La guerre ne meurt jamais... En 2290, dans les terres désolées de la Nouvelle-Orléans, plusieurs factions s'affrontent pour le contrôle de la région... Qui serez-vous ?
 
CalendrierRechercherFAQAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Lun 10 Oct - 0:17





10 Octobre 2090


Auuugh !

La plainte rauque mélancolique du Yao Guai retentit à travers la plaine dévastée. L’immense plantigrade défiguré par la radioactivité laissa retomber sa tête massive et reprit sa lente progression sur la route de terres et de roche.
À une trentaine de mètres de là, à plat ventre sur une colline qui surplombait la plaine, Sanguine ne quittait pas des yeux le mammifère. Les yao guai avaient une réputation de prédateurs dangereux et elle n’était pas folle au point de risquer d’en affronter un.
Elle attendit donc patiemment que la créature s’éloigne. Elle avait fait en sorte de se mettre face au vent pour qu’il ne repère pas son odeur. Lorsqu’elle fut sûre qu’il s’était suffisamment éloigné pour risquer de quitter sa cachette, elle se redressa et essuya un peu la poussière de son visage d’un mouvement de la main. Puis elle jeta un regard au bâtiment presque effondré qui lui faisait face, plus loin dans la plaine en contrebas. Une ancienne épicerie de route à en juger aux lettres à moitié détruites qui ornaient son toit. Avant la chute des bombes, il devait se situer dans la zone industrielle en dehors de la Nouvelle-Orléans.
Mais ça, Sanguine s’en foutait royalement. Tout ce qui comptait à ses yeux, c’était la mission que lui avait donné Kald ce matin. En résumé, Viper avait appris durant sa récolte d’infos de la veille que les survivants qui occupaient le commerce à l’ouest de leur position avaient quitté l’endroit. Chassés ou partis de leur plein grès ? C’était la question qui avait fait hésiter leur chef sur la suite des opérations.
Finalement, il avait choisi d’y envoyer Sanguine en éclaireuse. Petite et la plus discrète de leur groupe, il comptait ainsi qu’elle se faufile furtivement et se rende compte de la situation du bâtiment pour savoir s’il était dangereux ou non d’y envoyer un groupe de pilleurs. Et si l’endroit possédait encore des ressources exploitables.
Sanguine n’avait pas rechigné. Elle n’était pas sortie depuis trois jours et elle avait besoin d’un peu d’action ! Même si c’était juste du pillage.

Quelques minutes plus tard, aussi légère qu’un félin, la fillette s’approcha de la porte arrière du bâtiment. Hors de question de passer par l’entrée principale trop dangereuse. Elle s’empara de la poignée et tenta d’ouvrir la porte qui se révéla fermée. Habituée à cette situation, la rouquine sortie d’une des sacoches de sa ceinture une épingle à cheveux et un petit tournevis plat. Elle s’affaira ensuite à trafiquer la serrure, essayant de faire le moins de bruit possible et espérant ne pas attirer l’attention...


Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Lun 10 Oct - 16:27
Julius fredonnait, c'était très rare, suffisamment rare pour être cité :

"On the half road
From the earth
I would take you higher
I will take you higher
Till the world explode
Till the world exploooode
Just like a Super-Collider
Like a Super-Colliiiiider"

Il se baladait, a la base, il suivait un groupe de raider, mais il suivait leurs pas et cela le faisait voyager a travers de superbes plaines, il disait donc qu'il se baladait. Sur sa route il croisa un supermarché de l'ancien temps, aujourd'hui ravagé par la végétation post-nucléaire et les dégâts des multiples attaques de raiders. Il se dit que ses proies étaient surement planquées dedans au vue des traces de pas (maintenant ne formant qu'une seule ligne, les raiders marchant sûrement sur les pas du prédécesseur pour cacher leurs surnombre) et il dégaina son fusil. La présence de Richard dans ses mains était rassurante, il se sentait invincible avec son fusil et son armure.

En haut de la colline devant le super marché, Julius aperçut une tignasse rousse accroupie devant la porte. Il s'allongea contre terre et essaya de discerner les mouvements de l'individu.

L'individu avait les cheveux longs, ce qui signifiait sûrement qu'il était de sexe féminin, et il était de très petite taille, il en conclut donc que c'était un enfant. Il tourna la tête derrière lui et estima aux traces de pas qu'elle avait maximum 10 ans. La petite fille était équipée très légèrement, avec une arme de corps a corps indéterminée, il en conclut donc que c'était une éclaireur. Une poule aux œuf d'or.

"Oh merde, jour de paie aujourd'hui, elle va me mener vers ses copains, et fissa"

Julius entama une filature, mais en armure ce n'était pas pratique, il garda donc ses distances et attendit que la jeune fille finisse de crocheter la serrure pour resserrer son étau et rendre justice a ton le groupe de raiders auquel elle allait le conduire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Mar 11 Oct - 18:21






Inconsciente de l’homme en armure qui l’observait de loin, Sanguine était concentrée sur sa tâche. Sa langue était sortie et coincée entre ses dents. Elle trifouillait la serrure avec habileté jusqu’à ce qu’elle entende le cliquetis caractéristique qui indiquait le déverrouillage de la porte. Un sourire lui vint aux lèvres et elle tourna la poignée ronde en métal rouillée. La porte s’ouvrit sur une pièce sombre et la fillette s’y faufila après s’être assurée que rien ne bougeait à l’intérieur. Une fois dans le bâtiment, elle referma la porte derrière elle et patienta quelques secondes pour que ses yeux s’habituent à l’obscurité.
Lorsque sa vision s’adapta, elle se rendit compte qu’elle était dans l’arrière boutique de l’épicerie, dans ce qui avait l’air d’être une salle de stockage. Partout autour d’elle, des étagères avaient été renversées ou entassées contre les murs et des cartons et caisses de bois jonchaient le sol. Sanguine rangea son tournevis dans la poche de son sweat-shirt et parcouru la pièce des yeux. Puis elle se mit au travail. Kald lui avait demandé de vérifier s’il restait des choses intéressantes ici.
Elle entreprit de fouiller dans les cartons et caisses. La plupart étaient vides et elle sentit la frustration commencer à monter en elle. Mais la chance finit par lui sourire au bout de quinze minutes de recherches et, dans une vieille caisse à outils, elle tomba sur des objets intéressants : un bouteille de nukacola encore pleine, une conserve de champignons pas ouverte et une étrange pièce électrique qui ressemblait à un cube de métal avec des morceaux de fils encore raccordés.
Sourire satisfait aux lèvres, elle rangea tout ça dans son sac à dos et s’apprêta à reprendre ses recherches. Mais soudain, elle s’immobilisa. Un bruit venait de résonner à l’extérieur du bâtiment où elle se trouvait, assez proche pour l’inquiéter. Le Yao gai qui serait revenu ? Non, le bruit était trop puissant et trop… métallique. Sanguine resta deux secondes immobile avant de prendre une décision. Silencieuse comme une ombre, elle utilisa sa petite taille pour se faufiler sous un bureau de métal qui se trouvait contre le mur du fond. Là, elle resta accroupie et sortit son couteau, tendant l’oreille. Si ce qui avait produit ce bruit entrait dans le bâtiment, elle l’éventrerait et répandrait ses tripes sur le sol.
Ses yeux bleus s’enflammèrent de cette folle fébrilité sanguinaire qui lui venait lorsqu’elle se préparait à un affrontement. Se faisait la plus discrète et silencieuse possible, elle attendit, cachée sous son bureau que quelqu’un entre par la porte de derrière, ou qu’elle l’entende passer par la porte principale du bâtiment.
En tout cas, hors de question de sortir d’ici tant qu’elle n’était pas certaine que le bruit qu’elle avait entendu ne représentait aucun danger.


Inventaire:
 




HRP : Je t'ai laissé le choix, à toi de voir si c'est toi qui produit le bruit ou autre chose. ^-^
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Mar 11 Oct - 21:54
Julius savait qu'il n'était pas repéré, il écoutait a la porte extérieure, il avait entendu des bruits de farfouillage et prit une douche froide, ce n'était pas un éclareuse, mais une pillarde.

Il était dégoûté, sa soif de vengeance et de justice bouillonnait au fond de lui et il se savait incapable de la satisfaire, il en avait mal et il voulait trouver un moyen de la satisfaire immédiatement, tel une addiction aux drogues. Il se disait qu'a défaut de pouvoir dénicher un groupe entier de raiders, il pouvait toujours soutirer l'information à la gamine et "appliquer justice" après. Cela lui semblait un bon plan.

Il prit son courage à deux main, dégaina son calibre .12, pompa le canon pour charger une nouvelle balle dans la chambre et enfonça la porte a coup de pieds. Il fit un barouf d'enfer, il n'avait pas réfléchit au fait que la gamine savait qu'il était là maintenant. Il alluma ses yeux lampes torche et pris conscience de la salle dans laquelle il était arrivé. C'était un hangar de stockage avec pleins de caisses de ressources empilées, ressources aussi bien mécaniques que biologique, un carton d'huile a Mister Handy côtoyait un ancien stock d'œufs miam miam a la diable. Il pensa que cet endroit avait été un refuge de choix lors de la chute des bombes, mais l'important était la gamine.

Il tint son fusil en joue, près a défourailler. Il avança dans la salle. Il y avait un petit bureau avec une forme bien particulière qui tônait dessous, Julius dirigea son regard et donc ses lampes vers ce bureau et aperçut l'enfant qui attendait dessous, canif sorti, prête a éventrer quoiqu'onques allait lui passer devant.

Il la prit dans sa ligne de mire

"Écoute petite, tu bouge, je tire, c'est pas compliqué."

Il remit en position de tir le percuteur de son fusil

"Tu vas t'asseoir et faire exactement ce que je te dis, sinon tu peux dire adieu a tes peluches."

HRP: Je te laisse l'option de me sauter dessus et engager le combat, Julius dit juste ça par convention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Mer 12 Oct - 7:32






[size=39]L[/size]e bruit, il était revenu. Des sortes de pas métalliques sur le sol.
Sanguine se ramassa sur elle même dans sa cachette, prête à bondir. La porte s’ouvrit alors à la volée, défoncée par le pied mécanique d’une armure. Une personne entra, toute cliquetante. Un chevalier de métal, comme ceux qu’on voyait à l’Enclave ou à la Confrérie de l’Acier.
Sanguine resta tapie dans sa cachette et retint sa respiration. C’était plus difficile d’éventrer quelqu’un qui avait une épaisse couche de métal sur le ventre… Il valait mieux qu’elle reste cachée, le temps qu’il s’en aille… Il finirait bien par partir non ?
Malheureusement pour elle, deux raies de lumière puissants traversèrent soudain la pièce, éclairant tout sur leur passage. Y compris l’endroit où elle se cachait. Presque aveuglée à cause de ses yeux habituées à l’obscurité, Sanguine bougea et mis un bras devant son visage, les dents serrées.

“ Écoute petite, tu bouge, je tire, c'est pas compliqué. ” prononça alors une voix masculine derrière le casque qui projetait la lumière.

Sanguine étouffa un juron. C’était raté pour la discrétion…
Elle entendit le bruit caractéristique d’un percuteur qu’on place en position pour tirer. Super, il était armé en plus… Oui bon d’accord, c’était un peu évident, mais quand même.

