La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ce gars là ne passera plus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Ce gars là ne passera plus. Lun 24 Oct - 21:54



Dawn Salicyl


« La chance d'avoir du talent ne suffit pas, il faut encore avoir le talent d'avoir de la chance. » Jacques Chardonne
« Bite my shiny metal ass!» Bender Bending Rodriguez



Nom complet : Dawn Salicyl.
Âge : 60 ans, bien qu'elle soit née en 2220.
Race : Goule (Luminescente)
Groupe : Survivant (j'imagine? L'équivalent de "pas de groupe" en tout cas)
Métier : Mercenaire
_________________________________________________________

CARACTÉRISTIQUES (40 points)
STRENGTH :4
PERCEPTION :6
ENDURANCE :4
CHARISMA :6
INTELLIGENCE :7
AGILITY :9
LUCK :4


COMPÉTENCES (200 points + points de départ)
Armes légères :52
Armes lourdes :13
Armes blanches :52
Corps à corps :8
Discrétion :42
Intimidation :10
Mécanique :20
Médecine :20
Négociation :30
Science :14
Physique :32
Pilotage :12
Projectiles :8
Survie :50


_________________________________________________________

DESCRIPTION PHYSIQUE
Dawn:
Bien qu'âgée de 70 ans, Dawn a gardé son corps de fillette de 10 ans. Elle mesure donc 1m32 pour 27 kilogrammes. En effet, c'est à cet âge là qu'elle fût infectée par le FEV et les radiations, ralentissant considérablement sa croissance. En tant que Goule, Dawn a la peau nécrosée et manquante à plusieurs endroits du corps et le nez résorbé. Elle a gardé la majeur partie de ses cheveux, ce qui est plutôt rare pour une Goule. De même, ses dents sont resté intactes, ce qui est également relativement rare. Ses cheveux sont d'une couleur vertes fluorescente, tout comme ses yeux et légèrement sa peau. De part sa nature de Goule Luminescente, les radiations parcourant son corps ont données à ce dernier cette couleur verte flashy.
Dawn se promène en général portant un manteau long cachant l'intégralité de son corps, ainsi que des bottes et des gants noirs dans le but de dissimuler ses mains fluorescente. Pour finir, sa panoplie se complète par un masque de bois en forme de crâne, cachant tout son visage, et terminé par un voile afin de recouvrir ses cheveux luminescents.

Igniculus:
Igniculus, quant à lui, ressemblerait tout simplement à un orbe de lumière verte. On peut distinguer ses yeux si on regarde bien, plus clair que le reste de son corps. On peut remarquer sa bouche de la même façon, lorsqu'il parle (enfin Dawn peut le remarquer). Il est capable de changer de forme et prendre des formes géométriques simples ou des formes animales, mais très abstraites. Il peut également "générer" des bras ou encore des jambes afin de désigner quelque chose.



DESCRIPTION MENTALE
Dawn:
Grand mère coincée dans un corps goulifié d'enfant, Dawn a perdu l'innocence qui faisait d'elle une petite fille le jour de ses 10 ans. Pourtant, elle adore abuser de son apparence enfantine et jouer les gamines. Elle se prend parfois tellement au jeu que même elle en oublierait son âge. Mit à part cela, elle est mature et réfléchie et n'a qu'un seul réel objectif en tête: sa vengeance, et fera toujours passer ce but en premier. Elle adore le Nuka-Cola, en particulier les plus brillants et radioactifs du style Quantum ou Quartz. C'est d'ailleurs un bon moyen de l'acheter.
Ayant perdue sa confiance dans la Confrérie de l'Acier depuis longtemps, elle se méfiera de ses membres ainsi que des autres porteurs d'armure assisté (comme l'Enclave) qui pourraient lui rappeler la Confrérie.
Elle n'a pas d'opinion particulière quand aux raiders, qu'elle estime simplement être pour la plupart des détraqués mentaux. Il en va de même pour l'organisation de la Nouvelle France.
Concernant l'Institut et les Synthétiques... Elle éprouve une haine profonde envers eux et leur incombe la mort de sa famille. C'est simple, elle attaquera et tuera à vue tout Synthétique qu'elle croisera (sauf bien sur si la situation ne le permet pas), qu'il soit joueur ou non.

Igniculus:
Le petit orbe vert est un peu le gardien spirituel de Dawn. Etant le fruit de la fusion du FEV, de la conscience de Dawn ainsi que de radiation, sa nature est compliquée à définir. Il ne peux discuter que par rimes ou par vers. Plus qu'une obsession, ça semble être la seule manière de communiquer de la petite lueur verte. Il fera tout pour que Dawn -et lui même, par extension- survive, son seul but étant de vivre le plus longtemps possible. Il n’éprouve aucun sentiments Humains, et s'il est capable de montrer de l'empathie pour Dawn, ce n'est en revanche absolument pas le cas pour tout le reste. Il considère toute existence, hormis celle qu'il partage avec Dawn, avec le dédain le plus grand. En bref, il s'en bat littéralement les couilles du reste du monde tant que lui et Dawn survivent. Cela va à tel point qu'il néglige également les sentiments de Dawn, car pour lui ces derniers ne sont que des entraves. Pourtant, partageant le corps, les pensées et la vie de Dawn, il est tout de même amené à la comprendre et la soutenir moralement si besoin.





_________________________________________________________

INVENTAIRE DE DÉPART
Migi:
 
, une épée imposante aux armoiries de la Confrérie, cadeau de son père Okabe Salicyl.
Rapace noir:
 
, un revolver à munition .44, 6 coups, cadeau de sa mère Arzhela Salicyl.
Manteau long taille enfant:
 
, peut être considéré comme une armure légère de moindre qualité.
Masque de bois:
 
, terminé par un voile.
- Bottes et gants de cuir noir.
- Un collier contenant un dessin d'enfant d'une famille heureuse, un homme brun, une femme rousse et une petite fille blonde.
- Un talkie-walkie.
- Une gourde d'eau.
- Un bocal de viandes séchés de Radcerf.
- Une bouteille de Nuka-Cola Quantum.
- 2 Stimpacks.
- 2 boîtes de 40 munitions de .44.
- Une pierre à affûter.
- Un cocktail molotov.
- 99 capsules



_________________________________________________________

Pseudo : Dawn Salicyl, je suppose? Anciennement "Un gars qui passe".
Âge IRL : Ah ouais, z'êtes comme ça vous x) 23 ans.
Comment as-tu trouvé le forum ? : "Forum RP Fallout" sur Google, troisième résultat.
Des suggestions ? : J'ai un talkie-walkie, je VEUX ma radio! Ah merde, j'ai dis que je ferais le truc... Bon, ben j'm'y met.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Lun 24 Oct - 22:36
Hâte de voir ton histoire ! J'aime déjà ton personnage
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Lun 24 Oct - 23:45
Attention, bon pavé en vue! Si toi lecteur, éprouve une flemme incroyable à sa vision, patiente quelque jours! Une version courte va faire son apparition juste pour toi!
Petite note; les deux "facultés" mentionnées plus bas n'existent qu'à but purement narratif et ne seraient être utilisées pour des raisons grosbillistes. Si jamais cela devait arriver, j'accepterais avec grande joie les sanctions qu'on m'imposera.
Bonne lecture!

P.S: Sorry du double post, pas le choix.
P.S2: Ah bah non, triple post. Message trop long, youpiiiiiiii!

