pour débarrer la porte de sortie des employé de la zone de mise en bouteille. Il était désormais évident que l'escouade entière avait pénétré par l'entrée principale de l'usine, ce qui, pour le coup, n'était pas très malin. Cette porte allait devenir le ticket de sortie des deux compagnons. Une fois ceci fait et son larsen partit, elle se lança en avant. Elle sortit Migi et plaça le plat de sa lame devant elle afin de dévier les projectiles. C'était une bonne idée, car au fur et à mesure qu'elle avançait elle sentait d'énormes impacts sur sa lame, qui la faisait reculer à chaque fois. Migi allait bientôt devoir rencontrer un toubib des armes... Elle arriva finalement là où elle souhaitait, les corps inertes des soldats en AA. L'un était sur le ventre, aussi la petite Lumière en profita pour lui retirer son cœur à fusion. Elle savait comment faire, et avait déjà mainte fois exécuté cette opération. En se retournant vers le deuxième, elle remarqua que ce dernier était allongé sur le dos, sans casque, et qu'il commençait à reprendre conscience. Rapidement et furtivement, elle se saisit de Rapace noir et donna un violent coup de crosse sur la tempe du malheureux. Il se rendormit aussitôt, rêvant bientôt de coup de feu, de Nuka Cola et de démon au masque pourpre. En parlant de coups de feux, la gamine se rendit compte qu'elle était proche de la zone de combat, aussi partit elle en se couvrant de son épée. Après s'être mise une nouvelle fois à couvert, elle se prépara à couvrir Julius avec Rapace noir. Pourtant, quelque chose la stoppa dans son élan et serra son cœur mort. L'Allemand était sortit de sa position en hurlant et en se jetant sur un des soldats. Le seul vraiment en combat d'ailleurs, car l'autre était plutôt passif désormais. Ca allait sans doute être du un contre un, aussi l'honneur de la gamine lui commanda de laisser ce duel à Julius. De toute manière, ce dernier n'aurait sans doute pas voulu qu'elle soit impliquée. La petite Lumière garda néanmoins un œil sur l'inactif, bien qu'Igniculus la poussait au combat. Elle commençait à avoir soif de sang et de sueur. Et ce bonhomme en armure semblait tout trouvé. Pourtant, elle se retint et se contenta de le mettre en joue avec Rapace noir. Si jamais il bougeait une oreille de travers, il recevrait un chargeur complet dans le buffet.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 162
Date d'inscription : 15/10/2016
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Lun 7 Nov - 7:40
Je viens juste de recharger mon fusil à pompe. Je regarde autour de moi et je remarque que deux de mes collègues sont à terre probablement inconscient. Mon autre partenaire maintien un feu nourri contre Julius et je fais de même. Je tire à trois reprise dans sa direction avant qu'il ne commence son discourt de traître. Des innepties sans importance et qui ne vont pas ébranler ma conviction envers ma faction. En revanche, ce n'est pas le cas de mon partenaire qui semble perplexe. Le QG nous ordonne de ne pas se laisser influencer par l'ennemie de la nation. Je me maintien légèrement à couvert pour changer d'angle de tir puis je vide une nouvelle fois mon chargeur contre la position de Julius. Mon partenaire, lui, ne tire plus, il se contente de réfléchir.

-" Bon sang ! Ressaisit toi soldat ! Nous devons éliminer cette menace !"Dis-je avant de recharger mon arme une nouvelle fois. Mais clairement mes mots semble moins efficace que celui de Julius. Au retour au QG, je pense qu'une bonne trentaine de coup de fouet vont le remettre dans le bon chemin. Cependant, je me tourne vers la position en hauteur qu'occupé Jadis l'allié du voleur de X01 mais elle est vide. Sans doute a t-il fuit la bataille. Je commence à regarder en direction de Julius quand se dernier sort de sa cachette pour me charger. Je suis tout d’abord surprise et il parvient à me bousculer et me faire tomber au sol. Je me relève rapidement, puisqu'il veux un combat au corps à corps, il va l'avoir. Je suis une militaire de l'enclave et je me dois de maîtriser toute les formes de combat.