“ Tu vas t'asseoir et faire exactement ce que je te dis, sinon tu peux dire adieu a tes peluches. ”

La fillette réfléchit rapidement. Elle n’avait plus beaucoup de cartes à jouer là. Mais il lui restait encore le bluff. Encore une chance qu'elle n'ait pas pris ses épaulettes ce jour là.
Elle baissa la tête un instant jusqu’à ce qu’un tremblement caractéristique agite tout son corps. Elle sortit alors doucement de sa cachette et se releva debout, serrant son couteau dans ses deux mains contre sa poitrine et regardant l’inconnu avec un visage plein de peur. Elle tremblait de la tête aux pieds et lorsqu’elle parla, ce fut avec une voix tout aussi tremblotante :

“ P… pitié monsieur… Me faites pas d...de mal… Je cher...cherchais juste de la nourriture p..pour ma mère malade... ”

Elle baissa la tête d’un air coupable et attendit, tremblante, la réponse du nouvel arrivant.


Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 13 Oct - 21:58
Julius garda la fillette en joue. Il n'avait aucune raison de la croire et encore moins de la laisser partir, elle avait tenté de piller un ancien magasin. Une fillette de 10 ans ne peut pas prendre cette initiative, à cet âge là, dans le wasteland, on est trop craintifs. Elle avait forcément reçus des ordres. Julius devait jouer là dessus. Il baissa l'intensité de ses lampes pour éviter d'éblouir la gamine, la salle était vraiment sombre, seuls 2 faisceaux étaient visibles et cette salle allait devenir un table de Poker. Julius se demanda s'il ne valait pas mieux qu'il annonce tout de suite a la fillette que son histoire ne tenait pas debout. Mais il avait une meilleure idée pour lui tirer les vers du nez

"Ok petite, j'ai des rations militaires sur moi, tu vas me conduire a ta mère"

Il abaissa son fusil a la hanche mais garda le percuteur, ça valait mieux pour lui. Il savait que c'était une raider mais elle bluffait, il allait donc bluffer aussi.

"Tu vas passer devant et je te suivrai, mais attention, si jamais te m'emmène dans un piège, c'en est fini de tes petites escapades"

Il lui fit signe de passer devant et pointa son regard vers elle, attendant un mouvement. La fillette était sale et mal habillée, sa batte de baseball était dans son dos et elle avait sorti son canif. Seule un raider pouvait être suffisamment folle pour pouvoir espérer se balader si peu armée dans les plaines. Il se demanda comment une si jeune gamine pouvait en être venue à fréquenter des raiders. C'était moche a cet âge là, d'être une pré-toxico déjà folle et absolument sans respect pour les honnêtes gens... Julius devra rendre justice, il devra lui tirer dessus quand il aura ce qu'il lui faut, mais cette idée fit naître en lui des frissons auxquels il n'était pas habitué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Ven 14 Oct - 11:56






"Ok petite, j'ai des rations militaires sur moi, tu vas me conduire à ta mère "

L’inconnu semblait avoir mordu à l’hameçon. Mais Sanguine était folle mais pas dupe. Il y avait dans sa voix quelque chose d’étrange. Il avait répondit sa phrase comme un ordre froid et réfléchi. De deux choses l’une, soit c’était un sadique qui avait dans l’idée de faire d’une pierre deux coups en la laissant l’amener à cette “mère” dont elle parlait, soit il avait compris elle ne savait pas comment qu’elle était une raideuse.
Dans les deux cas, le plan de Sanguine n’avait pas marché. Elle se mit à réfléchir en quatrième vitesse à un autre pour se tirer de là.

“ Tu vas passer devant et je te suivrai, mais attention, si jamais tu m'emmènes dans un piège, c'en est fini de tes petites escapades. ” lança le personnage en armure, toujours aussi froid.

Cet ordre direct et cette menace même pas cachée donnèrent à Sanguine la confirmation sur les intentions de cet homme. Quoi qu’il ait cru, il ne comptait sûrement pas lui offrir de l’aide. Elle décida donc de tenter le tout pour le tout.
Elle garda la tête baissé d’un air effrayé et penaud. Toute tremblante, elle s’avança vers l’homme en armure et la sortie d’un pas lent. Elle profita qu’elle avait les yeux cachés par sa tignasse pour regarder vivement autour d’elle. Puis, alors qu’elle approchait à deux mètres du bonhomme, elle donna soudain un violent coup de pied dans un carton pour lui lancer à la figure. De la main droite en saisit un autre plein de billes de polystyrène et lui projeta également au visage.
Évidemment elle ne comptait pas le blesser avec ça, elle n’était pas dingue à ce point. Mais l’attaque surprise lui permettait pendant une seconde de brouiller la vue de son agresseur et de le déstabiliser. Aussitôt ses cartons lancés, elle en profita pour tourner les talons et prendre la poudre d’escampette en criant :

“ Cours toujours boîte de conserve ! ”

Elle courut à toute vitesse en direction de la porte opposée. Celle ci était encore fermée mais elle ne prit pas la temps de l’ouvrir et fonça directement dedans en mettant tout son poids. Heureusement la porte n’était pas verrouillée et s’ouvrit à la volée. Sanguine arriva dans un petit couloir qui semblait donner sur des toilettes et sur l’épicerie vu les symboles au mur. Elle ne prit pas le temps de réfléchir et détala vers cette dernière. Au moins avec son armure son adversaire mettrait plus de temps à la rattraper.
Malgré la situation périlleuse, un sourire un peu fou étirait les traits de la gamine.
Elle déboula dans une pièce plus large qui était envahie d’étalages et dans un véritable boxon, comme si des gens s’étaient battus ici. Il y avait des traces de sang ça et là mais pas de corps.
Mais la fillette n’avait pas le temps d’admirer le décor. Elle parcouru la pièce des yeux à la recherche d’un truc utile pour se sortir de là.

(Jet de chance ici : http://fallouttowrpg.forumactif.org/t103-les-lances-de-des#906 - Réussi ! )

Son regard se posa finalement sur une étagère à sa gauche. Là, entre deux conserves vides, trônait deux grenades flashantes. Elles avaient sans doute été oubliées dans la fuite des résidents, peu importe ce qui les avait fait fuir… Sanguine s’en empara et courut ensuite à l’autre bout de la pièce pour se cacher derrière le comptoir de la caisse enregistreuse. Elle observa l’une des grenades. Le système était plutôt simple.
Elle allait attendre tranquillement ici, accroupi derrière ce meuble que le bonhomme en armure s’en aille. Et s’il venait près d’elle, elle lui lancerait une grenade flashante à la figure pour l’aveugler assez le temps de grimper sur son dos. Elle était petite et ça restait son meilleur et seul vrai atout pour espérer le vaincre. Fuir dehors ça aurait été risquer de prendre une balle dans le dos s’il était bon tireur. Et puis si elle arrivait à se hisser dans son dos, elle finirait bien par réussir à ouvrir cette boîte de conserve et planter la personne à l’intérieur.
Alors que Sanguine souriait à cette idée, quelque chose d’autre bougea dans la pièce à l’opposé. Quelque chose que la fillette n’avait pas remarqué en arrivant. Quelque chose qui avait chassé les anciens occupants et grouillait à présent sous les fondations de l’épicerie…
D’un trou béant, trois créatures à six pattes et pourvues de mandibules tranchantes pointèrent le bout de leurs antennes : des fourmis géantes éclaireuses. Elles avaient repéré l’odeur de la chair et commencèrent doucement à envahir la pièce...


Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Dim 16 Oct - 16:45
Julius eu le réflexe de se couvrir le visage, un armure n'exclut pas le fait qu'en dessous, vous êtes toujours faits de sang et d'os. Une fois le torrent de petites billes passé, il se redressa et toisa autour de lui, il entendait une suite très rapides de petits pas. La gamine fuyait, Julius avait joué, elle s'est senti piégée et elle a donc décidé de fuir. Il avait su que ça allait se passer comme ça et qu'elle allait fuir. Un enfant n'as pas vécu longtemps, elle n'as pas eu le temps d'apprendre à mentir.

"C'est tellement beau la jeunesse de nos jours, et dire que je souhaiterais un joue avoir des gosses..."

Julius se mit à courir vers la source du bruit. La gamine avait foutu un bordel pas possible derrière sa course. Julius ne pouvait pas faire comme elle, il n'avait pas l'agilité pour passer sous les tables ou par dessus les barrières, mais il avait suffisamment de force pour enfoncer tout ce qui se présentais dans sa course. Il suivit donc la source des bruits dans des couloirs infâmes qui semblaient encore empreints du désespoir et de la crasse que la guerre nucléaire avait apportée.

Il entendit les pas ralentir et vit une porte se claquer devant lui, la jeune fille était arrivée au bout de sa course. Il allait enfin pouvoir la coincer.

Julius enfonça la porte a coup de pieds et avança dans la pièce avec son arme en joue devant lui, éclairant de son casque les moindres recoins de la pièce et prêt à tirer.

"Oh putain..."

Jamais il n'aurais pensé se retrouver devant une fourmi géante si loin d'une fourmilière. La fourmi était énorme, menaçante, elle était en train de chasser. Notre boîte de conserve avait étudié la faune pendant son service, et il savait que les fourmi étaient lente et pataude. En revanche, son petit calibre n'allait rien pouvoir faire devant son armure chitineuse, et ça, ça l’ennuyait.

"Putain Julius, heureusement que y'a plus de loterie dans ce monde..."

Julius aperçut la gamine, recroquevillée sous le bureau, la fourmi semblait l'avoir vue en premier et elle semblait vouloir s'occuper de ses cibles dans l'ordre.

Son sang ne fit qu'un tour, Julius s'élança et fit une glissade.

(Échec critique du lancé de dés : http://fallouttowrpg.forumactif.org/t103-les-lances-de-des#bottom)

Sa glissade était malheureusement un peu trop longue et Julius glissa jusque devant la fourmi sans s'arrêter. La chose leva donc la patte avant gauche et l'enfonça dans le thorax de Julius a la jointure de son épaule. Son fusil étant donc dans son dos il devait faire ses preuves a mains nues. Le blindage ne s'étant pas fendu, Julius n'avait pas pris de dégâts mais était a la merci de cette chose... et de l'enfant.

Il empoigna les mandibules de la fourmi a raison de 1 par poigne et essaye de les écarter au maximum, c'était vraiment compliquer pour notre homme en armure qui força, Il contracta tout son faciès caché par son casque qui éclairait le combat depuis le dessous. Il n'arrivait pas à arracher la mâchoire de cette abomination. Il cria entre 2 expiration d'effort.