HISTOIRE
Chapitre I
La famille Salicyl

Au début de mon histoire, cette petite fille était ce qu'on pourrait considérer comme « normale ». Enfin, en termes d'avant guerre bien sur. Selon les critères actuels elle serait plutôt une poupée d'or et de porcelaine, perle à la rare beauté, et donc une cible de choix pour les esclavagistes et différents brigands de ce monde dévasté.
Des yeux rieurs, une silhouettes malingre et agile, de longs cheveux d'or bouclés, quelque tâches de rousseurs... Comblée par son quotidien et entourée d'un père et d'une mère aimante, la petite Dawn vivait une de ces rares vie heureuse dans les terres Texanes. Auréolée par sa vie insouciante d'enfant de fermier ordinaire, la jeune fille n'eut jamais à se soucier du malheur commun aux Terres désolées de ces années là.
En effet, l'an 2230 n'était point pauvre en atrocités ; saccages de pillards, taxes des différents clans et autres mafias des terres du Texas, Super-Mutants massacrants toute vie sur leurs chemins et créature abominables avides de chair Humaines... La vie était difficile et acide en cette région meurtrie.
Pourtant, la jeune fille qu'était Dawn Salicyl n’eut affaire à aucune de ces choses affreuses. Protégée par la bienveillance omniprésente de ses parents et surtout administrée, elle et sa famille, par les forces de la Confrérie de l'Acier en vigueur dans cette région à cette époque, la vie semblait rose comparée aux autres existences des Terres désolées.
Chaque jours, au matin, elle avait l'habitude de se régaler des tourtes à la Brahmine que lui préparait sa mère, juste avant d'aller travailler aux champs. Quelle bonne cuisinière qu'était sa mère ! Dawn regardait toujours avec fascination la façon qu'avait Arzhela Salicyl de transformer des choses aussi répugnantes qu'une vache mutée à deux têtes en un plat aussi délicieux que sa fameuse tourte à la viande et au fromage fondu. C'est bien simple, même les colons voisins voyageaient parfois des dizaines de kilomètres, bravant tempêtes de sable et possibilités de mauvaises rencontres en chemin, seulement pour acheter quelque un de ces délicieux en-cas ! La réputation de cette petite femme aux cheveux flamboyants et aux yeux noisettes n'était plus à faire en ce qui concerne l'art culinaire, ce qui faisait la fierté de sa fille. Mais bien entendu, cette chère maman n'était pas seulement douée en cuisine. Elle savait également se défendre, elle et sa famille. Habile utilisatrice de la carabine Winchester d'avant guerre ainsi que du revolver à munition .44, cette dernière sortie sa fille à la curiosité maladive de plus d'une situation malencontreuse.
Un jour où Dawn, de corvée d'eau, traversait le désert Texan afin de puiser le précieux liquide à la source commune, elle fit une rencontre des plus terrifiantes pour une petite fille d'une dizaine d'année.
Un groupe de 4 Geckos, ces lézards immondes pullulants dans les zones rocailleuses, attendaient non loin, guettant le point d'eau avec attention.
A son arrivé, Dawn remarqua le cadavre de Daniel, le vieil homme qui vivant seul et en ermite au village, reposant sans un morceau de chair accroché à sa carcasse, les os de la main toujours crispés sur un revolver. Il avait disparut quelque jours plus tôt, et personne n'avait vraiment remarqué son absence, pensant que le doyen était partit rendre visite à quelque parents.
La première chose que vit l'enfant fut ce corps rouge et morbide. Bien entendu, elle ne reconnut pas le pauvre Daniel. Elle hurla de toute ses forces, un long et strident cri primal. Celui de la peur sourde.
C'est là qu'elle les vit. Les quatre bêtes lui fonçaient dessus tout en lâchant des rugissements d’excitation à la vue d'un repas si appétissants. Les larmes coulèrent naturellement des yeux de Dawn à la vue de la mort approchant vers elle. Sans un mot, sans aucun cri cette fois. Paralysée par la peur, résignée à l'idée de mourir, elle n'eut même pas l'idée de s'accorder une mort plus rapide avec le revolver du vieux Daniel. Mais même si elle l'aurait eut, la peur la rendait incapable de se mouvoir.
Un coup de feu retentit et une balle siffla. Dawn sentit l'air et les vibrations émises par celle ci caresser ses cheveux blond. La balle se nicha dans la gorge d'un des animaux, qui s'effondra à la seconde. Cela ne ralentit pourtant pas d'une once ses potes, qui continuaient de courir vers Dawn. Mais les cris d’excitation étaient maintenant devenus des hurlements bestiaux, guerriers. Triplant leurs courses, les bêtes sauvages se rapprochaient dangereusement de la fillette. 8 mètres... 6... 4...
Arzhela avait déjà rangé sa carabine et sortit son 6 coups. Une détonation et une chute... 3 mètres... Le feu, un cadavre roulant dans la poussière... 2 mètres... Arzhela jeta son flingue, sortit son couteau. Elle était maintenant au niveau de sa fille, mais le Gecko se jetait déjà sur Dawn, tout crocs dehors. Ce n'est pourtant pas la petite qu'il croqua, mais le bras gauche de la maman qui avait fendu l'air à une vitesse prodigieuse afin de protéger sa progéniture. D'un geste précis et expérimenté, la lame plongea dans la nuque de la bête avec un bruit mouillé. Elle s'effondra, comme ses comparses, la gueule dans le sable. Arzhela serra sa fille dans ses bras à lui en faire mal, comme pour la retenir, comme pour la sentir vivre.
Dawn ne résolut jamais le mystère de l'apparition miraculeuse de sa mère, ou encore la vitesse incroyable et la précision démentes de ses tirs et de ses coups. Etait-ce un coup incroyable du destin ? Un quelconque esprit gardien veillant et protégeant l'enfant ? L'action de ce Dieu omniprésent relaté dans les livres d'avant guerre ? Jamais la petite Lumière ne le sut. Et pourtant sa mère se tenait là, à ses côtés, la protégeant de ses bras. Il y a des choses que l'ont ne peut expliquer, et l'amour maternel en fait partie.
Son père, d'un autre côté, n'était pas en reste non plus. Ex membre de la Confrérie de l'Acier, il quitta l'Ordre suite à une vilaine blessure au bras, infligée par un groupe de Meta-Humain lors d'une mission de reconnaissance. Ancien Chevalier maîtrisant les armes lourdes ainsi que celles à énergies, son domaine de prédilection n'était pourtant pas ces deux types d'armes, non.
Formé au port de l'armure assisté, ce bon vieux Okabe Salicyl appréciait tout particulièrement foncer dans les lignes ennemis, armé d'une super-masse ou encore de poing assisté. Il aimait la force que lui procurait cette armure, cette impression d'invincibilité. Pour lui, elle était son bouclier, son bastion, sa forteresse. Alors, il se devait naturellement d'être l'épée. Sauf qu'Okabe prenait cette métaphore au pied de la lettre et prenait plaisir à foncer, parfois seul, au milieu des ennemis en gênant le feu de ses compagnons qui le regardaient, hagards et soupirants, avant de le rejoindre dans la mêlée.
Plus qu'un état d'esprit ou une ligne de conduite, le corps à corps était une véritable philosophie pour cet homme aux traits Japonais arborant pourtant de magnifique yeux verts, malgré ses origines. Il estimait que, bien que ses adversaires étaient souvent les pires abominations des Terre désolée, des monstres immondes ne méritant pas la vie, il se devait tout de même de les respecter. Car un combat est un duel, une confrontation, un débat physique. Le choc de deux visions des choses, du monde, la collision de deux existences. Et Okabe respectait cela de tout son être, au point de s'avancer au plus proche de son adversaire afin de le jauger, de l'appréhender. Peut-être même de le comprendre. L'ancien Chevalier savait que cette ouverture du cœur, cet esprit avenant et franc, était peut être le dernier trésor de l'humanité. Mais c'est aussi cet esprit qui causa la perte de son bras lorsqu'il fonça sur un groupe de Super-Mutants sans remarquer le kamikaze parmi eux. Heureusement, Okabe était assez éloigné pour ne pas mourir sur le coup lors de l'explosion, mais la puissance du souffle nucléaire emporta tout de même son bras gauche et une partie de son armure.
Après cela, Okabe prit sa retraire (aussi parce que sa femme et sa fille le lui avait ordonnés), mais il garda tout de même quelque contacts auprès de son ancienne escouade ainsi qu'avec quelque amis scribes. Ces derniers lui avait remit un équipement de communication, pour lui et sa famille, ainsi Okabe pourrait toujours servir l'Ordre par la transmission d'information, mais à sa grande tristesse plus jamais ce dernier ne revint sur les champs de batailles.
Mais son savoir ne se perdit pas, et non content d'aider comme il pouvait ses confrères de l'Acier il entreprit également d'apprendre à Dawn le maniement des armes de corps à corps, bien que cette dernière soit encore trop jeune pour brandir une masse. L'épée convenait mieux à cette petite, qui savait se montrer agile et rapide munie d'une lame. Il l'instruisit également de quelque domaine scientifique et pratique, le montage et démontage d'arme par exemple, ou encore l'élaboration de plan et de tactique guerrière, qu'il lui enseigna via des jeux comme les échecs ou encore des reconstitutions physiques. De son côté, Arzhela, elle, enseignait à sa Lumière son savoir faire culinaire et par la même occasion ses compétences de survivante. Ayant été roublarde avant d'être mère de famille, elle en connaissait un rayon dans ce domaine. Dawn étant trop jeune pour manier les fusils, Arzhela se contenta de lui apprendre à tirer avec un revolver.
Sous la tutelle de ces deux talentueux survivants des Terres désolés, la petite Salicyl apprit vite à maîtriser les ficelles de la survie. Sous l'influence de son père et grâce à l'image du Chevalier en armure qu'il représentait, son goût des armes se penchait plutôt vers le corps à corps au grand dam de ses parents. « C'est trop dangereux !  Tu imagine si tu tombe sur plus fort que toi ?! Tu n'est qu'une enfant.», lui rappelait sa mère tout en incriminant Okabe, « Privilégie la distance avant le corps à corps, princesse.» lui soutenait son père afin d'appuyer les propos d'Arzhela. Mais la petite s'en fichait, elle rêvait d'aventure et de chevalerie, de dragon et de justice. La princesse, ça ne serait certainement pas elle !