Je sers les poings et j'observe Julius. Normalement et de part la façon dont je me tiens, il devrait comprendre qu'il va prendre une bonne rouste. Je m'approche d'un pas et il tente de me mettre un crochet du droit que j'évite sans trop de problème.

-" Tu as fais la plus grosse erreur de ta vie en volant l'enclave Julius ! " Dis-je en mettant plein de petit coup rapide dans le torse de son armure. La taule qui forme l'armure de son torse commence à être bombé et Julius vacille. Le combat n'est néanmoins pas terminé, il se reprend rapidement et me mets un violent coup de poing dans le visage. Mon casque est écrasé, la radio est hors service, les capteurs de vie déconne au rouge, les informations son brouillée et je crois bien que j'ai le nez en sang. Je respire un bon coup et je me reprend avant d'esquiver la seconde attaque de la boîte de conserve. Je commence à voir rouge et je prend un peu d'élan pour lui mettre un violent crochet du droit. Il vacille beaucoup et commence à être K.O. Je n'ai plus qu'à le terminer pour récupérer l'armure.

-" Tu m'as donnés du file à retordre Julius, si on te demande en enfer qui s'est qui t'a offert le trajet, tu pourra dire que c'est la Caporal Kim. Dis-je en observant mon partenaire approcher. Je ne me méfie pas et je prend un violent coup de poing de celui-ci. Sous la surprise je tombe au sol et je me redresse difficilement.

-Fuyez M Julius ! Vous avez raison, nous avons trahis une deuxième fois l’Amérique de paix et de justice ! Je vais laver mes pêchers en tuant cette enclavée ! Pour que la justice soit faite dans la Louisiane ! Dit-il en jubilant déjà de m'avoir mis à terre. J'enrage, comment pouvait t-il nous trahir... surtout lors d'une mission aussi importante. Je décide de foncer et de plaquer le nouveau traître au sol. Il pensait déjà m'avoir mis K.O. il n'en était rien. Julius lui commence à fuir avec le petit pyromane... Je les rattraperai coûte que coûte mais avant je dois me débarrasser du gêneur. Je suis au dessus de lui et je commence à le frapper au niveau du casque. Il me prend par la taille et me pousse brutalement contre une des machines. J'ai mal mais je serre les dents et je reprend mes esprits. Il s'apprête à me mettre un coup de poing que j'évite une nouvelle fois et pour répondre à cette violence je décide de lui mettre un violent coup de boule. Puis un second ce qui le fait vaciller et tomber à terre.

Je respire fort et je décide d'enlever mon casque qui est plus encombrant qu'autre chose. J'ai le nez en sang, visiblement pété. Je m'approche doucement du traitre, je lui retire son casque et je m'apprête à lui briser la nuque. Soldat... je te retire ta plaque et tes droits en tant que membre de l'enclave. Et c'est au nom de ma patrie et de dieu que je m'autorise le droit de te ôter la vie. Concluais-je mon petit discourt avant de tourner sa tête sur la droite puis brutalement sur la gauche. Un bruit de planche qui se brise se fait entendre. L'homme respire brutalement et me regarde un peu apeurée.

Oh Putain ! Sorcière qu'es que tu m'as fais ! Je ne sens plus jambes, plus mes bras, plus mon corps ! Putain ! Maman ! Au secours ! Dit-l'homme désespérée.. je rougis un peu honteuse de ma faute. Je crois bien que je l'ai rendue tétraplégique le garçon. Et comme dans toute mise à mort, si elle ne parvient pas à tuer le coupable cela signifie que c'est une volonté de dieu pour laisser la vie. Je soupire et je commence à marcher en direction de la porte de l'usine mais je ne trouve pas de trace de Julius ou de son "stagiaire". Je suis un peu en colère de cet échec mais je prend sur moi et je décide d’appeler le QG grâce à la radio d'un de mes partenaires.