"EH GAMINE, J'AI PU VOIR QUE TU SAIS COURIR, PRÉPARE TOI A RECOMMENCER SI JE DÉGOMME PAS CETTE MERDE"

Julius releva la tête vers la fille, son visage était à l'envers et les yeux de son casque normalement de forme sévère pour inspirer la crainte formaient maintenant une forme craintive et apeurée, le casque n'était pas fait pour être vu a l'envers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 20 Oct - 0:17






À peine avait elle sauté derrière son comptoir que Sanguine entendit la porte de la salle s’ouvrir dans un fracas. La boite de conserve était entrée. Décidément elle voulait vraiment sa peau. Si elle la croyait faible et sans défense elle allait être surprise !
Elle entendit les pas lourds se rapprocher de sa position, comme s'il avait deviné sa cachette. D’un autre côté y en avait pas 36 ici… Sanguine montra les crocs. Ses mains serrèrent plus fort sa grenade et son couteau. Elle était prête à en découdre !
Mais soudain les pas se stoppèrent à quelques mètres de son abris. Puis ils furent suivis par d’étranges crissements et cliquetis. Sanguine retint son souffle et tendit l’oreille. C’était quoi ça encore ? La boite de conserve préparait une bombe ? Ou un lance rocket ?
Sa curiosité fut trop forte, elle jeta un regard derrière le comptoir. Ses yeux s’écarquillèrent alors. Une immense bestiole courrait dans sa direction avec trois paires de pattes insectoïdes. Une fourmi géante ! C’était ça le cliquetis ! Sanguine resta stupéfaite une seconde de trop et lorsqu’elle choisi de prendre la poudre d’escampette il était trop tard ! La créature était déjà presque sur elle. Mais avant qu’elle l’atteigne, la boîte de conserve entra dans leur champ de vision à toutes les deux en glissant bizarrement sur le sol et se retrouva entre la fourmi et le comptoir de caisse. Intriguée, Sanguine renonça dans un premier temps à fuir et regarda l’insecte monstrueux immobiliser l’homme de tout son poids et tenter de le broyer de ses gigantesque mandibules tranchantes. Sa colère s’était soudain transformée en curiosité malsaine. Elle se demandait si la mâchoire de chitine de la bestiole serait assez puissante pour trancher la tête de sa victime ou si elle lui ouvrirait juste la gorge.
Mais bien vite elle revint à la réalité. Les expériences c’était bien mais elle serait la prochaine sur la liste de la créature si elle ne bougeait pas. Tout en luttant pour maintenir les mandibules ouvertes, la boîte de conserve tourna son visage casqué vers elle. Il lui hurla alors :

“ EH GAMINE, J'AI PU VOIR QUE TU SAIS COURIR, PRÉPARE TOI À RECOMMENCER SI JE DÉGOMME PAS CETTE MERDE ! ”

Sanguine pencha la tête sur le côté et l’observa avec curiosité.
Il cherchait vraiment à l’aider là ? Drôle de revirement de situation. A peine deux minutes avant il la poursuivait dans tout le bâtiment et sûrement pas pour lui offrir des cookies.
Un sourire mauvais et presque fou s’étira lentement sur le visage de la fillette. Il lui avait peut être offert une occasion là. Une occasion de quoi ? De profiter qu’ils s’entretuent tous les deux pour prendre l’avantage. Et aussi faire un petit jeu.
Elle se leva alors et s’approcha des deux qui luttaient l’un contre l’autre à terre. Elle décrocha sa batte cloutée et arma la goupille de sa grenade. Puis avec un sourire sadique adressé aux dos elle tendit son bras tenant la grenade au dessus d’eux et dit :

“ On va jouer à un p’tit jeu. Ca s’apelle “ferme les yeux au bon moment sinon t’es mort”. Bonne chance à tous les deux. ”

Elle lâcha alors la grenade flash qui tomba juste à côté de l’homme-armure. Elle courut alors se mettre à l’abris derrière une étagère et se boucha les oreilles de ses index avec un sourire jusqu’aux oreilles. A peine l’explosion et la lumière aveuglante frappèrent qu’elle jaillit de sa cachette, la batte levée et revint sur ses pas en courant. Voyant la fourmi troublée par le flash, elle mit toute sa force dans son coup et la frappa au niveau de ce qui aurait été son cou. Un endroit où la carapace de chitine étaient absente pour former la jointure et où la peau était sensible. Il y eut un craquement répugnant et une sorte de matière visqueuse jaillit devant les yeux de Sanguine. Mais celle ci n’avait pas finit, car la rage du combat était montée en elle. Elle leva vivement sa batte et frappa, frappa, frappa encore. Le sourire de la fillette était extatique. Finalement la fourmi s'effondra sur la boîte de conserve de toute sa masse.
Couverte de matière visqueuse, Sanguine sauta alors sur le cadavre de la fourmi pour ajouter son poids sur l’homme en armure et l’empêcher de se relever. Elle tapota avec le bout de sa batte son casque et lui adressa un sourire fou.

“ Ça va là dedans ? C’est pas trop lourd ? Dis monsieur-boîte de conserve, j’hésites à tester la résistance de tes yeux-vitre ou juste frapper dans la jointure de ta jambe pour casser ton genoux. A ton avis ? ”

Elle eut un petit rire aigu qui prouva son instabilité mentale. Mais avant qu’elle puisse décider, des crissements et cliquetis derrière elles lui indiquèrent que les autres fourmis avaient été attirées par toutes cette agitation. Zut alors…
Elle ne prit même pas la peine de tourner la tête et la rapprocha juste tout près du casque de son ancien poursuivant.

“ Dommage on va pas pouvoir continuer à s’amuser tous les deux… Mais je te laisse avec des amies à six pattes. Elles sont gentilles tu verras. ”

Elle tapota le casque comme si elle compatissait ou lui souhaitait bonne chance. Mais son sourire dérangé contredisait cette impression.
Néanmoins, dans son euphorie, elle avait fait une erreur… Elle avait approché sa tête un peu trop près de la boîte de conserve, se mettant à portée de ses bras...


Inventaire:
 


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Dim 23 Oct - 17:11
Julius se débattait avec la fourmi, il commençait à se fatiguer et le fait que la gamine s'amuse avec lui ne l'aidait pas vraiment. La chose était prête a mordre et contractait sa mâchoire avec une force propre aux insectes et mains de Julius commençaient à faiblir, l'irrigation de ses poings n'était plus correcte et il sentait qu'il allait rester là s'il n'agissait pas vite, et la gamine l'irritait fortement avec son sourire, il voulait la claquer.

“ On va jouer à un p’tit jeu. Ca s’appelle “ferme les yeux au bon moment sinon t’es mort”. Bonne chance à tous les deux. ”


Julius ne savait pas s'il devait être apeuré ou heureux, la vie lui donnait maintenant des opportunités a la chaîne et il devait les saisir. La gamine avait trouvé des flash bangs et elle avait l'intelligence de la lancer contre ses deux ennemis a la fois.

"Tu manque pas de cran gamine!"

Julius en avait vu des flash bangs durant sa vie, et il savait que même sans être mortelle, cette grenade était très incapacitante si elle était bien reçue par l'adversaire. Il toisa son adversaire formique et conclut que la fourmi n'avait pas de quoi se protéger du cadeau a venir. Il esquissa un petit rictus caché sous son casque a l'idée que la gamine allait le sauver, même s'il savait que ce n'était pas le but. Il entendit le cliquetis du métal rouler par terre, ca y est, c'était parti.

Il ferma les yeux et vit malgré ses paupière un flash lumineux, ses oreille vrombirent et lui firent percevoir un petit larsen très violent. Il savait ce qu'il se passait actuellement dans son corps et il garda le contrôle de ses sens comme il put. Il senti sur son poitrail une masse s'affaisser, la fourmi était tombée et son poids l'immobilisait totalement. Il senti après la masse de la fourmi bouger, il ne pouvait pas ouvrir les yeux car sa vue était encore endommagée par les flashs, il attendit impatiemment car le fait de ne pas contrôler ce qui lui arrivait lui était très désagréable. Une fois les yeux rouverts il put apprécier le spectacle de Sanguine tapant contre le cou de fourmi avec sa batte de baseball, faisant ainsi bouger ton son corps sous les coups qu'il recevait en partie.

Julius essaya de se dégager pendant que la diablesse était occupée avec la monstruosité, mais sa force déclinante ne put pas le sortir de cette situation (Échec du lancé http://fallouttowrpg.forumactif.org/t103p25-les-lances-de-des#bottom).

Quand elle eu finit de déchiqueter ce pauvre insecte, elle s'approcha de Julius et lui tapota sur le crâne en lui disant d'un air malsain:

“ Ça va là dedans ? C’est pas trop lourd ? Dis monsieur-boîte de conserve, j’hésites à tester la résistance de tes yeux-vitre ou juste frapper dans la jointure de ta jambe pour casser ton genoux. A ton avis ? ”


Avant de repartir dans une crise de rire fou. Julius se disait que cette gamine là n'était que bonne a tuer si elle était vraiment telle qu'elle dans sa tête. Il se reconcentra sur la situations, certains bruit le ramenèrent a la réalité, d'autres fourmi approchaient, le système d'identification des cibles de sa X-01 s'affolait. La gamine n'y prêta pas attention et approcha sa tête du casque pour lui lancer une dernière insulte.

“ Dommage on va pas pouvoir continuer à s’amuser tous les deux… Mais je te laisse avec des amies à six pattes. Elles sont gentilles tu verras. ”


Julius ne savait pas quoi répondre à cela, il n'allait même pas répondre car son armure essayait de lui dire autre chose. Il vu dans son système d'ATH que l'armure s'affolait pour la santé de son utilisateur, elle allait donc lui injecter une dose d'adrénaline, comme devait le faire les protocoles de survie implémentés dans sa carcasse. Julius n'avait pas encore la substance injectée qu'il avait déjà envie de se battre contre quelque chose. Il commença a réfléchir de comment il allait pouvoir utiliser son instinct pour s'en sortir, peut-être qu'il pouvait... Trop tard, la substance étaient en train de s'injecter dans la colonne vertébrale et il sentait partir, il lança a la gamine pendant qu'il lui restait encore un peu d'esprit:

"Dommage gamine, ta folie te perdra"

Le liquide lui fit perdre toute notion de raison et ses veines se dilatèrent, ses pupilles grossirent sous son masque, ses bras s'engourdirent pour obtenir d'un seul coup une puissance phénoménale, qui couplée avec les servomoteurs de son armure, faisaient de lui un danger ambulant. Il fit alors la première chose qui lui traversa l'esprit, il agrippa la tête de l'enfant avec une main de chaque côté comme un ballon d'avant guerre bien gonflé et se mit a étreindre de plus en plus fort au fur et a mesure que le liquide agissait. Il hurlait sous l'effet de cette substance:

"AAAH... AAAAAAAH.... AHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!! TU VAS PRENDRE LA RACLÉE DE TA VIE ESPECE DE SALOPERIE AMBULANTE, J'VAIS T'EXPLOSER LA CRANE, TU VAS RIEN COMPRENDRE SALE GARCE!!!!"

Il serra de toute sa force, il avait au fond de lui l'envie que sa tête explose comme un fruit trop mûr, mais il ne put continuer de serrer la pauvre jeune fille, les fourmi arrivaient et il devait agir vite. Il donna donc un coup de coude dans le crâne de la jeune fille qui tomba instantanément dans les vapes. Il poussa son corps dorénavant inanimé jusqu'à l'autre bout de la pièce et bascula le cadavre de fourmi sur sa droite, il se releva d'un seul et dégaina sans réfléchir son fusil de combat. il prit le bureau derrière lequel l'enfant avait trouvé cachette quelques minutes auparavant et s'en servit comme barricade devant le flot de fourmi qui s'attroupaient derrière le trou dans le mur par ou leur congénère était sortie. Il attendit que toutes les fourmi soient agglutinées derrière le trou et vida machinalement avec rage 1 chargeur entier de fusil de combat. Plusieurs cadavres de fourmi, directement blessés à la tête tombèrent sur le coup, ce qui découragea les suivantes et les estropiées par le plomb de continuer a assaillir la position de Julius. Il rengaina son fusil dans son dos et revint devant le corps toujours assommé de l'enfant. Il se mit a genoux devant elle.