Chapitre II
Anniversaires, phénix et grand mère


A l'aube de sa 10ème année en cette Terre, le 08 Août 2030, Dawn reçut d'Okabe une magnifique épée au blason de la Confrérie, à l'acier revisité et amélioré afin d'en affiner le tranchant et d'en diminuer le poids. Car oui, c'était une arme assez imposante mine de rien, on était bien loin de la lame qu'usaient les officiers chinois d'avant guerre ou encore les antiques épée de la guerre d'indépendance Américaines. Un pommeau classique relié de cuir afin d'en assurer la prise en mains, surplombé par une garde représentant un des engrenages du blason de la Confrérie, formaient la première partie de cette arme. La lame, quand à elle, imposante et à l'aspect lourd, était presque plus grande que la jeune fille et représentait deux épées lambda dans sa largeur. Ornementée de discrètes fioritures illustrant à la fois des ailes, des engrenages (représentatifs de la Confrérie) et en son centre une couronne, la lame en elle même était déjà une œuvre d'art au delà d'être une arme. Les deux partie de l'épée devenaient une fois assemblé une seule et même magnifique pièce, un véritable chef d’œuvre de ferronnerie. Mais pourtant, bien que l'acier de la lame eut été modifier pour la rendre plus légère, elle restait trop lourde pour les frêles mains de Dawn, qui ne la maniait que difficilement. Elle remercia néanmoins chaudement son père, ainsi que les quelque membres de la Confrérie présents, et les gratifia d'une bise affectueuse. « Elle est vraiment magnifique... Merci encore ! Je vais la nommer Migi en votre honneur à tous ! » s'exclama t-elle en regardant l'assemblée. Elle ne choisit pas ce nom par hasard ; en effet l'escouade Epsilon que composait les anciens compagnons d'Acier de son père était surnommé par ces derniers l'escouade « Migi », désignant la main droite en Japonais. Elle fut nommée ainsi plus par plaisanterie qu'autre chose, mais aussi afin d'illustrer le fait que l'escouade entière était presque composées que d'Asiatiques. La plaisanterie venait surtout du fait que, au sein de cette escouade, un certain Chevalier -retraité depuis- fonçait dans les ennemis et les prenaient à bras le corps, munit d'une masse ou d'un poing assisté, sans même se soucier des tirs alliés.
Arzhela regarda son compagnon d'un œil mauvais : une épée à leur fille ? Alors qu'ils avaient dit maintes et maintes fois que tout ceci était trop dangereux ? Cet imbécile ne prêtait vraiment aucune attention à ce qu'elle disait ! Okabe sentit le regard courroucé de son épouse peser sur lui, alors il s'empressa de se justifier « De toute façon, tu sais bien comment elle est ! Elle aurait continué sur cette voie. Je préfère qu'elle ait une vraie arme plutôt qu'un truc de merde qu'elle aurait trouvé on ne sait où ... ». Devant le peu d'assurance de ces propos, ses ex collègues ne purent réprimer un petit rire amusé, aussitôt réprimé lorsque Arzhela tourna la tête vers eux. Ils savaient mieux que quiconque qu'il ne fallait pas énerver cette femme.
« Et puis, une arme pour son anniversaire, tu est vraiment inconscient. Enfin, je ne vais rien dire là dessus, je ne suis pas mieux... Approche, petite Lumière. » dit elle, ses yeux, désormais rendus doux par la tendresse et l'amour, posés sur Dawn.
« Je ne suis pas un bon exemple non plus... Mais c'est une … tradition dans notre famille. Eh puis, comme le dit ton niais de père... » ce dernier ne put réprimé un « Hé ! » faussement indigné « … je préfère que tu ais du bon matériel. Tu as 10 ans et tu est grande, maintenant. Il faut que tu apprenne à te débrouiller toute seule, un jour viendra où nous ne seront plus là pour te protéger. Il faudrait que tu suive ta propre voie. »
Sans qu'elle ne sache exactement pourquoi, ces derniers mots nouèrent l'estomac de la petite Dawn. Elle ne se sentait pas prête à prendre son envol. Tout cela lui faisait peur.
Sa mauvaise impression fut remplacée par la surprise et la gêne lorsque sa mère aux cheveux roux lui tendit son revolver .44.

- Mais maman... C'est Rapace noir ! J'adorerais l'avoir, mais je ne peux p...
- Pas accepter ? Termina sa mère.
- … Pas le prendre...
- C'est dommage. Mais tu vas quand même le prendre, Dawn. Il est à toi maintenant, que ça te plaise ou non. C'est soit cela, soit je le jette , menaça t-elle.
- Non ! Non ! Je le prend, ne le jette pas ! S'écria Dawn, réellement paniquée à cette idée.

Rapace noir. Cette arme avait déjà sa réputation avant même d'appartenir à la pistolero qu'est Arzhela Salicyl. On dit (à voix basse et en regardant par dessus son épaule, de peur que sa détentrice soit dans le coin) que son talent et sa maîtrise de la gâchette viendraient exclusivement de cette arme mythique.
Ayant appartenu à Shin Malfur, la défunte mère d'Arzhela entourée de mythes et de légendes, le revolver en question aurait vécut un grand nombre d'aventures et de bains de sang. En effet, si la famille Salicyl avait désormais une vie bien rangée et paisible, ce ne fût pas le cas de la grand mère. Raider confirmée et maîtresse dans le domaine du pillage, elle avait fait des ravages en son temps, donnant du fil à retordre à la RNC au nouveau Mexique avec sa petite bande de malfrats. C'est à elle qu'on doit des tueries mémorables dans les années 2190, alors que la République de Nouvelle Californie émergeait à peine et envoyait des troupes dans les Etats proches dans une optique d'annexion. C'est d'ailleurs à ces troupes que Shin et ses pillards s'en sont prit, nettoyant tout un avant poste de soldats la nuit du 27 Octobre 2192. Ce sont principalement de ses actions que découlèrent les différentes retraites stratégiques de la RNC. Elle se plaisait à dire que, tant qu'elle existerait, rien ni personne ne lui prendrait cette partie du Nouveau Mexique. Ce qui est plus ou moins vrai, car pendant presque 40 années, même après la mort de Malphur, la RNC ne fit pas main basse sur cet Etat.
Son règne de terreur prit fin lorsqu'en 2203 la République décida de faire cesser ses activités définitivement, par l'envoi d'une escouade de Ranger confirmés. Leurs ordres étaient simples : démanteler le réseau Malphur et capturer Shin vivante. Sentant la mort approcher, elle donna son revolver à sa fille (dont elle se fichait royalement jusqu'à présent) en lui susurrant à l'oreille « Quand tu sera grande, tu tuera un maximum de ces immondices. Pour moi tu fera cela, n'est-ce pas, petite amaryllis ?».  Arzhela venait de fêter son dixième anniversaire.
Bien sur, elle ne tint jamais cette promesse considérant, et sans doute à juste titre, sa mère comme la pire des ordures possible. On raconte qu'avant d'être pendue, la légendaire raider aux cheveux flamboyants aurait proclamé « Un jour, je reviendrais emplie de haine et de douleur. Oui, un jour je renaîtrait, et le rouge deviendra votre couleur. Car je vous tuerais TOUS JUSQU'AU DERNIER ! Et j'éparpillerais vos cadavre DANS LE MONDE ENTIER ! ». Elle tomba à ce moment, raccordé à la potence, convulsant. Les plus vieux de la RNC affirment qu'ils l'entendait encore rire alors qu'elle gigotait au bout de la corde, si bien que le bourreau termina sa besogne en lui tirant dans la tête avec sa propre arme à feu, Rapace noir.
Shin Malphur décéda le 15 Août de l'année 2203.
Il est clair que par la suite, la fille de la légendaire raider s'enfuit et fit sa vie au Texas, où elle enchaîna les petits boulots de mercenaire en mettant un point d'honneur sur l'altruisme et la bonté. Elle ne voulait pas que la famille aux cheveux de feu ne laisse qu'une marque rouge dans l'Histoire des Terre désolés. L'arme au passé de sang et de justice passe désormais à la génération suivante.
Rapace noir, en plus d'être une arme très efficace, était également une magnifique pièce. C'était un revolver à 6 coups de style magnum, arborant un long canon chromé sur lequel figuraient gravés des représentations de plumes de Pygargue. Sous le canon, une lumière tactique agissait à la fois comme lampe mais également comme pointeur laser. Sa crosse, quand à elle, était entourée de deux lanières de cuir et terminée par une griffe de métal, rappelant les serres de ces magnifiques prédateurs dont l'arme était inspirée. Le long de la crosse, entre les lanières de cuir noir, courait une phrase gravé à même la matière : « La chance d'avoir du talent ne suffit pas, il faut encore avoir le talent d'avoir de la chance. Jacques Chardonne. »
Lorsque Dawn demanda à sa mère ce que ça voulait dire, cette dernière lui répondit qu'elle comprendrait cela quand elle sera plus grande. Dawn fit la tête en entendant une réponse aussi décevante, et tout le monde se mit à rire face à cette mignonne petite bouille.
Mais tout ce miel qu'était leur vie s’apprêtait forcément à basculer dans les méandres de la désolation, de la haine et du désespoir propre à ce monde de conflits et de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Lun 24 Oct - 23:47
HISTOIRE
Chapitre III
Songes au clair de Lune