QG... ici le Caporal Kim de l'escouade de récupération de l'armure. La mission est un échec, nous avons deux blessés et un prisonnier... je suis moi même en piteux état. Je recommande l'envois d'un vertiptère médical ainsi qu'un vertiptère de surveillance pour essayer de retrouver Julius. Fin de transmission QG.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Mer 9 Nov - 22:42
La seule chose dont je me souviens ensuite fut la beigne que je me prit après ma tentative de crochet droit. Dans le thorax exactement, Je fut projeté quelques mètres en arrière sur le dos et me relevais difficilement, je n'avais pas pris trop de dégâts mais mon armure si, la taule était froissée. Je me relevai et donnait un énorme coup droit dans le casque du soldat qui vociférait des commentaires superflus pendant que je me concentrait pour lui mettre la race de sa vie. Le casque de l'Enclavée s'écrasa littéralement sur son visage qui avait dut subir beaucoup de dégâts.

"J'espère que ton nez s'y fera, ce serait dommage de te faire voler le titre de "Miss Enclave 2290"

Je reprenais mon élan pour remettre un autre coup à l'ennemie devant moi, elle esquive le coup et me refrappe au visage, mon casque tient le coup mais mon corps tombe à terre. Je vois le monde vaciller à travers la visière. Toutes les lumières rouges clignotent dans mon casque, j'entend le système de navigation s'affoler. Mon corps de répond plus et j'essaie de me relever. Je vois ma vie défiler puis une voix d'homme. Je n'ai pas le temps d'entendre ce qu'elle disait qu'une main me prit pour me tirer loin de la, je me relevai et suivais la goule qui me tirait vers la sortie. Je me trimballe lourdement, encore abîmé de mon combat et le fait de marcher m'aide à me refocaliser sur... Ma fuite. Je courais vers la porte à la même hauteur que Dawn maintenant. Un de mes pas en vaut 3 des siens et j'enfonçai la porte de secours d'un coup d'épaule. Je débouchai sur la rue avec la gamine dans ma main. Je fonçai tout droit comme la fois ou j'ai fuit Raven Rock avec mon armure, j'avais exactement les mêmes sensations que ce jour ou j'avais décidé de tout plaquer. Mon avenir, ma famille, mes amis, mon travail, tout était passé à la trappe ce jour là. A l'entente d'un bruit de vertiptère mon sang ne fit qu'un tour et je tirai sur la main de la petite, cela la fit se ramener à mon niveau de course et je la soulevai par le bras pour la porter. Je la tenait comme quelque chose qu'on essayait de protéger et je couru d'autant plus vite par le boost de vitesse de mon armure que par la perte de la masse à traîner. Je passa sous plusieurs tunnels afin de perdre le vertiptère et je me réfugiait dans un parking souterrain. Je restai plusieurs minutes droit et debout au milieu de ce parking, la gamine toujours dans les bras et la tête plaquée dans mon cou par ma grosse main assistée. J'était vide, je me sentait rempli de néant, ici et seul dans ce parking. Mon étreinte se relâcha et je posais la gamine à terre. Je m'agenouillai ensuite à son niveau et posai la main sur son épaule en geste d'affection. Je lui tendait ensuite 2 bouteilles de Quantum de mon autre main tout en lui adressant la parole d'un ton descendu et affectueux.

"Merci Dawn, sans toi je serais en train de décrépir dans cette usine. T'as vraiment été formidable sur ce coup là, un vrai super-héros! Digne de Silver Shroud! En tout cas je suis vraiment heureux de t'avoir rencontré petite."

J'enlevais mon casque après lui avoir tendu les Quantum. Un filet de sang s'échappa de la mousse du bout de ferraille, mon front était complètement défoncé et mon cartilage de nez était décalé de presque 60°. Je plongeai mon regard dans celui de la gamine et le pouce de ma main sur son épaule commençais à s'agiter, comme pour caresser mon seule repère physique.