L'adrénaline arrêta de faire effet, il passa donc en pleine redescente sévère et ôta son casque qu'il accrocha a sa ceinture d'armure. Il prit de le corps de la fille un bras sous les genoux et un autre sous les épaules et contempla les conséquences de ses actes. Le psycho lui avait fait assommer une enfant sans défenses (un peu quand même) et il commençait a regretter son geste, il regarda le crâne de l'enfant complétement inanimée et vit deux gros bleus/violets de la taille des mains de son armure sous sa masse de cheveux roux. Il versa une petite larme, il avait fait le mal certes, il l'avait fait de manière juste et égale, c'est sûr. Mais il l'avait fait sur un enfant, et il avait toujours mal au cœur quand il devait punir un enfant, ce qu'il ne ressentait jamais face a un adulte. Il se résolut donc à quitter cet endroit avec cette enfant.

Il reposa le corps par terre et sorti son sac de couchage de son armure et mit le corps dépravé de la fille dedans, il le ficela avec du fil trouvé sur place pour éviter qu'elle ne bouge dans son déplacement... et qu'elle ne l'attaque après son réveil. Il sorti ensuite de son armure maintenant que le danger était parti et ficela le sac transformé en civière au dos de son armure de manière a que le thorax de la jeune fille soit contre les systèmes de l'armure pour ne pas qu'elle se refroidisse. Une fois le brancard totalement attaché a son armure il regrimpa dedans en se glissant vers le col, tourna la tête pour apercevoir son travail :

"Ca va aller gamine, on va te sortir de là"

Il sorti donc du magasin, enfant dans le dos, fusil tenu par le canon à la main, casque sur la tête et larme a l'œil. Il avait besoin de prendre l'air et de trouver de quoi soigner sa carcasse, et celle de la jeune fille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Lun 24 Oct - 23:52






L’attaque fut étonnement rapide pour un homme en armure. Rapide et inattendue.
Après que l’homme ait lancé un “Dommage gamine, ta folie te perdra” assez bas qui obligea Sanguine à tendre l’oreille, il agit soudain avec une vivacité bizarre pour quelqu’un portant une armure assistée. Il releva les bras et l’attrapa par la tête de chaque côté en utilisant ses mains de métal. Il se mit alors à serrer, serrer fort…
Soulevée dans les airs, sentant la pression sur son crâne augmenter, Sanguine se mit à hurler de rage et de douleur. Elle s’agita dans tous les sens, battant des pieds dans la vide et attrapant les grosses mains métalliques dans une vaine tentative pour les retirer.


“ AAAH... AAAAAAAH.... AHHHHHHH ! TU VAS PRENDRE LA RACLÉE DE TA VIE ESPÈCE DE SALOPERIE AMBULANTE, J'VAIS T'EXPLOSER LA CR NE, TU VAS RIEN COMPRENDRE SALE GARCE ! ” hurla la boîte de conserve d’une voix étouffée par son casque.


“ L… Lâche... moi… bâtard ! ” cria la fillette d’une voix enragée. “ J’vais… t’écorcher vif !... J… J’vais t’buter !... Chien galeux ! ”


Sa rage la poussa à asséner des coups de pieds inutiles dans le torse de l’armure alors que son propriétaire continuait à serrer son crâne depuis en plus fort, mettant sa menace à exécution. La fillette hurla de douleur cette fois, sentant un liquide couler de son nez : du sang. Elle se débattit de plus belle alors que des veines éclataient dans ses yeux. Sa tête lui faisait atrocement mal, elle sentait la pression faire grincer l’os de son crâne. Manquant d’oxygène, son cerveau glissa de plus en plus vers l'inconscience. Mais Sanguine n’était pas décidée à abandonner la partie. Elle s’efforça à rouvrir les yeux et les braqua sur le casque de son agresseur, pleins de rage et de haine.


“ J’t… J’te tuerais… sal...lopard ! ” cracha t-elle dans une ultime provocation.


Ses mouvements ralentirent alors que ses forces l’abandonnaient. Alors qu’elle commençait à sombrer, elle continua de répéter “ Je te tuerais… Je te tuerais… ”. Un coup dans sa tête de la part de son agresseur eut alors raison d’elle et ce qui lui restait de conscience l’abandonna. Elle sombra.


Sanguine n’eut aucune idée de ce qui se passa ensuite, plongée dans une profonde inconscience. Elle flotta dans une sorte de néant noir et vide. Elle n’avait plus mal nul part. A vrai dire elle n’avait plus RIEN nul part. Elle ne sentait plus ni son corps, ni le souffle de sa respiration, ni même le battement de son coeur à ses oreilles.
Est ce qu’elle était morte ? Si c’est le cas, c’était quand même bizarre la mort.
Elle garda les yeux ouverts et observa autour d’elle en restant allongée dans ce vide. Il n’y avait rien ni personne, elle était seule dans ce néant. Du moins c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’en remettant sa tête en position normale elle se retrouva nez à nez avec une fillette qui lui rappelait quelque chose… Evidemment puisque cette fillette c’était… elle. Enfin en un peu différent. L’enfant qui la regardait avait les cheveux détachés, ne portait pas de vêtements débraillés et couverts de sang et même pas d’armes. Ses cheveux étaient d’un beau roux loin de la teinte rouge qu’arboraient les siens. La fillette lui sourit. Pas avec malfaisance ou sadisme, non juste comme ça, d’un gentil sourire amical. Un nom tourna alors dans la tête de Sanguine. Un nom qui fuyait sa mémoire depuis presque un an. L… Li…
Les yeux de la raideuse s'agrandir de peur et elle hurla avec rage à la fillette :


“ Non ! Va t-en ! T’es rien qu’une faiblarde ! Dégage, j’te hais ! ”


Mais la fillette ne l’écouta pas et s’approcha pour lui passer une main douce sur la joue. Sanguine aurait voulu la mordre mais son corps ne lui obéissait pas. La fillette lui murmura quelque chose qu’elle n’entendit pas et elle sombra de nouveau, comme aspirée cette fois vers la lumière… Doucement, elle reprit conscience.
La première chose que la fillette sentit furent les mouvements de secousse qui la balançait légèrement de haut en bas, comme si elle était juchée sur une monture. La seconde fut la sensation d’être confinée dans quelque chose de serré qui l’empêchait de bouger les bras. La fillette émit un grognement étouffé et lutta pour ouvrir les yeux. La douleur dans son crâne revenait doucement, puissante, tenace. Elle souleva enfin ses paupières. Sa vision était floue, mais elle apercevait le décor des Terres Désolées. En baissant les yeux elle vit qu’elle était ficelée dans une sorte de sac de couchage. Elle comprit alors en entendant les bruits de pas métalliques qu’elle se trouvait accrochée au dos de l’homme en armure.
Elle tenta de remuer pour se sortir de sa prison de tissu mais celle ci était bien serrée autour d’elle. La colère prit de nouveau place dans son esprit.


“ L… Laisse moi… partir… bâtard... ” cracha t’elle d’une voix faible mais emprunte de rage.


Le simple fait d’avoir prit la parole lui déclencha un violent élancement dans le crâne qui l’obligea à fermer les yeux. Elle étouffa un gémissement de douleur en serrant fort les dents. Un liquide chaud coulait de son nez jusqu’à sa bouche. Le goût de son sang envahissait sa bouche. Elle prit de grandes bouffées d’air pour essayer d’accepter un peu plus la douleur qui frappait sa tête.
Elle aurait pu s’énerver encore, continuer à insulter son geôlier, se débattre dans tous les sens. Mais pour une fois elle décida de garder son énergie pour le bon moment. Restant silencieuse et continuant à respirer avec force, elle trifouilla de sa main gauche à l’intérieur de sa prison de tissu. Elle parvint finalement à sortir la lame qu’elle cachait dans son brassard et commença discrètement à entailler le tissu pour le rendre plus fragile...


Inventaire:
 


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 27 Oct - 3:03
Quand Julius sorti du magasin, il passa une main devant son visage et cache le soleil de sa main, il fallait recalibrer ses capteurs et habituer ses yeux a la lumière qu'il avait quitté il y a d'ici plusieurs heures. Il s'avança et ôta son casque, il laissa le soleil bercer son visage de sa chaude lumière, il prit une grande inspiration de l'air frais et pur qui n'attendait que d'être respiré. Il remit son casque, éteignit ses lampes et avança dans la route goudronnée qui longeait le magasin, direction Cité de Louisiane.

Il voyagea la fusil tenu au repos dans la main, le casque a la ceinture, contemplant le paysage qui commençait après 200 ans a reverdir et sentit en lui monter un soupçon de joie dans tout son malheur. Il s'arrêta plusieurs fois dans son périple pour s'asseoir et resserrer un boulon de sa genouillère ou manger quelque chose, un reste de ration traînant dans son armure, un vieux biscuit déshydraté coincé dans un vieux papier aluminium ou une gorgée d'eau de sa gourde de combat.

Un moment dans son périple il s'arrêta et se concentra. Le souffle du moteur assisté dans son dos était constant et chaud, quelque chose ne tournait pas rond. Il comprit enfin que le jeune fille avait arrêté de respirer durant son inconscience. Il se précipita donc et en toute urgence détacha le sac de son dos. La jeune enfant avait toujours son teint livide et pâle, aucun courant d'air ne sortait de sa bouche entrouverte ni de son nez violet d'ecchymoses. Julius se dépêcha donc et entama un bouche a bouche, un massage cardiaque puis un autre bouche a bouche, ainsi de suite inlassablement tout en étouffant quelques phrases:


"Nan... Nan, gamine, t'en vas pas, j'vais pas te laisser partir comme ça"

Il refit un bouche à bouche pour espérer redonner vie a l'enfant qui semblait partir, lors de la séquence de massage cardiaque il reprit son mantra

"Putain petite, je sais pas si tu m'entend mais si tu dois partir tu dois me laisser essayer, je veux pas que tu t'en aille..."

Autre bouche a bouche, beaucoup plus rapide et puissant, Julius montait en panique

"Nan gamine putain... me laisse pas avec un échec sur la liste. PUTAIN GAMINE RESTE AVEC MOI!"

Il entama un autre bouche à bouche, qu'il arrêta brusquement cette fois, l'enfant reprenait un cycle ventilatoire normal. Julius se mit donc à genoux et appuya le torse et la tête de la gamine sur ses genoux, il essaya de lui parler pendant qu'il passait une main dans ses cheveux roux encrassés.

"Merci, gamine, t'as été super sur ce coup là, je sais pas comment te remercier... Je sais que actuellement tu est en train de réfléchir a comment tu vas me tuer quand tu vas te réveiller, peut-être même que tu te fout de moi en ce moment car tu m'entend, mais je dois quand même te dire que t'as été super et que j'aimerais bien que ait le courage de revenir me buter un jour."