Peu de temps après cette journée, Arzhela fut contacter par un vieil ami mercenaire. Un problème d'importance venait de survenir dans une ville voisine, Carbon. Sans tarder, et parce que la situation l'exigeait, elle partit sur le champ en direction de la ville, laissant son mari et sa fille seuls pour garder la maison. Plusieurs jours passèrent, et la petite Dawn, très attachée à son père comme à sa mère, se faisait un sang d'encre pour cette dernière. Okabe lui, n'y fit pas trop attention. Il avait confiance en sa femme qui était une des meilleure, sinon la meilleure, gâchette de la région. Mais la fille aux cheveux d'or ne pouvait pas rester les bras ballants, et lors d'une nuit de demi Lune, elle sortit de sa chambre sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller son père, prit Rapace noir avec elle, quelque provisions au cas où, et partit de la maison. Elle ne prit pas Migi, trop encombrante et lourde pour un tel voyage.
Elle savait que sa mère se dirigeait vers le Nord, vers la ville de Carbon. Elle ne savait pas exactement où c'était mais en avait une petite idée, aussi elle se dirigea vers le Nord Ouest. La chance lui sourit tout le long du voyage, car pas une bestiole ne se montra. Le désert Texan était plutôt réputé pour ses créatures diurnes. Après quelques heures de marche (c'est l'impression qu'eut Dawn, en tout cas), elle commençait à se dire que ce n'était peut-être pas une si bonne idée que ça. En plus, sa mère savait se débrouiller. Elle était la meilleure tireuse du monde entier après tout ! Mais même en se rassurant de la sorte, une boule continuait de nouer l'estomac de la petite Lumière.
Plus elle marchait, et plus elle se sentait perdue. Qu'est-ce qu'une petite fille de 10 ans pouvait faire, de toute façon ? Alors qu'elle perdait espoir et commençait à pleurer, une toute petite silhouette bougea au coin de son regard. Elle se détourna vivement, et vit une petite forme au loin. Comme un petit animal la scrutant dans l'obscurité. Elle tenta de l'éclairer à l'aide de la lampe du Rapace, mais la petite bête restait hors de porté du faisceau lumineux. Comme si elle en avait peur. Cette forme rappela à Dawn le petit Chat qu'elle eut lorsqu'elle était petite. Un cadeau de son père. Ils l'avaient nommé Jack, car un jour ils le surprirent à croquer dans une pomme, du coup Dawn le surnommait « AppleJack ». Ca faisait beaucoup rire son père. Il faut dire qu'Okabe était bon public.
Elle décida de suivre cette créature qui semblait l'appeler du regard. Elle n'avait aucun autre espoir de retrouver son chemin, de toute façon. Elle était perdue depuis longtemps maintenant. Aussi se raccrocha t-elle à cet ami de la Lune, ce fantôme de la nuit, qui daignait ce soir lui montrer le chemin. Tout le long du trajet la petite forme se tenait à une distance respectable de Dawn et de sa lumière, bien que cette dernière sprintait de temps à autre tentant en vain de rattraper la bête. Ils arrivèrent finalement à un énorme pont, surplombant un incroyable précipice. Au bout de ce pont semblait se dessiner une ville. Dawn bondit de joie, enfin elle avait trouvé sa destination ! Elle aurait adoré remercier la petite Chose qui l'avait guidé jusqu'ici, mais elle ne la vit nulle part. Elle s'était volatilisé dans les limbes. Après avoir parcourut tout le pont elle arriva à l'entrée de la ville. Là, une voix de rocaille l'accueillit « Qu'est-ce que c'est que ça ? Une petite fille ? Qu'est-ce que tu fiche ici, peau lisse ?! ».
La petite Lumière se décala rapidement, et aperçut ce qui l'avait interpellée : c'était un zombie ! Un zombie avec un capuchon et un fusil d'assaut pointé sur elle ! Elle ne demanda pas son reste, elle courut prendre le chemin inverse pour fuir cette vision d'horreur sans même penser à se servir de son arme, mais elle trébucha et rata le pont. Dégringolant et roulant sur une longue pente, elle atterrit finalement dans la poussière et le sable. Regardant par dessus son épaule, elle vit le monstre descendre à sa poursuite en beuglant. Elle ramassa Rapace noir qui avait glissé un peu plus loin et s'enfonça dans les ténèbres sous la ville. De ce qu'elle vit, il semblait qu'une autre ville se trouvait sous la première. Mais celle ci semblait hostile et sans aucune forme de vie. Elle recommença à courir alors que le zombie continuait de la poursuivre. Il était maintenant en bas de la pente.
Elle se retrouva rapidement devant un grand bâtiment à l'allure morbide. On avait l'impression qu'il eut été détruit par une quelconque explosion de grande puissance. Dawn se stoppa. Jamais de la vie elle ne rentrerait là dedans. Il y faisait noir comme dans un four, le bâtiment était lugubre et l'atmosphère qui y régnait était incroyablement pesante. Elle aperçut la petite forme l'ayant guidée plus tôt, attendant patiemment devant l'entrée entrouverte du bâtiment. Elle semblait se lécher la patte pour ensuite la frotter contre sa tête, comme le font les Chats. Après quelque minutes, cette dernière entra dans le bâtiment en lançant un petit regard par dessus son épaule avant de disparaître dans l'ombre.
« Tu rêve si tu crois que je vais te suivre ! » s'exclama la petite fille en se retournant.
Elle vit alors de nouveau l'étendu de ruine qu'elle venait de traverser et elle fut gagné à nouveau du désespoir et de la solitude. De plus, elle aperçut la silhouette du zombie qui la suivait toujours. Elle ne réfléchit pas deux fois, et s'enfonça dans le bâtiment. L'oreille collée à la porte, elle écoutait au loin les pas du zombie qui s'approchait. Elle s'enfonça plus profond encore dans les ténèbres du bâtiment, éclairant de ci de là des tables/chaises, une sorte de réfectoire, une cuisine et quelque inscriptions aux murs : « Vault Tech ». Tout l'intérieur du bâtiment semblait détruit, comme si une grande bataille avait eu lieu ici il y a longtemps. Une nouvelle fois elle avait perdu la Chose noire de vue, se mêlant sans doute aux ténèbres du bâtiment. Elle traversa les différentes pièces sans même prendre le temps de regarder ce qu'il y avait dedans, et arriva finalement en trombe dans une salle plus détruite encore que les autres.
La jeune fille se stoppa net. Elle sentit une vague inhumaine ici, un relent de haine et de colère sourde, un flot explosif de ressentiments et d'horreur. Elle tremblait comme une feuille. La seule atmosphère de cette salle était bien plus effrayante que le zombie au fusil d'assaut. Elle était bien plus effrayante que tout ce que Dawn avait vu de toute sa vie !
Elle fit volte face pour sortir, et du coin de l'oeil elle vit quelque chose de lumineux. Retournant la tête, elle hurlant de toute ses forces de petite fille : un monstre, grossier et immonde, d'apparence humaine mais avec plus rien d'Humain, se trouva là, en face, dans une cuve de liquide jaune-vert. Une voix cria « TIRE, cancrelat! TIRE ou tu mourra ! » au fond de sa tête, au dessus de ses hurlements, au dessus de tout en réalité. Sans attendre, elle obéie à la voix, les yeux en pleurs, hurlante de peur. Trois coups partir de Rapace noir et se logèrent dans le ventre du monstre inerte tandis qu'elle souilla son pantalon. Du liquide vert s'échappa des trous laissé par les balles et vint éclabousser le visage déjà mouillé de larmes de Dawn. Elle recula instinctivement, mais se heurta à quelque chose. « Ah, je te retrouve enfin ! » s'exclama la voix rocailleuse.
Tournant la tête, Dawn vit le mort vivant la fixer méchamment. C'était fini. Tout était fini. Elle allait mourir ici, dévorée par un zombie en face d'un monstre vert, dans un laboratoire lugubre. Son frêle corps ne put en supporter autant et, sous l’afflux de ses émotions, elle s’évanouit.

Chapitre IV
Le Foyer et le Monstre


Lorsqu'elle émergea, elle se trouvait sur son lit dans sa chambre, accompagné de Jangle le singe lunaire. Quel horrible cauchemar elle avait fait... Peuplé de forme sans visage, de mort marchant, de monstre pustuleux... « Papa avec ses histoires, aussi ! ».
Elle descendit dans le salon, mais l'odeur du petit déjeuné ne vint pas l’accueillir cette fois ci. A la place, la vision de son père en armure assisté patientant dans le salon. Il regardait par la fenêtre, pensif, la lumière aurorale soulignant la majesté et les courbes métalliques de son armure.