"Je suis incapable de définir ce que je ressens, c'est étrange... En tout cas tu ne sais pas la chance que j'ai eu de vouloir te courir après... J'espère que tu ne m'en veux pas de t'avoir fait vivre tout ça. Si jamais tu a besoin de moi, va a l'auberge à l'entrée de la Cité Basse. Si les gardes e te laissent pas entrer de par ta couleur de peau, dis leurs que tu est ma fille et que tu viens voir ton père, il n'auront rien à redire. Tu as assuré sur ce coup là et si jamais tu as besoin de moi, je serais toujours là pour toi..."

Je perdit le contrôle de mes mouvement et ramenai Dawn vers moi en rapprochant la main sur son épaule et pris Dawn dans mes bras. Un filet de sang coulant de mon nez lui émoucha le dos du blouson pendant que je versai une larme discrètement dans son dos. Mon ton était maintenant empreint de tristesse:

"J'ai pas envie de te lâcher Dawn, j'ai pas envie... Je sais pas pourquoi... J'ai pas envie... J'AI PAS ENVIE!... J'veux pas qu'il t'arrives quoi que ce soit dans ces terres pourrie. Alors ma petite... promet moi de prendre soin de toi... *reniflement et sanglot*. Et passe revoir ce bon Julius un de ces jours..."

Sur ce je repris mon casque et le remettait sur la tête avant de recaler mon nez dans les plaques de mousse prévues pour. Je dégainai mon fusil et enfonça la porte de garage refermée du pied. Je regardai une dernière fois la petite lueur verte avant de ravaler un sanglot qui me déchira l'œsophage et me mit à courir dans les rues de la ville vers ma destination... Laissant derrière moi mon instinct qui me disait de rester avec la petite, de la prendre avec moi, de lui offrir une vie meilleure, qu'elle puisse faire ce qu'elle veut de sa vie, qu'elle puisse connaître l'amour d'un père et d'un mari, qu'elle vienne me voir quand mon temps sera révolu... Peu importe, j'espérais juste qu'elle aurait l'envie de me revoir un jour... comme un père aimerai qu'on se souvienne de lui.

Spoiler:
 

HRP : FIN DU RP POUR JULIUS, C'était un plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI] Sam 12 Nov - 4:46
Les deux titans d'aciers échangeaient des coups d'une puissance inouïe depuis presque une minute. La Goule regardait cet affrontement avec considération. Ces machines, ces tanks personnels étaient même efficace dans une mêlée... Cependant, ces armes ne rendaient pas forcément l'issue plus simple ou plus rapide. Le combat se prolongeait et Julius qui l'emportait jusqu'alors sembla vaciller. La tête de pont lui porta une estocade qui le sonna. Il resta debout là, hagard, pendant ce qui sembla à Dawn une éternité. La femme, qui avait enlevé son casque bousillé, s'apprêtait à l'achever. Elle était d'origine Chinoise à première vue, mais la fillette ne put le dire exactement : elle avait du sang partout sur le visage. La Luminescente crut l'entendre crier son nom, mais impossible de savoir exactement ce que c'était. Elle subissait toujours les maux sonores de l'explosion survenue plus tôt. La petite Lumière s'apprêtait à tirer sur la soldate lorsque son compagnon vint l’agresser dans le dos. Julius avait gagné un nouveau camarade, semblait il. Dawn changea alors de plan, et vint prendre la main d'une boîte de conserve immobile.

- On se casse Julius !