Il marqua un silence, regarda d'un regard lourd et plein d'espoir, les yeux embrumés par des larmes naissantes, les paupières de l'enfant toujours fermées a double tour.

"C'est super dur a dire, mais j'ai l'impression que t'est le petit monstre que j'ai jamais eu et que j'aurais surement jamais... J'suis dégoûté de pas avoir une fille comme toi, même si elle voulait me buter... Je me demande comment une petite fille aussi magnifique que toi a pu virer de ce côté là. C'est tout bonnement du gâchis, j'espère que tu me comprend, petite."

Sur ces mots, Julius embrassa la petite sur le front, les yeux larmoyants et le regard dans le vague, comme un père désespéré pourrait le faire. Il remballa l'enfant dans son sac de couchage et le reficela dans son dos de façon a qu'il ne soit pas trop secoué durant le voyage. Il remit son casque et alluma ses yeux-lampes, il allait bientôt faire nuit et il était presque arrivé.

Il arriva sur une butte près de la Cité de Louisiane quand il lança a son passager

"Petite, on y est, j'vais te ramener dans un taverne, un coin bien sympa tu vas voir tu vas être bien... Si tu veux manger quelque chose c'est maintenant par contre."

Julius n'espérait pas spécialement de réponse mais en reçut une quand même, il avait tendu l'oreille et avait perçu un

“ L… Laisse moi… partir… bâtard... ”

Julius n'avait pas prit le temps de répondre, complètement envahit de joie que l'enfant était encore en vie. Il traça vers l'auberge dans la Cité, saluant rapidement les gardes au passages

"Désolé les gars, j'veux bien me faire tâter le slip assisté mais là j'ai un blessé, je vois rejoins après"

Il continua chemin sans faire attention à la réaction des gardes, une fois arrivé a l'auberge il se posa au comptoir rapidement, cerné de regards par son attirail peu commun.

"-Écoute vieux, il me faut une chambre pour deux, très vite

- Julius, c'est la 3ème fois que tu remet ton paiement a plus tard, je peux pas...

-Vieux, j'ai une gamine agonisante dans le dos, cette gosse, ça pourrait être ta fille, alors magne toi de m'engueuler afin que je puisse ajouter une 4ème fois sur la liste

-Ok, c'est bien pour la gamine que je passe l'éponge..."

Julius arracha les clés de la main de l'aubergiste et courut, enjambant les marches des escaliers 5 par 5. Une fois passé la porté rouillée et arrivé dans la vielle chambre de 10m carrés avec pour seul mobilier un lit double crasseux aux draps rouges bordeaux et un affiche nuka cola. Il senti quelque chose dans son dos s’affaisser, comme si son brancard improvisé venait de se déchirer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 27 Oct - 9:18






Le type en armure ne prit même pas la peine de répondre à sa provocation. ‘Fin il ne l’avait peut être pas entendue aussi. Tant pis. La fillette garda sa salive pour plus tard. Surtout qu’elle avait une étrange sensation dans la gorge, comme une brûlure. C’était comme si de l’air y était passé trop rapidement récemment… Elle avait également mal à la cage thoracique sans savoir pourquoi.
Elle s’appliqua plutôt à découper le tissus qui la retenait prisonnière. Lentement et le plus discrètement du monde. Centimètre par centimètres… Son esprit était embrumé et ses oreilles émettait un sifflement. Elle avait vraiment une impression bizarre… Comme si elle était revenue de loin.
Avec sa vue floutée, elle n’arrivait pas trop à distinguer en détail les alentours. Mais elle reconnut très bien l’endroit où ils étaient lorsqu’ils passèrent les portes massives : La Cité de Louisiane ! Comment aurait elle pu oublier cet endroit qu’elle avait du fuir un an plus tôt pour échapper à la prison.
Elle sentit son coeur faire une embardée. Bordel, où est ce que ce abruti en conserve l’emmenait ? La réponse lui apparut claire comme un jet de sang : aux autorité de la ville pour qu’elle soit exécutée. Il savait qu’elle était une raideuse et personne chez les raideurs n’ignorait le sort qui leur était réservé s’ils se faisaient capturer.
Serrant les dents de rage, elle s’activa de plus belle sur son échappatoire. Hors de question qu’elle finisse comme ça ! Pas de cette façon minable ! Pas sans bain de sang avant !
L’homme entra alors dans un bâtiment qui ressemblait à une auberge. Alors que la fillette jouait de la lame pour se tirer de ce mauvais pas, la boîte de conserve s’adressa à un type.

“ Écoute vieux, il me faut une chambre pour deux, très vite. ”

Sanguine se figea. Une chambre ? Qu’est ce qu’il voulait ce vieux pervers ? Il allait voir.
Après avoir négocié avec ce qui devait être l’aubergiste, l’homme monta rapidement une série de marches et entra dans une petite chambre. C’est à cet instant que Sanguine sentit enfin le tissu céder sous son poids et ses coups de lames incessants.
Elle tomba par terre, ou plutôt elle s’écroula sur le sol. Mais elle se redressa aussitôt tant bien que mal. Elle vacillait et tenait à peine sur ses jambes et elle dut s’appuyer contre un mur pour ne pas retomber. Mais son regard lui n’avait rien perdu de sa rage malgré le sang séché qui couvrait le bas de son visage. Elle sortit son couteau de combat de sa botte et le pointa sur l’homme en armure.

“ Tu m’approches et j’te plante boîte de conserve ! “ cria t-elle d’une voix enragée.

Tel un fauve acculé, elle devenait en cet instant une véritable furie, prête à frapper, mordre, déchirer quiconque la toucherait ou s'approcherait un peu trop près. La tête lui tournait et le goût du sang était toujours présent dans sa bouche, sans parler de sa poitrine douloureuse. Mais elle était prête à en découdre.



Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 27 Oct - 11:51
Le petit bout de chair ensanglanté que représentait la gosse s'était relevé, elle avait déchirer, ou plutôt découpé le sac de couchage qui lui servait de cage et de brancard. Elle était toute ensanglantée de ses mauvais traitements et devait s'appuyer contre un mur pour tenir debout, mais elle était toujours aussi enhardie et avait sorti son couteau pour menacer notre auto-cuiseur.

“ Tu m’approches et j’te plante boîte de conserve ! “ cria t-elle d’une voix enragée.

Julius savait exactement quoi faire, il s'était préparé à cette éventualité et se disait que la gamine inconsciente ne savait pas ce qui s'était passé durant son sommeil. Il sorti donc son fusil et se retourna d'un seul mouvement, il arma le percuteur et lança à la jeune fille.

"Bonjour gamine, bien dormi?"

Il la regarda dans les yeux, elle ne pouvait pas voir son regard a cause de son casque, il se permit donc de poser les bases et de rappeler qui ici est le maître du jeu:

"Moi je te plante si tu bouge, qu'est-ce qui sera le plus compliqué? Moi de ne pas te toucher ou toi de ne pas bouger? petite garce"

Il s'avança de côté, toujours en pointant la jeune fille qui pouvait apercevoir le fond du canon, vers la porte de la cabane qu'il venait de louer. Il verrouilla la porte à clé et enfonça la clé derrière la plaque de genoux de son amure afin que la diablesse ne puisse pas la prendre. Il reprit sa place initiale et attendit. La jeune fille le pointait toujours de son couteau, elle ne bougeait pas mais avait une respiration très forte, elle n'était pas en état de combattre.

Il enleva son casque d'une main qu'il accrocha à sa ceinture, comme il faisait a chaque fois, dévoilant son visage estropié, ses cheveux en batailles, son bout d'oreille et sa narine manquante, son menton variolé des combats passés.

"Écoute, sale monstre, tu vas m'écouter patiemment, si tu ouvre la bouche avant d'en avoir l'autorisation, je tire. Si tu te rue sur la porte, je tire. Si tu essaie de prendre cette putain de clé, je t'explose le crâne une bonne fois pour toute."

"On doit trouver une solution, personne ne sortira d'ici tant qu'on en aura pas trouvé une. Gamine, laisse moi te raconter ce qui s'est passé pendant que tu piquait ta petite sieste.""

"J'tai ficelé dans mon dos pour t'emmener avec moi te faire réparer la carcasse, t'était même pas en état de marcher, mais je laisse jamais un enfant crever, jamais. Sur le voyage tu te refroidissait, comme un cadavre en perdition, je t'ai plaquée contre le réacteur de mon armure pour te réchauffer. Tu as arrêté même de respirer a un moment, j'ai pris 30min a te réanimer pour pas que tu passe l'arme à gauche. Et là je t'emmène dans une auberge pas pour te tripoter ou quoi, pour que tu te soigne et que tu mange a ta faim. J'ai même prit une chambre pour 2 pour avoir de la marge s'il faut t'opérer ou te réanimer car tu, a mon avis, pas fini de recouvrer la santé."

"Et toi tu fait quoi pour me remercier? tu me pointe un couteau sous la gorge? A celui qui t'as sauvé d'un mort au beau milieu de nulle part? Génial, j'adore."

"Rien que la j'ai juste envie de tirer par colère, petite P*TE. Mais on peut faire sans, comme j'aurais pu faire sans te ramener avec moi pour t'offrir une meilleure santé et un avenir a court terme un peu plus radieux. J'men fout que tu sois une raider ou quoi, j'veux juste que tu continue ta route, avec ou sans moi. Et toi nan, tu t'obstine a tuer la main nourricière."

"Tu sais ce qu'on fait aux animaux qui agressent leurs dresseurs? On les euthanasie. J'ai pas de seringue avec moi malheureusement."

Il commença a se mettre en joue et cala son œil assisté derrière la mire métal de son arme. Arme pointée sur la gamine toujours vacillante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Jeu 27 Oct - 23:51






Le regard de Sanguine était enragé. Pourtant, lorsque l’homme en armure se mit à parler, il teinta bien vite de stupeur.
Il commença d’abord par lui promettre une mort directe si elle bougeait et l’insulter copieusement. Bon jusqu’ici rien d’anormal. Mais c’est là que ça commença à se gâter. Tout en gardant le même ton, les mêmes insultes et les mêmes menaces, il se mit à lui prétendre qu’il essayait de l’aider et de la soigner. Il lui raconta même l’avoir sauvée lorsqu’elle était dans les vapes. Et l’avoir fait respirer après… 30 minutes sans respirer ???...
A cette dernière affirmation, la fillette ouvrit même la bouche, incapable de savoir comment réagir. Trente minutes sans respirer ? Est ce qu’il croyait vraiment à ce qu’il venait de dire ? Mais personne ne revenait de trente minutes sans respirer !
Figée face à ce type qui semblait être sûr qu’elle le croirait, Sanguine eut un tic au niveau de l’oeil gauche.
La boîte de conserve continua pendant plusieurs secondes de lui hurler dessus en prétendant la sauver. Alors même qu’il pointait une arme sur elle et menaçait de lui “exploser le crâne”. L’ironie de la situation laissait la petite raideuse sans voix et bouche bée.
Lorsqu’il termina son long discours, en la comparant à la fin à un chien qu’on dresse, un silence accueillit ses paroles. Sanguine restait figée dans la même posture, le regard fixe et le visage marqué de la plus totale incompréhension. Puis soudain, lentement, ses pupilles commencèrent à rétrécir. Un petit rire lui vint. D’abord discret et léger, il s’intensifia et se fit moins saccadé. Finalement, Sanguine se retrouva à hurler de rire à gorge déployée, la tête en arrière. Toute sa démence s’exprima en cet instant. Toute la folie qui grouillait dans son esprit.
Elle rit, rit et rit encore, n’écoutant plus rien de ce qui se passait autour d’elle.
Puis après une bonne minute de fou rire, elle s’efforça de retrouver un peu de calme pour pouvoir parler :

“ Tu… Haha !... Tu veux… Me sauver ?... Ahaha !... T’es pas… Hihihi… Pas juste une b..haha...boîte de conserve !… T’es complètement fêlé ! ”

C’était trop pour elle et elle repartit dans un nouveau rire dément.