- P... Papa ? Osa t-elle.
- Non. Lui répondit l'homme, sans détourner son regard de la vitre.
- Qu...Qui êtes vous ?!

Le Chevalier se retourna lentement, et ôta son casque avant de parler à la jeune fille. C'était un grand Noir aux cheveux frisés et au bouc apparent.

- Je suis le Chevalier Harris, escouade Delta. J'étais en permission hier soir à Los. Je rendais visite à de vieux amis lorsqu'on t'y a retrouvé. Dans les restes de l'abri, je veux dire.

Dawn ne comprenait pas. Los ? L'abri ? Alors elle n'avait pas rêvé hier et s'était retrouvé dans une ville inconnu dans un... abri ?

- Je... Je ne comprend pas, monsieur... Balbutia t-elle.
- Chevalier, pas monsieur. Je sais que ton père est un ancien membre, mais ce n'est pas une raison de négliger les grades, rappela l'homme de la Confrérie. Bref, il se trouve que je savais qui tu était, je me suis donc proposé de te ramener chez toi. Mais quand je suis arrivé, il n'y avait personne. J'imagine que...
- Ma mère ! Mon père ! Ou sont ils ? Pourquoi il ne sont pas ici ?

La petite commençait à pleurer. Harris ne sut pas trop quoi faire, il n'avait jamais eut l'habitude des enfants. Ils lui tapaient sur le système. Mais compte tenue de la... situation... de la jeune fille, il réprima son revers de main. En la regardant pleurer ainsi, il se demanda s'il était bon de lui annoncer la nouvelle tout de suite. Elle avait l'air confuse et perdue, en rajouter n'aurait pas été approprié. Eh puis, vue la rapide propagation, elle allait s'en rendre compte très rapidement.
Il s’agenouilla afin de se mettre au niveau de la gamine, mais même ainsi il la dépassait aisément. Il posa une main amicale sur son épaule.

- Ecoute. Tes parents ont dût partir te chercher hier soir, c'est pourquoi ils ne sont pas ici. Ne t'en fait pas, l'information va remonter, rassura t-il. Par ailleurs, si tu avait apporté ceci avec toi, le problème aurait déjà été résolut, annonça le Chevalier en pointant le talkie walkie sur la table.

Dawn jeta un regard à la table. Son talkie... Elle l'avait oublié dans son soucis de discrétion de la veille. Quelle idiote, l'homme avait raison ! Si elle l'avait prit avec elle, rien de tout ça ne serait arrivé. Elle remarqua qu'il manquait aussi celui de son père.

- Et le zombie ? Et le monstre vert ? C'était vrai ? Questionna t-elle, apeurée.
- Le zombie ? Le Chevalier éclata de rire, tu dois parler de Bibitos ! Ce n'était pas un zombie, mais une Goule. Ne t'en fais pas, c'est un très gentil zombie celui là. Pour ce qui est du monstre, tu n'aurais pas dû te trouver là où tu l'a vus. Tu n'aurais jamais dû. Oublie ce que tu a vus dans ce bâtiment, ordonna l'homme d'acier vêtu.

Une Goule, oui... Dawn se souvint des histoire de ses parents sur ces créatures. Certaines sont sauvages et attaquent les Humains, les autres ne sont pas agressives. Ce serait des gens qui auraient prit trop de radiation, si les souvenirs de la petite Lumière était justes.

- Je vais les revoir quand, mes parents ? Dit elle en réprimant un sanglot.
- Hmpf j'en sais rien moi ! Ce que c'est chiant les gosses, s'énerva l'homme. Ils vont revenir, tes parents, t'en fais pas. Bon moi j'y vais, rétorqua t-il en enfilant son casque.
- Non ! Ne me laissez pas toute seule, s'il vous plais, supplia Dawn.
- J'ai pas que ça à faire, gamine. Je suis un Chevalier de la Confrérie de l'Acier, j'ai des devoirs envers ma fratrie. J'estime déjà avoir été bien gentil de te ramener jusqu'ici. Arrête de pleurer, ils vont revenir tes parents. Au pire, contacte les avec le talkie, dit il en s'évadant dans le couloir menant à la porte.

Dawn resta un moment là, à regarder l'encornure de ce couloir. Elle sécha ses larmes et se saisit du talkie. Elle chercha la fréquence 0.62 qu'elle et ses parents utilisaient, mais elle n'eut que le silence pour toute réponses. Elle resta de longues minutes à scruter l'appareil, les yeux dans le vague. Parfois son regard se portait vers la fenêtre, cherchant à capter un quelconque signe. Rien.
« A regarder à ce point ton outil, tu vas mal finir. Ce n'est pas comme ça que tes parents vont revenir. », chantonna une petite voix.
La petite Lumière sursauta et regarda autour d'elle, affolée. Qui venait de parler ? Elle était sûr d'être toute seule pourtant ! Elle se retourna et sursauta de nouveau ; un Chat vert fluo se tenait sur la table, à côté du talkie, en se frottant la patte sur la tête. La gamine l'attrapa par la peau du cou.

- Toi ! C'est ta faute tout ça ! C'est à cause de toi si j'me suis perdue, hurla la fillette, tout en secouant le Chat de droite à gauche.
- Attend, attend ! Cria le Chat en retour, Je ne vois pas de quoi tu parle ! Arrête, ou tu va vite finir sale, termina t-il en réprimant un relent.

Dawn cessa de secouer l'animal. C'est vrai qu'il semblait différent de la forme noire qui l'avait conduite dans ce bâtiment abandonné. Ce dernier, qui faillit vomir sous les secouements, resta un moment dubitatif. Puis, la petite Lumière se rendit compte d'une chose, et elle regarda la bête comme si c'était un extra-terrestre.

- Pourquoi tu parle ? Pourquoi tu brille ? D'ou tu viens, sale matou ?!
- Eh bien, je ne me souviens que d'une chose – miah, je vais avoir une ecchymose, coupa t-il en se frotta la nuque – c'est « Elle n'a fait que le toucher, c'est dommage. Ceci risque sans doute de freiner le ravage ».

Le matou parlait de façon étrange. On aurait dit qu'il parlait en vers. Pourquoi faisait il ça ? Et de quel ravage parlait il ? Dawn lui posa la question. Ce dernier lui répondu qu'il n'en savait rien, que son seul souvenir était cette phrase, avant de « naître » ici, devant elle. Lui aussi semblait perdu et confus, comme l'enfant à qui il parlait. D'un certain sens, les deux entités se comprenaient. L'animal lui révéla son nom « Igniculus », foyer en Latin. « Mais tu peux me nommer Igni ou le Chat. Les noms n'ont pas d'importance pour moi. » ajouta ce dernier. Dawn trouva bizarre qu'il ait un nom alors qu'il se fichait des noms. Qui le lui avait donné ? La fillette était décidément intriguée par cet animal. Pourquoi était il ici ? Allait il être un gardien, un sauveur ? Ou plutôt un démon, un destructeur ? Du haut de ses 10 ans elle n'aurait pus le dire, mais il semblait qu'elle et lui allait désormais partager leur existences. Impression qui était confirmé par ses dires, car selon la bestiole seule Dawn pouvait le voir et le toucher. Devenait elle folle ?

- Tu es quoi en fait, une sorte de monstre ? Questionna en toute innocente la jeune fille.
- Moi, un monstre, ce n'est pas très gentil ! Tu devrais te regarder avant de parler, malpolie !

Le cœur de la petite Lumière se serra. De quoi parlait cette bête ? Elle fonça dans la salle de bain et manqua l’évanouissement en voyant son reflet dans le miroir. Sa peau de lait était en train de craqueler et de virer au marron, comme si elle... pourrissait. Ses tâches de rousseurs disparaissaient à mesure que l'épiderme se détériorait. Ses cheveux d'or avaient viré à un vert très foncé, hideux. Et ses yeux, ses yeux ! Il perdait petit à petit cette couleur bleue chatoyant qui lui tenait tant à cœur.
Devant la monstruosité qu'elle devenait, elle ne put s'empêcher de vomir dans les toilettes.

- Ah, désolé, tu ne savais pas ? Je te promet que ce n'est pas moi.
- Mais qu'est-ce que je deviens ? Je vais me transformer en zombie !!
- Je crois que Goule est le terme précis.
- LA FERME ! Aboya la jeune fille.

C'était la première fois qu'elle était aussi violente dans ses propos. Son corps changeait, et d'une certaine manière, elle avait l'impression qu'elle aussi, elle changeait.
Soudain, le talkie se mit à émettre des bruits étranges. Dawn se précipita sur l'appareil. C'était son père, il semblait complètement retourné.