Il ne bougeait toujours pas. La petite le tira par la main et étonnamment il réagit, se laissant porter. Avant de s'enfuir, elle se retourna pour voir les deux anciens alliés, les deux ex compagnons d'arme s'entre déchirer dans une lutte sans merci. "Comme la pensée Humaine est fragile..." se lamenta t-elle.
Arrivant à la porte de sortie des employées la grand mère fut surprise de voir que Julius, ayant reprit ses esprits, défonça littéralement la porte. Il commençait même à aller plus vite qu'elle et l'aurait certainement distancée de très loin si ce dernier ne l'avait pas prit dans ses bras pour courir. Dawn sentit le vent s'engouffrer dans les trous de son masque et plissa les yeux. Elle regarda en arrière et vit le vertiptère au loin.
Après être passé sous plusieurs tunnels, l'homme de fer s'arrêta enfin et déposa la gamine. Ils se trouvaient dans une sorte d'ancien parking où il manquait cruellement de lumière. Julius se retourna vers Dawn, lui tendant deux bouteilles de Quantum qu'elle rangea immédiatement. Elle n'eut même pas le temps de le remercier que le Chevalier posa une nouvelle fois sa main métallique sur l'épaule de la fillette en s'agenouillant.

- Merci Dawn, sans toi je serais en train de décrépir dans cette usine. T'as vraiment été formidable sur ce coup là, un vrai super-héros! Digne de Silver Shroud! En tout cas je suis vraiment heureux de t'avoir rencontré petite.
- Quelle star. Tocard.

C'était dans des moments comme celui là que Dawn regrettait sa taille. Les tons condescendants. Quelle plaie que ces tons là. Mais... ce ton n'avait pas que la condescendance pour essence. Non, la Luminescente perçut autre chose, un truc plus simple, comme de la gentillesse.
Enfin, L'important était qu'il s'en sortait sans trop de dégâts, et surtout qu'il lui avait remit son dû, à savoir les bouteilles de Quantum. La Goule s'apprêtait à lui remettre le réacteur de fusion subtilisé plus tôt, comme convenu lors de leur accord, mais au lieu de cela le géant de fer et de tôle retira son casque. Il avait aussi le visage en sang, et son nez était déformé. Comme quoi, les AA ne protègent pas de tout.

- Je suis incapable de définir ce que je ressens, c'est étrange... En tout cas tu ne sais pas la chance que j'ai eu de vouloir te courir après... J'espère que tu ne m'en veux pas de t'avoir fait vivre tout ça. Si jamais tu a besoin de moi, va a l'auberge à l'entrée de la Cité Basse. Si les gardes e te laissent pas entrer de par ta couleur de peau, dis leurs que tu est ma fille et que tu viens voir ton père, il n'auront rien à redire. Tu as assuré sur ce coup là et si jamais tu as besoin de moi, je serais toujours là pour toi...
- Oh, c'est vraiment touchant. Aller casse toi maintenant, chanta Igniculus.

La Luminescente ne comprit pas sur le coup. L'homme lui faisait maintenant confiance à ce point ? En étaient ils là ? Seulement après avoir partager un combat, quelque coups de feux ? Ce genre d'attitude aurait d'habitude fait fuir la gamine ou l'aurait rendue bien plus méfiante, mais étrangement, elle sut que Julius était sincère. Peut être parce qu'Igniculus ne semblait pas l'aimer ? La Goule n'aurait sut le dire. Elle allait lui tendre sa part du butin lorsque ce dernier la coupa une nouvelle fois, cette fois ci en l'enlaçant presque brutalement.
Igniculus resta figé, la « mâchoire » pendante. Dawn, elle, fut si surprise qu'elle n'eut pas le temps de dégainer Rapace noir. Elle paniqua, l'homme l'enserrait dans ses bras de métal comme une poupée. Une simple pression l'aurait tuée.


- Putain, mais qu'est-ce qu'il fait l'autre jackass ?! Tue le, Dawn, tue le avant qu'il ne le fasse !! Hurla la lueur verte, prise de panique elle aussi.
- J'ai pas envie de te lâcher Dawn, j'ai pas envie... Je sais pas pourquoi... J'ai pas envie... J'AI PAS ENVIE!... J'veux pas qu'il t'arrives quoi que ce soit dans ces terres pourrie. Alors ma petite... promet moi de prendre soin de toi... *reniflement et sanglot*. Et passe revoir ce bon Julius un de ces jours...