“ Un vrai barjo ! ” hurla t-elle en riant à s’en déclencher une crise cardiaque.

Elle riait tellement qu’elle dû s’appuyer sur le mur et plaquer son autre main sur son ventre. Elle en vint même à mettre des coups de poing sur le mur. Si physiquement elle avait tout d’une fillette, à ce moment elle paraissait plus être une petite démone aux cheveux rouges.
Finalement, la douleur dans ses côtes amplifiée par son fou rire mit fin doucement à son hilarité. Elle changea alors totalement d’attitude et adressa un sourire carnassier à l’homme en armure, comme si elle avait retrouvé sa bonne humeur.

“ Et tu voudrais… Que je deviennes ton animal de compagnie bien dressé ? T’es tordant ! ”

Son sourire s’agrandit mais son regard brûla de colère.

“ Va crever, j’préfère encore que tu me troue la peau ! “

Tout en disant cela, elle parcouru les lieux du regard. Mis à part la porte, fermée à présent, il ne restait pour seule sortie que la fenêtre derrière l’homme de métal. Ils étaient au premier étage, si elle la traversait elle pourrait peut être atterir en bas sans encombre. Si elle arrivait dehors, il lui suffirait de se faire passer pour une fillette innocente poursuivie par un malade. Les policiers l’avaient sans doute oubliée depuis le temps, aucun doute qu’ils prendraient son parti.
Son regard bleuté et carnassier revint sur son ravisseur. En tout cas il valait mieux qu’elle ne reste pas trop longtemps ici où elle risquait de ne pas faire de vieux os. Ils tenaient des propos si contradictoires qu’elle se demandait s’il n’était pas sous l’emprise d’une drogue.



Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Ven 28 Oct - 1:34
Julius en avait décidément marre de cette foutue gamine, non seulement elle ne comprenait pas ce qu'elle disait, mais en plus elle se permettait de rire devant un bon geste, chose rare dans ces terres dévastés. Et si Julius déteste bien un truc, c'est qu'on lui manque de respect.

Il était tellement replié sur lui même qu'il garda un regard froid, il fixa la jeune fille avec son visage dur si caractériel. Il était en train de lutter contre lui même pour garder son sang froid. Il ne put malheureusement pas le garder longtemps tellement l'enfant l'énervait. Il garda son expression figée et tira un volée de plomb dans les jambes de la jeune fille.

Le petit corps du mammifère s'effondra dans un hurlement d'une force incroyable. elle fut projetée contre le mur auquel elle s'appuyait auparavant. Son cri alerta le garçon de comptoir qui accourut et cria
"Ca va messieurs dames?" auquel Julius répondit froidement et sans conviction "Le coup est parti tout seul, le cran de sécurité est défaillant. Tout est bien en main, j'arrive" ce qui suffit à éloigner le garçon pour un moment.

Julius s'avança devant la gamine, elle se contorsionnait et avait les yeux fermés a force de hurler. Julius plaqua sa grande main sur le visage de l'enfant afin d'étouffer ses cris. De son autre main il rapprocha la ficelle qui traînait toujours parterre, vestige de son brancard de fortune. Il continuait de fixer la gamine qui hurlait dans sa paume, avec son regard vide et froid, tel un synthétique de 2nde génération.

Il ligota la jeune fille aux chevilles et poignets dans son dos, Il la bâillonna également pour libérer sa main occupée et monta la jeune fille sur son épaule. Il fit en sorte qu'elle garde le visage plaqué dans son coup et les cheveux flottants pour cacher le bâillon et sorti de la chambre. Il passa dans la salle du restaurant et le gérant semblait le regarder de telle manière qu'il lui posait milles question à la fois.

(Réussite du lancé de dés : http://fallouttowrpg.forumactif.org/t103p25-les-lances-de-des#bottom)

"Ne pose pas de questions, tu auras tes réponses le moment venu"

"Ok... eh bah file, même si c'est à la limite du crime..."

Julius remit son casque assisté et alluma ses yeux pour illuminer les rues de la Cité. Il fonçait tout droit vers l'hôpital le plus proche et donner une bonne leçon a cette gamine.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Dim 30 Oct - 1:56






Même si Sanguine s’était attendue à une réaction plus ou moins violente face à ses paroles et son rire, elle fut prise par surprise par ce qui arriva. Apparemment énervé par son comportement, l’homme leva soudain son arme et lui tira dans la jambe.
Surprise et déjà pas en état, la fillette ne pu pas esquiver et hurla de douleur lorsque les plombs lui déchirèrent la chair. Elle fut plaquée contre le mur par le souffle et ses jambes déjà flageolante lâchèrent immédiatement. Elle tomba au sol. Ses mains attrapèrent sa jambe la plus blessée et elle serra les dents pour essayer de ne pas hurler. Mais elle ne pu pas se retenir longtemps, la douleur était insoutenable, violente, brûlante. En ouvrant les yeux elle vit que les plombs chauds avaient arraché de gros morceaux de peau sur sa jambe, mettant à nu sa chair. Elle se remit à hurler pour évacuer ce sentiment de brûlure insoutenable dans son épiderme et tenter d’attirer l’attention de quelqu’un à l’extérieur.
Le sang tambourinait à ses oreilles si bien qu’elle n’entendit pas l’échange qu’il y eut entre l’homme de métal et l’inconnu qui entra dans la pièce. Elle hurlait toujours à s’en percer les poumons. Dans son hurlement, des insultes vinrent d’ajouter.


“ Face de rataupe ! Boîte de conserve pourrie ! Bâtard galeux ! “


Il était surprenant de voir un si petit être lancer autant de mots grossiers. Peut être d’ailleurs que ça finit par déranger le grand bonhomme en armure car il s’approcha et mit fin à ses hurlements en lui plaquant une main puissant au goût de métal sur sa bouche. Sanguine tenta de se débattre en vain. C’était véritablement la lutte de David contre Goliath, si David avait été unijambiste et que Goliath avait été recouvert de métal.
La fillette essaya également d’attraper son couteau, mais celui ci avait roulé trop loin…
Impuissante, elle se contenta alors de braquer ses yeux brûlant de haine sur le visage de son ravisseur dans un ultime défi. Ce dernier attrapa alors une ficelle et lui ligota les chevilles puis les poignets qu’il attacha dans son dos. Enfin, comme elle hurlait toujours de rage et de douleur, il décida de la bâillonner sans délicatesse, serrant fort un lien sur sa bouche. Malgré ses attaches douloureusement serrées et la douleur toujours atroce dans sa jambe, à aucun moment Sanguine ne cessa de se débattre comme une diablesse. Si bien que son agresseur eut tout le mal du monde à la jeter sur son épaule. Dans la lutte, ses cheveux s’étaient détachés et tombaient à présent par dessus de sa tête alors que celle ci était à l’envers.
La boîte de conserve emmena sa victime qui émettait maintenant des sons étouffés dans le bar qu’il avait quitté plus tôt.


“ Ne pose pas de questions, tu auras tes réponses le moment venu. ” promit t-il à une personne que Sanguine ne voyait pas.


“ Ok… Eh bah file, même si c’est à la limite du crime... ” hésita la personne en guise de réponse.


La fillette se tortilla de plus bel en essayant de crier malgré son baillons. On aurait dit un petit ver qui tentait d’échapper aux doigts d’un pêcheur.
Son porteur sortit dehors et se mit à courir aussi vite que son armure le lui permettait. Sanguine tenta de lui mettre un coup de genoux inutile dans le torse. Mais la douleur atroce que lui déclencha ce geste dans sa blessure la dissuada de recommencer.
Il faisait nuit dehors, difficile pour elle d’attirer l’attention d’un passant qui aurait pu l’aider. Son esprit bien que toujours aussi enragé était embrumé par la douleur… Et le sang lui montait à la tête dans cette position.
Quelques minutes plus tard, qui parurent des heures à la fillette, ils s’arrêtèrent. Le visage contre le dos de son ravisseur, elle n’avait aucune idée d’où il l’avait emmenée, mais ça ne lui disait rien qui vaille. En plus, dans cette position, elle n’arrivait pas à attraper la lame de couteau qu’elle avait eut l’intelligence de redissimuler précédemment dans son brassard gauche...


Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 33
Localisation : Toujours dans son armure
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Lun 31 Oct - 11:10
Julius était finalement arrivé devant l'hôpital de la Cité, toujours son fardeau sur les bras. Il était devant la façade illuminée par un unique caducée d'avant guerre. Il s'engouffra dans la vielle double porte défoncée qui signifiait l'entrée des urgences. Notre grande armure se présenta devant l'entrée avec son paquet sur les bras, à la surprise du réceptionniste qui lui fit les gros yeux. Il allait ouvrir la bouche quand Julius le coupa

"Écoute, non je sors jamais de cette merde et oui, j'ai besoin de soins immédiats pour cette esclave que j'ai sauvé d'une balle de calibre .12, J'ai pas eu le temps de la détacher"

"Bien, suivez moi on va vous prendre en charge tout de suite, c'est au 2ème étage"

"Elle est armée, ou est-ce que je peux déposer les armes?"

"Donnez les moi, je vais les mettre dans les coffres de l'accueil."

Julius prit la batte de base-ball de la gamine et son couteau de combat qu'elle donna à l'homme en blanc. Il monta les escaliers 5 par 5 derrière son guide qui relevait ses lunettes à chaque palier. Une fois arrivé dans la chambre il déposa la fille sur son lit. Le réceptionniste annonça qu'il allait chercher des médecins tout de suite et que si l'état de la fille empirait, il fallait qu'il lui administre 2 seringues de Med-X qu'il lui donna pour éviter la douleur et gagner du temps. Julius fit un signe de la tête et ferma la porte derrière lui.

"Bon, maintenant tu vas comprendre ce qu'est que jouer avec des forces qui te dépassent... Dis moi, tu connais le Med-X? C'est un dérivé de morphine de combat qui anhille toute douleur... et toute volonté si on force la dose un peu trop fort... Pour un enfant de ton gabarit on doit normalement administrer une seringue, juste une. Oh mais c'est que j'en ai 2 à portée!"

Julius prit les 2 seringues de Med-X mises à sa portée par l'hôpital et les administra à Sanguine en la piquant par la jugulaire. Il attendit d'avoir fini de les écouler pour voir la gamine fermer les yeux et comme s'endormir sous l'effet du médicament, elle était shoutée au Med-X.