- Papa ?! Papa, c'est Dawn !
- … Bzzrtt Dawn ? Enfin tu … bzzz... écoute, ta mère… brrzzt... un monstre vient de la... bvvrrr... ne sort pas de... prrr.. compris ?! N'ouvre à … brzzzz...
- Papa ? J't'entend mal, papa !
- Reste à la maison !...

La communication coupa. Dawn avait distinctement entendu des coups de feux derrière la voix de son père, des tirs lasers, ainsi que les hurlements d'autre hommes. Il se passait quelque chose d'horrible. Elle obéit et courut vers la porte pour la fermer à clef, et revint illico vers le talkie en cherchant à contacter son père, mais rien. Igniculus ne comprenait pas vraiment toute cette animation autour de cet appareil, et de l'homme au bout surtout. Il n'y avait ici rien d'important, vraiment.

- Qu'est-ce qu'il se passe... ? Pourquoi tout part de travers ? Se lamenta la gamine.
- Hey, Dawn, tout n'est pas noir et triste. Tu m'a toujours moi sur la liste !

L'enfant éclata en sanglot en regardant l'animal. Il voulait la réconforter, c'est sur, mais il s'y prenait comme un Chien. Il n'avait pas l'air de... comprendre les sentiments humains.
Les deux compères patientèrent ensemble quelque heures, dans le silence et les hoquets de Dawn. Ce fut l'attente la plus longue de toute sa vie. Plus long que l'attente de la tourte de sa mère sortant du four, bien plus long que l'attente de son dixième anniversaire, infiniment plus long que toute ses attentes précédentes. Elle sentait ici que sa vie allait prendre un tournant décisif. Tout se bousculait dans sa petite tête. Igniculus, qui était il ? Que venait il faire ici, avec elle ? Sa transformation, y avait il un remède ? Cela allait il empirer ? Qu'en était il de sa mère et de son père ? Papa avait parlé d'un monstre... serait il en danger ? « Oui, bien sur, papa se faisait tirer dessus ! Et maman, qu'est-ce... Serait elle... morte... ? »
Elle entendit des bruits de pas venant de la porte d'entrée. Son père ? Sa mère ? Le monstre ?!? « Ca risque de bouger, maintenant, prévint Igniculus, tu devrait te préparer mentalement. »
Elle fonça récupérer son Rapace noir, et plaça son épée Migi juste à ses côtés, au cas ou. Igniculus la regarda faire. Il avait l'air surprit, mais surtout très nerveux tout d'un coup.

- Attend, tu compte vraiment répliquer ? Tu ne vois pas comme c'est risqué?! S'enquit il.
- Je m'en fiche ! Je ne ressent que de la colère maintenant. De la haine contre ce sale monstre qui a prit ma mère !

Elle pointa le canon de son arme en direction du couloir d'entrée. De la cuisine, on ne voyait pas la porte, seulement le début du hall. Mais Dawn n'osait pas approcher d'avantage. Les bruit de pas s'arrêtèrent. « Il s'est immobilisé. La porte doit le bloquer », annonça le Chat. La petite Lumière tremblait comme une feuille.
A sa grande surprise, elle entendit la serrure clipser. On ouvrait la porte. « Il a la clef... ? ».
Dans la tête de Dawn, ça ne signifiait qu'une seule chose ; le retour de ses parents !
La porte s'ouvrit lentement, et les pas se firent entendre dans le hall d'entré. Une fine ombre se dessina sur le sol, petit à petit. Au fur et à mesure que l'individu avançait, son ombre grandissait jusqu'à toucher celle que projetait Dawn. Cette ombre finit par grimper sur le mur en face de la porte d'entrée, et la petite Lumière en devina plus ou moins la forme. Une main s'accrocha au coin du hall d'entrée, des doigts fins et longs, ornementé d'une bague en or. La fillette baissa son arme, tandis qu'Igniculus regardait attentivement la scène en position assise, comme s'il se préparait à bondir. Les deux âmes pouvait sentir les pulsations de leurs cœurs respectif, ce qui les surprirent tout les deux. Mais ils ne s'en soucièrent pas plus que cela sur le moment.
La main laissa apparaître un avant bras gauche, où l'on pouvait distinctement situer une morsure de Gecko cicatrisée depuis longtemps. Enfin, une tête rousse émergea du hall en considérant la pièce où se trouvait Dawn. Elle semblait chercher quelque chose. Le regard d'Arzhela Salicyl semblait... vide.

- Maman !!... - pas de réponse- Maman... ?
- Cet homme n'est pas revenu ? Lui répondit Arzhela sur un ton monocorde.
- Maman...

Igniculus bondit d'un coup aux côtés de la petite fille :

- Dawn, tu te trompe, cette femme... ! Commença Igni.
- Bon retour ! Coupa la fillette. Tiens, c'est bizarre... Maman ?

L'oeil gauche de la femme rousse se mit à bouger de haut en bas, comme pour se ré-ajuster, tandis qu'elle parlait ;

- Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi devient elle une Goule ?
- Il a prit le visage de ta mère, réagit, cet être n'est fait que de polymère ! S'exclama Igni.
- Ah, tu parle de ma peau ? Oui je sais, j'allais t'en parler. C'est bizarre mais... Je peux tout t'expliquer, balbutia Dawn.
- Dawn, elle n'est pas...
- LA FERME !

La femme rousse ne prêtait aucune attention à la petite Lumière, pas plus qu'à son monologue. On avait l'impression qu'elle était face à quelque chose d'insignifiant... quelque chose de pitoyable... comme un Insecte.

- Alors cet homme à dû mourir ? Non, je dois y retourner et vérifier encore une fois, continua t-elle.

Arzhela esquissa un mouvement de tête vers la porte d'entrée, comme pour accompagner ses paroles. Igniculus, lui, n'y tenait plus. La peur le dévorait de l'intérieur. Si Dawn venait à mourir ici, lui... Lui aussi, il disparaîtrait. La petite Lumière elle, commençait à perdre espoir. Elle ne comprenait plus. Elle ne voulait pas comprendre. Elle en était incapable.

- S'il te plais, maman ! Je te dirais tout ce que tu veux, je serais la plus sage des petites filles, alors je t'en prie, arrête cette plaisanterie ! Cria t-elle.
- Dawn, ouvre les yeux. Ta mère n'est plus -
- TA GUEULE ! TA GUEULE ! Le monstre ici c'est TOI !!
- Dawn... !
- Si tu continue de parler, je te tire dessus !

Elle redirigea son revolver vers le petit Chat irradiant. Des larmes lui coulaient des yeux, et elle tremblait tellement que son auriculaire ripa contre la lame de Rapace noir, laissant couler quelque gouttes de sang.

« Maman... Maman, tu te souviens n'est-ce pas ? De cette cicatrice sur ton bras... la voir me fais me sentir coupable à chaque fois... et me donne envie de m'excuser... »

Arzhela regarda la petite Goule sans sourciller. Au fond de ses yeux, une faible lueur rouge s'alluma, suivit de quelque bruits étrange, mélange organique et mécanique. Elle se saisit le plus naturellement du monde du pistolet qui pendait à sa ceinture. Elle le pointa vers Dawn.
« DAAAWN !! » s'écria Igniculus.
Un rayon d'énergie bleue transperça la poitrine de la fillette.

Chapitre V
Transcendance verte


« Ma...man... » articula Dawn en regardant l'individu en face d'elle. Le monstre en face d'elle.
La lumière rouge au fond des yeux d'Arzhela s'estompa au même moment que Rapace noir tomba au sol. La petite Lumière ferma les yeux. Elle tomba à genoux puis au sol à son tour entourée par une flaque de sang qui s'agrandissait rapidement. La femme rousse, elle, rangea son arme.

- J'ai transpercé le cœur. La Goule est morte sur le champ. Je vais la laisser ici et retrouver cet homme, dit elle en se dirigeant vers la porte.