La Luminescente s'était saisit de Rapace noir avec un temps de retard et avait écouté les paroles de l'homme en fer, l'arme pointée sur son flanc droit. Un tir et la balle traversait l'articulation de l'armure pour se loger dans le foie de Julius. Pourtant elle ne tira pas. Alors que la peur de la mort déchirait littéralement son cœur et l'orbe vert vociférait dans un vain espoir de survie. Elle ne l'avait pas fait car elle sentit la sincérité de Julius dans son geste. Mais malgré tout son instinct la commandait de toutes ses forces à tirer. Partagée par ces deux émotions la Goule resta figée sur place, inerte, vulnérable, faible.
L'homme relâcha son étreinte étouffante après avoir finit de parler et se releva.
Se recoiffant de son heaume d'acier, le Chevalier de métal courut à toute jambes vers la lumière du Soleil. Comme s'il fuyait la scène. Dawn avait crut l'entendre pleurer pendant son discours, mais c'était sans doute son imagination.
Machinalement, elle pointa son arme dans le dos de l'homme. Elle était encore choquée par son comportement, aussi son instinct lui dictait ses moindres mouvements. Viser. Tirer. Le doigt tremblant sur la détente, l'orbe vert commandant le meurtre à son oreille, la conviction vacillante de la grand mère...
L'homme entra dans la lumière. Le Rapace noir abandonna sa proie.

- Mais pourquoi tu tire pas ?! Il a faillit nous tuer, ce gars ! Explosa la lueur verte.
- Non. Moi aussi je l'ai crus, mais...

La fillette se stoppa. Pourquoi débattre de ça maintenant avec lui ? Ils avaient toute leur existence pour cela. Et Dawn était épuisée, aussi bien physiquement que mentalement. Elle jeta un dernier regard dans la direction où l'homme de métal était partit. Comment quelqu'un comme ça avait put survivre aux Terres Désolées ? Quelle force le tenait encore debout, le maintenait en vie ? Lui qui était poursuivit par toute une organisation, une armée ? Peut-être cette armure était bel et bien son Foyer à lui...

« Julius... Tu est courageux. Le chemin que tu a choisit est bien plus difficile encore que le miens. Je chasse et affronte un monstre inhumain et immoral, une aberration de la nature et une hantise personnelle. Chaque jours je me demande de quoi mon avenir sera fait et quand mon fardeau s’allégera enfin. Mais... je préfère encore cette place ci à celle de celui qui combat le monde entier. Ne meurt pas, Julius, et bonne chance. C'est ce dont tu aura le plus besoin. »

Elle se retourna et pensa à l'adresse que lui avait donné Haber plus tôt. L'auberge à l'entrée de la cité basse. Elle avait peut-être là un endroit de repos, son Enclave à elle. Pourtant, elle n'irait qu'en dernier recours. La grand mère ne vivait que pour un seul but. Une seule personne. Et un séjour à cette auberge ne serait qu'un frein à tout cela. Peut-être, un jour...

- Oh ? S'exclama t-elle en fouillant son sac. Ah, ben oui ! Ce con à oublié de prendre ça, du coup.
- Le réacteur à fusion ? C'est cool ! Mieux vaut à nous qu'à ce maboule.

Elle joua avec la pile atomique comme si ce n'était rien, jonglant avec d'une main. Par où allait elle chercher, désormais ? Vers où allait elle se diriger maintenant ? Elle pensa aux hommes qu'elles avaient croisé quelque jours plus tôt... Des gars qui lui conseillèrent la Jackfrags pour quelque contrats. Peut-être qu'ici, ils auront des infos intéressantes ?
Elle se dirigea vers la ville, siège d'une de ces compagnie. Il était temps que sa quête se termine enfin.

Inventaire et santé:
 

Barre radioactive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI]
Revenir en haut Aller en bas

Quantum et boîtes de conserves (Julius Haber, Kim Soo-Yong) [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation Julius Maldemart [Validée]
» Julius Will Kresnik [Terminé]
» Animagus, de Julius Skaghetti
» Julius MacPharlain
» Hadès, dieu des enfers. (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Archives :: Sujets terminés-