"Je suis désolé pour ton hypothétique future addiction... Mais maintenant ça va mieux? Hein? Ca va aller petite... Bonne nuit de papa Julius..."

Il enleva le casque et embrassa la gamine sur le front pendant qu'elle clignait des yeux une dernière fois et détacha ses liens quand il vu qu'elle dormait profondément. Il la coucha convenablement sur son lit et sorti de la chambre. Dans le cadre de la porte il jeta un dernier regard au corps de la fille qui dormait.

"Il fallait pas jouer avec moi, sal*pe. Maintenant je te souhaite bonne chance pour te sortir de là."

Julius sorti de l'hôpital et avait croisé dans les couloirs des médecins en blouses qui courraient derrière un homme à lunette. Il n'arrêtait pas de crier au médecin "Plus vite! Elle perd son sang!" Et Julius esquissa un sourire mesquin sous son casque. Une fois arrivé dans la rue il marcha vers le commissariat qui n'était qu'a une centaine de mètres de là. Il entra en trombe et se posa devant l'agent de l'accueil, poings sur la table et s'appuyant sur ses phalanges.

"Écoutez je suis pas de l'Enclave donc rangez ces alertes rouges... Je viens car je viens de choper une raider qui à commit dernièrement des petits vols et pillage en ville. Une petite gamine, grosse chevelure rousse, peinture faciale en crâne et batte de base-ball. Vous avez dans le registre?"

"Attendez... ca remonte à longtemps ce que vous me sortez... Laissez-moi... Voilà, boaf, c'est pas des meurtres non plus mais ça mérite au moins un interrogatoire et une petite sanction. Par contre dites-moi, ou est-ce qu'elle est?"

"Dans une chambre du grand bâtiment d'à côté, si j'étais vous j'enverrai quelques personnes avec le portrait-robot pour aller la choper pendant qu'on s'occupe d'elle."

"C'est effectivement ce qu'on va faire, 2 agents sont en pause en ce moment, je vais les chercher."

Julius reparti du commissariat avec 2 agents de la loi et leurs portrait robot, c'était exactement Sanguine qui était décrite, et les faits remontaient à il y a plusieurs années. Ce n'était pas bien grave ce qui l'attendait, mais ça suffirait à lui faire une petite montée d'adrénaline. Julius traversa l'hôpital, mais cette fois le monde s'écartait devant les gardiens de la paix. Une fois arrivés devant la chambre, Julius toqua de sa phalange d'acier et ouvrit la porte. Il tomba face à 3 chirurgiens occupés à recoudre la jambe blessée.

"Monsieur, le Med-X l'a calmé et les travaux d'aiguilles se passent mieux que prévus, votre fille n'auras de grosses séque..."

"Ce n'est pas ma fille, mais une criminelle, certes de pas grand choses mais quand même. C'est pour ça que je vous laisse avec ces deux messieurs qui vont lui parler gentiment à son réveil."

"Mais monsieur..."

Julius parti avant, la fierté et la haine bouillonnaient en lui, Sanguine allait avoir une petite surprise à son réveil. Il marcha lentement à la sortie de l'hôpital et fut accosté par un médecin, bloc-notes sous le bras.

"Monsieur, qui va payer pour les soins? Vous êtes culotté de partir sans..."

"La police voudra bien prendre une partie des soins non? Ca reste une criminelle que vous soignez, et au pire, vous savez ou me trouver"

Il se défit de la main que le médecin avait agrippé sur son bras et reparti vers son auberge habituelle. Il se posa dans le bâtiment miteux au comptoir. Charles le gérant s'approcha, serviette sur l'épaule et verre qu'il lavait dans la main.

"Alors Julius, tu me dois BEAUCOUP de choses, un joli tas de capsules et des explications, et elles ont l'intérêt d'êtres tangibles"

"J'ai arrêté une criminelle, j'ai du tirer pour éviter les dégâts après son coma... C'est moche, quand j'essaie d'aider les gens ils me trouvent trop brutal... Mais bon, la police est avec elle à l'hosto. Elle va s'en sortir..."

Julius prit un nuka-cola de l'autre côté du comptoir et le décapsula avec son épaulière. Il enleva son casque et commença à le boire à grandes gorgées.

"Attend, tu me dit que tu viens de sauver puis arrêter une criminelle de 10 ans qui de plus était ans le coma? Tu déconne ou quoi? Putain Julius, c'est insensé."

"C'est pourtant vrai, j'ai chopé cette gamine en plein raid et j'ai essayé de la calmer... un peu trop fort à son goût, je l'ai ramenée jusqu'ici dans un coma. C'était long et compliqué, mais au réveil elle était toujours pas calmée... Alors j'ai du tirer pour lui montrer qu'il faut pas déconner avec la justice..."

Charles fit un hochement de tête et repris de nettoyer son verre. Quelques minutes plus tard, il se retourna vers Julius et lui lança d'un ton neutre et étonnamment plein de sagesse. Il avait dû comprendre par habitude que Julius était on ne peut plus obstiné avec ses idéaux de monde juste. Il tenta quand même...

"Tu sais Julius, tu ne pourras pas changer le monde, même si c'est bien parti. Tu le sais ça?"

"Que trop bien, mais essayer de le faire est ma seule motivation dans ce monde de merde... Peut-être qu'un jour je tiendrais ce bar avec toi et que je passerais par l'alcool pour faire un monde plus juste..."

Le barman ria à pleine dents, il mit une tape sur l'armure de Julius qui esquissa un petit sourire à son tour.

"Allez mon grand, prend une nuit de repos, je m'occuperait de ton ardoise."

"Merci Charles, on sait pourquoi on revient chez toi"

Julius s'inclina par dessus le bar et pris le gérant dans les bras, il lui fila une tape amicale dans le dos et remonta dans sa chambre. Une fois dedans il quitta son armure, prit une douche et s'asseya sur le bord du lit la tête dans les mains, son casque posé sur la table de nuit de telle manière que ses yeux d'insecte semblaient le regarder fixement. Une autre histoire venait de se finir pour notre Autocuiseur et elle avait encore une fois montré a l'homme en armure que même avec toute la volonté du monde, il ne pourrait changer la face de la terre.

Spoiler:
 

HORS-RP
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI Dim 6 Nov - 0:34






Lorsqu’elle l’entendit parler avec un type, Sanguine comprit que la boîte de conserve l’avait emmenée dans un hôpital. Il venait de mentir sur ses blessures à l’homme qui devait sans doute être un médecin.
La fillette s’immobilisa et tendit l’oreille lorsque l’homme de métal parla de donner ses armes. Elle nota dans un coin de sa tête l’endroit où le type en blanc les rangeait.
Puis la boîte de conserve suivit le médecin à l’étage avec sa captive sur le dos. Il entra dans une chambre et la déposa sur un lit. Sanguine se débattit de plus belle et tenta de hurler malgré son bâillon. Mais elle ne parvint qu’à émettre un cri étouffé et incompréhensible.
Le médecin annonça qu’il allait chercher de l’aide et donna deux seringues à l’homme de métal. Alors qu’il filait, la boîte de conserve s’approcha de Sanguine pour lui parler. La fillette se débattit comme une diablesse durant tout son discours.

“ Bon, maintenant tu vas comprendre ce que c’est que jouer avec des forces qui te dépassent... Dis moi, tu connais le Med-X ? C'est un dérivé de morphine de combat qui annihile toute douleur... et toute volonté si on force la dose un peu trop fort... Pour un enfant de ton gabarit on doit normalement administrer une seringue, juste une. Oh mais c'est que j'en ai 2 à portée ! ”

Sanguine le fixa, le regard plein de haine et en même temps d’une légère surprise. Ce type dans sa boîte de conserve… Sa façon d’agir et de parler… Il avait tout d’un raider. Il était sadique, agressif, sans pitié et prenait un plaisir malsain à voir la souffrance.
La fillette en vint à se demander s’il n’en était pas un.
Quoiqu’il en soit, elle ne cessa de le fixer avec haine et défi lorsqu’il se rapprocha d’elle avec ses seringues. Il lui plaqua la tête d’un mouvement brusque pour qu’elle ne bouge pas et lui planta la première aiguille dans le cou. La piqûre ne lui fit pas grand chose, mais le liquide… Elle sentit un feu brûlant se répandre en elle comme une coulée de lave. Elle se mit à hurler de plus belle à travers son bâillon et se secoua dans tous les sens. La brûlure était atroce. Mais ce n’était rien comparé à la suite.
L’homme lui injecta la seconde dose et Sanguine ne parvint même plus à hurler. Son corps s’était engourdi et elle ne pouvait presque plus rien faire à part souffrir de cette brûlure qui lui incendiait la chair… Elle se répandait dans tout son corps, comme un douloureux poison. Elle voulait crier mais n’y arrivait plus...
Elle sentit alors son esprit se faire engloutir par une vague sombre qui la plongea dans l’inconscience.
Sur le lit d’hôpital, la fillette convulsa quelques secondes, l’écume aux lèvres, puis s’effondra totalement....

Les drogues plongèrent Sanguine dans un océan de ténèbres et de douleur… Elle essayait de se débattre, de remonter à la surface comme un naufragé luttant pour sa survie dans une mer déchaînée. Mais les ténèbres la tirait toujours plus vers le fond.
Et cette douleur… La boîte de conserve avait dit que les injections devaient lui supprimer. Mais elle était là, brûlante, vicieuse… Elle ne partait pas, ne lui laissait pas une seconde de répis. Tout son corps n'était plus qu’une boule de douleur…
Tout ça lui donnait la sensation horrible de se noyer, encore et encore sans pouvoir mourir...
L’esprit déjà instable de la fillette se brisa un peu plus.

Puis, enfin arriva la libération… La douleur s’effaça un peu pour se concentrer sur des zones plus précises. Elle se sentit aspirée hors des ténèbres…
Sanguine revint à la réalité en prenant une grande aspiration et se tordant sur son lit. La tête lui tournait et sa vue était floutée… Elle mit un temps à se souvenir où elle était. Puis tout lui revint en mémoire et elle essaya de remuer. Elle ne sentait plus ses liens aux poignets et chevilles ni son bâillon. Mais d’autres attaches plus grandes maintenaient ses bras sur le lit. La douleur était toujours présente mais à présent centrée dans sa tête et ses jambes.
Sa vue revint doucement et elle pu constater que quelqu’un lui avait fait un bandage aux jambes, là où on lui avait tiré dessus. Elle remarqua aussi que c’était des liens en cuir qui entouraient ses poignets pour l’immobiliser.
Puis son ouïe revint aussi. Le bruit sourd qu’elle entendait comme à travers une caisse en bois se transforma en discussion entre deux personnes à l’extérieur de la chambre.