On entendait ses pas s'éloigner du cadavre d'une façon étrange, à la fois machinale et naturelle. Alors qu'elle sortit de la maison et ferma la porte, Igniculus se tourna vers le corps de Dawn.
« Vite, il ne faut surtout pas que je perde de temps. Un coup direct dans le cœur, administré sans ménagement. Cela ne peut pas se soigner en quelque minutes. ».
Il grimpa sur le dos de la gamine et contemplât la plaie. « Si je ne fait rien pour que son cœur soit soigné, le cerveau de Dawn subira des dommages impossibles à réparer. Ce qui donc signifie... », il accompagna ces mots avec ses actes et se changea en une boule de lumière luminescente. « … que je dois fusionner avec son cœur pour lui donner vie. ». Il plongea dans la plaie béante. « Ce que je m'apprête à faire est extrêmement compliqué, mais c'est le seul moyen pour elle comme pour moi de continuer. ». Il ne faisait pas cette opération de gaieté de cœur. Il avait l'impression, au fond de lui, que cela allait leur porter préjudice à lui et à la fille.
« Je n'ai pas le choix, même si ça risque de ralentir ma croissance. C'est dommage... je vais perdre en puissance. »
La lumière verte d'Igni, teinté par une lueur rougeâtre, filtrait par le trou dans le dos de Dawn. Elle donnait une allure inquiétante et fascinante à la pièce.
Tout en reformant les cellules mortes et en solidifiant les tissus organiques abîmés, Igniculus commença à reformer le cœur de la fillette qui avait sauté comme un fruit trop mûr.  L'opération était incroyablement délicate ; s'il se pressait et allait trop vite il risquait de laisser des tissus trop faibles pour résister aux pulsations cardiaques. Mais s'il reconstituait l'organe trop lentement, Dawn souffrirait alors de dommage cérébraux et mentaux irréversibles, pouvant même mener à la disparition complète du petit Chat, voir même la mort pure et simple de Dawn. De plus, ce n'était pas une simple balle qui avait transpercé la poitrine de la fillette, mais un rayon de pure énergie, détruisant et brûlant tout sur un large diamètre. Il fallait donc qu'il expulse également les parties carbonisées et donc insoignables du corps de la Goule. Même s'il réussissait parfaitement l'opération et la reconstruction cardiaque, tout reposait essentiellement sur Dawn. Allait elle être capable de continuer ?
Cela faisait déjà de longues secondes que la boule de lumière verte s'était engouffré dans la plaie sanguinolente. Le saignement avait déjà réduit son écoulement, mais le silence dans la pièce était pesant. Finalement, les premières pulsations cardiaques se firent entendre, et le corps de Dawn se soulevait à chacune d'entre elles.
« Bien. Je pense pouvoir réussir. J'espère qu'elle ne me fera pas languir... » Il semblait qu'Igniculus avait réussi l'opération, mais encore fallait-il que Dawn réponde à son appel. Les battements continuèrent, rythmant le combat de ces deux âme contre la mort. Plusieurs minutes passèrent, et Igniculus sentit sa conscience s'estomper à son tour, petit à petit. Il sentait la puissance du cœur faiblir en même temps que sa force. Il n'allait pas tenir éternellement. Un étrange sentiment de solitude l'envahit soudain. Il ne comprenait pas. Qu'est-ce que cela signifiait ? Il n'avait jamais rien ressentit dans sa courte vie, et même lorsque Dawn venait de mourir il ne l'avait pas éprouvé. Etait-il... Etait-ce... La Mort ?
Ce sentiment morbide fut aussitôt balayé. Des gémissements et la toux sèche de la gamine redonnèrent des forces à Igniculus. Elle était revenue ! La première partie de l'opération était un succès. Il restait toujours des risques, mais le cas critique de la situation n'existait plus. Il fallait maintenant qu'Igni' continue les soins de manière prolongés et continues. Il ne pouvait pas espérer une récupération rapide. Le repos de la petite Lumière et la persévérance de la lueur verte était la clef du succès de l'opération.

On toquait à la porte « Euh, excusez moi, il y a quelqu'un ? ».

Dawn émergea péniblement de son sommeil. Alors que sa vue se faisait lentement à la lumière du jour, elle se leva avec difficulté. Elle était complètement engourdie par son long repos, et éprouvait une grande douleur à la poitrine. Elle vit la marque de sang séchée sur le sol, et prit peur. Elle se dirigea vers la salle de bain. Sans même remarquer ce en quoi elle s'était changée, elle fixait le trou auréolé de sang qu'arborait sa robe à travers le miroir. Elle la retira et regarda la cicatrice sur son torse. « On ne dirait pas que c'est recousu... Plutôt que ça s'est résorbé. Est-ce... Igni qui m'a soignée ? ». D'un seul coup, elle repensa à l'image de sa mère la regardant de ses yeux rouges comme si elle n'était rien. Elle revit le pistolet tendu vers elle. Elle s'agenouilla en s'accrochant au lavabo « Alors... Ce... n'était pas... un rêve ».
On frappa une nouvelle fois à la porte, ce qui sortit Dawn de ses lamentations. Elle alla ouvrir et découvrit une Scribe de la Confrérie. Au vue de sa tenue, elle était de l'ordre scientifique. La femme ne put retenir sa surprise et son dégoût en voyant la fillette. Elle posa même la main sur son arme à énergie. Elle se présenta comme Neirah du corps médical de la Confrérie. La Scribe annonça à Dawn ce qu'elle redoutait d'entendre : son père avait survécut à l'attaque qui eut lieu la semaine dernière, mais il décéda suite à ses blessures au centre médical. Neirah confirma également que le corps de sa mère restait introuvable. Elle lui apprit quels ennemis se terraient sous cette attaque : les « Synthétiques », des robots ressemblants aux Hommes et créer de toute pièce par ces derniers. La petite Lumière l'écouta sans un mot, en hochant simplement la tête. A la fin de la conversation, Neirah lui proposa -un peu à contre cœur, vus l'état de la gamine- d'être recueillit par la Confrérie, était donné que son père était un ancien Chevalier. Dawn l'envoya balader. Qu'avait fait la Confrérie pour sa famille ? Absolument rien. Les chevaliers de ses rêves n'étaient que des incapables. Elle claqua la porte, et retourna dans la salle de bain. C'est à ce moment qu'elle se rendit pleinement compte de sa situation. Une incroyable tristesse l'envahit soudain, et, étrangement, une douleur surpuissante venant de son cœur la foudroya. Elle ne pouvait plus pleurer, elle n'y arrivait plus. Ses yeux se refusaient à verser la moindre larme, comme s'ils s'étaient asséchés. A la place, cette horrible sensation lui déchirait le torse. « Hgg... J'ai l'impression que mon cœur... se fend... » émit elle à court de souffle. C'était insupportable, et elle croyait qu'elle allait mourir.
« Qu'est-ce que tu fais, imbécile ? Respire tranquillement, soit docile. »émergea la voix d'Igniculus. Dawn avait l'impression qu'elle venait de sa tête. Elle mit sa main droite sur son cœur et commença à respirer laborieusement. « Mais calme toi, je te dis. Tu va gâcher tout ce que j'ai entreprit. ».
Dawn reprit une respiration de plus en plus normal. La douleur s'estompa, la peine aussi. Elle n'avait pas versé une seule larme. Lorsqu'elle leva la tête, elle vit une boule de lumière verte virevolter devant elle. On pouvait difficilement y distinguer des yeux.

- Igniculus ? Tu a changé...
- Oui, j'ai un peu perdu ma tignasse. Je ne suis pas le seul, regarde cette glace, dit il en émettant un petit rayon vers le miroir.

La fillette ne l'avait même pas vus. En effet, elle avait changé. Elle semblait encore plus pourrie qu'avant. De plus, ses yeux, ses cheveux et même légèrement sa peau irradiait d'une lueur verte fluo.

- Tu est montée au niveau supérieur. C'était soit cela, soit tu meurt !
- Hm, je m'en moque maintenant. Je pense même que c'est mieux ainsi. C'est ce qu'il me fallait, répondit elle, presque sereine.
- Pardon ?
- J'ai toujours voulu devenir Chevalier comme mon père. Combattre le mal et défendre la justice. Mais je me rend compte maintenant que ce n'est pas un chevalier que je dois devenir.

« Oui, pensa t-elle, les chevaliers sont des bons à rien. Pour accomplir mon objectif, je doit devenir un monstre. Seuls les monstres restent en vie et gagnent. ». Son père... avait dû voir sa mère se faire tuer. Il avait du voir ce « Synthétique » se glisser dans son corps et en prendre la peau. Elle toucha le miroir en face d'elle, et, brutalement, l'image d'une Arzhela aux yeux rouges, le flingue à la main, lui revint à l'esprit. La colère et la haine de Dawn se démultiplièrent d'un coup, et une vague d’énergie verte se dégagea dans toute les directions, brisant la vitre en mille morceau.
« Je vais... la TUER !! »
La détermination de son regard fit frémir Igniculus, pourtant il comprenait parfaitement ce que la petite ressentait. Ils étaient liés par bien plus qu'une simple contamination, désormais.

- Oui, c'est l'esprit, n'oublie pas cette sensation. Mais, Dawn, il faut que nous discutons.
- … Quoi ?

Igniculus lui expliqua l'opération, ainsi que le changement qui s'était fait chez Dawn. Par sa fusion avec Igniculus, elle était devenu une Goule Luminescente, un véritable conduit de radiation. Il lui révéla également qu'en tant que telle elle pouvait facilement perdre la raison, mais qu'elle avait gagné certaines facultés comme la régénération rapide des blessures ou les pulsions de radiations. Il enchaîna en parlant des changements qui s'étaient opérés chez lui. La lueur verte avait comprit ce qu'il était et ce qu'il était devenu. Le liquide qui avait éclaboussé Dawn dans le laboratoire, la nuit où elle était sortit chercher sa mère, était en réalité une souche du FEV, un virus qui forçait l'évolution d'un individu par la multiplication de ses cellules. Cela couplé aux radiations naturellement présente de la zone aurait eut pour effet de changer Dawn en Goule de façon incroyablement rapide, ainsi que de donner naissance à la forme féline d'Igni. Il serait une partie de la conscience de Dawn, mutée et rendu « réelle » (pour la fillette, du moins) par le FEV et les radiations. Dans un certain sens, il serait donc la manifestation mentale du virus et de ces même radiations. La fusion avec Dawn l'aurait par contre affaiblit et donc forcé à changer de forme pour quelque chose de plus... éthéré. Dans son état de lueur verte, Dawn ne pouvait plus le saisir ou le toucher.
Lorsqu'il eu terminé, Dawn lui posa plusieurs questions. Elle lui demanda pourquoi son élocution était et restait étrange mais également s'il se souvenait du sens de son souvenir : « Elle n'a fait que le toucher, c'est dommage. Ceci risque sans doute de freiner le ravage ». Il n'en savait toujours rien. La petite Lumière questionna Igniculus sur son lien avec la forme noir qui l'avait conduite au laboratoire, mais ce dernier répondu que ça devait être le fruit de l'imagination de la fillette. En effet, rien ne le raccrochait à cette chose puisque son existence avait débutée plus tard. Dawn restait sceptique.
La gamine vécut encore quelque semaine chez elle, à repenser à tout ces événements. Elle assista à l'enterrement de son père ainsi que de deux autres Chevaliers, les même qui l'avaient accompagné lorsque le pauvre homme décida de partir à la recherche de sa fille perdue. Malgré la tristesse et le chagrin, elle ne pleura pas. Seule une douleur sourde battait dans sa poitrine. Sa mère, considérée comme « portée disparut », n'eut pas de mise en terre. Elle fit le deuil de ses parents plutôt rapidement. Les seules choses que la jeune fille arrivait à ressentir clairement était la haine et la soif de sang. Elle décida de « changer » sa date d'anniversaire. Du 08 Août 2020 elle passa au 15 Août. Le jour où elle mourut dans sa propre maison. Le jour où un être ressemblant à sa mère la tua. Le jour où elle connut la renaissance.
Elle fit son baluchon lorsqu'elle se sentit prête, prenant quelque souvenirs de ses parents. Bien entendu, Migi et Rapace noir la suivraient dans cette quête. Avant de partir, elle affûta la lame de son épée et démonta/remonta son revolver. Elle prit avec elle une pierre à aiguisé ainsi qu'une sacoche de munition. Elle était prête. Plus rien ne la retenait dans la maison familiale.
Lorsqu'elle sortit, elle prit un temps pour regarder sa maison. Elle se remémora tout les bons souvenirs qu'elle eut ici, avec son père Okabe et sa mère Arzhela. Tout cela était finit désormais. Alors qu'elle se retournait, une seule image restait dans son esprit ; celle d'un monstre à forme Humaine et aux yeux rouges.
« Papa, maman... je vous le promet. Je buterais cette chose, peut importe le temps que ça me prendra ! »

Sa quête de vengeance est encore d'actualité aujourd'hui, en cette année 2290. Les pérégrinations de Dawn et d'Igniculus les ont menés ici, en Louisiane, à la recherche du Synthétique voleur de visage. Mais la petite Lumière est confiante, elle sent que c'est ici que sa quête s'achèvera enfin, la libérant du fardeau de la vengeance et de la haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 105
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Mar 25 Oct - 1:30
Bonjour,

Je suis donc en charge de ta fiche. Je viens de terminer la lecture et j'ai deux points à te faire changer. Mais ne t'en fais pas rien de grave.

Premièrement il te manque 2 points dans les caractéristiques, cela va certainement influer tes compétences, il faut que tu me les rajoutes et que tu vérifies. Ensuite, "- Ah, tu parle de ma peau ? Oui je sais, j'allais t'en parler. C'est bizarre mais... Je peux tout t'expliquer, balbutia Dawn." pour cette phrase, je crois que ce n'est pas la bonne couleur.

Je tiens aussi à te dire que c'est une belle histoire, très bien écrite.... Bien que je me demande ce qu'elle à fait pendant 60 ans en goule... ou 70 je ne sais pas si tu comptes de son premier anniversaire ou du second (dixit ton histoire).

Préviens moi quand tu as fais les corrections.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Mar 25 Oct - 14:25
Oh? Eh ben, je pensais qu'on me ferait plus chier que ça au niveau de l'histoire! Super, merci beaucoup!
J'ai passé toute ma soirée d'hier à foutre le code couleur (ce que c'est chiant et long bordel...), désolé du coup pour la phrase de mauvaise couleur. En effet, elle devait être en jaune celle là ^^
Pour ce qui est des caractéristiques, j'suis pas très bon en math, désolé :p Ce dont tu parles, c'est bien les compétences et non le SPECIAL, hein? Je vais changer ça de suite.
Désolé aussi pour le monstrueux pavé, l'idée de diviser toute cette merde en plusieurs chapitres ne m'est venue à l'esprit que ce matin (mais de toute façon je n'aurais sans doute pas eu le temps de faire ça hier soir).
Ta dernière phrase m'a, en effet, rappelé un truc TRES important, du coup. Si je ne respecte même pas les perches narratives que j'me lance, ça risque de ne pas allez... Oui, en effet, du coup elle à "officiellement" 60 ans (bien qu'encore plus "officiellement" elle en ait que 10) et officieusement 70, je vais préciser ça dans la première partie de la fiche. Putain, ça va devenir compliqué cette histoire...
Figure toi, sinon, que j'me suis posé la même question concernant ces 60 piges passées à glandouiller dans les Terres désolés. Je pense que je ferais p'tete un p'tit truc pour ça, du style fanfiction, entre mes RPs, afin d'expliquer un peu la "légende" de Dawn Salicyl et d'Igniculus. Ca pourrait être bien sympa, enfin, si ça intéresse des gens bien sur. Ecrire pour soit c'est génial, mais écrire pour les autres en plus, c'est bien mieux Wink
Bon, ben je crois que j'ai fais le tour... Ah, non, le plus important;
Un grand merci à toi, Fabulatrice pour la lecture de cette fiche qui, je le sais, n'a pas forcément été une partie de plaisir (surtout au début, quand on se rend compte de tout le délire à lire...). Un merci supplémentaire pour toi qui a prit la peine de noter les incohérences et les erreurs de la fiche (même si apparemment y'en avait pas beaucoup XD). Merci également à tout ceux qui ont eut le courage et la détermination de la lire alors que ce n'étaient pas leurs "taffs", c'est vraiment sympa!
Eh pis voila. Comme convenu avec BB, je m'occuperais de la radio Louisiane après avoir terminé toutes les petites modifications que j'dois faire sur ma fiche, don't worry.
J'éditerais ce message quand les modifications seront faites ('fin bon, je m'occupe des plus importantes illico, donc considère cela comme déjà fait).

P.S: C'est édité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 105
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Mer 26 Oct - 6:09
Euh... Big Boss il à rien fait... c'est bien La fabulatrice donc moi qui ai gérée la fiche. Je tenais à faire le correctif avant d'aller me coucher et je m'occupe de la vérification des points une fois ma phase de sommeil terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 22/10/2016
Age : 71
Localisation : "Un peu par ici, un peu par là, un peu PARTOUT quoi!"
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Mer 26 Oct - 13:36
Ah merde! Désolé! XD
J'vois pas pourquoi j'ai pensé que c'était BB... Il doit être une forme de fantasme ou un truc comme ça ^o^
Du coup un p'tit edit supplémentaire...
Par contre je me suis rendu compte d'un problème majeur hier soir... J'ai pas 'toshop sur cet ordi! Du coup mon avatar ça va être un truc fait à la zeub sur Paint. C'est pas un soucis j'imagine, mais bon.

Edit: bon j'ai essayé de faire quelque chose, mais sur Paint... Voila quoi. Si la taille n'est pas correcte c'est parce que je découpe au pif, sachant que lorsque je cherche à redimensionner ça me met fichier corrompu/trop lourd (WOUHOUHOUUUU).
Bref, pour l'instant on va se contenter de... ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 105
Date d'inscription : 14/10/2016
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus. Mer 26 Oct - 17:20
C'est donc avec grand plaisir que je vais te valider. Que la Louisiane et dieu ai pitié de ton âme toi qui t'aventure dans ses terres hostiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ce gars là ne passera plus.
Revenir en haut Aller en bas

Ce gars là ne passera plus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ce qu'il se passera dans le tome 8. (spoilers ;D)
» LE COMPLOT NE PASSERA PAS
» Dreamland ? y'a des gars balèzes ici ?
» Bonjour les gars.
» sarko ne passera pas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Administration :: Registre des survivants :: Survivants validés :: Les mercenaires-