“ … n’avons aucune preuve que c’est une raideuse. Elle est très jeune… Nous devons l’interroger, prévenez nous quand elle sera réveillée. ”

Quelqu’un acquiesça et des pas s’éloignèrent. Sanguine commença alors à s’agiter. Mais les liens étaient serrés et elle se sentait faible et nauséeuse. Quelque chose lui piqua alors le poignet. La fillette sentit un retour d’espoir. La boîte de conserve n’avait pas trouvé sa lame de couteau cachée dans son brassard.
La fillette se tortilla en essayant d’ignorer sa nausée. À force de secouer son bras, elle parvint à extirper tout doucement la lame de son brassard pour la saisir entre ses doigts. La partie suivante devint plus difficile : il fallait “limer” le lien de sa main gauche avec la lame pour le faire céder. Elle se mit donc au travail.
Il lui fallut dix bonnes minutes pour réussir à fragiliser assez le lien pour qu’elle puisse l’arracher. Elle dû faire appel à toutes les maigres force qui lui étaient revenues pour faire céder l’attache. Mais finalement elle se rompit et Sanguine pu libérer sa main gauche, qu’elle utilisa pour délier la droite.
La tête lui tournait affreusement et elle avait toujours autant envie de vomir. Mais elle parvint à se redresser en position assise et déboucla les deux attaches à ses chevilles. Elle se sentait pâteuse, la brûlure dans son cou la faisait toujours souffrir comme la piqûre tenace d’un animal venimeux. Malgré tout, elle s’obligea à se mettre en position assise, les jambes pendant par dessus le lit d’hôpital. Son crâne lui faisait toujours mal et elle dû plaquer ses deux mains dessus pour calmer la douleur. Elle se rendit compte du même coup qu’on lui avait également appliqué un bandage sur le front autour de la tête.
Elle tenta alors l’impossible : elle posa ses pieds nus sur le sol froid de la chambre et tenta de se lever. Trop téméraire après ce qu’elle avait subi, elle tomba à plat-ventre sur le carrelage. Un juron sortit de sa bouche. Saleté de boîte de conserve pourrie ! Tout ça c’était sa faute !
Mais elle n’avait pas le temps pour ruminer, elle devait se tirer d’ici et quitter la ville pour retourner à la planque. Sinon, elle ne donnait pas cher de sa peau. Incapable de se lever mais toujours animée par cette volonté farouche de survie, la fillette rampa jusqu’à la porte. Elle refusait de crever ici ! Tu t’adaptes ou tu meurs. Arrivée près de la sortie, elle se glissa contre le mur et s’y appuya pour respirer. Ses jambes tremblaient et lui faisaient vraiment mal, surtout la droite. Il fallait qu’elle trouve une solution pour s’enfuir autrement qu’en rampant…
Soudain, des bruits de pas s’approchèrent de la porte. La raideuse se mit à genoux et se plaqua contre le mur en serrant sa lame. Elle retint sa respiration et ne bougea plus. La porte s’ouvrit alors et un médecin entra en sifflotant, sans doute un veilleur de nuit. Sanguine sentit la rage monter en elle. Dès que l’homme passa devant elle pour se rapprocher du lit, elle se jeta en avant et planta sa lame profondément dans son tendon d’achille. L’homme cria de douleur et de surprise et chuta en avant. La fillette ne perdit pas de temps et grimpa sur son dos pour lui mettre sa lame sous la gorge. Ses yeux bleus le toisèrent d’un regard où la fureur et la folie se livrait un combat sans merci.

“ Chhht petit lapin blanc, maintenant tu vas m’écouter sinon je vais devoir te découper en petits bouts de viandes. J’aime pas les petits lapins qui crient alors ne fait pas de bruit, d’accord ? “

Autant terrifié par le regard dément de la gamine que par la lame qu’il sentait appuyé sous son menton, l’homme hocha la tête pour approuver. Sanguine lui adressa un sourire tout aussi fou.

“ C’est bien petit lapin. Maintenant je veux que répondes à mes questions. D’abord où est ce que vous avez caché mon couteau et ma batte ? On pique pas les affaires des petites filles, c’est paaas bien. Ensuite, je veux savoir comment tu ferais toi pour avancer sans tes jambes ? J’ai mal aux miennes mais je veux quand même me déplacer. Oh et en dernier... ”

Ses pupilles se rétrécirent de manière impressionnante, gorgées de colère et elle appuya plus fort sa lame sur la peau de sa victime.

“ La boîte de conserve qui m’a amené ici… Comment il s’appelle ? ”

Un mince filet de sang coula de la gorge du malheureux qui étouffa un cri de douleur et s’empressa de répondre :

“ J… Je sais pas comment il s’appelle ! Il n’a pas donné son.. son nom… Il t’a juste déposée ici en disant que tu étais blessée puis est allé voir la police. Je le jure ! ”

La fillette pencha la tête sur le côté pour l’observer. Cela lui donna l’air encore plus dingue.

“ Pou..pour te déplacer… Tu dev..vrais utiliser des béquilles… ou un fauteuil roulant… Il.. il y en a dans le couloir… Qu… quant à.. tes armes, elle doivent être dans la réserve, un gros coffre à l’accueil derrière le comptoir... ”

La fillette l’observa plusieurs secondes sans répondre. A tel point que, n’y tenant plus, l’homme en blouse commença à supplier.

“ S’il te plaît petite fille, baisse ce couteau… Tu.. tu n’es pas forcée de faire ça… Il y a d’autres solutions, on peut t’aider… Retrouver ta famille... ”

Sanguine resta silencieuse et immobile. Puis soudain un rire parti de sa gorge. D’abord léger et saccadé, il s’amplifia de plus en plus jusqu’à ce que la fillette rit à gorge déployée. Son rire dément lui fit rejeter la tête en arrière. Soudain sans prévenir elle y mit fin, plaqua sa main sur la bouche de sa victime et rapprocha sa bouche tout près de son oreille.

“ Je n’ai pas de famille petit lapin. Mais j’aime les jeux et devinettes, alors on va faire une devinette. Qu’est ce qui est rouge comme le sang, brillant comme le sang et qui jaillit comme le sang ? Allez je compte jusqu’à trois petit lapin. “

Elle lâcha la bouche de l’homme mais celui ci s’empressa d’enchaîner.

“ Non, petite fille a… attend ! N… Ne fais pas de bêtise ! ”

“ Uuuun… “ commença Sanguine d’une voix chantonnante.

“ A.. Arrête ! Pose ton couteau ! Ce n’est pas… “

“ Deuuux… “

“ Non ! Ne fais pas ça ! Pitié ! “

“ Trois ! “

La fillette re-plaqua sa main sur la bouche de l’homme en blouse et planta sa lame en plein dans sa trachée. Un sourire extatique s’étendait sur son visage alors qu’elle voyait sa victime tressauter et tenter de s’échapper en l’attrapant par les cheveux. Mais le coup avait été bien placé et il ne remua que quelques secondes avant de rendre son dernier souffle.

“ La réponse c'était le Saaang. Bonne nuit petit lapin. “ souffla Sanguine, presque chantonante à son oreille.

Lorsqu’il s’effondra par terre, elle retira sa lame de couteau, répandant un peu de sang sur le sol. Cette fois elle n’avait pas le temps d’admirer le cadavre dont elle était la source. Elle s’activa à le pousser sous le lit pour le cacher quelques temps. Une tâche difficile à cause de ses jambes qui ne marchaient quasiment pas.
Puis, elle sortit de la chambre, en marchant tant bien que mal à quatre pattes. On aurait dit un petit prédateur qui se faufilait dans une bergerie. Suivant les indications de sa dernière victime, elle se glissa jusqu’à une sorte de salle de stockage sans porte où elle trouva les béquilles et fauteuilles. Elle jugea le second trop encombrant et choisi “d’emprunter” une béquille.
Grâce à elle et à la force qui était peu à peu revenue dans ses jambes, elle put se redresser et se dirigea vers le rez de chaussée. Heureusement, à cet heure tardive, beaucoup de gens dormaient. Elle n’eut pas trop de mal à se cacher des quelques médecins ou infirmiers qui allaient et venaient en se cachant dans des chambres.
Lorsqu’elle arriva à la salle de réception, elle se rendit compte que l’homme de l’accueil était toujours derrière son comptoir. La fillette sentit la fureur la saisir de nouveau. Mais elle préférait éviter les affrontements lorsqu’elle pouvait et choisi de se cacher derrière un chariot de linge propre et guetter le moment propice sans lâcher son couteau. La chance lui sourit vingt minutes d’attente plus tard lorsque le réceptionniste se fit appeler dans le bureau voisin.
Alors qu’il quittait son poste, Sanguine sortit de sa cachette et se glissa derrière le comptoir. Elle trouva le fameux coffre, une sorte d’armoire petite et large en fait, et examina la serrure. Elle n’avait pas l’air très solide contrairement au “coffre”.
La fillette sortit de sa poche une épingle et son petit tournevis que la boîte de conserve lui avait étrangement laissé. Puis elle entreprit de forcer le container le plus rapidement qu’elle pouvait. Après quelques minutes de plus à trafiquer la serrure, elle entendit enfin le cliquetis caractéristique et l’encoche pivota sur la droite. Elle s’empressa d’ouvrir le meuble et de récupérer ses armes, sans oublier de faire un câlin à sa batte au passage, comme un enfant à sa peluche.
De nouveau équipée, Sanguine se redressa en s’appuyant sur la béquille et sortit rapidement de l’hôpital avant que quelqu’un arrive.

La petite raideuse sortit dehors et regarda de tous côtés, réfléchissant à la meilleure marche à suivre. Il fallait qu’elle quitte cet endroit ! La dernière fois qu’elle s’était retrouvée là, elle s’était faite poursuivre par des policiers à qui elle n’avait réussi à échapper quand abandonnant toutes ses possessions… Elle n’aimait pas cette ville, elle détestait ces rues et en haïssait les habitants. Il fallait qu’elle retourne à l’abris des Blackwater.
Heureusement, la chance lui sourit une fois de plus. Lorsqu’elle s’avança vers une ruelle adjacente à l’hôpital, elle aperçut des hommes en train de charger un camion. En se rapprochant discrètement, elle les entendit parler de matériel médical qu’ils devaient livrer au village de Prospérité. C’était sa chance !
Elle attendit que les hommes aient fini de charger leurs caisses dans le camion et prennent une pause pour discuter avec les médecins qui leur souhaitent une bonne route. Elle se faufila jusqu’à l’arrière du véhicule et se hissa tant bien que mal parmi les caisses. Là, elle s’effondra à moitié contre l’une d’entre elle et ferma les yeux pour écouter le camion démarrer.

Quelques minutes plus tard, sûre de pouvoir quitter la ville à présent, épuisée et toujours sous l’effet des drogues, elle s’endormit.
Bientôt, elle serait de retour à la planque et elle aurait tout le temps de se remettre de cette journée intense.
Et si jamais un jour elle croisait de nouveau cette fichue boîte de conserve, cette fois elle serait prête.
Un sourire naquit sur ses lèvres à cette idée alors qu’elle sombrait dans un profond sommeil.

Sans qu’elle s’en rende compte, Sanguine avait après les dernier événements, fait un pas de plus dans la folie. Son esprit déjà très instable venait grâce, ou à cause c’est selon, de se briser un peu plus.



Etat de santé:
 

Inventaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI
Revenir en haut Aller en bas

On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» On joue au gendarme et à la voleuse ? (Julius ~ Sanguine) FINI
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Maelya [Pirate, voleuse & Assassin]
» Ivre, il mord un gendarme...
» Eleys [Voleuse et aventurière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallout RPG : Tales of the Wastes :: Zone RP - Les terres désolées :: Terres de plaines-